Navigation – Plan du site
Dossier
2/ Institutions

L’archéologie au service de la colonisation ?

L’École française d’Extrême-Orient (1898) et la Conservation d’Angkor (1908)
Amaury Lorin 
p. 27-31

Résumés

Conçue sur le modèle des illustres Écoles françaises d’Athènes (1846) et de Rome (1875), une plus lointaine École française d’Extrême-Orient (Éfeo) est créée en 1898 par Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine. La France consolide alors les structures de sa domination coloniale en Asie du Sud-Est. Il ne s’agit dans l’immédiat que d’une « Mission archéologique permanente en Indo-Chine ». Celle-ci deviendra en 1900 l’Éfeo conformément au caractère voulu permanent de ce nouvel établissement scientifique. Alors que les puissances coloniales européennes rivalisent dans tous les domaines en Asie – politique aussi bien que scientifique –, la création de l’Éfeo entend remédier à un retard jugé par certains humiliant pour la France. Marquée par le sceau du colonialisme, l’Éfeo offre l’exemple d’un acteur fonctionnel majeur de la connaissance du « passé Autre », à l’origine d’une passionnante saga archéologique avec l’installation par ses soins de la Conservation des monuments d’Angkor (1908).

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les acteurs institutionnels des archéologies en situation coloniale, la centenaire École française d’Extrême-Orient (Éfeo) occupe une place à part. Ellea en effet été pendant des décennies le maître d’œuvre de la restauration des sites d’Angkor (fig. 1). Elle a même fortement contribué au processus de formation de l’identité culturelle du Cambodge, dont le drapeau porte une représentation du temple d’Angkor Wat. Considéré, avec Lascaux et Pompéi, comme partie intégrante du «  patrimoine archéologique mondial » à sauvegarder, Angkor fait partie des grands mythes archéologiques, comme l’a illustré sa place à l’exposition « Indiana Jones et l’aventure archéologique » présentée par la National Geographic Society au Centre des sciences de Montréal (28 avril-18 septembre 2011). Compte tenu de l’importance du site, il n’est pas étonnant que l’Éfeo ait fini par s’identifier à la Conservation d’Angkor, installée en 1908 à la pointe ouest du lac Tonlé Sap, au nord-ouest de l’actuel Cambodge, à la diligence de l’administration française de l’Indochine sous le nom de «  Conservation des monuments d’Angkor ». Une association longtemps exclusive, à l’origine d’une véritable saga archéologique dont témoignent les archives photographiques de l’Éfeo récemment exposées au musée Cernuschi (Archéologues à Angkor 2010  ; Lorin 2011a).

Fig. 1

Fig. 1

Carte de la région d’Angkor

La fondation de l’Éfeo

2La «  Mission archéologique permanente en Indo-Chine », fondée en 1898 par Paul Doumer (1857-1932), gouverneur général de l’Indochine, sur les modèles des Écoles françaises d’Athènes (1846) et de Rome (1875), deviendra, par un décret présidentiel du 20 janvier 1900, l’« École française d’Extrême-Orient ». Ce nom, définitif et actuel, est une «  appellation plus conforme que la précédente au caractère [voulu] permanent de [ce] nouvel établissement scientifique » (Lorin 2004  : 94).

3Si, de par sa fonction, Paul Doumer signe l’acte de naissance de l’Éfeo, il n’est pas pour autant seul à l’origine de cette fondation ; d’autres personnalités influentes, réunies notamment à Paris en 1897 à l’occasion du Congrès des orientalistes, l’ont vivement réclamée afin d’étudier les peuples et les cultures finalement passés sous la domination française. Paul Doumer reprend ainsi le principe d’un éphémère «  Comité d’études archéologiques » instauré dix ans plus tôt par Paul Bert (1833-1886), alors résident général de l’Annam Tonkin, où il sera emporté par les fièvres. Constitué pour l’étude du monde sino-vietnamien et des ruines cham, le Comité disparaît en raison de l’inachèvement de la « pacification ».

4Alors que les puissances coloniales européennes rivalisent en Asie dans tous les domaines – politique, économique aussi bien que scientifique –, la création de l’Éfeo, « institution des marges », entend remédier à une situation jugée par certains humiliante pour la France (Singaravélou 2001). À une époque où les sociétés scientifiques de l’Inde anglaise et de Java sous administration hollandaise s’apprêtent à inaugurer ou à multiplier leurs travaux (l’Archaeological Survey of India est revivifié en 1901, date à laquelle la Commission archéologique des Indes néerlandaises est fondée), le sentiment prévaut, en effet, que les Français se désintéressent par trop de l’étude des monuments (comme des langues, des littératures et de l’histoire) du pays qu’ils ont colonisé.

5L’Éfeo est la plus ancienne des institutions académiques françaises entièrement vouées à l’étude des sociétés de l’Asie orientale et, autre particularité, la seule institution à avoir été, dès l’origine, implantée en Asie. Jusque-là, les universitaires étudiaient l’Asie depuis l’Europe à travers des textes. L’Éfeo offre l’exemple d’un acteur fonctionnel majeur de la connaissance du «  passé autre » dans la conjoncture spatio-temporelle de la présence française en Indochine au tournant des xixe et xxe siècles, marquée par le sceau du colonialisme. Dans sa note mensuelle des « faits parvenus à la connaissance du département pendant le mois de janvier 1899 » qu’il adresse au président de la République Félix Faure (1841-1899), Antoine Guillain (1844-1915), ministre des Colonies des gouvernements Charles Dupuy IV et V (1er novembre 1898-12 juin 1899), s’exprime en effet dans ces termes :

« Le gouverneur général, soucieux de reprendre la tradition des études sinologiques commencées jadis en Cochinchine par les premiers inspecteurs des affaires indigènes et désireux de mettre en valeur, en même temps que ses richesses économiques, les richesses scientifiques et artistiques de l’Indo-Chine, a institué une mission archéologique permanente chargée d’étudier les monuments que les deux civilisations indienne et chinoise ont laissés non seulement sur le sol de nos possessions, mais encore dans les institutions, la langue et les mœurs de nos sujets. » (Lorin 2004  : 95.)

6Dès lors, l’Éfeo, institution coloniale entachée par le contexte même de sa naissance, devient partie intégrante du système politique et économique colonial en place (Lorin 2010).

7Louis Salaün (1874-1914), ancien sous-chef de cabinet de Paul Doumer, restitue bien, dans son monumental ouvrage L’Indochine publié en 1903, l’esprit qui préside à la fondation de l’École  :

« Le travail de l’École intéresse directement notre politique indochinoise […]. La connaissance de l’histoire de l’Indo-Chine est indispensable à des gouvernants européens que tout sépare d’un tel passé, et qui sont exposés à commettre de bonne foi de continuelles erreurs d’appréciation et de décision, pour n’en avoir pas assez tenu compte. L’exercice du pouvoir protecteur en Indo-Chine […] risquerait de tomber dans les fautes ordinaires aux pouvoirs absolus s’il n’était continuellement et prudemment guidé par le seul guide qui soit sûr, la connaissance scientifique du pays et des hommes dont il a la charge. L’École est donc, par la force même des choses, un collaborateur immédiat du gouvernement. » (Salaün 1903  : 354.)

Le patrimoine d’Angkor

8Surnommée « École facétieuse d’Extrême-Orient » par Jean Ajalbert (1863-1947) (Singaravélou 2001  : 217-218), puis par André Malraux, selon lequel les activités de l’Éfeo sont financées par la vente de sculptures khmères quand les subsides du gouvernement général ne suffisent pas – ce qui ne l’empêchera pas de se livrer, en 1923, à de célèbres prélèvements sur les bas-reliefs d’Angkor, mésaventure évoquée en 1930, sous une forme romanesque, dans La Voie royale (Singaravélou 2001) –, l’Éfeo ne fait pas l’unanimité, notamment à ses débuts. Dans ce contexte, la restauration des ruines d’Angkor devient rapidement son chantier phare, son bien-fondé le plus intangible, sinon sa justification la plus irréfragable.

9Ce travail de restauration trouve un écho dans l’activité des autres puissances. Par sites archéologiques interposés, les Européens s’engagent dans la restauration parallèle des trois prestigieux sites de pèlerinage concurrents : Angkor sous «  mise en valeur » française  ; Borobudur, à Java, sous administration hollandaise ; Pagan, en Birmanie, sous domination britannique. Avec parfois d’heureuses influences… Ainsi, la technique de l’anastylose, que les Hollandais viennent d’expérimenter sur les monuments de Java et qui consiste à réassembler les pierres originelles que les monuments des fondations ont disloquées, est-elle ensuite appliquée par les conservateurs français, en particulier dès 1931 par Henri Marchal (1876-1970), pour la reconstruction de Banteay Srei au nord-est d’Angkor (Singaravélou 2001  : 83).

10Le « Versailles des Khmers », selon l’expression de l’époque, composé de temples noyés dans une épaisse jungle réputée impénétrable, édifié au temps où les Capétiens construisaient les cathédrales, suscite un engouement immédiat. Très vite, la puissance de l’empire khmer – le plus grand centre culturel du Sud-Est asiatique pendant la période dite «  angkorienne » (du ixe au xve siècles), dont le règne de Jayavarman VII (1182-1219) constitue l’âge d’or –, convainc les fondateurs de l’Éfeo du caractère exceptionnel d’un tel héritage (fig. 2). De tous les territoires d’Indochine, le Cambodge apparaît bientôt comme le plus prometteur, celui qui offre les plus grandes probabilités de découvertes (Forest 1980). Ainsi, l’archéologie khmère a-t-elle toujours tenu une place à part, fondatrice, au sein des vastes champs d’études embrassés par l’Éfeo. En témoigne la place de choix réservée aux grès khmers du musée national des Arts asiatiques Guimet à Paris.

Fig. 2

Fig. 2

Bayon : défilé de l’armée khmère (bas-relief)

11Le travail de restauration va de pair avec celui de patrimonialisation  : «  pas une pierre ne quittera désormais la place sans une autorisation régulière », annonce ainsi sévèrement le gouverneur général Paul Doumer (Lorin 2004  : 96). La décision ne se fait pas attendre  : un des premiers soins – législatifs – de l’École est ainsi de se faire constituer, par arrêté du gouverneur général, «  gardien des monuments historiques, si peu ménagés jadis », et que protège désormais une réglementation administrative. Le second souci immédiat de l’Éfeo est d’établir un inventaire descriptif complet des temples. Celui-ci servira de base à la liste de classement comme aux futures recherches archéologiques. Ainsi, la première mission de l’École, la gestion du patrimoine archéologique, est-elle de nature administrative. Puis, en 1920, l’Éfeo se dote d’un véritable service archéologique, auquel est adjoint du personnel européen et local pour aider ses responsables dans leur tâche titanesque (Clémentin-Ohja et al. 2001). Dès lors, la conservation et la restauration des monuments, décrits en 1903 par Pierre Loti (1850-1923) comme un amas de ruines romantiques dans son Pèlerin d’Angkor dédié «  à Monsieur Paul Doumer », s’efforcent de respecter l’intégrité de ces derniers. En même temps, la dimension coloniale de l’Éfeo est encore renforcée par le fait que des coolies khmers, réquisitionnés contre leur gré, assureront l’essentiel des dantesques travaux de restauration. Un arrêté de 1933 assoit enfin le rôle du directeur de l’Éfeo, agissant désormais par délégation permanente du gouverneur général en matière de conservation des monuments historiques. Il faut attendre juillet 1939 pour qu’un décret du président de la République Albert Lebrun (1871-1950) autorise l’École à recruter des Indochinois parmi son personnel scientifique. Ainsi, Ngûyen Van Hûyen (1908-1975) devient, en 1940, le premier membre autochtone de l’Éfeo (Singaravélou 2001 : 133).

12L’apothéose du double mythe archéologique et exotique d’Angkor est atteinte lors de l’Exposition coloniale de 1931, point d’orgue de l’empire français, lorsque l’Éfeo s’engage dans le pari fou de reproduire, grandeur nature, le parvis d’Angkor Wat (Lorin 2011b). Le président de la République, élu le 13 mai 1931 contre Aristide Briand (1862-1932), n’est autre que Paul Doumer, fondateur de l’Éfeo. Ce dernier, près de trente ans après avoir quitté l’Indochine, reçoit à l’Élysée tous les chefs des colonies françaises, à l’occasion de cette grand-messe célébrant la colonisation triomphante. Lorsqu’il disparaît, assassiné le 6 mai 1932 dans l’exercice de ses fonctions de président de la République, les acteurs de la colonisation qui lui succèdent (en particulier Albert Sarraut 1872-1962) vantent l’œuvre coloniale de la France à travers la fondation de l’Éfeo. Celle-ci se trouve en quelque sorte récupérée et instrumentalisée comme caution morale, témoignage de la valeur humaine et fraternelle d’une «  mission civilisatrice française » pourtant très intrusive.

Conclusion

13Le savoir-faire archéologique français de l’Éfeo devient un des symboles forts de la présence française en Indochine, à l’origine d’un orientalisme « à la française », tout à la fois professionnel, en chambre et de terrain (avec des « érudits » et des « broussards »), marqué par les particularités de la situation coloniale. Les études angkoriennes deviennent ainsi, dans ce contexte, une «  affaire française » (Lorin 2008).

14L’acmé de ce travail de patrimonialisation française à Angkor est atteint lors de l’inauguration du temple-montagne du Baphuon, le 3 juillet 2011, sous le haut patronage de Sa Majesté Norodom Sihamoni, roi du Cambodge, et du Premier ministre français François Fillon (Bekmezian 2011 ; Jaxel-Truer 2011). Le sauvetage – rocambolesque – de ce monument est le résultat d’une soixantaine d’années d’efforts, marqués par l’alternance de phases de travaux et d’arrêts dus aux troubles politiques, notamment lors des dramatiques événements liés à la dictature des Khmers rouges entre 1975 et 1979. Le dégagement des éboulis, le nouveau dessin du tracé des murs, l’identification des trois cents mille blocs de grès dispersés sur plus de dix hectares, la redéfinition des plateformes et la reconstruction des gopura (constructions par lesquelles on pénètre dans les enceintes successives d’un temple) et des galeries des étages supérieurs, etc., ont nécessité l’engagement de trois cents personnes (artisans, maîtres tailleurs de pierres, architectes, charpentiers, maçons, conducteurs de travaux). Ce chantier archéologique et de restauration peut donc être considéré comme le plus important de tous ceux qui ont été ouverts dans l’Asie du Sud-Est (Un siècle d’histoire 2010 : 17-25).

15Longtemps difficile d’accès, le site d’Angkor, un des plus spectaculaires d’Asie, est devenu aujourd’hui l’une des destinations privilégiées du tourisme international. Depuis sa réouverture au début des années 1990 (la Conservation dut être fermée en 1973), les chercheurs français abordent le site sous un angle nouveau, interdisciplinaire, élargissant leur étude des temples à la ville qui les faisait vivre. Le mystère d’Angkor opère donc au xxie siècle avec une magie toujours aussi intacte.

Haut de page

Bibliographie

Archéologues à Angkor, 2010. [Collectif] Archéologues à Angkor  : archives photographiques de l’École française d’Extrême-Orient. Paris, Paris-Musées, 240 p.

Bekmezian, H. 2011. « À Angkor, le temple du Baphuon renaît du sable », LeMonde.fr, 8 avril.

Clémentin-Ojha, C. et al. 2001. Un siècle pour l’Asie : l’École française d’Extrême-Orient (1898-2000). Paris, Éfeo, 237 p.

Forest, A. 1980. Le Cambodge et la colonisation française  : histoire d’une colonisation sans heurts (1897-1920). Paris, L’Harmattan, 554 p.

Jaxel-Truer, P. 2011. « M. Fillon inaugure le temple rénové de Baphuon », Le Monde, 5 juillet.

Lorin, A. 2004. Le tremplin colonial  : Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902). Paris, L’Harmattan, 248 p.

2008. « La “découverte” française du site », in : H. Tertrais (éd.), Angkor (viiie-xxie siècles)  : mémoire et identité khmères. Paris, Autrement : 108-121.

2010. « L’École française d’Extrême-Orient », in  : A. Dulphy et al. (éd.), Les relations culturelles internationales au xxe siècle. Bruxelles, Pie-Peter Lang : 339-345.

2011a. « Archéologues à Angkor : archives photographiques de l’École française d’Extrême-Orient », Histoire@Politique, 13 : http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=1&rub=comptes-rendus&item=289.

2011b. « Paris se met à l’heure de ses colonies », Historia, 775 : 49-53.

Salaün, L. 1903. L’Indochine. Paris, Imprimerie nationale, xxxv-436 p.

Singaravélou, P. 2001. L’École française d’Extrême-Orient ou l’institution des marges (1898-1956). Paris, L’Harmattan, 382 p.

Un siècle d’histoire, 2010. [Collectif] Un siècle d’histoire : l’École française d’Extrême-Orient et le Cambodge. Paris, Magellan & Cie-Éfeo, 176 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte de la région d’Angkor
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1648/img-1.png
Fichier image/png, 468k
Titre Fig. 2
Légende Bayon : défilé de l’armée khmère (bas-relief)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1648/img-2.png
Fichier image/png, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amaury Lorin , « L’archéologie au service de la colonisation ? », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 27-31.

Référence électronique

Amaury Lorin , « L’archéologie au service de la colonisation ? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1648 ; DOI : 10.4000/nda.1648

Haut de page

Auteur

Amaury Lorin 

Université catholique de Lille, Centre d’histoire de Sciences Po
amaury.lorin@sciences-po.org

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org