Navigation – Plan du site
Dossier
2/ Institutions

Situation coloniale et pratique de l’archéologie en Indochine

Caroline Herbelin et Béatrice Wisniewski 
p. 31-35

Résumés

En Indochine, la multiplicité des forces en présence, qu’elles soient occidentales ou asiatiques (avec la constante pression exercée par la Chine sur ses marges), incite à une analyse renouvelée des théories concernant le rôle joué par l’archéologie dans le développement du modèle colonial. Vanter les mérites des civilisations passées de l’Indochine à travers leur vestiges archéologiques n’était pas seulement un moyen de mettre en valeur la colonie aux yeux des Français, il s’agit aussi d’un véritable enjeu stratégique, politique et économique, au cœur de la mission civilisatrice coloniale. Cependant, la pratique archéologique en Indochine ne peut se réduire à un outil de gouvernance de l’État colonial. L’analyse de l’organisation du service archéologique de l’École française d’Extrême-Orient, des pratiques concrètes de la fouille telles qu’elles sont appliquées à l’époque et de la porté des interprétations des découvertes permet de mettre en perspective cette idée en envisageant un aspect moins connu de l’histoire de l’archéologie coloniale en Indochine. La mise en parallèle des pratiques coloniales et de leurs prolongements dans le Viêt Nam indépendant incite à une réflexion sur les volontés accompagnant ces pratiques ainsi que sur l’espace politique et sociale vers lequel elles se sont tournées.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Archéologie et colonialisme sont intimement liés. Leurs relations sont cependant complexes et méritent d’être étudiées dans le contexte spécifique qui les produit. La mise en valeur du territoire, ainsi que l’intérêt porté aux cultures des peuples, composantes intrinsèques de l’archéologie, ont toujours été des instruments utiles aux politiques coloniales. Considérer les liens entre archéologie et domination coloniale uniquement en terme de subordination serait pourtant très réducteur. Dans cet article, nous avons cherché à explorer les tenants et les aboutissants de cette relation, dans ses nuances et ses contradictions, en déterminant la manière spécifique dont ils s’expriment en Indochine (le sujet a déjà été abordé : Singaravélou 1999 ; Cherry 2004 et 2009). Une brève incursion dans la période postcoloniale nous permettra aussi de replacer les mécanismes de production des savoirs archéolog00iques au Vietnam dans une perspective élargie.

Une archéologie sous influence

2Si les populations locales conservent déjà avec soin certaines pièces considérées comme très anciennes ou entretiennent des sanctuaires remontant aux époques antiques, la recherche systématique de vestiges du passé est amenée par les colons.

3Dans les premiers temps, l’identification des sites archéologiques se fait principalement au gré de l’exploration des espaces nouveaux lors de la conquête, puis dans le mouvement de prise de connaissance de ces territoires destinée à en faciliter l’administration par le pouvoir colonial. De ce point de vue, la mission d’exploration du Mékong menée entre 1866 et 1868 par Ernest Doudart de Lagrée (1823-1868) et Francis Garnier (1839-1873) reste sans doute la plus connue. En plus de l’intérêt stratégique que représente la connaissance du cours du Mékong, cette mission est à l’origine d’une « découverte » de l’art khmer qu’elle rendit populaire au grand public à travers de nombreux récits, dessins et moulages.

4Cependant, même en ces temps de « pacification », pour reprendre le vocabulaire de l’époque, l’archéologie ne se pratique pas uniquement dans le cadre d’expéditions militaires ou d’opérations de contrôle du territoire. Dans certains cas, la découverte fortuite de vestiges archéologiques conduit, en dehors de toute mission de reconnaissance, au détachement d’un fonctionnaire dont le but est avant tout scientifique et, a priori, éloigné des habituels intérêts politiques ou économiques escomptés par ce type de mission. Et il n’est pas rare de voir géomètres, militaires ou médecins s’improviser archéologues. En 1879, par exemple, le médecin de marine Armand Corre (1841-1908) fouille sans connaissance archéologique préalable le site de Som Ron Sen (aujourd’hui connu sous le nom de Samrong Sen) sur la demande du gouverneur général. Daté selon Corre (1879) de l’âge de la Pierre polie et de l’âge du Bronze, Som Ron Sen est situé en zone alors déjà « pacifiée » dans la province de Kompong Leng au Cambodge et n’est jamais véritablement intégré dans une stratégie politique coloniale. Il connaît, en revanche, une histoire plus longue du point de vue scientifique, puisqu’il s’avère important pour déterminer les liens entre les différents groupes humains préhistoriques de l’Holocène ancien (Demeter et al. 1999). Pendant la période coloniale, de nombreux chercheurs s’y intéressent et plus récemment, en 1994, Roland Mourer (Muséum d’histoire naturelle de Lyon) effectue une datation plus précise de ce site (entre 3400 av. J.-C. et 500 ap. J.-C.).

5C’est dans ce contexte d’ambivalence entre stratégie politique et pratique scientifique qu’est créée, en 1901, l’École française d’Extrême-Orient (Éfeo). Dans l’ouvrage qu’il lui consacre, Pierre Singaravélou a déjà développé une analyse nuancéesur la façon dont l’Éfeo pratique « une science à la fois désintéressée et utile à la colonie »(Singaravélou 1999). Sans reprendre ici sa démonstration, nous rappellerons quelques exemples de liens qui unissent cette institution aux pouvoirs coloniaux.

6Ces liens ambigus se manifestent dès sa création. Il s’agit alors de s’inscrire dans une lutte de prestige entre empires coloniaux et de rattraper le retard de la France en matière d’orientalisme « de terrain » afin de remédier à une « situation humiliante » comme rappelé, a posteriori, dans le Bulletin de l’Éfeo (Anonyme 1921 : 3, cité in Cherry 2004).

7C’est surtout au niveau de la « mission civilisatrice », chère à la politique coloniale française, que l’Éfeo place son action. L’idée ressortant des différents rapports de fonctionnement de l’École est qu’une bonne gouvernance suit la connaissance du territoire et de l’histoire des populations colonisées. Louis Finot, dans son compte rendu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres de 1901, justifie l’existence de l’Éfeo en rappelant que :

« une grande colonie […] a un intérêt manifeste à posséder sur les populations qu’elle domine ou qu’elle avoisine des notions exactes, résultant d’enquêtes impartiales et méthodiques, telles qu’un grand établissement scientifique peut seul les mener à bien. » (Finot 1901 : 286).

  • 1  Sur la continuité de l’utilisation au Cambodge de l’art et de l’archéologie à des fins politiques (...)

8Ces savoirs peuvent avoir des répercussions très pratiques. Ainsi, en 1937, Georges Cœdès (1886-1969), alors directeur de l’École, souligne l’utilité de la connaissance des réseaux hydrauliques anciens pour remédier aux problèmes de sécheresse. Il estime également que révéler la grandeur de leur propre passé aux populations locales permettrait de « réveiller les consciences nationales ». L’idée était alors de mettre en valeur, selon les termes de l’époque, l’« action civilisatrice » et « régénératrice » de la France. Ce jeu dangereux se retournera plus tard contre le régime colonial1. Enfin, les différents rapports rappellent régulièrement les avantages commerciaux de la mise en valeur des arts anciens pour le tourisme ou l’artisanat.

9Si l’idéologie coloniale influence la pratique de l’archéologie, il ne faut pas oublier que l’histoire de cette science nous est connue par des sources qui ont été produites dans un cadre institutionnel et souvent pour justifier, a posteriori, certaines actions de l’Éfeo. La « mission civilisatrice » marche donc ici à double sens : elle rend l’archéologie utile à la colonisation mais en retour, elle permet de légitimer le développement de l’archéologie d’outre-mer.

10Cette porosité entre usage politique et poursuite de buts scientifiques est non seulement de nature idéologique mais aussi structurelle. En effet, la production des savoirs archéologiques dépend certes de savants reconnus, mais aussi en grande partie d’amateurs, notamment des militaires. Certains officiers militaires s’engagent dans des coopérations très concrètes avec l’École. Citons par exemple le cas du général Léon de Beylié (1849-19010) qui collabora avec l’Éfeo et publia à son compte plusieurs ouvrages sur l’art en Indochine et auquel une exposition a été consacrée en 2010 au musée de Grenoble (Collectif 2010) ; ou encore la collaboration étroite et durable (de 1899 à 1932) entre l’officier d’infanterie Étienne Lunet de Lajonquière (1861-1933) et l’École. Plus tard, dans les années 1940, une coopération technique importante verra le jour entre aviation militaire et prospection archéologique.

  • 2  Madeleine Colani est titulaire d’une licence lorsqu’elle arrive en Indochine où elle devient profe (...)

11Les collaborations ne sont cependant pas que militaires, et les fonctionnaires ou autres amateurs prennent aussi part aux recherches archéologiques. Leurs études sont parfois d’un niveau remarquable. C’est le cas de Madeleine Colani (1866-1943) et d’Henri Mansuy (1857-1937). Tous deux fonctionnaires au Service géologique de l’Indochine, ils n’ont jamais été rattachés à l’Éfeo (Colani n’y a été que chargée de mission temporaire), mais leurs travaux sur la Préhistoire indochinoise ont fait date2. Ils se sont ainsi vus prendre en charge l’une des attributions incombant théoriquement à l’Éfeo, la Préhistoire, qui apparaît comme le parent pauvre de l’institution. Cette dernière se fait d’ailleurs sévèrement reprocher la légèreté et le manque de rigueur de ses études dans ce domaine, lors du premier congrès des préhistoriens de l’Extrême-Orient en 1932, congrès que l’Éfeo avait elle-même, et c’est là toute l’ironie, organisé.

  • 3  Courrier de Louis Pajot à Victor Goloubew daté du 12 octobre 1942. Archives de l’École française d (...)

12À part quelques contributions respectées, notamment dans le domaine préhistorique, l’amateurisme conduit le plus souvent à des résultats douteux. Bien que souvent avalisées par l’Éfeo qui récolte le résultat des fouilles de ces amateurs, la plupart des chantiers sont conduits sans aucune direction scientifique. C’est ainsi que Louis Pajot (1874- ?), inspecteur général des douanes françaises en poste au Tonkin, se retrouve en charge de la majorité des fouilles de la province du Thanh Hóa, une des plus riches en sites archéologiques. Dans la région de Đông Sơn, le douanier met au jour des tambours de bronze dont la découverte constitue un tournant majeur dans la connaissance de l’âge du Bronze du Sud-Est asiatique. Malgré l’importance de ses découvertes, Pajot ne transmet que peu de rapports à l’Éfeo et ses méthodes sont souvent bien peu orthodoxes. Ainsi, à l’occasion d’une visite du Résident supérieur et de la délégation japonaise sur le site des tombeaux chinois découverts dans le district de Nga Sơn, il prévoit de créer un petit événement afin de « satisfaire la curiosité des visiteurs de marque ». Après des sondages préalables, il se propose d’ouvrir les tombeaux en présence même de ces visiteurs. L’ensemble de l’opération ne devant durer, selon les estimations de l’auteur, qu’une journée, ceci laisse présager des précautions prises et du sérieux de la fouille 3.

13Cette anecdote en dit long sur les rapports entre les différents acteurs en présence. L’institution savante préférant se concentrer sur d’autres priorités telles que l’inventaire du patrimoine ou la restauration des vestiges architecturaux, elle délègue sa tâche scientifique de terrain à des amateurs zélés mais pas toujours scrupuleux, alors que la présence du gouvernement colonial, sans l’avoir explicitement voulu, exerce une influence sur la conduite des fouilles et, par conséquent, sur ses résultats.

Des savoirs et des acteurs hétérogènes

14L’archéologie ne peut cependant être considérée comme un implacable instrument de domination coloniale, ne serait-ce que parce qu’elle n’est pas homogène et monolithique. Des voix discordantes se font entendre à l’extérieur tout comme au sein de l’École. En 1936, dans la Revue de Paris, Émile Gaspardone (1895-1982) critique ainsi vivement l’Éfeo, qu’il vient de quitter pour enseigner le vietnamien à l’Institut des langues orientales à Paris. Bien que chargées de rancœur, ses remarques soulignent d’ores et déjà les lacunes dommageables dans l’orientation des recherches de l’École, notamment la quasi-absence de la Préhistoire et la surreprésentation des arts du Champa et du Cambodge (Gaspardone 1936, cité in Singaravélou 1999).

  • 4  Courrier de Parmentier à Henri Marchal daté du 6 mai 1920. Archives de l’École française d’Extrême (...)

15Par ailleurs, des débats animés ont lieu au sein même de l’École pour déterminer quelle doit être sa mission principale. Ainsi, une vive polémique oppose Henri Marchal (1876-1970) et Henri Parmentier (1871-1949) et divise l’Éfeo entre partisans d’une archéologie menée par les architectes (dominant alors l’institution) défendue par Marchal, et ceux qui considèrent, comme Parmentier, que l’archéologie doit être mue par autre chose qu’un simple intérêt pour le monumental4. Ce qui peut paraître comme des chicanes savantes est en fait un débat de fonds sur ce que doit être l’archéologie dans la colonie. Il s’agit de déterminer si celle-ci doit satisfaire une demande de résultats spectaculaires pouvant servir d’appui à la propagande coloniale, ou bien se dédier à une science plus désintéressée, aux résultats plus confidentiels et donc difficilement réutilisables immédiatement dans le discours colonial.

16La préférence donnée à l’archéologie du monumental se justifie certes souvent par l’état de détérioration des vestiges, mais la restauration des monuments incarne aussi efficacement le discours de la « mission civilisatrice ». Elle sert la propagande « interne » en édifiant les colonisés sur leur propre passé. De même, elle est également utile en dehors de la colonie : l’image positive des vestiges restaurés, véhiculée dans les diverses publications, publicités et expositions en métropole, permet d’attirer les touristes, voire de susciter des vocations coloniales.

  • 5  Parmi ces collaborateurs, tels que Nguyễn Văn Tố ou Trần Văn Giáp, le seul à avoir obtenu le statu (...)

17Plus encore que les dissensions au sein de l’intelligentsia française, la question de la part prise par les colonisés à l’archéologie révèle qu’on ne peut la considérer comme une science réservée aux spécialistes français et imposée de manière unilatérale. Haydon Cherry (2004) a démontré dans ses travaux que loin d’être passifs, et bien que peu nombreux (moins d’une dizaine), les savants vietnamiens ont joué un rôle dans l’avancée des connaissances archéologiques. Les travaux des collaborateurs vietnamiens de l’Éfeo – que ceux-ci aient ou non fait partie de l’École5 – ont parfois été trop hâtivement considérés comme de simples répliques de ceux de leurs collègues français. Le fait que Đỗ Xuân Hợp (1906-1985) ait consacré ses travaux à la paléontologie montre bien que l’intérêt de ces chercheurs ne s’alignait pas toujours sur les priorités définies par ailleurs par l’École.

  • 6  Ces articles sont publiés dans des revues vietnamiennes telles que Tri Tân ou Nam Phong.

18Les savants vietnamiens, dès l’époque coloniale, ont contribué à diffuser les savoirs dans la sphère publique. Ils sont intervenus dans nombre de journaux en langue vietnamienne, se faisant l’écho des principales découvertes archéologiques récentes et n’hésitant pas à en exposer la complexité, quitte à entrer, parfois, dans le détail de querelles scientifiques en cours. Ces articles semblent avoir eu une audience certaine auprès des lecteurs vietnamiens, démontrant par là que les savoirs archéologiques, loin d’être la propriété exclusive des colonisateurs, étaient également produits, intégrés et débattus par l’intelligentsia vietnamienne6.

La période postcoloniale

19Deux mois à peine après la proclamation de la République démocratique du Vietnam, Hồ Chí Minh s’empresse de créer, par arrêté du 23 novembre 1945, un service des fouilles archéologiques. La création de ce service, en cette période d’incertitude, alors que se prépare le conflit indochinois, laisse envisager à quel point l’archéologie est perçue par le Viet Minh comme une composante clef de l’affirmation du nouvel État indépendant. Ceci démontre, si besoin était, que l’utilisation des savoirs archéologiques à des fins politiques n’est pas l’apanage du gouvernement colonial. Plus intéressant encore est sans doute le rapport ambigu que les États indépendants entretiennent avec l’héritage archéologique colonial.

20Les études archéologiques vont certes nettement se démarquer des études de la période coloniale. À l’opposé du programme français, la prééminence est donnée à l’étude de la Préhistoire. Éclaircir les origines de la civilisation vietnamienne devient la grande priorité du régime communiste (Cherry 2009). Ainsi, les premières recherches menées par les archéologues du Vietnam indépendant consisteront à attester une continuité de peuplement de l’ethnie việt allant souvent contre les conclusions de l’Éfeo, en démontrant par exemple l’origine vietnamienne des tambours de bronze, ou encore en prouvant l’existence du royaume de Văn Lang, considéré comme mythique à l’époque coloniale.

21Il s’agit de s’inscrire ici dans une volonté plus générale de démarquer la culture vietnamienne de la culture chinoise. Alors que les traces de sinisation sont plutôt valorisées à l’époque coloniale, l’archéologie postcoloniale s’ingénie à démontrer l’indépendance et l’unicité de la culture vietnamienne, quitte à employer quelques contorsions idéologiques. C’est ainsi, par exemple, que l’archéologue Phan Tiến Ba analyse la localisation des sépultures chinoises sur le territoire vietnamien comme un « complot d’assimilation et de domination de l’ennemi chinois au travers de la répartition des tombes en brique » (Phan 1988 : 161).

22Cependant, les relations avec la période coloniale sont, en réalité, plus complexes que ne le laissent penser le discours patriotique et son désir affiché de rupture. Les travaux de l’École vont finalement nourrir les mouvements nationalistes. L’article de Nguyễn Phuc Long (presque un ouvrage puisqu’il comprend plus de 150 pages), publié dans la revue Arts asiatiques en 1975 sous le titre « Les nouvelles recherches archéologiques au Việtnam, complément au Việtnam de Louis Bezacier », est révélateur de ces relations ambiguës. L’archéologie y est, certes, présentée comme un acte patriotique. L’avancée des recherches vietnamiennes est décrite comme une démonstration de force vis-à-vis des Américains et doit rappeler à tous ceux qui pourraient tenter d’exercer une domination sur le Vietnam que les Vietnamiens se savent héritiers d’un long passé de lutte contre les divers envahisseurs et qu’ils ont su conserver leurs spécificités. Nguyễn Phuc Long explique qu’il s’agit bien de « remettre à sa place l’ouvrage de Bezacier » (Bezacier 1972). Paru en 1972, celui-ci récapitule de manière approfondie les recherches de l’époque coloniale et peut être considéré comme un des premiers ouvrages sur ce thème accessible au grand public. S’il s’agissait de mettre à jour les conclusions de Bezacier (1906-1966) à l’aune des nouveaux travaux des chercheurs vietnamiens, il s’agissait également de rejeter les diverses influences culturelles qu’il évoquait.

23Néanmoins, plus qu’une rupture brutale, ce « rectificatif » se situe davantage dans la continuité. Les études menées pendant la période coloniale apparaissent comme une référence, certes critiquable, mais elles ne sont pas ignorées par les chercheurs vietnamiens. Il s’agit de construire par-dessus dans une optique de renouvellement des savoirs plutôt que de les rejeter radicalement. Nguyễn Phuc Long donne d’ailleurs comme sous-titre à l’ouvrage « Complément au Viêtnam de Louis Bezacier », et le ton des critiques reste tout au long de l’article très diplomatique envers les précédents français. Enfin, le fait que ce travail soit publié en français et dans la revue Arts asiatiques parle de lui-même. Malgré le vernis de la rhétorique patriotique communiste, les chercheurs vietnamiens semblent, à n’en pas douter, faire la part entre les questions politiques et le contenu scientifique (Bayly 2007).

Conclusion

24La colonisation reposant sur une relation de domination, l’archéologie est indéniablement, pour une large part, un instrument de propagande utile pour justifier la « mission civilisatrice » coloniale. Cependant, l’usage de l’archéologie à des fins de légitimation du pouvoir est loin d’être inhérente à la situation coloniale. Celle-ci crée certes des conditions particulières de production des savoirs, mais l’on retrouve des mécanismes similaires d’instrumentalisation de l’archéologie au-delà de la période de domination française. Concevoir la science archéologique uniquement comme vecteur du pouvoir colonial fait oublier qu’elle était loin d’être une instance homogène et cohérente. Elle se compose d’individus capables de se différencier et de penser en dehors des institutions. Enfin, les savoirs archéologiques doivent être replacés dans le contexte plus large de la politique culturelle coloniale, qui passe par d’autres canaux et disciplines tels que l’ethnologie, l’artisanat, les sciences naturelles, voire l’éducation. Ainsi, on constate par exemple la quasi-absence de recherche archéologique au Laos. Ce pays, conçu dans l’imaginaire colonial comme n’ayant pas véritablement de culture matérielle ancienne, était caractérisé avant tout par ses paysages rustiques et son artisanat. Dans ce cas, l’absence de savoirs archéologiques est tout aussi révélatrice des structures conditionnant les savoirs coloniaux que leurs développements pour d’autres aires.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme. 1921. « L’École française d’Extrême-Orient depuis son origine jusqu’en 1920 », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 21 : 1-41.

Bayly, S. 2007. Asian Voices in a Post-colonial Age: Vietnam, India, and Beyond. Cambridge, Cambridge University Press, 294 p.

Bezacier, L.1972. Le Viêtnam. Premier fascicule : De la Préhistoire à la fin de l’occupation chinoise. Paris, A. et J. Picard, 343 p.

Cherry, H. 2004. Unearting Vietnam: Archaeology and the Making of a Nation. Mémoire de master, National University of Singapore, 153 p.

2009. « Digging Up the Past: Prehistory and the Weight of the Present in Vietnam », Journal of Vietnamese Studies, 4 : 84-144.

Collectif. 2010. Le général de Beylié (1849-19010). Collectionneur et mécène. Musée de Grenoble / Milan, Édition 5 continents, 168 p.

Corre, A. 1879. « Rapport sur les objets de l’âge de la pierre polie et du bronze, recueillis à Som-ron-sen, Cambodge », Excursions et Reconnaissances, 1 : 95-126.

Demeter, F., É. Peyre & Y. Coppens. 1999. « L’homme préhistorique de Som Ron Sen, Kompong-Leng, Cambodge », Comptes rendus de l’Académie des Sciences, 328, 2 : 125-132.

Edwards, P. 2007. Cambodia, The Cultivation of a Nation. 1860-1945. Honolulu, Hawai University press, 392 p.

Finot, L. 1901. « Compte-rendu sur l’état de l’École française d’Extrême-Orient », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 45e année : 284-293.

Gaspardone, É. 1936. « Fouilles d’Indochine », Revue de Paris, 1er décembre: 615-637.

Phan, T. B. 1988. « Mộ gạch 10 thế kỷ đầu Công Nguyên » [« Les tombeaux en briques des dix premiers siècles de notre ère »], Khảo Cổ Học [Archéologie], 1-2 : 92-106.

Singaravélou, P. 1999. L’École française d’Extrême-Orient ou l’institution des marges (1898-1956). Essai d’histoire sociale et politique de la science coloniale. Paris, L’Harmattan, 382 p.

Haut de page

Notes

1  Sur la continuité de l’utilisation au Cambodge de l’art et de l’archéologie à des fins politiques entre période coloniale et postcoloniale, voir Edwards 2007.

2  Madeleine Colani est titulaire d’une licence lorsqu’elle arrive en Indochine où elle devient professeur de géologie au Lycée Albert-Sarraut. Henri Mansuy, lui, est ouvrier ; il rejoint le service de géologie à 45 ans (Singaravélou 1999 : 112).

3  Courrier de Louis Pajot à Victor Goloubew daté du 12 octobre 1942. Archives de l’École française d’Extrême-Orient, Dossier Personnalités, Victor Goloubew C-1, SD20.

4  Courrier de Parmentier à Henri Marchal daté du 6 mai 1920. Archives de l’École française d’Extrême-Orient, Dossier du personnel, P-97 Parmentier, SD19. 5.

5  Parmi ces collaborateurs, tels que Nguyễn Văn Tố ou Trần Văn Giáp, le seul à avoir obtenu le statut de membre de l’institution est Nguyễn Van Huyên ; il est appelé par le nouveau président Hồ Chí Minh à le rejoindre dès 1945 et devient ministre de l’Éducation nationale.

6  Ces articles sont publiés dans des revues vietnamiennes telles que Tri Tân ou Nam Phong.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Herbelin et Béatrice Wisniewski , « Situation coloniale et pratique de l’archéologie en Indochine », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 31-35.

Référence électronique

Caroline Herbelin et Béatrice Wisniewski , « Situation coloniale et pratique de l’archéologie en Indochine », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1653 ; DOI : 10.4000/nda.1653

Haut de page

Auteurs

Caroline Herbelin

Université de Toulouse II-Le Mirail, Umr 5136, Laboratoire Framespa
caroline.herbelin@gmail.com

Béatrice Wisniewski 

École pratique des hautes études, Paris
beatrice.wisniewski@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org