Navigation – Plan du site
Dossier
1/ Acteurs
Compléments

Archéologie coloniale et amateurisme

Catherine Coquery-Vidrovitch 
p. 21-21

Texte intégral

1Plus que n’importe quelle autre « science » coloniale, l’archéologie a été caractérisée pendant longtemps par son amateurisme. La discipline institutionnelle s’était construite sur l’Antique. Les premiers archéologues ont été des collectionneurs plutôt que des techniciens, surtout soucieux de rapporter, pour eux-mêmes ou pour leur pays, des pièces rares, voire uniques. Leur patrie était occidentale et impériale : Allemagne, Grande-Bretagne, France, surtout. Les archéologues avaient des ambitions conformes à celles de leur époque : rapporter des objets exotiques de pays et de peuples considérés comme inférieurs par la science de leur temps. Ce fut vrai un peu partout (y compris pour le pillage du Parthénon).

2Au sud du Sahara, l’absence de « professionnels » et de techniciens était criante. Les militaires n’arrivèrent que vers la fin du xixe siècle sur des lieux prestigieux comme les ruines de l’ancienne ville de Zimbabwe (xe-xve siècle). Ils s’y emparèrent des derniers trésors en or – dont on ne retrouve plus trace. Les objets transportables (comme les statues d’oiseau en pierre) ont été rapportés pour orner des collections particulières. Ensuite, les administrateurs ou les missionnaires qui se piquaient d’anthropologie furent plus corrects – ainsi Lyautey (1854-1934) au Maroc ou Henri Delafosse (1870-1926)  dans l’Ouest africain. Mais le manque de connaissances techniques a provoqué des catastrophes en détruisant des traces précieuses dans un milieu écologique fragile. En Afrique du Sud, l’apartheid (1947-1990) a stoppé net les enquêtes archéologiques qui tendaient à démontrer l’antériorité des Noirs dans le pays.

3Néanmoins, dès les années 1930, apparurent les premières découvertes : Léon Pales (1905-1988) au Tchad, par exemple. Après guerre, les paléontologues se sont distingués en Préhistoire : la dynastie des Leakey dans la corne de l’Afrique, Yves Coppens (1934-) qui y a découvert Lucy en 1974. À la fin des années 1950, l’exposition « Peintures préhistoriques du Sahara » montée par leur découvreur Henri Lhote (1903-1991) au Musée des arts décoratifs fit date. André Malraux (1901-1976) l’a présentée comme « une des expositions les plus marquantes du demi-siècle ». Ce fut le début de l’engouement ; dans les années 1950, et surtout avec les indépendances, quelques universitaires passionnés ont entrepris les premières fouilles archéologiques sérieuses sur l’époque historique : John Desmond Clark (1916-2002) en Rhodésie, Louis S. B. Leakey (1903-1972) au Kenya, Raymond Mauny (1912-1994) dans l’Ouest africain, Jean-Paul Lebeuf (1907-1994) au Tchad, William B. Fagg (1914-1992) au Nigeria ont introduit leur professionnalisme. Le premier colloque international d’archéologie africaine eut lieu au Tchad en 1966.

4Les archéologues français étaient des historiens ou des anthropologues reconvertis, comme Jean Devisse (1923-1996) ou le couple de Denise et Serge Robert qui ont lancé, depuis l’université de Dakar, le chantier école de Tegdaoust en Mauritanie (publié à partir de 1970) et ont diffusé l’utilisation de la « culture matérielle » comme source en histoire. Le premier archéologue professionnel africain francophone, Jean-Baptiste Kiéthéga, publia sa thèse sur les mines d’or des Volta en 1983. Il a fait école depuis. Mais les crédits manquent cruellement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Coquery-Vidrovitch , « Archéologie coloniale et amateurisme », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 21-21.

Référence électronique

Catherine Coquery-Vidrovitch , « Archéologie coloniale et amateurisme », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1629 ; DOI : 10.4000/nda.1629

Haut de page

Auteur

Catherine Coquery-Vidrovitch 

Professeure émérite, Université Paris Diderot (Paris 7)catherine.vidrovitch@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org