Navigation – Plan du site

Dhar Tichitt, Walata et Nema

Paysages culturels néolithiques dans le Sud-Ouest saharien
Augustin F.-C. Holl
p. 35-39

Résumés

La zone des falaises de grès qui forme un hémicycle à l’est, au nord, et ouest de la cuvette du Hodh, dans le centre sud mauritanien, a été colonisée par de communautés d’agro-pasteurs néolithiques dès le début du IIe millénaire avant notre ère. Ils cultivaient non seulement le mil chandelle, et élevaient des bovins et des ovin-caprins, mais ils étaient aussi des pêcheurs, des chasseurs, et des collecteurs de graminées sauvages. Les empreintes de leur passage sont nombreuses et variées : villages massifs à l’architecture complexe, gravures rupestres, tumuli et sites des surfaces.  Chacune de ces empreintes constitue en soi une modalité de construction des paysages culturels soutenant la création d’un « espace d’action », une sorte de « carte sociale mentale » à échelles spatiales multiples. Quatre niveaux d’analyse de l’espace, domestique, villageois, sub-régional, et régional font l’objet de la discussion présentée dans cet article. L’enjeu est de comprendre les stratégies d’implantation de l’habitat, son évolution dans le temps, et sa diversification dans la longue durée.

Haut de page

Texte intégral

1Les impressionnants villages des falaises de grès du Centre-Sud mauritanien ont été « découverts » de manière inattendue au début du xxe siècle. Ils ont surpris et intrigué, et ont fait l’objet de prélèvements plus ou moins extensifs de données archéologiques. Les missions de reconnaissance menées de 1912 à 1963 par Doujat d’Empeaux, Pierre Laforgue, Théodore Monod et Raymond Mauny se sont concentrées sur la zone allant de Zig, au nord-ouest, à Nema, au sud-est. Les données collectées ont permis l’élaboration des premières esquisses typologiques de la culture matérielle associée à ces villages. Les problèmes qui ont mobilisé les chercheurs jusqu’à ce jour ont été clairement résumés, dès les années 1920, par Doujat d’Empeaux.

2« Tout semble indiquer l’existence d’une population fort dense et sédentaire, qui ne pourrait évidemment pas subsister actuellement dans cette région désertique ; elle n’y trouverait plus ni l’eau nécessaire à ses besoins, ni les éléments matériels d’une industrie aussi importante que comportent les débris de poterie qui pavent le sol. Cette région devait posséder autrefois dans les taierts [vallée interdunaire] des puits aujourd’hui disparus avec l’abaissement de la couche aquifère et les dunes étaient certainement plus boisées qu’elles ne le sont aujourd’hui » (Doujat d’Empeaux, cité par Dr R. Verneau, 1920).

3Les recherches menées depuis les années 1960 ont confirmé son intuition (Amblard 1984 ; 1986 ; Amblard & Pernes 1989 ; Holl 1985a et b ; 1986 ; 1993 ; 2009 ; Person et al. 2004 ; 2010 ; Jousse 2010 ; Munson 1971 ; 1976 ; 1981). Les falaises de grès des marges de la cuvette du Hodh, en Mauritanie sud-centrale, ont été colonisées par des communautés d’agropasteurs néolithiques au cours de l’Holocène final, à partir de 2500-2000 avant notre ère. Pendant près de deux millénaires, jusqu’au ive siècle av. J.-C., ces groupes ont occupé l’espace des Dhars et socialisé le paysage, développant des techniques de construction à base de pierre sèche, manifestes dans les villages généralement situés en hauteur sur le replat de la falaise. Les zones basses, sableuses et marécageuses des dépressions interdunaires étaient parcourues en tout temps et occupées de manière saisonnière. Les fluctuations interannuelles des précipitations et la hauteur de la nappe phréatique ont constamment joué un rôle important dans les choix des sites d’installation.

4Ces collectivités d’agropasteurs cultivaient le mil chandelle (Pennisetum glaucun), élevaient des ovins-caprins et des bovins, et complétaient leur subsistance avec les produits de la pêche aux silurides et aux perches du Nil des lacs interdunaires, de la chasse aux grands mammifères, de la cueillette des fruits et de la collecte des graminées sauvages. L’ensemble de ce qu’offrait la nature faisait donc l’objet de l’attention des occupants néolithiques des Dhars. Ce faisant, ils ont progressivement et constamment modifié le paysage, le transformant en paysage culturel néolithique.

Le contexte paléo-environemental

5Les indicateurs paléoclimatiques dérivés des analyses sédimentologiques, limnologiques, palynologiques et fauniques (Holl 1986 ; 2009 ; Hugot 1977 ; Person et al. 2004 ; 2010) permettent de reconstituer les grandes caractéristiques de l’environnement et des paysages naturels des Dhar Tichitt, Walata et Nema. L’Holocène ancien (9000-6000 av. J.-C.) est une phase humide, avec des précipitations régulières bien réparties dans l’année et des nappes phréatiques hautes. La grande cuvette du Hodh et les petits bassins du baten (pied de la falaise) sont dotés de plans d’eau importants. La flore des diatomites à dominante de Melosira sp., fréquemment associée à Cyclotella kuntzigiana, C. ocellata, Cymbella gastroides et Rhopalodia parallela, indique la présence de lacs profonds et bien oxygénés. L’Holocène moyen (ca. 5000-3000 av. J.-C.) est marqué par une forte aridité : les lacs s’assèchent alors et des dunes orientées NE-SW se forment dans l’ensemble de la région, à l’exception du baten. Une phase humide dite « nouakchottienne », bien que surtout repérée sur la côte, prend le relais au début de l’Holocène final (ca. 3000-1000 av. J.-C.) : se met alors en place le régime climatique à saisons contrastées, avec une courte saison humide correspondant à la remontée nord du front intertropical de convergence et une longue saison sèche. En fait, en dépit d’importantes fluctuations dans les régimes de précipitations, l’Holocène final se caractérise surtout par une accentuation soutenue de l’aridité. La flore diatomitique est à dominante d’espèces littorales et tropicales épiphytes – Amphora ovalis, Epithemia argus, E. sorex, Navicula oblonga, N. radiosa et Rhopalodia gibba –, qui vivent en eau peu profonde à tendance saumâtre. Les petits lacs et les mares sont entourés de ceintures d’arbustes représentées par de nombreuses racines fossiles.

6Les analyses palynologiques effectuées à partir des échantillons associés aux données archéologiques indiquent une importante strate herbacée à dominante de Gramineae, de Cyperaceae et de Chenopodiaceae/ Amarantaceae avec, en complément, une strate arbustive à Acacia sp., Balanites egyptiaca, Capparidaceae sp. et Combretaceae sp. La végétation est essentiellement herbeuse, avec des buissons et des arbres épars. La faune en revanche présente une grande diversité de milieux. Les poissons (perche du Nil et siluridae), le python et l’hippopotame sont des espèces aquatiques. Les grands mammifères des savanes boisées et arbustives sont représentés par des grandes antilopes (Hippotragus equinus, Taurotragus derbianus, Tragelaphus sp., Kobus sp., Oryx algazel, Gazella dama, etc.). Les espèces adaptées aux milieux désertiques le sont par l’addax, la gazelle dorcas et la genette. Certaines de ces espèces sont endémiques, les autres migratrices.

7En résumé, alors que l’aridification de l’ensemble du Sahara s’intensifiait au cours de l’Holocène final, la zone des falaises de la Mauritanie sud-centrale combinait deux avantages qui ont attiré les populations à la recherche de nouvelles terres : 1) les nappes phréatiques bien fournies alimentant les lacs interdunaires et les sources jaillissant sur les flancs des falaises ; 2) les pluies de moussons apportées par la remontée du front de convergence intertropical.

La formation du paysage culturel

8Dans l’état actuel des recherches, les premiers sites d’installation des éleveurs de bovins, d’ovins et de caprins datent de 2500-2000 avant notre ère. Ils se retrouvent aussi bien dans le Dhar Tichitt, le Dhar Walata et le Dhar Nema, où ils ont enclenché la construction longue et soutenue du paysage culturel néolithique. Cette construction, cumulative par définition, s’est effectuée simultanément à tous les niveaux (domestique, villageois, régional) et a été étalée dans le temps jusqu’au ive siècle avant notre ère, époque de l’effondrement du système agropastoral néolithique de la zone des falaises, en raison d’une très forte accentuation de l’aridification.

9L’ensemble des vestiges disponibles dans une entité territoriale donnée constitue la base de données archéologiques mobilisée dans l’étude de la formation des paysages culturels. Comme le montrent cependant de nombreux exemples (David & Thomas 2008 ; Holl 1993 ; Rappaport 1972), les conceptions spirituelles, religieuses et métaphysiques sont extrêmement importantes dans la structuration de l’espace habité. Les données relevant de ces sphères d’activités se conservent parfois mais, dans la plupart des cas, les vestiges sont ambigus et difficiles à interpréter. L’analyse menée dans ces pages s’appuiera exclusivement sur les structures d’habitat mises au jour dans les Dhars Tichitt, Walata et Nema.

10Le déploiement, la fluidité et la répétition des activités dans l’ensemble d’un territoire occupé par une collectivité humaine marquent l’espace. Certaines facettes de ce marquage, par exemple les constructions en pierres sèches, sont plus rigides et durables que d’autres. Certaines occupations ne sont que passagères (campements de chasse), d’autres sont permanentes (villages construits). Les changements s’effectuent aussi dans la durée, avec la fondation de nouveaux villages et l’expansion de l’habitat dans de nouveaux territoires. C’est cette dynamique, à la fois synchronique et diachronique, de la formation du paysage culturel néolithique dans le centre-sud de la Mauritanie qui va être explorée dans cet article.

11Le Dhar Nema a fait l’objet de recherches récentes (Person et al. 2004 ; 2010 ; Jousse 2010) qui confirment les résultats obtenus sur les Dhar Tichitt et Walata, situés plus au nord, en y ajoutant d’intéressantes découvertes. Vingt-neuf nouveaux sites ont été répertoriés dans la zone intermédiaire qui va des plaines dunaires, à l’ouest, à la falaise gréseuse, à l’est. L’ensemble DN-4/DN-19 [16o44’20”N/7o16’26”O] a été retenu pour une étude plus détaillée. DN-4 s’est révélé être un palimpseste d’occupations intermittentes s’échelonnant de 2280-2080 à 1130-900 en dates calibrées (Person et al. 2004 : 212) et ayant laissé des témoins d’activités domestiques variées, d’ateliers de débitage et d’inhumations. Ce site de piedmont est situé dans le prolongement immédiat d’un village (DN-19) construit sur le replat de la falaise, à quelques centaines de mètres à l’est. L’ensemble des résultats obtenus au Dhar Nema n’étant pas encore publié, la discussion portera essentiellement sur le Dhar Tichitt-Walata.

Évolution de l’occupation régionale au Néolithique

12La série de datations disponibles montre que tous les sites de villages de grande étendue ont été les premiers à être occupés, dès les débuts de la colonisation de la zone des falaises. Quoique les dimensions des noyaux initiaux de ces occupations pionnières soient inconnues, on peut tout à fait envisager qu’elles ont débuté sous la forme de hameaux et de petits villages. Ils se seraient ensuite développés et agrandis en fonction de la croissance démographique pour devenir, au fil du temps, des grands villages, centres régionaux et sous-régionaux.

13L’occupation de la région démarre lentement au cours de la phase initiale qui a duré près d’un millénaire, entre 2000 et 1000 avant notre ère. Les hameaux initiaux sont fortement dispersés, avec néanmoins une concentration relative dans le Dhar Tichitt à l’ouest (fig. 1). Imdel el Abiod se trouve sur un îlot gréseux dans l’est du Dhar Walata. Dakhlet el Atrouss émerge au centre de gravité de la future région. Akreijit, Chebka, Khimiya et Tijot se développent à l’ouest. Les communautés agropastorales néolithiques construisent leurs villages en pierres sèches sur le replat des falaises gréseuses et développent un système de nomadisation pendulaire restreint permettant l’exploitation des ressources des zones dunaires. De nombreux sites de surface, à l’exemple de Goungou dans le Dhar Tichitt ou de Bou Khzama (DN-4) dans le Dhar Nema (Munson 1971 ; Person et al. 2004), sont régulièrement réoccupés à des fins d’activités particulières ou d’entretien du cheptel.

14La phase intermédiaire, qui dure de 1000 à 600 avant notre ère environ, voit apparaître douze nouveaux villages – dix autour d’Akreijit et Chebka dans le Dhar Tichitt, et deux plus à l’est, l’un au nord de Dakhlet el Atrouss et l’autre à Chegg el Khail, presque à mi-chemin entre Akreijit et Dakhlet el Atrouss. L’essentiel de la croissance démographique a lieu dans la portion occidentale de la région. Avec sept villages, le secteur de Chebka, à l’ouest, est le plus peuplé, suivi de celui d’Akreijit, avec cinq villages. Il n’y a aucun changement dans la partie orientale autour de Imdel el Abiod (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

 Modèle simplifié de la hiérarchie des sites et de la circulation du tribut et des biens de prestige

15La phase finale, de 600 à 300 avant notre ère, connaît une importante expansion de la population marquée par la fondation de près de soixante-douze hameaux. Ils sont répartis dans toutes les zones, le long des vallées secondaires, plus à l’intérieur de la falaise et, surtout, dans le secteur oriental, autour de Chegg el Khail, Dakhlet el-Atrouss et Imdel el Abiod (fig. 1). La région est désormais subdivisée en sous-ensembles articulés chacun autour d’un grand village dont la superficie va de 5 à 18 ha. Dakhlet el Atrouss I et II, au centre, atteignent 95 ha avec six cents enclos organisés autour de deux tumuli – non fouillés.

16Le sous-ensemble de Chebka, à l’extrême ouest, compte dix-huit villages, Akreijit en compte onze, Tijot neuf, Khimiya deux, Chegg el Khail vingt, Dakhlet el Atrouss seize et Imdel el Abiod treize. La pression démographique combinée à la détérioration climatique a pu engendrer des conflits puisque, dans le Dhar Tichitt, les grands villages de l’ouest (Akreijit, Chebka, Khimiya) sont entourés de murs. Ces conflits ont pu accélérer les mouvements de population vers l’est.

17Pendant cette phase finale, le Dhar Tichitt-Walata compte 90 villages construits, répartis en sept sous-ensembles et présentant des différences de taille remarquables. Outre Dakhlet el Atrouss II, au cœur de la région, les centres sous-régionaux d’Akreijit, Chebka, Khimiya, Tijot, Chegg el Khail et Imdel el Abiod, entourés de hameaux et de villages plus petits, couvrent entre 5 et 30 ha.

18Au cours de la deuxième moitié du Ier millénaire avant notre ère, des communautés d’agropasteurs néolithiques se sont organisées en collectivités socio-politiques supra-locales, articulées autour de villages centraux de taille différente. Il s’agissait probablement de « petites chefferies » indépendantes et rivales qui se sont effondrées suite à la brutale accentuation de l’aridité autour de 400-300 av. J.-C. Les populations ont alors adopté un mode de vie de pastoralisme nomade pendant quelques siècles, avant de se sédentariser à nouveau et de former le royaume de Ghana, au cours du ier millénaire (Holl 1985b).

Akreijit, un exemple de structure de l’espace villageois

19Les dimensions, la forme et la structure interne des grands villages néolithiques des Dhar Tichitt, Walata et Nema varient considérablement : Chebka a une forme allongée, Akreijit en éventail et Tijot circulaire (Holl 1986 ; 1993). Ils ont néanmoins des caractéristiques communes essentielles, à savoir une architecture à base de pierres sèches, un agencement alvéolaire des unités domestiques, des réseaux de ruelles et des places « publiques ». Akreijit, le site le plus étudié, servira d’exemple pour illustrer les principaux traits des grands villages (fig. 2).

20Situé sur le rebord de l’escarpement de la falaise dans le Dhar Tichitt, Akreijit compte 177 enclos répartis sur une superficie de 15 ha, délimitée, le long de son périmètre nord, par un mur d’environ 2 m de hauteur et 1,5 m d’épaisseur. Des séries de ruelles orientées nord-sud et est-ouest donnent sur des espaces ouverts, au centre-ouest et au nord-ouest. Les enclos sont organisés en 11 grappes d’unités domestiques mitoyennes. Le nombre d’unités par grappe varie de 3 (deux cas) à 37 (un cas), et la surface des enclos de 75 à 2 394 m2. L’étude détaillée des constructions a révélé d’importantes modifications architecturales : changement du cours d’un mur, ouverture d’une nouvelle ruelle, agrandissement ou réduction d’une plaza ou d’un lieu public.

21Le rapport entre les espaces privés (unités domestiques) et publics (places et ruelles) semble avoir constamment changé. Le centre régional de Dakhlet el Atrouss et le grand village d’Akreijit présentent des situations intéressantes. Les espaces publics sont des axes de circulation et des lieux de réunion, de cérémonies et d’autres festivités. À Dakhlet el Atrouss I, en dépit de ses 550 enclos, 50,28 ha (62,45 %) leur étaient consacrés contre 30,22 ha (37,54 %) à l’espace privé. À Akreijit en revanche, 11,25 ha (75 %) relevaient de l’espace privé pour 3,75 ha (25 %) de superficie publique. Cette différence dans l’allocation des lieux communautaires est tout à fait conforme au rôle socio-politique dominant du centre régional. En outre, en sus de leur espace interne, les grands villages sont généralement associés à des parcs à bestiaux et à des champs délimités par des blocs de pierre, tous situés dans leur périphérie immédiate.

Fig. 2

Fig. 2

Vue de la partie centrale du centre sous-régional d’Akhreijit, sur la falaise de Tichitt

La structure de l’unité domestique

22L’unité domestique consiste en général en un enclos délimité par un mur en pierre sèche accolé à d’autres murs et comportant un nombre variable d’unités d’habitation. La taille des enclos, extrêmement variable, est probablement fonction du nombre d’habitants. Elle varie de 100 à 3 150 m2 à Dakhlet el Atrouss, et de 70 à 2 390 m2 à Akreijit.

23La fouille d’un des enclos d’Akreijit a mis au jour l’organisation interne d’une unité domestique de taille moyenne. L’enclos 50E se trouve dans la portion nord du village et date de 550-450 avant notre ère. Orienté est-ouest, il mesure 450 m2 et présente une forme globalement losangique. L’examen attentif de la construction révèle des facettes intéressantes de son histoire. Le mur d’enceinte (1,5 m d’épaisseur sur 1,5 à 2 m de hauteur) présente une porte d’entrée au sud et deux portes murées, au nord et à l’ouest. La porte nord a pu l’être à la suite de la construction d’un nouvel enclos sur le flanc nord, dans un espace préalablement vide de structures, à moins que les relations entre voisins ne se soient détériorées, entraînant sa fermeture pour empêcher les allées et venues entre les deux unités domestiques. Quant à la porte ouest, elle a été obturée après l’aménagement d’une place publique sur le flanc occidental de l’enclos.

24L’espace intérieur est réparti entre cinq unités d’habitation disposées autour d’un foyer central. Elles sont plus ou moins rectangulaires, avec des superficies variant de 8,4 à 12,4 m2. Deux des structures les mieux conservées (fig. 3) présentent des plans en forme de E. Les trois autres ont été entièrement érodées, les blocs de pierre se trouvant directement sur le substrat gréseux. Un petit enclos interne aménagé à l’angle est a dû servir d’abri pour le petit cheptel et d’aire de stockage des denrées sur des plates-formes sur pilotis. Toute proportion gardée et compte tenu de l’état de conservation des données, le nombre des broyeurs, des meules, des enclumes ou « tables de travail » et des percuteurs à l’intérieur des habitats est important. Il est donc probable que l’enclos 50E a été habité par une famille étendue multi-générationnelle.

25La famille étendue semble avoir été la forme optimale de l’unité de base des sociétés agropastorales néolithiques des Dhar Tichitt, Walata et Nema. Les effectifs des unités domestiques changent considérablement en fonction des cycles démographiques, ce que Chayanov (1966) a appelé « histoire naturelle de la famille ». Son approche s’appuie exclusivement sur la structure de famille paysanne monogamique, à partir de laquelle il développe son concept de différentiation démographique :

26« Thus every family, depending on its age, is in its different phases of development a completely distinct labor machine as regard labor force, intensity of demand, consumer/worker ratio, and the possibility of applying the principle of complex cooperation. » (Chayanov 1966 : 60).

27La famille étendue, grâce à la superposition des cohortes démographiques, assure une certaine stabilité et une résilience aux unités domestiques, et réduit considérablement la possibilité de goulot d’étranglement dans l’allocation de la force de travail aux diverses activités de production.

Fig. 3

Fig. 3

Vue des restes d’une unité d’habitation de l’enclos 50E avec, au premier plan, une meule en place

Conclusion

28Les collectivités agropastorales néolithiques du Sahara sud-occidental ont développé des modes d’organisation sociale et des formes d’occupation de l’espace originaux. Les paysages culturels qu’elles ont mis en place sont présentés dans cet article en trois niveaux fortement imbriqués. Le niveau élémentaire est celui de l’unité domestique, représenté par un enclos avec mur en pierres sèches, des unités d’habitation et des aires de stockage. Le village, ensemble d’unités domestiques, forme un niveau intermédiaire de taille très variable, allant des petits hameaux au centre régional. La région constitue le troisième niveau dont l’évolution sur la longue durée a été ébauchée dans cet article. La présence de matière première exotique telle que l’amazonite suggère l’existence d’une sphère d’interaction interrégionale malheureusement assez mal connue dans l’état actuel des recherches.

Haut de page

Bibliographie

Amblard, S. 1984. Matériel lithique et civilisation néolithique du Dhar Tichitt-Walata. Paris, Éditions Recherches sur les civilisations, 321 p.

Amblard., S. 1986. « Les villages néolithiques des Dhar Tichitt et Walata : approche et méthode d’étude », in : Actes du Symposium Archéologie africaine et sciences de la nature appliquées à l’archéologie. Bordeaux, Acct, Cnrs, Criaa : 61-97.

Amblard, S. & J. Pernes. 1989. « The identification of cultivated pearl millet (Pennisetum) amongst plant impressions on pottery from Oued Chebbi (Dhar Oualata, Mauritania) », The African Archaeological Review, 7 : 117-126.

David, B. & J. Thomas (éd.). 2008. Handbook of Landscape Archaeology. Walnut Creek, Left Coast Press, 719 p.

Chayanov, A. V. 1966. The Theory of Peasant Economy. Trad. par D. Thorner, B. Kerblay & R.E.F. Smith. Homewood, R.D. Irwin Inc., 316 p.

Holl, A.F.C. 1985a. « Subsistence Patterns of the Dhar Tichitt Neolithic, Mauritania », The African Archaeological Review, 3 : 151-62.

Holl, A.F.C. 1985b. « Background to the Ghana Empire: Archaeological investigations on the transition to statehood in the Dhar Tichitt region, Mauritania », Journal of Anthropological Archeology, 4 : 73-115.

Holl, A.F.C. 1986. Économie et société néolithique du Dhar Tichitt (Mauritanie). Paris, Éditions Recherche sur les civilisations (Mémoire, 69), 197 p.

Holl, A.F.C. 1993. « Late Neolithic Cultural Landscape in Southeastern Mauritania. An Essay in Spatiometrics. », in : A.F.C. Holl & T.E. Levy (éd.), Spatial Boundaries and Social Dynamics. Ann Arbor, International monographs in Prehistory : 95-133.

Holl, A.F.C. 2009. « Coping with Uncertainty: Neolithic Life in the Dhar Tichitt-Walata, Mauritania (ca.4000-2300 BP) », Comptes-rendus de l’Académie des sciences : Géosciences, 341 : 703-712.

Hugot, G. 1977, Un secteur quaternaire lacustre mauritanien : Tichitt. Chambéry (Mémoires de l’institut mauritanien de la recherche scientifique, 1), 190 p.

Jousse, H. 2010. « Établissement des sociétiés proto-urbaines néolithiques du Dhar Nema, Mauritanie sud-orientale. Résumé de communication », in : «Préservation du patrimoine culturel africain », xiiie Congrès de l’Association panafricaine d’archéologie et disciplines associées (Panaf), 20e réunion de la Société des archéologues africanistes, Dakar, 1er-7 novembre 2010. Dakar : 150-151.

Munson, P. J. 1971. Tichitt Tradition: A Late Prehistoric Occupation in Southwestern Mauritania. Thèse PhD, University of Illinois Urbana-Champaign. Ann Arbor, University Microfilms, 393 p.

Munson, P. J. 1976. « Archaeological Data on the origins of cultivation in the southwestern Sahara and their implications for West Africa. », in : J. Harlan et al. (éd.), Origins of African plant domestication. La Hague-Paris, Mouton Publishers : 187-209.

Munson, P. J. 1981. « A Late Holocene (c. 4500-2300 BP) climate chrono-logy for the southwestern Sahara and their implications for West Africa », Palaeoecology of Africa, 13 : 53-60.

Person, A., T. Ibrahim, H. Jousse, A. Finck, C. Albaret, L. Marenne-Garot, V. Zeitoun, J.-F. Saliege & S. Ould M’Heimam. 2004. « Environnement et marqueurs culturels en mauritanie sud-orientale : le site de Bou Khzama (DN4), premiers résultats et approche biogéochimique », in : A. Bazzana & H. Bocoum (éd.), Du nord au sud du Sahara : cinquante ans d’archéologie francaise. Paris, Éditions Sépia : 195-213.

Person, A., C. Albaret, S. Amblard-Pison, H. Jousse, T. Vallette & S. Ould Mhaiham. 2010. « Le Dhar Nema à la fin du Néolithique : gérer une péjoration climatique au Sahara méridional. Résumé de communication », in : «Préservation du patrimoine culturel africain », xiiie Congrès de l’Association panafricaine d’archéologie et disciplines associées (Panaf), 20e réunion de la Société des archéologues africanistes, Dakar, 1er-7 novembre 2010. Dakar : 213-214.

Rappaport, A. 1972. Pour une anthropologie de la maison. Paris, Dunod, 208 p.

Verneau, R . 1920. « Nouveaux documents sur l’ethnograhie ancienne de la Mauritanie », L’Anthropologie, 30 : 323-368.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende  Modèle simplifié de la hiérarchie des sites et de la circulation du tribut et des biens de prestige
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1584/img-1.png
Fichier image/png, 53k
Titre Fig. 2
Légende Vue de la partie centrale du centre sous-régional d’Akhreijit, sur la falaise de Tichitt
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1584/img-2.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Fig. 3
Légende Vue des restes d’une unité d’habitation de l’enclos 50E avec, au premier plan, une meule en place
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1584/img-3.png
Fichier image/png, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Augustin F.-C. Holl, « Dhar Tichitt, Walata et Nema », Les nouvelles de l'archéologie, 127 | 2012, 35-39.

Référence électronique

Augustin F.-C. Holl, « Dhar Tichitt, Walata et Nema », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 127 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1584 ; DOI : 10.4000/nda.1584

Haut de page

Auteur

Augustin F.-C. Holl

Field Museum of Natural History, Chicago et Université Paris Ouest Nanterre La Défense
hollafc@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org