Navigation – Plan du site
Dossier

La crise de l’archéologie, de ses lointaines origines à aujourd’hui

Alain Schnapp
p. 3-6

Résumé

L’archéologie que nous pratiquons aujourd’hui est fille d’une longue tradition qui plonge ses racines aussi bien dans le monde gréco-romain que dans les cultures de l’Égypte et de la Mésopotamie anciennes. Elle procède de ce que nous appelons les techniques antiquaires qui, après une première floraison dans l’Antiquité classique, ont pris leur essor durant la Renaissance en Italie et ont progressivement conquis toute l’Europe. La curiosité antiquaire n’est cependant pas limitée à l’Europe et au Proche-Orient, elle a connu en Chine un développement exceptionnel et elle n’a pas été absente du Mexique ancien…

Haut de page

Texte intégral

1L’archéologie que nous pratiquons aujourd’hui est fille d’une longue tradition qui plonge ses racines aussi bien dans le monde gréco-romain que dans les cultures de l’Égypte et de la Mésopotamie anciennes. Elle procède de ce que nous appelons les techniques antiquaires qui, après une première floraison dans l’Antiquité classique, ont pris leur essor durant la Renaissance en Italie et ont progressivement conquis toute l’Europe. La curiosité antiquaire n’est cependant pas limitée à l’Europe et au Proche-Orient, elle a connu en Chine un développement exceptionnel et elle n’a pas été absente du Mexique ancien. C’est dire, comme l’écrivait Joseph Needham, que   l’idée que l’Europe ait été l’unique civilisation tournée vers l’histoire est intenable, Clio était au moins tout aussi chez elle en habits chinois » (Needham 1981  : 105).

La filiation antiquaire

2Pourtant, il nous faut bien reconnaître que l’archéologie au sens moderne du terme est une discipline qui s’est affirmée en Occident dans les premières décennies du xixe siècle à la faveur d’un double mouvement de condensation des anciennes techniques antiquaires et de remise en cause de la séparation entre l’histoire de l’homme et l’histoire de la nature, jusque-là intangible. Les antiquaires ont jeté les bases de l’observation et de l’interprétation des vestiges du passé mais ils n’ont pas intégré leurs pratiques dans un système. Certains se consacraient à la typologie des œuvres qu’ils découvraient, d’autres s’intéressaient à leur usage, quelques-uns même se préoccupaient des conditions de découverte des objets et de leur position dans le sol. Mais aucun d’entre eux n’a décliné l’ensemble de ces approches en une stratégie d’ensemble pour explorer les sites enfouis. L’exploration du sol n’était pas inconnue, depuis les souverains de Mésopotamie, elle participait d’une volonté politique et religieuse d’exhumer les traces de leurs prédécesseurs et de conforter l’aura de leur pouvoir. Certes les archéologies modernes ont joué un rôle important dans le développement du colonialisme et du nationalisme mais elles relèvent d’un dessein différent. Les archéologues ont changé de référent  : pour Robert Hooke (1635-1703) ou Georges-Louis Leclerc de Buffon (1707-1788), l’approche antiquaire était le modèle de la géologie à construire. Pour des hommes comme Aubin Louis Millin (1759 -1818) qui ont inauguré, en France, au début du xixe siècle, la notion même d’archéologie, l’approche archéologique doit prendre son inspiration dans les sciences de la nature et construire son lexique et ses pratiques à la manière de la géologie et de la biologie. Pour l’antiquaire, le vestige est une image, quelque chose qui surgit du passé  ; l’Antiquité est illustrée au sens du titre de Bernard de Montfaucon (1655-1741), L’Antiquité expliquée et représentée en figures (1719-1724), ou dévoilée au sens de L’Antiquité dévoilée par ses usages (1772)de Nicolas Antoine Boulanger (1722-1759). Dans un cas, il faut se saisir d’elle à travers des figures, dans l’autre, il convient d’observer le sol et d’interpréter les plus anciennes mythologies pour explorer le passé le plus lointain, celui d’avant les traditions écrites (fig. 1). Chacune de ces approches dessinait l’horizon d’une étude des œuvres, des monuments et des sites, mais aucune ne recommandait spécifiquement l’exploration du sol comme le grand livre d’un passé à déchiffrer. Vers 1850, avec le dégagement systématique de Pompéi et d’Herculanum, qui n’advient qu’un bon siècle après les premières découvertes du xviiie siècle et l’expédition d’Égypte, le paradigme archéologique remplace la tradition antiquaire. L’excavation du sol n’est plus seulement un moyen de découvrir des objets et des monuments, la fouille archéologique est un objectif en soi qui vise à dresser le portrait d’une civilisation, à élaborer des protocoles qui unifient le champ des pratiques antiquaires  : typologie, technologie, stratigraphie sont les colonnes sur lesquelles s’appuie la nouvelle discipline. L’antiquaire était essentiellement un homme de cabinet, l’archéologue s’affirme comme un homme de terrain. Bien sûr, il y a eu des antiquaires qui observaient et parfois fouillaient le sol comme Olof Rudbeck (1630-1702) en Suède ou John Aubrey (1626-1697) en Grande-Bretagne, et l’archéologie de laboratoire procède du travail de l’antiquaire dans son cabinet.

Fig. 1

Fig. 1

L’antiquaire au travail : dans un paysage de ruines classiques, un antiquaire fouille le sol avec sa bêche. Sur un fragment de corniche est inscrit un vers d’Horace : «Le temps révèle au soleil tout ce qui est enfoui dans le sol ».

Planche de garde des Œuvres du poète latin Catulle (Padoue, 1737, éditeur Josephus Cominus).

Le paradigme archéologique

3Mais le paradigme de l’archéologie déploie un nouveau mode de recherche, une nouvelle organisation des stratégies d’excavation, de collecte, d’étude et de publication. L’avènement des sciences positives fait de l’archéologue un spécialiste qui entend passer du régime de la curiosité à celui de l’objectivité. Le déluge n’est plus un obstacle à l’exploration d’un passé ancien qui échappe à toute chronique. Au milieu du xixe siècle, l’observation des strates, l’étude des faunes animales disparues et celle des silex taillés de main d’homme affirme l’existence de la Préhistoire, démontre la continuité entre l’histoire de l’homme et l’histoire de la nature. L’archéologie revendique dès lors le statut de science universelle apte à s’appliquer en tout lieu et à interpréter toute époque, elle se dégage des traditions locales et régionales pour s’affirmer sur un plan national et international. Au plan national, elle rejoint le dispositif des sciences positives  : universités, musées, services archéologiques constituent un vaste réseau d’institutions scientifiques qui contribuent au développement des États-nations. Déjà, de la Renaissance aux Lumières, une lutte feutrée opposait les grands royaumes d’Occident pour la collecte des antiquités de Méditerranée, du Proche ou de l’Extrême-Orient, voire de l’Afrique et des Amériques. Avec l’avènement de l’archéologie, une nouvelle donne coloniale s’impose, les puissances se disputent les antiquités des pays colonisés comme elles s’approprient leurs richesses économiques. Comme le géographe, l’ethnologue ou le géologue, l’archéologue n’est jamais très loin du colonisateur. Cette science coloniale qui vient conforter le sentiment de supériorité de l’Occident n’est cependant pas univoque, elle peut ménager des surprises. Elle révèle ici ou là des réalités culturelles qui viennent controuver ou invalider les certitudes coloniales. Dans l’Amérique espagnole déjà, certains s’alarmaient de voir les élites indigènes formées aux langues classiques comme le latin ou le grec et à la critique des sources, s’interroger sur les limites et les abus de la colonisation (Canizares-Esguerra 2001).

4Le « vol de l’histoire », pour reprendre le mot de Jack Goody (2006), a connu très tôt des voix dissidentes qui questionnent les évidences coloniales et la suprématie culturelle et politique de l’Occident. C’est dans ce contexte que sont nés les services archéologiques « indigènes ». Quand, en 1881, Gaston Maspero (1846-1916) réforme le service des antiquités du Royaume d’Égypte, certains archéologues occidentaux critiquent violemment la politique d’une institution qui avait pour but de défendre les intérêts culturels du pays et donc de contribuer à limiter l’exportation des antiquités. On rappellera pour mémoire que l’État grec indépendant fut le premier pays européen à créer un service archéologique en 1834 (en dehors des pays scandinaves et de certains États italiens). En fondant un service archéologique indépendant des puissances européennes, le nouvel État grec entendait se doter d’un outil apte à protéger ses antiquités et à stimuler la construction de son identité nationale face à la tradition coloniale incarnée par un Elgin (1766-1841) ou un Fauvel (1753-1838).

5L’archéologie s’est donc bâtie sur une contradiction. Comme toute science, elle relève d’une dimension universaliste qui vise à rendre accessible le passé et à révéler et à protéger les antiquités de toutes origines. Mais, comme toute science, elle est soutenue par des États, ou des institutions à leur service, qui peuvent être consciemment ou inconsciemment tentés de privilégier certaines approches, certaines cultures ou certaines périodes. Le colonialisme a joué un rôle majeur dans l’expansion de l’archéologie et il n’est pas besoin de revenir aux dérives de la « science de la race » dans l’Allemagne nazie qui infecta autant l’archéologie que l’anthropologie.

6L’archéologie, comme l’ethnologie, est une discipline exposée aux conflits et aux intérêts qui traversent les sociétés modernes et, à la différence de la géographie, elle est soumise à une érosion toujours plus accélérée de la matière même des sources qui lui sont accessibles. Les « terrains » de l’ethnologue se réduisent drastiquement sous l’influence de la « modernisation ». Au même rythme que l’expansion agricole, sylvicole et urbaine, les grands travaux détruisent chaque année des centaines de milliers de sites archéologiques. Les menaces environnementales qui pèsent sur nos sociétés affectent le sous-sol et donc des vestiges que l’enfouissement avait préservés durant des millénaires. Les lois sur l’environnement sont d’ailleurs venues compléter, dans bien des pays, l’arsenal législatif qui protégeait les sites archéologiques, et le combat pour la défense des patrimoines culturels se confond bien souvent avec celui de la protection de la nature. L’impact de l’urbanisation, des grands ouvrages d’art et de l’agriculture industrielle sur l’archéologie est une donnée somme toute récente. Depuis 1930, l’urbanisme galopant a commencé à produire ses effets en Amérique du Nord et en Europe, depuis il s’est étendu au monde entier en même temps que la recherche toujours plus intense de matières premières atteignait des zones jusqu’ici protégées et que les ouvrages d’art, les oléoducs et les gazoducs investissaient des régions jusqu’ici épargnées. Pour protéger les vestiges, il a fallu créer un droit de l’archéologie et des institutions de préservation et de conservation. Les États du pape, dès le xvie siècle, suivis par les pays du Nord au xviie siècle, se sont dotés d’une législation archéologique qui a été le modèle de celle de la Grèce moderne puis, beaucoup plus tardivement, des grands pays d’Europe. On peut d’ailleurs remarquer que la législation archéologique en France est l’une des plus tardives d’Europe puisqu’elle remonte à 1941 et aux heures sombres du régime de Vichy.

Le nouvel élan mondialiste

7Malgré les efforts de la Société des Nations, avant la seconde guerre mondiale, puis de l’Unesco après-guerre, la pro--tection du patrimoine archéologique n’a pas progressé aussi vite que l’urbanisation et que l’industrialisation. Les archéologues, sauf dans les pays scandinaves, ont toujours couru loin derrière l’expansion économique, et la notion « d’archéologie de sauvetage » n’a été remplacée que tout récemment par celle d’« archéologie préventive » (Demoule & Stiegler 2008). En Scandinavie, en Europe centrale, en Italie puis en Grande-Bretagne et en Allemagne, l’après-guerre a été le moment d’une prise de conscience des risques que la reconstruction et l’expansion économique faisaient courir au patrimoine archéologique. Ces pays ont développé des procédures nouvelles de recensement et de protection du patrimoine archéologique. Ces pratiques ont bouleversé le paysage de l’archéologie sur le modèle de ce qui avait été inventé aux États-Unis, dès les années 1930, lors de la mise en valeur de la vallée du Tennessee. On est alors passé d’une archéologie artisanale à une archéologie de type industriel capable d’excaver des centaines d’hectares et de gérer des dizaines de milliers de données. Des pays comme la France ou l’Espagne n’ont rejoint que tardivement ce peloton de tête des États qui se sont dotés d’outils législatifs et techniques efficaces pour précéder les destructions dues au développement de l’économie industrielle et de l’agriculture intensive. Par un étrange paradoxe culturel, les puissances coloniales comme la Grande-Bretagne et la France, qui ont tant tardé à instaurer une législation archéologique sur leur territoire métropolitain, avaient créé, en Inde (1871) et en Algérie (1923), des institutions chargées de la protection du patrimoine archéologique. Le contexte colonial a été propice à ce genre de chiasme, l’histoire des colonisés est ainsi mise à distance, presque réifiée, alors que celle des colonisateurs est d’une certaine façon négligée. Peut-être cette passion érudite des colonisateurs a-t-elle été stimulée par l’idée qu’ils découvraient des terrae incognitae, et des vestiges d’une richesse exceptionnelle qui n’étaient plus guère observables sur les territoires domestiqués par des siècles d’histoire européenne… Nicolas Fabri de Peiresc (1580-1637) soulignait déjà au xviie siècle combien les monuments du Levant étaient mieux préservés et plus parlants que ceux d’Europe. Et Chateaubriand (1768-1848) n’hésitait pas à écrire à propos des ruines de l’Égypte :

« Les ruines changent de caractère en Égypte  ; souvent elles étalent dans un petit espace toutes les sortes d’architectures, et toutes les sortes de souvenirs. Le sphinx, et les colonnes du vieux style égyptien s’élèvent auprès de l’élégante colonne corinthienne  ; un morceau d’ordre toscan s’unit à une tour arabesque. D’innombrables débris sont roulés dans le Nil, enterrés dans le sol, cachés sous l’herbe  ; des champs de fèves, des rizières, des plaines de trèfles s’étendent à l’entour. » (Chateaubriand 1835  : 3).

8À ce sentiment d’inconnu et de profusion s’ajoutait aussi le contraste entre passé et présent, les archéologues cherchant dans le témoignage des « hautes civilisations » de l’Antiquité les raisons de leur condescendance pour les civilisations de l’Orient contemporain. Encore une fois, la maîtrise du passé apparaissait comme une source de légitimité. En quelque sorte, la gloire du passé compensait la pauvreté des conditions de vie du présent… En Grèce, même les voyageurs étaient coutumiers de ce genre de réflexions.

9La décolonisation de l’après-guerre a bouleversé les certitudes acquises et la croyance de l’Occident en sa suprématie culturelle. Les nouveaux États d’Asie et d’Afrique, avec l’encouragement de l’Unesco, se dotèrent d’une législation, de musées et de services archéologiques embryonnaires  ; l’exportation d’objets archéologiques tirés des fouilles, encore courante dans les années cinquante, fut progressivement abolie et les jeunes États formèrent des élites scientifiques capables de prendre le relais. Les années cinquante et soixante furent une période d’expansion et de développement des institutions patrimoniales. Des campagnes comme celle lancée en Égypte à l’occasion du barrage d’Assouan donnèrent un nouveau départ à la collaboration archéologique internationale et l’espoir de la naissance d’une archéologie libérée des traditions coloniales et des pesanteurs nationales s’affirma.

10Mais les vicissitudes de l’histoire n’ont pas manqué de toucher la pratique de l’archéologie et les comportements des institutions tant nationales qu’internationales. Le World Archaeological Congress fondé à Southampton en 1986 est la preuve vivante d’une crise endémique puisque sa création fut la conséquence du refus de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques (Uispp) de s’aligner sur l’attitude des syndicats britanniques et de la Ville de Southampton qui boycottèrent les délégués de l’Union sud-africaine en raison de l’apartheid (Ucko 1987). L’espoir d’un développement harmonieux de l’archéologie dans un monde en paix ne s’est pas confirmé. Malgré les progrès de la discipline dans tous les pays du monde, les années 1980 ont vu s’installer dans de nombreux États une crise matérielle et morale. L’Afrique a été la plus touchée, après un démarrage spectaculaire de la recherche archéologique dans divers pays fraîchement décolonisés, la récession s’est installée. Le nombre d’archéologues a commencé à diminuer, la crise des finances publiques a eu pour conséquence la décrue des ressources affectées aux musées et aux services des antiquités, l’insécurité de régions entières et les guerres civiles n’ont pas permis aux institutions culturelles de jouer leur rôle. Et on ne peut que constater avec amertume que les initiatives flamboyantes de l’Unesco dans les années 1960 n’ont pas été poursuivies plus avant.

11Même si en Asie, en particulier en Inde, en Chine et au Japon, l’expansion archéologique est patente, ce qui s’est passé en Afghanistan ou en Irak témoigne des risques qui pèsent sur le patrimoine archéologique mondial. Ces menaces sont présentes aussi en Colombie et dans certains pays d’Amérique centrale. Et même des pays européens qui ne sont pas touchés par des troubles d’une telle intensité font l’expérience d’une crise endémique. L’Italie, qui a développé après guerre une riche école d’archéologie, peine à assurer la gestion de son immense patrimoine archéologique, et le service archéologique grec doit faire face à une diminution drastique de ses ressources.

12« Médecins sans frontières » incarne encore aujourd’hui un extraordinaire mouvement de solidarité qui transcende les frontières et les nations. Nul doute que le futur de l’archéologie passe par des initiatives qui permettent aux pays riches d’aider les pays pauvres dans la protection de leur patrimoine archéologique. Des institutions comme la Wenner Gren foundationœuvrent depuis des décennies dans cette perspective. On souhaiterait que des organismes comme l’Union européenne s’engagent dans une telle politique. Quand on voit les difficultés de toutes sortes que rencontrent chercheurs et étudiants dans les pays en guerre, quand on découvre les effets de la guerre en Irak et en Syrie, on ne peut s’empêcher de penser qu’une Ong « Archéologues sans frontières » pourrait rendre d’immenses services.

13Le bilan de l’archéologie coloniale que nous proposent les auteurs de ce recueil est un moyen de porter un regard rétrospectif sur une histoire de l’archéologie lourde de conséquences pour comprendre les défis de l’archéologie contemporaine. La crise qui traverse l’archéologie dans les pays en développement révèle un des échecs majeurs des politiques économiques et sociales conduites durant les dernières décennies. Les contributions qui suivent ont une double fonction : celle de regarder vers le passé pour mesurer le chemin accompli, celle de préparer le futur en forgeant les outils d’une archéologie libérée du poids du colonialisme et en mesure de contribuer au dialogue des cultures.

Haut de page

Bibliographie

Canizares-Esguerra, J. 2001. How to write the History of the New World. Stanford, Stanford University Press, 450 p.

Chateaubriand, F. de. 1835. Génie du Christianisme. Œuvres complètes, t. 16, 3. Paris, Pourrat, 507 p.

Goody, J. 2006. Le vol de l’histoire  ; comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde. Paris, Gallimard, 487 p.

Needham, J. 1981. « Time and knowledge in China and the West », in  : J.T. Fraser (éd.), The Voices of Time. Amherst, The University of Massachussets Press  : 93-135.

Demoule, J.-P. & B. Stiegler (éd.). 2008. L’avenir du Passé, Modernité de l’archéologie. Paris, La Découverte, 249 p.

Ucko, P. 1987. Academic Freedom and Apartheid : The Story of the World Archaeological Congress. Londres, Duckworth, 305 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende L’antiquaire au travail : dans un paysage de ruines classiques, un antiquaire fouille le sol avec sa bêche. Sur un fragment de corniche est inscrit un vers d’Horace : «Le temps révèle au soleil tout ce qui est enfoui dans le sol ».
Crédits Planche de garde des Œuvres du poète latin Catulle (Padoue, 1737, éditeur Josephus Cominus).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1608/img-1.png
Fichier image/png, 3,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Schnapp, « La crise de l’archéologie, de ses lointaines origines à aujourd’hui », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 3-6.

Référence électronique

Alain Schnapp, « La crise de l’archéologie, de ses lointaines origines à aujourd’hui », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1608 ; DOI : 10.4000/nda.1608

Haut de page

Auteur

Alain Schnapp

Professeur à l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne
alain.schnapp@inha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org