Navigation – Plan du site
Dossier
3/ devenirs: archéologie(s) en situation coloniale
10

Du désir de rayonnement de l’archéologie française à l’étranger à l’alliance scientifique avec les pays partenaires

L’archéologie française dans la diplomatie scientifique d’influence
Jean-Michel Kasbarian
p. 35-40

Résumés

Cet article se propose d’explorer une dimension de la recherche archéologique française à l’étranger, placée depuis 1945 sous la tutelle du Ministère des Affaires étrangères et européennes (Maee) : les relations avec les pays hôtes. Durant la période coloniale, ces relations ont été caractérisées par l’exportation de la science française, la maîtrise des sites et des politiques de recherche par le colonisateur. Avec la décolonisation et la mise en œuvre des politiques de coopération et d’aide au développement, ces relations ont évolué dans le sens du dialogue partenarial, l’archéologie extra-métropolitaine apparaissant comme un vecteur privilégié du rayonnement de la recherche française. Aujourd’hui, alors que de nombreux pays hôtes des missions françaises disposent de capacités scientifiques autonomes et entendent légitimement maîtriser leurs politiques patrimoniales, le Ministère des affaires étrangères et européennes entend promouvoir des alliances scientifiques d’envergure, associant les pays hôtes, les partenaires européens et internationaux, sur des programmes ambitieux et dotés des ressources nécessaires à la prise en compte de l’ensemble des composantes de la recherche et de la formation archéologique, de la protection et de la valorisation des sites ainsi que du développement des industries patrimoniales. Sur cet enjeu de politique scientifique et culturelle, le maintien du dispositif de pilotage de l’archéologie française à l’étranger au sein du Maee apparaît comme un atout pour la diplomatie française d’influence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Commission, issue du transfert au Maee, en mars 1945, de la 16e Commission des fouilles hors de (...)

1Depuis 1945, conseillé par la Commission consultative des recherches archéologiques1, le ministère des Affaires étrangères et européennes (Maee) joue un rôle central dans l’animation et la régulation de la politique archéologique de la France au-delà de ses frontières (Barnier 2004 : 10). Sur son avis, le ministère définit un programme annuel de missions bénéficiant d’un financement pouvant être affecté à la fouille, à l’étude du matériel ou à la préparation des publications.

2Cet article se propose d’explorer une dimension du dispositif archéologique français à l’étranger que le Maee privilégie dans une logique d’aide au développement et de diplomatie scientifique d’influence, celle des relations avec les pays hôtes. Bruno Delaye (2004 : 13), directeur général de la coopération au Maee, tient pour une spécificité de la conception française de l’aide publique au développement que d’intégrer la recherche en matière archéologique, la protection et la mise en valeur du patrimoine parmi les stratégies d’aide au développement. Élisabeth Béton Delègue (2004 : 408), directrice de la coopération scientifique, universitaire et de recherche, insiste sur le rôle du Maee dans l’aide à la promotion de la recherche française à l’international, en favorisant une « bonne coopération » basée sur un partenariat exigeant, impliquant des engagements réciproques. Cette symétrie des coopérations scientifiques n’est toujours pas établie avec de nombreux pays, du fait d’un déséquilibre des moyens et des compétences, ainsi que d’intérêts divergents, entre valorisation touristique, affirmation identitaire et recherche.

3En 2012, l’objectif du Maee est de favoriser une évolution significative des pratiques de coopération archéologique avec les pays hôtes, dans un contexte de mondialisation des biens et des services scientifiques et l’affirmation d’institutions nationales capables de maîtriser leurs politiques patrimoniales.

4Cet objectif passe par la promotion d’un modèle multipartenarial d’alliance pour des réponses globales et d’envergure dans des domaines à forts enjeux et intérêts communs, impliquant l’interdépendance des dispositifs et des ressources et la coproduction des programmes archéologiques dans l’ensemble de leurs composantes de recherche, protection, valorisation et formation.

5Cette évolution viendrait au terme d’une dynamique de transformation de nos relations avec les pays hôtes, ayant déjà rompu avec une politique de rayonnement et d’exportation d’un modèle de recherche et d’organisation scientifique. Le suivi de l’archéologie française à l’étranger par le Maee ne trouverait ainsi plus une justification, parfois forcée, dans sa fonction supplétive de la politique extérieure de la France (North 1997), mais trouverait toute sa légitimité comme un dispositif majeur de la diplomatie scientifique d’influence.

Les modèles de développement de l’archéologie française à l’étranger

6Trois modèles permettent de caractériser le déploiement de l’archéologie à l’étranger aux xixe et xxe siècles. Le transfert, le rayonnement et la coopération constituent des étapes successives mais non étanches de ce processus, certains éléments du modèle dominant à un moment de nos relations extérieures se maintenant dans le changement de paradigme. C’est ce que montre Xavier North, diplomate et acteur à un haut niveau dans la politique culturelle extérieure de la France :

« Il est remarquable que, pour être apparu tardivement dans l’histoire des relations culturelles internationales, le modèle de la coopération, loin de se substituer au désir d’expansion ou à l’impératif de l’échange, n’ait remplacé ni l’un ni l’autre dans les préoccupations des responsables politiques, coexistant avec eux dans des proportions variables selon les époques, les objectifs diplomatiques ou l’évolution des rapports de force entre nations. » (North 1997 : 6).

7En tant qu’acteur majeur de l’archéologie à l’étranger, le ministère des Affaires étrangères a accompagné ce déploiement, pesant sur les choix des pays et des sites, les orientations scientifiques, l’appui de terrain et le dialogue avec les partenaires. Un rôle que Pierre Cambon distingue clairement dans l’histoire de la Délégation archéologique française en Afghanistan :

« Dans ce jeu à plusieurs, les Affaires étrangères seront jusqu’à la fin le coordinateur et resteront l’interlocuteur privilégié de l’archéologie, lui permettant de répondre au double défi des problèmes de terrain et des attentes afghanes, sans oublier de replacer toujours la démarche française dans le contexte international et celui des enjeux que représente alors le territoire afghan au cœur même de l’Asie. » (Cambon 1999 : 159).

Transfert et maîtrise

8Le premier moment de ce déploiement associe la science archéologique à l’histoire des colonisations et de la mise en relation de dépendance des pays colonisés. Pour Georges Balandier, l’histoire de la science « moderne » dans la plupart des pays du Sud est d’abord celle d’une « science récemment et partiellement transférée » qui reçoit de l’extérieur son impulsion, ses orientations et ses moyens d’opérer (Balandier 1994 : 15). La science coloniale est d’abord utile, appliquée, déterminée en fonction des besoins de l’économie du colonisateur mais, « par implication, elle comporte une utilité croissante pour les ressortissants des sociétés autochtones… elle entraîne l’implantation de structures scientifiques modernes, dont l’Orstom et les instituts spécialisés à partir des années 1940 dans les pays de colonisation française » (Balandier 1994 : 14). Dès le milieu du xixe siècle, l’archéologie s’insère dans ce processus de constitution d’une science coloniale, caractérisée par l’exportation et le contrôle de la recherche (problématiques, méthodes, moyens) avec la création successive des écoles et instituts à l’étranger. L’expansion du champ des connaissances accompagne la domination politique, dans une logique de confrontation avec les principaux rivaux archéologiques européens : Angleterre et Allemagne.

9Étudiant les liens entre politique extérieure de la France et politique de l’archéologie autour de deux instituts français à l’étranger, l’École française d’Athènes et l’École française d’Extrême-Orient, Christophe Charle (2000) réfute toutefois une représentation instrumentale et réductrice des sciences en terrain colonial. L’aventure scientifique ne réplique ni ne prolonge l’aventure coloniale, pas plus qu’elle ne se caractérise par une pleine autonomie de recherche. La volonté de connaître des savants n’est affranchie ni des considérations politiques vulgaires, ni de la volonté de dominer du pouvoir colonial :

« Parce qu’il s’agit de microcosmes et d’institutions fragiles au contact direct de forces extérieures au champ scientifique, lui-même en proie à de fortes tensions internes du fait de l’autonomisation inachevée des disciplines concernées, l’imbrication des logiques internes et externes de ces interfaces entre intérêts disciplinaires et intérêts politiques se laisse saisir comme dans un effet de loupe. » (Charle 2000 : 90).

10L’histoire des instituts et missions archéologiques sous tutelle du Maee témoigne de cette imbrication des logiques, entre recherche (étude des civilisations, du maillon manquant, des siècles obscurs…) et politique étrangère (intérêts géopolitiques, confrontations ou collaborations scientifiques entre nations, flux budgétaires…). Cette imbrication permet de comprendre les évolutions dans le temps et l’espace de l’Institut français de Beyrouth (Gelin 2005) puis du Proche-Orient (Chevalier 2002), des Délégations archéologiques en Afghanistan (Olivier-Utard 1997), en Iran et en Irak, de l’Institut d’Istanbul et, plus récemment, du Centre français de recherche à Jérusalem (Nicault 2005) ou des Écoles françaises dépendant du ministère de l’Instruction publique (Leclant 2005), de l’Éducation nationale et, aujourd’hui, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

11Les trois orientations du modèle de transfert (Balandier 1994 : 14), l’inventaire (connaissance des milieux), la recherche spécialisée (exploitation des ressources) et la recherche à fonction de service (santé, alimentation…), se retrouvent dans l’organisation de l’archéologie dans les pays colonisés. Joseph Chamonard (1920 : 89-90), décrivant la mise en place sous l’égide de la France mandataire du Service des antiquités de Syrie, fait ainsi état de trois missions principales : inventaire des monuments, protection (exploitation des ressources) et création de musées (recherche à fonction de service). Cette politique de transfert et de maîtrise des institutions s’illustre particulièrement en Tunisie, vitrine de l’action culturelle française, où la France a mis en place, à la veille de la seconde guerre mondiale, une administration complexe qui associe recherche, enseignement universitaire, musées et services de monuments historiques et des antiquités (Gran-Aymerich 2005).

Rayonnement et diffusion

12Avec les indépendances, la demande des ex-pays colonisés justifie l’intervention culturelle et scientifique de la France. Aux États qui « expriment un besoin de science et de technique, de systèmes techno-scientifiques » dans un objectif de développement économique, de modernisation et d’indépendance (Balandier 1994 : 15), la France répond par une politique de rayonnement et de diffusion de sa culture. Inquiète, à la fin de la seconde guerre, de sa perte d’influence dans le monde, elle affiche sa volonté de retrouver un « rang », une « position », mais aussi de capter la demande des partenaires en protégeant ses intérêts culturels et scientifiques dans les ex-pays colonisés, en maîtrisant les flux de biens et de services, y compris culturels, les programmes de recherche, les affectations des moyens ou l’orientation des mobilités. Cette politique d’expansion est portée au ministère des Affaires étrangères par la Direction générale des relations culturelles, créée en 1945, qui intègre l’archéologie. En 1956, elle s’élargit à la formation des élites et à la promotion du français en devenant Direction générale des affaires culturelles et techniques, puis à la science en 1969. L’intervention du secrétaire général, Claude Schaeffer, à l’ouverture de la Commission des fouilles de l’année 1956 (Gran-Aymerich 2001) s’inscrit clairement dans ce modèle diffusionniste de la recherche, sous les auspices des Affaires étrangères. La demande des pays hôtes est interprétée comme un plébiscite des richesses dont la recherche française serait porteuse, le modèle d’exploitation économique marquant bien la dépendance des récipiendaires dans la production des connaissances :

« L’action archéologique organisée par la Commission des fouilles avec le concours de la Direction des Relations culturelles par sa continuité et par le succès de nos chercheurs nous vaut la sympathie d’un nombre croissant de pays qui nous invitent à participer à l’exploration de leur sous-sol archéologique. » (Gran-Aymerich 2001 : 5).

13L’évolution des structures a abouti, en 2009, à l’intégration de la sous-direction de l’archéologie et des sciences humaines au champ plus vaste des échanges scientifiques incluant l’ensemble des sciences, dans une sous-direction de la recherche de l’actuelle Direction des politiques de mobilité et d’attractivité au sein de la Direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats (Dgm), à vocation prioritairement stratégique. Ces évolutions du positionnement des affaires culturelles extérieures au sein du ministère ne conduisent toutefois pas à des réformes structurelles de son pilotage, exception faite de la création, en 1990, de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger qui engage le mouvement d’externalisation de l’action culturelle, encore en cours. Les priorités stratégiques ou géographiques, les nouveaux terrains (Europe centrale avec la fin du communisme, pays émergents) s’ajoutent aux précédents, l’expansion et l’empilement étant contraints essentiellement par les économies budgétaires imposées par les gestionnaires (North 1997 : 8). L’archéologie au sein du Maee reflète cette situation. Ainsi, la couverture géographique « universelle » des missions archéologiques n’est jamais remise en cause. L’ouverture à de nouvelles zones de recherche (l’Afrique subsaharienne, pour la plus récente, à partir des années 1980) a pu s’effectuer par des moyens financiers additionnels à ceux de la Commission des fouilles. Le Fonds de solidarité prioritaire (Fsp) permet d’étendre les interventions dans les domaines de la protection du patrimoine et de la formation à la recherche, dans un contexte de forte récurrence du nombre de sites, des missions et des financements, par mission et par zone. Aujourd’hui encore, parmi les missions du pourtour méditerranéen, les plus nombreuses du réseau (60 missions sur 158 en 2011), la moitié bénéficie d’un financement depuis plus de 20 ans. En près de 30 ans (1984-2012), le nombre de missions soutenues par la commission consultative s’est maintenu entre 150 et 158. Il en va de même de la répartition des financements par aires culturelles, invariable sur la dernière décennie.

De la coopération à l’alliance de recherche

14Les politiques de transfert et de rayonnement n’ont pas permis aux pays bénéficiaires de sortir d’une dépendance scientifique, ressentie de plus en plus comme inacceptable par les partenaires, coûteuse et inefficace par les acteurs chargés en France de leur mise en œuvre. Ce constat explique l’émergence du modèle de la coopération qui s’est étendu des pays anciennement colonisés à l’ensemble des pays en développement. Il a évolué de la coopération de substitution des décennies 1970-1980, encore très proche des modèles du transfert et du rayonnement, vers une coopération privilégiant la coproduction, caractérisée par « la volonté de faire travailler conjointement, autour d’un même objet, des équipes françaises et étrangères, qu’il s’agisse d’une opération de développement, d’un projet pédagogique ou encore d’une création scientifique », dans les années 1990 (North 1997 : 6).

15C’est ce projet que dessine Jean Leclant, secrétaire général de la Commission des recherches archéologiques à l’étranger pour la coopération archéologique :

« De plus en plus, nos missions associent archéologues français et collègues du pays qui les accueille ; nous devons participer à la formation des archéologues locaux. De plus en plus, également, les fouilles se prolongent par des programmes de consolidation, voire de restauration. » (Leclant 1984 : 646).

16La durée des missions se révèle déterminante pour assurer le passage nécessaire d’une logique de transfert puis de diffusion à la coopération scientifique. La spécificité du soutien du Maee, pluriannuel et de long terme (près de 7 missions sur 10 financées en 2011 ont plus de 10 ans), apparaît tout particulièrement aujourd’hui où s’imposent les logiques de moyen terme de la recherche sur projet, en quadriennal ou quinquennal. La durée des missions du Maee contribue significativement au développement de relations scientifiques pérennes entre chercheurs français et étrangers, particulièrement des pays hôtes, dans les missions vues comme « laboratoire[s], lieu[x] de coopération » (Benoit et al. 2004). La souplesse autorisée dans le fléchage des moyens par les chefs de mission favorise l’adaptation des activités aux besoins locaux, et dans une moindre mesure, scientifiques aussi, en faveur du patrimoine et de la formation.

17Ce contact prolongé de terrain avec les instances scientifiques et administratives locales se révèle tout particulièrement un atout en Afrique subsaharienne où opèrent les archéologues de l’Orstom, permettant des coopérations qui restent ponctuelles et peu institutionnelles. S’y exprime aussi une « demande sociale (quelque peu différente de la demande étatique…) très forte, focalisée sur les périodes historiques “proches” où les traditions orales se perdent, changent de contenu comme de fonction mais où les peuples concernés peuvent légitimement rechercher leurs “racines”. » (Marliac 1985 : 74).

18Les limites du modèle de coopération, manifestes dans les pays anciennement colonisés, peuvent être étendues à l’ensemble des pays en développement qui accueillent des missions du Maee. Elles tiennent moins aux intentions et aux valeurs qu’à la nature asymétrique de l’échange quand, faute d’équilibre des moyens, des politiques et des priorités, le partenariat au fondement de la coopération perd progressivement ce qui le définit, la réciprocité. Les relations entre chercheurs français et nationaux au sein des missions archéologiques reflètent cette difficulté. La production conjointe de recherche et le renforcement des capacités scientifiques d’une communauté de chercheurs ne découlent pas nécessairement de l’accueil d’étudiants et de chercheurs locaux au sein d’une mission archéologique française.

19L’impact du déploiement de l’archéologie française à l’étranger reste très inégal en termes de renforcement des communautés scientifiques des pays d’accueil et d’émergence de politiques nationales en matière de protection et de valorisation du patrimoine archéologique. Seul un nombre limité de pays, pour des raisons idéologiques (affirmation de l’identité nationale), utilitaires (intérêt de l’archéologie pour le tourisme) ou politiques (inscription de l’archéologie dans une diplomatie d’influence), a su assurer la formation de spécialistes des métiers de l’archéologie et du patrimoine en nombre suffisant, produire une recherche de qualité et visible sur le plan international et mettre en place des législations en archéologie préventive ou programmée. Ces limites n’invalident pourtant pas le bilan scientifique très positif des recherches archéologiques françaises à l’étranger, du point de vue même des pays partenaires (Bazzana & Boccum 2004).

L’alliance comme modèle de partenariat avec les pays hôtes

20Les coopérations scientifiques, dans une diplomatie d’influence qu’entend promouvoir le Maee (Gazeau-Secret 2010), doivent être fondées sur des initiatives de coordination institutionnelle et locales (les sites comme « laboratoires mixtes ») favorisant l’interdépendance entre acteurs clés du domaine, français, internationaux et nationaux, avec un développement de projets conjoints sur la base d’une mise en commun de moyens, de services et de budgets. Avec un nombre de chercheurs français en diminution, des budgets de la Commission des fouilles (entre 2,7 et 2,9 millions d’euros sur la dernière décennie) contraints par les financements récurrents des missions de très longue durée (92 % des budgets annuels en moyenne sur les trois dernières années), il appartient au Maee, en concertation avec les acteurs français de l’archéologie, de déterminer plus clairement les priorités scientifiques et géographiques de son action. Ceci suppose en préalable une réduction du nombre de fouilles prolongées sans résultats probants, la fin du saupoudrage financier et davantage de moyens pour la création de nouvelles missions et l’appui à celles considérées comme les plus importantes pour notre coopération scientifique.

21La répartition des sites et des financements, qui a peu évolué dans l’histoire de la Commission des fouilles, témoigne des modèles du passé, du transfert, du rayonnement et de la coopération avec les pays anciennement colonisés. En 2012, plus d’une mission sur deux et 50 % des financements de la commission sont encore alloués à des pays de coopération et d’influence traditionnelles (pays de solidarité, de relations fortes avec la France, pays pauvres prioritaires, autres pays d’influence). La présence archéologique française en Europe et dans les pays émergents, avec environ 10 % des missions et des financements pour chacun de ces groupes, présente des intérêts différents pour la diplomatie scientifique de la France. En Europe, elle permet à la recherche française de bénéficier de la densité des réseaux scientifiques et des partenariats, avec un retour sur investissement (financements externes, publications, attractivité). Dans les pays à enjeux globaux, la présence archéologique française ouvre à de nouveaux types de projets innovants, pluridisciplinaires et qui contribuent à la compréhension des grands défis (climat, énergie, environnement).

22Les acteurs clés de l’archéologie, sur lesquels le dispositif archéologique français à l’étranger doit s’appuyer pour fonder des alliances scientifiques, existent dans un nombre croissant de pays qui ont développé des politiques ambitieuses de recherche, d’innovation et de valorisation du patrimoine. Ces pays sont aujourd’hui dotés de systèmes performants et attractifs sur le plan universitaire qui les placent parfois en concurrents et en partenaires très soucieux du contrôle de l’ensemble de l’archéologie dans le pays. L’évolution de la demande des pays d’accueil des missions archéologiques étrangères connaît des manifestations concordantes. Il s’agit d’abord de la volonté de maîtriser l’augmentation du nombre de sites fouillés et d’orienter l’implantation des missions en fonction de problématiques politiques (construction de l’identité nationale…) ou économiques (demande d’archéologie préventive en lien avec l’aménagement). Les pays hôtes attendent aussi une implication plus forte et plus systématique de leurs chercheurs en termes de partage de responsabilités (codirection des missions, copublications, bilinguisme des rapports…). Ils expriment enfin des exigences scientifiques accrues (durée de présence des chercheurs étrangers) et font pression pour une contribution des missions étrangères à la valorisation touristique des sites.

23Le potentiel d’alliance avec les pays hôtes apparaît dans les données récentes du cofinancement effectif des missions soutenues par le Maee. En 2010, les missions financées par la commission des fouilles à hauteur de 2,8 millions d’euros parviennent à lever un financement externe de 1,7 million d’euros. Le niveau d’engagement des pays hôtes (511 515 €, soit près de 30 % du financement externe) prouve l’intérêt du dispositif archéologique français pour les autorités locales, en lien avec leur politique patrimoniale et de valorisation des sites. Les autres partenaires financiers sont les universités, les organismes scientifiques français (Cnrs, Efe, Inrap) et les Anr (839 365 €), le mécénat et les organismes européens et internationaux (872 365 €). Si les financements de la commission du Maee sont affectés essentiellement aux activités de recherche, les financements externes des missions, dont ceux des pays hôtes, ont permis des actions de restauration, de valorisation ou encore de promotion d’un tourisme archéologique par la création de parcours de visites, d’ouvrages de vulgarisation ou d’expositions (tabl. 1).

Tabl. 1 

Budget commission des fouilles (Maee)

2 800 000 €

Financement externe (128 missions)

1 711 067 €

Dont cofinancement

871 703 €

% cofinancement sur financement externe

50,9 %

Dont financement pays hôtes

511 515 €

% pays hôtes sur financement externe

29,8 %

Dont mécénat

245 662 €

% mécénat sur financement externe

14,3 %

Dont financement européens et internationaux

114 525 €

% européens et internationaux sur financement externe

6,7 %

Financements externes des missions archéologiques à l’étranger (2010)

24Le développement de projets conjoints de formation et la systématisation des coproductions scientifiques, demandes fortes des partenaires, constitue une autre dimension de l’alliance entre acteurs français et pays hôtes. L’archéologie française à l’étranger (tabl. 2) contribue de façon significative à la formation à la recherche des jeunes (doctorants et post-docs) en favorisant leur accueil dans les institutions françaises de recherche, ainsi que la production conjointe de connaissances. En finançant des projets archéologiques à l’étranger, le Maee ne soutient pas seulement un laboratoire de terrain mais de véritables plateformes de services de recherche en partenariat. Avec plus de 500 doctorants et postdocs (dont près d’un tiers en provenance des pays hôtes) et une centaine de bourses attribuée, les missions archéologiques jouent ainsi pleinement leur rôle de formation à la recherche.

Tabl. 2 

Zone

Nombre de missions (sur 160 actives)

Formation à la recherche

Partenariats scientifiques

Doctorants

Postdocs

Bourses

Chercheurs

locaux associés

Copublications

Événements scientifiques

Mobilités

vers la France

Afrique/Arabie

35

90

29

80

90

46

67

Amériques

12

32

6

44

17

9

27

Asie/Océanie

39

88

17

122

71

44

72

Europe/Maghreb

31

217

26

176

92

67

75

Orient ancien

26

87

20

115

35

61

20

Total

143

514

98

577

305

227

261

Activités de coopération scientifique des missions archéologiques françaises

25Des politiques plus ambitieuses dans ce domaine supposent un renforcement de l’alliance avec les pays hôtes permettant d’atteindre un niveau de ressource suffisant pour couvrir l’ensemble des besoins.

Un exemple d’alliance scientifique avec un partenaire traditionnel de l’archéologie française à l’étranger : la Turquie

26Depuis plusieurs années, les missions archéologiques étrangères font face à des refus de renouvellement des autorisations de fouilles. En 2010, deux missions françaises seulement, contre 10 en 2000, étaient encore autorisées. En 2011, l’importante fouille de Xanthos/Letôon a fait l’objet d’un refus définitif. Aux exigences scientifiques fondées (durée des campagnes de fouilles d’au moins deux mois, codirection turque de la mission et valorisation du site) est venu s’ajouter le contentieux sur les faïences d’Iznik conservées en France, le renouvellement des autorisations de fouilles françaises étant lié par la partie turque à la restitution des œuvres. La commission a choisi de répondre aux exigences scientifiques du pays hôte. Elle a ouvert trois nouvelles missions (sur onze) inscrites dans un programme turc et dont les bénéficiaires seront les codirecteurs français ; elle a aussi financé plus significativement deux autres missions jusqu’ici limitées à un rôle ponctuel d’expertise pour leur permettre de développer une action scientifique d’envergure. Ces projets d’excellence offrent la garantie de l’autonomie scientifique de la recherche française et bénéficieront des moyens d’ensemble des programmes turcs.

27Un objectif d’avenir, qui pourrait être expérimenté en Turquie du fait de l’intérêt conjoint des archéologies étrangères, serait l’élaboration de programmes européens. Cette approche ouvrirait à des projets scientifiquement plus ambitieux, avec une capacité de recherche et un temps de présence accrus sur les sites, une diversité de problématiques et de disciplines et des financements additionnels permettant de parler d’une même voix avec le pays hôte et de peser dans les orientations de politique scientifique. Dans ces projets, le chef de mission pourrait ne pas être français, l’apport de la Commission des fouilles s’inscrivant en cofinancement d’un ensemble européen. Pour la Turquie, la partie allemande (Deutsches Archäologisches Institut-Dai) se montre déjà très favorable à ce type de montage.

28En conclusion les évolutions attendues du dispositif archéologique français à l’étranger piloté par le Maee sont significatives. Pour mieux y répondre, la Direction des politiques de mobilité et d’attractivité a engagé fin 2011 une étude dont le rapport définitif est attendu en juin 2012. Intitulée « L’archéologie française à l’étranger : nouveaux enjeux de politique scientifique et de coopération internationale pour le Maee », cette étude devra favoriser l’opérationnalisation des priorités du Maee pour son dispositif d’appui à la recherche archéologique à l’étranger, contribuer à renforcer les synergies entre les acteurs institutionnels français de l’archéologie, ainsi que les coopérations avec les pays partenaires de l’espace européen de la recherche et permettre une meilleure prise en compte de la demande des pays hôtes en faisant entendre plus efficacement nos positions.

29Les propositions et recommandations de cette étude feront l’objet d’une diffusion élargie, ce qui permettra à la communauté archéologique française de débattre et de participer à l’évolution de la recherche à l’étranger.

Haut de page

Bibliographie

Balandier, G. 1994. « Science transférée, science partagée », in : R. Waast (éd.), Les sciences hors de l’Occident au xxe siècle, colloque de l’Unesco, septembre 1994. Paris, Orstom éditions : 11-17.

Barnier, M. 2004. « Préface au colloque », in : A. Bazzana & H. Boccum (éd.), Du Nord au Sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb : bilan et perspectives. Saint-Maur-des-Fossés, Éditions Sépia : 9-10.

Bazzana, A. & H. Boccum (éd.). 2004. « Conclusions du colloque », in : A. Bazzana & H. Boccum (éd.), Du Nord au Sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb : bilan et perspectives. Saint-Maur-des-Fossés, Éditions Sépia : 403-407.

Benoit, P., É. Coulibaly & Ph. Fluzin. 2004. « Le laboratoire, lieu de coopération », in : A. Bazzana & H. Boccum (éd.), Du Nord au Sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb : bilan et perspectives. Saint-Maur-des-Fossés, Éditions Sépia : 325-330.

Béton Delègue, E. 2004. « Intervention de clôture du colloque », in : A. Bazzana & H. Boccum (éd.), Du Nord au Sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb : bilan et perspectives. Saint-Maur-des-Fossés, Éditions Sépia : 407-409.

Blay, M. 2011. Quand la Recherche était une République. La recherche scientifique à la Libération. Paris, Armand Colin/Comité pour l’histoire du Cnrs, 160 p.

Cambon, P. 1999. « Compte-rendu de l’ouvrage de Françoise Olivier-Utard (1997), Politique et archéologie. Histoire de la Délégation française en Afghanistan », Arts asiatiques, 54 : 159-162.

Chamonard, J. 1920. « À propos du service des antiquités de Syrie », Syria, T. 1 : 81-98.

Charle, C. 2000. « Des sciences pour un empire culturel », Actes de la recherche en sciences sociales, 133 : 89-95.

Chevalier, N. 2002. La recherche archéologique française au Moyen-Orient, 1842-1947. Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 630 p.

Delaye, B. 2004. « Introduction au colloque », in : A. Bazzana & H. Boccum (éd.), Du Nord au Sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb : bilan et perspectives. Saint-Maur-des-Fossés, Éditions Sépia : 11-13.

Gazeau-Secret, A. 2010. « Pour un “soft-power” à la française : du rayonnement culturel à la diplomatie d’influence », L’Ena hors les murs, 399 : 9-12.

Gelin, M. 2005. « L’Institut français d’archéologie de Beyrouth. 1946-1977 », Syria, 83 : 280-329.

Gran-Aymerich, E. 2001. « L’archéologie française à l’étranger, Méditerra-née, Afrique et Proche-Orient (1945-1970) », La revue pour l’histoire du Cnrs, 5 : 6-12.

– 2005. « La commission des fouilles au Ministère des affaires étrangères », in : Archéologies. 20 ans de recherches françaises dans le monde. Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations : 31-35.

Leclant, J. 1984. « Les recherches archéologiques françaises à l’étranger. Bilan, problèmes et perspectives », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 4 : 631-649.

2005. « L’action de l’État : le temps des Écoles et des Instituts », in : Archéologies. 20 ans de recherches françaises dans le monde. Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations : 25-30.

Marliac, A. 1985. « Aperçu sur les activités archéologiques à l’Orsom », Les Nouvelles de l’Archéologie, 22 : 73-76.

Nicault, C. 2005. « Le Cnrs dans l’“Orient compliqué” », La revue pour l’histoire du Cnrs, 5. Mis en ligne le 20 juin 2007, Url : http://histoire-cnrs.revues.org/3272

North, X. 1997. « Portrait du diplomate en jardinier. Sur l’action culturelle de la France à l’étranger », Le Banquet, 11, 1997/2 : 1-17.

Olivier-Utard, F. 1997. Politique et archéologie. Histoire de la délégation française en Afghanistan (1922-1982). Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations : 423 p.

Haut de page

Notes

1 La Commission, issue du transfert au Maee, en mars 1945, de la 16e Commission des fouilles hors de France du Cnrs, suite à une demande du ministère des Finances d’unifier les sources de financement de l’archéologie extra-métropolitaine, s’inscrit dans un processus de réorganisation du Cnrs autour de priorités scientifiques (les sciences de la matière et du vivant) contribuant à la reconstruction du pays. Pour le directeur du Cnrs, Frédéric Joliot, la constitution d’une « force recherche scientifique » est destinée à assurer l’indépendance nationale, redonner un rang scientifique à la France dans le monde, « apporter à l’extérieur des idées » (Blay 2011 : 13). Dans une conférence, début janvier 1945, il a précisé les risques de dépendance scientifique de la France :  « si le pays ne fait pas l’effort nécessaire pour donner à la science la place qu’elle mérite et à ceux qui la servent le prestige nécessaire à leur influence, il deviendra tôt ou tard une colonie » (Blay 2011 : 100). La Commission, avec 19 membres nommés, associe l’ensemble des acteurs institutionnels : le Maee pour le financement des missions à l’étranger, les universités et le Cnrs pour la formation et l’emploi des chercheurs, le ministère de la Culture et de la Communication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Kasbarian, « Du désir de rayonnement de l’archéologie française à l’étranger à l’alliance scientifique avec les pays partenaires », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 35-40.

Référence électronique

Jean-Michel Kasbarian, « Du désir de rayonnement de l’archéologie française à l’étranger à l’alliance scientifique avec les pays partenaires », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, document 10, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1661 ; DOI : 10.4000/nda.1661

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Kasbarian

Chef du pôle des sciences humaines et sociales, ministère des Affaires étrangères et européennes
jean-michel.kasbarian@diplomatie.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org