Navigation – Plan du site
Dossier

Modes de vie des Précolombiens des Antilles françaises

Synthèse des données archéozoologiques
Sandrine Grouard
p. 91-101

Texte intégral

1Cet article a pour objectif de présenter une synthèse sur les relations entre les Amérindiens et les animaux (alimentaires ou symboliques) au cours des grandes phases culturelles précolombiennes dans les Petites Antilles françaises, en fonction des principaux sites archéologiques ayant livré des restes de faune non coquilliers : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, crustacés et échinodermes.

2En effet, les restes de ces animaux terrestres et marins sont des témoins directs des interactions qui ont joué entre les sociétés humaines et animales entre 5000 av. J.-C. et 1500 apr. J.-C. Principalement originaires du bassin de l’Orénoque (Venezuela), les Précolombiens ont peuplé l’archipel des Petites Antilles en plusieurs mouvements de colonisation ou d’expansion, à partir de 7000 av. J.-C. Regroupés en communautés nomades, ils étaient à la fois pêcheurs, chasseurs, collecteurs, cueilleurs et horticulteurs itinérants sur brûlis. Leurs modes de production et de consommation alimentaires sont présentées ici pour chaque grande période culturelle (Précéramique, céramique Saladoïde, céramique post-Saladoïde ancienne et récente), avec les systèmes techniques qui leur sont liés.

3Bien que leur base alimentaire soit fondamentalement liée à l’environnement insulaire et marin, ils ont cependant fait des choix culturels au cours de chaque période : les composants varient en quantité et en substance. Or, les modes de subsistance sont au cœur d’un débat de longue date sur les sites précolombiens des Antilles. En effet, l’analyse des comportements alimentaires est un puissant révélateur des structures et des évolutions des rapports sociaux et culturels (Mauss 1923-1924). Par conséquent, l’étude de l’alimentation et du système technique d’exploitation des animaux, par la méthode de l’archéozoologie, permet non seulement d’identifier les espèces animales qui ont été en relation directe avec les groupes humains, mais également d’établir la nature de leurs relations. Elle révèle la raison de la présence des espèces sur un site (pêche, chasse, collecte, commensalisme, charognage, apprivoisement, domestication, élevage, transformation, consommation, échanges, etc.) et l’usage qui en a été fait (nourriture, énergie, rites, manifestations artistiques, etc.). L’identification et l’analyse des restes de faune autorisent donc la formulation d’hypothèses sur l’alimentation de chaque groupe culturel, sur l’importance de chaque technique d’exploitation des animaux et sur les différents modes de gestion de ces ressources.

4Par ailleurs les études archéozoologiques permettent d’envisager les restes animaux dans une vision large, là où les autres disciplines archéologiques sont mises à contribution, notamment la sphère symbolique (Chaix et Méniel 1996). Les animaux sont alors des éléments de l’espace archéologique, un lien entre le milieu naturel et le milieu culturel (Poplin 1983 ; Vigne 1998 ; Collectif 1999).

5Enfin, ces études contribuent aussi à l’historique du peuplement animal de l’archipel caribéen (déplacements, introductions, surexploitation, extinctions) et à la reconstitution de l’impact anthropique sur les paysages insulaires, côtiers et marins.

  • 1  Les responsables d’opération et les publications liées à chaque site sont présentées dans le table (...)

6Quelques exemples issus d’une vingtaine de sites1 martiniquais (Dizac, les Salines, Anse Trabaud, Paquemar, Macabou), guadeloupéens (Embouchure de la Rivière de Baillif, Cathédrale de Basse-Terre, Anse à la Gourde, Morel, Pointe du Helleux, Grande Anse de Terre-de-Bas, Folle Anse de Marie-Galante, Petite Rivière de la Désirade) et saint-martinois (Baie Orientale, Hope Estate, Baies aux Prunes, Pointe du Canonnier) illustreront les principaux résultats dans différents contextes archéologiques échelonnés sur plus d’un millénaire (tableau 1) : depuis les premières colonisations de l’archipel par des populations précéramiques jusqu’à la période de contact avec les premiers Européens, en passant par les migrations et / ou évolutions culturelles céramiques successives. Enfin, cette présentation permet également de faire le point sur les principales lacunes de la recherche aux Antilles et sur les contributions nécessaires dans un avenir proche.

Tableau 1

Tableau 1

Présentation des sites

Cultures caraïbes archéologiques et modes de vie

  • 2  Rouse identifie les populations et leurs cultures par des séries et des sous-séries céramiques à d (...)

7L’histoire culturelle des Antilles est fondée sur un système taxinomique de classification de la poterie développé par I. Rouse2 (1939, 1992). La Préhistoire de cette région est mal connue, notamment les phénomènes de colonisation des îles, les origines des populations culturelles et les périodes de colonisation.

8Par ailleurs, aux Antilles, les recherches archéologiques sur la nourriture des Précolombiens portent essentiellement sur l’aspect nutritionnel de l’alimentation. Ces recherches permettent également de reconstituer les écosystèmes exploités par des analogies avec des données actuelles de biogéographie et d’écologie (Wing et Reitz 1982 ; Wing 2001b). On a pu constater que les Précolombiens avaient essentiellement ramassé les végétaux et capturé les animaux dans un territoire de 3 à 5 km autour des sites qu’ils occupaient (Wing et Scudder 1983 ; Wing et Wing 2001) et que la localisation biogéographique de ces derniers (îles calcaires / îles volcaniques) était déterminante (Stokes 1998). Les chercheurs ont travaillé sur les aspects culturels de la nutrition, sur les modes de capture et de ramassage, et sur les pratiques funéraires, puisque dans les offrandes se mêlent étroitement la Nature et la Culture (Sullivan 1981 ; Siegel 1989 ; Wing 1989 et 1994 ; Petersen 1997). Enfin, des études comparatives à l’échelle régionale ou microrégionale ont été réalisées en fonction des différentes périodes chronologiques de l’archipel, de façon à révéler les variations chrono-culturelles majeures (Wing et Wing 1995 ; Wing 2001a ; Grouard 2001a et 2003 ; Serrand 2002 ; Steadman et Stokes 2002 ; Newsom et Wing 2004).

Cultures Précéramiques

9Deux groupes majeurs ont occupé la Caraïbe à la période Précéramique (fig. 1) entre 5500 et 500 av. J.-C. (Ortoiroïde et Casimiroïde), notamment dans les Grandes Antilles, les Îles Vierges et les Petites Antilles septentrionales – Saint-Martin, Antigua, Saba, Saint Kitts, Guadeloupe, Martinique et Saint Vincent – (Rouse 1992 ; Keegan 1994 ; Wilson 2001). Mobiles, ces groupes ne produisaient pas de céramique. Si des coquillages ont été retrouvés en grande quantité sur ces sites, en revanche, les restes de vertébrés et de crustacés sont en faible quantité, ce qui s’explique en partie par les mauvaises conditions de conservation et par le faible nombre de gisements.

10Aux Petites Antilles, seuls quelques sites ont livré des informations sur le régime carné : Heywoods à la Barbade (Wing 2000), Twenty Hill et Jolly Beach à Antigua (Wing et al. 1968), Hichman’s Shell Heap à Nevis (Newsom et Wing 2004), Baie Orientale (Bonnissent et al. 2001), Étang Rouge (Bonnissent et al. 2005) et Norman Estate à Saint-Martin (Hofman et Hoogland 1999). La majorité des restes sont des mollusques utilisés ou réutilisés comme artefacts : leur destination initiale, alimentaire ou technologique, est donc difficile à établir. Quelques restes de crabes terrestres ont été collectés. Les restes de vertébrés sont essentiellement composés de poissons-perroquets du genre Sparisoma ; les autres espèces sont des poissons herbivores et carnivores vivant sur les récifs coralliens peu profonds et les environnements rocheux (fig. 2). Les rats des rizières sont également abondants. Ils sont accompagnés par quelques restes d’oiseaux littoraux, d’iguanes, de cétacés, de phoques moines et de tortues marines (Newsom et Wing 2004 ; Serrand et Bonnissent 2005 ; Grouard sous presse).

Fig. 1

Fig. 1

Périodes culturelles précolombiennes et gisements d’art rupestre

Cultures céramiques Saladoïdes

  • 3  Les traces les plus anciennes de la série saladoïde ont été identifiées au Venezuela au niveau du (...)
  • 4  Notamment les sites à éléments culturels de style La Hueca, rares, mais présents dans tout l’archi (...)

11Vers 500 av. J.-C., les pre-miers groupes fabriquant de la céramique, appelés Saladoïdes, ont colonisé l’archipel depuis le bassin de l’Orénoque au Venezuela jusqu’à l’est d’Hispaniola3 (fig. 1). Ils ont livré des artefacts homogènes pendant près d’un millénaire, mais des variations dans les styles décoratifs suggèrent des processus culturels complexes4.

12D’après les données actuelles, dès 200 av. J.-C. (phase cedrosan saladoïde ancienne), ces groupes ont occupé presque tout l’archipel, à l’exception des plus petites îles calcaires. Leur expansion a alors brusquement cessé et la grande culture Saladoïde s’est développée localement dans chaque île et pendant 1000 ans, entre les îles (Knippenberg 2001).

13Au ive siècle apr. J.-C. (phase cedrosan saladoïde modifiée ou récente), on observe une modification de la céramique, synchrone dans toutes les îles, sans doute liée à l’arrivée de groupes barrancoïdes à Trinidad.

14Nous prendrons comme exemple les résultats des analyses archéozoologiques réalisées à Saint-Martin avec le site de Hope Estate (Bonnissent, Hénocq et Stouvenot 2002 ; Grouard 2004), la Guadeloupe (Grouard 2001a et b ; Grouard 2005) avec l’Embouchure de la Rivière de Baillif (Gassies 1996), Cathédrale de Basse-Terre (Bonnissent 2002 et 2006), Morel (Hofman et al. 1999) et l’Anse à la Gourde (Hofman, Hoogland et Delpuech 2001), Marie-Galante avec Folle Anse (Chenorkian 1999) et la Martinique avec le site de Dizac (Grouard et Bérard 2005 ; Vidal 2002).

15Si les poissons sont dominants au cours du Saladoïde (~45 %), les crustacés (notamment les crabes terrestres Gécarcinidés) et les vertébrés terrestres (rats des rizières, agoutis, chiens, iguanes…) sont bien représentés (respectivement ~30 % et ~25 % chacun). Il y a une grande diversité des espèces de poissons (25 familles pour 44 taxons). Il en va de même au sein des vertébrés terrestres (14 familles pour 14 taxons). Nous pouvons constater que les économies de subsistance sont particulièrement ouvertes et diversifiées (fig. 2). Cette phase saladoïde correspond sans doute à une phase de diversification maximale de la subsistance (Grouard 2001a et 2003). À Dizac par exemple, 115 espèces appartiennent à des crustacés et des vertébrés, ce qui illustre une économie de subsistance assez généralisée et peu spécialisée. Par nombre d’individus, les crabes de terre viennent avant les thons et les carangues, mais les rats des rizières et les tortues marines sont également bien représentés (Grouard et Bérard 2005).

16La présence de poissons migrateurs pélagiques et de tortues marines indique une activité de capture saisonnière spécialisée. Les villages ont pu fonctionner toute l’année, en suivant un calendrier très précis : l’exploitation saisonnière des lagunes, des mangroves, des chenaux en eaux profondes et des plages de sable venait compléter celle, plus régulière, des coraux et surtout de la forêt environnante.

17Sur ces îles éloignées du continent, les Saladoïdes ont importé des plantes et des animaux d’Amérique du Sud : manioc, chiens, tatous, opossums, cochons d’Inde, agoutis, etc. (Wing et Wing 1997 ; Grouard et Vigne soumis 2007) tout en puisant dans les réserves naturelles : rats des rizières, colombes ou iguanes. Certaines espèces, comme les agoutis, les chiens et les rats des rizières, se sont établies dans presque toutes les îles des Petites Antilles, où elles ont fait l’objet d’une consommation régulière. Les îles, en effet, ont pu servir d’enclos naturel ou de « réserve de chasse » pour des animaux plus ou moins apprivoisés ou restés à l’état sauvage. Quelques-uns, tels les chiens, ont également pu partager l’univers symbolique des Précolombiens, car ils étaient parfois inhumés aux côtés des hommes, comme à Morel en Guadeloupe (Grouard 2001a). Par ailleurs, certains ossements d’animaux étaient travaillés, polis, incisés et gravés comme des plaques dorsales de tortues marines (fig. 3), des mandibules d’opossums ou encore, des tibias d’agoutis et de chiens.

Fig. 3

Fig. 3

Exemples d’éléments squelettiques modifiés, polis, gravés ou incisés

Dessins S. Grouard : 2001a

Cultures céramiques Ostionoïdes, Troumassoïdes et Suazoïdes

18Aux environs de 600/850 apr. J.-C. (fig. 1), des évolutions locales sont apparues, accompagnées par de nouvelles vagues de migration du sud vers le nord : les groupes à céramique post-saladoïde ont colonisé l’ensemble de l’arc insulaire. La plupart des styles distinctifs du Saladoïde ont disparu et les cultures se sont multipliées (Rouse 1992) : Ostionoïdes à Porto Rico ; Marmoran, Troumassoïdes dans les Petites Antilles septentrionales ; Suazan Troumassoïdes et Suazoïdes dans les Petites Antilles méridionales ; Dabajuroïde dans les îles continentales du Sud (Allaire 1977 ; Hofman 1993 ; Oliver 1997), la Guadeloupe formant limite entre les deux ensembles. Ces périodes sont caractérisées par l’appropriation de nouveaux territoires, le développement de nouvelles techniques agricoles (champs surélevés) et la mise en place progressive de sociétés hiérarchisées. La transition Saladoïde / post-Saladoïde en Guadeloupe (Grouard 2001a), avec l’exemple des sites de l’Anse à la Gourde (Hofman, Hoogland et Delpuech 2001), la Pointe du Helleux (Grouard, Hofman et Hoogland 1999), Petite Rivière de la Désirade (De Waal 1996) et Grande Anse de Terre-de-Bas (Hofman 1996), coïncide avec des variations du spectre ichtyologique. Les sites saladoïdes ont livré essentiellement des poissons coralliens, comme les poissons-perroquets (Scaridae) et les gorettes (Haemulidae), et des pélagiques, comme les thons (Scombridae) et les carangues (Carangidae). Leur proportion chute au cours des périodes suivantes. En revanche, les poissons chirurgiens (Acanthuridae) et les balistes (Balistidae) augmentent de façon continue, puis ils sont remplacés par les diodons (Diodontidae) et les cardinaux (Holocentridae). La taille des poissons capturés ne cesse de diminuer au cours des périodes (Grouard 2001a).

  • 5  Cette « dichotomie culturelle crabes et coquillages » (« Crab Culture » / « Shell Culture ») appar (...)

19L’étude5 menée par Wing et Wing (1995) et Wing (2001a et b) sur dix sites de Porto Rico, Saint-Thomas, Saint-Martin, Saba, Nevis et la Barbade montre que les crabes terrestres sont plus abondants dans les premiers dépôts céramiques. Dans les couches supérieures, on assiste à une augmentation des restes de vertébrés, de pagures et de coquillages, en parallèle à un fort déclin des crabes. Les tailles des crabes terrestres et des espèces coralliennes diminuent entre les premières et les dernières occupations. De plus, la diversité d’espèces tend à diminuer. Enfin, la raréfaction des carnivores est relayée par un recours accru aux omnivores et herbivores.

  • 6  Les raisons du déclin de la population naturelle de crabes sont discutées : période de sécheresse (...)

20En fait, la surexploitation des crabes et autres animaux côtiers (tortues marines, oiseaux littoraux, etc.) ne semble liée à aucune culture et ne s’explique par aucun effet climatique6.Elle tient plutôt à la durée d’occupation d’un site (Grouard 2001b) et à la richesse des biotopes exploités (Serrand 2002). Dans le cas d’une occupation unique ou première, l’économie est diversifiée, tous les éco-systèmes et un très grand nombre d’espèces animales sont exploités. Dans le cas d’une longue séquence d’occupation, les groupes humains concentrent peu à peu leur économie alimentaire sur l’exploitation de la côte, des lagons et des récifs coralliens, créant alors une surexploitation des espèces animales côtières, notamment des crabes (Grouard 2001b ; Grouard et Serrand 2002). Plus l’occupation du site a été longue, plus la moyenne du niveau trophique tend à diminuer (Wing 2001a et b). Ainsi, la dichotomie « crabes / coquillages » n’apparaît-elle qu’au cours du Saladoïde final, en raison d’un plus grand nombre de sites à longue séquence d’occupation.

21Dans les Petites Antilles, dès le Troumassoïde ancien, puis au cours du Troumassoïde récent et, enfin, au cours du Suazoïde ancien et récent, les poissons (~65 %), les crustacés et les échinodermes dominent très nettement. La diversité des espèces de poissons est beaucoup plus basse au cours du Troumassoïde qu’au cours du Saladoïde (33 taxons). Il en va de même pour les tétrapodes, avec seulement 9 taxons dont une majorité de tortues marines. En revanche, la diversité des espèces de crustacés et d’oursins est forte (18 taxons, 7 familles). Le Troumassoïde témoigne donc d’une économie très peu ouverte (dI = 6,5), voire très spécialisée (H’ = 2,5) sur le récif corallien et son lagon (Grouard 2001a et 2003), comme à l’Anse à la Gourde, la Pointe du Helleux, Petite Rivière de la Désirade et Grande Anse de Terre de Bas.

22En Martinique, sur les sites des Salines (Bérard communication personnelle), de l’Anse Trabaud, de Paquemar, et de Macabou (Allaire 1977 et 1981), le nombre de taxons diffère selon les sites : 14 aux Salines, 42 à Anse Trabaud, et 83 à Macabou (Grouard 2004). Cependant, cette différence est probablement due à la précision du tamisage selon les sites. Ainsi, le panel est riche et diversifié à Macabou, dont les sédiments ont été tamisés à l’eau sur maille fine. On a pu ainsi mettre en lumière une réelle économie à large spectre, à laquelle de nombreuses espèces contribuent à parts égales : par nombre d’individus, les crabes de terre dominent les oursins, les thons, les poissons-chirurgiens, les rats des rizières, les poissons-perroquets et les iguanes ; alors qu’aux Salines et à l’Anse Trabaud, les tortues marines viennent en premier, suivies par les crabes de terre, les agoutis, les thons et les rats des rizières. Cependant, cette apparente ouverture de l’économie de subsistance sera à confirmer ultérieurement par de nouveaux sites suazoïdes de Martinique.

23À Saint-Martin (Baie aux Prunes, Pointe du Canonnier : Bonnissent et Stouvenot 1998 ; Grouard sous presse), la spécialisation s’est orientée vers un autre milieu écologique et a privilégié les rats des rizières et certains poissons de roches : mérous, vivaneaux et cardinaux. L’alimentation était complétée par un quatuor caractéristique des récifs coralliens (gorettes, poissons-perroquets, balistes et poissons-chirurgiens), puis par des pélagiques (carangues et thons). Au vu de la quantité d’espèces présentes, l’économie de subsistance était moyennement diversifiée. Cependant, cette recherche sur l’économie de subsistance des sites post-saladoïdes de Saint-Martin sera à compléter par l’étude d’un nombre plus important de sites.

24Cette mosaïque culturelle (fig. 1) a évolué jusqu’à la période de contact avec les Européens (1492/1550). La sous-série chican ostionoïde, assimilée aux sociétés Taïnos, est définie vers 1200 apr. J.-C. en République dominicaine, à Porto Rico, dans les Îles Vierges, à Haïti et à Cuba (Hofman 1993 ; Keegan 2000). Dans le même temps, entre 1100 et 1500 apr. J.-C., une sous-série palmetto est identifiée dans les Bahamas.

25La série suazoïde (1000-1500 apr. J.-C.) des Petites Antilles méridionales est remplacée à Tobago, Saint-Vincent, dans les Grenadines et en Dominique par la série tardive cayo (Boomert 1991). Les données récentes sur les Petites Antilles (Antigua, Anguilla, Saba, la Guadeloupe et la Martinique) apparentent tardivement leurs sociétés à celles des Taïnos des Grandes Antilles (Bérard 2004). Par ailleurs, certains indices démontrent un probable contact et / ou des échanges d’idées et de biens matériels entre les Ostionoïdes des Grandes Antilles et les Suazoïdes de Martinique (Macabou : Bérard et al. soumis 2007).

26Les sources ethno-historiques sont difficiles à mettre en parallèle avec les données archéologiques pour rendre compte des identités ethniques et des parentés linguistiques de cette mosaïque de groupes tardifs. La carte des caciquats et des chefferies des Antilles n’a été que partiellement reconstituée par les chroniqueurs et les premiers explorateurs. L’arrivée des Européens dès 1492 a évidemment bouleversé profondément les équilibres culturels des Antilles. Les Hollandais, les Anglais, les Suédois, les Italiens, les Espagnols, les Portugais et les Français ont colonisé chaque île de la Caraïbe en quelques dizaines d’années. Les Amérindiens ont presque disparu de la Caraïbe en moins de cinquante ans, par annihilation, assimilation, maladies et esclavage. L’établissement de villes, de comptoirs, de forts, de ports de commerce et de plantations à esclaves a été l’occasion de livrer de nombreuses batailles. L’histoire politique, architecturale, commerciale et culturelle de ces premiers établissements est encore très présente dans les Antilles à côté des sites occupés par les esclaves marrons et les Amérindiens survivants.

Recherche lacunaire aux Antilles

27Ainsi le cadre chrono-culturel de la Préhistoire des Antilles est-il complexe et encore mal défini. La détermination des séries céramiques est toujours en cours de révision. Rouse (1986) les a définies en 1986, en supposant une évolution linéaire des styles céramiques et en cherchant à caractériser ces derniers pour assimiler chacun d’entre eux à un groupe culturel précis. Le calage en chronologie absolue des différents assemblages ne permet pas pour l’instant de démêler cette succession stylistique, d’autant plus que les datations 14C calibrées restent encore peu nombreuses. Depuis quelques années, l’intérêt s’est déplacé vers les systèmes politiques et économiques. Les interrogations portent aujourd’hui sur les chefferies, les compétences technologiques et les réseaux d’échanges (Wilson 2001 ; Delpuech 1998 ; Keegan 2000 ; Knippenberg 2001 ; Serrand 2002 ; Bérard 2004). Dans cette optique, l’analyse des ressources animales et des systèmes techniques mis en œuvre pour la capture, le transport et la consommation des animaux au cours des différentes phases culturelles permet d’en affiner la définition (Grouard 2001a). Ainsi, les assemblages céramiques semblent correspondre à des communautés locales, où des échanges de femmes et des biens ont permis un brassage des styles céramiques à différentes époques. De même, l’insularité implique que la majorité des restes provienne du milieu marin. Toutefois, selon la localisation des sites (proximité de tombants en eaux profondes, de récifs coralliens, de rochers, de fonds sableux, de mangroves, de forêts, etc.) et la richesse des biotopes exploités, les choix de captures ont été différents d’une période culturelle à l’autre.

28En outre, la variété des situations et des contextes de chaque île antillaise est telle qu’il est difficile de repérer des invariants quant aux exploitations animales, végétales et environnementales par période. Il faudrait développer les études à l’échelle micro-insulaire et mieux identifier les espèces qui ont été en relation directe avec les groupes humains, mais aussi préciser la nature des relations que ces dernières avaient nouées avec elles.

Tableau 2

Tableau 2

Récapitulatif des nombres de restes, des nombres minimaux d’individus et des nombres de taxons par site.

Haut de page

Bibliographie

Allaire, L. 1977. Later Prehistory in Martinique and the Island Caribs: Problems in Ethnic identification. Ph.D. Dissertation, Ann Harbor, Yale University, University Microfilms, 397 p.

Allaire, L. 1981. « Macabu Excavations, Martinique 1972-1979 », Boletin del Museo del Hombre Dominicano, 10(16) : 41-48.

Bérard, B. 2004. Les premières occupations agricoles de l’Arc Antillais, migration et insularité. Le cas de l’occupation saladoïde ancienne de la Martinique. BAR S1299, Paris Monographs in American Archaeology 15, 214 p.

Bérard, B., S. Grouard, N. Serrand et M. Ballinger. Soumis 2007. « Nouvelles informations sur les relations ayant existé entre les caciquats (chefferies) des Grandes Antilles et les sociétés égalitaires des Petites Antilles entre les xiie et xve siècles », Journal de la Société des américanistes.

Bonnissent, D. 2002. « Parking de la cathédrale, Basse-Terre (Guadeloupe) », in : Bilan scientifique de la région Guadeloupe 2002. Drac/Sra : 15-19.

Bonnissent, D. 2006. « La Basse-Terre précolombienne », in : M. E. Desmoulins (dir.), Basse-Terre, patrimoine d’une ville antillaise. Pointe-à-Pitre, Éditions Jasor, Ministère de la Culture (Cahier du patrimoine) : 14-33.

Bonnissent, D. et C. Stouvenot. 1998. « Saint-Martin, Baie aux Prunes », in : Bilan scientifique 1998, Sra/Drac Guadeloupe, Ministère de la Culture : 38-39.

Bonnissent, D. et C. Stouvenot. 2005. « Un site d’habitat post-saladoïde dans les Terres-Basses (Plum Bay) : Baie aux Prunes Saint-Martin, Petites Antilles) », in : Proceedings of the XXth International Congress for Caribbean Archaeology, Santo Domingo 6-13 July 2003. Saint-Domingue, Museo del Hombre Dominicano y Fundacion Garcia Arevalo : 31-39.

Bonnissent, D., C. Hénocq et C. Stouvenot, 2002. « Le site amérindien de Hope Estate (Saint-Martin, Petites Antilles) : extension et chronologie », in : A. Delpuech, J.-P. Giraud et A. Hesse (dir.), Archéologie précolombienne et coloniale des Caraïbes. Actes du 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles–Guyane 1998. Paris, Édition du Cths : 177-194.

Bonnissent, D., P. Betran, A. Chancerel, T. Romon, N. Serrand et C. Tardy, 2001. « Saint-Martin, Baie Orientale », in : Bilan Scientifique 2000. Sra / drac Guadeloupe, Ministère de la Culture, Direction du Patrimoine, Sous-direction de l’archéologie : 43-51.

Bonnissent, D. et al. 2005. Cultures précolombiennes des Petites Antilles. Les occupations précéramiques de l’Étang Rouge 1. Baie Rouge, Les Terres Basses, Île de Saint-Martin, région Guadeloupe, Document final de synthèse auprès du service régional d’archéologie de Guadeloupe : 106-132.

Boomert, A. 1991. « The Cayo Complex of St Vincent : Ethnohistoric and Archaeological Aspects of the Island Carib problem », in :A. G. P. Tekakis, I. Vargas Arena et M. Sanoja Obediente (ed.), Comptes rendus du XIe congrès international d’archéologie des Caraïbes. San Juan de Puerto Rico, Fundacion Arqueologica, Antropologica e Historica de Puerto Rico / Univ. de Puerto Rico, United States Forest Service : 85-107.

Chaix, L. et P. Méniel. 1996. Éléments d’archéozoologie. Paris, Éditions Errance, 111 p.

Chenorkian, R. 1999. « Grand-Bourg de Marie-Galante, Folle Anse », in : Bilan Scientifique 1997, Sra/Drac Guadeloupe, Ministère de la Culture : 19-21.

Collectif, 1999. « Archéozoologie : bilan, questions et propositions », Les Nouvelles de l’archéologie, 78 : 15-18.

Delpuech, A. 1998. « Habitats amérindiens dans l’archipel guadeloupéen », in :G. Camps (dir.), L’Homme préhistorique et la mer, Actes du 120e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence. Paris, Éditions du Cths : 307-318.

De Waal, M. 1996. « La Désirade, Petite Rivière », in : Bilan Scientifique 1995. Sra/Drac Guadeloupe, Ministère de la Culture : 23.

Gassies, E. 1996. « Baillif, Prospection-inventaire », in : Bilan Scientifique 1995. Sra/Drac Guadeloupe, Ministère de la Culture : 15-16.

Grouard, S. 2001a. Subsistance, systèmes techniques et gestion territoriale en milieu insulaire antillais précolombien - Exploitation des Vertébrés et des Crustacés aux époques Saladoïdes et Troumassoïdes de Guadeloupe (400 av. J.-C. à 1500 apr. J.-C.). Thèse de doctorat, Université Paris-X - Nanterre, 1073 p.

Grouard, S. 2001b. « Faunal Remains Associated with Late Saladoïd and Post-Saladoïd Occupations at Anse à la Gourde, Guadeloupe, French West-Indies », Archaeofauna, 10: 71-98.

Grouard, S. 2003. « Subsistance et mode de vie des premiers habitants de Guadeloupe (500 av. J.-C.-1500 apr. J.-C.) », Préhistoire Anthropologie méditerranéennes, 10-11 : 191-214.

Grouard, S. 2004. « Variation des stratégies de subsistance des Précolombiens à Hope Estate, Saint-Martin (F.W.I.), d’après l’analyse des restes des petits vertébrés », in : J.-P. Brugal et J. Desse (ed.), Petits animaux et sociétés humaines : du complément alimentaire aux ressources utilitaires. XXIVes rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 23-28 octobre 2003. Antibes, Éditions Apdca, Cep : 451-467.

Grouard, S. 2005. « Une population de pêcheurs-piégeurs-collecteurs à Baie aux Prunes (Saint-Martin, FWI) », in : XXth Internat. Congress for Caribbean Archaeology, Santo Domingo, 29 juin-06 juillet 2003. Saint-Domingue, Museo del Hombre Dominicano y Fundacion Garcia Arevalo : 307-316.

Grouard, S. Sous presse. « Faune vertébrée du site précéramique de Baie Orientale de Saint-Martin », in : D. Bonnissent (ed.), Baie Orientale, Saint-Martin. Documents d’archéologie française.

Grouard, S. et B. Bérard. 2005. « Les ressources animales en Vertébrés et en Crustacés d’une population saladoïde au Diamant – Plage de Dizac (Martinique, FWI) », in : XXth International Congress for Caribbean Archaeology, Santo Domingo, 29 juin-06 juillet 2003. Saint-Domingue, Museo del Hombre Dominicano y Fundacion Garcia Arevalo : 169-180.

Grouard, S. et N. Serrand. 2002. Projet collectif de recherche : exploitation des milieux marins par les populations précolombiennes des Petites Antilles. Rapport final pour les années 1998-2002. Paris, Basse-Terre, Sra/DRac Guadeloupe, Esa 8045 du Cnrs, Muséum national d’histoire naturelle, 220 p.

Grouard, S. et J.-D. Vigne. Soumis 2007. « Island Extinctions and Invasions: Comparative Archaeozoological Approaches in the West Indies and Mediterranean », Journal for Nature Conservation, 15, 3, for 2007.

Grouard, S., C. Hofman et M. Hoogland. 1999. « Sainte-Anne - Pointe du Helleux », in : Bilan Scientifique 1997, Sra / Drac Guadeloupe, Ministère de la Culture : 40-41.

Hofman, C. L. 1993. In Search of the Native Population of Pre-Columbian Saba (400-1450 A.D.). Part One : Pottery Styles and their Interpretations. Doctoral dissertation, Leiden, Rijksuniversiteit de Leiden, 267 p.

Hofman, C. L. 1996. « Terre-de-Bas, Grande Anse », in : Bilan Scientifique 1995. Sra / Drac Guadeloupe, Ministère de la Culture : 28-29.

Hofman, C. L. et M. L. P. Hoogland. 1999. Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The Sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate, with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden, Leiden University (Archaeological Studies Leiden University 4), 328 p.

Hofman, C. L, M. L.P. Hoogland et A. Delpuech. 2001. Guadeloupe, Saint-François, Anse à la Gourde - fouille programmée pluriannuelle 1995-2000 - Rapport de synthèse 2000. Basse-Terre, Guadeloupe, Drac de Guadeloupe, Conseil régional de la Guadeloupe, Municipalité de Saint-François, Université de Leiden (Pays-Bas), 303 p.

Hofman, C. L., M. L. P. Hoogland, A. Delpuech, T. Hamburg, S. Knippenberg, Y. Lammers-Keijsers, J. Mol, D. Nieweg, M. Nokkert, E. Pélissier et T. Romon, 1999. Guadeloupe, Le Moule, Site Précolombien de Morel, n° 97117001 - Fouilles archéologiques de 1999. Basse-Terre, Sra/Drac Guadeloupe, Faculté d’archéologie de l’université de Leiden : 104 p.

Keegan, W.F. 1994. « West Indian Archaeology. 1. Overview and Foragers », Journal of Archaeological Research, 2(3): 255-284.

Keegan, W.F. 2000. « West Indian Archaeology. 3. Ceramic Age », Journal of Archaeological Research, 8: 135-167.

Knippenberg, S. 2001. « Lithic Procurement during the Saladoid Period whithin the Northern lesser Antilles », in Actes du XVIIIe congrès de l’Association internationale d’archéologie de la Caraïbe, St. George, Grenade 1999. Basse-Terre, Aiac, région Guadeloupe, Mission archéologique, t. I : 262-272.

Mauss, M. 1923-1924. « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés primitives », L’Année sociologique, seconde série : 30-186. [Réédition in : Sociologie et anthropologie, Paris, Puf, 1980 : 145-279.]

Newsom, L. A. et E. S. Wing. 2004. On Land and Sea. Native American Uses of Biological Resources in the West Indies. Tuscaloosa et Londres, The University of Alabama Press, 323 p.

Oliver, J.R. 1997. « Dabajuroïd Archaeology: Settlements and House Structures: An Overview from Mainland Western Venezuela », in: A. Versteeg et S. Rostain (ed.), The Archaeology of Aruba: The Tanki Flip Site. Aruba et Amsterdam, Publications of the Archaeological Museum of Aruba 8; Publications of the Foundation for Scientific Research in the Caribbean Region 141: 363-428.

Petersen, J. B. 1997. « Taïno, Island Carib, and Prehistoric Amerindian Economies in the West Indies: Tropical Forest Adaptations to Islands Environments », in: S. M. Wilson (ed.), The Indigenous People of the Caribbean. Gainesville, University Press of Florida : 118-130.

Poplin, F. 1983. « Le mouflon de Corse et quelques autres aspects du transport des animaux durant la préhistoire », Compte rendu des séances de la Société de biogéographie, 59(1) : 29-40.

Rouse, I. 1939. Prehistory in Haiti: A Study in Method. New Haven, Yale University Press. [Réédition 1964, Yale University Publications in Anthropology, 21, 202 p.]

Rouse, I. 1986. Migrations in Prehistory: Inferring Population Movement from Cultural, Remains. New Haven, Yale University Press, 202 p.

Rouse, I. 1992. The Tainos: Rise and Decline of the People who Greeted Columbus. New Haven et Londres, Yale University Press, 211 p.

Serrand, N. 2002. Exploitation des invertébrés marins et terrestres par les populations Saladoïdes et Post-Saladoïdes du Nord des Petites Antilles (500 B.C.-1200 A.D.). Étude de cas et comparaisons. Paris, Thèse de doctorat de l’université Paris-I, préhistoire-ethnologie-anthropologie, 1300 p.

Serrand, N. et D. Bonnissent. 2005. « Pre-columbian Preceramic Shellfish Consumption and Shell Tool Production: Shell Remains from Orient Bay, Saint-Martin, Northern Lesser Antilles », in: D. E. Bar-Yosef (ed.), Archaeomalacology: Molluscs in Former Environment of Human Behaviour. Proceedings of the 9th Icaz Conference, Durham 2002. Oxford, Oxbow Books: 29-39.

Siegel, P. E. 1989. Early Ceramic Population Lifeways and Adaptative Strategies in the Caribbean. Oxford, British Archaeological Reports 505, 418 p.

Steadman, D. W. et A. V. Stokes. 2002. « Changing Exploitation of Terrestrial Vertebrates during the Past 3000 Years on Tobago, West Indies », Human Ecology, 30(3): 339-367.

Stokes, A.V. 1998. A Biogeographic Survey of Prehistoric Human Diet in the West Indies Using Stable Isotopes. Ph.D. Dissertation, Gainesville, University of Florida, Department of Anthropology, 296 p.

Sullivan, S. D. 1981. Prehistoric Patterns of Exploitation and Colonization in the Turks and Caicos Islands. Unpublished Ph.D. Dissertation, Urbana, University of Illinois, Department of Anthropology, University Microfilms International, Ann Arbor.

Vidal, N. 2002. « Le site précolombien de la Plage de Dizac au Diamant, Martinique », in : A. Delpuech, J.-P. Giraud et A. Hesse (dir.), Archéologie précolombienne et coloniale des Caraïbes. Actes du 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles–Guyane 1998. Paris, Édition du Cths : 111-126.

Vigne, J.-D. 1998. « L’histoire des animaux par les ossements archéologiques », in : B. Cyrulnick (ed.), Si les lions pouvaient parler. Essai sur la condition animale. Paris, Gallimard : 282-295.

Wilson, S. M. 2001. « The Prehistory and Early History of the Caribbean », in: C. Woods (ed.), The Biogeography of the Caribbean. Boca Raton, Crc Press: 519-528.

Wing, E. S. 1989. « Human Exploitation of Animal Resources in the Caribbean », in: C. A. Woods (ed.), Biogeography of the West Indies: Past, Present and Future. Gainesville, Sandhill Crane Press: 137-152.

Wing, E. S. 1994. « Patterns of Prehistoric Fishing in the West Indies », Archaeofauna, 3: 99-107.

Wing, E. S. 2000. « Economy and Subsistence », in: P. Drewett (ed.), Prehistoric Settlements in the Caribean. St. Michael, Barbados, Archetype Publications for the Barbados Museum and Historical Society: 147-153.

Wing, E. S. 2001a. « Native American Use of Animals in the Caribbean », in: C. A. Woods et F. E. Sergile (ed.), Biogeography of the West Indies: Patterns and Perspectives. Boca Raton, Londres, New York, Washington D.C., Crc Press: 481-518.

Wing, E. S. 2001b. « The Sustainability of Resources Used by Native Americans on four Caribbean Islands », International Journal of Osteoarchaeology, 11(1): 112-126.

Wing, E. S. et E. J. Reitz, 1982. « Prehistoric Fishing Economies of the Caribbean », Journal of New World Archaeology, 5(2): 13-32.

Wing, E. S. et S. J. Scudder. 1983. « Animal Exploitation by Prehistoric People Living on a Tropical Marine Edge », in: C. Grigson et J. Clutton-Brock (ed.), Animals and Archaeology: 2. Shell Middens, Fishes, and Birds. Oxford, BAR 2: 197-210.

Wing, E. S. et S. R. Wing. 1995. « Prehistoric Ceramic Age Adaptation to Varying Diversity of Animal Resources along the West Indian Archipelago », Journal of Ethnobiology, 15(1): 119-148.

Wing, E. S. et S. R. Wing. 1997. « The Introduction of Animals as an Adaptation to Colonization of Islands: An Example from the West Indies », in:M. Kokabi et J. Wahl (ed.), Actes du VIIe congrès international d’archéozoologie. Konstanz, Hasri, Cnrs: 269-278.

Wing, E. S., C. A. Hoffman et C. E. Ray. 1968. « Vertebrate Remains from Indian Sites on Antigua, West Indies », Caribbean Journal of Science, 8, 3-4: 129-139.

Wing, S. R. et E. S. Wing. 2001. « Prehistoric Fisheries in the Caribbean », Coral Reefs, 20: 1-8.

Haut de page

Notes

1  Les responsables d’opération et les publications liées à chaque site sont présentées dans le tableau 1.

2  Rouse identifie les populations et leurs cultures par des séries et des sous-séries céramiques à développement unilinéaire. Des recherches plus récentes ont altéré ce schéma, même s’il reste majoritairement employé comme cadre spatiotemporel général pour la région.

3  Les traces les plus anciennes de la série saladoïde ont été identifiées au Venezuela au niveau du cours moyen de l’Orénoque, entre sa confluence avec le Rion Apure et son delta (Rouse 1992).

4  Notamment les sites à éléments culturels de style La Hueca, rares, mais présents dans tout l’archipel.

5  Cette « dichotomie culturelle crabes et coquillages » (« Crab Culture » / « Shell Culture ») apparaît au cours de la phase saladoïde finale, ou période « Cuevas » : 400-600 apr. J.-C. (Rouse 1992).

6  Les raisons du déclin de la population naturelle de crabes sont discutées : période de sécheresse à la fin du Saladoïde et/ou surexploitation des stocks (Rouse 1992 ; Keegan 2000).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1
Légende Présentation des sites
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/152/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 1
Légende Périodes culturelles précolombiennes et gisements d’art rupestre
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/152/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 2
Légende Présentation des grands groupes de taxons par période archéologique.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/152/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/152/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 3
Légende Exemples d’éléments squelettiques modifiés, polis, gravés ou incisés
Crédits Dessins S. Grouard : 2001a
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/152/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau 2
Légende Récapitulatif des nombres de restes, des nombres minimaux d’individus et des nombres de taxons par site.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/152/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Grouard, « Modes de vie des Précolombiens des Antilles françaises », Les nouvelles de l'archéologie, 108/109 | 2007, 91-101.

Référence électronique

Sandrine Grouard, « Modes de vie des Précolombiens des Antilles françaises », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 27 avril 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/152

Haut de page

Auteur

Sandrine Grouard

maître de conférences au Muséum national d’histoire naturelle, département Écologie et gestion de la biodiversité, Usm 303 / Umr 5197, Archéozoologie, histoire des sociétés humaines et des peuplements animaux
grouard@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org