Navigation – Plan du site
Dossier

L’économie des sociétés précolombiennes des Petites Antilles

Contribution des données sur l’exploitation des invertébrés marins et terrestres
Nathalie Serrand
p. 78-90

Texte intégral

Cet article est la synthèse de travaux menés depuis 1995 avec de nombreux collaborateurs. Qu’ils trouvent ici l’expression de ma reconnaissance : André Delpuech et Antoine Chancerel, respectivement ancien et actuel conservateurs du Sra de Guadeloupe, Christian Stouvenot du Sra Guadeloupe, Olivier Kayser, ancien conservateur du Sra de Martinique, Benoît Bérard de l’université Antilles-Guyane, Nathalie Vidal, Sra Martinique et Sda, Christophe Hénocq de l’association archéologique Hope Estate, Dominique Bonnissent et Thomas Romon de l’Inrap Guadeloupe, David R. Watters du Carnegie Museum of Natural History de Pittsburgh, James B. Petersen des universités du Maine à Farmington et du Vermont à Burlington, Elizabeth S. Wing, William F. Keegan et Irvy Quitmyer du Museum of Natural History de Floride à Gainesville et Samuel Wilson de l’université du Texas à Austin ; Jean-Denis Vigne de l’Umr 5197, Cnrs-Mnhn, Pierre Lozouet du Laboratoire de biologie des invertébrés marins du Mnhn.

1L’archéologie antillaise a accordé très tôt de l’importance aux vestiges fauniques. Dès les années 1940, Rainey à Porto Rico (1940) signalait des variations dans des ensembles de faune associés à deux assemblages céramiques rapportés, depuis, à deux phases de la période céramique. Ces observations, bien que schématiques – la fameuse dichotomie Crab / Shell Cultures (Goodwin 1980 ; Keegan 1989) –, promouvaient les témoins de subsistance au rang de vestiges majeurs pour la compréhension de l’histoire des sociétés précolombiennes antillaises. La multiplication des analyses archéozoologiques à partir des années 1960, combinée à l’affinement des séquences chrono-culturelles (Rouse 1952a, b, 1986), les mit ensuite au centre des débats sur l’évolution de ces sociétés et leur adaptation aux espaces insulaires antillais. Les divers modèles interprétatifs proposés s’appuyaient sur des facteurs tant d’ordre paléo-environnemental (Carbone 1980) que théoriques, économiques, démographiques et culturels (Goodwin 1980 ; Jones 1985 ; Levin 1983 ; Keegan 1989). Ils sont depuis une dizaine d’années redessinés à la faveur de l’accroissement des fouilles et des données, des collaborations interinstitutionnelles et des échanges internationaux, et de l’harmonisation des analyses de faune qui permettent une meilleure confrontation des observations (Wing et Wing 1995 ; De France, Keegan et Newsom 1996 ; Petersen 1997 ; Grouard 2001 ; Wing 2001 ; Serrand 2002 ; Newsom et Wing 2004). Le développement de l’archéologie dans les départements d’outre-mer (DOM) participe considérablement à cet enrichissement des données. Les acquis récents sur la manière dont les sociétés précolombiennes ont exploité et géré les espaces et ressources naturels antillais favorisent le renouvellement des problématiques sur ces pratiques socioéconomiques.

Les invertébrés marins et terrestres : une ressource à multiples valences

2Parmi le panel de ressources naturelles exploitées par les sociétés précolombiennes antillaises, les invertébrés marins et terrestres (essentiellement mollusques, crustacés et échinodermes) ont joué un rôle notable tant du point de vue de la subsistance que de celui des productions artisanales. Il était renforcé par le fait que les îles, en particulier des Petites Antilles (fig. 1), se caractérisaient par une faune terrestre, notamment mammalienne, peu diversifiée, vulnérable et dépourvue de taxons de grande taille – rongeurs, oiseaux, reptiles et crustacés (Wing 2001) – et par une répartition disparate des matières premières dures – des gîtes de silex ne sont attestés que sur trois îles (Knippenberg 2006). Les invertébrés étaient donc intégrés à part entière dans des économies combinant par ailleurs la chasse, la pêche, la collecte et la maintenance de ressources animales, végétales et minérales, terrestres et marines, locales mais également introduites depuis le continent ou d’une île à une autre (Rodríguez López 1991a ; De France, Keegan et Newsom 1996 ; Petersen 1997 ; Newsom et Wing 2004). L’ensemble complétait, sans doute dès la période archaïque, les productions vivrières horticoles alimentaires (le manioc surtout, introduit du continent) et médicinales (De France, Keegan et Newsom 1996 ; Newsom et Wing 2004).

3L’importance de ces ressources, dont les invertébrés, a varié sur la séquence d’occupation des Petites Antilles (Petersen 1997 ; Newsom et Wing 2004). Les mollusques marins semblent ainsi, au même titre que d’autres ressources, avoir joué un rôle dans les stratégies de fréquentation des îles des groupes archaïques qui ont occupé les premiers les Antilles à partir du vie millénaire av. J.-C. (Veloz Maggiolo et Vega 1982 ; Keegan 1994). Ce rôle varie ensuite dans les économies de subsistance des agriculteurs potiers sédentaires qui investissent les Antilles à partir du vie siècle av. J.-C. depuis le Venezuela et les Guyanes (Rouse 1986, 1992 ; Keegan 2000). Les invertébrés ne semblent ainsi être intégrés que de manière conservatrice dans les économies de la période céramique ancienne, dans un contexte de relative homogénéité culturelle et géographique. Leur exploitation prend ensuite des formes plus diversifiées, vraisemblablement en reflet des évolutions qui, à partir des viie-xixe siècles apr. J.-C., accompagnent l’émergence d’une mosaïque culturelle sur l’ensemble de l’archipel (Rouse 1992 ; Keegan 2000 ; Delpuech et Hofman 2004). La compréhension de ces variations est donc cruciale puisqu’elle révèle certains des facteurs environnementaux, sociaux et économiques qui ont accompagné l’évolution des sociétés précolombiennes antillaises.

Fig. 1

Fig. 1

Carte des Antilles et détail des îles de Saint-Martin, Guadeloupe et Martinique.

L’exploitation des invertébrés : apports récents de l’archéologie préventive et programmée

4L’ancienneté des débats sur le rôle des ressources fauniques dans l’évolution des sociétés précolombiennes a favorisé très tôt leur prise en compte. Cela n’a pas pour autant induit des pratiques de terrain systématiques garantissant le recueil optimal et la représentativité des vestiges, ni l’intégration des problématiques socioéconomiques dans les dynamiques de recherche. Dans l’optique de la nécessaire caractérisation typo-chronologique des occupations, la fouille de contextes secondaires (dépotoirs) a ainsi longtemps été privilégiée pour produire des vestiges diagnostiques des points de vue chronologique et stylistique aux dépens de la compréhension technique des activités dont ils témoignent.

5Or, la caractérisation fine des formes d’économies et de leur évolution dans l’espace et le temps nécessite la multiplication d’analyses fauniques dans des contextes géographiques et archéologiques variés, avec une intégration des problématiques et des exigences méthodologiques spécifiques à ce domaine dans toutes les étapes du processus archéologique. L’essor de l’archéologie préventive et programmée dans les Dom depuis une quinzaine d’années, la prise en compte des exigences archéozoologiques dès le terrain, favorisée par les échanges interinstitutionnels et interdisciplinaires et l’accroissement des cadres d’intervention et des sources d’informations permettent ces développements. La structure de cet article en est le reflet. L’important développement de l’archéologie préventive à Saint-Martin a, ainsi, fourni des données assez inédites qui contribuent à affiner la connaissance des économies des groupes archaïques des Petites Antilles. La combinaison des travaux d’archéologie préventive et programmée en Guadeloupe et à Saint-Martin sur des sites céramiques anciens a favorisé, elle, l’enrichissement des cadres de réflexion sur les modes de gestion des ressources durant cette période. Enfin, les résultats conséquents de l’archéologie programmée et des travaux collectifs de recherche en Martinique fournissent des données essentielles sur la part des invertébrés dans les économies des phases tardives de la période céramique. Ces apports récents fondamentaux viennent compléter les données traitées par l’auteur sur un corpus de plus de vingt sites répartis dans les Petites Antilles (Serrand 2002) et s’ajoutent aux informations générées par la communauté internationale (Newsom et Wing 2004) (fig. 1 et tableau 1). L’ensemble permet, à l’échelle des Petites Antilles, d’esquisser les grandes lignes d’évolution de l’exploitation des invertébrés en rapport avec celle des systèmes économiques et techno-culturels des sociétés précolombiennes antillaises.

Tableau 1

Tableau 1

Liste chronologique des sites étudiés par l’auteur dans les Petites Antilles

Une composante importante dans la gestion territoriale des groupes de la période archaïque : les données récentes de Saint-Martin

6Dans les Petites Antilles, les sites connus pour la période archaïque et datés entre les iiie et ier millénaires av. J.-C. sont presque exclusivement côtiers. Un fait à mettre sur le compte des stratégies de prospection et de fouille. Ils offrent donc une vision maritime du fonctionnement économique des groupes de cette période. Les plus anciens sont localisés à Antigua (Davis 1982 ; Nodine 1990), Saint-Martin (Hofman et Hoogland 1999), Barbuda (Watters 2001) et Anguilla (Crock, Petersen et Douglas 1995). Viennent ensuite les sites de Saint-Thomas (Lundberg 1989), Saint Kitts (Armstrong 1978), Nevis (Wilson 1989) et Guadeloupe (Richard 1994), peut-être représentatifs d’une phase tardive.

7Le développement de l’archéologie préventive à Saint-Martin et la fouille des sites côtiers de Baie Orientale 1 et Étang Rouge 1 (fig. 1) par Dominique Bonnissent (Inrap Guadeloupe) ont enrichi récemment cette liste (Bonnissent et al. 2001, 2002, 2005 ; Bonnissent supra : 56-69). Le premier est daté entre 800 et 400 av. J.-C. ; le second, plus ancien, présente une datation dans la partie médiane de sa stratigraphie de 3490 ± 40 BP. Même s’ils ne sont pas attribués avec certitude à une des deux séries archaïques, ils apportent d’importants jalons à la connaissance des économies de cette période dans les Petites Antilles. Ces données sont encore plus intéressantes quand elles sont mises en parallèle avec celles du site de Plum Piece, à l’intérieur des terres à Saba, daté du iie millénaire av. J.-C. (Hofman et Hoogland 2003 ; Hofman, Bright et Hoogland 2006) et qui illustre un pan complémentaire de ces économies archaïques.

8À Baie Orientale 1 et Étang Rouge 1, les assemblages presque dépourvus de vertébrés et de crustacés sont dominés par les mollusques (fig. 2a) (Bonnissent et al. 2005 ; Serrand 2005 ; Serrand et Bonnissent 2005). Ces derniers sont collectés de manière pragmatique avec une sélection étroite de grandes espèces parmi les plus accessibles en zones peu profondes. À Baie Orientale 1, il s’agit du burgo Cittarium pica et du lambi Strombus gigas complétés par de grandes espèces de nérites et de chitons. À Étang Rouge 1, la sélection porte sur un large bivalve, Arca zebra – 93 % du nombre minimum d’individus (Nmi) – et, accessoirement, sur la palourde Codakia orbicularis, deux espèces dont les bancs ont vraisemblablement été « ratissés ».

9Sur les deux sites, les espèces ont été consommées cuites dans leur coquille par exposition indirecte à la chaleur : sur des pierres chauffées organisées en aires de cuisson à Baie Orientale, traitement culinaire original mis en évidence pour la première fois pour cette période ; et dans des structures moins élaborées à Étang Rouge 1 (Bonnissent et al. 2001, 2002 ; Serrand et Bonnissent 2005). Enfin, si l’industrie en coquille est limitée à Étang Rouge 1, à Baie Orientale 1, les labres de lambis adultes ont été utilisés (fig. 2b), après consommation, pour la production intensive et l’utilisation partielle in situ de près de 200 outils standardisés, probablement voués à la fabrication d’embarcations (Serrand et Bonnissent 2005).

10Bien que différents, les ensembles de ces deux sites -reflètent l’exploitation pragmatique et intensive de riches populations d’une ou deux espèces de mollusques à des fins strictement alimentaires ou à dominante artisanale. Ces activités ont un caractère systématique, s’inscrivent dans l’organisation spatiale des sites et se perpétuent au travers de leur -occupation, vraisemblablement ponctuelle mais répétée. L’ensemble des données archéologiques suggère que cette exploitation de ressources locales a joué un rôle majeur dans l’installation des deux occupations. À Baie Orientale 1, la recherche de matière première pour l’industrie était sans doute prépondérante et la collecte alimentaire, organisée secondairement par la mise à profit de taxons accessibles dans les environs ; à Étang Rouge 1, l’acquisition de ressources alimentaires était une activité centrale.

11Ces données renouvellent l’éclairage offert par les autres sites côtiers des Petites Antilles. Malgré la disparité des méthodes de fouille et d’étude des faunes, quelques aspects récurrents apparaissent. Ils révèlent le pan maritime d’une économie en partie centrée sur les mollusques avec des formes d’exploitation souvent ciblées et des activités probablement spécialisées, variables d’un site à l’autre, qui dénotent une gestion organisée des ressources dans l’espace et le temps (Bonnissent et al. 2002). Si ces données soulignent le rôle important des mollusques dans les implantations littorales, cette vision côtière est désormais pondérée par les résultats du site de Plum Piece localisé à l’intérieur des terres à Saba (Hofman et Hoogland 2003 ; Hofman, Bright et Hoogland 2006). Son occupation, sans doute ponctuelle, traduit une exploitation intensive des ressources terrestres animales (crustacés, oiseaux) et végétales, et illustre donc un pan complémentaire des économies archaïques.

12Les données des sites côtiers de Saint-Martin, en révélant des stratégies économiques spécialisées notamment autour des mollusques, ont ainsi mis en lumière le rôle des ressources dans la mobilité des premiers occupants archaïques et dans leur mode d’occupation des espaces. On envisage désormais l’existence de systèmes d’exploitation organisés et complexes intégrant un panel de ressources complémentaires, maritimes et terrestres. L’exploration des sites archaïques de l’intérieur des îles, tel celui de Saba, en révèlera sans doute dans l’avenir de nouvelles composantes, et aidera à en préciser les modalités de fonctionnement, éventuellement saisonnières (Bonnissent et al. 2002 ; Hofman, Bright et Hoogland 2006).

Fig. 2

Fig. 2

a) Fréquences relatives d’individus ( % Nmi) des espèces exploitées sur les sites archaïques de Baie Orientale 1 et Étang Rouge 1 à Saint-Martin ;
b) Étapes de production des outils tranchants sur labres de Strombus gigas de Baie Orientale 1.

Un élément original des économies des premiers migrants saladoïdes de la période céramique : les données de Guadeloupe

13Tandis que les groupes de la période archaïque sont encore présents dans les Petites Antilles, la venue de sociétés d’horti-culteurs potiers, aux environs du vie siècle av. J.-C., marque le début de la période céramique. Migrant originellement depuis le bassin vénézuelien de l’Orénoque vers les Guyanes et la côte nord du Venezuela, ces groupes sont attestés par leurs assemblages céramiques cedrosan saladoïdes typiques à Trinidad, Tobago, et dans la plupart des îles des Petites Antilles jusqu’à l’extrémité orientale de la République dominicaine (Rouse et Cruxent 1963 ; Rouse 1986, 1992 ; Keegan 2000 ; fig. 1). Au sein de cette unité stylistique céramique, quelques assemblages aux dates anciennes sont toutefois très tôt distingués du répertoire classique – La Hueca à Vieques, Punta Candelero à Porto Rico, Hope Estate à Saint-Martin, Trants à Montserrat, Morel en Guadeloupe. La signification et l’appellation (série huecoïde ou sous-série huecan saladoïde) de ces ensembles souvent associés à une composante cedrosan saladoïde fait encore l’objet de nombreux débats (Chanlatte Baik et Narganes Storde 1980 ; Rouse 1989 ; Rodríguez López 1991b ; Hofman et Hoogland 1999 ; Bonnissent, Hénocq et Stouvenot 2002).

14La combinaison des travaux en Guadeloupe et à Saint-Martin sur des sites céramiques anciens présentant ces caractéristiques enrichit les cadres de réflexion. Il s’agit des fouilles préventives de l’Inrap sur les sites de la Cathédrale et de la Gare Maritime de Basse-Terre en Guadeloupe (fig. 1) menées respectivement par Dominique Bonnissent en 2001 (Bonnissent et al. 2004 ; Bonnissent supra : 56-69) et Thomas Romon en 2005 (Romon et al. 2006), et des fouilles programmées du site de Hope Estate à Saint-Martin (fig. 1) menées par C. Hénocq puis D. Bonnissent de 1995 à 2000 (Bonnissent, Hénocq et Stouvenot 2002 ; Bonnissent supra : 56-69). Ces sites s’ajoutent aux ensembles saladoïdes anciens et moyens de Radio Antilles et Trants à Montserrat (Watters 1980 ; Watters et Petersen 1999) étudiés par l’auteur (tableau 2).

15Leurs assemblages d’invertébrés sont assez homogènes (pour les données sur les vertébrés, voir Grouard 2001) (fig. 3a). Malgré des disparités d’espèces, on note une exploitation prépondérante des zones de transition entre domaines marin et terrestre, qui se traduit par l’association -d’invertébrés du domaine terrestre littoral (crustacés Gécarcinidés) et / ou fluviatile (néritines d’eau douce) exploités de manière intensive (Serrand 2002, 2004, 2006) et par une forte composante de gastéropodes du médiolittoral rocheux dominés par Cittarium pica ou les petites nérites, fissurelles, acmées, etc. Ces derniers, loin d’être les plus rentables, sont néanmoins aisés à collecter à l’avenant dans des espaces offrant une relative variété d’espèces concentrées (chitons, nérites). Les spectres sont complétés par quelques taxons des herbiers infralittoraux (dont les strombes) mais sont, de façon notable, dépourvus ou presque de bivalves.

16À ces composantes alimentaires, s’ajoute une industrie sur coquille assez standardisée (Serrand 2002, 2004, 2006) (fig. 3b). Outre des éléments communs à une majorité d’ensembles de la période céramique y compris postérieure (petits gastéropodes percés ; portions de porcelaine ou de lambi façonnés en outils), ces sites livrent quelques objets, souvent d’ornementation, très similaires : incrustations de statuaire en bois de type « dentier », portions de Chama macerophylla ou Spondylus sp. façonnées en goutte, plaquettes pendeloques biforées, baguettes et représentations zoomorphes (reptiliennes ?). S’y ajoutent d’importantes quantités de perles discoïdes, moins représentées sur les sites saladoïdes récents, produites dans les mêmes coquilles (lambi Strombus gigas, chame Chama sarda et spondyle Spondylus sp.) selon les mêmes chaînes opératoires.

Fig. 3

Fig. 3

Éléments travaillés en coquille communs aux sites saladoïdes anciens :
incrustations de statuaire de type « dentier » : a-c) Gare Maritime ; d) Cathédrale de Basse-Terre, Guadeloupe ; e-f) Hope Estate, Saint-Martin ;
éléments de Chama et Spondylus sp. Travaillés en « goutte » : h) Gare Maritime ; i) Hope Estate ;
plaquettes biforées : j) Gare Maritime ; k) Cathédrale ; l-m) Hope Estate. Baguettes : n) Gare Maritme ; o) Hope Estate.
Représentations zoomorphes : p) Gare Maritime ; q) Hope Estate

17La part importante des invertébrés terrestres est donc assez systématique dans ces occupations anciennes et s’observe également à Morel ou à Folle Anse en Guadeloupe par exemple (Grouard 2001). Elle n‘est toutefois pas exclusive à ces sites anciens et a perduré, mais de manière moins systématique, dans certains sites saladoïdes récents, troumassoïdes et suazoïdes des Petites Antilles (Serrand 2002). C’est le cas sur les sites de transition entre le Saladoïde récent et le Troumassoïde des petites îles de Nevis (par exemple Hichman’s : Wilson 1989), Anguilla (par exemple Rendezvous Bay : Watters et Petersen 1993), Barbuda (par exemple Sufferers : Watters 1980) ou sur des sites troumassoïdes guadeloupéens (par exemple Pointe du Helleux : Grouard 2001). Ils reflètent peut-être la mise à profit par leurs occupants de populations locales d’invertébrés non appauvries et encore attractives, notamment dans des îles peu ou pas occupées antérieurement, comme Anguilla ou Barbuda (Serrand 2002) ou des pratiques spécialisées ponctuelles ou locales, intégrées dans des systèmes d’exploitation plus larges. Quoi qu’il en soit, les sites de la période céramique récente, notamment sur des îles plus grandes comme la Martinique, révèlent globalement de nouvelles formes d’exploitation (voir infra).

18La constance, voire le relatif conservatisme, des schémas d’exploitation des invertébrés observés pour les groupes saladoïdes anciens paraissent assez cohérents dans un contexte d’homogénéité culturelle et de colonisation initiale de nouveaux espaces. Leur caractérisation et l’identification de productions sur coquille qui leur sont propres contribueront à affiner l’identité culturelle de ces premiers horticulteurs potiers saladoïdes cedrosan et huecan, et à réfléchir sur les processus initiaux de migration et d’adaptation aux milieux insulaires.

Une exploitation intensifiée du Saladoïde tardif au Suazoïde ? Les données de la Martinique

19L’archéologie de la Martinique a connu un essor essentiel ces dernières années avec la mise en place de plusieurs opérations de fouilles programmées et du programme collectif de recherche (Pcr) du ministère de la Culture, « Le Néolithique martiniquais dans son contexte antillais ». Dirigé successivement par Jean-Pierre Giraud puis Benoît Bérard, il a regroupé pendant dix ans (1995-2005) une équipe internationale et pluridisciplinaire sur l’étude de l’occupation amérindienne de la Martinique (Bérard et Giraud 2001 ; Bérard 2003).

20Dans ce cadre, les faunes de quatre sites fouillés lors d’opérations programmées ont été étudiées par Sandrine Grouard (infra : 91-101) et l’auteur de 2001 à 2005 (fig. 4a). Il s’agit de l’occupation saladoïde moyen à récent de Dizac, datée entre 400 et 725 apr. J.-C., fouillée en 1990-1992 par Nathalie Vidal (1999) ; du site des Salines fouillé par Benoît Bérard en 2003 (Bérard 2003) qui présente une composante saladoïde moyen à récent, un hiatus troumassoïde et une phase suazoïde des xiie-xiiie siècles apr. J.-C. ; du site troumassoïde final et suazoïde (xie-xiiie siècle apr. J.-C.) de Trabaud fouillé en 1983 et 1984 par Mattioni et Allaire (Allaire 1991, 1997) ; et du site suazoïde de Macabou (xiie-xve siècle apr. J.C.) fouillé par Allaire en 1972, 1977 et 1979 (Allaire 1981) et de nouveau depuis 2005 par S. Grouard et l’auteur (Grouard et Serrand 2005).

21Ils couvrent une séquence tardive intéressante du Saladoïde moyen / récent au suazoïde récent (fig. 4b). Tous localisés dans le Sud de la Martinique, ils sont situés dans des contextes similaires, proches de baies sableuses fermées par des promontoires rocheux avec, en arrière plage, des formations sablo-vaseuses de mangroves et salines. Leurs données fauniques sont donc comparables ; elles fournissent un aperçu diachronique intéressant de l’exploitation des invertébrés pour la période céramique tardive et contribuent à l’étude micro-régionale du Sud de la Martinique (Serrand sous presse ; Bérard, Grouard et Serrand sous presse).

22Le nombre élevé de bivalves (fig. 4a, b) collectés à l’interface des milieux sableux et vaseux (15 à 55 % Nmi) est une constante des quatre sites. Leur apport carné est modeste en regard des poissons ou des mammifères, mais leur concentration dense en bancs les rend faciles à collecter en grandes quantités. Ils ont donc été privilégiés par les occupants des sites.

23Chaque site a toutefois ses espèces phares, et des variations de richesse (nombre d’espèces rapporté à la taille de l’assemblage) et de diversité (part de chaque espèce dans l’assemblage) apparaissent d’un ensemble à l’autre (fig. 4b). Ainsi, la collecte à Dizac est ciblée sur peu d’espèces – richesse élevée, diversité faible – et dans peu de milieux, et elle est axée en particulier sur les petits Donax denticulatus de la zone de battement des vagues. Aux Salines et à Trabaud, la collecte, sans être ciblée, concerne un spectre restreint (richesse et diversité moyennes) issu de deux milieux majeurs (fonds sableux et sables vaseux de mangrove) : aux Salines, la chaubette Anomalocardia brasiliana et les Donax ; à Trabaud, l’Anomalocardia, l’huître de palétuvier Crassostrea rhizophorae et la lucine Lucina pectinata. Enfin, à Macabou, les zones et prises de collecte sont variées et les contributions mieux réparties sur au moins sept espèces (richesse et diversité élevées).

Fig. 4

Fig. 4

a) Décompte en Nmi des espèces majeures de mollusques dans les quatre sites martiniquais ;
b) Évolution diachronique de la part en % Nmi des bivalves, des zones majeures de collecte et espèces associées et de la diversité des assemblages sur les quatre sites martiniquais.

24En complément de ces collectes alimentaires, quelques éléments témoignent du travail de la coquille. Variés à Dizac et Macabou, ils sont peu nombreux aux Salines et à Trabaud et leur comparaison apporte peu d’informations. On doit toutefois souligner que les trois premiers sites ont livré des exemplaires de la moule fluviatile Prisodon syrmatophorus provenant du Venezuela. Sa présence sur ces sites martiniquais, alors qu’elle n’était jusqu’alors connue qu’en contextes saladoïdes anciens et moyens, révèle une circulation ou une diffusion assez tardive de ce matériau exogène souvent travaillé (Serrand 2001).

25La séquence céramique tardive martiniquaise révèle donc une exploitation croissante et de plus en plus diversifiée de bancs denses de bivalves. Or, on assiste à cette période à l’expansion des groupes à l’ensemble des Petites et Grandes Antilles ainsi qu’aux Bahamas. On note aussi des changements avec une diversification des styles céramiques, une modification de la localisation, du nombre et de la densité des sites, des évolutions locales et des mouvements et influences entre les îles et le continent (Rouse 1986, 1992 ; Keegan 2000 ; Delpuech et Hofman 2004). En Martinique même, les travaux du Pcr montrent une diversification des lieux d’implantation dès le saladoïde récent (avec une prédilection pour le Sud-Atlantique) et leur spécialisation fonctionnelle, en particulier durant la période suazoïde (Bérard 2004 ; Vidal, Bérard et Kayser 2004 ; Bérard, Grouard et Serrand sous presse).

26Il semble donc que ces évolutions se reflètent dans les économies de subsistance. L’augmentation du nombre des bivalves et la diversification des prises de collecte signalées en Martinique sont aussi observées sur d’autres séquences céramiques tardives comme à Antigua (Jones 1985), Saint Kitts (Goodwin 1980) ou Nevis (Serrand 2002) et s’y accompagnent en général d’une baisse très nette de la contribution des invertébrés terrestres et notamment des crabes (fig. 5a et b). Ces schémas d’exploitation tranchent donc nettement avec ceux du Saladoïde ancien (excepté pour la Martinique où aucune donnée faunique n’est disponible pour cette période), qui se caractérisaient par la prépondérance des invertébrés terrestres et des gastéropodes du littoral rocheux et par une absence notable des bivalves. Ces caractéristiques anciennes ne disparaissent toutefois pas de tous les assemblages postérieurs. Ainsi, les sites tardifs de Barbuda, Windward Bluff à Montserrat, Baie Orientale 2 à Saint-Martin et, en dehors de notre corpus, certains sites troumassoïdes guadeloupéens (Nieweg 2000 ; Grouard 2001 ; De Waal 2006) ne présentent que de rares bivalves et sont parfois encore dominés par les taxons du médiolittoral rocheux et / ou les crabes de terre comme à la Pointe du Helleux (Grouard 2001). La signification de ces variations reste à expliquer ; elles reflètent peut-être des situations environnementales différentes – disponibilité ou non de populations locales de certains taxons (Serrand 2002) – ou des pratiques spécialisées ponctuelles ou locales, intégrées dans un système d’exploitation de ressources à large échelle.

Fig. 5

Fig. 5

Représentation schématique de l’évolution dans le temps sur les sites des Petites Antilles de la part en pourcentage d’individus ( %Nmi) et en pourcentage de restes ( % Nmi) : a) des crustacés terrestres ; b) des bivalves.

27Malgré ces variations, on observe donc une diversification des prises, une intégration croissante des bivalves disponibles en densités élevées et, plus généralement, une variabilité accrue des formes d’économie durant la suite de la période céramique. Cette tendance pourrait traduire une exploitation, sinon intensifiée, du moins plus pragmatique des ressources marines invertébrées. Elle paraît cohérente avec un contexte d’intensification de l’occupation, observée en Martinique notamment, générant des pressions démographiques ou l’éventuel appauvrissement de ressources locales très sollicitées antérieurement (crabes). Par ailleurs, la moindre homogénéité de ces schémas d’exploitation – leur point commun réside surtout dans la mise à profit des bancs de bivalves – reflète sans doute aussi, dans un contexte de diversification culturelle, la dispersion des groupes troumassoïdes et suazoïdes dans une plus grande diversité d’environnements et le développement de formes d’économies plus indépendantes. Du point de vue du travail de la coquille, les assemblages ne présentent plus la même unité. Les productions, si elles dérivent en partie du fond commun saladoïde, sont plus éclectiques d’un site à l’autre.

L’exploitation des invertébrés, un outil parmi d’autres pour revisiter les systèmes économiques précolombiens

28Les développements récents de l’archéologie dans les Antilles françaises ont enrichi le corpus de connaissances factuelles et favorisé les collaborations entre institutions (Sra, Inrap, musées, Cnrs et universités) et disciplines, notamment environnementales, et la définition en commun dès le terrain des problématiques et méthodologies. Ils incitent à repenser les questions socioéconomiques. Ce n’est que dans ce cadre que les informations fauniques sur l’exploitation des ressources (subsistance et production) prennent tout leur sens et contribuent, en complément des autres données archéologiques, à définir les systèmes paléo-économiques, à identifier les facteurs techno-culturels et environnementaux en jeu et à révéler certains traits culturels des sociétés précolombiennes qui se sont succédé.

29Ainsi, pour la période archaïque, les données des sites côtiers de Saint-Martin sur le rôle des mollusques, confrontées à celles du site terrestre de Saba, révèlent une gestion pragmatique et organisée des ressources, fondée sur la mobilité cyclique et saisonnière sur de larges territoires et leur exploitation au travers de réseaux de sites complémentaires. Pour la période céramique ancienne, les données de Guadeloupe et Saint-Martin confirment le caractère conservateur d’économies centrées sur des villages pérennes, mais élargies par des interactions à longue distance. Elles confortent l’image d’un modèle culturel fort chez les premiers migrants potiers. Enfin, en Martinique, pour la période céramique plus récente, la diversification des économies au sein de réseaux d’implantations complémentaires, voire hiérarchisés, souligne les développements culturels de la période et soulève la question de stress économique dans des espaces naturels déjà très exploités antérieurement.

30Si de grands schémas paléo-économiques commencent à se dégager, les diverses composantes techno-culturelles et environnementales et leurs interrelations ne sont pas encore bien définies. Pour le contexte paléo-environnemental, les travaux en Martinique et à Saint-Martin sont néanmoins prometteurs. En Martinique, le site de Dizac fournit, dans le cadre du Pcr déjà évoqué et en collaboration avec le parc régional, des données intéressantes sur l’évolution des mangroves contemporaines de l’époque précolombienne. À Saint-Martin, le Pcr sur les « Modifications des paléo-environnements et -occupations amérindiennes de l’île » dirigé par Dominique Bonnissent a révélé des concordances, sur les quatre derniers millénaires, entre alternances climatiques et phases d’occupation de l’île (Bertran et al. 2004 ; Bonnissent et al. 2004). Elles soulignent la variabilité environnementale, notamment en contextes littoraux, et son rôle dans les options d’économie, d’occupation et de mobilité adoptées par les groupes amérindiens des Petites Antilles. La question se pose, par exemple, dans le cas des variations de contribution des bivalves. Leur rôle prépondérant durant la période archaïque et les phases troumassoïde et suazoïde de la période céramique pourrait avoir un lien avec les conditions climatiques plus sèches de ces périodes. Pour le cadre techno-culturel, l’accroissement actuel des données et le renouvellement des thématiques d’étude à diverses échelles notamment micro-régionales (par exemple, archéologie des sites tardifs, des territoires, des îlets, etc. ; voir Bérard supra : 70-78) permettent de repenser l’implantation et l’occupation des espaces (permanente, temporaire, groupée, dispersée, spécialisée, etc.) et les relations entre sites contemporains au sein de réseaux territoriaux. L’ensemble contribue à préciser les caractéristiques sociopolitiques et économiques des systèmes précolombiens antillais.

Haut de page

Bibliographie

Allaire, L. 1981. « Macabou excavations, Martinique : 1972-1979 », Boletin del Museo del Hombre Dominicano, 16 : 41-48.

Allaire, L. 1991. « Undertsanding Suazey », in :E. N. Ayubi et J. B. Haviser (ed.). Proceedings of the 13th International Congress for Caribbean Archaeology, Curaçao 1989. Reports of the Archaeological-Anthropological Institute of the Netherlands Antilles, 9: 715-728.

Allaire, L. 1997. « Anse Trabaud : rapport 1997 », in :J.-P. Giraud (dir.). Le néolithique de la Martinique dans son contexte antillais. Projet collectif de recherche, Sra, Martinique.

Armstrong, D. V. 1978. Archaic Shellfish Gatherers of St Kitts, Leeward Islands: A Case Study in Subsistence and Settlement Patterns. Unpublished Master’s Thesis, department of Anthropology, Ucla.

Bérard, B. (dir.). 2003. Le Néolithique martiniquais dans son contexte antillais. Rapport de Pcr, Sra Martinique, 34 p.

Bérard, B. 2004. Les premières occupations agricoles de l’Arc Antillais, migration et insularité. Le cas de l’occupation saladoïde ancienne de la Martinique. Oxford, BAR international Séries 1299, Paris, Monographs in American Archaeology 15, 214 p.

Bérard, B. et J.-P. Giraud. 2001. « Le Néolithique martiniquais dans son contexte antillais », in : Bilan scientifique de la région Martinique 1999. Ministère de la Culture et de la Communication, Sous-direction de l’archéologie, Sra Martinique : 12.

Bérard, B., S. Grouard et N. Serrand. Sous presse. « L’occupation post-saladoïde du sud de la Martinique, une approche de l’idée de territoire », in : Proceedings of the 21st International Congress of the Association for Caribbean Archaeology, Port of Spain, Trinidad, 24-30 juillet 2005. International Association for Caribbean Archaeology.

Bertran, P., D. Bonnissent, D. Imbert, P. Lozouet, N. Serrand et C. Stouvenot. 2004. « Paléoclimat des Petites Antilles depuis 4 000 ans BP : l’enregistrement de la lagune de Grand-Case à Saint-Martin », in : Compte rendu Géoscience, 336 : 1501-1510.

Bonnissent, D., P. Bertran, A. Chancerel et T. Romon. 2001. « Le gisement précéramique de la Baie Orientale à Saint-Martin (Petites Antilles) », in :L. Alofs et R. Dijkhoff (ed.), Proceedings of the XIXth International Congress for Caribbean Archaeology, Aruba 22-28 July 2001. Aruba, Publication of the Museo Arqueologico, 9, 1 : 78-88.

Bonnissent, D., P. Bertran, A. Chancerel, S. Grouard, T. Romon, N. Serrand, C. Stouvenot et C. Tardy. 2002. Les sites de la Baie Orientale. Occupations précéramiques et post-saladoïde, Saint-Martin, Guadeloupe, Petites Antilles. Document final de synthèse, Sra Guadeloupe, Basse-Terre, 131 p.

Bonnissent, D., C. Hénocq et C. Stouvenot. 2002. « Le site amérindien de Hope Estate (Saint-Martin, Petites Antilles) : extension et chronologie », in : A. Delpuech, J.-P. Giraud et A. Hesse (dir.), Archéologie précolombienne et coloniale des Caraïbes. Actes du 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles–Guyane 1998. Paris, Édition du Cths : 177-194.

Bonnissent, D., T. Romon, P. Bertran et N. Serrand. 2004. Le site de la Cathédrale de Basse-Terre, Guadeloupe. Rapport au service régional de l’archéologie de Guadeloupe, Basse-Terre, 269 p.

Bonnissent, D., P Bertran, P Fouéré et N. Serrand. 2005. Cultures pré-colombiennes des Petites Antilles. Les occupations précéramiques de l’Étang Rouge 1. Baie Rouge, les Terres Basses, île de Saint-Martin, Région Guadeloupe. Rapport final de fouilles 2005 auprès du service régional d’archéologie de Guadeloupe, Basse-Terre, 190 p.

Carbone, V.A. 1980. « Some Problems in Cultural Paleoecology in the Caribbean Area », in: S. M. Lewenstein (ed.), Proceedings of the 8th International Congress for the Study of the Pre-Columbian Cultures of the Lesser Antilles, St. Kitts, 1979. Tempe, Arizona State University (Arizona State Anthropological Research Papers 22): 98-126.

Chanlatte baik, L. A. et Y. M. Nargenes Storde. 1980. « La Hueca Vieques: nuevo complejo cultural agroafarero en la arqueología antillana », in: S. M. Lewenstein (ed.), Proceedings of the 8th International Congress for the Study of the Pre-Columbian Cultures of the Lesser Antilles. St. Kitts, 1979. Tempe, Arizona State University (Arizona State Anthropological Research Papers 22): 501-523.

Crock, J. G., J. B. Petersen et N. Douglas. 1995. « Preceramic Anguilla: A View from the Whitehead’s Bluff Site », in: R. E. Alegria et M. Rodríguez (ed.), Proceedings of the 15th International Congress for Caribbean Archaeology, Puerto Rico 1993. Centro de Estudios Avanzados de Puerto Rico y el Caribe, San Juan, Fundación Puertorriqueña de las Humanidades y la Universidad del Turabo : 283-292.

Davis, D. D. 1982. « Archaic Settlement and Resource Exploitation in the Lesser Antilles: Preliminary Information from Antigua », Caribbean Journal of Science, 17 (1-4): 107-122.

De France, S. D., W. F. Keegan et L. A. Newsom. 1996. « The Archaeobotanical, Bone Isotope, and Zooarchaeological Records from Caribbean Sites in Comparative Perspective », in: E. J. Reitz, L. A. Newsom et S. Scudder (ed.), Case Studies in Environmental Archaeology, New York, Plenum Press: 289-304.

Delpuech, A. et C. L. Hofman (ed.). 2004. Late Ceramic Age Societies in the Eastern Caribbean. British Archaeological Reports International Series 1273, Paris Monographs in American Archaeology 14, Series editor Eric Taladoire, 330 p.

De Waal, M. S. 2006. Pre-Columbian Social Organisation and Interaction Interpreted through the Study of Settlement Patterns. An Archaeological Case-Study of the Pointe des Châteaux, La Désirade and Les îles de la Petite-Terre micro-region, Guadeloupe, F.W.I. Leiden, Leiden University Press, 431 p

Goodwin, C. R. 1980. « Demographic Change and the Crab-Shell Dichotomy », in: S. M. Lewenstein (ed.), Proceedings of the 8th International Congress for the Study of the Pre-Columbian Cultures of the Lesser Antilles, St. Kitts, 1979. Tempe, Arizona State University (Arizona State Anthropological Research Papers 22): 45-68.

Grouard, S. 2001. Subsistance, systèmes techniques et gestion territoriale en milieu insulaire antillais précolombien - Exploitation des Vertébrés et des Crustacés aux époques Saladoïdes et Troumassoïdes de Guadeloupe (400 av. J.-C. à 1500 apr. J.-C.). Thèse de doctorat, Université Paris-X - Nanterre, 1073 p.

Grouard, S. et N. Serrand. 2005. Rapport de fouille programmée du site amérindien de Macabou. Rapport au Service régional de l’archéologie de Martinique, 129 p.

Hofman, C.L. et M. L. P. Hoogland. 1999. Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The Sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate, with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden, Leiden University (Archaeological Studies Leiden University 4), 328 p.

Hofman, C. L. et M. L. P. Hoogland 2003. « Plum Piece. Evidence for Archaic Seasonal Occupation on Saba, Northern Lesser Antilles around 3300 BP », Journal of Caribbean Archaeology, 4: 12-27.

Hofman, C. L., A. J. Bright et M. L. P. Hoogland. 2006. « Archipelagic Resource Procurement and Mobility in the Northern Lesser Antilles: The View from a 3000 Year-Old Tropical Forest Campsite on Saba », Journal of Island and Coastal Archaeology, 1: 1-20.

Jones, A. R. 1985. « Dietary Change and Human Population at Indian Creek, Antigua », American Antiquity, 50(3): 518-536.

Keegan, W. F. 1989. « Transition from a Terrestrial to a Maritime Economy: A New View of the Crab/Shell Dichotomy », in: P. E. Siegel (ed.), Early Ceramic Populations Lifeways and Adaptative Strategies in the Caribbean. Oxford, British Archaeological Reports International Series 506: 119-128.

Keegan, W. F. 1994. « West Indian Archaeology. 1. Overview and Foragers », Journal of Archaeological Research, 2(3): 255-284.

Keegan, W. F. 2000. « West Indian Archaeology. 3. Ceramic Age », Journal of Archaeological Research, 8: 135-167.

Knippenberg, S. 2006. Stone Artefact Production and Exchange among the Northern Lesser Antilles. Utrecht, Leiden University, Department of Caribbean Archaeology, Faculty of Archaeology, 382 p.

Levin, S. 1983. « Food Production and Population Size in the Lesser Antilles », Human Ecology, 11(3): 321-338.

Lundberg, E. R. 1989. Preceramic Procurement Patterns at Krum Bay, Virgin Islands. Unpublished Ph.D. Dissertation, Ann Arbor, University of Illinois, Urbana-Champaign/University Microfilms.

Newsom, L. A. et E. S. Wing. 2004. On Land and Sea. Native American Uses of Biological Resources in the West Indies. Tuscaloosa et Londres, The University of Alabama Press, 323 p.

Nieweg, D. 2000. Shells in Archaeology. Archaeological Shell on Trinidad and Guadeloupe: Two Case studies. Unpublished MA Thesis, Leiden University, 108 p.

Nodine, B. K. 1990. « Aceramic Populations in the Lesser Antilles: Evidence from Antigua, West Indies », in: 55th Annual Meeting of the Society for American Archaeology, Las Vegas, non publié.

Petersen, J. B. 1997. « Taïno, Island Carib, and Prehistoric Amerindian Economies in the West Indies: Tropical Forest Adaptations to Islands Environments », in: S. M. Wilson (ed.), The Indigenous People of the Caribbean. Gainesville, University Press of Florida: 118-130.

Rainey, F. G. 1940. Porto Rican Archaeology. Scientific Survey of Porto Rico and the Virgin Islands. New York, New York Academy of Sciences, vol. 18(1), 208 p.

Richard, G. 1994. « Premier indice d’une occupation précéramique en Guadeloupe continentale », Journal de la Société des américanistes, 80 : 241-242.

Rodríguez López, M. 1991a. « Early Trade Networks in the Caribbean », in:A. Cummins et P. King (ed.), Proceedings of the 14th Congress of the International Association for Caribbean Archaeology, Barbados 1991. Barbados, Barbados Museum and Historical Society: 306-314.

Rodríguez López, M. 1991b. « Arqueología de Punta Candelero, Puerto Rico », in:E. N. Ayubi et J. B. Haviser (ed.), Proceedings of the 13th International Congress for Caribbean Archaeology, Curaçao, 1989. Curaçao, Reports of the Archaeological-Anthropological Institute of the Netherlands Antilles, 9: 605-627.

Romon, T., P. Bertran, A. Daussy, P. Fouéré, C. Fouilloud, S. Grouard, M. Mestre, N. Serrand et C. Valette, 2006. Le site de la Gare Maritime de Basse-Terre, Guadeloupe. Rapport au service régional de l’archéo-logie de Guadeloupe, Basse-Terre, 455 p.

Rouse, I. 1952a. « Porto Rican Prehistory. Introduction: Excavations in the West and North », Scientific Survey of Porto Rico and the Virgin Islands, 18(3): 307-460.

Rouse, I. 1952b. « Porto Rican Prehistory: Excavations in the Interior, South, and East. Chronological Implications », Scientific Survey of Porto Rico and the Virgin Islands, 18(4): 463-578.

Rouse, I. 1986. Migrations in Prehistory: Inferring Population Movement from Cultural, Remains. New Haven, Yale University Press, 202 p.

Rouse, I. 1989. « Peopling and Repeopling of the West Indies », in: C. A. Woods (ed.), Biogeography of the West Indies, Past, Present and Future. Gainesville, Sandhill Crane Press: 119-136.

Rouse, I. 1992. The Taïnos: Rise and Decline of the People Who Greeted Colombus. New Haven et Londres, Yale University Press, 211 p.

Rouse, I. et J. Cruxent. 1963. Venezuelan Archaeology. New Haven, Yale University Press (Caribbean Series 6), 179 p.

Serrand, N. 2001. « Occurrence of Exogenous Freshwater Bivalves (Unionoida) in the Lesser Antilles during the First Millenium A.D.: Example from the Hope Estate Saladoid Site (St Martin, French Lesser Antilles) », in: Proceedings of the 18th International Congress of the Association for Caribbean Archaeology, Grenada 1999. Saint-George, Grenada, Association internationale d’archéologie de la Caraïbe, Région Guadeloupe, Mission archéologique : 136-152.

Serrand, N. 2002. Exploitation des invertébrés marins et terrestres par les populations Saladoïdes et Post-Saladoïdes du Nord des Petites Antilles (500 BC-1200 AD). Étude de cas et comparaisons. Paris, Thèse de doctorat de l’université Paris-I, préhistoire-ethnologie-anthropologie, 1318 p.

Serrand, N. 2004. « Les restes de mollusques du site de la Cathédrale de Basse-Terre, Guadeloupe », in : D. Bonnissent et al., Le site de la Cathédrale de Basse-Terre, Guadeloupe. Rapport au service régional de l’archéologie de Guadeloupe, Basse-Terre : 45-60.

Serrand, N. 2005. « Exploitation des mollusques et crustacés sur le site précéramique d’Étang Rouge, Saint-Martin, Guadeloupe », in : D. Bonnissent et al., Cultures précolombiennes des Petites Antilles. Les occupations précéramiques de l’Étang Rouge 1. Baie Rouge, les Terres-Basses, île de Saint-Martin. Rapport final de fouilles 2005 auprès du service régional d’archéologie de Guadeloupe, Région Guadeloupe, Basse-Terre : 106-132.

Serrand, N. 2006. « La malacofaune du site de la Gare Maritime à Basse-Terre, Guadeloupe », in : T. Romon et al., Fouille préventives de la Gare Maritime de Basse-Terre (Guadeloupe), rapport final de fouille. Rapport au service régional de l’archéologie de Guadeloupe, Basse-Terre : 125-182.

Serrand, N. Sous presse. « L’exploitation des invertébrés durant l’occupation céramique tardive du Sud de la Martinique : aperçu diachronique au travers des sites de Dizac, Salines, Trabaud et Macabou », Proceedings of the 21st International Congress of the Association for Caribbean Archaeology, Trinidad 2005. International Association for Caribbean Archaeology.

Serrand, N. et D. Bonnissent. 2005. « Pre-Columbian Preceramic Shellfish Consumption and Shell Tool Production: Shell Remains from Orient Bay, Saint-Martin, Northern Lesser Antilles », in: D. E. Bar-Yosef (ed.), Archaeomalacology: Molluscs in Former Environment of Human Behaviour. Proceedings of the 9th Icaz Conference, Durham 2002. Oxford, Oxbow Books: 29-39.

Veloz Maggiolo, M. et B. Vega. 1982. « The Antillean Preceramic: A New Approximation », Journal of New World Archaeology, 5(1): 33-44.

Vidal, N. 1999. « Le site précolombien de la Plage Dizac au Diamant, Martinique », in: Proceedings of the 16th International Congress for Caribbean Archaeology, Basse-Terre, Guadeloupe 1995. Conseil régional de la Guadeloupe, Mission archéologique et du patrimoine : 7-16.

Vidal, N., B. Bérard et O. Kayser. 2004. « En vue de l’étude de l’occupation post-saladoïde de la Martinique », in : A. Delpuech et C. Hofman (dir.), Late Ceramic Societies in Easter Caribbean. BAR International Series 1273, Paris Monographs in American Archaeology 14, Series editor Eric Taladoire: 195-204.

Watters, D. R. 1980. Transect Surveying and Prehistoric Site Locations on Barbuda and Montserrat, Leeward Islands, West Indies. Unpublished Ph.Dissertation, Department of Anthropology, University of Pittsburgh, Pittsburg / University Microfilms, Ann Arbor, 416 p.

Watters, D. R. 2001. « Preliminary Report on the Correlation of Archaic-Age Localities with a Paleoshoreline on Barbuda », in: L. Alofs et R. Dijkhoff (ed.), Proceedings of the 19th International Congress for Caribbean Archaeology, Aruba 2001. Publications of the Archaeological Museum Aruba, 9(1): 102-109.

Watters, D. R. et J. B. Petersen. 1993. « Preliminary Report on the Archaeology of the Rendezvous Bay Site, Anguilla », in: A. Cummins et P. King (ed.), Proceedings of the 14th Congress of the International Association for Caribbean Archaeology, Barbados 1991. Barbados, Barbados Museum and Historical Society: 25-33.

Watters, D. R. et J. B. Petersen. 1999. « Spatial Analysis at Trants, Montserrat », in: R. E. Alegria et M. Rodriguez (ed.), Proceedings of the 15th International Congress for Caribbean Archaeology, San Juan 1995. San Juan, Centro de Estudios Avanzados de Puerto Rico y el Caribe, Fundación Puertorriqueña de las Humanidades y la Universidad del Turabo : 15-25.

Wilson, S. M. 1989. « The Prehistoric Settlement Pattern of Nevis, West Indies », Journal of Field Archaeology, 16(4): 427-450.

Wing, E. S. 2001. « Native American Use of Animals in the Caribbean », in: C. A. Woods et F. E. Sergile (ed.), Biogeography of the West Indies: Patterns and Perspectives. Boca Raton, Londres, New York, Washington, Crc Press: 481-518.

Wing, E. S. et S. R. Wing. 1995. « Prehistoric Ceramic Age Adaptation to Varying Diversity of Animal Resources along the West Indian Archipelago », Journal of Ethnobiology, 15(1): 119-148.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte des Antilles et détail des îles de Saint-Martin, Guadeloupe et Martinique.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 1
Légende Liste chronologique des sites étudiés par l’auteur dans les Petites Antilles
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 2
Légende a) Fréquences relatives d’individus ( % Nmi) des espèces exploitées sur les sites archaïques de Baie Orientale 1 et Étang Rouge 1 à Saint-Martin ; b) Étapes de production des outils tranchants sur labres de Strombus gigas de Baie Orientale 1.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 3
Légende Éléments travaillés en coquille communs aux sites saladoïdes anciens :incrustations de statuaire de type « dentier » : a-c) Gare Maritime ; d) Cathédrale de Basse-Terre, Guadeloupe ; e-f) Hope Estate, Saint-Martin ;éléments de Chama et Spondylus sp. Travaillés en « goutte » : h) Gare Maritime ; i) Hope Estate ;plaquettes biforées : j) Gare Maritime ; k) Cathédrale ; l-m) Hope Estate. Baguettes : n) Gare Maritme ; o) Hope Estate.Représentations zoomorphes : p) Gare Maritime ; q) Hope Estate
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/154/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 4
Légende a) Décompte en Nmi des espèces majeures de mollusques dans les quatre sites martiniquais ; b) Évolution diachronique de la part en % Nmi des bivalves, des zones majeures de collecte et espèces associées et de la diversité des assemblages sur les quatre sites martiniquais.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/154/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 5
Légende Représentation schématique de l’évolution dans le temps sur les sites des Petites Antilles de la part en pourcentage d’individus ( %Nmi) et en pourcentage de restes ( % Nmi) : a) des crustacés terrestres ; b) des bivalves.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/154/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Serrand, « L’économie des sociétés précolombiennes des Petites Antilles », Les nouvelles de l'archéologie, 108/109 | 2007, 78-90.

Référence électronique

Nathalie Serrand, « L’économie des sociétés précolombiennes des Petites Antilles », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 27 avril 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/154 ; DOI : 10.4000/nda.154

Haut de page

Auteur

Nathalie Serrand

Umr 5197-Cnrs, Muséum national d’histoire naturelle, département Écologie et gestion de la biodiversité, archéozoologie, histoire des sociétés humaines et des peuplements animaux
serrand@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org