Navigation – Plan du site
Dossier
1/ Acteurs
Compléments

Archéologie et services secrets. Un sujet qui fâche

Frantz Grenet 
p. 22-22

Texte intégral

1Dans le colloque consacré aux « Archéologies en situation coloniale », il m’est revenu d’intervenir, très brièvement, sur la question des rapports entre archéologie et services secrets, qui ne peut être dissociée du thème général de cette réunion.

2On peut certes évacuer la question dans des fantasmes « à la Indiana Jones », ou renvoyer à des figures qui ont l’avantage d’appartenir à un passé assez lointain. À leur sujet, je me contenterai d’extraire des données publiées sur ceux qui s’occupaient directement du domaine culturel dans lequel je travaille, à savoir l’Iran et l’Asie centrale.

3Toutes les missions archéologiques étrangères (anglaises, allemandes, françaises, russes, japonaises) à l’œuvre dans le Turkestan chinois (l’actuel Xinjiang), au début du xxe siècle, étaient parties prenantes du Great Game et effectuaient des relevés topographiques à utilité militaire. Si George Macartney (1867-1945), consul britannique en poste à Kashgar et coordonnateur des intérêts occidentaux dans la région, mettait peu de zèle à poursuivre les accusations d’espionnage qu’elles portaient les unes contre les autres, c’est parce qu’il savait pertinemment que toutes faisaient la même chose (Hopkirk 1981 : 217-236). Giuseppe Tucci (1894-1984), immense spécialiste du Tibet et de l’Asie centrale, travaillait avant guerre pour les services secrets de l’Italie fasciste. Sir Mortimer Wheeler (1890-1976), incontestable géant de l’archéologie orientale (et d’ailleurs), faisait du renseignement en Iran (Hawkes 1984 : 246-249) et n’avait jamais été admis par les autorités afghanes à travailler dans leur pays, monopole de la Dafa (Délégation archéologique française en Afghanistan)… dont le très méritant Joseph Hackin (1886-1941), directeur de fait de 1934 à 1940, mort en service commandé pour la France Libre, était dans ce pays le principal agent du Deuxième Bureau et servait de banquier aux chefs de tribus (Olivier-Utard 1997 : 119, 123). Daniel Schlumberger (1904-1972), son successeur dans l’après-guerre, eut l’énergie et les appuis politiques parisiens qui lui permirent de mettre fin à ces habitudes. Mais ailleurs ? À ma connaissance, un seul archéologue encore en activité, Maurizio Tosi, a admis publiquement avoir, jusqu’au début des années 1980, effectué au Pakistan et en Afghanistan des missions pour des services secrets – il est vrai non pas italiens (son pays), mais soviétiques (Lawler 2010). Dans les mêmes années, la mission soviétique en Afghanistan du Nord, au bilan scientifique très méritoire, comprenait d’étranges archéologues dont on cherchait en vain les publications et qu’on ne revoyait jamais dans les instituts de recherche en urss. Il est notoire qu’après la révolution iranienne de 1979 la liquidation immédiate et presque totale des missions archéologiques étrangères par les nouvelles autorités s’appuyait sur des dossiers parfois lourds, notamment concernant des missions américaines dont le nombre n’avait d’égal que la minceur des publications.

4Certes, rien n’empêchera jamais que le travail de l’archéologue soit un très bon poste d’observation du contemporain. À l’heure des satellites, on n’a plus vraiment besoin de lui pour connaître les installations au sol, les mouvements de troupes, mais son regard reste précieux quand il s’agit d’apprécier à la base la situation économique et l’état d’esprit des populations. L’archéologue est un employeur, parfois le seul à l’échelle de la microrégion et, à ce titre, il est partie prenante du jeu social. Il parle la langue du pays. Ses fréquentations vont de l’intelligentsia de la capitale aux éléments les plus démunis de la société rurale. Il peut, en toute bonne foi, vouloir aider des diplomates parfois hâtivement préparés à leur tâche à éviter des erreurs d’appréciation ou, du moins, ne pas se dérober à leurs demandes de conseils. L’archéologue n’est pas non plus le seul chercheur de terrain à être mis ainsi à contribution. Tout ceci est vrai, mais il n’en est pas moins vrai que le mélange des genres est un lourd héritage et que, à l’orée du xxie siècle, la profession ne peut sans doute plus faire l’économie d’une réflexion sur les dangers de son instrumentalisation à des fins non scientifiques.

Haut de page

Bibliographie

Hopkirk, P. 1981. Bouddhas et rôdeurs sur la Route de la Soie. Paris, Arthaud, 285 p.

Hawkes, J. 1984. Mortimer Wheeler. Adventurer in Archaeology. Londres, Abacus, 387 p.

Olivier-Utard, F. 1997. Politique et archéologie. Histoire de la Délégation archéologique française en Afghanistan (1922-1982). Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 423 p.

Lawler, A. 2010. « The Coastal Indus looks West », Science, 328, 28 May : 1100-1101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frantz Grenet , « Archéologie et services secrets. Un sujet qui fâche », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 22-22.

Référence électronique

Frantz Grenet , « Archéologie et services secrets. Un sujet qui fâche », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1631 ; DOI : 10.4000/nda.1631

Haut de page

Auteur

Frantz Grenet 

Umr 8546 Aoroc (Archéologies d’Orient et d’Occident et textes anciens), Cnrs-Ens (École normale supérieure), Paris
frantz.grenet@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org