Navigation – Plan du site
Dossier: L'archéogéographie: Un état des lieux et de leurs dynamiques

Les relations entre la ville et le fleuve à Paris de l’Antiquité gallo-romaine au Moyen Âge central

Hélène Noizet
p. 32-40

Résumés

L’analyse morphologique du Paris pré-industriel (réseau viaire et trame parcellaire constituées en système d’information géographique), croisée avec les données archéologiques et textuelles, permet de cerner l’évolution de l’occupation du sol dans la capitale entre l’Antiquité et le Moyen Âge central. Durant cette période, la relation des sociétés au fleuve est affectée par un changement d’ordre culturel, qui se traduit par le basculement de la centralité urbaine de la rive gauche à la rive droite, ainsi que par la transformation durable du système viaire de la rive droite avec l’émergence de la diagonale du port de la Grève aux Halles. Les concepts proposés par l’archéogéographie sont ici concrètement mobilisés pour rendre compte de ces évolutions.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

ville, parcellaire, réseau viaire, fleuve, Paris

Index by keyword :

town, parcels, street-system, river, Paris
Haut de page

Texte intégral

1La récente mise en place d’un système d’information géographique (sig) sur l’espace parisien ancien (Noizet 2008-2009 ; Noizet, Bove & Costa à paraître) permet d’appréhender la dimension spatiale du processus d’urbanisation depuis l’Antiquité. Fondée sur la reconstitution du plus ancien parcellaire de Paris (plans Vasserot 1810-1836), cette infrastructure géomatique1 permet de croiser la morphologie du tissu urbain (réseau viaire, parcelles, bâti) à des informations archéologiques et historiques de différentes époques, principalement médiévales et modernes. Celles-ci donnent des éléments sur l’occupation humaine, à travers des espaces matériels (enceintes) ou idéels (censives, paroisses), mais également sur les caractéristiques physiques (topographie pré-urbaine, crues centennales). La structuration de l’espace urbain de Paris dans la longue durée peut donc être abordée en intégrant les différentes réalités du processus urbain, tant sociales qu’environnementales. Le parcellaire du début du xixe siècle, avant les bouleversements haussmanniens, transmet des formes spécifiques, notamment curvilignes sur la rive droite qui montrent que la relation à l’eau et les principaux flux de circulation se sont modifiés entre l’Antiquité et le Moyen Âge central, participant ainsi du basculement urbain de la rive gauche à la rive droite.

2Nous observerons tout d’abord en quoi la relation à l’eau, qui structure localement le tissu urbain en rive droite, est affectée par un changement de nature culturelle entre l’Antiquité et le Moyen Âge, puis nous montrerons que l’axe qui va, en diagonale, du port de la Grève aux Halles constitue, vers les xie-xiie siècles, une bifurcation durable du système viaire protohistorique et gallo-romain.

Un rapport à l’eau structurant pour le tissu urbain de la rive droite

3Parmi les données géomorphologiques intégrées dans le sig par Laurent Costa (fig. 1) figure la topographie préurbaine restituée par Vincent Krier lors de la fouille du Carrousel (Van Ossel 1998 : 26-27) : à partir de l’Atlas géologique de la ville de Paris (Préfecture de la Seine 1967, 1/5000), celui-ci a retranché partout l’épaisseur des remblais modernes. Sa cartographie des courbes de niveau du relief ancien en mètre NGF (nivellement général de la France) met en exergue les dépressions inférieures à 30 m considérées comme zones inondables, en se fondant sur le relevé des cotes des crues décennales (29 m) et cinquantenaires (31 m). Mettant à jour le premier travail de reconstitution du sol dit « naturel » entrepris il y a plus d’un siècle (Villain 1895 ; Vallet 1910), ses apports sont pris en compte dans la Carte archéologique de la Gaule (Cag), notamment lorsqu’ils confirment ou affinent le récit géohistorique traditionnel de la rive droite (Busson 1998 : 50-53) : les trois monceaux Saint-Germain l’Auxerrois, Saint-Merri et Saint-Gervais sont des buttes naturelles qui auraient déterminé l’occupation humaine sur la rive droite à partir du haut Moyen Âge (Dion 1961 ; Rouleau 1988 : 40-41, carte I ; Busson 1998 : 53).

Fig. 1

Fig. 1

Relief antérieur à l’urbanisation d’après Vincent Krier

  • 2 Nous remercions vivement Cyril Castanet de son analyse, qui reste à approfondir. Seule la constitut (...)

4Cependant, Didier Busson n’a pas relevé une discordance flagrante avec ce récit classique de la rive droite parisienne : non seulement le monceau Saint-Gervais, cité dans les textes dès 1137-1141 (Lasteyrie 1884 : nos 289 et 292 ; Lombard-Jourdan 1985 : 81-82, 118 ; Bautier 1981 : 46), ne constitue pas un relief naturel sur la carte de Vincent Krier, mais il est même franchement une dépression qui forme une vaste zone inondable suivant approximativement les rues François-Miron et Saint-Paul. Cette contradiction, qui ne peut résulter des inévitables déformations dues au géo-référencement du plan de Vincent Krier, reste à l’heure actuelle inexpliquée. Dans le secteur de Saint-Gervais, une première vérification faite par Cyril Castanet2 sur les données sources de Vincent Krier (Atlas géologique, 1967) donne plutôt raison à la Cag et aux restitutions anciennes qu’à celles de Vincent Krier.

5Cependant, la géomorphologie restituée par ce dernier, à l’échelle plus grande du centre historique ancien, reste pertinente, notamment pour montrer la différence structurelle entre les deux rives, déjà relevée dans la bibliographie (Rouleau 1988 : 32, 40, carte I). La rive gauche se caractérise ainsi par une vaste zone humide, reculant l’espace non inondable à plus de 300 m au sud de l’actuelle berge, approximativement au niveau du boulevard Saint-Germain : de cette grande étendue marécageuse, un seul point haut émerge, Saint-Séverin, à partir duquel le réseau viaire se divise. À l’inverse, la rive droite se caractérise par une alternance d’anses et de reliefs bien marqués qui permettent de fixer plus près du fleuve non seulement des voies, mais aussi l’occupation du sol proprement dite : mouille à l’est du Louvre (futur port de l’École) jouxtant le monceau Saint-Germain, le monceau Saint-Jacques de la Boucherie jouxtant la mouille de la Grève.

6L’influence de ces deux mouilles s’est révélée durable pour la morphologie urbaine, mais de manière différente : la première a longtemps marqué la limite de la ville médiévale, alors que la seconde en a constitué le centre. Une petite bande de 180 m, centrée sur la mouille de l’École, et située entre l’église Saint-Germain-l’Auxerrois et la Cour carrée du Louvre, a d’abord attiré les débouchés dans le fleuve de l’enceinte du xe siècle et du rempart de Philippe Auguste (Noizet 2010 ; Noizet, Bove et Costa à paraître). Puis, à partir de 1853, suite au percement de la rue du Louvre dans la continuité de l’actuelle rue de Coligny, s’est formée, toujours dans ce secteur, une voie d’entrée importante sur la rive droite : cet axe de communication récent réactualise donc une discontinuité forte dans le tissu urbain.

  • 3 Ici, contrairement au secteur de Saint-Gervais, les isohypses du paléorelief de Théodore Vacquer et (...)

7Du côté de la Grève, l’influence morphologique de la mouille est très perceptible dans le réseau viaire et le parcellaire du début du xixe siècle (fig. 2). On repère ainsi une forme en amande dans le tracé des anciennes rues de la Coutellerie et de la Tixeranderie, qui sont attestées au plus tard en 1300 et encore existantes telles quelles dans le premier tiers du xixe siècle. Au nord, entre les îlots de la rue de la Tixeranderie et de la Verrerie, on retrouve un écho de cette forme remarquable dans les limites parcellaires et bâties à l’intérieur des îlots. Or, cette forme est concordante avec celle des courbes de niveau du relief ancien restituées par Théodore Vacquer3.

Fig. 2

Fig. 2

Héritages viaires et parcellaires de la mouille de la Grève

8Il nous semble que cette scansion morphologique résulte de la prégnance de la mouille de la Grève, qui a durablement conditionné le tissu urbain dans ce secteur, avant que celui-ci ne soit profondément remodelé par le percement de la rue de Rivoli en 1848-1854. L’accès à la Grève, et donc à la Seine, structure l’espace urbain de la rive droite.

9Dans la perspective du grand basculement urbain de la rive gauche à la rive droite, qui s’effectue au cours du haut Moyen Âge, on peut ainsi poser comme hypothèse qu’un changement culturel dans le rapport à l’eau prime sur les arguments militaires et économiques, déjà évoqués mais peu convaincants (Fleury 1974 : 38-39). Il ne s’agit pas de reprendre l’idée, effectivement critiquable, selon laquelle le changement de rive du site parisien serait dû au déplacement des grands épicentres politiques (en gros de la Méditerranée à la mer du Nord, ou de Rome à Aix-la-Chapelle), mais de souligner que le choix des populations parisiennes de mettre à profit les potentialités fluviales de la rive droite, à partir du haut Moyen Âge, participe à l’explication du déplacement de la centralité urbaine du sud vers le nord.

10Un premier avantage de la rive droite pour la navigation montante a été mis en valeur (Beaudoin 2000 : 46) : la concavité de la rive nord, en aval du port de Grève, qui conditionne ainsi la présence du chenal profond et du chemin de halage à l’arrivée dans Paris. Les binômes reliefs/mouilles décrits ci-dessus offrent comme autre avantage la possibilité de s’installer au sec tout près de l’eau en régime hydrologique normal, mais également lors des crises fluviales où les débits liquides excédentaires ont probablement dû être en partie absorbés par la dépression marécageuse héritée du grand paléoméandre, qui encerclait l’ensemble de la rive droite (de l’Arsenal au pont de l’Alma en passant aux pieds des collines de Belleville et Montmartre). Son rôle de chenal de défluviation, attesté à l’époque mérovingienne, a sans doute fonctionné au moins jusqu’au milieu du xiie siècle (Kleindienst 1963 ; Noizet, Robert et Mirlou à paraître). Au contraire, compte tenu des caractéristiques géographiques de la rive gauche (montagne Sainte-Geneviève dominant une vaste zone basse au contact du fleuve), la bordure du fleuve devait y être plus humide et ennoyée plus régulièrement lors des crues, d’autant plus qu’il n’existait pas de grand exutoire pour évacuer le trop plein des eaux.

11La rive droite, plus adaptée pour vivre de manière pérenne au sec à proximité des zones d’accostage des bateaux, présente donc des atouts structurels plus favorables au commerce fluvial que la rive gauche. Or, force est de constater que, malgré l’importance du trafic fluvial gallo-romain et de la corporation des Nautes, ces éléments ne furent pas considérés comme décisifs à l’époque antique, puisque le centre de la ville était alors installé sur la Montagne Sainte-Geneviève. L’occupation urbaine n’a atteint la Seine que dans un second temps (Duval 1961). Si changement dans le rapport au fleuve il y a, sa nature serait donc plus culturelle que physique, dans la mesure où les caractéristiques géographiques, ici très grossièrement synthétisées, n’ont pas fondamentalement changé entre l’Antiquité et le Moyen Âge central : les sociétés qui se sont succédé sur le site parisien n’ont ainsi pas valorisé les mêmes potentialités physiques.

12Par ailleurs, on observe qu’au cours du Moyen Âge, les inconvénients hydrologiques de la rive droite pour l’approvisionnement d’une population urbaine d’importance ont été compensés. Contrairement à la rive gauche qui dispose de petits affluents de la Seine équipés d’infrastructures hydrotechniques telles que moulins et pêcheries (d’amont en aval : Bièvre, Petite Seine à Saint-Germain-des-Prés, rû du Bac), la rive droite ne dispose pas d’écoulements pouvant facilement être artificialisés et favorables au développement d’un certain artisanat. Or, à partir des ixe-xie siècles, cette absence a été compensée par des moulins utilisant directement l’eau du fleuve (moulins-bateaux) et accrochés aux ponts sur la Seine (moulins-pendants). Au xve siècle, la Seine aurait fait ainsi fonctionner une soixantaine de moulins, contre moins d’une dizaine pour la Bièvre (Berthier 2000).

13Un travail récent illustre, a posteriori, le rôle structurant du fleuve dans le tissu urbain de la rive droite : après avoir dépouillé toutes les données des fouilles de la Commission du Vieux-Paris (Cvp) et de l’Inrap pour les quatre premiers arrondissements, Léa Hermenault a spatialisé, dans le Sig d’Alpage, les vestiges archéologiques viaires de la Protohistoire à la fin du Moyen Âge. Sa cartographie (fig. 3) montre que la quasi-totalité des vestiges archéologiques du réseau viaire médiéval concerne des structures qui offraient un accès au fleuve, parmi lesquelles quatre anciennes ruelles parallèles entre elles, une rampe d’accès au fleuve, une structure interprétée comme une « descente vers la Seine », et un niveau viaire perpendiculaire au fleuve (Hermenault 2010 : 101-102). Ces éléments, datés principalement du bas Moyen Âge, sont donc littéralement branchés sur le fleuve. Or, le contraste est net avec les éléments du réseau viaire antique, retrouvés dans ce secteur : aucun n’est lié à la Seine, excepté le cardo qui traverse le fleuve. On ne peut arguer de l’insuffisance des données archéologiques (même si elles restent ténues) car les travaux des lignes 4 et 7 du métro avaient été l’occasion de nombreuses fouilles en bord de Seine et que la période antique a été privilégiée dans certaines stratégies de fouilles parisiennes (Busson 1998). Ainsi, même en faible nombre, les vestiges archéologiques de type viaire montrent que les communications avec la Seine étaient plus développées rive droite à la fin de la période médiévale qu’à l’époque gallo-romaine. Cette prépondérance des rues ayant une relation directe au fleuve à la fin du Moyen Âge confirme, a posteriori, que l’intérêt de la population parisienne pour la rive droite du fleuve s’est accru au cours du haut Moyen Âge.

Fig. 3

Fig. 3

Structures archéologiques des réseaux viaires antique et médiéval

La diagonale de la Grève aux Halles : une bifurcation durable du système viaire protohistorique et gallo-romain

14Outre cette courbe des rues Tixeranderie-Coutellerie, le réseau viaire du centre ancien de la rive droite comporte d’autres spécificités morphologiques remarquables.

15Bernard Rouleau avait déjà souligné la présence ancienne, sans doute protohistorique, du grand axe est-ouest, qui emprunte dans Paris les rues du Roi-de-Sicile, de la Verrerie, des Lombards et Saint-Honoré, et qui se poursuit, au niveau régional, vers Nanterre puis Rouen à l’ouest et vers Sens à l’est (fig. 4). Ce chemin rural, certainement antérieur à l’urbanisation de Paris, est en retrait des berges inondables, à environ 300-350 m au nord de l’actuelle Seine (Rouleau 1988 : 47). Au nord de cet axe, le réseau viaire se développe de manière relativement orthogonale, avec un quadrillage articulé sur les deux voies d’origine romaine ouvrant vers le nord (rues Saint-Martin et Saint-Denis), tandis qu’au sud, la configuration en est très différente, essentiellement marquée par des limites viaires curvilignes. L’une d’elles, particulièrement longue, recoupe la forme en amande précédente et correspond à l’enfilade des rues médiévales suivantes : rue Jean-de-l’Espine, Jean-Pain-Mollet, des Écrivains, de la Heaumerie, de la Cordouannerie et de la Limace. Ces rues, ainsi attestées dans le rôle de taille de 1300, existaient encore au début du xixe siècle, avec un même tracé et quasiment les mêmes noms (Bourlet et Bethe à paraître). Cette enfilade fait se rejoindre la place de Grève et le sud de la rue Saint-Honoré, au sud des Halles.

Fig. 4

Fig. 4

Principaux tracés viaires en rive droite

16En outre, le grand chemin protohistorique est-ouest est brutalement interrompu au niveau de Sainte-Opportune. La rue des Lombards s’arrête sur cette église et un décrochement important, vers le nord ou le sud, est nécessaire pour récupérer ce chemin au niveau de la rue Saint-Honoré (fig. 4). Si Bernard Rouleau notait que cette solution de continuité était liée à l’enceinte des xe-xie siècles de la rive droite, celui-ci ne relève pas qu’à l’autre extrémité de la rue interceptée par l’enceinte (rue du Bourg-Tibourg), il n’y a pas de rupture similaire à celle de Sainte-Opportune : à elle seule, la présence de cette enceinte ne suffit donc pas à en rendre compte.

17Enfin, une précédente analyse des orientations du parcellaire Vasserot a montré la prégnance de l’orientation romaine à 60-75° E (Robert et al. à paraître). Cette trame parcellaire, dont le morphogène est l’ancien cardo romain (rues Saint-Jacques et Saint-Martin), structure aussi bien la rive gauche que la rive droite (fig. 5). Or, pour être dominante, cette orientation romaine, qui s’est principalement développée sur la rive droite à l’époque médiévale, n’en reste pas moins localement très discontinue, avec des absences particulièrement importantes (fig. 5) dans le secteur nord de la place de Grève, au sud de Saint-Jacques de la Boucherie et au sud-ouest de Sainte-Opportune. Ces ruptures suggèrent la concurrence d’une autre logique de circulation que celles héritées de l’occupation protohistorique et antique.

Fig. 5

Fig. 5

Rupture de la trame parcellaire héritée de l’Antiquité sur la rive droite

18Ces trois spécificités morphologiques (l’enfilade curviligne des rues, le décrochement de Sainte-Opportune, les ruptures de la trame romaine) nous semblent s’expliquer par l’émergence d’un nouvel itinéraire structurant ce secteur, la liaison Grève-Champeaux, formant une diagonale qui prend effectivement à rebours l’orientation romaine. Il n’a pu émerger que lorsque le port de la Grève et le marché des Halles sont devenus les principaux pôles d’attraction des flux de la rive droite, soit à partir du Moyen Âge central (Lombard-Jourdan 2009). Cet itinéraire a dû se frayer un chemin dans un espace urbain en cours de densification et dont les structures existantes renvoyaient à une logique de circulation visant à longer et traverser la Seine.

  • 4 BHVP, papiers Vacquer, ms. 237, fol.

19Cet axe semble avoir eu pour destination un autre point d’occupation important de la rive droite au cours du haut Moyen Âge, Saint-Jacques de la Boucherie, contribuant ainsi à donner un aspect curviligne à cette diagonale, alors que Saint-Bon, déjà attestée du temps de saint Éloi (Duval et al. 1992 : 127), est délaissée au nord. Le premier état de Saint-Jacques de la Boucherie, qui remonte au xe siècle d’après Théodore Vacquer, n’est 4pas antérieur au règne de Charles le Simple dans la mesure où une monnaie frappée en son nom à Melle a été retrouvée, incorporée dans la maçonnerie même des substructions de l’édifice primitif. Des fouilles récentes, menées entre octobre 2008 et janvier 2009, confirment l’ancienneté de la fonction artisanale de ce quartier de potiers (Lagarde et al. 2011). Un important site de production céramique du ixe ou du début du xe siècle a en effet été mis au jour : les fosses à déchets, découvertes sous les allées du square actuel, ne contenaient pas moins d’une tonne de céramique carolingienne, essentiellement des ratés de cuisson.

20La liaison avec le secteur des Saints-Innocents et des Halles se faisait, au niveau de l’enceinte des xie-xiesiècles, par deux voies quittant la rue de la Limace pour déboucher rue Saint-Honoré : la rue des Déchargeurs et la rue des Bourdonnais. Les carrefours formés par la rue Saint-Honoré avec la rue des Déchargeurs puis avec la rue de la Lingerie (face au côté occidental du cimetière) étaient des places de marché bien connues à la fin du Moyen Âge, la place aux Chats et la vieille place aux Pourceaux (Lombard-Jourdan 2009 : 180).

21Au vu de sa morphologie, cet axe n’est donc pas une surimposition planifiée (type boulevard de Louis XIV ou percée haussmannienne), mais résulte d’une évolution de la pratique socio-économique, caractérisée par une réorientation des principaux flux de circulation. Si nous ne pouvons mesurer plus précisément la réification progressive de cet itinéraire entre l’Antiquité tardive et le xiie siècle, il n’en constitue pas moins une bifurcation efficace et durable du système viaire : cette liaison a reconfiguré le réseau préexistant, et sa morphologie est restée inchangée durant tout l’Ancien Régime. Sa forte résilience est due à la pérennité du fonctionnement économique parisien fondé sur la primauté de la Grève comme lieu de débarquement des produits et sur le monopole des Halles comme lieu des échanges. Elle peut être représentée sous la forme d’un corridor, en relevant toutes les parcelles plus ou moins exclues de l’orientation dominante, dans une logique de connexité à partir de l’axe viaire (fig. 6).

Fig. 6

Fig. 6

Discordance parcellaire de l’axe Grève-Halles

22On ne sait pas précisément dater le début de la Grève et des Halles : il est probable que la première a servi de port dès l’époque gallo-romaine (Capitan 1901 ; Benoit 2000), tandis que la reconnaissance royale du marché des Halles de 1136-1137 ne fait que sanctionner un marché existant depuis une période inconnue (Lombard-Jourdan 2009 : 15-19). Mais plusieurs éléments convergent pour dater la réification finale de cet itinéraire, telle que nous pouvons la repérer dans l’espace urbain du xive au xixe siècle, au plus tôt du xie siècle, et plus certainement de la première moitié du xiie.

23Tout d’abord, le début de la rue Jean-de-l’Épine, point de départ de l’itinéraire place de Grève, se démarque nettement par l’avancée de la rue de la Vannerie vers la place (fig. 2). Or, ce décrochement s’explique par la présence de l’eau à cette hauteur jusqu’aux xie-xiie siècles. Un mouillage, suggéré par la cartographie de Théodore Vacquer, a été vérifié par un sondage fait au milieu de la place de l’Hôtel-de-Ville (Capitan 1901) (fig. 2) : il a révélé une couche de limon noir tourbeux avec de nombreux débris de végétaux aquatiques, et ne contenait que du matériel gallo-romain (débris de céramiques et retailles de cuirs). La couche tourbeuse atteste la présence d’un milieu humide calme, donc en retrait du chenal principal du fleuve, qui est exploité à l’époque gallo-romaine pour la tannerie. La berge devait donc se trouver un peu plus au nord sans que l’on sache où précisément. La couche sus-jacente ne comporte que des débris de constructions avec mortiers de chaux et plâtre, et de la céramique datée des xie-xiiie siècles : elle témoigne donc, à cet endroit précis, d’une transformation médiévale de l’occupation, caractérisée par les progrès de l’espace urbain au détriment de la zone humide. Selon L. Capitan, l’absence totale de déchets céramiques des xie-xiiie siècles dans la couche tourbeuse suggère que ce secteur n’a été exondé que tardivement, au plus tôt à partir des vie-viie siècles et au plus tard aux xie-xiie siècles comme le montre la couche supérieure. Jusqu’à hauteur de la rue de la Vannerie, on a donc encore les pieds dans l’eau jusqu’aux xie-xiie siècle, ce qui explique le décrochement de la rue Jean-de-l’Épine.

24Ensuite, à l’autre extrémité de la diagonale, l’enceinte primitive de la rive droite, observée archéologiquement 15 rue du Temple puis, 140 rue de Rivoli (Prié 1997 ; Peixoto et Celly 2011), a impliqué une logique de fermeture au moins jusqu’au xie siècle inclus. Rue de Rivoli, à un premier état de l’enceinte, datable uniquement par un terminus ante quem de 997-998 (Noizet 2010), a succédé un deuxième état, correspondant à une réfection du fossé au xie siècle. Le fossé d’enceinte n’a été transformé en voie qu’au xiie siècle, comme l’attestent des niveaux de voiries sommaires mais tout de même travaillés : cet axe n’est pas un simple sentier tracé par le piétinement, mais une voie constituée de matériaux rapportés et comportant de nombreuses empreintes de pas de chevaux ou d’ânes. La logique de fermeture de l’enceinte, qui conserve sa fonction défensive jusqu’au xie siècle inclus, rend peu probable la mise en place de l’itinéraire en diagonale avant le début du xiie. Un autre élément intéressant, livré par la fouille de la rue de Rivoli, réside dans la faible durée d’utilisation de cette voie fabriquée dans le fossé. Elle disparaît en effet dans le courant du xiie siècle, au profit d’une carrière de sables exploitée jusqu’au xiiie, ce secteur étant finalement colonisé par de l’habitat à partir de la fin du xiiie siècle (hôtel de Pontis). La disparition rapide de cette voie observée archéologiquement est parfaitement cohérente avec l’absence de voie, en 1300 comme en 1810-1836, entre l’extrémité occidentale de la rue de la Limace et la rue des Fossés-Saint-Germain-l’Auxerrois. Dans ce secteur, entre la rue de l’Arbre-Sec et la rue des Bourdonnais, la voirie mise en place sur le fossé d’enceinte n’a pas constitué une modification durable des flux, contrairement au tracé qui aboutit à la rue de la Limace. Ceci confirme la prééminence des Halles comme point d’aboutissement de l’itinéraire.

25Enfin, une dernière série d’arguments textuels convergent pour une datation de l’itinéraire en diagonale de la première moitié du xiie siècle. Plusieurs actes royaux prouvent une forte réorganisation des lieux d’approvisionnement entre 1136 et 1142, qui officialisent en quelque sorte la repolarisation du tissu urbain selon cette diagonale (Lombard-Jourdan 2009 : 18-19) : reconnaissance par le roi Louis VI du marché des Halles avec partage des profits avec l’évêque, en 1136-1137 (Lasteyrie 1884 : n° 264, 271) ; maintien de la place de Grève, en 1141-1142, comme espace vide conformément aux souhaits de la population qui veut continuer d’y débarquer les marchandises (Lasteyrie 1884 : n° 289). Dans les diplômes, apparaît donc une nette spécialisation entre la Grève, ce « vieux marché » qui doit rester le port de débarquement des produits, et les Halles, le « nouveau marché », qui va progressivement acquérir un quasi-monopole sur la vente des denrées. Tous les indicateurs convergent donc pour dater de la première moitié du xiie siècle la réorganisation du réseau viaire de la rive droite.

26Pour finir, il faut souligner que cette temporalité tardive explique la rupture du grand chemin protohistorique de la rue Saint-Honoré au seul niveau de Sainte-Opportune (et non pas au Bourg-Tibourg) : le responsable en est le décalage temporel entre la fermeture de l’enceinte, au plus tard fin xsiècle, et le développement de cette diagonale à partir de la première moitié du xiie siècle. La fermeture imposée par l’enceinte a d’abord favorisé l’expansion de l’habitat qui vient s’adosser jusqu’à l’enceinte elle-même et, notamment, autour de l’église Sainte-Opportune. Lorsque l’enceinte perd sa fonction défensive, la connexion viaire entre la rue Saint-Honoré et la rue des Lombards a pu être rétablie. Ceci probablement à partir du début du xiie siècle. Mais alors, il est trop tard : à cette époque, il y a vraisemblablement un habitat un peu dense dans le secteur de Sainte-Opportune, trop compliqué à éclater (il faudrait négocier et obtenir l’accord de chaque habitant et de chaque propriétaire, ce qui est difficile lorsque leur nombre est important). Surtout, les préoccupations ont changé : désormais, l’accès au marché compte plus que la liaison est-ouest. Celle-ci est donc localement réaménagée en fonction de cette nouvelle contrainte de liaison entre la Grève et les Halles qui n’a pas son équivalent à l’est, du côté du Bourg-Tibourg. L’ancien chemin rural est-ouest peut, là, reprendre ses droits lorsque l’enceinte est progressivement abandonnée.

27En conclusion, la prise en compte de la morphologie urbaine (réseau viaire, trame parcellaire), ainsi que le croisement des données archéologiques, textuelles et planimétriques permettent de mieux cerner l’évolution de l’espace urbain sur la rive droite. Cette évolution est décisive puisqu’elle intervient à une époque charnière de l’histoire urbaine, qui a vu entre l’Antiquité et le Moyen Âge central le centre se déplacer de la rive gauche à la rive droite. De nouveaux rapports au fleuve, de nature culturelle et non pas physique, semblent participer de ce mouvement et conditionnent également la transformation durable du système viaire. Cette capacité à proposer un nouveau discours historique repose aussi sur des acquis conceptuels, tels ceux de l’archéogéographie : décalages spatio-temporels, hybridation des formes, bifurcation de systèmes spatiaux, intentionnalité des acteurs intégrée dans une analyse en termes de pôle, flux et tracé (Chouquer 2007 ; Robert 2003).

Haut de page

Bibliographie

Bautier, R.-H. 1981. « Paris au temps d’Abélard », in : Abélard en son temps. Actes du colloque international organisé à l’occasion de la naissance de Pierre Abélard (14-19 mai 1979). Paris, Les Belles-Lettres : 21-77.

Beaudoin, F. 2000. « Histoire fluviale », in : La Seine et Paris. Paris, Action artistique de la ville de Paris : 44-49.

Benoit, P. 2000. « Ports et quais », in : La Seine et Paris. Paris, Action artistique de la ville de Paris : 50-52.

Berthier, K. 2000. « Les moulins sur la Seine à Paris au Moyen Âge : origines et évolutions techniques », in : P. Galetti & P. Racine (éd.), I mulini nell’Europa medievale. Atti del Convegno di San Quirino d’Orcia (21-23 septembre 2000). Bologne, Clueb (Biblioteca di storia agraria medievale) : 217-232.

Bourlet, C. & A.-L. Bethe. À paraître. « Création des plans de référence pour la fin du Moyen Âge : îlots, voierie, paroisses et quêtes », in : H. Noizet, B. Bove & L. Costa (éd.), Paris de parcelles en pixels : des plans Vasserot au SIG, Actes du colloque de Paris, 7-8 juin 2010. Alpage, Presses Universitaires de Vincennes.

Busson, D. 1998. Paris, 75. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Carte archéologique de la Gaule), 609 p.

Capitan, L. 1901. « Étude du sous-sol de la place de l’Hôtel-de-Ville au moyen de quatre puits d’exploration. La question du port de Lutèce », in : Procès-Verbal de la Commission du Vieux Paris, séance du 10 octobre 1901. Paris, Département d’Histoire de l’Architecture et Archéologie de Paris : 141-145.

Chouquer, G. 2007. Quels scénarios pour l’histoire du paysage ? Orientations de recherche pour l’archéogéographie. Coimbra/Porto, Centre d’études archéologiques des Universités de Coimbra et Porto, 405 p.

Dion, R. 1961. « Le site de Paris dans ses rapports avec le développement de la ville », in : Paris, croissance d’une capitale. Paris, Hachette (Colloques. Cahiers de civilisation) : 17-39.

Duval, N., P. Périn & J.-C. Picard. 1992. « Paris », in : J.-C. Picard (éd.), Province ecclésiastique de Sens (Lugdunensis Senonia). Paris, de Boccard : 97-129.

Duval, P.-M. 1961. Paris antique des origines au IIIe siècle. Paris, Hermann, 372 p.

Fleury, M. 1974. « Paris sous le Bas-Empire et pendant le haut Moyen Âge», in : « Dans le sol de Paris », Les dossiers de l’archéologie, 7 : 32-39.

Hermenault, L. 2010. Le réseau viaire médiéval parisien, Mémoire de master, Paris, Université de Paris 1, 134 p.

Kleindienst, T. 1963. « La topographie et l’exploitation des “Marais de Paris” du xiie au xviisiècle », Paris et Île-de-France – Mémoires (14, 1963) : 7-167.

Lagarde, F., A. Lefèvre, C. Martin & C. Brut. (en cours). Square de la tour Saint-Jacques. Rapport de fouilles (octobre 2008-janvier 2009). Paris, Département d’Histoire de l’Architecture et Archéologie de Paris.

Lasteyrie, R. de. 1884. Cartulaire général de Paris ou recueil de documents relatifs à l’histoire et à la topographie de Paris, Paris, Imprimerie nationale, 630 p.

Lombard-Jourdan, A. 1985. Aux origines de Paris : la genèse de la rive droite jusqu’en 1223. Paris, éd. du Cnrs, 224 p.

2009. Les Halles de Paris et leur quartier (1137-1969). Paris, École nationale des Chartes (Études et rencontres de l’École des Chartes, 28), 245 p.

Noizet, H. 2008-2009. « Les plans d’îlots Vasserot, support d’un système de l’information géographique historique de Paris ». EAV, La revue de l’École nationale supérieure d’Architecture de Versailles, 14 : 86-95.

2010. « La localisation de l’enceinte primitive de la rive droite à Paris : bilan et perspectives », Bulletin de la Société d’histoire de Paris et de l’Île-de-France, n° 135-136 : 1-9.

Noizet, H., B. Bove & L. Costa. À paraître. Paris de parcelles en pixels : des plans Vasserot au SIG Alpage. Paris, Presses universitaires de Vincennes.

Noizet, H., S. Robert & L. Mirlou. À paraître. « La transmission des formes : l’exemple du paléoméandre de la Seine sur la rive droite à Paris », Annales. Histoire, Sciences sociales.

Peixoto, X. & P. Celly. 2011. Île-de-France, Paris 1er, 140a rue de Rivoli. La première enceinte de la rive droite à Paris. Rapport final d’opération. Saint-Denis, Inrap Centre-Île-de-France, 140 p.

Prié, A. 1997. Un fossé d’enceinte 15 rue du Temple (Paris IVe). DFS de sauvetage urgent, Saint-Denis, Afan, 21 p. hors annexe.

Robert, S. 2003. « Comment les formes se transmettent-elles ? », Études rurales, n° 167-168 : 115-132.

Robert, S., H. Noizet, E. Grosso & P. Chareille. À paraître. « Éléments d’analyses morphologiques du parcellaire ancien de Paris », in : H. Noizet, B. Bove & L. Costa, Paris de parcelles en pixels, op. cit.

Rouleau, B. 1988. Le tracé des rues de Paris : formation, typologie, fonctions. Paris, éd. du Cnrs, 131 p.

Vallet, E. 1910. « Plan du relief du sol antique de Paris », in : Procès-Verbal de la Commission du Vieux Paris. Paris, Département d’Histoire de l’Architecture et Archéologie de Paris : 3-21.

Van Ossel, P. (dir.). 1998. Les jardins du Carrousel (Paris). De la campagne à la ville : la formation d’un espace urbain. Paris : Maison des sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française, 73), 379 p.

Villain, G. 1895. Rapport sur une demande de crédits supplémentaires pour la reconstruction de la mairie du Xe arrondissement. Paris, Imprimerie municipale.

Haut de page

Notes

1 Voir en ligne le site Alpage : http://alpage.tge-adonis.fr/

2 Nous remercions vivement Cyril Castanet de son analyse, qui reste à approfondir. Seule la constitution d’une base de données morphostratigraphiques, intégrant les différents niveaux sédimentaires des sondages, et modélisant des degrés d’incertitudes satisfaisants, permettra de résoudre la contradiction. Rappelons en effet que les fouilles du Carrousel avaient démenti un autre élément du discours géohistorique traditionnel, la zone basse du Louvre, qui se révèle en réalité être un bourrelet d’alluvions anciennes, insubmersible et sec (Van Ossel 1998 : 26-39).

3 Ici, contrairement au secteur de Saint-Gervais, les isohypses du paléorelief de Théodore Vacquer et Vincent Krier sont similaires, les divergences de forme ou de valeur restant mineures et relatives. Nous avons reporté les courbes de niveau de Théodore Vacquer, compte tenu des difficultés d’interprétation de la carte de Vincent Krier, immédiatement à l’est de l’Hôtel de Ville.

4 BHVP, papiers Vacquer, ms. 237, fol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Relief antérieur à l’urbanisation d’après Vincent Krier
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1529/img-1.png
Fichier image/png, 108k
Titre Fig. 2
Légende Héritages viaires et parcellaires de la mouille de la Grève
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1529/img-2.png
Fichier image/png, 93k
Titre Fig. 3
Légende Structures archéologiques des réseaux viaires antique et médiéval
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1529/img-3.png
Fichier image/png, 78k
Titre Fig. 4
Légende Principaux tracés viaires en rive droite
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1529/img-4.png
Fichier image/png, 73k
Titre Fig. 5
Légende Rupture de la trame parcellaire héritée de l’Antiquité sur la rive droite
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1529/img-5.png
Fichier image/png, 115k
Titre Fig. 6
Légende Discordance parcellaire de l’axe Grève-Halles
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1529/img-6.png
Fichier image/png, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Noizet, « Les relations entre la ville et le fleuve à Paris de l’Antiquité gallo-romaine au Moyen Âge central », Les nouvelles de l'archéologie, 125 | 2011, 32-40.

Référence électronique

Hélène Noizet, « Les relations entre la ville et le fleuve à Paris de l’Antiquité gallo-romaine au Moyen Âge central », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 125 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/1529 ; DOI : 10.4000/nda.1529

Haut de page

Auteur

Hélène Noizet

Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop
helene.noizet@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org