Navigation – Plan du site
Dossier

Archéologie historique en Guadeloupe

Une nécessaire approche du passé antillais
André Delpuech
p. 101-112

Notes de la rédaction

(Note 1) Cet article est, pour une large part, la traduction française d’un article d’abord publié en anglais (Delpuech 2001b).

Texte intégral

L’archéologie historique : une discipline quasi inexistante en Guadeloupe

1L’archéologie historique est une discipline encore balbutiante dans les départements français d’Amérique. Plusieurs raisons expliquent ce faible développement des recherches archéologiques sur les périodes coloniales dans les îles de la Guadeloupe, comme d’ailleurs en Martinique et en Guyane.

2Dans le contexte des régions françaises d’outre-mer, l’archéologie en général est restée très peu développée jusqu’à tout récemment. À plus de 7 000 km des institutions universitaires et organismes de recherches métropolitains, le terrain antillais n’a intéressé quasiment aucun des archéologues institutionnels plus attirés par le Paléolithique ou l’époque gauloise et romaine en France, les civilisations classiques de la Grèce ou de l’Égypte, ou bien, pour les Amériques, par les « grandes » civilisations aztèque, maya ou inca. Ainsi, à ce jour, il n’existe au Cnrs aucun poste de chercheur spécialisé dans le domaine de l’archéologie des Antilles. Au ministère de la Culture, il a fallu attendre 1992 pour voir la création d’un véritable service régional de l’archéologie en Guadeloupe (Delpuech 1996) ainsi qu’en Guyane. En Martinique, un tel service avait été créé en 1986. De plus, aucun enseignement universitaire en France ne traite encore aujourd’hui de l’archéologie caribéenne ; quant à l’université des Antilles et de la Guyane, ce n’est qu’en 2005 qu’y a été créé un poste pérenne d’enseignant en archéologie.

3Jusqu’ici, « archéologique » était de toute façon pour les Guadeloupéens et les Martiniquais, synonyme de « précolombien ». Les rares recherches effectuées dans ces îles au cours des cinquante dernières années ont été consacrées à la préhistoire des groupes amérindiens. On citera l’exception notable et originale des recherches entreprises en Martinique sur la ville de Saint-Pierre, véritable Pompéi contemporaine ensevelie lors de l’éruption de 1902, où de nombreuses fouilles ont été conduites depuis une quinzaine d’années (Veuve 1999).

4On le sait, en France, il n’existait pas véritablement de tradition archéologique pour les périodes modernes et contemporaines. Les recherches proprement archéologiques traitant des périodes postérieures à la Renaissance sont l’exception et ne sont apparues que dans quelques grandes fouilles de sauvetage urbaines récentes. Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner de l’absence totale d’une archéologie historique dans de lointains territoires d’outre-mer.

5Il n’était le plus souvent même pas envisagé que l’archéologie puisse apporter une simple contribution à la connaissance historique. Ou alors, il s’agissait seulement d’un rôle patrimonial sans aucun objectif de recherche : on se contentait de dégager les murs d’un édifice colonial, souvent prestigieux, à seule fin de le mettre en valeur. Les méthodes étaient expéditives, le contexte archéologique importait peu, d’autant que l’on estimait les données historiques connues. Pour les périodes des débuts de la colonisation française, la deuxième moitié du xviie et le début du xviiie siècle surtout, les ouvrages très détaillés de quelques chroniqueurs célèbres (les pères Du Tertre, Breton, Labat...) pouvaient donner l’illusion de tout connaître de la situation.

6Parfois l’intervention archéologique n’était envisagée que pour corroborer tel ou tel fait décrit dans les textes. L’archéologie était considérée alors comme simple preuve d’un événement historique : les prospections devaient servir à repérer le lieu de débarquement de Christophe Colomb en 1493 ; ou bien, des fouilles dans l’habitation D’Anglemont, sur les hauteurs de Saint-Claude, allaient révéler les détails de l’épopée de Louis Delgrès et des insurgés de 1802 qui s’y étaient sacrifiés au moment du rétablissement de l’esclavage par Napoléon Bonaparte. Ailleurs, telle couche d’incendie était interprétée comme témoin de telle attaque des Anglais. C’est évidemment ignorer les limites de l’archéologie mais surtout, faire peu de cas de ses moyens et de son champ d’application comme discipline historique à part entière.

7Enfin, il ne faut pas perdre de vue le contexte social et politique des régions françaises d’Amérique. Dans ces territoires, colonies depuis 1635 transformées en départements français depuis 1946, où l’esclavage n’a été aboli qu’en 1848, la science historique est loin d’être neutre. Ce n’est pas un hasard si, jusqu’à présent, l’archéologie a été présentée comme une science ne s’intéressant qu’aux Amérindiens précolombiens sans descendance et appartenant à un passé lointain un peu irréel. Les rares fois où l’archéologie intervenait dans le champ de l’histoire plus récente, c’était pour dégager tel fort ou telle habitation sucrière, symbole par excellence de la domination coloniale. Dès lors, il n’y a pas lieu de s’étonner que la plus grande partie de la population ne soit pas intéressée à son patrimoine archéologique.

8Nommé comme conservateur régional de l’archéologie par le ministère de la Culture en Guadeloupe dans ce contexte pionnier, j’ai essayé d’initier et de développer un certain nombre de recherches dans les domaines variés de l’archéologie historique. Sont présentées ici quelques actions réalisées durant mes sept années à la direction du service régional de l’archéologie de Guadeloupe, de 1992 à 1999, où, avec l’aide de quelques chercheurs français, une première politique volontariste a été mise en œuvre pour le développement de l’archéologie historique. Quelques axes de travail et thématiques de recherche sont également exposés, dont certains ont connu depuis – et il faut s’en réjouir – quelque développement en ce début du xxie siècle.

La période espagnole : 1493-1635

9Les 3 et 4 novembre 1493, avec l’arrivée de Christophe Colomb et de sa flotte à Marie-Galante puis en Guadeloupe, les Petites Antilles entrent dans l’histoire européenne (Yacou 1992).

10Les lieux de débarquement exacts de Christophe Colomb restent sujets à controverse même s’il est vraisemblable de les situer quelque part sur la côte sous le vent de Marie-Galante, dans la région de la Pointe de Folle Anse, puis, le lendemain sur la côte au vent de la Guadeloupe, la « Capesterre ». Selon une tradition, le premier accostage en Guadeloupe aurait eu lieu aux alentours de la rivière du Grand Carbet. Puis, de là, la flotte à la recherche d’un mouillage serait remontée plus au nord jusqu’à la baie de Saint-Marie. Un monument à la gloire de Christophe Colomb a d’ailleurs été érigé dans ce petit bourg en 1916. En fait, il reste difficile de préciser les lieux de débarquement : les descriptions de cette partie du second voyage restent imprécises et il est vain de chercher des vestiges archéologiques d'un événement qui n’a pas laissé de traces matérielles.

11Grâce aux vents alizés, les ports naturels des Petites Antilles accueillent durant tout le xvie siècle la plupart des navires se dirigeant vers le Nouveau Monde. À partir de 1593, si la flotte de Terre Ferme continue à privilégier la Dominique et accessoirement la Martinique, la Guadeloupe devient l’escale unique et quasiment obligatoire pour les flottes de la Nouvelle Espagne et cela, même quelques années après sa colonisation par les Français en 1635 (Moreau 1992). Au milieu du xviie siècle, le père Breton rapporte d’ailleurs que « L’Île de la Guadelouppe étoit le rendez-vous de la flotte pour prendre des eaux à nostre rivière de la Basseterre qui à cause de cela étoit appelée la Rivière de la Pointe des Galions » (Breton 1978 : 84).

12Les Caraïbes s’opposent violemment aux Espagnols, résistant notamment en 1515 aux tentatives de colonisation de leurs îles par Ponce de Leon. Après 1525, les Caraïbes de Guadeloupe, affaiblis numériquement par de nombreuses razzias esclavagistes, sont relayés par les guerriers de la Dominique qui, avec l’aide de leurs « frères » du continent, continuent d’attaquer les établissements espagnols jusqu’au xviie siècle.

13Dans le même temps, des contacts plus pacifiques et commerciaux sont établis avec les Français, Anglais, Hollandais, venus aux Antilles s’emparer des richesses -espagnoles. Considérés comme des alliés objectifs, ces pirates et flibustiers sont reçus en hôtes privilégiés par les Caraïbes. Ils troquent avec eux objets manufacturés, surtout métalliques, contre produits tropicaux et vivres frais. Pendant près d’un siècle, ces échanges vont ainsi permettre aux Européens de se familiariser avec le milieu naturel des Antilles, avec ses ressources alimentaires et avec les techniques amérindiennes.

Fig. 1

Fig. 1

Carte de l’archipel guadeloupéen et des sites historiques mentionnés

14Jusqu’à présent aucun vestige archéologique de cette période « espagnole » du xvie siècle n’a été découvert en Guadeloupe. Il faut dire qu’en l’absence d’installation pérenne dans l’archipel, les chances d'en trouver restent très ténues.

15Dans sa Relation de l’île de la Guadeloupe écrite en 1647, le père Breton signale la présence espagnole antérieure à la colonisation française (Breton 1978 : 83) : « Plusieurs croyent et non sans raison que les Espagnols, comme ils ont été les premiers des Européens descouvert nostre Guadelouppe, l’ont aussy les premiers habitués, […] parcequ’on a trouvé des fers de chevauts et quelque soc de charrue qui ne sont point à l’usage de nos sauvages ». Il est à noter qu’il attribue -également aux Espagnols les gravures rupestres de la rivière Pérou à Capesterre, qui sont des roches gravées amérindiennes comme on en connaît de nombreuses au sud de la Basse-Terre.

16La fréquentation importante de bateaux espagnols rend possible l’hypothèse de trouver des épaves de certains naufrages.

17Au large de Baillif, en côte sous le vent, Jean-Pierre Moreau a ainsi effectué en vain des recherches des vestiges de bateaux coulés de la flotte de Nouvelle Espagne en 1603 (Moreau 1988). D’après les sources d’archives et notamment la relation de Juan de Salazar, le naufrage s’est produit le 2 août 1603 au mouillage à la suite d’une attaque des Indiens Caraïbes à la faveur d’une tempête. Avant de les quitter, les Espagnols mirent le feu aux trois bâtiments naufragés qui furent ensuite pillés par les Indiens, avant qu’une expédition de secours espagnole ne vienne en 1614 sauver ce qui pouvait l’être encore. Les Espagnols nous ont laissé une carte représentant le lieu de naufrage d’un des bâtiments : la capitane du marquis de Montesclaros. D’après cette carte, le mouillage se situerait dans une baie très ouverte, protégée au nord par des plateaux et à l’est par une bande de terre. À proximité, trois rivières descendent de la montagne. Le mouillage très profond permet aux bâtiments de s’approcher assez près de la côte pour s’amarrer aux arbres. Ce document reste peu précis : la zone à prospecter est donc très large. Surtout, les conditions topographiques et la forte sédimentation le long de la côte sous le vent rendent peu probable la conservation et, en tout cas, la détection de vestiges de cette époque.

Derniers Amérindiens de Guadeloupe

18Avec la prise de possession effective des îles des Petites Antilles par les Européens, le processus d’éviction des Indiens Caraïbes entre dans une phase décisive. En quelques décennies, les Amérindiens sont éliminés de ces nouvelles colonies où s’instaure parallèlement la traite des esclaves africains.

19En 1625, la population indigène de Saint-Christophe est massacrée et l’île partagée entre Anglais et Français. L’année 1635 s’avère cruciale avec la prise de possession par la Couronne de France de la Martinique et de la Guadeloupe par d’Esnambuc, de l’Olive et Du Plessis. Très vite et de manière inéluctable, la logique coloniale s’impose. On entre alors dans un processus classique, répété sur tout le continent américain, d’attaques, de représailles, de traités de paix. Inexorablement refoulés vers les terres les plus ingrates, les Indiens, trop confiants, moins bien armés et affaiblis par les maladies importées de l’Ancien Monde, sont décimés. Les derniers Caraïbes voient leur territoire propre réduit aux îles de la Dominique et de Saint-Vincent par le traité de 1660 signé au fort Saint-Charles (actuel fort Delgrès) de Basse-Terre.

20Alors que la Guadeloupe, de même que la Dominique, est considérée comme une des îles principales des Caraïbes insulaires, que de nombreuses relations historiques décrivent la présence, la vie et les mœurs de ceux-ci au moment de la colonisation européenne (Breton 1978 ; Du Tertre 1978 ; Labat 1979…), il n’a été jusqu’à présent retrouvé aucun vestige avéré de cette époque. Aucun site autochtone historique n’est identifié et, sur un plan archéologique, la culture matérielle des derniers Amérindiens de la Guadeloupe reste inconnue ; la question de la réalité des « Caraïbes insulaires » est même débattue (Delpuech 2001a, 2007).

21Pour l’instant, dans l’archipel guadeloupéen, le site amérindien le plus récent reste pré-historique : Morne Cybèle dans la petite île de la Désirade, au large de la Grande-Terre de Guadeloupe, est occupé vers 1440-1460 et donc antérieur de seulement trente à cinquante ans à l’arrivée de Colomb (Hofman 1999). Il a livré un mobilier céramique correspondant à un développement local tardif du style suazan, avec des décorations modelées, rehaussées de pointillés. Une tête humaine sculptée sur un lambi démontre, en revanche, d’évidentes relations avec la culture Chican Ostionoïde (Taïno) des Grandes Antilles.

22Au xvie siècle, la présence amérindienne reste importante. Un enjeu majeur de la recherche archéologique actuelle reste donc la mise au jour d’habitats contemporains de l’arrivée des Espagnols et autres Européens dans la région. On pourrait enfin caractériser la culture matérielle des « Caraïbes insulaires », la comparer à celles des groupes des siècles antérieurs et tenter ainsi de saisir leur réalité ethnique, leur origine et leur date d’arrivée dans les Petites Antilles. Par ailleurs, comme dans les Grandes Antilles et le reste des Amériques, il serait du plus grand intérêt d’étudier l’impact de l’arrivée des Européens dans le mode de vie des Amérindiens, les échanges, les emprunts et les processus de leur éviction et destruction.

23En 1660, le gouverneur Houël abandonne aux Caraïbes de Guadeloupe les terres jugées les moins fertiles et les plus éloignées de la Basse-Terre. Situés entre la Pointe de la Grande Vigie et la Pointe des Châteaux, au nord-est de la Grande-Terre, ces territoires sont peu à peu grignotés aux xviiie et xixe siècles par les champs de cannes à sucre.

24Pour suivre l’histoire de ces derniers Caraïbes, les documents sont rares (Lafleur 1992). En 1730, soixante-seize « sauvages, sauvagesses et leurs enfants » sont dénombrés. Parmi les données des registres d’état civil, on note à Baie-Mahault, le 14 juin 1749, le baptême de Magdeleine, caraïbéesse, fille d’un couple de Caraïbes vivant sur l’Îlet à Christophe, dans le Grand Cul-de-Sac. En 1825, est signalée l’existence de sept à huit familles caraïbes, à l’Anse du Petit Portland, sur la côte est de la Grande-Terre. Un article dans un journal de 1855 évoque les « derniers sauvages » réfugiés aux Fonds caraïbes de l’Anse-Bertrand, à la Pointe des Châteaux, et du côté du port du Moule. En 1882, dans l’extrême nord de la Grande-Terre, un groupe de quinze personnes et leur famille, descendants des Caraïbes de l’Anse-Bertrand, revendiquent 200 ha à l’ouest de la Pointe de la Grande Vigie, au nord de l’habitation Pistolet. Leur pétition envoyée aux autorités sera le dernier acte de revendication des Amérindiens. Depuis, ils se sont fondus dans la population guadeloupéenne. Reste un plan cadastral de 1884 délimitant le tracé d’un Territoire caraïbe. Le repérage et la fouille de leur habitat reste à faire.

Archéologie militaire

25Comme dans beaucoup d’endroits des Amériques, la recherche archéologique naissante s’est focalisée sur les lieux « historiques » des débuts de la colonisation, fondateurs en quelque sorte de la légitimité française sur ces îles d’Amérique. Dans ce contexte, 1635 est la date phare qui voit la prise de possession officielle de la Guadeloupe et de la Martinique par les Français, dix ans après le partage de Saint-Christophe entre Français en Anglais.

26La Guadeloupe est occupée par Charles Liénard, sieur de l’Olive, et Jean Du Plessis, sieur d’Ossonville, avec la permission de la Compagnie des Isles d’Amérique. Ils partent de Dieppe le 25 mai 1635 avec cinq cents hommes, et après un bref passage en Martinique, ils abordent la Guadeloupe et en prennent possession officiellement le 29 juin 1635. Nous ne détaillerons pas ici les événements historiques qui suivent, décrits par divers chroniqueurs et commentés par de nombreux historiens. Pour notre propos d’archéologue, nous ne retiendrons que la question des implantations primitives et de leur localisation (Rousseau 2004).

27Dans un premier temps, les Français s’implantent à la Pointe Allègre, à l’extrémité nord de la Basse-Terre. Le séjour est bref – six mois – et désastreux. Mal préparée, la petite colonie française connaît la famine et la rivalité entre groupes. Les deux chefs de l’expédition bâtissent à proximité deux forts, avec chapelle et habitats. De très nombreux colons meurent rapidement et sont enterrés alentours. Dans les années 1970, en découvrant des squelettes à l’Anse de Nogent, Maurice Barbotin (1978) avait avancé, parmi d’autres, l’hypothèse d’une appartenance à cet épisode historique. Aucune preuve archéologique ne l’atteste.

28Charles de l’Olive, demeuré seul responsable après la mort de Du Plessis, décide d’abandonner la pointe nord pour -l’extrémité sud de l’île de Basse-Terre. D’après le père Du Tertre, un important village caraïbe entouré de jardins à vivres s’y trouvait. Ces jardins sont convoités par les colons français qui chassent les Caraïbes et, au début de 1636, construisent dans ce secteur le fort Royal, qui deviendra Vieux-Fort l’Olive puis Vieux-Fort. Vers 1643, le nouveau gouverneur Houël préfère le site de l’actuelle ville de Basse-Terre, plus favorable au mouillage des navires. Vieux-Fort ne reste plus qu’un poste de défense avancé pour la capitale.

29Outre les relations des chroniqueurs, nous disposons de quelques cartes du xviisiècle mentionnant ces différents forts. Cependant, l’échelle et la précision de ces documents restent insuffisantes pour localiser facilement les éventuels vestiges conservés.

30Au nord de l’île, dans le secteur de la Pointe Allègre, la toponymie actuelle a gardé le souvenir de ces premières implantations : Pointe du Vieux-Fort, Rivière, Anse et Étang du Vieux-Fort, Pointe et Anse du Petit Fort, hameau de Plessis-Nogent. La zone reste peu urbanisée, mais la forte érosion de la côte a pu entraîner la disparition de nombreux témoins.

31Au sud, à l’actuel Vieux-Fort, au niveau des batteries côtières entre le phare contemporain et l’Anse Dupuy, certains voient l’emplacement du fort de 1636. Ces batteries datent des xviiie et xixe siècles ; aucune preuve archéologique n’existe actuellement pour y placer le fort primitif.

32Les rares prospections menées sur les sites de Vieux-Fort et de la Pointe Allègre ont été trop limitées et superficielles pour donner des résultats. Il conviendrait de mener des investigations beaucoup plus approfondies pour espérer trouver la trace de ces édifices précaires.

33La même question se pose à Marie-Galante pour la localisation de la première installation française en 1648. Les textes, les cartes anciennes et la toponymie actuelle orientent les recherches au nord-ouest de l’île, vers l’actuel hameau de Vieux-Fort et les lieux-dits évocateurs environnants : Anse du Vieux-Fort, Pointe Fleur d’Épée, Anse de l’Église... Ce secteur est par chance très isolé et très peu urbanisé : les probabilités que les vestiges du milieu du xviie siècle y soient conservés sont grandes.

34Il convient donc de trouver les moyens et l’équipe de chercheurs compétente qui se consacrera sérieusement à cette tâche. C’est un des enjeux importants de l’archéologie guadeloupéenne pour les années à venir.

Le fort Delgrès (ancien fort Saint-Charles) de Basse-Terre

35Vers 1650, Charles Houël, gouverneur de la Guadeloupe, fait édifier sur le bord de la rivière du Galion une maison forte destinée à protéger la rade et le bourg naissant de Basse-Terre. Ces premières phases d’aménagement du fort restent mal documentées : on ignore même la date précise de construction de ce premier édifice.

36À l’origine simple maison carrée bâtie sur une terrasse d’après les chroniqueurs, elle est renforcée par quatre angles saillants et entourée d’un mur défensif.

37Chargé d’établir un état des fortifications de la Guadeloupe en 1667, l’ingénieur François Blondel décrit un fort mal conçu, mal construit et menacé de ruine. Il préconise des travaux pour améliorer ses défenses. Par la suite, quelques aménagements sont exécutés : un parapet protégé par un fossé est prolongé vers l’est afin d’englober une hauteur -dominant le fort et de former un cavalier pourvu de canons. À la fin du xviie siècle, le gouverneur Auger confie au père Labat le soin de renforcer les défenses du fort :

38Ce fut ainsi que je fis faire [...] les murs intérieurs et extérieurs des parapets du fort, pour soutenir la terre, et le mauvais fascinage dont ils étoient composés. Je fis faire une demi-lune pour couvrir la porte avec un pont-levis ; une grande citerne découverte, servant de fossé à un retranchement flanqué, qui coupait la longueur du fort en deux, pour couvrir le donjon, et s’y pouvoit retirer et tenir ferme, si les ennemis se fussent emparés du cavalier. (Labat 1979)

39Lors d’une attaque en avril 1703, les Français font sauter le donjon avant de céder la place aux Anglais.

40Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, l’ancien fort est remis en état, des traverses de défilement sont construites pour le protéger des tirs directs des navires ennemis ; les bastions du front de mer et de la Basse-Terre sont renforcés, les casernes et magasins situés à l’intérieur sont réparés, tandis que de nouveaux magasins et ateliers sont installés sur l’esplanade à l’extérieur. Quelques années plus tard, ces constructions sont englobées dans de nouvelles fortifications qui s’étendent en direction de la ville et de la mer avec l’édification de bastions et demi-lunes inspirés des principes de Vauban. Les ouvrages réalisés à la veille de la Révolution française donnent au fort son aspect définitif.

41En 1995, dans le cadre de la restauration par les services des monuments historiques des anciennes prisons du fort Delgrès (xviiie siècle), une opération d’évaluation archéologique a été menée sous la direction de Dominique Bonnissent à l’emplacement de la maison forte primitive du gouverneur Houël (Rousseau 1996). Cette intervention a démontré le potentiel incontestable de la zone avec la découverte de quelques vestiges de la maison forte de Charles Houël et en précisant la topographie originelle du site. D’autres bâtiments et structures postérieurs également repérés montrent une évolution complexe de ce secteur le plus ancien du fort. Une campagne de fouilles de plus grande ampleur est cependant nécessaire pour bien la comprendre.

42L’histoire militaire de l’archipel peut être éclairée par l’étude archéologique d’autres témoins comme le fort Louis au Morne l’Union de Gosier par exemple, ou les nombreuses batteries côtières qui participaient à la défense de la Guadeloupe.

Archéologie urbaine

43Dans les Antilles françaises, on est resté loin de la poussée urbaine fondatrice que révèlent les tout premiers débuts de la conquête espagnole à Hispaniola. Même dans la grande colonie française de Saint-Domingue (l’actuelle Haïti), « il n’y a pas à proprement parler d’actes de fondation de villes, mais plutôt un long et lent processus de mise en route » du phénomène urbain en « réponse à une série de circonstances ou de besoins » (Bégot 1992). La ville est avant tout un fait portuaire : la première rade accueillante en côte sous le vent où, depuis le xvie siècle, les flottes espagnoles avaient l’habitude de mouiller, sera à l’origine de Basse-Terre, la future capitale de la Guadeloupe. Saint-Pierre en Martinique occupe une position géographique et topographique similaire.

Si Pointe-à-Pitre ne prend véritablement naissance que sous l’occupation anglaise de 1753-1759, c’est dès 1667 que les ingénieurs du roi, Blondel puis Payen, attirent l’attention de l’autorité métropolitaine sur la supériorité du Petit Cul-de-Sac marin et ses eaux tranquilles sur la rade foraine de Basse-Terre ouverte à tous les cyclones. Il en va de même pour tous les bourgs dont la localisation est toujours liée au rivage. (Bégot 1992)

44L’archéologie urbaine en Guadeloupe en est à ses balbutiements. Les investigations ont jusqu’ici surtout porté sur l’architecture urbaine des xixe et xxe siècles. Une réflexion proprement archéologique se met à peine en place pour aborder les deux siècles antérieurs pour lesquels peu d’édifices sont encore debout.

Basse-Terre

45En Guadeloupe, c’est sous la protection de la maison fortifiée du gouverneur Houël qu’à partir de 1660 s’organise Basse-Terre : à la fois le quartier militaire, à proprement parler, la « paroisse de la ville de Basse-Terre » et, plus au nord, dans la partie la plus plate, le secteur commercial ou « bourg de Saint-François ».

46Le développement de Basse-Terre s’opère donc sans ordre préétabli :

La logique topographique guide la répartition fonctionnelle des quartiers et ceux-ci ne se constituent pas sans point d’appui (fort et annexes militaires, églises, couvents). Mais le résultat reste tout de même modeste comme on peut en juger d’après la représentation de Basse-Terre en 1688, due au révérend père Plumier. Derrière son parapet de pierres sèches et de fascines, la ville n’est guère qu’un amas inconstitué qui s’étire le long d’une grand-rue parallèle au rivage, avec des semblants de rues transversales, et quelques points forts comme la citadelle, l’église des jésuites, le couvent des carmes, l’hôpital de la Charité. (Bégot 1992)

47La ville naissante est complètement immergée dans la campagne avec ses bois, ses savanes, ses cultures. Cependant, les symboles du pouvoir militaire et religieux de la ville sont importants : le fort, les batteries, le logis du gouverneur, les églises et couvents.

48Regroupant les fonctions commerciales, administratives et religieuses, Basse-Terre devient la capitale de l’île. Bien qu’elle ait subi plusieurs destructions dues aux guerres, aux incendies, aux tremblements de terre et autres cyclones, elle a de fortes probabilités d’avoir conservé des vestiges de sa naissance. Elle possédait de nombreux jardins et de vastes propriétés appartenant aux ordres religieux ou à l’administration, et elle a connu un faible développement en raison de la prépondérance économique de Pointe-à-Pitre à partir du xviiie siècle.

49Dans les années 1990, les premières réflexions archéologiques ont essentiellement porté sur les origines de la ville au xviie siècle. Le service régional de l’archéologie a avant tout fait une recherche documentaire : dépouillement d’archives, études de plans anciens et des cadastres, descriptions laissées par les chroniqueurs... Cette étude complétée par un examen attentif de l’évolution du parcellaire a identifié et localisé avec plus ou moins de précisions les principaux édifices de la ville ancienne et a restitué la trame urbaine de l’époque, qui n’a pas fondamentalement changé.

50Après quelques sondages ponctuels ou suivis de travaux, les fouilles préventives conduites depuis 2000 ont fortement contribué à la connaissance de la ville. Mais l’absence d’équipe de recherche structurée sur place ou en France rend difficile une véritable politique d’archéologie urbaine.

Archéologie religieuse : églises, chapelles et couvents

51La religion est une des bases de la colonisation avec, dès le début, la présence d’ordres religieux pour évangéliser et maintenir la « vraie » foi catholique dans les Antilles françaises. Chapelles, églises et couvents bâtis dès les premières heures de l’implantation française établissent la présence divine en ce nouveau monde et structurent le pays. Pourtant, jusqu’à présent peu de recherches archéologiques ont été entreprises en Guadeloupe autour de l’implantation des premiers édifices religieux au xviie siècle et de leur évolution. Les seules observations originales sont liées à une intervention de sauvetage à Anse-Bertrand, à l’extrême nord de l’archipel guadeloupéen.

52La découverte fortuite à la suite du passage du cyclone Luis en septembre 1995 d’ossements humains sur un front de plage du nord de la Grande-Terre a amené le service régional de l’archéologie à fouiller la plage au nom évocateur de la « Petite Chapelle ». Les soubassements d’une ancienne chapelle ont été ainsi révélés : « Le bâtiment modeste, dont il ne reste que les fondations et une ou deux assises en élévation présente deux phases de construction. » Par ailleurs, un caveau maçonné a été installé dans le chœur, sépulture d’un « homme adulte dont le cercueil était décoré de clous de laiton qui constituaient une grande croix. Des boucles de laiton, appartenant probablement à des vêtements, ont été trouvées sur la poitrine du sujet. La situation de la sépulture et la richesse du cercueil témoignent de l’importance sociale du défunt » (Pichon, Rousseau et Vragar 1998). Le squelette pourrait avoir été inhumé au début du xixe siècle.

53Le site se trouve sur le territoire de la commune d’Anse-Bertrand. La région ne fut colonisée qu’à partir du début du xviiie siècle, lorsque l’essor de l’industrie sucrière poussa les colons à défricher de nouvelles terres.

54Les archives mentionnent la chapelle sous le vocable de Sainte-Rose. Elle fut utilisée par les habitants du secteur avant la création de la paroisse d’Anse-Bertrand en 1737 et la consécration dans le bourg de l’église paroissiale en 1739. Elle a été probablement édifiée aux alentours de 1700-1720. Les deux phases de construction semblent appartenir toutes deux au xviiie siècle, sans plus de précision pour l’instant. Les familles qui y sont inhumées apparaissent déjà sur une liste d’habitants dressée en 1737. Le cimetière alentour, selon un informateur local, aurait été utilisé jusqu’à la première guerre mondiale. La chapelle avait disparu des mémoires malgré la présence encore visible des vestiges. Le site a gardé le nom de « l’anse de la Petite Chapelle ». Désigné par les habitants sous le nom de « cimetière noblesse », le cimetière abandonné, entouré d’un mur, a subsisté jusqu’aux années 1960. Situé en bord de mer, sur une petite terrasse exposée à la houle, il a été peu à peu érodé. Les ossements dégagés lors du passage des cyclones de 1995 paraissent être les derniers restes de ce lieu de sépulture.

Archéologie industrielle

55En Guadeloupe, les recherches archéologiques sur la vie rurale, cantonnées aux habitations sucrières, ont surtout porté jusqu’ici sur l’étude architecturale et technique des vestiges liés à la fabrication du sucre : moulins à vent, à eau ou à bêtes, sucreries, purgeries, étuves, usines... Les autres activités, comme l’exploitation du tabac, de l’indigo ou encore du café sont nettement moins connues pour les phases anciennes de la colonisation. Les analyses architecturales des « maisons de maîtres », grandes demeures dont beaucoup sont encore debout voire habitées, sont un autre domaine bien documenté. Pour le reste, et notamment l’habitat et la vie des populations esclaves, force est de constater qu’aucune fouille digne de ce nom n’avait été menée jusqu’à l’aube des années 2000.

Habitations sucrières

56Comme dans toutes les Antilles, l’histoire d’une grande partie de l’archipel guadeloupéen est inséparable de celle de l’industrie sucrière. À la fin du xixe siècle, 464 sucreries fonctionnaient. Aujourd’hui, il ne reste souvent que les vestiges des moulins. Majoritaires au xviiie siècle – 270 sur l’ensemble de l’archipel en 1750 –, quelques rares moulins à bêtes subsistent ; les moulins à eau (143 en 1829) étaient très répandus en Basse-Terre avec des aménagements importants, notamment des aqueducs ; sur la Grande-Terre et Marie-Galante, les très nombreux moulins à vent (252 en 1829) symbolisent le mieux ce passé sucrier.

57Beaucoup d’études sur l’histoire, l’économie et les habitations sucrières ont été menées notamment ces dernières années sous l’impulsion de Danielle Bégot, de l’université des Antilles et de la Guyane (par exemple : Bégot 1991). Notons l’inventaire des habitations avec le relevé systématique de tous les éléments d’architecture et de mobilier (machineries surtout) conservés sur le terrain. À titre d’exemple, nous citerons une campagne de prospections et de relevés menée en 1998 recensant près de soixante-dix habitations sucrières sur les communes de Port-Louis et Anse-Bertrand au nord de la Grande-Terre. Une étude d’archives complète la description des vestiges industriels.

58Mais ces repérages de surface ne rendent compte que d’une faible partie de la réalité d’une habitation. Ne sont apparents, dans le meilleur des cas, que les bâtiments construits en dur, c’est-à-dire liés au processus de fabrication du sucre : moulins, sucreries... Les autres – les infrastructures en bois, les cases des esclaves, les étables, les ouvrages terrassés, etc. – restent inexplorés alors que, souvent, la simple observation topographique des lieux restitue une partie de l’organisation de ces exploitations agricoles et industrielles.

59Dans ces pionnières années 1990, de très rares et ponctuelles interventions archéologiques ont porté sur les -habitations comme celle menée à Château Murat dans l’île de Marie-Galante dans le cadre d’un projet de mise en valeur de l’habitation, siège d’un écomusée du conseil général de la Guadeloupe. Quelques sondages ont porté sur le moulin à bêtes, un des rares de ce type encore conservé en Guadeloupe (Rousseau 1999a).

60Ce moulin à traction animale de l’habitation Murat se présente comme une plate-forme circulaire de 17 m de diamètre délimitée par un mur à 16 pans constitué d’une maçonnerie de moellons calcaires. Deux ouvertures précédées de rampes d’accès permettaient l’approvisionnement en cannes et l’évacuation de la bagasse. Au centre du manège, a été mis au jour le socle sur lequel était posée la machinerie du moulin. Constitué d’un assemblage soigné de matériau tout-venant non maçonné, il comportait plusieurs gouttières destinées à recevoir les poutres du châssis de bois qui supportaient les rolles.

61Le bac de réception du jus de canne et le canal d’écoulement ont disparu de même que le niveau de circulation des animaux. La fouille a livré peu de matériel attribuable dans l’ensemble au xixe siècle mêlé à quelques éléments du xxe. Il s’agit pour l’essentiel de mobilier métallique : coins, clous, fragments divers ainsi qu’un fer de houe.

Indigoteries

62L’indigotier est un arbrisseau qui pousse généralement dans les régions chaudes et sèches. L’indigo, de couleur bleu violacé, est fabriqué à partir de la fermentation puis de la décantation des feuilles, qui ont longuement macéré dans des cuves ou des bassins maçonnés en marches d’escalier. La substance obtenue sert à teindre les étoffes. Cette activité artisanale s’est particulièrement développée dans les îles aux conditions climatiques propices de Marie-Galante et de la Grande-Terre, qui ont fourni les trois quarts de la production totale de la Guadeloupe entre 1686 et 1719.

63À Marie-Galante, la production s’est maintenue jusqu’en 1735, comme en témoignent les vestiges encore visibles notamment dans le secteur des Galets à Capesterre à l’est de l’île, avant de disparaître complètement avec l’instauration de la monoculture de la canne à sucre.

64Un inventaire des indigoteries de la région des Galets a été conduit par Y. Vragar (1999). Une quinzaine d’indigoteries ont été découvertes. La fabrication de l’indigo nécessitait une installation comprenant trois à cinq vaisseaux ou cuves, organisés en marches d’escalier. Les indigoteries présentent toutes cette même organisation de base : « trempoire », « batterie », « reposoir ». L’eau était toujours tirée d’un puits situé à proximité immédiate.

65Des relevés et sondages ont été effectués en 1998 sur une indigoterie bien conservée au lieu-dit Le Gouffre, sur le littoral. Elle se caractérise par la qualité de sa construction mais aussi par son type d’agencement particulier – deux installations de cuves alignées en parallèles – qui la distingue des autres.

Les cuves, de 3,50 m de côté en moyenne, sont construites avec des blocs de madrépore liés au mortier de chaux. L’intérieur des bassins est recouvert d’un mortier de tuileau soigneusement lissé à la chaux. Un conduit creusé au ras des fonds de bassin permet l’écoulement d’une cuve à l’autre. Les murs d’une épaisseur moyenne de 0,65 m sont conservés sur une hauteur comprise entre 0,60 m et 1,70 m ce qui semble correspondre, pour certains, à leur élévation d’origine.
Chacun des “trempoires” montre sur les faces supérieures des deux murs latéraux quatre cavités qui se font face deux à deux. Il s’agit vraisemblablement de trous dans lesquels était fiché l’assemblage de pieux et de traverses qui permettait de maintenir le couvercle couvrant la cuve. Ce dispositif, décrit dans les textes, était destiné à maintenir les faisceaux d’indigo sous l’eau et à contenir la fermentation. D’autres encoches et rainures creusées dans la face latérale du mur qui séparait le « trempoire » de la « batterie » (côté batterie) marquent l’emplacement d’un dispositif qui devait supporter les batteurs qui agitaient l’eau pour oxygéner le liquide qui virait alors au bleu.
Les deux « reposoirs », encore enfouis et recouverts de pierrailles, n’ont pu être que partiellement dégagés. Leur état de conservation est assez mauvais. [...] Le puits, situé à une dizaine de mètres en arrière, est en partie détruit et comblé. Il s’agit, comme c’est généralement le cas dans ce secteur, d’un simple creusement pour atteindre une galerie du réseau karstique. Seule la partie supérieure a été aménagée sommairement à l’aide d’un parement de blocs de madrépore. (Rousseau 1999b).

Habitations caféières

66Parmi ses nombreuses pratiques agricoles, la Guadeloupe a connu un fort développement de la culture du café, principalement aux xviiie et xixe siècles sur la côte sous le vent de la Basse-Terre, impropre à la culture de la canne.

67De nombreuses caféières subsistent à l’état de ruine sur les fortes pentes des volcans de la Basse-Terre. Beaucoup de ces constructions en bois ont subi au fil du temps une très forte dégradation, accélérée par le passage répété de cyclones. Le développement touristique de la zone a entraîné la mise en valeur de certains de ces sites et une reprise modeste de la production du café.

68La Grivelière, dans la vallée de la Grande Rivière de Vieux-Habitants, est un des exemples les plus remarquables de cette activité. L’habitation conserve l’ensemble des bâtiments à usage professionnel et domestique qu’il était d’usage de rencontrer sur ce type de plantation : maison des maîtres, logement du géreur, cases des travailleurs, roue à aube, machines à décortiquer, hangars de séchage...

69La restauration de la Grivelière menée à la fin des années 1990 a permis quelques travaux archéologiques. Un relevé topographique complet de tous les bâtiments existants et des structures visibles ou dégagées par sondage a été établi. Les bâtiments encore en place sont essentiellement en bois, et leur construction la plus ancienne peut remonter au début du xixe siècle, mais des sondages pratiqués au moment des travaux de restauration de la maison de maître ont mis en évidence des vestiges de structures qui pourraient remonter au xviiie siècle (Richard 1999).

70Par ailleurs, des dépôts d’ordures domestiques ont fourni quelques éléments de datation (porcelaines, bouteilles, pipes) : fin xviiie, deuxième moitié du xixe et début du xxe siècle.

71Un relevé du réseau hydraulique montre une utilisation rationnelle de l’eau avec distribution dans l’ensemble des bâtiments à partir du captage d’un ruisseau pour la roue à aube, la maison des maîtres, les fontaines, le lavage du café ou du cacao, la porcherie. Quelques sondages près des cases de travailleurs ont révélé des structures anciennes (caniveaux, anciens murs).

Cimetières de l’époque coloniale

72Le potentiel archéologique funéraire colonial de la Guadeloupe est connu depuis longtemps : cimetières paroissiaux, cimetières d’habitations où étaient enterrées les familles possédantes. Par ailleurs, à de très nombreuses reprises, des ossements humains ont été signalés et recueillis ; parfois, des squelettes en position ont été décrits, hors de tout contexte, le plus souvent sur les plages de sable. Très souvent, ces lieux ont été considérés, sans aucune preuve historique ni archéologique, comme cimetières d’esclaves.

73Les opérations sont restées très ponctuelles, sans problématique de recherche et, surtout, sans véritable équipe d’anthropologues physiques spécialisés. Les conclusions des différents auteurs étaient souvent trop rapides et peu argumentées. Le terme « cimetière d’esclaves » est utilisé sans justification. Il s’agit en fait de cimetières d’époque coloniale dont le statut nous est pour l’instant inconnu. Nous ne connaissons rien ni des structures auxquelles ils sont rattachés, ni des populations qui y sont inhumées.

74Il était d’autant plus nécessaire de développer des recherches sur ce thème que nous ne disposons en fait que de peu d’informations écrites sur les rites funéraires des populations esclaves, sans compter les aspects anthropologiques, démographiques, ou pathologiques.

75En 1995 et 1996, à la suite des passages des cyclones, plusieurs opérations de sauvetages ont été menées sur des sites funéraires de l’époque coloniale (Courtaud, Delpuech et Romon 1999). Des fouilles ont été notamment réalisées sur la plage de Cluny (Sainte-Rose) et à Morne Dauphine (Saint-Claude). Un inventaire a débuté avec des recherches d’archives et le récolement des informations de terrain disponibles. À leur suite, une fouille a été programmée sur le site de l’Anse Sainte-Marguerite (Le Moule) sous la direction d’une équipe d’anthropologie de l’université de Bordeaux.

76Le cimetière de l’Anse Sainte-Marguerite se situe sur le littoral oriental de la Grande-Terre, sur la côte atlantique, dans le cordon dunaire de la plage, sur la commune du Moule, au sud du village de Gros Cap. D’importants vestiges précolombiens et de nombreuses sépultures historiques ont été anciennement détruits lors de pillages de sables et par l’érosion marine. Aucune observation scientifique véritable n’avait été menée sur ce site funéraire considéré par la tradition locale comme un cimetière d’esclaves.

77Après quelques sondages en 1994, une importante fouille programmée dirigée par Patrice Courtaud a été mise en œuvre de 1997 à 2002 (Courtaud 2002 ; Courtaud et Romon 2004).

78Au final, plus de deux cents sépultures ont été fouillées, la collection de squelettes exhumés constituant actuellement la série archéologique la plus représentative de la population servile des Amériques.

79La très grande majorité des sujets sont inhumés selon le rite chrétien, dans un cercueil, en décubitus dorsal. Les tombes sont principalement des sépultures simples, les réductions, primaires et secondaires, ne représentant qu’un faible pourcentage. Elles sont en général orientées est-ouest, le crâne dirigé vers l’ouest. Les sujets de moins de 5 ans sont tous enterrés superficiellement à proximité directe, voir au-dessus d’une sépulture d’adulte. « Ces recoupements de sépultures ne semblent pas aléatoires, mais montrent la volonté délibérée de rapprocher certains individus dans l’espace et dans l’au-delà. » (Courtaud 2002) Cela implique la matérialisation dans l’espace, mais aussi dans les mémoires, de l’emplacement des sépultures et de l’identité des défunts. On se reportera aux publications récentes de l’équipe de l’université de Bordeaux pour une description détaillée de cet ensemble sépulcral remarquable.

80La question primordiale concerne la fonction de ce lieu sépulcral. S’agit-il d’un cimetière d’esclaves liés à une ou plusieurs habitations coloniales, ou bien est-ce le cimetière paroissial d’un ancien bourg de Sainte-Marguerite aujourd’hui disparu ? Aucun fait archéologique ne permet de différencier les tombes d’esclaves de celles de colons.

81Si nous pouvons estimer que, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, les neuf dixièmes de la population du nord de Grande-Terre sont serviles et donc qu’un cimetière de cette ampleur ne peut être qu’un cimetière d’esclaves, il est difficile de le démontrer. La présence de tombes « riches » avec cercueil capitonné ou encore avec une structure maçonnée apparaît plutôt comme un indice de cimetière paroissial. Sur une carte de la deuxième moitié du xviiie siècle, un ancien bourg de Sainte-Marguerite qui semble avoir rapidement disparu est représenté, sur la plage même où est implanté le cimetière.

82Il ne faut pas exclure, évidemment, la possibilité d’un cimetière « mixte », esclaves et hommes libres enterrés sur le même site au même moment, ou bien un type de cimetière succédant à l’autre. Cependant, comme le soulignent Courtaud et Romon (2004), « certaines caractéristiques morphologiques présentes sur le crâne facial sont habituellement décrites comme étant d’origine africaine ». Cette population porte des indices osseux témoignant de conditions de vie particulièrement éprouvantes. Nous sommes vraisemblablement en présence d’une population servile. Nous attendons la suite des études anthropologiques et archéologiques.

Une grande absente : l’archéologie de l’esclavage

83Jusqu’à présent, l’archéologie des habitations guadeloupéennes a été presque exclusivement une archéologie industrielle avec le seul examen des bâtiments liés à la production. D’autres études, à caractère architectural, ont porté sur les demeures de maîtres ou sur ce qu’il en reste. Le reste, et notamment tout ce qui a trait à la vie quotidienne hors le travail de la plantation et à la culture matérielle des esclaves, demeure inconnu sur un plan archéologique. Ainsi, aucun habitat d’esclaves n’avait jamais été fouillé en Guadeloupe.

84Pourtant, les problématiques autour de telles recherches sont nombreuses et importantes avec, en particulier, l’identification des traditions africaines : comment peuvent-elles perdurer, disparaître ou se modifier dans un nouvel environnement et des conditions de vie dénaturées ? L’archéologie permet d’aborder certains aspects fondamentaux de la vie dans les plantations peu connus par les textes, comme les dimensions et l’agencement spatial de l’habitat, le mobilier domestique et les ustensiles, les habitudes alimentaires, l’identification d’artefacts témoignant de pratiques religieuses, ou encore les coutumes funéraires. Il y a là un champ d’investigations quasi vierge pour la recherche future dans les Antilles françaises et au-delà.

85Cette situation était la même aux États-Unis, par exemple, où il a fallu attendre les années 1960 pour voir se développer une « archéologie de l’inégalité » comme elle a pu être appelée, qui s’est régulièrement intéressée à la condition et à la culture des esclaves et à celle des affranchis. Comme le souligne Maria-Teresa Penna (1999) dans sa synthèse sur l’archéologie historique aux États-Unis, ce n’est pas un hasard si cette archéologie de l’esclavage apparaît à la fin des années 1960, en plein essor du mouvement des droits civiques. Un certain nombre d’archéologues ont alors dépassé cette « archéologie des plantations », synonyme d’études des fastueuses demeures des xviiie et xixe siècles du Sud des États-Unis, pour conduire les premières investigations sur les vestiges de cabanes -d’esclaves et également d’habitats d’affranchis.

86Il n’entre pas dans notre propos de décrire les nombreux résultats publiés. À titre d’exemple, les recherches en Virginie et dans les Carolines montrent l’évolution des habitats dans les plantations. Au cours du xviiie siècle, la ségrégation augmente et parallèlement au déménagement de leurs logements réservés, le mode de vie des esclaves change. Des influences africaines apparaissent dans certains habitats -d’esclaves. Ces derniers sont souvent fondés sur une unité carrée d’environ 12 pieds (3,6 m) de côté, qui contraste avec l’unité de base de l’habitat anglo-américain de 16 pieds (4,8 m) de côté. Dans cette architecture afro-américaine « il est primordial de prendre en considération l’espace de la cour comme partie essentielle de l’habitat domestique. [...] La fonction de la maison n’était pas la même dans la culture afro-américaine ou anglo-américaine. Les esclaves travaillaient, cuisinaient, mangeaient, et participaient aux activités quotidiennes et communautaires dans l’espace collectif. La maison ne servait que pour dormir, pour ranger, et comme abri en cas de mauvais temps » (Penna 1999). La fouille de sauvetage des quartiers d’esclaves de deux plantations de la fin du xviiie et du début du xixe siècle en Caroline du Sud a ainsi « mis en évidence des constructions en torchis ou clayonnage avec foyers à l’extérieur des maisons, à partir de 1740. Les maisons plus tardives, après 1780, ont des foyers intérieurs avec des cheminées en torchis, un signe “d’acculturation” et de l’adoption des normes européennes de l’habitat » (Penna 1999).

87D’autres exemples pourraient être pris dans le mobilier domestique dont la poterie artisanale, dans l’alimentation à partir des restes de faune découverts dans les dépotoirs...

88De telles études restent encore rares dans les îles de la Caraïbe, sauf à la Barbade ou plus récemment en Jamaïque (Handler et Lange 1978 ; Armstrong et Kelly 2000). Deux ouvrages récents de synthèse présentent en de larges panoramas les nouvelles recherches menées dans les Antilles (Haviser 1999 ; Farnsworth 2001). Les congrès biannuels de l’Association internationale des archéologues de la Caraïbe montrent parallèlement le développement de ces thématiques en archéologie d’époque coloniale. Pour la Guadeloupe, les premiers contacts établis avec Kenneth G. Kelly du département d’anthropologie de l’université de Caroline du Sud, qui a travaillé en Jamaïque et également au Bénin, ont pu déboucher, à partir de 2001, sur le lancement d’un programme de recherche. Les premières prospections d’habitats d’esclaves ont été suivies, dès 2002, d’une fouille sur l’habitation La Mahaudière (Anse-Bertrand) au nord de la Grande-Terre, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives de connaissance de la vie servile dans les plantations.

Une histoire à exhumer, une mémoire à préserver

89Au travers des quelques exemples présentés, on entraperçoit combien les champs d’investigation de l’archéologie historique sont vastes et l’importance de cette discipline pour la connaissance de l’histoire des Antilles françaises trop exclusivement fondée sur les sources écrites. Cette archéologie historique doit sortir de sa seule quête de sites illustres, de beaux monuments, de grandes dates et de grands hommes pour se consacrer à toutes les périodes (de 1493 au xxe siècle), à tous les types de vestiges et à toutes les populations qui ont habité l’archipel antillais.

90Des périodes chronologiques entières ou des domaines particuliers restent ainsi largement méconnus car très peu d’archives en portent témoignage et aucune trace archéologique n’en a encore jamais été trouvée dans les Antilles françaises. On peut citer ainsi le xvie siècle « espagnol » ou bien les Indiens Caraïbes historiques dont on ne connaît aucune trace.

91La vie quotidienne des esclaves dans les plantations est un champ archéologique majeur complètement négligé. Hormis quelques textes issus du pouvoir dominant, on a très peu de documents sur les habitats, les modes alimentaires, la culture matérielle et même les rites funéraires des groupes serviles, même si, dans ce dernier domaine, on a vu l’amorce d’une recherche avec les premières fouilles de cimetières. La connaissance de l’héritage culturel africain passe par l’étude des lieux de vie des esclaves alors que l’archéologie industrielle, qui a produit de nombreux résultats, s’intéresse avant tout à l’architecture, aux techniques ou à l’économie des possédants d’origine européenne.

92La Guadeloupe, la plus grande île des Petites Antilles, possède dans les montagnes et les forêts de la Basse-Terre un arrière-pays relativement vaste qui a hébergé quelques camps d’esclaves fugitifs, les « marrons ». Même si, par définition, ces lieux de vie étaient précaires, il ne doit pas moins en rester des vestiges dont il serait fort intéressant de connaître la localisation et d’étudier l’aménagement et le fonctionnement.

93L’archéologie urbaine doit se développer : les processus de naissance et de développement des villes coloniales aux xviie et xviiie siècles nécessitent des investigations poussées pour une confrontation avec les traditions historiques nées d’écrits souvent partiaux, loin des réalités de colonies si lointaines des pouvoirs centraux européens. Il est ainsi parfois difficile de distinguer dans les plans de villes la part de la réalité de celle de projets urbains restés lettre morte. La comparaison entre les produits manufacturés issus du commerce officiel et ceux du commerce interlope est un exemple qui peut éclairer les réseaux réels de relations économiques. L’histoire et la vie des esclaves urbains et des affranchis sont aussi à explorer.

94L’archéologie sous-marine n’a été évoquée qu’au travers de possibles épaves du xvie siècle espagnol sur la côte sous le vent. Il est évident que les siècles suivants ont vu leur lot de bateaux échoués tout autour des îles de l’archipel. Navires de commerce ou de guerre mais aussi bateaux modestes, barges ou simples chaloupes représentent autant d’ensembles clos saisis brutalement lors du naufrage. Ils sont donc un instantané exceptionnel de l’histoire permettant aussi bien d’étudier l’architecture navale, la cargaison, le mobilier de bord... et de connaître ainsi l’histoire des techniques de construction navale, l’histoire économique et celle des gens de mer. Avec les mêmes techniques d’observations sous-marines, les ports comme les modestes appontements des plantations littorales peuvent être renseignés. Dans ces îles d’Amérique, reliées à leur métropole européenne par ce seul lien de la mer, l’archéologie sous-marine a également une place primordiale à prendre.

95Enfin, il ne faut pas circonscrire l’intervention des archéologues aux seuls premiers siècles de la colonisation. Le xixe siècle est ainsi une période décisive qui voit le passage d’une société d’ancien régime à la Guadeloupe contemporaine. Le passage du système des habitations sucrières aux usines centrales est une phase déterminante dans l’histoire économique et sociale des îles. L’abolition de l’esclavage en 1848 reste l’événement majeur. Ses conséquences peuvent aussi être analysées par le biais de l’archéologie : que deviennent les plantations et les anciens esclaves devenus métayers après l’émancipation ? Comment se mettent en place l’exploitation de nouveaux espaces géographiques et les transformations de l’habitat ? Comment s’intègrent les nouveaux arrivants indiens (des Indes orientales) venus dans la deuxième moitié du xixe siècle ?

96Les domaines de recherches sont vastes ; cette archéologie reste à bâtir. Elle passe par le développement des travaux de terrain et de laboratoire : prospections détaillées, fouilles de grande ampleur, études approfondies du mobilier... L’association des historiens de l’écrit et des archéologues est indispensable pour confronter les données, replacer les vestiges et matériaux dans leur contexte et tirer les synthèses les mieux documentées.

97Ce travail nécessitera des années de labeur et, surtout, ne pourra se faire qu’avec une véritable volonté politique, des moyens financiers et humains. L’enjeu est décisif et il y a urgence : ce patrimoine archéologique est discret, imperceptible, fragile. Le développement urbain, l’agriculture mécanisée, l’érosion naturelle font disparaître régulièrement des pans entiers de l’histoire laissée dans le sol par tous les Guadeloupéens. Pourtant, comme le soulignent les auteurs de l’Éloge de la Créolité en se référant à Édouard Glissant « [ces] paysages sont les seuls à inscrire [...] un peu de notre tragédie, de notre vouloir exister » (Bernabé, Chamoiseau et Confiant 1990 : 37).

Haut de page

Bibliographie

Armstrong, D. V. et K. G. Kelly. 2000. « Settlement Patterns and the Origins of African Jamaican Society: Seville Plantation, St. Ann’s Bay, Jamaica », Ethnohistory, 47-2: 369-397.

Barbotin, M. 1978. « Découverte de crânes, fémurs et autres os... », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe, 38 : 3-37

Bernabé, J., P. Chamoiseau et R. Confiant. 1990. Éloge de la créolité / Praise of Creoleness. Paris, Gallimard, 127 p. [Édition bilingue français/anglais.]

Bégot, D. 1991. « Les habitations-sucreries du littoral guadeloupéen et leur évolution », Caribena : cahiers d’études américanistes de la Caraïbe, 1 : 149-190.

Bégot, D. 1992. « Villes et urbanismes », in : Voyage aux îles d’Amérique : Archives nationales, Hôtel de Rohan, avril-juillet 1992. Paris, Archives nationales : 259-265. [Exposition organisée par la direction des Archives de France, ministère de la Culture et de la Communication.]

Breton, R. 1978. Relations de l’île de la Guadeloupe. Basse-Terre, Société d’histoire de la Guadeloupe (Bibliothèque d’histoire antillaise, 3), t. I, 214 p. [Textes de 1647, 1654 et 1656.]

Courtaud, P. 2002. « Le site d’Anse Sainte-Marguerite (Guadeloupe, Grande-Terre) : présentation d’un cimetière d’époque coloniale », in : A. Delpuech, J.-P. Giraud et A. Hesse (dir.), Archéologie précolombienne et coloniale des Caraïbes. Actes du 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles-Guyane, 1998. Paris, Éditions du Cths : 283-294.

Courtaud, P., A. Delpuech et T. Romon. 1999. « Archaeological Investigations at Colonial Cemeteries on Guadeloupe: African Slave Site or not? », in: J. B. Haviser (ed.), African Archaeology in the Caribbean. Princeton / Kingston, Markus Wiener Publishers et Ian Randle Publishers : 277-290.

Courtaud, P. et T. Romon. 2004. « Le site d’Anse Sainte-Marguerite (Guadeloupe, Grande-Terre). Présentation d’un cimetière d’époque coloniale », Journal of Caribbean Archaeology (Special publication), 1 : 58-67.

Delpuech, A. 1996.« Le service régional d’archéologie de la Drac de Guadeloupe : bilan et perspectives 1992-1994 », in : Les musées des départements français d’Amérique : actes du congrès, Fort-de-France, 14-18 novembre 1994. Fort-de-France, Amhure : 38-46.

Delpuech, A. 2001a. Guadeloupe amérindienne. Paris, Monum, Éditions du Patrimoine (Guides archéologiques de la France 38), 120 p.

Delpuech, A. 2001b. « Historical Archaeology in the French West Indies: Recent Research in Guadeloupe », in: P. Farnsworth (ed.), Island Lives: Historical Archaeologies of the Caribbean. Tuscaloosa et Londres, University of Alabama Press : 21-59.

Delpuech, A. 2007. « Migrations amérindiennes dans l’archipel caribéen », Archéopages, 18 : 38-43.

Du Tertre, J.-B. 1978. Histoire générale des Antilles : habitées par les Français. Fort-de-France, E. Kolodziej, 4 vol. , 551 p., 537 p., 380 p. et 379 p. [Ouvrage de 1677.]

Farnsworth, P (ed.). 2001. Island Lives. Historical Archaeologies of the Caribbean. Tuscaloosa et Londres, The University of Alabama Press, 378 p.

Handler, J. S. et F. Lange. 1978. Plantation Slavery in Barbados: an Archaeological and Historical Investigation. Cambridge, Harvard University Press.

Haviser, J. B. (ed.). 1999. African Archaeology in the Caribbean. Princeton/Kingston, Markus Wiener Publishers et Ian Randle Publishers, 364 p.

Hofman, C. L. 1999. « Three Late Prehistoric Sites in the Periphery of Guadeloupe. Grande Anse, Terre de Bas, and Morne Cybèle 1 et 2, la Désirade », in: Proceedings of the XVIth congress fort Caribbean Archaeology, 1995, Basse-Terre. Guadeloupe, Conseil régional de la Guadeloupe, t. II : 156-167.

Labat, R. P. 1979. Nouveau voyage aux isles de l’Amérique... Saint-Joseph, Courtinard, 5 vol. , 420 p., 428 p., 402 p., 410 p., 61 p. [Ouvrage de 1742.]

Lafleur, G. 1992. Les Caraïbes des Petites Antilles. Paris, Karthala, 270 p.

Moreau, J.-P. 1988. Guide des trésors archéologiques sous-marins des Petites Antilles : d’après les archives anglaises, espagnoles et françaises des xvie, xviie, xviiie siècles. Clamart, J.-P. Moreau (Collection d’histoire maritime et d’archéologie sous-marine), 272 p.

Moreau, J.-P. 1992. Les Petites Antilles de Christophe Colomb à Richelieu (1493-1635). Paris, Karthala, 319 p.

Penna, M.-T. 1999. L’archéologie historique aux États-Unis. Paris, Éditions Cths, 442 p.

Pichon, M., X. Rousseau et Y. Vragar. 1998. « Anse-Bertrand, Anse de la Petite Chapelle », in : Sra-Drac Guadeloupe, Bilan scientifique de la région Guadeloupe 1996. Paris, Sous-direction de l’archéologie (Bilan scientifique 23) : 14-16.

Richard, G. 1999. « Vieux-Habitants, la Grivelière », in : Sra-Drac Guadeloupe, Bilan scientifique de la région Guadeloupe 1997. Paris, Sous-direction de l’archéologie (Bilan scientifique 23) : 42-43.

Rousseau, X. 1996.« Le fort Delgrès à Basse-Terre », Monumental, 12,spécial départements français d’outre-mer : 43-46.

Rousseau, X. 1999a. « Grand-Bourg de Marie-Galante, habitation Mura », in : Sra-Drac Guadeloupe, Bilan scientifique de la région Guadeloupe 1997. Paris, Sous-direction de l’archéologie (Bilan scientifique 23) : 22-23.

Rousseau, X. 1999b. « Capesterre de Marie-Galante, Mabouya, le Gouffre », in : Sra-Drac Guadeloupe, Bilan scientifique de la région Guadeloupe 1998. Paris, Sous-direction de l’archéologie (Bilan scientifique 23) : 21-22.

Rousseau, X. 2004. « Les premiers établissements européens de Guadeloupe. Opérations de synthèse de prospection archéologique pluri-annuelle 1994/1997 », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe, 137 : 3-95.

Vragar, Y. 1999. « Capesterre de Marie-Galante, les Galets », in : Sra-Drac Guadeloupe, Bilan scientifique de la région Guadeloupe 1998. Paris, Sous-direction de l’archéologie (Bilan scientifique 23) : 20-21.

Yacou, A. 1992. Christophe Colomb et la découverte de la Guadeloupe. Paris, Éditions caribéennes, 319 p.

Veuve, S. 1999. Saint-Pierre de la Martinique. Paris, Ministère de la Culture et de la Communication (Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France 17), 216 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte de l’archipel guadeloupéen et des sites historiques mentionnés
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Delpuech, « Archéologie historique en Guadeloupe », Les nouvelles de l'archéologie, 108/109 | 2007, 101-112.

Référence électronique

André Delpuech, « Archéologie historique en Guadeloupe », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 27 avril 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/156 ; DOI : 10.4000/nda.156

Haut de page

Auteur

André Delpuech

Conservateur en chef du patrimoine, responsable des collections des Amériques, musée du quai Branly
andre.delpuech@quaibranly.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org