Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Tromelin (océan Indien)

Une archéologie de la détresse
Max Guérout et Thomas Romon
p. 113-118

Notes de l’auteur

Les partenaires

Le projet est placé sous le patronage de l’Unesco, dans le cadre de l’Année internationale de commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition, du programme « La Route de l’esclavage » et de son comité scientifique international. Il est réalisé par le Groupe de recherche en archéologie navale (Gran) sous la tutelle du préfet administrateur supérieur des Terres australes et antarctiques françaises (Taaf), en collaboration avec l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), l’Unité mixte de service (Cnrs-Sorbonne-musée de la Marine), l’université de la Réunion et la Société française d’histoire maritime, ainsi que la confrérie des gens de la mer, une association réunionnaise. Il bénéficie du soutien financier de la Fondation Banque populaire, de la région et du département de la Réunion, et de la direction régionale des affaires culturelles (Drac).

L’équipe

L’opération était dirigée par Max Guérout assisté de : Thomas Romon (Inrap) pour la direction de la fouille terrestre, José Guesnon (Gran) pour la direction de la fouille sous-marine, Sudel Fuma (docteur en histoire et directeur de la chaire Unesco de l’Université de la Réunion), Cyril d’Andrea, médecin hyperbariste, Jean-Marie de Bernardy de Sigoyer, phtographe de la Confrérie des gens de la mer, Sébastien Berthaut-Clarac (Gran), Arnaud Lafuma (Confrérie des gens de la mer), Jacques Morin (Gran), Jean-François Rebeyrotte (Confrérie des gens de la mer).

Texte intégral

1À l’automne 1762, dans les campagnes du Pays basque et du Béarn, les colporteurs vendent un récit qui connaît un grand succès auprès de la population. Imprimé à Bordeaux chez Jean Chappuis, il est intitulé : Relation. Des principales circonstances qui ont accompagné et suivi le naufrage de la frégate l’Utile, Capitaine M. de Lafargue, sur le ressif de l’Isle de Sable ou du Corail, situé au 15e degré 52 minutes de latitude Sud, et au 52e degré de longitude à l’Orient de Paris (fig. 1).

2Sur les rives de l’Adour, et sur la côte basque, il est peu de familles qui n’aient entendu parler de cette histoire. En effet, armé à Bayonne par la Compagnie française des Indes orientales, l’Utile avait un équipage qui ne comptait pas moins de soixante-dix officiers mariniers et marins originaires du pays. On se souvenait bien de l’armement du navire confié par la Compagnie des Indes à la maison de commerce bayonnaise de Laborde et Nogué, car il avait mobilisé nombre de commerçants, d’artisans et de négociants pour fournir le matériel, les produits et les denrées nécessaires à son équipement et à son avitaillement. L’administration royale, celle de la ville et du port, de l’arsenal de la Marine, des Fermes y avaient aussi largement contribué.

3Le récit édifiant colporté par les marchands ambulants narrait comment le navire, après son appareillage en novembre 1760, avait gagné l’île de France puis avait été envoyé « traiter » des vivres à Madagascar. Le naufrage sur l’île de Sable survint au cours du voyage de retour, le 31 juillet 1761. L’équipage fut sauvé par l’activité inlassable du premier lieutenant Barthélemy Castellan Du Vernet qui parvint à construire, en deux mois, avec les restes de la charpente de l’Utile, une embarcation de fortune. Son action lui valu un certificat de reconnaissance signé au retour par une partie de l’équipage. L’imprimé soulignait :

Depuis que la Navigation est connue, il n’y a peut-être jamais eu de naufrage plus attendrissant que celui de la Frégate l’Utile. C’est par le coup le plus extraordinaire de la Providence, que ceux qui montaient ce Vaisseau ont eu le bonheur de trouver le salut au sein même du désespoir et de la mort.

4Mais au moment de quitter l’île, faute de place, on dut abandonner soixante esclaves malgaches qui avaient été achetés à Foulpointe, chef-lieu de traite de la Compagnie à Madagascar. On leur promit un prompt secours. Le texte imprimé précisait : « On a envoyé un bâtiment de l’Isle de France pour prendre ces infortunés. » Sur l’exemplaire que nous avons retrouvé aux Archives nationales, une note manuscrite tempère cette vision optimiste des choses : « On avait promis d’envoyer, et on ne l’a pas fait jusqu’à présent », précise-t-elle.

Fig. 1

Fig. 1

Récit des Colporteurs

5Là où le flamboyant récit imprimé s’arrête, commence une autre histoire, beaucoup plus sombre, qui ne fit quant à elle l’objet d’aucune littérature particulière. On ne tint en effet jamais la promesse faite aux Malgaches de venir les secourir. Furieux de la désobéissance du capitaine de Lafargue auquel il avait interdit de ramener des esclaves, et de la perte d’un navire de la Compagnie, Antoine Desforges-Boucher, gouverneur de l’île de France, opposa un refus catégorique à la proposition d’envoyer un bâtiment de secours. Certains s’indignèrent, mais on était en pleine guerre de Sept Ans, la Compagnie vacillait sur ses bases ; on se plia à sa volonté et à quelques exceptions près on oublia cette histoire.

6Nos Malgaches, abandonnés de tous sur un îlot minuscule, s’obstinèrent contre toute attente à survivre (fig. 2). Quinze ans plus tard, en novembre 1776, les survivants, huit femmes et un bébé de huit mois, furent sauvés par l’enseigne de vaisseau de Tromelin, commandant la corvette du Roi la Dauphine.

7Pour comprendre ce que fut ce séjour forcé, il faut décrire l’environnement dans lequel il s’est déroulé. L’île est un banc de corail de seulement 1 km2 qui s’est développé sur un haut-fond d’origine volcanique. Loin de toute terre, elle est située à 470 km à l’est de Madagascar et à 560 km au nord de l’île de la Réunion. La partie septentrionale est constituée de dunes de sable blanc, qui lui ont valu le nom d’île de Sable lors de sa découverte en 1722 par la Diane, un vaisseau de la Compagnie française des Indes orientales. Le littoral de la partie sud est formé d’un amoncellement de blocs de corail arrachés par la houle au récif. Le régime des vents est celui de l’alizé du sud-est qui souffle en quasi-permanence en dehors de la période des cyclones (de décembre à avril). Située à une latitude d’environ 16° Sud, l’île se trouve sur la trajectoire de la majorité des cyclones qui traversent l’océan Indien. C’est la raison pour laquelle une station météorologique y a été installée en 1954.

8Afin d’élucider les conditions de cette survie extraordinaire et de mieux faire connaître la traite des esclaves dans l’océan Indien, un projet de fouilles archéologiques sous-marine et terrestre baptisé « Esclaves oubliés » fut soumis par le Groupe de recherche en archéologie navale (Gran) à l’Unesco qui accepta de le parrainer dans le cadre des manifestations de l’année 2004, déclarée année de commémoration de la lutte contre l’esclavage.

Fig. 2

Fig. 2

Vue aérienne de l’îlot Tromelin

9Le 9 octobre 2006, les dix membres de l’équipe de fouille, transportés par un avion Transall de l’armée de l’Air, posèrent le pied sur l’île de Tromelin.

10Quel était l’état de nos connaissances sur le terrain ? La position de l’épave de l’Utile était connue de longue date grâce à la patte d’une ancre émergeant des flots près du rivage nord-ouest de l’île. Nous avions aussi rassemblé plusieurs documents concernant les deux mois de présence des marins français sur l’île : un récit rédigé par l’écrivain du bord, relatant presque au jour le jour la vie des naufragés, et deux cartes manuscrites indiquant les principaux endroits occupés : le campement des Français, le campement des « noirs », l’emplacement du four, de la forge, du puit creusé trois jours après le naufrage, du chantier de construction de l’embarcation de fortune. En revanche nous avions peu d’information sur le lieu où les Malgaches s’étaient installés après le départ des Français. Deux témoignages anglais, l’un datant de 1851 et l’autre de 1856, indiquaient que les restes d’un habitat subsistaient au nord de l’île à son point culminant : environ 5 m ! Enfin, une photographie prise au moment de l’installation de la station météo montrait un mur édifié à l’aide de blocs de corail, mesurant environ 1 m de haut et 2 à 3 m de large (fig. 3). Malheureusement, le cliché cadré trop serré ne nous permettait pas de situer l’endroit avec précision.

11Dès le premier jour, nous fûmes servis par la chance. Nous avions porté les positions indiquées par les cartes manuscrites sur une carte de l’île levée à l’aide d’un récepteur Gps. Approchant de la position du four ainsi déterminée, nous trouvâmes éparpillé sur le sol un grand nombre de briques réfractaires. Après avoir localisé la zone de leur plus forte concentration, nous ne fûmes pas long à trouver les vestiges du four, sous la forme d’une embase faite de blocs de corail scellés à l’aide d’un mortier de chaux. Seuls une demi-douzaine de fragments de briques était restés en place, tout le reste avait été perturbé par les tortues venues pondre leurs œufs en haut de la plage. À proximité fut également dégagée une couche de cendre mêlée de débris d’animaux (oiseaux et tortues) et de petits clous provenant à coup sûr du nettoyage du four. Construit au milieu du mois d’août 1761 à l’aide de briques réfractaires récupérées sur les fours de l’épave, il était destiné à cuire le biscuit nécessaire à la traversée de l’embarcation de fortune vers Madagascar. Une dizaine de barils de farine sauvée des eaux servirent à cette fabrication. Après cette première utilisation, le four fut utilisé pour cuire les aliments.

Fig. 3

Fig. 3

Mûr bâti avec des blocs de corail.

12À la fois symbolique et modeste cette découverte nous fournit trois données importantes :

  • les positions indiquées sur les plans manuscrits sont suffisamment précises pour permettre leur localisation à l’aide de la méthode que nous avons utilisée ;

  • le sol de 1761, matérialisé par la base du four, se trouve à environ 40 cm sous le sol actuel. Cette constatation vient contredire les réserves que notre projet avait soulevées a priori sur la possibilité de trouver des vestiges archéologiques sur une île régulièrement balayée par les vents extrêmes qui accompagnent les cyclones. Non seulement les cyclones n’ont pas « soufflé » les vestiges, mais ils ont accumulé à cet endroit une couche de sédiment suffisante pour les protéger ;

  • le sol garde la mémoire du passage des cyclones sous forme de couches de sable blanc incluses dans l’épaisseur du sédiment.

13L’alizé s’étant un peu calmé, les plongeurs purent enfin accéder au site en partant de la plage. L’exercice était un peu sportif, mais la présence de sillons creusés par les eaux de ressac dans le corail perpendiculairement au rivage évitait d’avoir à affronter directement la succession des vagues déferlant sur le récif. Nous savions par expérience qu’un naufrage se produisant sur un récif corallien est très destructeur, et nous ne nous attendions à trouver ni structures du bâtiment, ni mobilier archéologique abondant. Mais il importait de faire le lien avec les vestiges que nous n’allions pas manquer de trouver à terre, tout en gardant l’espoir de tirer du site des informations utiles pour la compréhension de l’histoire des naufragés.

14L’ensemble des vestiges était réparti par moins de 5 m de profondeur, par conséquent dans une zone particulièrement agitée. Il fallut 150 heures de travail sur le fond, soit 120 plongées, pour répertorier tous les vestiges et établir un plan du site. À part quelques objets dont deux fragments de la cloche du bord illustrant la force destructrice des éléments, seuls les ancres, les canons et le lest de fer ou de pierre du bâtiment étaient conservés. Mais l’étude de la répartition de tous ces éléments nous permit, à la lumière du récit du naufrage rédigé par l’écrivain du bord, de reconstituer les étapes successives de la destruction du bâtiment, nous fournissant l’opportunité rarement donnée d’expliquer la répartition des vestiges sur le fond.

15Après la découverte rapide du four nous pensions pouvoir trouver facilement les traces d’occupation des naufragés aux emplacements indiqués sur la carte manuscrite de la Bibliothèque nationale. Les recherches effectuées à l’endroit des deux campements situés en arrière de la plage sur un sol plat et caillouteux se révélèrent décevantes. Sur le campement des Français des sondages systématiques furent effectués : une série de trous de 50 x 50 cm espacés de 5 m, dont la profondeur n’excédait pas 30 à 40 cm en raison de la présence d’une dalle continue de sable induré. Les 121 sondages effectués ne permirent de retrouver que deux fragments de bouteilles en verre soufflé, à ce jour non identifiés et non datés.

16Dans la zone du campement des Malgaches, plusieurs structures attirèrent notre attention et nous décidâmes d’en tester deux. La première, de forme grossièrement carrée, mesurait environ 2,8 x 2,8 m ; elle était surmontée de gros blocs de corail recouvrant d’autres plus petits. L’origine anthropique de cette structure ne faisant pas de doute, nous imaginions qu’il pouvait s’agir d’une sépulture. Mais grande fut notre déception lorsque, après son démontage, aucune fosse ni aucun vestige permettant une datation ne furent trouvés. Non loin, une seconde structure oblongue très soignée se révéla tout aussi décevante. Nous cherchons cependant à savoir si ces deux structures peuvent être considérées comme des indices d’une organisation sociale ou religieuse des naufragés malgaches.

17Alors que nous concentrions nos efforts dans la zone voisine du site de naufrage de l’Utile, nous nous demandions à quel endroit les sépultures des victimes du naufrage avaient pu être creusées. Il est très probable que la mer repoussant systématiquement sur le rivage le corps des marins et des esclaves noyés, les survivants se trouvèrent dans la nécessité de les ensevelir rapidement. Deux solutions s’offraient à eux : soit la plage elle-même, soit en arrière de la plage. Toutefois, la nature du sable de corail, granuleux et très peu compact, ne permet pas de creuser une fosse suffisamment profonde sans avoir à dégager, comme nous en avons fait l’expérience, un cône extrêmement large. En revanche, l’arrière-plage paraissait beaucoup plus propice à cette entreprise. Dans une bande de terrain d’une trentaine de mètres de large surplombant le site du naufrage, nous avons donc effectué une série de sondages de 1 m par 1 m avec un écartement de 5 m et une profondeur partout supérieure à 1 m. Soixante-seize trous furent pratiqués sans autre résultat que de faire apparaître une zone étroite, perpendiculaire à la ligne du rivage, où furent mis au jour des clous et des chevilles d’assemblage en fer provenant des charpentes du navire. Nous interprétons cette zone comme l’endroit où les éléments de charpente récupérés sur l’épave étaient triés et démontés avant d’être distribués vers le chantier de construction, le four, la forge ou d’autres feux.

18Les plans manuscrits indiquaient également la présence d’une ancre mouillée par les naufragés à environ 200 m du rivage dans le nord-ouest de l’île. Après avoir construit leur embarcation de fortune, une sorte de prame dont la quille mesurait 33 pieds de long, il fallait d’une part la mettre à l’eau, puis lui trouver un mouillage au large pour mettre en place son gréement. L’opération est décrite par l’écrivain du bord. Un grappin, assuré par quelques gueuses de lest, fut d’abord mouillé à plusieurs dizaines de mètres du bord de la plage. Ensuite, les naufragés utilisèrent un catamaran qu’ils avaient construit au début de leur séjour pour aller à la pêche au-delà du récif, pour transporter une ancre à jet d’environ 750 kg qu’ils allèrent mouiller au large. Par la suite, cette embarcation de fortune bénie par l’aumônier du bord et baptisée Providence fut poussée sur la plage sur un chemin de madriers de bois, mise à l’eau, puis menée jusqu’à son mouillage. Une fois le gréement établi, les cent vingt-trois membres de l’équipage entassés « comme des sardines », le navire fit voile vers Madagascar.

19Pour localiser l’ancre en question, il fallait mettre à l’eau notre embarcation pneumatique et en définitive résoudre un problème semblable à celui des marins de l’Utile. L’affaire était cependant moins compliquée car notre embarcation était plus légère. L’endroit de la mise à l’eau étant choisi, nos plongeurs allèrent amarrer une bouée sur un pâté de corail se trouvant à quelques distances de la plage. Quelle ne fut pas leur surprise de trouver au même endroit deux gueuses de fer semblables à celles qui se trouvaient sur le site de l’Utile. Par une coïncidence peu banale, nous avions donc mis notre embarcation pneumatique à l’eau à l’endroit même où deux cent quarante-cinq ans et un mois plus tôt la Providence, poussée par l’équipage de l’Utile, avait pour la première fois pris contact avec l’océan.

20Ces recherches effectuées pendant les deux premières semaines avaient concerné la période de présence de l’équipage de l’Utile, il était temps de nous intéresser à la période suivante, durant laquelle des esclaves malgaches avaient dû vivre et s’organiser seuls. Ils changèrent probablement de lieu de séjour assez rapidement et quittèrent leur camp pour s’installer sur le point haut de l’île, probablement au cours de la première saison des cyclones. Leur période s’étend du mois de décembre au mois d’avril, et même si les cyclones extrêmement violents n’affectent pas l’île chaque année, plusieurs passent à proximité à chaque saison. Le campement initial était installé sur un sol plat et dur n’offrant pas l’abri minimal nécessaire à une installation permanente. La zone d’habitat où ils avaient fini par s’installer a été décrite par les visiteurs anglais du milieu du xixe siècle. Même si le point haut de l’île est tout relatif, puisqu’il « culmine » à 5 m, il permet d’avoir une meilleure vue sur l’horizon : avantage notable pour qui attend d’être secouru d’un moment à l’autre.

21Notre difficulté fut de déterminer l’endroit exact où cet habitat avait été construit, car contrairement à nos espoirs, nous ne nous trouvions pas devant un terrain vierge, donnant la possibilité de lire des indices d’occupation, mais dans une zone bouleversée par l’installation des premiers bâtiments de la station météo. Des trois points hauts pouvant avoir été occupés par les naufragés, deux d’entre eux sont actuellement couronnés par des bâtiments, le troisième, le plus au nord, comporte les restes d’un bâtiment édifié pour loger les ouvriers malgaches engagés pour construire la station. Ce bâtiment fut détruit en 2003, et ses vestiges enfouis au sommet de la dune. Si on ajoute à cela le tracé de chemins, l’enfouissement des équipements hors d’usage car il n’y a pas sur l’île de possibilité d’évacuer les déchets et les remblaiements divers, on mesure notre perplexité.

22La présence de blocs de corail au sommet d’un monticule nous encouragea à entreprendre un sondage à cet endroit. Dans un environnement très perturbé, le premier essai nous permit d’atteindre, à une quarantaine de centimètres sous la surface, une couche de sable mélangé à de la cendre contenant de nombreux débris de tortues. Mais l’absence de mobilier archéologique dans ce sondage situé à la base du monticule ne nous permettait pas de savoir si ces débris devaient être attribués aux naufragés de l’Utile ou aux ouvriers venus construire la base, logeant à proximité. L’étape suivante consista à ouvrir une tranchée d’1 m de large, plus haut sur la butte de sable. La couche de cendre et sable fut à nouveau atteinte. Elle contenait, outre des ossements de tortues, des ossements d’oiseaux assez nombreux. Mais l’originalité de ce second sondage fut la découverte, dans une couche de déblais intermédiaire, d’un fragment de pipe en terre et d’une garde d’épée en bronze provenant avec une quasi-certitude de l’Utile. Un troisième sondage, perpendiculaire au second, fut alors entrepris ; il longeait la structure réenfouie du bâtiment moderne et nous apporta peu d’informations nouvelles, sinon qu’il était probable que, si un édifice construit par les naufragés s’était trouvé à proximité, il avait sans doute servi de carrière pour la construction du bâtiment des ouvriers.

23C’est en dégageant pour finir une zone de 4,5 x 4,5 m que nous sommes parvenus à mettre au jour une partie d’un mur construit à l’aide de blocs de corail et de plaques de grès de sable. Toutefois, ce fut la découverte du sol correspondant à l’abandon du site en 1776, sur une surface d’une douzaine de mètres carrés, qui nous apporta les informations les plus précieuses. Une couche de sable blanc, apportée par un cyclone entre la fin du xixe et le début du xxe siècle, recouvrant tout ce secteur, nous garantissait que le sol datable de 1776 n’avait pas été perturbé par les remaniements et les travaux effectués à proximité. C’est ainsi que deux récipients en cuivre trouvés posés sur le sol étaient restés en place depuis l’abandon du site. Ils étaient semblables à quatre autres récipients trouvés quant à eux dans une couche de remblai moderne. Cette localisation nous laissa perplexes, mais elle ne pouvait s’expliquer que par la mise au jour de ces récipients lors du creusement des fondations du bâtiment moderne voisin et leur rejet avec les déblais par les ouvriers.

24Autour de la structure en élévation mise au jour et interprétée comme le mur d’une habitation, le sol formé d’un mélange de sable et de cendre avait une épaisseur d’une trentaine de centimètres. Tamisé, il nous livra les restes de la faune consommée : essentiellement des os de tortue et d’oiseaux, mais aussi quelques coquillages et un petit nombre d’os de poisson. La présence de cendre jusqu’à la surface du sol indiquait également l’usage du feu jusqu’au moment du sauvetage.

25Nous avions là l’occasion de vérifier les rares informations recueillies auprès des rescapées au moment de leur sauvetage. Une lettre adressée aux directeurs de la Compagnie précise :

Après le départ des officiers majors et de l’équipage du vaisseau de la Compagnie l’Utile naufragé sur l’île au Sable le 31 juillet 1761, il resta sur ladite île les noirs esclaves de la traite de ce bâtiment qui ont vécu depuis le départ de ces officiers, de tortues, d’oiseaux et d’huîtres […] Ils disent avoir toujours conservé le feu depuis la perte dudit vaisseau.

Le sol contenait également des clous à section carrée provenant de la charpente de l’Utile, et indiquait que le bois provenant de l’épave servait à entretenir le feu. Une autre pièce de correspondance indique en effet : « comme l’isle manque de bois, ils avaient ménagé la carcasse de l’Utile qui leur en a toujours fourni ». Nous ne savons pas cependant si le feu a été conservé pendant quinze ans malgré les vents extrêmes et les pluies torrentielles qui accompagnent le passage des cyclones ou si les Malgaches savaient comment le rallumer.

26L’étude du sol a fourni une autre information pleine d’intérêt : la stratigraphie permet de mettre en évidence deux couches de sédiment faites du même mélange de sable et de cendre, séparées par une couche de sable blanc que nous avons interprétée comme le résultat d’un accident climatique du type cyclone ayant accumulé le sable environnant, phénomène déjà observé au cours de la fouille du four. Le mur mis au jour repose à la base de la couche supérieure et n’a donc été édifié qu’au début de la seconde période.

27Nous savons que le campement d’origine était composé de tentes édifiées à l’aide de voiles récupérées sur l’Utile. On peut penser que le même type d’habitat a été adopté au moment de l’installation des naufragés sur le point haut de l’île d’autant que, s’attendant à être secouru, le petit groupe n’a sans doute pas estimé nécessaire de construire un habitat en dur. Le passage d’un cyclone, en détruisant un habitat léger arrivant probablement aussi à la limite de l’usure a-t-il conduit les naufragés à construire un habitat en dur ?

28Nous avons de ce point de vue un témoignage qui illustre les effets d’un cyclone sur un habitat léger. En 1867, un autre naufrage se produisit sur l’île, celui du trois-mâts indien Atieth Rahamon. Les cinquante-sept rescapés réussirent à s’installer sur l’île où ils vécurent sous des tentes faites avec les voiles du navire. Ils furent secourus vingt-trois jours plus tard, mais pendant leur séjour un cyclone très violent balaya l’île. Le journal de bord du capitaine décrit les effets du vent :

[…] Les tentes sous lesquelles nous vivions sont mises en pièces par le vent et les petits arbustes dont l’île était -partiellement couverte, sont complètement arrachés au niveau des racines […] il est absolument impossible à qui que ce soit de résister à la force du vent sans se tenir à quelque chose, au risque d’être emporté et jeté à la mer.

29Le cyclone qui détruisit l’habitat des Malgaches se situe, semble-t-il, vers le milieu de leur séjour. Cependant, si plusieurs cyclones violents ont été décrits à l’occasion de leur passage sur l’île de France ou sur Bourbon, il est difficile de connaître avec certitude ceux dont la trajectoire est passée, soit à proximité immédiate, soit sur l’île de Sable pendant la période qui nous intéresse.

30Parmi les objets, il faut mettre en évidence une série de six récipients en cuivre. En effet, si tous les objets mis au jour proviennent de l’épave de l’Utile, seuls ces récipients portent la marque des naufragés. Réparés à plusieurs reprises, huit fois pour l’un d’eux, ils évoquent avec force l’usure du temps, la durée du séjour des esclaves et surtout l’énergie qu’ils mirent à survivre. Les réparations effectuées ont nécessité un savoir-faire élaboré, puisque les pièces sont rivées, et le processus de fabrication a demandé une série d’opérations minutieuses : découpe de pièces de cuivre, percement de trous coïncidant sur le récipient et sur la pièce, fabrication de rivets en roulant de petites languettes de cuivre, matage des rivets.

31Les découvertes faites sur l’île de Tromelin présentent beaucoup d’intérêt, car il est remarquable de noter que nos Malgaches sont à la fois des esclaves, des naufragés et des migrants :

  • la mise au jour de traces matérielles de l’existence quotidienne d’esclaves, retrouvées dans leur contexte historique et archéologique, est d’une grande rareté ;

  • peu d’études concernent un petit groupe humain devant organiser sa survie dans un milieu clos, vierge et relativement hostile ;

  • les traces laissées sur un territoire très restreint par un nombre déterminé d’individus, pour un séjour dont la durée est connue, sont d’un grand intérêt pour la compréhension des sites archéologiques qui concernent les migrations, volontaires ou forcées. L’île de Tromelin constitue, de ce point de vue, une référence pour les sites où ces différentes composantes sont inconnues, c’est-à-dire, pour la majeure partie des sites archéologiques.

32Malgré la somme d’informations collectées, beaucoup reste à faire. On pense en particulier à la mise au jour des sépultures qui devraient nous fournir nombre de données encore manquantes. C’est pourquoi nous envisageons une seconde mission en 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Récit des Colporteurs
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 2
Légende Vue aérienne de l’îlot Tromelin
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/158/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 3
Légende Mûr bâti avec des blocs de corail.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/158/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Max Guérout et Thomas Romon, « Tromelin (océan Indien) », Les nouvelles de l'archéologie, 108/109 | 2007, 113-118.

Référence électronique

Max Guérout et Thomas Romon, « Tromelin (océan Indien) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 27 avril 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/158 ; DOI : 10.4000/nda.158

Haut de page

Auteurs

Max Guérout

Groupe de recheche en archéologie navale (Gran), Bézier
mrgueroutmaxadrien@9business.fr

Thomas Romon

Institut national de la recherche archéologique préventive (Inrap)
thomas.romon@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org