Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Chronique de sites Internet no 20

(date de consultation : 13 septembre 2011, vérification des adresses : 24 octobre 2011)
Virginie Fromageot-Lanièpce
p. 59-64

Texte intégral

[Généralités]

> Accès global et organisé aux ressources en histoire de l’art (Agorha)

1 http://agorha.inha.fr

2 Ces bases documentaires sont produites au sein de l’Institut national d’histoire de l’art (Inha), ou de ses partenaires, l’Umr Anthropologie et Histoire des mondes antiques (Anhima) et le Centre André-Chastel. Leur domaine couvre l’histoire de l’art à toutes les périodes. Les bases rassemblent des descriptions d’œuvres, des biographies, des biblio--graphies, des descriptions de fonds d’archives, des publications numérisées. La part des notices documentaires est plus importante que celles des numérisations de publications.

3 Exemple de question : « Prosper Mérimée » dans la case de recherche « Accès à toutes les données ».

4 Ressources archéologiques :

5– Base « Histoire de l’archéologie française en Afrique du Nord », voir infra, à Afrique.

6– Base « Imagerie grecque », voir infra, à Grèce.

> Bases de données du laboratoire Archéologies d’Orient et d’Occident et textes anciens (Aoroc)

7 http://www.archeo.ens.fr/​spip.php?rubrique155

8 Le laboratoire Aoroc (Cnrs/École normale supérieure, Paris) constitue des bases de données archéologiques et des bases d’images pour diverses thématiques de la Protohistoire et de l’Antiquité. Chaque programme de recherche présente en préambule son corpus d’étude et procède à une diffusion restreinte de la base (les auteurs n’ont pas permis sa consultation ou ils la préparent) ou à une diffusion publique.

9 Ressources en accès restreint :

10– Thème Âge du Fer en Gaule :

11 Base « Fer », données sur les sites, les mobiliers et les structures.

12 Base « Faciès monétaires celtiques », Olivier Buchsenschutz, Katherine Gruel, Christine Jouannet.

13– Thème Gaule :

14 « Inventaire des monnaies gauloises », Katherine Gruel.

15 Base « Biturige » : catalogue des sites protohistoriques, gallo-romains et médiévaux de l’ancien territoire biturige, par le Pcr Berry ; pour cette dernière, aucune certitude sur l’accès aux données.

16– Thème Architecture romaine :

17 Base « Outils pour unités stratigraphiques construites (Opus) », sur les techniques de construction romaines, Hélène Dessales et Évelyne Bukowiecki (Institut de recherches sur l’architecture antique).

18– Thème Peintures murales et stucs antiques :

19 Carte « Décor in situ, Carte des découvertes de peintures murales et stucs », inventaire des enduits peints et stucs pour la France, Claude Vibert-Guigue.

20 « Fabulus, stucs et peinture murale du monde gréco-romain », enduits peints et stucs du monde romain à l’échelle du bassin méditerranéen, du ive siècle av. au viie siècle ap. J.-C., Hélène Eristov et Nicole Blanc.

21 Ressources en accès public :

22 Base « Décors antiques ».

23 « Base Henri Stern sur la mosaïque », voir infra à Décors antiques.

24 « Museums of Anuradhapura and Tissa Yatala (Sri Lanka, Asie) », voir infra, à Asie.

25 Les commandes d’interrogation des bases se trouvent dans la partie gauche de l’écran.

26> Artefacts, encyclopédie en ligne des petits objets archéologiques http://www.instrumentum-europe.org/​Artefacts/​home.php

27 On accède aux données du programme de recherche mené sous la direction de Michel Feugère (Laboratoire Archéo-logie des sociétés méditerranéennes, Lattes) sur la caractérisation des petits mobiliers, de toutes périodes et dans un champ géographique large, l’Europe et la Méditerranée. Ce programme produit une base de données dont l’accès à la totalité des informations est réservé au programme de recherche. Toutefois, les auteurs de la base ont décidé d’ouvrir des milliers de fiches à tous. À cette adresse, on trouve cette partie des analyses du mobilier, avec dessins, photographies et bibliographie. La question « fibule » a apporté 1 262 notices, chacune indiquant un type, comme la « fibule du type Golfe de Lion ». On peut aussi chercher statuette de Mercure (Hermès), boîte à sceau, etc.

28 Bibliographie : M. Feugère, « Artefacts : encyclopédie en projet, outil d’aujourd’hui », Instrumentum, 33, 2011, p. 24-27, http://halshs.archives-ouvertes.fr

[Édition électronique]

> Peeters Online Journals

29 http://poj.peeters-leuven.be

30 Accès payant

31 Numérisation d’une dizaine de revues d’archéologie, par exemple la Revue d’égyptologie consacrée aux études d’his--toire, d’archéologie et d’histoire de l’art de la vallée du Nil, de la Préhistoire à la période copte (numérisation des volumes de 1999-2010), ou les Annual Papers on Mediterranean Archaeology (BABESH) pour l’archéologie classique (numérisation des volumes de 1999-2010).

> Persée, numérisations récentes de revues

32 www.persee.fr

33 Accès gratuit

34Revue archéologique de Narbonnaise : articles accessibles pour les années 1968 (vol. 1) à 2008.

35Cahier du Centre Gustave-Glotz : consacré à l’histoire de l’Antiquité, aux institutions et sociétés des mondes hellénistique et romain. Articles accessibles pour 1991-2006.

> Perspective. Actualités de la recherche en histoire de l’art

36 http://www.inha.fr/​spip.php?rubrique259

37 Accès payant

38 Revue imprimée consacrée aux nouvelles méthodes, approches, découvertes et publications de l’histoire de l’art en France et à l’étranger, créée par l’Inha en 2006, en co-édition avec la maison d’édition Armand Colin. La revue alterne un numéro pour l’Antiquité et le Moyen Âge, un numéro pour la période moderne et l’époque contemporaine, un numéro thématique et diachronique (par exemple, « La monographie d’artiste », « Genre et histoire de l’art », etc.) et un numéro consacré à un pays (par exemple, « L’histoire de l’art en Suisse », « L’histoire de l’art en Grande-Bretagne », etc.). L’abonnement 2011 ouvre les droits d’accès à la version numérique sur le portail d’Armand Colin ; sans abonnement, on peut acheter un numéro électronique (23 euros), dans lequel les illustrations sont masquées pour des raisons de droit des images.

39 Exemples d’articles (se reporter au site pour retrouver l’ensemble des textes) :

40 H.P. Francfort, C. Huth, R. Olmos et Miklós Szabó, avec S. Verger, « Qu’est-ce que l’art protohistorique ? » (Débat) ; H. Von Hesberg, J. Lipps, « L’architecture romaine, évolution d’un champ d’études depuis les années 1950 » (Travaux) ; N. Lubtchansky, « Chiusi étrusque et son territoire : archéologie et historiographie » (Actualité).

41 Moyen Âge : P.Y. Le Pogam, M. F. Zimmermann, O. Bonfait et M. Boudon-Machuel, « «L’œil écoute»: entretien avec Willibald Sauerländer » ; G.T. Clark, D. Vanwijnsberghe, H. Wijsman, H. Wolter-Von Dem Knesebeck, P. Charron et M. Gil, « Les manuscrits à peintures au Moyen Âge : bilan et perspectives de la recherche » (Débat) ; S. Riccioni, « La décoration monumentale à Rome aux xie et xiie siècles : révisions chronologiques, stylistiques et thématiques » (Travaux) ; N. Bock, « Reliques et reliquaires, entre matérialité et culture visuelle » (Actualité).

> Des livres sur Revues.org

42 http://www.openedition.org/​5862

43 Des institutions comme l’Institut national d’histoire de l’art, l’Institut français du Proche-Orient, le Collège de France ou la Maison des sciences de l’Homme ont choisi ce portail comme service de publication numérique. On a donc intérêt à passer par cette adresse, en plus des sites web des institutions.

> Collections électroniques de l’Institut national d’histoire de l’art

44 http://inha.revues.org/​

45 Accès gratuit

46 Exemples de livres :

47– É. Prioux, Petits musées en vers. Épigramme et discours sur les collections antiques, Paris, Cths-Inha (L’art et l’essai, 5), 2008.

48 Étude d’après les sources textuelles des collections d’œuvres d’art antiques, retrouvées notamment à Pompéi et à Rome. On trouve en ligne le sommaire, l’introduction, un chapitre « La Maison des Épigrammes », la bibliographie, l’index des sources textuelles et des liens renvoyant aux comptes rendus critiques. Mise en ligne deux ans après la parution papier.

49– Repenser les limites : l’architecture à travers l’espace, le temps et les disciplines, Actes du colloque international de Paris, 31 août-3 septembre 2005, Paris, Inha, 2005.

50 Les articles en ligne sont parfois des résumés des communications : S. M. Can Bilsel, « On the Modern Cult of Authenticity: Prolegomena to a Study of Berlin’s Pergamon Museum » ; G. Salazar-González, « L’espace construit en Amérique latine coloniale. Perspectives d’étude » ; J. Lagae, « Rewriting Congo’s Colonial Past: History, Memory, and Colonial Built Heritage in Lubumbashi, Democratic Republic of the Congo ». Mise en ligne trois ans après la parution papier. Voir aussi : Actes du Ve congrès national d’archéologie et d’histoire de l’art.

51Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre, Paris, Inha (Les catalogues d’exposition), 2011. Mise en ligne intégrale en même temps que la parution papier. Voir infra, à Sanctuaires.

[Archéologie nationale]

52> La couche Archéologie préventive du Géoportail http://www.geoportail.fr/​

53 D’un partenariat entre l’Institut géographique national (Ign) et de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) sont nées en mai 2011 deux ressources web. La première est proposée sur le Géoportail, portail des territoires et des citoyens, système d’information géographique (Sig) de l’Ign traitant la France métropolitaine et d’Outre-Mer et disponible sur le web. On y trouve diverses informations géographiques : cartes, photographies aériennes, altitudes, forêts, littoral. L’Ign a constitué un réseau de partenaires pour enrichir ce système en informations thématiques géolocalisées, ce qui donne aujourd’hui plus de soixante-dix couches actuelles au Sig. Sur l’une d’elles, l’Inrap a référencé une centaine d’opérations achevées, représentées par des pictogrammes et géolocalisées par commune. Pour chacune, on peut consulter un texte synthétique, accompagné d’images, de vidéos, de vues panoramiques à 360°, de liens vers le site de l’Institut. Cette consultation ne concerne que le territoire métropolitain à toutes les périodes. Pour afficher cette couche, on passe aujourd’hui par la page d’accueil ou le dossier « Culture et patrimoine du catalogue des couches » (menu de gauche). La carte peut s’afficher de l’échelle 1: 8 192 000 (pays) à l’échelle 1: 64 000 (ville) (changement d’échelle par le menu de droite). On peut visualiser plusieurs fonds de cartes simultanément en jouant sur leur opacité (menu de gauche). En plus de la consultation, ce site peut servir à géoréférencer ses propres données, grâce aux coordonnées géographiques affichées au bas de l’écran au passage de la souris.

54

55> La fenêtre cartographique Archeozoom de l’Inrap www.inrap.fr (dans le menu de gauche)

56 La deuxième ressource correspond à une fenêtre cartographique servie par l’application Géoportail de l’Ign sur le site web de l’Inrap. C’est une nouvelle interface de consultation des fiches d’informations sur les sites archéologiques fouillés ou prospectés par l’Inrap. Ces fiches renseignent sur le site, la commune, la description des vestiges et les résultats de l’étude et offrent des images. L’utilisateur peut à présent construire une recherche sur des critères chronologiques, géographiques ou thématiques (cases à fond noir) et visualiser sur un fonds de carte les sites archéologiques trouvés (changement d’échelles, menu de droite).

57 Exemples de sujets permettant les sélections de sites : Archéologies des conflits, Agriculture et élevage, Arts et biens de prestige, etc.

58 On peut regretter de ne pouvoir croiser recherches thématique et chronologique.

59> L’Inventaire du patrimoine de la région Centre www.inventairepatrimoine.regioncentre.fr

60 Ce bilan des activités menées par la direction du Patrimoine de la région réunit des inventaires topographiques et des études thématiques. Présentation des publications imprimées : M.-A. Férault et al., Chaumont-sur-Loire, un château, un bourg ; I. Isnard, M.-A. Sarda et al., Noirlac ; L. Gaugain et al., Amboise, ville « royale » : maisons et hôtels des xve et xvie siècles. Annonce des études en cours : exemple de l’Eure-et-Loir, Parc naturel régional du Perche, Canton de Nogent-le-Rotrou.

61> Villa, Villae en Gaule Romaine. Villa-Loupian en Languedoc http://www.villa.culture.fr

62 Source : Ministère de la Culture, collection multimédia Grands sites archéologiques, publication 2011, français-anglais.

63 Ce site web offre une présentation richement illustrée des villae en Gaule romaine et une étude de cas, la Villa-Loupian de Narbonnaise. L’auteur en est Christophe Pellecuer (direction régionale des Affaires culturelles de Languedoc-Roussillon / Umr Archéologie des sociétés méditerranéennes). La consultation de cette publication électronique nécessite d’ajouter le logiciel Flash au navigateur pour un bon affichage des vues panoramiques et des modèles 3D. L’introduction comporte une iconographie très réussie de Loupian, mais il faut passer par le menu pour découvrir l’ensemble des contenus. Après consultation, l’utilisateur peut retrouver toutes les images dans le chapitre « Ressources ».

64 Le cadre historique est présenté dans la première partie. La villa naît en Italie après le développement d’établissements ruraux connus dès le ive siècle av. J.-C. Ces exploitations de grand rendement comprenant une partie résidentielle sont certainement créées après la Deuxième Guerre punique, grâce à l’arrivée d’une main-d’œuvre d’esclaves. Ce modèle s’est ensuite diffusé dans les provinces occidentales de l’Empire romain. Les sources textuelles sont abordées, en particulier les traités agronomiques et les sources littéraires. Les données archéologiques présentées traitent de l’agriculture, de l’environnement, de la production, des techniques et des machines, de l’architecture et des décors, des propriétaires et des serviteurs. Un chapitre est consacré à l’histoire de l’archéologie et aux précurseurs, Léon Joulin pour la fouille de Chiragan (région toulousaine) et Georges Fouet pour celle de Montmaurin (Haute-Garonne).

65 Le deuxième chapitre est centré sur la Villa-Loupian, dont on peut faire la visite virtuelle pièce par pièce et examiner les décors conservés en place. Aujourd’hui située sur les rives nord de l’étang de Thau, Loupian était une villa littorale occupant un cadre naturel riche et favorable au commerce, reconnue parmi deux cents autres repérées dans la partie orientale de la cité. Occupé depuis la Protohistoire, le site était au ier siècle av. J.-C. une ferme cultivant les terres environnantes avant de devenir, au Haut-Empire, une villa romaine probablement rattachée à la colonie de Béziers. Elle fut rénovée au ve siècle ap. J.-C. et les peintures et les mosaïques datent de cet état. On découvre en 3D les restitutions de chaque phase d’occupation.

66 Le troisième chapitre élargit la présentation aux villae des autres provinces de la Gaule romaine, par exemple Pardigon (Var), Richebourg (Yvelines) ou Taden (Côtes-d’Armor).

[Préhistoire et Protohistoire]

> Lampea-Doc

67 http://sites.univ-provence.fr/​lampea/​spip.php?rubrique95

68 Accès gratuit

69 Rédigée par Dominique Commelin, responsable de la biblio-thèque du Laboratoire méditerranéen de Préhistoire Europe Afrique (Lampea, Aix-en-Provence), cette lettre d’informations hebdomadaire recense les manifestations scientifiques, les publications papier et les ressources Internet pour l’archéologie, la Préhistoire et la Protohistoire en Méditerranée et en Afrique. On peut s’abonner et recevoir un fichier Pdf ou consulter les rubriques du site internet consacrées aux archives ouvertes, bases de données et sites web.

[Antiquité]

70> Cahiers Mondes anciens, anthropologie et histoire des mondes antiques

71 http://mondesanciens.revues.org/​index274.html

72 Accès gratuit

73 Revue électronique créée en 2009 par le laboratoire Anthropologie et Histoire des mondes antiques (Anhima), dédiée aux études anciennes et à l’histoire de la Méditerranée antique. Les éditeurs privilégient les angles anthropologiques et comparatistes qui font la spécificité de l’unité Anhima, née de la fusion du Centre Louis-Gernet de recherches comparées sur les sociétés anciennes, du Centre Gustave-Glotz de recherches sur les mondes hellénistique et romain et de l’équipe Phéacie, Pratiques culturelles dans les sociétés grecque et romaine. Le Centre Gernet est l’héritier du Centre de recherches comparées sur les sociétés anciennes fondé en 1964 par Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Naquet et Claude Mossé.

74 Exemples d’articles (se reporter au site pour retrouver l’ensemble des textes) :

75– Vol. 1. Écritures rituelles (2010) : E. Jambon, « Les mots et les gestes. Réflexions autour de la place de l’écriture dans un rituel d’envoûtement de l’Égypte pharaonique » ; R. Koch Piettre, « Inscrire un serment en Grèce ancienne : couper et verser » ; C. Batsch, « Écriture et prophétie en Israël à la fin de l’époque monarchique » ; S. Hureau, « Traduction et offrande rituelle de la parole du Buddha en Chine ».

76– Vol. 2. Journées doctorales Anhima 2008 et 2009 (2011) :

77 Thème Regards sur les religions grecque et romaine : S. Dalmon, « Les Nymphes dans les rites du mariage » ; R. Laignoux, « L’utilisation de la religion dans la légitimation du pouvoir : quelques pistes de recherche pour les années 44-42 av. J.-C. ».

78 Thème Le monde colonial grec et romain, entre héritage et identité locale : C. Hoerni, « Place et représentation des femmes dans les structures civiques des provinces de l’Empire. L’exemple des cités romaines et romanisées de l’Afrique sous les Sévères » ; M. Dana, « Le renouveau identitaire des colonies grecques à l’époque impériale : Ioniens et Doriens dans le Pont-Euxin ».

[Afrique]

> Histoire de l’archéologie française en Afrique du Nord

79 http://agorha.inha.fr

80 Accès libre

81 Ce programme de numérisation, constituant une base de l’application Agorha de l’Inha, porte sur les ouvrages de la bibliothèque Poinssot. Sous ce nom, trois archéologues : Julien Poinssot a travaillé en Tunisie entre 1881-1883 et a édité le Bulletin d’archéologie africaine, Louis Poinssot, entre 1900-1942, a été inspecteur puis directeur des Antiquités de Tunisie, et Claude Poinssot fut inspecteur des Antiquités puis secrétaire général de la mission archéologique française de 1952 à 1960.

82 Leurs bibliothèques et leurs archives sont précieuses pour les sites de Carthage, Thuburbo Maius et Dougga. À ce jour, on accède aux volumes numérisés Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie, publiés entre 1890 et 1915. Pour les trouver, choisir « voir les notices liées » au bas de l’écran, puis « œuvres » ; dans la notice du livre, repérer « accéder à l’ouvrage numérisé » et cliquer sur la loupe.

[Asie]

83> Gol Mod, Mission archéologique française en Mongolie www.archaemongolia.com en français, anglais, russe et allemand

84 La mission française de Gol Mod fouille et étudie depuis plus de dix ans d’importants sites funéraires des Xiongnu. Le site web offre des informations détaillées sur cette civilisation qui occupait une large partie de l’Asie des steppes entre le iiie et le ier siècle av. J.-C. Ces pages présentent l’histoire des fouilles, les connaissances acquises, mais aussi les études récentes des cimetières d’Egiin Gol et de Gol Mod. Un chapitre est consacré aux activités d’analyse, de conservation et de restauration du matériel archéologique du laboratoire d’Oulan-Bator.

85 Voir aussi le bilan des fouilles sur le site web des Affaires étrangères, en français et en anglais (Mongolie - Gol Mod).

86> Museums of Anuradhapura and Tissa Yatala (Sri Lanka, Asie) http://www.archeo.ens.fr/​spip.php?article822

87 La base de données des collections de deux musées nationaux du Sri Lanka est en accès libre sur le site web du laboratoire Archéologies d’Orient et d’Occident et textes anciens (Aoroc). Systématiquement illustrée, elle contient les notices des œuvres – statues en pierre, statuettes et objets en bronze, objets de terre cuite et inscriptions.

[Grèce]

> Imagerie grecque

88 http://agorha.inha.fr

89 Il s’agit d’un rassemblement de centaines de photographies sur le thème de la céramique grecque, surtout attique. Les images sont en couleurs et basse définition, mais indexées pour permettre la recherche documentaire. La réponse à la question « Dionysos » indique 76 œuvres, illustrées de plusieurs détails et légendées. Cette collection de reproductions va s’enrichir de nouveaux documents jusqu’en 2013.

[Italie]

> Herculaneum Conservation Project

90 En 2001, la Fondation du Packard Humanities Institute a mis en place ce programme pour contribuer à la sauvegarde du site d’Herculanum, avec la Soprintendenza Speciale per i Beni Archeologici di Napoli e Pompei et la British School at Rome. Responsables : Andrew Wallace-Hadrill, Jane Thompson, Maria Paola Guidobaldi. Le programme offre deux adresses web.

91http://www.herculaneum.org, en italien et en anglais.

92 Outre les parties sur l’histoire de la cité antique et l’histoire du site, on y trouve beaucoup de photographies panoramiques prises en haute résolution (Quicktime VR). Dans la page Virtual tour, elles sont consultables à partir du plan, où les voies (cardo et decumanus) sont notées en chiffres, les maisons en lettres, les points bleus indiquant les lieux de prises de vue. D’autres panoramas sont proposés dans les menus : casa di Galba, casa dei Cervi, Decumanus Massimo, Villa dei Papiri et Basilica di Nonio Balbo. Des vues 3D d’objets ont aussi été réalisées (petites figurines en bronze, récipients).

93http://www.bsr.ac.uk/​research/​archaeology/​ongoing-projects/​herculaneum/​herculaneum-conservation-project, en anglais

94 La partie Downloadable resources (menu de droite) permet le téléchargement d’articles scientifiques concernant la conservation des vestiges d’Herculanum : D. Camardo, « Archaeology and conservation at Herculaneum: from the Maiuri campaign to the Herculaneum Conservation Project » ; P. Pesaresi, M. Martelli Castaldi, « Conservation measures for an archaeological site at risk (Herculaneum, Italy): from emergency to maintenance » ; P. Pesaresi, G. Rizzi, « New and existing forms of protective shelter at Herculaneum: towards improving the continuous care of the site » ; M.P. Guidobaldi et al., « Indagini archeologiche nella Casa dell’Atrio a Mosaico di Ercolano (IV, 2,1) ».

95 Notice de Véronique Vassal, chercheur associé à ArScAn

[Sanctuaires]

96> Inventaire des lieux de culte dans le monde grec http://www.circe-antique.fr/​projet.php

97 Une étude récente s’est développée sur les sanctuaires grecs et romains connus par l’archéologie et l’épigraphie, dans le cadre du programme « Constructions, interprétations et représentations cultuelles de l’espace dans les sociétés anciennes » (Circe), sous l’égide de l’Agence nationale de la recherche. Circe réunit les Centres Louis-Gernet (François de Polignac) et Gustave-Glotz (aujourd’hui unité Anhima), l’École française d’Athènes et le Collège de France (John Scheid). Sa principale production consiste en publications imprimées mais une base de données et un système d’information géographique ont été entrepris. L’objectif est de lier les informations archéologiques sur les sanctuaires aux données géographiques sur le territoire où ces sanctuaires étaient installés — éléments significatifs : relief, bord de mer, rivière, frontière, habitat, voie de circulation, etc. L’étude couvre l’Antiquité, du xe siècle av. jusqu’au vie siècle ap. J.-C. et concerne trois pays, la Grèce (responsable F. de Polignac), l’Italie (responsable J. Scheid) et la Tunisie (responsable Meriem Sebai).

98 Le site web présente les données de la première région grecque traitée, la Béotie, qui rassemblent des notices sur les toponymes, les lieux de culte, les structures, le mobilier. La réponse à la question sur le toponyme Orchomène indique qu’il se rapporte à deux localités ; de là, l’utilisateur doit faire son choix en s’aidant du moteur de recherche cartographique. Les toponymes sont donc géoréférencés et leur possible changement de noms est pris en compte dans le Sig.

> Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre

99 http://inha.revues.org/​2949

100 On connaît, par les auteurs anciens, l’école philosophique et mathématique de Pythagore, l’école de médecine et la qualité des athlètes de la cité antique de Crotone (Italie du Sud). L’archéologie a mis en évidence les sanctuaires qu’elle abritait. Voir à cette adresse l’ouvrage collectif dirigé par Lorenz E. Baumer, professeur de l’Université de Genève et Domenico Marino, directeur de l’Office territorial de Crotone.

> Sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France

101 http://sanctuaires.coldev.org/​

102 Accès libre

103 Cet outil documentaire a été créé par le Centre d’anthropologie religieuse européenne de l’École des hautes études en sciences sociales et le Centre de recherche d’histoire sociale et culturelle de l’Occident rattaché à l’Université de Paris Ouest. Il prend en compte les vestiges archéologiques et les sources écrites pour l’analyse des sanctuaires et lieux de pèlerinage de France, du début de l’ère chrétienne à la période contemporaine.

[Décors antiques]

> Base des mosaïques d’Italie

104 http://www.perseo.lettere.unipd.it/​tess/​

105 Correction de la Chronique 18 (2009) : la consultation de cette base est limitée au groupe de recherche.

> Base Décors antiques

106 http://www.archeo.ens.fr/​spip.php?article684

107 Ce programme de numérisation, à retrouver sur le site web du laboratoire Aoroc déjà cité, concerne les archives graphiques et photographiques rassemblées par Alix Barbet, spécialiste de peinture murale antique, engagée dans la conservation et la restauration des enduits peints. Il réunit des milliers d’images des peintures murales de la Gaule, avec des légendes qui relèvent soit des opérations techni-ques de conservation et de restauration, soit de l’étude des décors.

108 Exemples de questions dans le champ description : bordure ajourée, style pompéien, griffon, Amour.

> Base Henri Stern sur la mosaïque

109 http://www.archeo.ens.fr/​spip.php?article842

110 Issus du même laboratoire Aoroc, plusieurs spécialistes de mosaïque (Catherine Balmelle, Henri Lavagne, Jean-Pierre Darmon, etc.) ouvrent des milliers d’images à la consultation. Elles sont en basse définition, mais indexées, et concernent des sites antiques, parfois médiévaux, aussi divers que Brignon (Gard), Luc-en-Diois (Drôme), Piazza Armerina (Sicile), Zeugma (Turquie), Zliten (Libye).

> Musiva & Sectilia

111 http://www.libraweb.net (chercher Musiva)

112 Accès payant / Numéro gratuit, 2004

113 Cette revue imprimée, créée en 2004, traite de la mosaïque et des revêtements de marbre dans le monde méditerranéen, entre l’époque hellénistique et le Moyen Âge.

114 Exemples de textes : A.-M. Guimier-Sorbets, « La mosaïque aux lutteurs de la Bibliotheca Alexandrina : techniques picturales et mosaïstiques dans les Palais d’Alexandrie » ; S. Tortorella, « Hinc aquila ferebat caelo sublimis idaeum (Petr. Sat. 83, 3): il mito di Ganimede in un emblema da Privernum e in altri mosaici romani » ; H. Lavagne, « Un écho des anthestéries sur une mosaïque romaine tardive ? ».

> Découverte d’une mosaïque représentant Apollon à Rome

115 Le monde.fr, 29 juillet 2011 :

116 http://www.lemonde.fr/​culture/​article/​2011/​07/​29/​une-mosaique-representant-apollon-decouverte-pres-du-colisee_1554282_3246.html

117 vidéo : http://tv.repubblica.it/​edizione/​roma/​il-mosaico-romano-nel-deposito-ama/​73570/​71861

118 Découverte d’une mosaïque du ier siècle ap. J.-C. représentant Apollon et les muses, sous les thermes de Trajan, à deux pas du Colisée. Les images montrent, dans un décor architectural, la silhouette d’un homme nu, un manteau jeté sur l’épaule et portant une cithare.

119 Effectuées dans le cadre du plan de mise en valeur de la zone archéologique du centre de Rome, les fouilles de ces galeries ont déjà mis au jour la fresque baptisée « La Ville peinte », ainsi que deux autres mosaïques avant celle-ci.

120> Le martyrion Saint-Jean dans la moyenne vallée de l’Euphrate http://halshs.archives-ouvertes.fr/​halshs-00397646/​fr

121 Ouvrage de Françoise Briquel-Chatonnet, Alain Desreu-maux, Faez Ayash, Rana Sabbagh et Janine Balty, Docu-ments d’archéologie syrienne, XIII, 2008, en français et en arabe, déposé dans l’archive ouverte Hal-Shs.

122 Édition du martyrion du couvent Saint-Jean. La mosaïque découverte à l’intérieur du bâtiment porte une inscription syriaque chrétienne, la plus ancienne connue à ce jour, qui définit le lieu comme un couvent et fournit une date probable de 406-407. La mosaïque est intéressante parce qu’elle reflète le goût pour des décors géométriques couvrant la surface du sol et l’essor des images d’animaux et d’oiseaux, à la fin du ive et au ve siècle ap. J.-C, thèmes iconographiques annonciateurs de l’art byzantin.

[Le thème de la mer]

> Mare Internum

123 http://www.libraweb.net (chercher Mare)

124 Accès payant / Numéro gratuit, 2009.

125 Revue imprimée créée en 2009 sur le thème de la mer Méditerranée, son rôle pour le monde classique et pour tous les pays bordant cette mer « intérieure ».

126 Exemples de textes : F. Cardini, « Il Mediterraneo, continente liquido e ponte tra civiltà » ; W.-D. Heilmeyer, « Winckelmann-Rezeption zwischen Schinkel und Burckhardt » ; A. Bonanno, « L’acqua nella cultura dei templi megalitici di Malta ».

> Les épaves corsaires de Saint-Malo

127 http://www.epaves.corsaires.culture.fr/​

128 Source : Ministère de la Culture, collection multimédia web « Grands sites archéologiques », publication 2010, français-anglais.

129 Le département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines a mené une fouille sur le banc de la Natière, dans la baie de Saint-Malo (France), que les auteurs qualifient de « cimetière d’épaves ». Michel L’Hour et Élisabeth Veyrat, directeurs de la fouille, livrent les résultats de leurs recherches sur deux épaves qu’ils ont identifiées en croisant les données archéologiques et les archives : La Dauphine, grande frégate construite à partir de 1703, et L’Aimable Grenot, frégate construite à Granville, reconvertie pour le commerce et perdue en 1749.

130 L’ensemble invite à redécouvrir la guerre de course et son importance pour la cité corsaire et le port d’armement de Saint-Malo, aux xviie-xviiie siècles. Le mobilier est présenté : charpente et outillage des bateaux, stockages alimentaires, armement, espaces de vie, éclairage, chauffage. Pour voir une restitution 3D de La Dauphine, il faut ajouter le logiciel Flash au navigateur. Les ascenseurs en bordure d’écran permettent de consulter l’intégralité des chapitres.

131Chronique Internet en ligne : http://www.mae.u-paris10.fr/​chronique

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 2
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Fromageot-Lanièpce, « Chronique de sites Internet no 20 », Les nouvelles de l'archéologie, 125 | 2011, 59-64.

Référence électronique

Virginie Fromageot-Lanièpce, « Chronique de sites Internet no 20 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 125 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/1552 ; DOI : 10.4000/nda.1552

Haut de page

Auteur

Virginie Fromageot-Lanièpce

Cnrs, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, Ministère de la Culture et de la Communication, Umr ArScAn, Archéologies et Sciences de l’Antiquité
virginie.fromageot-laniepce@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org