Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Chronique de sites Internet n° 21

(date de consultation : 22 mai 2012, vérification des adresses : 31 mai 2012)
Virginie Fromageot-Lanièpce
p. 52-57

Plan

Haut de page

Texte intégral

 [Généralités]

> Les Carnets de MA-ArcHist (Mondes Anciens – Archéologie et Histoire)

http://maarchist.hypotheses.org

1On trouve à cette adresse des actualités scientifiques diffusées, à un rythme hebdomadaire, par l’unité de recherche Histoire, archéologie et littérature des mondes anciens et l’Institut de papyrologie et d’égyptologie de Lille (Halma-Ipel). Ces informations correspondent aux thématiques du laboratoire : l’archéologie régionale et à l’étranger, en particulier en Grèce, en Italie, dans les Balkans, en Égypte, au Soudan et au Proche-Orient, de la Protohistoire au Moyen Âge. Un intérêt particulier est porté à la coroplathie (étude d’ensembles de terres cuites), à l’artisanat, aux espaces économiques, à l’archéo-zoologie. Il s’agit d’annonces de manifestations, d’appels à projet, d’appels à communication, de chantiers de fouilles, d’expositions, de ressources des bibliothèques et d’outils d’informations. Cette chronique est proposée par Christine Aubry, chargée de la valorisation de la recherche dans l’unité.

[Édition électronique]

> In Situ, Revue des patrimoines

http://insitu.revues.org/​

2Cette revue entièrement en ligne et à comité scientifique est consacrée au patrimoine, abordant les études ainsi que les travaux de conservation et de valorisation. Prenant la suite de l’ancienne Revue de l’Inventaire, elle est éditée par la direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture & de la Communication à un rythme trimestriel. Les différents domaines, archives, archéologie et histoire de l’art, architecture, patrimoine mobilier, photographie sont abordés successivement, puisque le rédacteur en chef change à chaque numéro. On note une riche iconographie des articles (photographies, vidéos), indispensable et en partie issue des bases de l’Inventaire, comme Joconde, pour les collections des musées de France, Mérimée, pour les bâtiments relevant des Monuments historiques (http://www.culturecommunication.gouv.fr, onglet bases de données).

3En ligne, la revue possède deux adresses :

4– http://www.insitu.culture.fr/​ : pour les quatorze premiers numéros (adresse qui sera abandonnée).

5– http://insitu.revues.org/​ : site permanent de la revue, qui contient pour l’instant les volumes 15 et suivants. À terme, l’ensemble de la collection se trouvera à cette adresse.

6Volumes intéressant l’archéologie :

7– n° 9, 2008, Le temps en questions. Méthodes de datation et approche chronologique

8– n° 13, 2010, Art rupestre : la 3D un outil de médiation du réel invisible ?

9– n° 17, 2011, Les patrimoines de l’enseignement supérieur : S. Madeleine & Ph. Fleury, « Le “Plan de Rome” de Paul Bigot à l’Université de Caen et son double virtuel : de l’objet patrimonial à l’outil scientifique » ; M. Lagrange & F. Miane, « Le Musée archéologique de la faculté des lettres de Bordeaux (1886). L’institutionnalisation des collections pédagogiques et scientifiques » ; R. Plana-Mallart & G. Mallet, « Le projet de rénovation et de valorisation du Musée des moulages et les collections d’art et d’archéologie de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 ».

> Collections de l’Académie royale de Belgique

http://www.academieroyale.be/​4DCGI/​cgi?usr=tfas4jqsgg&lg=fr&pag=846&tab=227&rec=0&frm=303&id=4014&flux=11626894 (menu « Les publications »)

10Grâce à un programme de numérisation, l’Académie royale de Belgique propose certains de ses livres au format électronique. Pour l’histoire et l’archéologie, deux collections sont intéressantes, les Mémoires de la Classe des Lettres et de la Classe des Beaux-Arts. Les numérisations concernent les années de parution de 1970 à 2008.

11Exemples de livres : A. Delattre, Papyrus coptes et grecs du monastère d’apa Apollô de Baouît conservés aux Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles, 2007 ; A. Delcourt, Lecture des « Antiquités romaines » de Denys d’Halicarnasse. Un historien entre deux mondes, 2005 ; A. Wilkin, La gestion des avoirs de la cathédrale Saint-Lambert de Liège des origines à 1300, 2008.

[Musées]

> A History of the World in 100 objects

http://www.bbc.co.uk/​ahistoryoftheworld/​

12Ce site est l’archive web d’une série anglaise d’émissions de radio proposées par le British Museum et diffusées par la BBC. Son objectif est d’illustrer l’histoire du monde à travers cent objets sélectionnés par le directeur du British Museum. Dans le menu « Explore », on choisit un objet pour écouter l’exposé (15 minutes) qui intègre témoignages et musique, regarder les photographies, lire la notice et les commentaires postés sur le site par d’autres visiteurs. Nous avons ainsi consulté le reportage consacré à la momie d’Hornedjitef du iiie siècle av. J.-C. Le lien « More about this object » intéressera étudiants avancés et chercheurs pour retrouver bibliographie et numéro d’inventaire. Un beau livre est en préparation pour clore un plan média multi-support bien étudié. Configuration : lecture du fichier son par un logiciel interne au site web.

[Préhistoire et Protohistoire]

> @rcheo-editions

http://www.archeo-editions.com

13Accès payant

14Cette maison d’édition dédiée à la Préhistoire diffuse des livres en ligne. Elle propose deux titres dans une collection correspondant à des publications de thèses uniquement disponibles sur support électronique : L. Yinghua, Étude technologique de l’industrie lithique du site de Guanyindong dans la province du Guizhou, sud-ouest de la Chine, 2011 ; V. Lhomme, Histoires d’Outil au Paléolithique moyen : pourquoi fracturer ? Les exemples des industries de Chez Pourré-Chez Comte (Corrèze) et de Champlost (Yonne), 2011. Le sommaire et l’introduction peuvent être lus sur le site librement. Le téléchargement du livre en PDF coûte 30 € ; la consultation du livre dans un espace membre sur le site web, donc sans sauvegarde personnelle, coûte 18 €. À paraître dans la collection Petite bibliothèque technique : E. Boëda, Les bifaces.

> Dikili Tash (Grèce)

www.dikili-tash.fr

15Ce site internet trilingue (français, anglais, grec) est consacré au site préhistorique de Dikili Tash en Macédoine orientale (Grèce). Il s’agit du plus grand tell de la plaine actuelle, formé par l’accumulation des restes d’habitations successives. La publication électronique retrace l’histoire du programme de recherches franco-hellénique, aujourd’hui cinquantenaire, mené sous l’égide de l’École française d’Athènes : dans les années 1960-1970, les pre--mières recherches de J. Deshayes et D. Théocharis sur la séquence stratigraphique et chronologique ont daté les occupations entre 5500 et 1100 av. J.-C. Dans les décennies suivantes, H. Koukouli-Chryssanthaki et R. Treuil ont dirigé un deuxième programme sur le paléoenvironnement du site, la chronologie absolue, l’organisation de l’habitat, les matériaux et les techniques de construction, les types et les fonctions des récipients céramiques, l’outillage, les ressources naturelles. Le programme de recherche en cours vise à reconstituer l’histoire du tell, des origines (viie ou début du vie millénaire av. J.-C.) jusqu’aux périodes les plus récentes. On y trouve un grand nombre d’images et une bibliographie spécialisée ; pour certaines références, les publications ont été numérisées.

[Archéologie nationale]

> Images d’archéologie, iconothèque de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap)

http://www.images-archeologie.fr/​

16L’Inrap vient d’ouvrir un accès en ligne à son iconothèque contenant des images de ses fouilles, de ses manifestations et de ses publications. On trouve déjà deux milliers de reproductions, photographies ou vidéos, dont la sélection est possible par un catalogue. La recherche avancée propose de nombreux critères de sélection, géographiques, chronologiques, thématiques. On y retrouve des images déjà consultées dans d’autres parties du site web de l’Inrap, sur les sites archéologiques ou dans les planches de la revue Archéopages, mais aussi des documents récents et inédits.

17Les droits de diffusion de ces images sont détenus par l’Inrap, qui propose quatre niveaux d’accès : – chaque cliché est montré en basse définition pour consultation du catalogue, – un fichier image de définition moyenne est proposé pour un usage pédagogique, en libre accès, – une demande motivée pour un téléchargement de l’image en haute définition peut être envoyée après la création d’un compte sur le site ; les demandes pour les publications scientifiques ont probablement lieu à ce niveau, mais cela reste à préciser, – un fichier en haute définition est proposé en accès payant et se commande sur le service de la Réunion des musées nationaux. Dans tous les cas, l’utilisateur est invité à citer comme source de l’image l’Inrap, l’auteur et le responsable d’opération.

18Conseil dans la recherche : Le bouton « Voir le reportage photo-graphique » permet de sélectionner un lot cohérent d’images.

19Exemples d’images :

20– Recherches dans la grotte préhistorique du Mas d’Azil ; responsable Marc Jarry, Ariège, Midi-Pyrénées, diagnostic. Reportage photographique de 2012 (d’après différents auteurs de documents).

21– Parterres mythologiques antiques découverts à Nîmes ; responsable Jean-Yves Breuil, Gard, Languedoc-Roussillon, fouille de l’avenue Jean-Jaurès. Reportage photographique de 2009, complété d’une vidéo et de brochures.

22– Tombe de nourrisson dans un coffrage en pierre datée entre le ier et le iie siècle de notre ère, découverte lors des fouilles effectuées en 2003 à Nîmes rue Jean-Jaurès (Valérie Bel, auteur du document, responsable d’opération) ; photographie isolée.

23On vous invite à prendre garde aux dates des documents. Par exemple, pour les mosaïques de Nîmes évoquées ci-dessus, une des brochures rédigée en 2007 est antérieure à l’étude et donne une interprétation périmée de la mosaïque de Penthée par rapport aux documents de 2009. Il faut donc, pour ces séries, confronter les documents et tenir compte des éléments les plus récents.

> Inventaires archéozoologiques et archéobotaniques de France

http://inpn.mnhn.fr/​archeo/​bozo/​recherche

24Dans le cadre de l’inventaire du patrimoine naturel, le Muséum national d’histoire naturelle et d’autres institutions (le Cnrs, le ministère de la Culture & de la Communication, l’Inrap et les universités) ont réuni leurs données archéozoologiques et botaniques dans un outil commun. Cette base est alimentée pour la France métropolitaine et pour toutes les périodes depuis la Préhistoire. Elle est consultable sur le site web du Muséum et les auteurs ont pris soin de rappeler qu’il s’agit d’un état non exhaustif des connaissances. Une table « Espèces » rassemble les données sur les animaux ou les végétaux trouvés en fouilles, avec une fiche par taxon, et donne accès à une carte des sites archéologiques répertoriés. Une table « Site » indique l’usage ancien des lieux de découverte, avec les datations. Un tableau intitulé « Synthèse diachronique » permet d’obtenir la liste des espèces trouvées sur ce site.

25Exemple de question : Renne, indexé à Rangifer tarandus (Linnaeus, 1758). La fiche indique qu’il s’agit d’une espèce disparue en métropole, dont les restes ont été datés du Paléolithique et du Mésolithique. La carte indique 980 lieux de découverte pour ces restes, dont la grotte de Clèves, commune de Tilloy-lez-Cambrai, Nord-Pas-de-Calais, abri ou grotte, occupation du Paléolithique supérieur.

> Pages Archéologie du Conseil général du Pas-de-Calais

http://archeologie.pasdecalais.fr/​

26Actualités des fouilles, dossiers pédagogiques, informations sur les visites sont mis en ligne par le Centre départemental d’archéologie du Pas-de-Calais. Pour les opérations en cours, on trouve des résumés illustrés, par exemple sur la fouille programmée de l’abbaye de la ville de Mont-Saint-Éloi (2011-2013).

> Alpage : Analyse diachronique de l’espace urbain parisien, approche géomatique

http://alpage.tge-adonis.fr

27Il s’agit d’une étude consacrée à Paris de l’Antiquité à la période moderne (ou préindustrielle), menée par quatre laboratoires, dans le cadre d’un programme soutenu par l’Agence nationale de la recherche aujourd’hui achevé : Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (Lamop, Cnrs, Université Paris 1), Littoral, environnement et sociétés (Cnrs, Université de La Rochelle), Archéologies et sciences de l’Antiquité (ArScAn, Cnrs, Université Paris 1, Université Paris Ouest, ministère de la Culture & de la Communica-tion), Informatique, images et interaction (Université de La Rochelle).

28Un groupe de chercheurs, sous la direction d’Hélène Noizet (Lamop), a mis en œuvre un système d’information géographique permettant de lier les informations sur l’archéologie du bâti, la topographie historique et les dynamiques environnementales à deux fonds de plans : les plans Vasserot (1810-1836), le plus ancien parcellaire de Paris, et le parcellaire actuel de l’Atelier parisien d’urbanisme. Ces sources abordent notamment le réseau viaire de Paris, les hôtels ou paroisses vers 1300, les crues de la Seine en 1740 et en 1910. Beaucoup de contenus se récupèrent sur le site web, des cartes thématiques, des fichiers géoréférencés – dont les plans Vasserot –, le repérage des enceintes, des îlots (format shapefile). Chaque document est référencé dans un catalogue de métadonnées élaboré par Laurent Costa (ArScAn). Des logiciels sont proposés : plateforme de webmapping pour dresser des cartes (http://websig.univ-lr.fr/​alpage_public/​flash), MorphAL pour réaliser des analyses morphologiques.

29Bibliographie : La lettre de l’Inshs, n°17, mai 2012, http://www.cnrs.fr/​inshs/​Lettres-information-INSHS/​lettre_info INSHS_17.pdf

[Gaule]

> Acy-Romance, les Gaulois des Ardennes

http://www.gaulois.ardennes.culture.fr/​

30Source : ministère de la Culture & de la Communication, collection multimédia, publication 2011, français, anglais.

31Cette ressource multimédia propose une restitution et une visite 3D du village gaulois d’Acy-Romance, situé en Gaule du Nord, à quelques kilomètres de Reims, ancienne capitale des Rèmes. L’auteur de cette publication web est Bernard Lambot, archéologue bénévole et originaire du village, en collaboration avec Patrice Méniel (Cnrs, unité Artehis) et Véronique Matterne (Inrap). Ils présentent l’histoire des recherches, les connaissances acquises sur les activités des hommes et le rôle des animaux sur ce site de 17 hectares découvert par prospection aérienne en 1979.

32Six chapitres donnent accès à de nombreuses illustrations : l’environnement, le village gaulois, la vie quotidienne, les nécropoles, les sanctuaires et les recherches. L’occupation la plus ancienne correspond aux tertres de la nécropole protohistorique. L’installation du village gaulois est datée du début du iie siècle av. J.-C., par un déplacement de population rème, d’après l’analyse de la céramique. Les restitutions représentent un village constitué de quartiers entourés de terres agricoles, de silos et d’espaces pour les troupeaux. S’y ajoutent cinq nécropoles, où le rite funéraire dominant est l’incinération, ainsi que les grands sanctuaires voisins de Nanteuil-sur-Aisne et Roizy « Les Cinq Horles ».

33Configuration : pour la lecture de la séquence 3D, une connexion haut débit est préférable.

> Alésia, MuséoParc

http://www.alesia.com/​

34En Côte-d’Or (Bourgogne), à Alise-Sainte-Reine, on pouvait visiter le site qui conserve quelques vestiges de la ville gallo-romaine succédant à l’oppidum d’Alésia. Dans cet espace naturel du mont Auxois se trouve aussi la statue colossale de Vercingétorix, commandée au sculpteur Aimé Millet par Napoléon III pour commémorer la fin et le succès des recherches entreprises à Alésia. En mars 2012, à l’initiative du Conseil général de la Côte-d’Or, un centre d’interprétation archéologique de la bataille d’Alésia a ouvert au public. Le site web du musée du site indique le programme d’animations scientifiques, culturelles et ludiques de ce nouveau lieu de reconstitution.

[Grèce]

> Archimage, Archives graphiques et photographiques de l’École française d’Athènes (Efa)

http://archimage.efa.gr/​

35L’Efa commence à mettre en ligne les documents graphiques et photographiques constitués lors des recherches sur le monde grec. Elle a archivé, depuis plusieurs décennies, 40 000 dessins concernant l’architecture, la topographie, la cartographie et les objets, et 600 000 photographies anciennes et contemporaines. La consultation des documents se fait sur place (demande de numérisation payante) et aujourd’hui en ligne.

36On a trouvé, lors de notre visite, des centaines d’images sur les sites grecs de Delphes et Thasos, qui font partie des sept missions archéologiques permanentes de l’École. Les reproductions correspondent à des études achevées et publiées, avec une plus ou moins grande antériorité (cf. les exemples cités ci-dessous).

37L’accès à ces documents est libre ou payant selon l’utilisation prévue de l’image :

38– sont en libre accès les vues en basse définition de l’ensemble du catalogue, et certaines images peuvent être téléchargées dans une qualité permettant un usage pédagogique (documentation personnelle, présentations de type Powerpoint) ;

39– sont en accès payant, avec une possibilité de commande sur le site web, les reproductions de toutes les images du catalogue en bonne définition pour une publication scientifique ou commerciale (environ 18 € ; voir conditions sur le site).

40Il est demandé à l’utilisateur de citer l’Efa et l’auteur de l’image.

41Exemples d’images en libre accès :

42– Delphes, sanctuaire d’Apollon, trésor des Athéniens, façade, d’après La redécouverte de Delphes, Athènes, 1992, p. 212, fig. 109 (cl. G. de Mire, Efa, 1937).

43– Delphes, figurine de vache en bronze, Musée de Delphes n° 3742, d’après Cl. Rolley, Musée de Delphes, Bronzes, Athènes, 1979, p. 23, fig. 28 (cl. E. Serafis, Efa, 1963).

44– Thasos, rempart, porte de Zeus et d’Héra, tour (dessin T. Kozelj, 2003).

> Kernos, revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique

http://kernos.revues.org/​

45Kernos est une revue imprimée internationale, fondée en 1987, qui traite de l’étude des faits et phénomènes religieux de la Grèce antique (dirigée par André Motte, professeur à l’Université de Liège). La revue a choisi une barrière mobile de trois ans, les articles arrivent en ligne quatre ans après la parution dans la revue papier. Les articles sont publiés en français, anglais, italien, grec, etc.

46Exemples d’articles (se reporter au site pour l’ensemble des textes) :

47n° 21, 2008 : F. Quantin, « Recherches sur l’histoire et l’archéologie du sanctuaire de Dodone. Les oikoi, Zeus Naios et les Naia » ; J. Mylonopoulos, « The Dynamics of Ritual Space in the Hellenistic and Roman East » ; Actes du colloque « Le vocabulaire du sacré, le langage du mythe et les émotions religieuses » (organisé à la mémoire de Jean Rudhardt, 1-2 déc. 2006) ; Epigraphic Bulletin for Greek Religion 2005 ; I. Algrain et al., « Chronique archéologique de la religion grecque ».

[Égypte]

> Fouilles et travaux en Égypte et au Soudan, la chronique des Orientalia

http://www.egyptologues.net/​orientalia/​

48Parmi les instruments de recherche relatifs aux fouilles en Égypte et au Soudan, existe depuis plusieurs décennies une chronique publiée par Jean Leclant dans la revue des Orientalia de l’Institut pontifical de Rome. Chaque livraison, annuelle, se compose d’une synthèse, rédigée en français, des rapports de fouilles transmis par les acteurs de la recherche, quel que soit leur pays, et d’un recensement bibliographique. Ce travail se poursuit dans la publication imprimée sous l’impulsion d’une équipe dirigée par Nicolas Grimal (Collège de France). Parallèlement, le site web du Collège de France offre le rassemblement de toutes les années de la chronique dans une base cumulative ; on peut trouver les rapports de cinquante années d’opérations sur un site grâce à un index géographique couvrant les chroniques successives, à l’exception des deux dernières années confiées uniquement à la revue imprimée. Les images publiées ont été numérisées et regroupées en bas de notice. On se repère sur une carte interactive donnant accès à l’ensemble des lieux ou par un index alphabétique. L’utilisateur profite d’un travail préparatoire d’Alain Arnaudiès (Ums Collège de France, Centre de documentation des instituts d’Orient) qui a permis le positionnement des sites archéologiques suivant leurs coordonnées, l’unification des toponymes en langue arabe pour des villes, des villages, des hameaux, l’association des transcriptions françaises et étrangères, des renvois entre les noms anciens et actuels. L’accès est libre. Ce travail est présenté dans un article sur le site web.

49Sur egyptologues.net, on trouve une autre ressource électronique, le Bulletin d’information archéologique, revue de presse égyptienne sur les activités archéologiques.

> Les aigles d’Alexandrie. Frapper monnaie : le bronze

http://www.1001images.com/​filmogrf/​MA14_aiglesalex/​aigles/​aiglesalex.html

50Film pédagogique écrit par Thomas Faucher et réalisé par Raymond Collet, 2011, 15 minu-tes, en français et en anglais. Collection Les métiers de l’archéologie, Jean-Yves Empereur dir., Centre d’études alexandrines (Cealex).

51Le film commence à Maréa, à une quarantaine de kilomètres d’Alexandrie, sur la rive sud du lac Mariout, où des monnaies d’époque ptolémaïque ont été découvertes et sont en cours d’étude par Thomas Faucher (membre de l’Institut français d’archéologie orientale). À Alexandrie, le Cealex permet la conservation et la restauration de ces monnaies au dépôt de fouilles. Le film quitte ensuite l’Égypte pour la France, où le numismate utilise la collection de référence du Cabinet des médailles, à Paris ; dans ce contexte, Frédérique Duyrat et Olivier Picard présentent les monnaies de bronze ptolémaïques, leur émission et leurs usages. Le cœur du film concerne le programme d’expérimentation de frappe monétaire, mené à Melle, dans le cadre de la plateforme des arts du feu et du programme collectif « Paléométallurgie », croisant des objectifs de recherche et de présentation au public. Le film rend compte des différentes étapes de frappe de la monnaie de bronze à partir du modèle de la monnaie aux deux aigles, frappée au iie s. av. J.-C. à Alexandrie. Pour la première partie, il s’agit de la cuisson du métal et de la coulée du métal fondu dans les moules monétaires. La seconde partie est consacrée au découpage des chapelets et à la préparation des flans monétaires. La dernière présente la frappe de la monnaie à partir d’un coin, un pour le droit, l’autre pour le revers de la monnaie. À la fin du film, un retour aux données archéologiques est proposé, à travers les questions de l’usure des coins qui étaient gravés à la main et du nombre de monnaies frappées dans l’Antiquité à l’aide d’un coin ; les données du programme expérimental permettent aux numismates de formuler quelques hypothèses.

52Sur le site 1001images.com, on peut voir le film de 2009 illustrant la première partie des expérimentations qui a abordé la monnaie d’argent.

[Proche et Moyen-Orient]

> ‘Atiqot, publication of the Israel Antiquities Authority

http://www.atiqot.org.il

53Revue imprimée consacrée à l’archéologie en Israël, de la Préhistoire à la période ottomane. Depuis 2007, la revue met en ligne les articles en même temps que la parution de la revue papier. L’accès aux documents est gratuit, mais nécessite de créer un compte personnel. Langue : anglais ou hébreu avec résumé anglais.

54Exemples d’articles (se reporter au site pour trouver l’ensemble des articles) : n° 69, 2012 : E. Eisenberg, « The Early Bronze Age IV Site at Sha‘ar Ha-Golan » ; I. Milevski et al., « Er-Rujum (Sha‘ala--bim East): An Intermediate Bronze Age (EB IV) Site in the Ayyalon Valley » ; H. Torge, « Settlement Remains from the Late Hellenistic and Early Roman Periods at Khirbat Burnat (Southwest) » ; T. Winter, « Glass Vessels from the Late Hellenistic and Early Roman Periods at Khirbat Burnat (Southwest) ».

55Le service archéologique édite aussi ses rapports de fouille sur le web, dans la ressource Hadashot Arkheologiyot - Exca-vations and Surveys in Israel (http://www.hadashot-esi.org.il)

> Roland de Mecquenem, Archives de Suse (1912-1939)

http://www.mom.fr/​mecquenem/​

56Un programme de publication et de numérisation, mené par la Maison de l’Orient avec le soutien de la fondation Shelby White – Leon Levy Program for archaeological publication, a porté sur les archives de Roland de Mecquenem. Cet archéologue a travaillé à Suse (Iran, plaine du Khuzistan) entre 1903 et 1939, et comme directeur des fouilles à partir de 1912. Il a mené différents chantiers sur l’Acropole, l’Apadana, la Ville Royale ou la Ville des Artisans, et à l’extérieur de la ville, dans la plaine de Susiane. La séquence archéologique est longue, les époques les plus anciennes sont antérieures au ive millénaire, et la période du site lui-même est datée du début du ive millénaire jusqu’à sa destruction par les armées d’Assurbanipal (viie siècle av. J.-C.) ; suivent les dominations perse (palais de Darius Ier à Suse) et séleucide. On consulte sur ce site web la bibliographie de Roland de Mecquenem, avec des numérisations de ses articles, mais surtout les rapports qu’il a rédigés après chaque campagne pendant vingt-sept années, ses photographies, plans et inventaires de matériel ; l’ensemble était resté inédit. La réalisation du site web est due à Noëmi Daucé, sous la direction de Rémy Boucharlat, à partir d’un travail préparatoire de Laurianne Martinez Sève. L’accès au contenu des rapports est organisé suivant les dates des missions et la topographie du site établie par R. de Mecquenem. Dans les inventaires, des recherches sont possibles sur des listes de matériaux et d’époques ; de plus, il existe un moteur de recherche sur l’ensemble des données. Cette documentation est conservée aux Archives nationales à Paris et le site ne permet que la consultation de reproductions en basse définition. L’utilisateur devra demander aux Archives des images de meilleure qualité.

[Outils de recherche sur Internet]

> Isidore, accès unifié aux données et services numériques de sciences humaines et sociales

http://www.rechercheisidore.fr/​

57Voici un moteur de recherche né en 2010, plus spécialisé que Google Scholar puisqu’il ne porte que sur les ressources des sciences humaines et sociales (Shs) francophones, et plus sophistiqué par ses possibilités d’analyse sémantique des documents rédigés en français. On conseille l’utilisation d’Isidore par rapport aux moteurs de recherche « classiques » pour des questions larges, différentes de celles qui portent sur une référence bibliographie déjà connue. Cet outil est une réalisation de deux entités Cnrs, l’équipement Adonis de l’institut In-shs et le Centre pour la communication scientifique directe (ce dernier étant le concepteur d’Hal, archive électronique de publications). Les contenus intégrés dans Isidore proviennent de sites web en libre accès, archives ou corpus de laboratoires, publications scientifiques et actualités. On y retrouve les articles des revues numérisées, hébergées par Revues.org et Persée, ceux déposés dans Hal-shs, des pages de programmes de recherche de laboratoire, des documents de la bibliothèque numérique de l’Inha, les informations de l’agenda scientifique Calenda, etc. La liste des sources est présentée dans l’annuaire du site. Pour alimenter cette base, les laboratoires, les bibliothèques et les revues doivent passer par des technologies avancées, telles OAI-PMH, flux RSS, RDFa, TEI, et avoir associé à leur documentation numérique des mots-clés/métadonnées ; ces connaissances techniques sont encore peu répandues dans nos domaines, même si elles font partie des bonnes pratiques du web actuel.

58Mode d’emploi de l’interrogation :

59Exemple de question : « sépulture enfant » sur tous les champs ; seuls ces mots aboutissent. La suggestion de l’outil, à travers la facette « sépulture » ou « sépulture d’enfant » ne donne rien.

60– Résultats : plus de 300 réponses, les dix documents clas-sés en début de liste sont tous intéressants.

61– Traitement sémantique : sur ces dix documents, les mots « sépulture enfant » ont été trouvés dans le titre pour un, dans le résumé pour quatre, mais pour les autres, ces mots sont absents. Le système d’expansion sémantique a permis de passer des termes de « tombe », « cimetière », « inhumation », « naissance » utilisés par les auteurs des documents à ceux de « sépulture », « enfant » de la question.

62Exemples de textes trouvés sur cette question :

63– M. Van Hoerren et al., « La parure de l’enfant de la Made-leine (fouilles Peyrony). Un nouveau regard sur l’enfance au Paléolithique supérieur ».

64– Annonce de la journée « Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe » organisée par Fl. Carré et F. Henrion, octobre 2009, annonce dans Calenda.

65– S. Talvas, Recherches sur les figurines en terre cuite gallo-romaine en contexte archéologique, thèse de doctorat, dépôt HAL de 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1683/img-1.png
Fichier image/png, 491k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Fromageot-Lanièpce, « Chronique de sites Internet n° 21 », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 52-57.

Référence électronique

Virginie Fromageot-Lanièpce, « Chronique de sites Internet n° 21 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1683 ; DOI : 10.4000/nda.1683

Haut de page

Auteur

Virginie Fromageot-Lanièpce

Cnrs, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, Ministère de la Culture et de la Communication, Umr ArScAn, Archéologies et Sciences de l’Antiquité
virginie.fromageot-laniepce@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org