Navigation – Plan du site
Dossier: L'archéogéographie: Un état des lieux et de leurs dynamiques

La dynamique parcellaire des paysages centuriés de Vénétie centrale (Italie)

Robin Brigand
p. 18-23

Résumés

Cette contribution s'intéresse à la dynamique des centuriations de la plaine centrale de Venise. Elle montre que la structuration actuelle de ces paysages selon les normes de l'arpentage romain résulte d'une interaction entre un contexte hydrogéologique original et la dynamique des sociétés. À travers l'étude morphologique des parcellaires, nous soulignons comment les initiatives médiévales et modernes de gestion des eaux et d'occupation du sol sont responsables de la résilience de l'aménagement antique dans la longue durée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Forme classique de la limitation romaine organisée par des axes réguliers et équidistants (les decu (...)

1Cette contribution, issue d’une thèse de doctorat réalisée sous les tutelles des Universités de Franche-Comté et de Padoue (Brigand 2010), présente une étude de morphologie agraire des parcellaires de la plaine centrale de Venise, sise entre la lagune et les piémonts alpins (fig. 1). Il s’agit de montrer comment les centuriations1 qui organisent durablement les deux bassins versants dans la lagune se sont construites dans la durée, et selon quelles temporalités. Le paysage vénitien de la terre ferme est remarquable : il offre, à l’œil averti du prospecteur aérien, une mosaïque de champs, de routes, chemins et canaux qui dessinent, sur plusieurs centaines de kilomètres carrés, des quadrillages rigoureusement fondés sur le pied et l’actus romains.

2Mais, si la centuriation est bien d’origine romaine, en tant que structure d’ensemble, les éléments qui la composent ne sont que la résultante d’une histoire bimillénaire d’occupation du sol et de gestion des eaux. L’eau, en Vénétie comme dans toute la plaine padane, demeure une question complexe. Si le cas de Venise est exemplaire des relations entretenues entre les sociétés et les milieux humides, la situation de la terre ferme n’en est pas moins intéressante. En effet, directement au nord de la lagune et des espaces palustres qui la bordent, s’ouvre un paysage où l’eau est partout domestiquée. Là où elle est en excès, la centuriation n’est qu’un vaste système hydraulique qui, formé de canaux et de collecteurs, a pour charge de faire courir les eaux afin d’éviter l’engorgement des terres. Là où elle fait défaut, de vastes réseaux d’irrigation, s’hybridant à la centuriation, couvrent d’importantes superficies difficiles à mettre en valeur.

3À la question « ces paysages sont-ils romains ? », nous sommes en mesure de répondre aujourd’hui par la négative. À travers la photographie aérienne, l’image satellite ainsi que la carte topographique, il apparaît que les paysages centuriés aujourd’hui visibles sont ce que les sociétés, sous la pression d’une hydrographie exigeante, ont fait d’une initiative romaine. Aussi, il convient de mobiliser tous les temps historiques déterminants en terme de construction planimétrique, à commencer par le Moyen Âge central et la Renaissance vénitienne, pour proposer une construction dans la durée de cet objet de l’histoire antique.

Fig. 1

Fig. 1

La plaine centrale de Venise : 1, lagune de Venise ; 2, bois ; 3, infrastructures urbaines et industrielles ; 4, fleuves principaux

Problématique et fondements de la recherche

4Cette étude des formes du paysage vénitien qui s’intéresse à la résilience de la centuriation doit beaucoup aux travaux de Gérard Chouquer et de l’équipe d’archéogéographes qu’il anime. Dès les années 1990, il a été pressenti que la centuriation, en tant qu’objet morpho-historique majeur, devait être revue à la lumière d’enquêtes pluridisciplinaires permettant d’associer dans une même perspective carto- et photo-interprétation, archéologie préventive et sciences du sédiment (Chouquer 1996, 1997). Ces travaux, réalisés dans la vallée du Rhône, marqueront durablement l’histoire de la recherche sur les paysages de l’Antiquité car ils ont permis de souligner les décalages existant entre un état romain du paysage et sa transcription au présent. D’autres exemples, français comme italiens, ont conduit à l’évidence que la transmission de la centuriation peut s’effectuer en dépit de sédimentations, même puissantes (Berger et Jung 1996 ; Franceschelli et Marabini 2007) ; elle peut aussi partir d’une situation matérielle a priori inexistante (une seule ligne d’arpentage théorique au cours de l’Antiquité) pour ne se réaliser que bien plus tard, à l’époque moderne par exemple (Favory 1997 ; Chouquer 2000 ; Marchand 2003).

5Si, dans les années 1980, selon les normes de l’archéologie du paysage telles que définies à ce moment-là, la centuriation était appréhendée par extraction préalable des formes parcellaires post-antiques, l’émergence des concepts de l’archéogéographie nous permet aujourd’hui de considérer cet objet autrement. Ainsi, on sait qu’il faut faire une distinction essentielle entre l’aménagement agraire romain et son évolution dans la longue durée. Il s’agit en définitive de dissocier l’acte de l’arpentage lui-même – qui est avant tout une projection – et l’élaboration bimillénaire de la centuriation(Chouquer 2007). Ce schéma dynamique de construction soutient l’idée que le Moyen Âge et l’époque moderne ont été en mesure de transformer durablement les formes agraires. C’est pourquoi le terrain vénitien se révèle un laboratoire remarquable car il permet de montrer que, précisément, les aménagements médiévaux et modernes, sous la pression d’une hydrographie exigeante, ont contribué à rendre visible et à renforcer la structure planimétrique d’origine romaine.

6Cette perspective de recherche invite donc à travailler dans la diachronie et la pluridisciplinarité. Il s’agit en effet de mobiliser à la fois des paramètres historiques et sociaux déterminants mais aussi de définir la nature des contraintes et atouts du milieu qui justifient les fortes implications des sociétés médiévales et modernes dans la régulation des eaux courantes, résurgentes ou stagnantes de Vénétie centrale. L’utilisation d’un système d’information géographique s’est imposée car, en rendant possible la gestion d’un corpus documentaire géoréférencé particulièrement abondant, il a facilité la création de plusieurs fonds de référence qui se rapportent autant à l’environnement qu’aux contextes sociaux et historiques.

La géomorphologie et les réseaux de l’eau

  • 2 Terme construit sur l’anglais fan (fr. cône) et le grec mega (fr. grand). Cette terminologie désign (...)

7L’image d’une plaine centrale qui s’ouvre vers les Alpes, à l’endroit où se ferme le golfe de l’Adriatique, est pertinente car il existe une continuité spatiale évidente des débouchés alpins au haut Adriatique, tout particulièrement le megafan 2 du Brenta qui, de Bassano à Mestre, oriente et détermine la manifestation de l’hydrographie (fig. 2). Les caractères de granulométrie et de sédimentation des dépôts alluviaux, grossiers et caillouteux en amont, et qui s’affinent progressivement vers l’aval, distinguent nettement le faciès de la haute plaine, composé presque exclusivement de cailloux calcaires dans une matrice sableuse, de la basse plaine à dominante limoneuse. L’une est sèche et naturellement très perméable, l’autre est humide et sujette à l’engorgement. La transition entre ces deux espaces s’effectue sur la moyenne plaine caractérisée par l’émergence, par capillarité, des eaux souterraines dès l’épuisement du cailloutis tardiglaciaire. Là, les eaux résurgentes se rassemblent pour constituer ensuite le réseau hydrographique de la basse plaine qui s’écoule selon la dénivelée, dans les dépressions situées entre les bourrelets fluviaux tardiglaciaires que sont les dos sableux (Bondesan et al. 2002 ; Mozzi 2005).

  • 3 Symbole de la croissance urbaine des xiie et xiiie siècles vénitiens, les città murate (fr. litt. v (...)

8Ainsi, les hautes plaines sont couvertes par deux réseaux irrigués denses. Le premier, issu du Brenta, hérite des aménagements hydrauliques de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne. Le second, celui du Piave, résulte d’une initiative dûment datée : le réseau de la Brentella di Pederobba, élaboré entre les xve et xvie siècles (Vergani 2001). La cartographie des habitats fortifiés des xiie-xiiie siècles souligne, par ailleurs, l’occupation des dos sableux de la basse plaine padouane par un réseau castral dense qui gravite autour des principales città murate 3 jusqu’au faciès de résurgence des eaux. Au nord, les formes de l’occupation sont lacunaires et mal renseignées, mais suffisent à démontrer que l’habitat fortifié, visiblement plus présent dans la basse plaine, s’articule sur un réseau hydrographique ancien sensiblement distinct des aménagements modernes.

Fig. 2

Fig. 2

Carte géomorphologique, carte de l’hydrographie moderne et contemporaine et réseau castral : 1, plaine alluviale ancienne du Brenta (tardiglaciaire) ; 2, alluvions récentes (holocène) ; 3, bourrelets alluviaux anciens et récents ; 4, dépression d’intercône du Musone ; 5, plaine alluviale du Piave ; 6, limite septentrionale de la résurgence des eaux ; 7, courbe de niveau (éq. 5 m) ; 8, hydrographie moderne et contemporaine ; 9, bourgs fortifiés (xiie-xiiie s.) ; 10, châteaux certains et incertains (xie-xiiie s.)

Les centuriations de Bassano à Mirano

9La plaine alluviale du Brenta, de Bassano à la lagune (fig. 3), est intégralement couverte par trois centuriations. Deux sont ici examinées : celle qui couvre la haute plaine, de Bassano à Cittadella ; celle qui couvre la partie méridionale de la basse plaine, de Cittadella à Mirano. Le caractère organique de ces deux ensembles est renforcé par leur imbrication très nette au sud de Cittadella qui pose comme structuration première celle liée à l’environnement naturel et plus précisément à l’organisation des eaux résurgentes (fig. 4). En effet, la zone de contact se situe là où sourd le Tergola, à hauteur des marais d’Onara. Si l’étroite adaptation des centuriations à la topographie du cône alluvial et à la disponibilité de la ressource en eau est évidente à l’échelle du bassin versant dans la lagune, l’observation des parcellaires souligne tout autant la fonction hydraulique de la centuriation. Sur les deux centuriations isolées, de Bassano à Mestre, quatre ensembles sont distingués (fig. 3).

  1. Un secteur nord, qui s’étend de Bassano aux premiers canaux d’irrigation moderne, est caractérisé par une forte dénivelée et un gradient de sédiment grossier important. Ces deux paramètres sont liés à la proximité de l’apex du cône alluvial du Brenta tardiglaciaire. Là, le cadre formel de la centuriation est bien maintenu grâce à une représentation régulière des limites. Néanmoins, les decumani (les axes est-ouest) tendent à perdre de leur homogénéité alors que les kardines (les axes nord-sud) semblent jouer un rôle significatif dans l’écoulement des eaux superficielles, notamment ceux situés sur l’arête du cône alluvial.

    • 4 Parallélépipède de plus de 1,60 m de haut portant un decussis sur la tranche et le texte iuss(u) te (...)

    Un secteur médian, allant jusqu’à Cittadella et Castelfranco, correspond à l’ensemble des superficies couvertes par le réseau d’irrigation moderne. Ici, les sols sont marqués par une réduction de la granulométrie et un affleurement progressif de la nappe phréatique annonçant les résurgences de la moyenne plaine. L’interruption nette des réseaux d’irrigation y souligne une disponibilité hydrique moins critique qu’à hauteur de Bassano. La morphologie centuriale est nettement différente : très peignée, les decumani comme les limites intercisivi contribuent à former une image de la centuriation en bandes de 5 actus où les kardines ne sont pas représentés, à commencer par le kardo maximus qui n’est pas visible pour cette partie de la centuriation, bien qu’il soit formellement établi grâce à la découverte d’une borne épigraphique avec decussis à proximité du Brenta4.

  2. Le secteur de la moyenne plaine, situé entre les résurgences et Camposampiero (fig. 3), est caractérisé par des dos paléofluviaux prononcés et des dépressions d’interdos sujettes à une défluviation difficile et à une propension accrue à l’engorgement en raison d’un sédiment à dominante argileuse où les formes fluviatiles sont abondantes (fig. 4). La centuriation y est présente sous une forme résiduelle dans les dépressions, et plus manifestement sur les dos paléofluviaux.

  3. À partir de Camposampiero, la morphologie centuriale évolue sensiblement. En effet, la majorité des centuries de 20 actus est fermée et présente une parcellisation très importante, strictement organisée par quatre bandes de 5 actus, régulièrement subdivisées par une limite médiane. En progressant vers la lagune, les éléments parcellaires constitutifs de la centuriation se durcissent, parallèlement à un affaissement des dos paléofluviaux et une réduction de la dénivelée, quasi nulle de Mirano à la lagune.

(clichés R. Brigand)

Fig. 4

Fig. 4

Photo-interprétation du faciès de résurgence des eaux au sud de Cittadella : 1, hydrographie et formes fluviatiles inscrites dans le parcellaire ; 2, limites et parcellaires isoclines aux centuriations ; 3, carroyage théorique des centuriations ; 4, dos sableux (bourrelet alluvial) ; 5, limite nord de la résurgence des eaux ; 6, trame méridionale de la planification agraire de Cittadella

Centuriations et hydraulique rurale

10Cette description sommaire souligne le caractère fortement hybridé de la centuriation, entre d’une part les composantes géomorphologiques de la plaine, liées à la mise en place tardiglaciaire de la plaine alluviale du Brenta, et d’autre part l’organisation de la centuriation, qui apparaît avant tout comme un outil actualisé de bonification hydraulique. En effet, les eaux qui s’écoulent dans les canaux d’irrigation et de drainage forment un système hiérarchisé qui s’organise en canaux émissaires et collecteurs, à petite comme à grande échelle. Prenons deux exemples, le premier entre Cittadella et Castelfranco, le second au sud-est de Camposampiero.

  1. À l’est de l’axe kardinal Bassano-Cittadella et de part et d’autre de l’axe decuman Cittadella-Castelfranco, la structuration en peigne du parcellaire accompagne l’évolution du sédiment et de la topographie. En effet, en s’établissant selon un axe perpendiculaire à l’arête du cône de déjection – sur laquelle court partiellement un kardo théorique matérialisé par la route nationale Bassano-Cittadella – cette organisation compense peu à peu l’affleurement progressif de la nappe phréatique tout en bénéficiant de la légère dénivelée de la face externe du megafan. Ce dessin en peigne fonctionne alors comme un réseau hydraulique qui collecte et porte les eaux de l’irrigation vers la dépression du Musone (fig. 2, 3), tout en évitant la surcharge du faciès de résurgence des eaux.

  2. Peu après le nœud hydraulique de Camposampiero, l’hybridation entre la centuriation et l’hydrographie est maximale ; les canaux suivent des tracés qui les font osciller entre les axes d’écoulement naturel et des captures qui leur font matérialiser, sur des tronçons plus ou moins longs, la structure de la centuriation. C’est notable de part et d’autre du Tergola, plus précisément à hauteur de la dépression qui provoque le dédoublement du cours d’eau. Là, les aménagements hydrauliques qui courent selon les decumani – à l’est – et les kardines – au sud – sont destinés à la régulation du cours d’eau dans un secteur sensible du point de vue hydrique. Au sud-ouest de Mirano, le durcissement de l’hydrographie est directement lié au drainage de la dépression du Tergola d’une part, à l’affaissement des dos paléofluviaux qui autorise l’artificialisation complète de l’hydrographie d’autre part.

11Le fonctionnement observé à l’échelle d’un secteur de 5 x 10 km est valable à l’échelle de toute la basse et moyenne plaine : les dépressions humides sont étroitement drainées par la centuriation qui joue le rôle de collecte des eaux courantes de l’amont et de diffusion en aval afin d’éviter toute stagnation et tout engorgement des terres. Si les centuriations sont des outils efficaces de gestion hydraulique, il s’agit de préciser rapidement quels en ont été les artisans.

Sociétés et résilience

12Plusieurs temporalités interviennent dans l’élaboration de la centuriation. Si la culture hydraulique de la Renaissance vénitienne contribue largement à la résilience des formes antiques sur la longue durée, le Moyen Âge est également une période importante de construction et d’aménagement de l’espace vénitien.

    • 5 Situation de rupture dans la transmission d’une orientation ; qui n’est pas de même orientation (Ch (...)

    Il s’agit, dans un premier temps, d’envisager les xiie et xiiie siècles pour ce qu’ils sont précisément, à savoir un temps fort de colonisation rurale, d’arpentage et de lotissement. Plusieurs parcellaires de fondation d’origine médiévale ont pu être reconnus, notamment là où les dynamiques médiévales d’affirmation des pouvoirs communaux sont les plus manifestes, soit entre Bassano et Mirano. La forme la plus évidente de cette dynamique est la création des villes neuves par des communes urbaines désireuses d’asseoir les frontières territoriales et de contrôler les réseaux hydrographiques. Entre autres exemples éloquents, Cittadella et Castelfranco : la première fondée en 1220 par Padoue, la seconde en 1195 par Trévise. Si les plans urbains orthonormés sont bien connus (Bortolami 1988 ; Bortolami et Cecchetto 2001), il n’en est pas de même des planifications rurales. Dans ces deux cas, des trames planifiées, associées aux villes neuves et étroitement imbriquées dans la centuriation ont pu être identifiées grâce aux modèles mis en exergue par Cédric Lavigne dans le sud-ouest de la France (Lavigne 2002). Caractérisées par leur anisoclinie5, elles sont aisément identifiables, tout particulièrement à Cittadella où la disposition de la trame T2 en amont de la résurgence du Tergola dénote une véritable compréhension de l’environnement morphologique et hydrogéologique. La présence d’autres planifications agraires et hydrauliques attribuées au Moyen Âge, étroitement orientées selon la centuriation, qu’il s’agisse de la haute plaine ou de la basse plaine du Brenta, nous permet d’affirmer que ce sont ces dynamiques médiévales de colonisation agraire qui sont directement et localement responsables de la morphologie centuriale.

  1. L’organisation de l’hydrographie, telle que nous la percevons à travers les cartes hydrauliques actuelles, résulte essentiellement des aménagements modernes liés à la conquête de la terre ferme par Venise et à la capitalisation du patrimoine foncier, dès la fin du xve siècle. Qu’il s’agisse de la construction des réseaux d’irrigation de la haute plaine ou de la hiérarchisation et régulation du bassin versant dans la lagune, ces initiatives sont étroitement associés à la diffusion des villas vénitiennes, dont les plus célèbres sont celles réalisées par Palladio à la fin du xvie siècle. Ces aménagements hydrauliques ne résultent pas d’un programme planifié à l’échelle d’un bassin versant. Il n’existe pas de trace du moindre projet intentionnel de configuration des réseaux hydrographiques de la plaine. Il y a néanmoins une finalité globale cohérente qui est, pour la basse plaine, de gérer les eaux hautes (issues des inondations) et basses (les eaux ordinaires) afin d’éviter l’engorgement des secteurs sensibles d’une part et le suralluvionnement de la lagune d’autre part.

13La hiérarchisation des eaux versantes dans la lagune comme les dynamiques de planifications agraires, qu’elles soient médiévales ou modernes, conduisent à un renforcement des armatures centuriales. La très forte hybridation des réseaux hydrographiques avec la centuriation d’origine romaine se traduit notamment par une accentuation du rôle morphogénétique de cette dernière, chaque canal devenant l’élément structurant sur lequel s’organise la distribution des eaux à l’échelle de la parcelle. Nous ne connaîtrons jamais le degré de réalisation de la centuriation au moment de son inscription au sol et si les grandes lignes de son armature sont fixées, c’est le temps et la dynamique des sociétés qui expliquent la forme particulièrement aboutie que l’on observe aujourd’hui. Aussi, le développement futur de la centuriation est conditionné dès l’origine, notamment en raison de son étroite adaptation à la topographie de la plaine. Le Moyen Âge, les époques modernes et actuelles, installés dans une dynamique de colonisation rurale – avant de relever d’un type nettement capitaliste –, vont lui donner cette remarquable visibilité. Par une domestication accrue des eaux courantes, les sociétés adaptent le cadre normé de l’Antiquité aux contextes sociaux et environnementaux et construisent, dans la longue durée, l’originalité de ces paysages centuriés.

Haut de page

Bibliographie

Berger, J.-F. et C. Jung. 1996. « Fonction, évolution et “taphonomie” des parcellaires en moyenne vallée du Rhône. Un exemple d’approche intégrée en archéomorphologie et en géoarchéologie », in : G. Chouquer (dir.), Les formes du paysage, vol. 2. Paris, Errance : 95-112.

Bondesan, A., G. Calderoni et P. Mozzi. 2002. « L’assetto geomorfologico della pianura veneta centro-orientale : stato delle conoscenze e nuovi dati », in : M. Varotto et M. Zunica (dir.), Scritti in ricordo di Giovanna Brunetta. Padoue, Univ. di Padova : 19-38.

Bortolami, S. (dir.). 1988. Città murate del Veneto. Milan, Silvana Ed., 224 p.

Bortolami, S. et G. Cecchetto (dir.). 2001. Castelfranco Veneto nel quadro delle nuove fondazioni medievali. Atti del convegno di Castelfranco Veneto (11 dic. 1998). Trévise, Comune di Castelfranco Veneto, 339 p.

Brigand, R. 2010. Centuriations romaines et dynamique des parcellaires. Une approche diachronique des formes rurales et urbaines de la plaine centrale de Venise (Italie). Thèse dactylographiée, Univ. de Besançon (dir. F. Favory), Univ. de Padoue (dir. G. Rosada), 2 vol.

Chouquer, G. (dir.). 1996. Les formes du paysage. 1, Études sur les parcellaires. 2, Archéologie des parcellaires, Actes du colloque d’Orléans, mars 1996. Paris, Errance (Archéologie Aujourd’hui).

Chouquer, G. (dir.). 1997. Les formes du paysage. 3, L’analyse des systèmes spatiaux. Paris, Errance (Archéologie Aujourd’hui), 198 p.

Chouquer, G. 2000. L’étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire. Paris, Errance (Archéologie Aujourd’hui), 208 p.

Chouquer, G. 2007. Quels scénarios pour l’histoire du paysage ? Orientations de recherche pour l’archéogéographie. Coimbra/Porto, Centre d’études archéologiques des Universités de Coimbra et Porto, 405 p.

Favory, F. 1997. « Retour critique sur les centuriations du Languedoc oriental, leur existence et leur datation », in : G. Chouquer (dir.), Les formes du paysage. 3, L’analyse des systèmes spatiaux, op. cit. : 96-126.

Franceschelli, C. et S. Marabini. 2007. Lettura di un territorio sepolto. La pianura lughese in età romana. Bologne, Ante quem (Studi e Scavi, nuova serie, 17), 222 p.

Lavigne, C. 2002. Essai sur la planification agraire au Moyen Âge. Les paysages neufs de la Gascogne médiévale (xiiie-xive siècles). Bordeaux, Ausonius.

Marchand, C. 2003. « Des centuriations plus belles que jamais ? Proposition d’un modèle dynamique d’organisation des formes », Études rurales, n° 167-168 : 93-114.

Mozzi, P. 2005. « Alluvial plain formation during the late quaternary between the southern alpine margin and the lagoon of Venice (Northern Italy) », Geogr. Fis. Dinam. Quat, 7 : 219-229.

Vergani, R. 2001. Brentella. Problemi d’acque nell’alta pianura trevigiana dei secoli XV e XVI. Trévise, Canova Ed., 396 p.

Haut de page

Notes

1 Forme classique de la limitation romaine organisée par des axes réguliers et équidistants (les decumani et les kardines) qui définissent des unités carrées ou rectangulaires fondées sur la métrologie romaine. Le module le plus courant est de 20 x 20 actus, soit 710 m environ.

2 Terme construit sur l’anglais fan (fr. cône) et le grec mega (fr. grand). Cette terminologie désigne une structure sédimentaire qui se développe en éventail de plusieurs centaines à plusieurs milliers de kilomètres carrés. Initialement utilisée pour définir les vastes systèmes alluviaux des plaines indo-gangétiques et pédo-himalayennes, cette terminologie a récemment été introduite dans les travaux nord-italiens pour désigner les conoïdes importants de la plaine du Pô (Mozzi 2005).

3 Symbole de la croissance urbaine des xiie et xiiie siècles vénitiens, les città murate (fr. litt. villes murées) correspondent aux bourgs pourvus de murs et de fossés en eau délimitant une superficie enclose de quelques hectares à plusieurs dizaines. L’exemple de la plaine centrale de Venise, tout particulièrement la plaine du Brenta, illustre l’originalité de cet espace padouan qui s’inscrit dans l’orbite d’un nouvel ordre économique fondé sur la primauté de la composante urbaine et s’exprime par des centres politiquement et économiquement dynamiques capables d’encadrer les populations rurales (Bortolami 1988).

4 Parallélépipède de plus de 1,60 m de haut portant un decussis sur la tranche et le texte iuss(u) ter(minus) n(ovatus) / U(ltra) K(ardinem) VII ; sur le flanc S(inistra) D(ecumanum) VIII indiquant l’intersection du decumanus VIII à gauche du decumanus maximus et du kardo VII au-delà du kardo maximus. Le report exact des coordonnées de la découverte et sa superposition au réticulé théorique de la centuriation permettent de définir précisément les deux axes générateurs de la centuriation : la via Postumia (DM) et le deuxième kardo à l’est de Cittadella (KM).

5 Situation de rupture dans la transmission d’une orientation ; qui n’est pas de même orientation (Chouquer 2000 : 187).Anton. isoclinie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende La plaine centrale de Venise : 1, lagune de Venise ; 2, bois ; 3, infrastructures urbaines et industrielles ; 4, fleuves principaux
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1506/img-1.png
Fichier image/png, 106k
Titre Fig. 2
Légende Carte géomorphologique, carte de l’hydrographie moderne et contemporaine et réseau castral : 1, plaine alluviale ancienne du Brenta (tardiglaciaire) ; 2, alluvions récentes (holocène) ; 3, bourrelets alluviaux anciens et récents ; 4, dépression d’intercône du Musone ; 5, plaine alluviale du Piave ; 6, limite septentrionale de la résurgence des eaux ; 7, courbe de niveau (éq. 5 m) ; 8, hydrographie moderne et contemporaine ; 9, bourgs fortifiés (xiie-xiiie s.) ; 10, châteaux certains et incertains (xie-xiiie s.)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1506/img-2.png
Fichier image/png, 55k
Titre Fig. 3
Légende De Bassano (B.) à Mirano (MI.) : centuriations et circulations des eaux : 1, limites et parcellaire isocline aux centuriations de la plaine centrale ; 2, hydrographie moderne et contemporaine ; 3, villas xve-xixe s. ; 4, rizières modernes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1506/img-3.png
Fichier image/png, 55k
Crédits (clichés R. Brigand)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1506/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 4
Légende Photo-interprétation du faciès de résurgence des eaux au sud de Cittadella : 1, hydrographie et formes fluviatiles inscrites dans le parcellaire ; 2, limites et parcellaires isoclines aux centuriations ; 3, carroyage théorique des centuriations ; 4, dos sableux (bourrelet alluvial) ; 5, limite nord de la résurgence des eaux ; 6, trame méridionale de la planification agraire de Cittadella
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1506/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robin Brigand, « La dynamique parcellaire des paysages centuriés de Vénétie centrale (Italie) », Les nouvelles de l'archéologie, 125 | 2011, 18-23.

Référence électronique

Robin Brigand, « La dynamique parcellaire des paysages centuriés de Vénétie centrale (Italie) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 125 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/1506 ; DOI : 10.4000/nda.1506

Haut de page

Auteur

Robin Brigand

Post-doctorant en archéologie, Université Al. I. Cuza (Iasi, Roumanie) et Umr 6249, Laboratoire Chrono-environnement
robinbrigand@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org