Navigation – Plan du site
Dossier

Situations archéologiques, expériences coloniales

Nathan Schlanger
p. 41-46

Texte intégral

1Les situations coloniales et archéologiques dont font état les articles assemblés dans ces deux volumes des Nouvelles de l’archéologie sont d’une diversité tout à fait impressionnante. Sans bien évidemment chercher à faire le tour complet de la question, ces contributions nous permettent de mieux cerner quelques-uns des éléments les plus variables et les plus marquants de cette dyade qui nous intéresse tant, colonialisme et archéologie. Depuis un moment déjà, aucun archéologue travaillant « ailleurs », à l’étranger, ne peut ignorer, d’un point de vue éthique ou pratique, que sa discipline est, historiquement du moins, mais souvent avec des répercussions perceptibles encore aujourd’hui, une science coloniale. Les archéologues travaillant « ici » en métropole en sont peut-être moins conscients et il n’est pas inutile de chercher à les sensibiliser davantage, eux aussi, aux dimensions idéologiques et pragmatiques de leur science.

Contexte

2Rappelons pour commencer, à la suite de plusieurs contributeurs, que les deux termes « archéologie » et « colonialisme » peuvent se retrouver associés de diverses façons. Ainsi, il existe une « archéologie de la colonisation » qui porte sur des territoires, des frontières, des contacts et des échanges. Entre corridors biogéographiques et campagnes militaires, entre domination et acculturation, cette archéologie-là s’intéresse autant aux mouvements de l’Homo sapiens à l’échelle planétaire qu’aux liens forgés des deux côtés du limes romain. Chronologiquement plus spécifique, l’« archéologie de la période coloniale » étudie l’expansion extra-européenne depuis les « rencontres colombiennes » de 1492. Partie prenante de l’archéologie historique ou contemporaine en Afrique, en Asie, en Océanie ou aux Amériques, cette enquête aborde les vestiges de l’expansion et de l’implantation coloniale, les fortifications, les plantations, les points d’échanges, les cultures matérielles et les symboles de domination. Au-delà cependant de ces associations tout à fait pertinentes, ce qui nous intéresse ici en premier lieu est le « contexte » colonial, cet éventail particulier de conditions politiques, économiques et culturelles qui fait que l’archéologie, pour s’en tenir à elle, se pratique et prend son sens dans le cadre d’une « domination » administrative et cognitive exercée sur une population locale, indigène, autochtone. Dans cette perspective contextuelle donc, l’archéologie coloniale rend particulièrement perceptibles les rapports qui sévissent entre la pratique de la discipline et les usages qui en sont faits, entre le savoir et le pouvoir : s’ils semblent plus immédiats sous les tropiques, ces rapports n’en sont pas moins d’actualité, toutes latitudes confondues.

Proximité

3Les motivations de cette domination archéologique peuvent d’autant plus faire l’objet d’une première catégorisation qu’elles sont parfois très visibles. Nous connaissons déjà la distinction bien rodée entre colonies de « peuplement » et colonies d’« exploitation ». Pour ce qui est de la deuxième vague de l’expansion coloniale européenne, celle du xixe siècle, l’Afrique du Nord française ou l’Afrique australe britannique représentent un exemple du premier type, avec des populations européennes s’installant dans le but de s’enraciner ; le meilleur exemple du second type est le Congo belge, où il s’agit plutôt d’exploiter au plus vite les ressources naturelles et humaines. Par extension, dans le registre de l’appropriation du passé archéologique ou historique, on pourra distinguer les colonies privilégiant la « proximité » de celles où prévaut la « distance ».

4Dans le premier cas, le passé qui intéresse en priorité les colonisateurs est celui qui a à voir avec leur propre positionnement historique et qui leur permet de postuler, vestiges à l’appui, une affinité légitimatrice. L’Afrique du Nord constitue un site privilégié de cette proximité proclamée (voir entres autres Van Dommelen 1997, Díaz-Andreu 2007). Ainsi, Salima Naji montre dans son article comment, au Maroc, des historiens et archéologues des années 1930, tels Henri Terrasse et Robert Montagne, épousent les lignes de l’idéologie coloniale et imaginent les habitants des villes marocaines attardés au Moyen Âge européen, alors que les Berbères des campagnes n’auraient pas dépassé l’Antiquité, les uns et les autres incarnant des étapes formatrices de la civilisation occidentale. La mise entre parenthèses de l’histoire arabe est perceptible aussi dans la Tunisie coloniale, où Louis Bertrand rêve d’effacer le patrimoine architectural mauresque au profit des monuments romains. Selon Hédi Dridi et Antonella Mezzolani Andreose, en tentant de ranimer les ruines et les théâtres de Carthage et des autres cités antiques de la région, ce sont les racines d’une toute hypothétique « nation latine » d’Afrique que Bertrand cherche à dégager. Des cas peut-être moins connus, mais tout aussi révélateurs de telles aspirations de proximité, sont proposés dans ces numéros des Nouvelles de l’archéologie. Comme le montre Anne-Julie Etter, dès la deuxième moitié du xviiie siècle, le passé archéologique de l’Inde s’étudie en relation avec les concepts de foyers et de migrations, tels qu’ils sont inscrits dans la cosmologie occidentale et le récit biblique : depuis le Bouddha d’origine africaine jusqu’aux mégalithes irlandais et indiens, le passé commun que dévoilent les monuments (et les langues) est une ressource à la fois idéologique et administrative de la gouvernance coloniale. La proximité revendiquée par l’archéologie japonaise en Corée au début du xxe siècle se place dans le cadre d’un impérialisme oriental. Cependant, comme le rapporte Arnaud Nanta, le discours de légitimation japonais s’établit, lui aussi, sur la base d’une « proximité ethnique » avec la population coréenne, avant d’enchaîner sur le constat de la « stagnation » de celle-ci, voire de sa « dépendance vis-à-vis de l’extérieur ». Que ce soit donc en mer de Chine ou en Méditerranée, cette gamme de présuppositions permet d’ouvrir un espace d’historicité partagée entre colonisés et colonisateurs, pour le profit au moins symbolique de ces derniers.

Distance

5Dans le deuxième cas de figure, l’archéologie est plutôt un moyen d’ériger et de maintenir des distances avec les populations colonisées. Si un cadre historique commun est mis en avant dans cette perspective, il sert plutôt à contraster et à démarquer. Alors que, pour les aires indo-européennes ou circum-méditerranéennes, les foyers et les routes de migration gagnent en intérêt et en intelligibilité lorsqu’on en suit les aléas, ici le paradigme diffusionniste se porte plutôt sur les conditions d’arrivée, en quelque sorte sur la supériorité géopolitique qui en découle et qu’il s’agit de rendre incontestable. Ainsi en Nouvelle-Calédonie, comme le constatent Christophe Sand, Jacques Bole et André-John Ouetcho, divers coloniaux ont postulé, dès la fin du xixe siècle, que les Mélanésiens actuels n’étaient que les « derniers arrivants » et avaient eux-mêmes précédé des groupes plus civilisés qui auraient laissé sur place d’énigmatiques vestiges archéologiques. Un exemple particulièrement développé de cette vision est l’hypothèse formulée au même moment par les historiens Stow et Theal sur les vagues de migrations vers l’Afrique australe, « cul-de-sac » dans lequel se déversèrent les Portugais, les Hollandais puis les Anglais, derniers acteurs de la poussée colonisatrice. En Afrique du Sud, cette conception a justifié des programmes de recherche extrêmement pointus autour des migrations bantu, notamment pour établir à quel point leur présence, et donc leur légitimité territoriale, était ou non, à quelques années près, antérieure à l’arrivée du Portugais Bartolomeu Dias en 1488. En ce sens, les vagues successives de migrations vers les recoins du globe reflètent, pour ceux qui les retracent, un destin historique de déchéance et de remplacement, un destin que confirme amplement la dernière vague d’expansion, celle de la colonisation occidentale (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Dans les années 1930, le préhistorien sud-africain C. Van Riet Lowe esquisse l'expansion mondiale des industries acheuléennes

(Archives du Rock Art Research Institute / University of the Wiwaterstrand, Johannesburg)

6Une autre stratégie de mise à distance se fonde plutôt sur la négation de l’historicité de l’autre, qui serait en quelque sorte atemporel. Historiens et anthropologues ont bien mis en lumière la conception coloniale classique qui consiste à représenter les populations locales comme étant « sans histoire » (Wolf 1982) ou encore « hors du temps » (Fabian 1983). En archéologie, cette posture s’exprime notamment dans la terminologie avec les notions de « précolonial » que problématise Alexandra Galitzine-Loumpet et de « précolombien » qu’évoque Stéphen Rostain : des concepts « frontières » ou « chapeaux » qui englobent, uniformisent et tiennent à distance l’autre et sa temporalité. Pour Germain Loumpet, un rôle similaire est assigné au lieu emblématique qu’est la forêt équatoriale, synonyme du refoulement de l’histoire en faveur d’une naturalisation ethnographique. À propos des châteaux somba du Bénin (Dahomey), Laurent Zerbini montre comment l’administrateur archéologue Albert-Marie Maurice reproduit, même dans les années de l’après-guerre, les stéréotypes comparatifs d’une population « archaïque » et « figée », en minorant, dans l’étude de leur architecture, autant l’ethnographie que l’histoire. Récemment, cette démarche de distanciation a reçu une expression aussi notoire que paradoxale dans le discours du président français Nicolas Sarkozy à Dakar qui, tout en reconnaissant diverses erreurs du colonialisme, a mis en avant une vision bien particulière de l’Afrique :

« Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine, ni pour l’idée de progrès » (Nicolas Sarkozy, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, le 26 juillet 2007).

7Les enjeux factuels ou conceptuels que soulève cette supposée immobilité sont de taille : parmi les multiples réactions, signalons la démonstration particulièrement probante de la profondeur et de la richesse de l’histoire africaine faite par la communauté archéologique internationale lors du 13e congrès de l’Association panafricaine d’archéologie réuni à Dakar même en novembre 2010. Pour notre propos, il est particulièrement intéressant de constater que cette conception, en termes de langage et de thématiques, a paradoxalement plus d’affinités avec un discours de type amateur, voire romantique, qu’avec les constats d’une science institutionnalisée et officielle.

Hétérogénéité

8Ce discours nous permet en effet de mieux saisir la grande diversité, et même l’hétérogénéité, de l’archéologie coloniale. Au-delà de la distinction entre colonies de peuplement et d’exploitation, au-delà de la variabilité due aux puissances colonisatrices et aux populations indigènes en présence, au-delà des fluctuations à travers le temps et l’espace, il faut aussi garder en mémoire que les colons eux-mêmes constituent un groupe bien vaste et bigarré. À la suite de nombreuses études anthropologiques et historiques du colonialisme (par exemple Stoler 1989, Pels 1997), acceptons que la « situation coloniale » est, presque par définition, un amalgame culturellement et idéologiquement pluriel. Les colonisateurs ne constituent pas plus que les autochtones eux-mêmes une entité lisse et uniforme à laquelle on pourrait attribuer des intentions ou des dispositions standardisées envers les indigènes et leurs patrimoines, ou encore au regard de leurs propres conceptions et positionnements identitaires. Les situations coloniales mettent ainsi en scène une gamme d’acteurs potentiels : en premier lieu, des administrateurs coloniaux – notons ici les fonctionnaires des postes que rencontrent Christophe Sand et ses coauteurs en Nouvelle-Calédonie, ou Maarteen Coutenier au Congo belge – et des militaires dont l’action nous est présentée par Laurick Zerbini au Bénin, par Julie d’Andurain au Maroc et en Syrie mandataire, par Béatrice Wisniewski et Caroline Herbelin au Vietnam, des médecins et des missionnaires, des entrepreneurs et des commerçants, des propriétaires terriens et des métayers, et ainsi de suite. Cette énumération serait incomplète si l’on oubliait les corps ou les ethnies « minoritaires » qui forment souvent le gros de la troupe coloniale : les femmes, bien sûr, puis, dans l’empire britannique, une pléthore plus ou moins hiérarchisée de ressortissants écossais et irlandais, suivis de clercs hindous, de négociants libanais, de grossistes pakistanais, etc.

9Tous évidemment ne vont pas porter un regard quelconque sur l’archéologie, y reconnaître une science ou un passe-temps digne de s’y investir. L’infime minorité qui s’y intéresse, cependant, se range alors d’un côté d’un découpage qu’il nous faut mieux cerner et problématiser. Ce sont des amateurs, passionnés, spontanés, pour la plupart autodidactes. Même si leur intérêt pour le passé et ses vestiges s’est d’abord affirmé en métropole, du moins pour la première génération d’entre eux, ce n’est certainement pas cet intérêt-là qui les a menés à l’outre-mer. Une fois sur place, quand leurs occupations principales leur en laissent l’occasion ou le loisir, ils s’adonnent à l’archéologie avec les seuls moyens du bord (nous verrons plus bas en quoi cela peut consister), souvent sans méthode formalisée ni véritable problématique, pour explorer un passé qui n’est manifestement pas le leur. À notre dyade coloniale portant sur des passés de « proximité » ou de « distance » s’ajoute donc une autre distinction. D’une part, nous observons cette archéologie plutôt informelle, de facture « locale », presque « antiquaire », expression d’une curiosité qui pourra toucher autant à la flore ou aux coutumes tribales qu’aux vestiges du passé. D’autre part, se constate une archéologie professionnelle, institutionnelle, émanation ou dédoublement de structures métropolitaines, dont les agents missionnés se déplacent vers les tropiques pour en explorer les grandes civilisations ou pour y créer des structures d’exploration, motivés par des objectifs de recherche, de collecte ou de mise en vitrine, et affichant avec plus ou moins de succès et de sincérité un discours « universel » (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

L'art rupestre « bushman » mis en scène au musée McGregor dans les années 1920

(Archives du musée McGregor, Kimberly, Afrique du Sud)

  • 1  Ces recherches ont été menées dans le cadre du projet européen Area (Archives of European Archaeol (...)

10Peut-on cependant en déduire que l’archéologie amateur ou « locale » est une archéologie « colonialiste » ? Bruce Trigger penche dans ce sens dans son article pionnier  « Alternative archaeologies: nationalist, colonialist, imperialist », considérant que ses praticiens visent à légitimer leur position de pouvoir en accentuant « le caractère primitif et le manque d’entreprise de ces populations indigènes […] cherchant à démontrer qu’elles ont été statiques depuis les temps préhistoriques et donc dépourvues de toute initiative pour se développer par leurs propres moyens » (Trigger 1984 : 360, 363 ; voir également Robertshaw 1990). Une véritable sociologie de l’archéologie coloniale amateur, qui serait établie sur des sources d’archives et enrichie d’analyses historiques et anthropologiques, fait encore défaut. Cependant, nous avons déjà constaté d’une part que cette vision « immobiliste » n’est aucunement limitée à des expressions informelles, et d’autre part qu’elle ne saurait rendre compte de toutes les déclinaisons attestées de l’archéologie locale. Après tout, les personnalités déjà convaincues que les indigènes sont essentiellement hors du temps (et condamnés à y rester) ne vont pas nécessairement prendre la peine de fouiller et de suer sous le soleil tropical pour le démontrer. A contrario, du moins pour ce qui est de l’archéologie amateur en Afrique subsaharienne dans l’entre-deux-guerres, nombre de praticiens s’avèrent plutôt avoir à cœur le bien des populations et des cultures qu’ils étudient1. Si des processus de validation et d’échanges de spécimens avec la métropole sont bien attestés, leur approche presque « sociale » de l’archéologie se répercute aussi sur le destin des trouvailles : dans la brousse, les archéologues amateurs semblent tout autant intéressés à une « mise en valeur » locale du patrimoine, sous la forme de musées, d’expositions, de restitutions. Leur attitude paraît en tout cas être moins contorsionnée en ce domaine que celle des archéologues institutionnels, dont l’une des premières raisons d’être est d’alimenter en belles pièces le Louvre et le musée Guimet ou leurs équivalents occidentaux.

11Peut-on donc en déduire que l’archéologie coloniale institutionnelle est, quant à elle, foncièrement orientée par des considérations d’influence symbolique et diplomatique ? Le regard métropolitain, qui guide et évalue les actions sur place, est en tout cas beaucoup plus marqué, sinon omniprésent. Ainsi en Égypte coloniale, comme l’explique Éric Gady, le déclin de l’empire ottoman est l’occasion d’un partage inédit : aux Britanniques, le contrôle de l’Égypte contemporaine, son administration et son économie, à la France, le protectorat de l’Égypte antique – un « impérialisme de substitution » qui se manifeste par un investissement scientifique mais aussi administratif, avec l’octroi ou le refus de permis de fouille et surtout d’exportation. Ailleurs, au début du xxe siècle, quand l’Afghanistan qu’étudie ici Annick Fenet confie à la France la gestion de son patrimoine archéologique, c’est en premier lieu pour éviter d’avoir à choisir entre Britanniques et Russes, engagés tous deux dans un « great game » épique aux marges de l’Inde. Toujours en Asie centrale, Claude Rapin et Svetlana Gorshenina nous montrent que les diversités ne sont pas simplement géographiques, mais aussi chronologiques : de la Russie tsariste à l’Union soviétique, le paradigme diffusionniste est remplacé par celui de l’ethnogenèse – qui d’ailleurs perdure, avec d’autres ambitions, dans la période postsoviétique. À une autre échelle, l’importation de tensions métropolitaines dans les colonies est également attestée en Afrique, par exemple au Congo belge où l’archéologue Victor Jacques établit en passant une équivalence entre le sort des Pygmées aux mains des Bantus et celui des Flamands vis-à-vis des Wallons. D’ailleurs, dans l’Afrique du Sud des années 1920 et 1930, des préhistoriens tels John Goodwin et Clarence Van Riet Lowe prennent appui sur la diversité des populations immigrantes parlant l’anglais ou l’afrikaans pour expliquer la diversité culturelle des âges de la Pierre. De retour en Asie de l’Est, comme le montrent bien Béatrice Wisniewski et Caroline Herbelin, l’accent que met l’institution créée sur place (l’Éfeo) sur l’archéologie monumentale et la restauration architecturale aux dépens, notamment, des recherches préhistoriques laissées aux amateurs, correspond au besoin de rendre plus spectaculaire encore la mission civilisatrice du colonisateur, sinon de « réveiller les consciences nationales ». La propagande archéologico-coloniale s’avère en tout cas efficace en interne aussi bien qu’en externe dans la mesure où, aux dires d’Amaury Lorin, se perpétuent toujours le « mystère » et la « magie » d’Angkor. Accordons-nous en tout cas avec le constat de Jean-Michel Kasbarian selon lequel, analyses et chiffres à l’appui, le dispositif de l’archéologie française à l’étranger s’est d’emblée constitué comme outil de rayonnement et de diplomatie d’influence.

Pratiques

12Ce que partagent à divers degrés l’archéologie amateur et l’archéologie institutionnelle, c’est bien le contexte de leur pratique : le terrain colonial. Avec ses tendances romantiques et héroïsantes, l’historiographie conventionnelle néglige trop souvent cet aspect de la réalité archéologique : au-delà des épreuves formatrices et des découvertes marquantes, entrent aussi en jeu des rapports politiques, juridiques et économiques qui font du savoir produit à la fois une expression et un instrument du pouvoir (voir Moro Abadia 2006). En comparaison avec l’archéologie métropolitaine, tout semble là-bas plus facile ou du moins plus gérable ; on pourrait presque évoquer, de façon certes anachronique, une forme de « délocalisation », en termes de productivité et de bénéfices accrus par rapport aux investissements.

13Au premier registre, le repérage puis l’exploitation des sites archéologiques bénéficient pleinement de la juridiction coloniale. Celle-ci donne bien souvent à l’administration en place des pouvoirs de préemption et d’expropriation sur les propriétés privées, qu’elles soient individuelles ou collectives, coutumières ou formalisées, ainsi que sur leur contenu immobile et surtout mobile, pour ce qui est du commerce et de l’exportation. Cette aisance juridique permet bien sûr des dépossessions notoires, qui font par effet de retour l’objet de revendications, telle la fameuse wish-list de l’Égyptien Zahi Hawass. Cependant, comme nous le rappelle ici Alain Schnapp, cette aisance constitue aussi une opportunité sans précédent pour concevoir, innover et implanter des systèmes de prise en compte du patrimoine archéologique. Ainsi, dès 1871, la Archaeological Survey of India constitue un modèle de gestion coordonnée et efficace que l’Angleterre s’avérera, au fil du temps, de moins en moins capable de mettre en œuvre chez elle. Les mesures de gestion du patrimoine déployées dans les colonies et protectorats français d’Afrique du Nord anticipent de plusieurs décennies la législation appliquée en métropole. Le système des « écoles » à l’étranger, instituts de recherche à l’échelle territoriale, précède de plus d’un siècle des développements métropolitains comparables (Demoule 2012). De même, c’est dans un contexte foncièrement colonial – autour du barrage d’Assouan de 1907 – que sont mis en œuvre les premiers programmes systématiques d’archéologie préventive (Schlanger 2008) (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

« Chaos » (en haut) et « Discipline » (en bas) : archéologie et ressources humaines selon Mortimer Wheeler (Wheeler 1954)

14À un autre registre, l’accès aux ressources humaines en tant que « main-d’œuvre », leur disponibilité et leurs bas coûts constituent un des atouts caractéristiques du système colonial. Que ce soit sous forme d’emploi rémunéré au temps œuvré ou à la pièce découverte, et parfois de corvées ou encore de recrutements plus ou moins volontaires de boys ou de terrassiers, les possibilités et les enjeux sont de taille. Quelques indications nous sont données ici. Au Congo, Jean Colette bénéficie depuis 1925 de l’aide de prisonniers recevant une prime s’ils laissent les artefacts dégagés in situ. L’apparatus est plus développé au Moyen-Orient : en Syrie mandataire, Laurence Gillot énumère les procédures et les métiers sur le chantier, y compris les piocheurs, les pelleteurs et les ramasseurs indigènes. Stephen Quirke (2010) a mené récemment une enquête approfondie sur les « mains invisibles » employées par l’égyptologue Flinders Petrie. L’étude critique de ce domaine en est encore à ses débuts mais il me semble important de compléter des considérations socio-économiques et éthiques par la dimension cognitive, reliée à la production même du savoir (Schlanger 2010) : en quoi et comment le contexte colonial informe le passé archéologique, lui donne sens, en est constitutif ?

Post-colonialismes ?

15Si l’entreprise archéologique dans les colonies constitue bien un « terrain d’essai », comme le dit Arnaud Nanta à propos des Japonais en Corée, peut-on y voir le même type de logique que celle des « essais nucléaires » que l’on menait jadis sur des déserts ou des atolls si disponibles ? La question, toutes proportions gardées, se pose après l’accession des pays concernés à l’indépendance, dans la mesure où l’archéologie semble y rencontrer les mêmes difficultés et aléas que dans les métropoles en général. Qu’en est-il, par exemple, du partage des connaissances et de l’inclusion des communautés savantes locales ? En Égypte, si la première génération d’archéologues égyptiens apparaît dans les années 1920, la domination occidentale perdure encore des décennies. Au Vietnam, le rôle marginal qu’ont joué quelques savants locaux auprès de l’Éfeo leur a permis de rebondir dès 1945 vers une archéologie postcoloniale, où la « conscience nationale » privilégie les vestiges préhistoriques plutôt que le monumental. Au Turkestan, après 1991, les collectionneurs d’antan deviennent des « pères fondateurs ». Si l’Amazonie est encore « en attende de décolonisation », aux dires de Stéphen Rostain, on a bien saisi en Nouvelle-Calédonie que l’archéologie, notamment celle de la période lapita, sert aussi à dégager les racines d’un « mythe fondateur » partagé. Un constat similaire peut être fait dans l’Afrique du Sud postapartheid, où la notion diffusionniste de « berceau de l’humanité » regagne une nouvelle pertinence.

16Entre pertinence et compromission, la démarcation reste encore et toujours difficile à tracer. Quand le Premier ministre François Fillon vient inaugurer le temple de Baphuon au Cambodge, comme le relève Amaury Lorin, fait-il œuvre de transfert, de rayonnement ou de coopération, selon les catégories de la diplomatie d’influence de Jean-Michel Kasbarian ? Ce dernier cherche à montrer certains progrès accomplis en termes d’ouverture et de consolidation du savoir, accompagnés d’une prise en compte moins paternaliste des acteurs et des enjeux locaux. Mais, pour s’en ternir à un seul exemple, le « printemps arabe » nous montre aussi toute la précarité du dispositif. Ces révolutions risquent non seulement d’exacerber la mainmise nationaliste de l’État sur le patrimoine, mais aussi de couper court à des rapprochements politiquement « expédients » avec les anciens régimes, comprenant divers projets d’aménagement du littoral tunisien ou du métro de Damas. Tout ceci montre bien l’étroitesse du chemin sur lesquels les archéologues sont amenés à naviguer, entre la reconnaissance souhaitée de leur science et de son utilité, surtout si elle est accompagnée de marques de prestige et de financements adéquats, et la revendication d’une neutralité, d’un désintérêt intrinsèque de la discipline, n’obéissant qu’a ses propres critères déontologiques et professionnels. Et, si l’archéologie « d’ailleurs » a rendu ces dilemmes particulièrement sensibles, rappelons-nous qu’ils ne sont pas moins constitutifs de l’archéologie « d’ici ».

Haut de page

Bibliographie

Demoule, J.-P. 2012. On a retrouvé l’histoire de France. Comment l’archéologie raconte notre passé. Paris, Robert Laffont, 333 p.

Díaz-Andreu, M. 2007. A world history of nineteenth-century archaeology: nationalism, colonialism, and the past. Oxford, Oxford University Press, 504 p.

Fabian, J. 1983. Time and the Other. How Anthropology and the Other. New York, Columbia University Press, 205 p.

Lévin, S. & N. Schlanger. 2009. « Logiques individuelles, logiques d’État : Archéologie et sciences coloniales en Afrique subsaharienne d’après les archives du ministère de l’Instruction publique », Les Nouvelles de l’archéologie, 116 : 41-44.

Moro Abadia, O. 2006. « The History of Archaeology as a ‘Colonial Discourse’ », Bulletin of the History of Archaeology, 16 : 4-17.

Pels, P. 1997. « The anthropology of colonialism. Culture, history and the emergence of Western governmentality », Ann. Review of Anthropology, 28 : 163-83.

Quirke, S. 2010. Hidden hands: Egyptian workforces in Petrie excavation archives, 1880–1924. London, Duckworth, 334 p.

Robertshaw, P. (éd.). 1990. A History of African Archaeology. London, J. Currey, 378 p. 

Schlanger, N. 2002. « Making the past for South Africa’s future: the prehistory of Field-Marshal Smuts (1920s–1940s) », Antiquity, 76 : 200-209.

– 2005. « The history of a special relationship: prehistoric terminology and lithic technology between the French and South African research traditions », in : F. d’Errico & L. Backwell (éd.), From Tools to Symbols - From Early Hominids to Modern Humans. Johannesburg, University of the Witwatersrand : 9-37.

– 2008. « D’Assouan à Nouakchott, en passant par Malte. Éléments pour une histoire de l’archéologie préventive en Afrique », in : B. O. M. Naffé, R. Lanfranchi & N. Schlanger (dir.), L’archéologie préventive en Afrique : enjeux et perspectives, Saint-Maur-des-Fossés, Imrs/Inrap, Éditions Sépia : 31-38.

– 2010. « Manual and Intellectual Labour in Archaeology: Past and Present in Human Resource Management », in : S. Koerner & I. Russell (éd.), Unquiet Pasts. Risk Society, Lived Cultural Heritage, Re-designing Reflexivity. London, Ashgate Publishing Limited : 161-171.

Schnapp, A., N. Schlanger, S. Lévin & N. Coye (dir.). 2007. « Archives de l’archéologie européenne (Area) », Les Nouvelles de l’archéologie, 110.

Stoler, A. L. 1989. « Rethinking colonial categories: European communities and the Boundaries of Rule », Comparative Studies in Society and History, 31 : 134-161.

Trigger, B. 1984. « Alternative archaeologies: Nationalist, Colonialist, Imperialist », Man (n.s.), 19 : 355-370.

Van Dommelen, P. 1997. « Colonial constructs; colonialism and archaeology in the Mediterranean », World Archaeology, 28/3 : 305-323.

Wheeler, M. 1954. Archaeology from the Earth. Oxford, Clarendon Press, 221 p.

Wolf, E. 1982. Europe and the people without history. Berkeley, University of California Press, 536 p.

Haut de page

Notes

1  Ces recherches ont été menées dans le cadre du projet européen Area (Archives of European Archaeology), en partie avec le soutien de l’Université de Witswatersrand à Johannesburg. Voir Schlanger 2002, 2005, Lévin & Schlanger 2009, Schnapp et al. 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Dans les années 1930, le préhistorien sud-africain C. Van Riet Lowe esquisse l'expansion mondiale des industries acheuléennes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1676/img-1.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 2
Légende L'art rupestre « bushman » mis en scène au musée McGregor dans les années 1920
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1676/img-2.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Fig. 3
Légende « Chaos » (en haut) et « Discipline » (en bas) : archéologie et ressources humaines selon Mortimer Wheeler (Wheeler 1954)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1676/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathan Schlanger, « Situations archéologiques, expériences coloniales », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 41-46.

Référence électronique

Nathan Schlanger, « Situations archéologiques, expériences coloniales », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1676 ; DOI : 10.4000/nda.1676

Haut de page

Auteur

Nathan Schlanger

Inrap/Umr Trajectoires, University of the Witwatersrand, Johannesburg
schlanger1@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org