Navigation – Plan du site
Dossier
1/ Acteurs

« Ranimer les ruines » : l’archéologie dans l’Afrique latine de Louis Bertrand

Hédi Dridi et Antonella Mezzolani Andreose
p. 10-16

Résumés

Dans les premières décennies du xxe siècle, Louis Bertrand, héraut du renouveau de la latinité en Afrique du Nord, s’est beaucoup intéressé aux vestiges romains locaux. Son projet de «résurrection » de ces ruines à travers leur intégration à la culture coloniale, soutenu par l’activité de propagande d’un organe, la Société des amis de Carthage et des villes d’or (Sdac) qu’il a contribué à créer, illustre la complexité de son rapport à l’archéologie et aux archéologues.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier Lorcin 1995 : 196-213 ; Alexandropoulos 2000 ; Lorcin 2002 ; Picarella 2007 ; J (...)

1Longtemps ignoré, en raison notamment de ses idées méprisantes à l’égard des Arabes et de la culture musulmane, Louis Bertrand (1866-1941) a bénéficié d’une attention particulière ces dernières années, à la faveur d’un intérêt renouvelé pour l’historiographie du Maghreb1 (fig. 1).

Fig. 1 

Fig. 1 

Louis Bertrand, dans les ruines de la basilique de Sainte-Salsa, Tipasa, avril 1914 (photographie publiée dans Algéria, revue éditée par l’Office algérien d’action économique et touristique, août-septembre 1938 et mise en ligne par Bernard Venis sur http://lycee-bugeaud.fr, 4-11-2005).

  • 2 Bertrand 1921 : 11. Voir également Belamri 1980. Pour une biographie succincte, voir la notice d’A. (...)
  • 3 Tous deux se donnent en effet du « mon ami » : voir Bertrand 1926 : 140 et Gsell dans l’extrait d’u (...)
  • 4 Bertrand 1926 : 112. Pour une biographie du cardinal Lavigerie, voir Renault 1992. Sur son action a (...)

2Né dans la Meuse en 1866 et passé par l’École normale supérieure, Louis Bertrand débarque comme professeur à Alger en 1890 2. Il découvre les vestiges archéologiques du pays en compagnie de son ami Stéphane Gsell (1864-1932), le futur auteur de la monumentale Histoire ancienne de l’Afrique du Nord 3. C’est à partir de ce moment, et parallèlement à une carrière littéraire qui lui ouvrira les portes de l’Académie française (il y est élu en 1925), qu’il commence à développer l’idée de la résurrection d’une nation latine en Afrique du Nord, à l’ombre de la domination française. Une réflexion qui, affirme-t-il dans un élan de modestie fortement teintée d’admiration pour le cardinal Lavigerie (1825-1892), archevêque d’Alger et de Carthage, n’est que la précision et le développement des idées de celui-ci, « en utilisant les découvertes d’une science [l’archéologie] qui, à cette époque-là, n’en était encore qu’à ses débuts »4.

  • 5 Voir à ce sujet Émerit 1960, Bertrand 1926 : 108.
  • 6 « Véritable mêlée cosmopolite de mercenaires, de colons, de trafiquants de toute sorte, ce sont eux (...)

3Mais là où le cardinal Lavigerie comptait sur le prosélytisme de ses Pères Blancs pour ressusciter l’église d’Afrique 5, Louis Bertrand comptait sur les Provençaux, les Espagnols, les Italiens ou les Maltais établis en Tunisie et en Algérie 6 pour ressusciter la nation latine qu’il appelle de ses vœux. Selon un paradigme plusieurs fois formulé dans ses écrits, il revendique en effet « des droits antérieurs à l’Islam » (Bertrand 1921: 9) pour les colons méditerranéens, descendants, affirme-t-il, d’une population qui fut autrefois chassée de ses terres par les Vandales :

  • 7 On relèvera que, en bon Lorrain de l’entre‑deux‑guerres, il associe volontiers les Vandales, peuple (...)

« Toute l’élite africaine avait passé la mer, s’était réfugiée en Sardaigne, en Sicile, en Italie, en Gaule et en Espagne, emportant, avec ses méthodes de culture et d’irrigation, les reliques de ses martyrs et les livres de ses bibliothèques. Au moment des invasions arabes, il n’y avait plus en Afrique que les couches inférieures de la population » (Bertrand 1921: 17 et 32)7.

4Pour appuyer cette interprétation pour le moins originale de l’histoire nord-africaine et démontrer l’ancienneté de la présence latine et sa persistance, l’apport de l’archéologie s’avère crucial pour Louis Bertrand. Il compte en effet sur les sites archéologiques du domaine français en Afrique du Nord, ces « villes mortes de l’Antiquité latine » (Bertrand 1921 : 29), qu’il souhaite ressusciter pour servir de cadre et de modèle à la nouvelle latinité qu’il voudrait voir installée en Afrique. Sa réflexion, bien plus complexe que ne le suggèrent certaines de ses phrases définitives, mériterait que l’on s’y attarde. Nous nous intéresserons en particulier au cas de Carthage.

Louis Bertrand et le passé punique de l’Afrique

5On a estimé que la Carthage punique constituait « une grande absence dans ce schéma [celui de Louis Bertrand], ou plutôt une présence gênante que l’on escamote » (Alexandropoulos 2000 : 459, 462-462). Cette discrétion nous paraît plutôt due au manque de données archéologiques : étroitement lié au Dr Louis Carton (1864-1924), promoteur de la préservation et de l’exploration de la Carthage romaine mais aussi punique, il ne pouvait ignorer les découvertes faites dans ce domaine. Il ne se prive d’ailleurs pas de rappeler la mise au jour des tombeaux puniques par le père Louis Delattre (1850-1932) ou Paul Gauckler (1866-1911) et plaide pour une reprise des fouilles à Carthage, qui permettrait de « rétablir, j’en suis sûr, tout le plan de la Carthage romaine et peut-être punique ». Il émet même le souhait de voir de riches « Israélites ou des Syriens d’outre-Atlantique » s’impliquer dans la sauvegarde de la Carthage punique (Alexandropoulos 2000 : 81 et 113).

6De même, nous ne sommes pas convaincus de sa « punicophobie » qui s’exprimerait « le plus souvent par le silence dans Les villes d’or » (Alexandropoulos 2000 : 463). Sur les Phéniciens et les Sémites en général, il semble beaucoup moins violent que ne le fut Ernest Renan évoquant « l’épouvantable simplicité de l’esprit sémitique, rétrécissant le cerveau humain, le fermant à toute idée délicate, à tout sentiment fin, à toute recherche rationnelle » (Renan 1862 : 28).

  • 8 Dans Notre Carthage (1922), son contemporain Paul Adam (1862-1920) développe l’idée de l’influence (...)

7C’est, faut-il le rappeler, sur les traces d’une Salammbô fantasmée qu’il arrive en Afrique (Bertrand 1930 : 7). Reconnais-sant l’« influence civilisatrice sur le reste de l’Afrique, jusque dans les ultimes profondeurs sahariennes » de la Carthage punique  (Bertrand 1921 : 79) 8, il n’hésite pas à s’identifier à Amilcar (idem : 89) ni, malgré son attachement au monde latin, à qualifier le Delenda Carthago attribué à Caton l’Ancien de « haineux et cupide » (idem : 99).

8Ainsi, ce sont moins les Puniques ou les Numides, des Occidentaux après tout, que les « Orientaux », Phéniciens, Arabes mais aussi Byzantins, qui font l’objet de son aversion. Il semble ainsi opposer plutôt les deux bassins de la Méditerranée que ses deux rives.

« La résurrection de Carthage »

9« La singularité de L. Bertrand réside plutôt dans la reconstruction d’une image complète du passé de l’Afrique du Nord » (Alexandropoulos 2000 : 467). Celle qu’il nous propose est assez originale : opposant la ville d’or à la ville blanche, l’arc de triomphe au minaret, il souhaite débarrasser le paysage architectural nord-africain de son vernis mauresque pour redonner toute sa place à l’architecture romaine. Mais la critique du paysage qui s’offre à lui ne vise pas uniquement l’architecture arabe ; les constructions modernes n’échappent pas non plus à sa réprobation. Partageant une idée du Dr Carton, qui déjà en 1906 proposait, pour le nouveau centre de Carthage, de « faire des emprunts aux villas antiques, dont on possède à Carthage des types de plan et des modèles de décoration bien caractéristiques » (Carton 1906 : 410), il suggère d’imposer des villas de style néoromain, « préférable au moderne style [sic] qui sévit actuellement, de La Goulette à La Marsa, et qui transforme toute la vieille péninsule punique en une vague banlieue niçoise ou marseillaise » (Bertrand 1921 : 105). Plus étonnant pour un admirateur du cardinal Lavigerie, il regrette explicitement l’érection de la cathédrale Saint-Louis au sommet de la colline de Byrsa à Carthage : elle interdit les fouilles « sur tout le plateau de la vieille acropole punique », estime-t-il à juste titre (Bertrand 1921 : 100).

10Ayant côtoyé des archéologues dont certains, tels que Stéphane Gsell et Louis Carton, sont ses amis, il est visiblement bien conscient de leur apport et de la valeur de leur travail. Il estime toutefois qu’une « ruine ‘‘scientifique’’, nettoyée, raclée jusqu’à l’os, réduite à l’état squelettique par l’archéologie » (Bertrand 1921 : 96) est dévitalisée et ne peut donc que décevoir les visiteurs. C’est pour pallier cette déception du visiteur, et probablement la sienne, qu’il propose de ranimer la ruine :

11« Tous ces travaux des critiques, des historiens et des archéologues, si éminents soient-ils, ne nous offrent qu’une image un peu fantomatique et insuffisante du passé, si nous la rapprochons du spectacle des ruines et des villes d’or ressuscitées » (Bertrand 1921 : 53).

12Pour y parvenir, il préconise en premier lieu de restituer les ornements dont elles ont été dépouillées au profit des musées. Pour lui, il ne s’agit en effet pas de préserver et de conserver pieusement les reliques du passé, mais de redonner vie au mobilier, aux sculptures ou aux inscriptions emprisonnées entre les quatre murs d’un musée. Conscient toutefois des risques de déprédations, il envisage de substituer aux originaux des moulages, du moins pour les inscriptions (Bertrand 1921 : 98 et 117).

13En second lieu, Louis Bertrand propose d’insuffler la vie – au sens propre – aux monuments de ces villes en les remettant en fonction. Grâce en particulier à l’apport de l’archéologie, il espère ainsi transformer les thermes d’Antonin en un édifice d’utilité publique, « qui serait une libre reconstitution de l’antique et qui, en même temps, servirait toujours à quelque chose… » (Bertrand 1921 : 109), aux Tunisiens en toute saison et aux étrangers en « hivernage ». Il en irait de même pour les basiliques chrétiennes où l’on pourrait, affirme-t-il, célébrer des messes après des siècles d’abandon, il suffirait de « remettre en place la table du sacrifice » (Bertrand 1921 : 121). Ce programme ambitieux n’a évidemment pas dépassé le stade du projet. Mais, si Louis Bertrand n’a pas réussi à redonner vie aux édifices thermaux, ni aux basiliques antiques, les théâtres romains lui ont fourni davantage de satisfactions.

« S’il est une terre où le drame antique puisse refleurir… »

14Ranimer les ruines donc, et en premier lieu les édifices dédiés aux manifestations théâtrales, pour les sauvegarder et pour donner une consistance à ce « retour à l’antique » qu’il connaît bien (Bertrand 1897). Dans la description qu’il fait du théâtre antique de Dougga, on relève d’une part une profonde adhésion au paysage archéologique et, de l’autre, l’émergence d’un processus visant à proposer l’Antiquité comme un imaginaire collectif de référence pour ces Néolatins d’Afrique (Bertrand 1921 : 141-148 ; Lorcin 2002 : 323).

15La remise en fonction des théâtres antiques d’Afrique du Nord constituera le principal objectif, et peut-être le seul atteint, de la Société des Amis de Carthage et des Villes d’Or (Sdac), présidée durant de nombreuses années par Louis Bertrand. L’association, issue du Comité des Dames Amies de Carthage, est l’aboutissement de la politique de rapprochement du pouvoir central métropolitain, entreprise par Louis Carton et soutenue par Louis Bertrand (Dridi & Mezzolani sous presse).

16Au bout de quatre années d’activisme en faveur de la sauvegarde de Carthage (1920-1924), le Comité des Dames Amies de Carthage entame en effet une transformation dont on observe les prémices dès la fin 1923 et transfère son siège social à Paris tout en se plaçant sous le haut patronage du Président de la République (Mezzolani Andreose 2012). L’objectif premier de ce comité, en réalité défini par ses deux fondateurs, Louis Carton et son épouse Marie Thélu, visait à la « découverte et mise en valeur des ruines de Carthage » (Carton et al. 1924 : 24). La nouvelle association en ajoute un second qui apparaît dans un premier temps comme accessoire : élargir son action aux cités sœurs de Carthage, les Villes d’Or d’Algérie et de Tunisie, décrites par Louis Bertrand (1905 ; 1921).

  • 9 La Sdac fit une tentative pour obtenir une autorisation de fouilles sur un terrain appartenant aux (...)
  • 10 La brochure atteste l’existence de sections et de comités locaux. Il est donc probable que la prési (...)

17Dans la première version des statuts de cette nouvelle association, publiée dans le dernier Bulletin du Comité des Dames Amies de Carthage, le Dr Carton et son épouse se voient attribuer les fonctions de délégués « à vie » pour la Tunisie et Carthage, avec la direction des fouilles archéologiques que l’association pourrait obtenir sur le site de Car--thage (Carton et al. 1924 : 24-25) 9. Cette éventualité n’est plus envisagée dans les statuts publiés dans De Cherchell à Carthage, où le Dr Carton apparaît comme simple correspondant délégué pour Carthage (Sdac s.d. : 2) 10.

  • 11 La couverture est due à Georges Rochegrosse, auteur des illustrations de l’édition Ferroud (Paris, (...)

18Dans cette première et apparemment unique brochure d’information de la Sdac, ornée en couverture d’une suggestive illustration de Salammbô sur fond de golfe de Carthage (fig. 2) 11, on relève également une inflexion des objectifs. Carthage ne monopolise plus les préoccupations de l’asso-ciation qui se pro--pose désormais d’« Aider les pouvoirs publics et les gouvernements tunisien, algérien et marocain à la découverte, à la restauration, à la préservation des ruines puniques, romaines, byzantines – Veiller à la sauvegarde de Carthage – Protéger les arts en Afrique du Nord – Développer le tourisme nord-africain en faveur des Villes d’Or » (Sdac s.d. : 2).

Fig. 2 

Fig. 2 

Couverture du Bulletin de la Société des Amis de Carthage et des Villes d’Or (Sacd s.d.).

19L’objectif déclaré de l’association n’est donc plus de se consacrer à la préservation des seules ruines de Carthage, mais également aux autres cités antiques de l’Afrique du Nord, célébrées quelques années plus tôt par Louis Bertrand dans son Jardin de la mort et ses Villes d’Or : de manière explicite, l’association s’intéresse à toutes les phases antiques des sites nord-africains et, à la trilogie découverte-conservation-restauration, elle ajoute l’idée du développement touristique. Dans cette perspective, deux points programmatiques nous paraissent remarquables : les voyages organisés avec le soutien de la Compagnie générale transatlantique et les représentations dans les théâtres antiques de Carthage, Dougga et Guelma (Sdac s.d. : 2).

20Ce n’est donc pas un hasard si l’on retrouve, parmi les membres honoraires de la Sdac, John Dal Piaz (1865-1928), président de la Compagnie générale transatlantique, Maurice V. É. Margot (1864-1954), directeur général des Chemins de Fer Paris-Lyon-Méditerranée, Henri Defert, président du Touring Club de France et le comte Charles de Polignac, représentant de la Confédération du tourisme de l’Afrique du Nord. La conscience, dans l’immédiat après-guerre, que le tourisme peut représenter une importante ressource économique, et que les antiquités peuvent devenir un point focal de l’attraction touristique en Tunisie, avait déjà été clairement exprimée par Louis Carton en 1919 dans une brochure intitulée Carthage et le tourisme en Tunisie, et dans un recueil de lettres visionnaires publié en 1921, La Tunisie en l’an 2000 (Lettres d’un touriste) (Gutron 2006 ; 2008).

  • 12 Sur l’aspect triomphaliste et commémoratif du concept d’« Afrique latine » lors du Centenaire de l’ (...)

21De ce fait, la remise en fonction des théâtres antiques, mise en œuvre par Louis Carton dès le début du xxe siècle (fig. 3-4), outre sa contribution à un développement touristique attentif aux aspects culturels, apparaît comme idéologiquement compatible avec l’idée de Louis Bertrand de redonner vie aux antiquités nord-africaines : renaissance des antiquités à travers une appropriation idéale mais également physique de l’héritage latin, célébration et légitimation de la présence coloniale12.

Fig. 3

Fig. 3

Frontispice du programme de la fête du Théâtre romain organisée par l’Institut de Carthage (encart inséré dans la Revue tunisienne, 59, septembre 1906).

Fig. 4 

Fig. 4 

Carte postale avec représentation théâtrale à Carthage, durant la fête du Théâtre romain, le 2 avril 1907 (d’après Sayadi 2007 : 58).

22La Sdac, partant des thèmes fournis par Louis Bertrand, concentrera ainsi ses activités culturelles sur les théâtres antiques d’Algérie et de Tunisie, avec des fortunes diverses.

23En Algérie, la tournée des Villes d’Or, coordonnée avec la Comédie française, démarra en 1925 avec l’inauguration du théâtre antique de Djemila-Cuicul et la représentation du Polyphème devant le gouverneur général, Maurice Viollette (1870-1960) et Louis Bertrand (Jansen 2010 : 532-533). Elle se poursuivra au moins jusqu’en 1935 dans divers théâtres du département ; nous savons ainsi que la Sdac produisit annuellement des pièces théâtrales dans le théâtre antique de Cherchell-Iol-Caesarea à partir de 1926 (Glénat 1932 : 59-61) et qu’à l’occasion des festivités du Centenaire de l’Algérie française, l’association fut impliquée dans une production théâtrale pour le théâtre de Guelma-Calama (Jansen 2007 : 192-193). Enfin, en 1935, elle proposa un Œdipe Roi pour l’inauguration du théâtre antique de Khémissa-Thubursicum Numidarum.

24En Tunisie, en revanche, l’activité théâtrale de la Sdac semble avoir été bien plus modeste et n’eut pas le succès escompté par ses promoteurs. Dans une tribune plaidant pour la restauration du théâtre romain de Carthage, parue en 1923 dans les colonnes du Figaro, son secrétaire général rappelait que son association avait organisé une représentation dans le théâtre restauré de Dougga-Thugga (Jaubert de Benac 1923). La Sdac elle-même n’apparaît en première ligne qu’en 1926, à l’occasion de la première d’une pièce écrite par Jaubert de Bénac et interprétée par des artistes de la Comédie française sur les planches, justement, du théâtre romain de Carthage. Intitulée Le Croisé d’Afrique et censée raconter le débarquement de Saint-Louis à Carthage, elle réussit à mécontenter aussi bien les catholiques que les musulmans, contraignant la veuve de Louis Carton, présidente honoraire de la société, à présenter des excuses officielles à Monseigneur Alexis Lemaître (1864-1939), archevêque de Carthage et primat d’Afrique (Gutron 2010 : 175-176). Ce fiasco semble avoir mis un terme à l’expérience théâtrale de la Sdac à Carthage.

25À travers sa conception du paysage archéologique, ses opi--nions en matière de recherche archéologique ou sur la conservation et la restauration des antiquités et des sites antiques, Louis Bertrand apparaît comme un personnage plus complexe qu’il n’y paraît. Son rapport à l’archéologie est tout aussi complexe puisque, respectant visiblement le travail des archéologues, il n’en demeure pas moins frustré par l’aspect peu spectaculaire de leurs résultats. L’archéologie à elle seule lui semble incapable de ranimer les ruines. Seule leur remise en fonction peut les faire revivre. Et, si cela s’est avéré impossible pour les thermes ou les basiliques chrétiennes, Louis Bertrand a du moins eu la satisfaction de voir revivre son Afrique latine à travers les représentations théâtrales promues par l’association qu’il a présidée.

Haut de page

Bibliographie

Alexandropoulos, J. 2000. « De Louis Bertrand à Pierre Hubac : images de l’Afrique antique », in : J. Alexandropoulos & P. Cabanel (éd.), La Tunisie mosaïque. Toulouse, Presses universitaires du Mirail : 457-478.

– 2004. « À propos de Notre Carthage de Paul Adam : Carthage et ses Africains dans l’historiographie et la littérature coloniale », Pallas, 65 : 199-209.

Belamri, R. 1980. L’œuvre de Louis Bertrand, miroir de l’idéologie colonialiste. Alger, Office des publications universitaires, 278 p.

Berthonnet, A. 2006. « Le tourisme en Algérie (de 1880 aux années 1940) : une histoire à écrire », in : « Pour une histoire du tourisme au Maghreb (xixe-xxe siècles) », Revue Tourisme, 15. Toulouse, Presses universitaires du Mirail : 1-16.

Bertrand, L. 1897. La fin du classicisme et le retour à l’antique dans la seconde moitié du xviiie siècle et les premières années du xixe en France. Paris, Hachette et C., 425 p.

– 1905. Le jardin de la mort, 4e édition. Paris, Ollendorf.

1921. Les Villes d’Or: Algérie et Tunisie romaines ( = Le cycle africain). Paris, Arthème Fayard & Co, 255 p.

1926. Devant l’Islam (Retour d’Afrique, Le Centenaire du Cardinal Lavigerie, Notre Afrique, Sur un livre de Paul Adam, Saragosse). Paris, Librairie Plon, 259 p.

1930. Nuits d’Alger. Paris, Flammarion, 145 p.

Carton, L. 1906. « Pour Carthage  ! Histoire d’une ruine », Revue tunisienne, 13e année, 59 : 371-417.

– 1919. T.C.F. Carthage et le tourisme en Tunisie. Boulogne-sur-Mer, Imprimeries Réunies.

– 1921. La Tunisie en l’an 2000 (Lettres d’un touriste). Tunis, Namura & Bonici, 256 p.

1924. Le Carthage. Bulletin du Comité des Dames Amies de Carthage, 4e année, n° 5, 1er semestre 1924. Tunis, Guénard & Franchi.

Dridi, H. & A. Mezzolani. Sous presse. « De Carthage à Neuchâtel en passant par le canton de Vaud. Quelques aspects de l’activité du Comité des Dames Amies de Carthage».

Émerit, M. 1960. « Le problème de la conversion des musulmans d’Algérie sous le Second Empire : le conflit entre Mac-Mahon et Lavigerie », Revue historique, 223 : 63-84.

Ferron, J. 1979. « L’œuvre archéologique de Lavigerie et de ses Pères Blancs à Carthage », Amitiés catholiques françaises, 114 : 13-26.

Glénat, J. 1932. Au Pays des Villes d’Or. Une Ancienne Capitale de l’Afrique Latine : Cherchel, Guide Officiel du Syndicat d’Initiative de Césarée (Cherchel). Alger, Imprimerie Minerva, 77 p.

Gutron, C. 2006. « Archéologie et tourisme : visiter les ruines de Tunisie avec le docteur Carton », in : « Pour une histoire du tourisme au Maghreb (xixe-xxe siècles) », Revue Tourisme, 15. Toulouse, Université de Toulouse-Le Mirail : 111-112.

– 2008. « Voyager dans le temps avec un archéologue à travers la Tunisie coloniale : Louis Carton (1861-1924) et sa Tunisie en l’an 2000 », in: C. Demeulenaere-Douyère (dir.), Explorations et voyages scientifiques de l’Antiquité à nos jours, Actes du 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005. Paris, Éditions du CTHS : 553-571.

2010. L’archéologie en Tunisie (xixe-xxe siècles). Jeux généalogiques sur l’Antiquité ( = Hommes et Sociétés). Paris, Karthala, 327 p.

Jansen, J. 2007. « Die Erfindung des Mittelmeerraums im kolonialen Kontext. Die Inszenierungen des “lateinischen Afrika” beim Centenaire de l’Algérie française 1930», in : F. B. Schenk & M. Winkler (Hrsg.), Der Süden : neue Perspektiven auf eine europaïsche Geschichts-region. Frankfurt am Main, Campus Verlag : 175-205.

2010. « Inszenierungen des antiken Erbes in “Französisch-Algerien" », in : C. Trümpler (hrsg.), Das Grosse Spiel. Archäologie und Politik zur Zeit des Kolonialismus (1860-1940), Begleitbuch zur Ausstellung (Ruhr Museum, Weltkulturerbe Zollverein, Essen, 12. Februar-13. Juni 2010), Ruhr Museum, Essen. Köln, DuMont Verlag : 529-537.

Jaubert de Bénac, J. 1923. « À Carthage. La Résurrection du théâtre antique », Le Figaro, lundi 6 août : 4.

Lorcin, P.M.E. 1995. Imperial Identities. Stereotyping, Prejudice and Race in colonial Algeria ( = Society and Culture in the Modern Middle-East). Londres-New York,  I.B. Tauris : 323 p.

2002. « Rome and France in Africa : Recovering Colonial Algeria’s Latin Past », French Historical Studies, 25, 2 : 295-329.

Mezzolani Andreose, A. 2012. « Regards de femmes sur la ville de Didon : le Comité des Dames Amies de Carthage (1920-1924) », communication présentée à la journée d’étude Archéologie et tourisme en Méditerranée, xixe-xxe siècles, Tunis, Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain, 9 février.

Oulebsir, N. 2004. Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930). Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 411 p.

Picarella, G. 2007. « Alla scoperta delle Villes d’Or: archeologia, storia e identità coloniale nel Nordafrica di Louis Bertrand », ArcoJournal, e-journal del Dipartimento di Arti e Comunicazioni dell’Università di Palermo, publié en ligne le 24 mai 2007 : 1-22.

Pouillon, Fr. (éd.). 2008. Dictionnaire des orientalistes de langue française, 2e édition. Paris, IISMM – Karthala, 1 007 p.

Renan, E. 1862. De la part des peuples sémitiques dans l’histoire de la civilisation, discours d’ouverture du cours de langues hébraïque, chaldaïque et syriaque, au Collège de France, 4e édition. Paris, Michel Lévy Frères.

Renault, Fr. 1992. Le Cardinal Lavigerie, 1825-1892. Paris, Fayard, 704 p.

Sacd. s.d. De Cherchell à Carthage, 1. Paris, Société des Amis de Carthage et des Villes d’Or.

Sayadi, S. 2007. Carthage 1895-1930 à travers les cartes postales. Tunis, Alif, Les Éditions de la Méditerranée, 150 p.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier Lorcin 1995 : 196-213 ; Alexandropoulos 2000 ; Lorcin 2002 ; Picarella 2007 ; Jansen 2007, et enfin, tout récemment, J. Alexandropoulos, « Des villes d’or à Cyrène : la perception des ruines chez Louis Bertrand », communication présentée lors de la journée d’étude Archéologie et tourisme en Méditerranée, xixe-xxe siècles, Tunis, 9 février 2012.

2 Bertrand 1921 : 11. Voir également Belamri 1980. Pour une biographie succincte, voir la notice d’A. Dusserre dans Pouillon 2008 : 104-105.

3 Tous deux se donnent en effet du « mon ami » : voir Bertrand 1926 : 140 et Gsell dans l’extrait d’une lettre reproduite dans le 5e Bulletin du CDAC (Carton et al. 1924 : 5). Pour une biographie succincte de S. Gsell, voir la notice de Cl. Gutron dans Pouillon 2008 : 462-463.

4 Bertrand 1926 : 112. Pour une biographie du cardinal Lavigerie, voir Renault 1992. Sur son action archéologique, voir Ferron 1979.

5 Voir à ce sujet Émerit 1960, Bertrand 1926 : 108.

6 « Véritable mêlée cosmopolite de mercenaires, de colons, de trafiquants de toute sorte, ce sont eux que j’aperçus d’abord, quand je cherchais l’Algérie vivante, active, celle de l’avenir » (Bertrand 1921 : 17).

7 On relèvera que, en bon Lorrain de l’entre‑deux‑guerres, il associe volontiers les Vandales, peuple germanique, aux autres barbares que sont les Arabes.

8 Dans Notre Carthage (1922), son contemporain Paul Adam (1862-1920) développe l’idée de l’influence civilisatrice de Carthage sur les territoires subsahariens et légitime la présence coloniale française dans ces régions par une hérédité acquise avec l’établissement du protectorat français sur le pays de Carthage (Alexandropoulos 2004).

9 La Sdac fit une tentative pour obtenir une autorisation de fouilles sur un terrain appartenant aux Carton dans la zone du tofet en avril 1924. Cette demande, dans laquelle Louis Carton figurait comme directeur des fouilles, fut apparemment rejetée (lettre du 18 avril 1924 de Léonce Bénédite, vice-président de la Sdac, au directeur des Antiquités et Arts de Tunis, Fonds Poinssot, Inha, Paris).

10 La brochure atteste l’existence de sections et de comités locaux. Il est donc probable que la présidence de la section de Tunis-Carthage a été attribuée à Mme Carton, comme le prévoyait la première version des statuts et comme semble le confirmer l’épisode malheureux de la représentation théâtrale de la pièce de Jaubert de Bénac (cf. infra).

11 La couverture est due à Georges Rochegrosse, auteur des illustrations de l’édition Ferroud (Paris, 1900) du Salammbô de Gustave Flaubert. L’artiste est cité parmi les membres d’honneur de la Sdac dans le Bulletin de la Société des Amis de Carthage et des Villes d’Or (s.d. : 1).

12 Sur l’aspect triomphaliste et commémoratif du concept d’« Afrique latine » lors du Centenaire de l’Algérie française, voir Oulebsir 2004 : 261-292 et Jansen 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 
Légende Louis Bertrand, dans les ruines de la basilique de Sainte-Salsa, Tipasa, avril 1914 (photographie publiée dans Algéria, revue éditée par l’Office algérien d’action économique et touristique, août-septembre 1938 et mise en ligne par Bernard Venis sur http://lycee-bugeaud.fr, 4-11-2005).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1613/img-1.png
Fichier image/png, 164k
Titre Fig. 2 
Légende Couverture du Bulletin de la Société des Amis de Carthage et des Villes d’Or (Sacd s.d.).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1613/img-2.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Fig. 3
Légende Frontispice du programme de la fête du Théâtre romain organisée par l’Institut de Carthage (encart inséré dans la Revue tunisienne, 59, septembre 1906).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1613/img-3.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Fig. 4 
Légende Carte postale avec représentation théâtrale à Carthage, durant la fête du Théâtre romain, le 2 avril 1907 (d’après Sayadi 2007 : 58).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1613/img-4.png
Fichier image/png, 721k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hédi Dridi et Antonella Mezzolani Andreose, « « Ranimer les ruines » : l’archéologie dans l’Afrique latine de Louis Bertrand », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 10-16.

Référence électronique

Hédi Dridi et Antonella Mezzolani Andreose, « « Ranimer les ruines » : l’archéologie dans l’Afrique latine de Louis Bertrand », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1613 ; DOI : 10.4000/nda.1613

Haut de page

Auteurs

Hédi Dridi

Professeur ordinaire de l’Université de Neuchâtel, Suisse
hedi.dridi@unine.ch

Articles du même auteur

Antonella Mezzolani Andreose

Chercheur associée à l’Istituto italiano per l’Africa e l’Oriente, Rome
antonella.mezzolani@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org