Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Compte rendu critique des actes du symposium international sur Lascaux et la conservation en milieu souterrain

Geneviève Pinçon
p. 47-51

Texte intégral

1La grotte de Lascaux en Dordogne a été découverte le 12 septembre 1940 (fig. 1). Classée au titre des Monuments historiques la même année, elle fut rapidement ouverte au public, qui l’a massivement fréquentée, puis fermée en 1963 pour sauver son intégrité menacée. Depuis 1979, elle figure avec quatorze autres sites de la vallée de la Vézère sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco sous la dénomination de « bien no 85 » (« Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère ») (fig. 2).

2Suite à de nouvelles dégradations d’ordre fongique menaçant les peintures et gravures de la grotte en 2007, l’ambassadrice de France à l’Unesco annonçait le 5 juillet 2008, devant le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco, l’organisation d’un symposium international afin de démontrer l’engagement de l’État français dans la protection et la sauvegarde de Lascaux et d’informer la communauté internationale, alors très inquiète, quant à la pérennité de cette grotte appartenant à notre mémoire collective depuis sa découverte.

Fig. 1

Fig. 1

Cheval chinois, Lascaux, cliché Norbert Aujoulat

© MCC

Fig. 2

Fig. 2

Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vérèze. Localisation des biens inscrits sur le Liste en 1979

3Lors de ce symposium, intitulé « Lascaux et la conservation en milieu souterrain » et organisé à l’initiative du ministère de la Culture et de la Communication en collaboration avec l’Institut national du patrimoine à Paris les 26 et 27 février 2009, l’État a donc exposé les actions et moyens apportés à Lascaux depuis 2001, date de l’apparition de moisissures blanches sur le sol et de petites taches noires dans les voûtes du Passage, de l’Abside et de la Nef. La publication des actes du symposium, Lascaux et la conservation en milieu souterrain, répond à l’engagement de l’institution publique de faire connaître ces travaux le plus rapidement et le plus largement possible.

4Ces apports à la conservation en milieu souterrain, toujours dépendant d’un équilibre fragile, enrichissent l’expertise pour l’ensemble des grottes ornées qui restent impossibles à fréquenter sans risque, que ce soit à des fins scientifiques ou touristiques. En informant de ces différentes actions, réalisées sous le contrôle d’un comité scientifique dirigé par Marc Gauthier, l’État souhaitait que le symposium soit un lieu d’échanges, de partage d’expériences et de confrontations entre spécialistes français et étrangers. Les débats, présidés et animés par Jean Clottes, ont été très soutenus tout au long des séances et sont scrupuleusement restitués dans la publication.

  • 1 Éditions de la Maison des sciences de l’homme, avec le concours du ministère de la Culture et de la (...)

5Le ministère de la Culture et de la Communication a assuré les travaux de publication des actes dans sa collection scientifique nationale « Documents d’archéologie française » (Daf)1. Ce volume de 357 pages et 180 figures en couleur, de très grande qualité éditoriale, rassemble l’intégralité des contributions ou interventions et débats, restituée en langues française et anglaise, chacune représentée par une couleur. Malgré la difficulté du sujet, la lecture de l’ouvrage est très agréable et le lecteur, rapidement pris par la vivacité des propos, suit sans difficulté les démonstrations scientifiques clairement exprimées.

6Les contributeurs, présentés par de brèves biographies, sont tous des scientifiques reconnus par leurs pairs et représentent une douzaine de pays, ce qui confère à cet ouvrage une dimension internationale indéniable et rare. L’ensemble des participants, d’horizons très variés, apporte leur éclairage et leur expérience tout au long des échanges selon leur domaine de compétence.

7Plusieurs thèmes sont abordés. L’état des lieux vise à présenter les grandes étapes de la conservation de Lascaux et les travaux du comité scientifique dans le contexte de la recherche internationale (partie I). Ces travaux concernent essentiellement l’aspect environnemental, abordé dans un premier temps d’un point de vue macroscopique avec l’étude de l’environnement géologique, climatique et de leur rôle déterminant (partie II), puis dans un second temps d’un point de vue microscopique en traitant des micro-organismes en milieu souterrain (partie III). Ce dernier thème s’applique à deux sujets qui pourraient paraître antinomiques, la conservation et la mise en valeur des grottes ornées, traités en dernière partie et notamment appuyés par l’exemple espagnol (partie IV). Ces questions fondamentales liées à la valeur universelle et exceptionnelle des grottes ornées, alliant les notions d’intégrité, d’authenticité, ainsi que celle de la mise en valeur des biens culturels, constituent un enjeu du patrimoine mondial et apportent ainsi des éléments de réponse aux interrogations du Centre du patrimoine mondial. L’ouvrage se conclut par un bilan et l’annonce des perspectives envisagées, soulignant ainsi la nécessité de poursuivre sans relâche ces travaux et de continuer à en partager les processus, les méthodes et les résultats.

8À travers une publication d’une telle qualité, parue peu de temps après le symposium, le ministère de la Culture et de la Communication démontre que la bonne conservation de la grotte de Lascaux est bel et bien l’affaire de tous, et ceci à plusieurs échelles. Les chercheurs et ingénieurs spécialisés dans les sciences dites exactes sont indispensables quand on évoque la conservation en milieu souterrain, tout comme ceux des sciences humaines restent incontournables lorsqu’il est question de l’histoire de l’Homme, d’autant plus lorsqu’il s’agit de ses premières expressions symboliques. Les propriétaires des sites, les élus et le public sont évidemment concernés eux aussi, puisque la mise en valeur des grottes ornées est envisagée comme un enjeu du patrimoine mondial, visant à partager avec tout un chacun ces trésors de l’humanité en en assurant la pérennité.

9Cette volonté de partager se traduit par la restitution de l’intégralité des textes et des résumés en plusieurs langues (anglais, japonais, espagnol et portugais), à la fin du volume.

10L’ouvrage, consacré à la conservation en milieu souterrain de manière générale, s’appuie essentiellement sur les actions menées à Lascaux, encore sujette à de nouvelles menaces pour sa conservation.

11La grotte de Lascaux devient rapidement après sa découverte un symbole phare de la Préhistoire à l’échelle internationale. Sa fréquentation est très vite intense du fait de l’engouement du public, de la presse et du milieu scientifique. La présentation des grandes étapes de sa conservation met en évidence les moments de la prise de conscience de l’impact de la fréquentation humaine sur le milieu souterrain et de la nécessité de maintenir un équilibre environnemental.

  • 2 Propagation algale révélée par la présence de discrètes taches vertes.
  • 3 Formation de concrétions calcaires entraînant l’altération des parois sous la forme d’un léger voil (...)
  • 4 À Lascaux, le nombre de visiteurs est alors restreint à cinq par jour, cinq jours par semaine.

12La déstabilisation de cet équilibre naturel débute dès l’ouverture de la cavité avec les travaux d’adaptation à la fréquentation du lieu. En 1962-1963, après analyse de la « maladie verte »2 puis de la « maladie blanche »3, différentes mesures d’ordre climatique sont prises, notamment la mise en place d’un système d’assistance climatique temporaire de l’atmosphère et une restriction du nombre de visiteurs4. L’année 2001 voit une prolifération de champignons et de bactéries, puis de taches noires, que les restaurateurs tentent d’enrayer par différents traitements. Une grotte étant avant tout un espace naturel, son équilibre est fragile. Suite à la création d’un comité scientifique, un projet global pour l’équilibre sanitaire est alors lancé afin de maîtriser le développement des micro-organismes apparus en 2001, de mieux connaître la grotte et son environnement, d’assurer une conservation préventive à long terme et de créer un instrument de calcul aidant à la décision (« le simulateur Lascaux »). La présentation de la démarche suivie et des résultats obtenus met en exergue le rôle essentiel de l’eau dans les cavités, aussi bien de façon intrinsèque que comme vecteur d’organismes. Les études géologiques, géomorphologiques et climatiques expliquent le système épikarstique particulier de Lascaux, d'où découlent son comportement hydrogéologique et son impact microclimatologique. L’analyse des spécialistes prend en considération d’autres facteurs comme la température. Afin d’approfondir leur connaissance de ce milieu souterrain, ils utilisent la mécanique des fluides par simulation en étudiant en même temps les écoulements d’air, les transferts de chaleur et de masse et les transports de particules. Ces travaux, toujours en cours, soulèvent de grands débats, illustrant parfaitement la complexité des phénomènes climatologiques dans la conservation d’une grotte comme Lascaux où, à ce jour, aucune destruction d’œuvre n’a heureusement été signalée (fig. 3). Les études géologiques et hydrogéologiques permettent de préciser l’environnement géomorphologique. Les moyens scientifiques et techniques mis en œuvre pour la grotte de Lascaux permettent de développer les outils manquant pour l’analyse des questions d’hydrogéologie et du système karstique. De même, les analyses pétrographiques et minéralogiques systématiques sont également exploitées. Les prises de mesure enregistrées depuis plusieurs années sont aussi utiles pour l’analyse à mener sur le long terme, notamment sur les questions relatives à la climatologie et à l’environnement. Les recherches conduites à la grotte de Lascaux enrichissent ainsi l’ensemble de la communauté scientifique.

Fig. 3

Fig. 3

Vue générale de la salle des taureaux, Lascaux, cliché Norbert Aujoulat

© MCC

13La grotte d’Altamira, découverte plus anciennement, en 1879, a connu les mêmes problèmes de contamination due à l’influence de l’écosystème externe, malgré un contexte géologique différent de celui de Lascaux. Elle a bénéficié des « expériences » de la grotte française, ce que relate l’équipe espagnole. Les mesures de conservation et de valorisation se traduisent pour les deux sites par la poursuite d’études très pointues en matière de microclimat et microbiologie, mais aussi sur le terrain avec l'intégration, dans les documents d'urbanisme, de la « sanctuarisation » de l'environnement des grottes et la réalisation d’un lieu de présentation pour le public à distance du site original.

14Le centre d’Altamira était, pour ces prises de mesures, rattaché au ministère de l’Industrie et de l’Innovation qui a pris en charge dès 2009 le suivi et les recherches à travers un modèle intégré rassemblant toutes les données microbiologiques, lithologiques, minéralogiques, géochimiques, pétrophysiques et microclimatiques.

15L’étude des micro-organismes en milieu souterrain démontre que l’équilibre microbiologique (populations fongiennes et bactériennes) dépend certes de la chimie et de la biologie, mais aussi des effets de l’anthropisation et d’autres acteurs comme les insectes. Pour les peintures murales des tumuli de Takamatsuzuka et de Kitora, les collègues japonais ont restauré in situ les œuvres endommagées. Mais des éboulements et des fuites d’eau de pluie, dus au vieillissement du dispositif de protection environnemental, les ont obligés à des désinfections qui détérioraient les peintures. Prenant le parti de déplacer les œuvres pour leur garantir une stabilité climatique indispensable à leur conservation, ils poursuivent leurs recherches afin d’envisager pour d’autres cas de les garder in situ.

16Retrouver une situation antérieure étant utopique, il convient de rechercher un nouvel équilibre. Le contrôle des micro-organismes par des opérations comme la fumigation ou l’utilisation de biocide ne durent qu’un temps, la grotte n’étant pas étanche et les développements n’étant inhibés que temporairement. Un véritable débat à l’issue de ces interventions montre que « la » solution n’existe pas, qu’il est nécessaire de corréler toutes les informations recueillies et de faire appel à toutes les sciences, comme le préconisait déjà en 1965 l’Icomos par la charte de Venise, afin de continuer à multiplier les connaissances sur le milieu. Le lecteur peut ainsi percevoir la lenteur des processus concernant les multiples travaux menés dans les cavités. L’interdisciplinarité permettant de croiser des sciences comme l’archéologie, la climatologie et l’hydrogéologie privilégie une approche globale.

17La question de la conservation et de la mise en valeur des grottes ornées, abordée par l’exemple de celles du nord de l’Espagne (inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco sous la dénomination « Grotte d’Altamira et art rupestre paléolithique du nord de l’Espagne »), met en lumière la gestion communautaire de nos voisins, guidée par des objectifs de conservation, de protection, d’étude et d’utilisation sociale, tout en encourageant la curiosité des visiteurs. À l’image de Lascaux et d’Altamira, toute grotte fait l’objet d’études environnementales prenant en considération différentes analyses biologiques, microbiologiques, géologiques, microclimatiques et environnementales, ainsi que la qualité de l’air. Les travaux menés à Lascaux éclairent sur les conditions de conservation des autres grottes ornées, et les contributions ou expertises des scientifiques du monde entier ouvrent sur des perspectives plus larges en les soumettant à une expertise internationale. La place de la recherche internationale interdisciplinaire est centrale dans ces processus de surveillance, de recommandations, de préservation, de partage des informations pour de nouvelles solutions de conservation et de valorisation.

18Très accessible, tant dans sa forme que dans son fond, l’ouvrage ne prétend pas fournir toutes les explications des sciences consultées pour comprendre les phénomènes apparaissant en milieu souterrain. Mais il offre cependant un aperçu aussi complet que possible de l’état des connaissances obtenu sur le site de Lascaux, sans cacher les difficultés rencontrées par les scientifiques. La lecture de cette publication est à la portée du lecteur néophyte. Abondamment illustré avec des figures de grande qualité, le texte est également rédigé dans un langage accessible à tous.

19Il constitue une ressource indéniable sur la conservation de Lascaux mais aussi sur l’état de l’art de la recherche dans le domaine environnemental à l’usage des sites archéologiques en milieu souterrain. Certains termes auraient pu cependant être repris dans un glossaire pour offrir à cet ouvrage une portée pédagogique. De même, une bibliographie de référence raisonnée sur Lascaux depuis sa découverte, accessible et rendant compte des multiples ressources disponibles dans les différents domaines (archéologie, climatologie et hydrogéologie), y aurait trouvé sa place.

20Cet ouvrage remplit parfaitement son rôle en restituant et publiant chaque communication et débat avec une grande rigueur. Aucun texte n’a été ajouté par rapport au symposium de 2008. Une allusion au site Internet relatant la chronique de Lascaux5 permettrait au lecteur de suivre l’actualité des travaux.

21On rêverait d’un centre de ressources où les chercheurs pourraient consulter la masse de données recueillies à Lascaux permettant des études sur du long terme. À l’heure de l’« open data », une information publique brute librement accessible et réutilisable permettrait une recherche encore plus dynamique grâce au partage gratuit de cette production scientifique, et toutes les informations recueillies pourraient alors être compilées et corrélées.

22En effet, la recherche à Lascaux se place comme une référence, soulignée par cette prestigieuse publication. L’investissement conséquent pour ce site majeur se justifie également dans la mesure où les avancées méthodologiques et techniques retombent sur des sites de moindre envergure.

23L’intérêt du simulateur est, par exemple, multiple. Il permet de mesurer, de simuler et de tester différentes situations appropriées au contexte de Lascaux. Il peut également, comme le signalent ses créateurs, être réemployé pour d’autres sites en adaptant la géométrie. Ce simulateur a donc deux vocations, l’une dédiée à Lascaux, l’autre d’être réutilisé pour d’autres grottes. Le simulateur Lascaux est un exemple technique qui illustre la possibilité de passer du spécifique au générique, puis de nouveau au spécifique.

24Les archéologues spécialistes des grottes et abris ornés sont confrontés régulièrement à leur démarche intrusive dans les sites. Les pionniers comme Henri Breuil travaillaient en ignorant cet équilibre fragile de l’environnement souterrain. C’est pourquoi des préconisations et une déontologie pour changer les comportements, les méthodes d’approche et d’analyse de ces milieux – où le dilemme entre recherche et protection est redoublé par celui qui oppose tourisme et conservation –, devraient être fournies à l’issue de toutes ces études, dans l’optique d’une « conservation préventive » anticipée. Même si déjà, sur les sites de La Garma en Espagne ou de Cussac en France, nous observons un comportement plus soucieux de préservation de l’équilibre naturel, un protocole devrait pouvoir être proposé par le ministère de la Culture et de la Communication avec la collaboration des scientifiques pour prendre en compte le plus en amont possible ces problèmes de conservation. Celle des grottes implique la prise en compte par la société des impacts sur les sites où elles se trouvent. Rappelons que la protection au titre des monuments historiques, rendant inaliénable le monument, s’applique aux grottes ornées qui, invisibles, ne génèrent pas de protection des abords. La prise en compte de l’environnement des grottes dans les documents d’urbanisme est un réel progrès dans la gestion du territoire et peut désormais être anticipée lors de nouvelles découvertes afin de préserver au mieux ces sites. En juin 2008, le Conseil général a décidé de « sanctuariser » la colline de Lascaux.

25Quel comportement collectif et quelle attitude individuelle adopter lors d’une découverte, lors d’une expertise, lors de l’étude ou de la mise en valeur d’une grotte ornée ? Nous attendons de ces exemples des préconisations pour l’avenir.

26Les thèmes abordés font appel à une multitude de sciences et de domaines, intervenant à différentes échelles et se corrélant les uns aux autres, dont la liste des mots-clés émanant de la lecture de l’ouvrage est la suivante : environnement, géoscience, hydroscience, géographie, spéléologie, géologie, géochimie organique, biologie moléculaire, géomicrobiologie, karstologie, géomorphologie, paléoenvironnement, pétrographie, pétrophysique, écologie, écologie microbienne, botanique, micromycètes, chimie, physique, mécanique des fluides, modélisation, GIS, climatologie, hydrogéologie, hydro-géochimie, systèmes naturels et ruraux, hydrodynamique, géochimie, biophysique, biologie, biologie environnementale, biologie cellulaire, microscopie électronique, microbiologie, microclimat, mathématiques, anthropologie, patrimoine culturel, archéologie du paysage, archéologie, préhistoire, art rupestre, histoire de l’art, aménagement du territoire, patrimoine territorial (paysage, archéologie, architecture), protection, restauration, biodétérioration, et bioremédiation des œuvres d’art, conservation, conservation préventive, hygiène, patrimoine mondial, évaluation non destructive.

27Les articles portent essentiellement sur les analyses des scientifiques pour enrayer les problèmes et les déséquilibres naturels ; il n’est donc que très peu question de la mise en valeur des sites. Leur fermeture oblige à une réflexion de fond sur la restitution pourtant indispensable puisque le public n’a plus accès aux originaux pour des raisons de conservation. Or, il est nécessaire de lui proposer des nouveaux modes d’accessibilité. La médiation des sites d’art rupestre par l’intermédiaire de la 3D ouvre aujourd’hui de belles perspectives pour garantir la conservation des sites originaux et l’accessibilité des chercheurs ainsi que les attentes des publics (Pinçon, Geneste 2010).

28Des scientifiques de France, d’Espagne, d’Australie, du Portugal, du Japon, de Nouvelle-Zélande, de République tchèque, d’Italie, des États-Unis, d’Afrique du Sud, du Canada, d’Allemagne, ainsi que des représentants internationaux (Icomos), se sont confrontés, illustrant ainsi parfaitement le retentissement international de ces recherches.

29Beaucoup d’acteurs se rencontrent sur ces questions de conservation et de mise en valeur des grottes ornées : les États, garants de ces sites d’intérêt général, les archéologues – une communauté de chercheurs en fait très restreinte pour le milieu souterrain – peu présents dans cette publication, dont la connaissance des parois et l’expertise doivent être mises à profit, les scientifiques aux champs disciplinaires très variés, mais aussi les élus et le public dont les attentes de la connaissance de son patrimoine sont grandes. Aujourd’hui, l’approche globale se développe en croisant les disciplines, l’archéologie, la climatologie et l’hydrogéologie, comme à Lascaux, à Altamira et à Chauvet, sites précurseurs.

30Même si une certaine stabilité s’observe dans la grotte, conformément aux décisions du conseil scientifique présidé par Yves Coppens, des recherches diversifiées se poursuivent à Lascaux. Le parti pris semble celui de l’observation avant l’action, de ne pas agir trop vite afin d’éviter de créer un déséquilibre non anticipé et trop souvent irréversible sur ces écosystèmes complexes. Deux programmes de recherche sont développés, l’un sur « l’impact des paramètres physiques de l’atmosphère et des substrats sur le développement des micro-organismes » (projet : Microbiologie-Microclimat), l’autre pour caractériser les communautés microbiennes et rechercher les éventuelles corrélations entre le développement des micro-organismes et les paramètres physiques de l’atmosphère et des substrats (programme : L’écologie microbienne de la grotte de Lascaux). Les protocoles pour un suivi chromatique des parois de la grotte ont été élaborés et une « grotte laboratoire » a été choisie pour permettre d’élaborer des référentiels de tout type, comme par exemple la création de référentiels d’organismes se développant en milieu souterrain afin de pouvoir anticiper les risques encourus en milieu souterrain. La communication et l’accès à ces recherches et leurs résultats devraient pouvoir être partagés par l’ensemble de la communauté, ce que tente de réaliser le ministère de la Culture et de la Communication sur ses pages Internet.

31Lascaux, patrimoine de l’humanité, est un bien universel aux enjeux importants pour lequel l’État n’économise ni les moyens financiers, ni l’implication des institutions publiques et des personnels pour un investissement d’envergure au croisement de disciplines variées et dont les techniques et les résultats profitent à l’ensemble de la société. Le souci de sa conservation est manifeste et s’exprime à un moment où l'humanité s'inquiète de son incapacité à gérer la nature. La question de l’équilibre de l’environnement se pose avec force en archéologie où l’intervention des scientifiques peut être intrusive ; et dans les grottes, cette intervention est aussi irrémédiable que les fouilles. Comment connaître sans détruire ?

Haut de page

Bibliographie

Pinçon, G. & J.-M. Geneste. 2010. « Art rupestre : la 3D un outil de médiation du réel invisible ? », In Situ, revue des patrimoines, n° 13, août [http://www.insitu.culture.fr/index_numero.xsp ?numero=13].

Haut de page

Notes

1 Éditions de la Maison des sciences de l’homme, avec le concours du ministère de la Culture et de la Communication, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du Centre national de la recherche scientifique et de l’Institut national des recherches archéologiques préventives [http://www.culture.gouv.fr/culture/dp/daf_archeo/pages/catalogue/dAf105/sommaire_daf105.html].]

2 Propagation algale révélée par la présence de discrètes taches vertes.

3 Formation de concrétions calcaires entraînant l’altération des parois sous la forme d’un léger voile de calcite opaque.

4 À Lascaux, le nombre de visiteurs est alors restreint à cinq par jour, cinq jours par semaine.

5 « Point d’information sur l’état de la grotte de Lascaux au 13 avril 2012 » [http://www.culture.gouv.fr/culture/dp/archeo/lascaux.html]]

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Cheval chinois, Lascaux, cliché Norbert Aujoulat
Crédits © MCC
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1681/img-1.png
Fichier image/png, 3,7M
Titre Fig. 2
Légende Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vérèze. Localisation des biens inscrits sur le Liste en 1979
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1681/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 3
Légende Vue générale de la salle des taureaux, Lascaux, cliché Norbert Aujoulat
Crédits © MCC
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1681/img-3.png
Fichier image/png, 557k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Pinçon, « Compte rendu critique des actes du symposium international sur Lascaux et la conservation en milieu souterrain », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 47-51.

Référence électronique

Geneviève Pinçon, « Compte rendu critique des actes du symposium international sur Lascaux et la conservation en milieu souterrain », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1681 ; DOI : 10.4000/nda.1681

Haut de page

Auteur

Geneviève Pinçon

Ethnologie préhistorique, Umr 7041 ArScAn, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie
genevieve.pincon@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

  • Le Roc-aux-Sorciers [Texte intégral]
    Du site au centre d’interprétation, un choix scénographique original
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 117 | 2009
Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org