Navigation – Plan du site
Dossier
3/ devenirs: archéologie(s) en situation coloniale
Complément

Archéologie: une discipline coloniale?

Sabine Cornelis 
p. 40-41

Résumés

L’archéologie fut-elle et est-elle encore une discipline « coloniale », un instrument des empires ? Ne permit-elle pas une meilleure appréhension de l’histoire des Autres, a contrario des idéologies impérialistes ? Comment la profiler dans le futur ? L’archéologie joue un rôle fondamental pour la reconstitution de l’histoire et du fonctionnement de sociétés au sein desquelles la transmission des savoirs s’opère autrement que par l’écrit, en Asie, en Afrique ou en Europe et offre de multiples opportunités, qu’il s’agisse de développement durable, de multidisciplinarité ou d’approche multi vocale. Le cas du musée royal de l’Afrique centrale, ancienne institution coloniale, qui travaille actuellement avec la diaspora africaine sur la réappropriation locale du passé et le décloisonnement des sciences, peut offrir une perspective comparative.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’ambition de ce colloque « Archéologie[s] coloniale[s] : une approche transversale » nécessite la remise en question, voire la déconstruction, de certains aspects de nos savoirs ou de nos méthodologies, imprégnés par les théories pratiques de la colonisation, ainsi que la construction multidisciplinaire de nouveaux outils plus appropriés. Une approche transversale envisagera aussi les usages actuels de l’archéologie.

2Le panel inaugural permet d’interroger l’archéologie, sa construction comme science, ses relations aux contextes géopolitiques et sa spécificité au sein du projet colonial : l’archéologie fut-elle et est-elle encore une discipline « coloniale », un instrument des empires ? Ne permit-elle pas, a contrario des idéologies impérialistes, une meilleure appréhension de l’Histoire des « Autres » ? Comment peut-elle aujourd’hui participer à des processus de reconstitution et de réappropriation du passé, aux reconstructions identitaires, pour autant qu’elle ne soit pas instrumentalisée – au même titre que d’autres disciplines ou sciences – par les pouvoirs et ce, quelle que soit la nature de ceux-ci ? Comment la profiler dans le futur ?

3L’archéologie joue un rôle fondamental pour la reconstitution de l’histoire et du fonctionnement de sociétés au sein desquelles la transmission des savoirs s’opère autrement que par l’écrit, en Asie, en Afrique ou en Europe. Elle fonctionne de façon disciplinaire ou pluridisciplinaire, en s’associant notamment à l’histoire, à l’anthropologie, à la linguistique, à la géologie, tout en jouant un rôle positif dans une perspective de développement durable. Songeons à des contextes sociétaux particuliers comme la reconstruction postapartheid, ou aux études d’impact liées à l’exploitation des ressources naturelles. À cet égard, la cartographie d’abris sous roche, exposée par Germain Loumpet, fait figure d’exemple.

4Les sources principales – archives (documents, photographies), monuments, patrimoine bâti – et la méthodologie des interventions de la journée posent, parmi les participants, la question de la science postcoloniale en France. L’étonnement de certains membres de l’assistance a donc porté sur la faible participation multiculturelle au colloque, l’absence des Subaltern Studies et de leur méthodologie participative, la timidité de l’approche multivocale, également soulignée par Mercedes Volait et Nabila Oulebsir, ainsi que la présentation d’une histoire essentiellement axée sur des acteurs européens de l’archéologie et beaucoup moins sur les ouvriers locaux qui ont contribué aux chantiers.

  • 1  Voir notamment les expositions « Nature et culture en République démocratique du Congo » (Unesco, (...)

5À la fois cas d’étude et perspective comparative, le Musée royal de l’Afrique centrale (Tervuren, Belgique), dont l’origine est coloniale, poursuit depuis une dizaine d’années une réflexion particulièrement dense sur le passé, l’héritage, le patrimoine colonial, la décolonisation des mentalités, des sciences et du musée, en privilégiant une approche ainsi que des méthodologies multidisciplinaires et multi- ou interculturelles, grâce à de nouvelles interactions avec des partenaires locaux ou avec la diaspora africaine1. Le croisement des archives et des enquêtes de terrain, l’invitation d’expertises et de regards extérieurs sur l’histoire et les collections, le décloisonnement des sciences humaines et des sciences naturelles sont des avancées récentes. La perception actuelle du passé colonial dans les sociétés concernées – entre Afrique et Europe –, l’apport de l’Afrique au monde et la réappropriation locale du patrimoine et de l’histoire figurent parmi ses centres d’intérêts.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment les expositions « Nature et culture en République démocratique du Congo » (Unesco, 2004), http://portal.unesco.org/en/ev.php-URL_ID=22695&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html ; « La mémoire du Congo. Le temps colonial » (Mrac, 2005) ; la salle semi-permanente « Congo. Le temps colonial » (Mrac, 2006) ; « lndépendance ! 50 ans d’indépendance racontés par des Congolais », http://www.africamuseum.be/visiting/temporaryexpo/past/congo2010/independance/index_html ?set_language=fr&cl=fr ; « Congo Far West » (Mrac, 2011)  dans le cadre du projet « Sammy Baloji & Patrick Mudekereza en résidence au Musée royal de l’Afrique centrale. Arts, Sciences et Collections » ; le colloque « Archives Afrique Europe. Besoins ? Collaborations ? Avenirs ? La RDC, le Rwanda, le Burundi et la Belgique » (Mrac, 2010), http://www.africamuseum.be/museum/research/conferences/docs/conference-archives_dec2010FR.pdf ; et enfin la rencontre internationale « Sujets / Objets migrants » (Mrac, 2011), http://www.africamuseum.be/museum/research/conferences/docs/program-fr-readme-oct2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Cornelis , « Archéologie: une discipline coloniale? », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 40-41.

Référence électronique

Sabine Cornelis , « Archéologie: une discipline coloniale? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1669 ; DOI : 10.4000/nda.1669

Haut de page

Auteur

Sabine Cornelis 

Musée royal de l’Afrique centrale (Mrac)
sabine.cornelis@africamuseum.bel

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org