Navigation – Plan du site
Dossier: L'archéogéographie: Un état des lieux et de leurs dynamiques

Des formes et des hommes

Sandrine Robert
p. 13-17

Résumés

Les organisations spatiales laissées par l'homme à la surface de la terre nous renseignent-elles sur les sociétés qui les ont produites ? Une transformation socio-culturelle importante induit-elle un renouvellement systématique des formes ? En archéogéographie, on est passé de l'idée que les formes sont révélatrices d'un type de pouvoir, de civilisation, à une plus grande prise en compte des héritages et des stratégies des acteurs. Dans les notions d'auto-organisation et de fabrique urbaine, les organisations peuvent être produites et se perpétuer, sans que leur structure d'ensemble ait été pensée et planifiée de l'extérieur. Pour autant, il ne s'agit pas d'un nouveau déterminisme car ce sont les hommes qui, par leurs pratiques sociales et spatiales, transmettent et transforment les organisations.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Où se situe la dynamique des formes du paysage ? Le lien est-il réciproque et mécanique entre des sociétés qui les produisent et des formes qui évolueraient à chaque changement sociopolitique important  ? Cette question a été posée avec une certaine acuité en géographie et en archéologie, où l’analyse morphologique a été placée au centre de l’élaboration disciplinaire au xixe siècle (Robert 2003b). La morphologie apparaissait alors comme un outil heuristique pour leur permettre de s’émanciper de l’histoire. Utilisée d’abord en biologie et en linguistique, elle avait été ensuite transférée en sociologie où l’on avait repris les notions d’organisme, structure, fonction et le terme même dans l’expression «  morphologie sociale ». Cette notion faisait l’objet d’une section à part entière dans la revue L’Année sociologique qui regroupait les questions de géographie humaine, de démographie et l’étude des groupements ruraux et urbains (Menget 1998 ; Besnard et Boudon 1998). Même si elle était destinée à décrire des structures et des regroupements fonctionnels, l’idée selon laquelle les productions matérielles ou spatiales pouvaient révéler elles-mêmes les organisations sociales s’imposa progressivement.

La forme comme source en géographie et en archéologie

La géographie de l’histoire

2Dans leur ouvrage intitulé La Géographie de l’histoire, Jean Brunhes et Camille Vallaux ont cherché à définir les rapports généraux entre ces deux disciplines, faisant de la première l’auxiliaire de la seconde  : pour eux, seule l’histoire produisait les réalités géographiques, la géographie se contentant de proposer une cartographie de certains phénomènes historiques pour en cerner l’extension spatiale (Brunhes et Vallaux 1921). Les historiens utilisaient cette première géographie pour reconstituer des étendues territoriales ou retrouver, à travers la toponymie, des localisations anciennes  : «  le spécialiste de géographie historique devait (presque seulement) se pencher sur les textes laissés par les auteurs anciens et en extraire une information sûre grâce à une critique érudite très serrée » (Ozouf-Marignier 1995 : 77).

3Pourtant, dès le début du xxe siècle, en posant le principe de la géographie comme science d’observation et d’explication des faits matériels visibles à la surface de la terre, Élisée Reclus et Paul Vidal de la Blache avaient « inventé » un objet et une méthode qui leur étaient propres. L’analyse morphologique des phénomènes spatiaux devint la grille de lecture spécifique de la géographie (Meynier 1969  : 20, 32).

4Cette conception était fortement marquée par l’approche culturelle développée chez les géographes et historiens allemands. Influencés par la philosophie hégélienne, ils postulaient que l’espace portait « l’empreinte de l’esprit de ceux qui le modèlent », expression collective plutôt qu’individuelle qu’ils cherchaient à appréhender « à travers les manifestations matérielles – seule manière de saisir ce qui est l’œuvre d’une collectivité » (Claval 1984 : 72). La lecture morphologique devait donc permettre d’accéder à la compréhension de la société. Cette approche apparaît bien dans la métaphore de la « physionomie », couramment employée par les géographes dans la première moitié du xxe siècle  : « la multiplicité, la régularité et une certaine physionomie des rues correspondent également à divers degrés du développement de la civilisation » (Brunhes 1925 : 240  ; Robic 1995 : 41).

5Dans cette conception, la forme n’est que la projection au sol des aspirations humaines, la dynamique reste le fait des hommes qui agissent en transformant le milieu. C’est une vision morpho-fonctionnelle, où à telle forme doivent correspondre mécaniquement telle fonction et tel type de « civilisation ».

L’archéologie, une science d’observation des traces matérielles

  • 1 En montrant les liens entre archéologie et architecture dans le courant des xviiie et xixe siècles, (...)

6L’émancipation de l’archéologie par rapport à l’histoire et à l’histoire de l’art, qui accorde une place centrale à l’analyse des formes, s’est faite selon un modèle analogue1, l’objet l’emportant progressivement comme preuve historique sur les sources écrites et devenant support du discours : « Pour les antiquaires des xvie et xviie siècles, l’objet est une source directe, palpable, indiscutable, et pour peu qu’on sache l’analyser, une machine à remonter le temps » (Schnapp 1993 : 46). Dès le xviiisiècle, certains savants entrevirent la possibilité d’expliquer une culture en observant ses traces matérielles – objets, structures puis organisations spatiales (idem : 318). La prospection, la fouille et le relevé graphique remplacèrent l’analyse philologique. Devenu autonome par rapport à l’histoire des textes, ou pour les périodes sans écriture, l’archéologue dut élaborer une grille de lecture lui permettant d’identifier et de produire un discours sur les objets et les vestiges qu’il mettait au jour. La typologie lui a permis, à partir du classement des artefacts selon l’analyse des matériaux, de la forme et du décor, de les attribuer à une période chronologique, à un lieu ou à une société. La typologie est à la fois le moyen de reconnaissance et d’interprétation des vestiges, auxquels elle donne un cadre explicatif temporel, et le moyen de production d’un discours sur les sociétés passées.

7Le concept de typologie s’est structuré à travers celui d’évolution, développé dans les sciences naturelles au cours des xviiie et xixe siècles, les archéologues faisant une analogie entre l’évolution biologique et l’évolution des artefacts au sein d’une culture donnée (Schnapp 1993 : 397). L’observation portant, comme en géographie, sur des éléments localisés dans l’espace, la généralisation ne pouvait s’opérer qu’à partir des points géographiques particuliers que sont les sites types définis comme éponymes pour une culture, ce qui supposait un déplacement des populations et une diffusion culturelle. Un lien est ainsi établi à travers la culture matérielle pour localiser dans le temps des objets identiques trouvés dans des lieux géographiques différents. Ici aussi, la forme reste attachée directement à des sociétés qui la produisent et elle se diffuse spatialement avec elles.

8La recherche sur les formes du paysage a fait sienne cette approche typo-chronologique et morpho-fonctionnelle des paysages. Fortement marquée par l’analyse géographique allemande, transmise notamment en France par Marc Bloch (Toubert 1988), les formes du paysage étaient considérées comme révélatrices d’un type de pouvoir. Elles ne pouvaient alors survivre aux mutations des systèmes politiques et économiques qui les avaient produites. Ainsi, les sources planimétriques, au même titre que les données archéologiques souvent vues comme simplement complémentaires aux données textuelles, furent-elles utilisées pour mettre en lumière l’organisation spatiale matérielle des grandes sociétés qui s’étaient succédé. Cependant cette organisation était définie à travers les connaissances historiques ou les formes les plus évidentes  : aux sociétés protohistoriques, considérées comme insuffisamment organisées pour produire des formes paysagères structurées, succédaient les sociétés antiques aux voies arpentées et aux parcellaires planifiés. Le Moyen Âge apparaissait alors comme une période pauvre : à l’absence de pouvoir centralisateur fort ne pouvaient en effet correspondre que des aménagements limités dans l’espace, ceux produits par les élites étant surinvestis au détriment des «  aménagements » spontanés utilisant en grande partie les héritages des périodes passées.

Une relation plus complexe entre hommes et formes

Les formes non visibles des organisations sociales

  • 2 La réflexion sur l’utilisation des formes en géographie est toujours au centre des préoccupations d (...)

9Il semblait donc acquis que les formes pouvaient être un moyen d’accès privilégié à la connaissance des sociétés, le lien hommes/formes étant pensé comme réciproque et mécanique. Mais les travaux menés en géographie et en archéologie à partir des années 1960 ont montré que l’organisation sociale ne pouvait être déduite aussi simplement des formes. Pour les géographes, cette limite fut notamment à l’origine d’une critique de l’approche morphologique (Voir par exemple Merlin éd. 1988). Ils montrèrent que l’espace n’était pas que le « visible du paysage ». Devant l’importance prise par les réseaux invisibles (souterrains, hertziens, etc.), l’observation morphologique de la surface du sol peinait à rendre compte de l’ensemble des activités humaines (Bakis 1984 : 30-34) et elle ne permettait pas toujours de prendre en compte des pratiques non directement observables qui organisent pourtant les espaces – systèmes économiques, diffusion, innovation, pouvoirs politiques, etc. (Bailly et Béguin 1998 : 19). L’organisation spatiale n’était plus considérée du point de vue des formes en rapport avec des milieux physiques mais comme le résultat de pratiques que l’on pouvait modéliser, les géographes cherchant à repérer « des similarités, des règles, voire des lois » (Bailly et Ferras 1997 : 38). Cette approche les conduisit à développer une vision par processus et à abandonner l’examen des formes statiques2.

Une construction dans le temps

  • 3 L’adjectif « morphogénétique » désigne un élément qui structure et transmet une forme d’organisatio (...)

10L’archéogéographie a montré ces dernières années l’importance des héritages avec lesquels les sociétés conjuguent leurs propres créations. Certes, l’apparition de nouveaux groupes peut conduire à la création de formes originales, mais ce n’est pas une règle absolue et la réutilisation et la réappropriation de formes existantes sont courantes. De grandes tendances d’organisation mises en place à des périodes anciennes ont été développées postérieurement, avec un décalage chronologique rarement mis en évidence jusqu’alors. Des travaux récents ont révélé que les formes très abouties de certaines centuriations italiennes n’étaient pas dues à leur conservation mais plutôt au fait qu’elles avaient été développées par les sociétés médiévales et modernes qui les réutilisèrent et les complétèrent pour la gestion de l’eau (Marchand 2004 ; Brigand 2010). Une meilleure prise en compte des anciens parcellaires comme des réseaux supports de flux a été déterminante car elle a permis de reposer la question de la chronologie des formes et de leurs articulations avec les données archéologiques saisies à l’échelle du terrain (Robert 2003a, 2004 et à paraître b) (fig. 1). Les nombreux va-et-vient opérés avec l’archéologie de terrain et une meilleure compréhension de la dynamique des formes dans la longue durée ont montré l’impossibilité de leur assigner une date. L’analyse morphologique peut produire des informations sur les sociétés anciennes, comme l’illustrent les différents exemples de ce dossier, elle ne prétend plus reconstituer le paysage à une période donnée mais s’attache à mettre en évidence des grandes tendances d’organisation et leurs conditions de transmissions dans la longue durée. Des éléments morphogénétiques3 mis en place dès la période protohistorique – grands itinéraires routiers, pôles privilégiés d’occupation, etc. – peuvent influencer l’organisation du paysage jusqu’à aujourd’hui. On a relevé de nombreux cas d’insertion de constructions contemporaines dans des orientations parcellaires héritées de l’Antiquité, par exemple. Les mécanismes de cette transmission de l’orientation, de l’emplacement, de l’alignement, etc. ont été décrits (Chouquer 2000). Les flux hydriques, sédimentaires, humains sont essentiels à cette logique spatio-temporelle qui entraîne la reprise ou le prolongement d’axes existants, réactive d’anciens réseaux de circulation, et explique le développement et la survivance de certaines formes parfois très anciennes.

Fig. 1

Fig. 1

Insertion de l’orientation des structures gauloises et antiques dans les limites fortes du parcellaire à Courdimanche.

(Conseil général du Val-d'Oise - A. Lefeuvre)

La fabrique urbaine

11Le principe d’auto-organisation a été évoqué pour expliquer ces phénomènes de transmission (Marchand 2000). Il renvoie à la capacité d’un système à émerger et à s’entretenir sans que sa structure d’ensemble n’ait été définie de l’extérieur. Elle « résulte en grande partie des interactions entre les éléments qui composent le système » (Durand-Dastés et al. 1998 : 17). Pour autant, il ne s’agit pas de déterminisme naturel ou formel, car c’est bien l’homme qui est au cœur de ces transmissions, qui choisit de réactiver ou de prolonger tel ou tel tracé ancien. Même si, la plupart du temps, il n’est pas conscient de l’ancienneté de ces formes, il en est le vecteur de transmission. En revanche, dans cette notion de l’auto-organisation, la question des échelles est fondamentale puisque la structure que l’on perçoit à l’échelle macroscopique est le résultat d’un grand nombre d’interactions à l’échelle microscopique.

12La notion de fabrique urbaine qui propose d’étudier conjointement les stratégies des acteurs et la morphologie ouvre une piste pour étudier les relations qu’entretiennent les formes et les hommes d’une part, et mesurer leur degré d’intentionnalité dans l’émergence des organisations d’autre part. Les études menées à Tours, Paris ou Pontoise, par exemple, montrent que la relation est complexe entre hommes et formes (Noizet 2007 ; Robert à paraître a ; Robert et al. à paraître). En dehors des planifications volontaires qui sont souvent limitées dans l’espace et le temps, les acteurs perpétuent ou créent des formes sans véritable volonté consciente de le faire. À Pontoise, en croisant les échelles et les sources, on peut lire l’évolution de la ville comme une construction dans la longue durée, intégrant à la fois des organisations échappant en partie aux élites urbaines – intégration dans la trame rurale préexistante, variations du réseau des voies de grande communication, développement spontané de marchés aux portes, etc. – et des aménagements qu’elles produisent et contrôlent – enceintes, liaisons entre les pôles, passages ponctuels (fig. 2). La forme urbaine ne peut être comprise ni comme le seul résultat d’une suite d’opérations urbanistiques, ni comme une forme auto-organisée sans aucun contrôle local. Elle résulte d’une combinaison subtile entre différents niveaux d’organisation, les opérations urbanistiques assurant une cohérence à des formes qu’elles n’ont pas organisées et produisant elles-mêmes de nouvelles formes qui se transmettent dans le temps. L’existence des logiques spatiales dont héritent les sociétés ne peut donc apparaître comme un nouveau type de déterminisme car les formes ne peuvent se transmettre sans les hommes. Cependant, une multitude d’actions humaines menées à l’échelle locale peut conduire à la construction et la transmission d’une organisation à l’échelle supralocale, ici la ville.

Fig. 2

Fig. 2

À Pontoise, la forme urbaine résulte d’une combinaison subtile entre des circulations d’échelle régionale, l’ancienne trame rurale et des opérations urbanistiques qui assurent une cohérence à des formes qu’elles n’ont pas organisées ou qui produisent elles-mêmes de nouvelles formes (cf. Robert à paraître a)

L’enseignement de l’archéogéographie à l’Université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

L’archéogéographie est enseignée aujourd’hui à l’Université de Paris 1 dans l’Ufr 03, Histoire de l’art et archéologie. Une première initiation aux méthodes et aux résultats est donnée en Licence 3 dans le cours « Méthodes de l’archéologie ». En treize séances de cours magistraux, les étudiants sont initiés à la lecture des grands types de sources planimétriques  : cartes anciennes, imagerie aérienne, relevés de chantier, etc., ainsi qu’à la réalisation de la carte compilée et des bases de données géographiques utilisées. Les principaux types de formes parcellaires et viaires connus en Europe sont explorés.

L’archéogéographie est une des spécialisations du master «  Archéologie et environnement » dirigé par Christophe Petit. Les concepts qui sous-tendent l’analyse morphologique et leur évolution sont expliqués. L’enseignement méthodologique est approfondi par l’utilisation des systèmes d’information géographique. Les outils développés dans le cadre de programmes de recherches comme l’Anr Alpage (Analyse diachronique de l’espace urbain parisien  : approche géométique, cf. infra) sont transmis et enseignés aux étudiants qui peuvent s’en servir pour leurs travaux. Mis au point en juin 2010, l’outil MorphAL (Robert et al. à paraître b) a ainsi pu être utilisé dans quatre mémoires soutenus en 2011, pour lesquels il a donné des résultats conséquents. L’interaction entre les étudiants et les concepteurs a permis aussi de proposer des améliorations de l’outil. Depuis 2002, dix étudiants ont été formés dans la spécialité « Archéogéographie » au sein du master «  Archéologie et environnement » de l’Université de Paris 1, quatre ont réalisé une thèse en archéogéographie, dont une financée par une bourse de la région Île-de-France, et trois ont poursuivi un post-doctorat à l’étranger.

Les étudiants du master « Archéologie médiévale et moderne », dirigé par Joëlle Burnouf, peuvent eux aussi se spécialiser en archéogéographie. Depuis 2008, six masters avec cette spécialisation ont été réalisés, et trois étudiants vont poursuivre en thèse à partir de 2011-2012.

Les programmes Anr Alpage (cf. infra), coordonné par Hélène Noizet, et Dynarif (Dynamique et résilience des réseaux routiers en région Île-de-France), coordonné par Sandrine Robert et Nicolas Verdier, ont accueilli depuis 2006 une dizaine d’étudiants inscrits en master d’Histoire ou d’Archéologie de l’Université Paris 1, leur donnant un accès privilégié aux sources planimétriques, aux outils, ainsi qu’un environnement de travail propice à leur formation.

Les débouchés portent sur l’enseignement, la recherche, l’archéologie chez les différents opérateurs, mais aussi sur l’aménagement du territoire avec le développement d’une activité de consultant en archéogéographie (cf. infra).

13Depuis la naissance de l’analyse morphologique au xixe siècle et son transfert en géographie et en archéologie, la conception de la relation entre hommes et formes a donc posé de nombreuses questions et a évolué avec le temps. La dynamique qui fut d’abord pensée comme une volonté consciente des sociétés qui se succédaient de transformer leur milieu s’avère aujourd’hui plus complexe. Les héritages et les réappropriations ne peuvent être sous-estimés. De même, les stratégies des acteurs doivent être étudiées séparément de l’analyse morphologique elle-même car le lien n’est pas forcément réciproque et conscient. C’est tout l’intérêt d’associer aujourd’hui l’étude des traces matérielles, les formes planimétriques et les écrits dans une relation qui ne les réduise pas l’un à l’autre.

Haut de page

Bibliographie

Bailly, A. et H. Béguin. 1998. Introduction à la géographie humaine. Paris, Armand Colin, 216 p.

Bailly, A et R. Ferras. 1997. éléments d’épistémologie de la géographie. Paris, Armand Colin, 191 p.

Bakis, H. 1984. Géographie des télécommunications. Paris, PUF, 127 p.

Besnard, P. et R. Boudon. 1998. « Durkheim et les durkheimiens », in : Encyclopaedia Universalis (cédérom), Paris, Encyclopædia Universalis France, n.p.

Brigand, R. 2010. Centuriations romaines et dynamique des parcellaires. Une approche diachronique des formes rurales et urbaines de la plaine centrale de Venise (Italie). Thèse dactylographiée, Univ. de Besançon (dir. F. Favory), Univ. de Padoue (dir. G. Rosada), 2 vol.

Brunhes, J. 1925. La géographie humaine. Les faits essentiels groupés et classés, principes et exemples, t. I. Paris, Félix Alcan, 574 p.

Brunhes, J. et C. Vallaux. 1921. La géographie de l’histoire  : géographie de la paix et de la guerre sur terre et sur mer. Paris, Félix Alcan, 716 p.

Chouquer, G. 2000. L’étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire. Paris, Errance, 208 p.

Claval, P. 1984. Géographie humaine et économique contemporaine. Paris, PUF (Fondamental), 442 p.

Collectif. 2006. Géopoint 2004. La forme en géographie. Avignon, Groupe Dupont et Umr Espace éditeurs, 512 p.

Durand-Dastés, F., F. Favory, J.-L. Fiches, H. Mathian, D. Pumain, C. Raynaud, L. Sanders et S. Van der Leeuw. 1998. Archaeomedes. Des oppida aux métropoles. Archéologues et géographes en vallée du Rhône. Paris, Anthropos (collection Villes), 280 p.

Gerosa, P. G. 1992. éléments pour une histoire des théories sur la ville comme artefact et comme forme spatiale (xviiie-xxe siècle). Strasbourg, Université des Sciences humaines de Strasbourg / école d’architecture de Strasbourg (Villes-Sociétés-Idées, 7), 284 p.

Marchand, C. 2000. Recherches sur les réseaux de formes. Processus dynamiques des paysages du Sénonais occidental. Thèse de l’Université F. Rabelais, Tours, 346 p.

— 2004. « Des centuriations plus belles que jamais ? Proposition d’un modèle dynamique d’organisation des formes ». Études rurales, n°  167-168 : 93-115.

Menget, P. 1998. «  Fonction et fonctionnalisme », in  : Encyclopaedia Universalis (cédérom), Paris, Encyclopædia Universalis France, n.p.

Merlin, P. (éd.). 1988. Morphologie urbaine et parcellaire. Actes du colloque d’Arc-et-Senans, octobre 1985. Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 295 p.

Meynier, A. 1969. Histoire de la pensée géographique en France  : 1872-1969, Paris, PUF (coll. SUP), 224 p.

Noizet, H. 2007. La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (ixe-xiiie siècle). Paris, Publications de la Sorbonne, 504 p.

Ozouf-Marignier, M.-V. 1995. « Géographie et histoire », in : A. Bailly, R. Ferras et D. Pumain (dir.), 1995, op. cit.  : 75-89.

Robert, S. 2003a. « Archéologie préventive et morphologie  : deux points de vue scientifiques différents », in : Actes du colloque AGER  : Actualité de la recherche en histoire et archéologie agraires, Besançon, 19-20 septembre 2000. Besançon, Presses Universitaires Francomtoises : 41-53.

2003b. L’analyse morphologique des paysages entre archéologie, urbanisme et aménagement du territoire. Exemples d’études de formes urbaines et rurales dans le Val-d’Oise. Thèse de doctorat, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 621 p.

2004. « Comment les formes se transmettent-elles  ? », Études rurales, n°  167-168 : 115-132.

À paraître a. « La ville de Pontoise au Moyen Âge : entre impensé et stratégie des élites », Archéologie médiévale, t. 41.

À paraître b. « Des outils pour l’analyse de la transmission des trames et réseaux planimétriques  : approches multiscalaires et traitements sur SIG », in : Colloque du réseau thématique pluridisciplinaire «  Paysage et environnement, de la reconstitution du passé aux modèles prospectifs », Chilhac, 27-30 sept. 2006.

Robert, S., E. Grosso, P. Chareille et H. Noizet. À paraître. « Premières analyses morphologiques du parcellaire parisien », in : H. Noizet, B. Bove et L. Costa (éd.), Paris de parcelles en pixels  : des plans Vasserot au SIG, Actes du colloque de Paris, 7-8 juin 2010. Alpage, Presses Universitaires de Vincennes.

Robic, M.-C. 1995. « épistémologie de la géographie », in : A. Bailly, R. Ferras et D. Pumain (dir.), Encyclopédie de géographie. Paris, Economica : 37-55.

Schnapp, A. 1993. La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie. Paris, éditions Carré, 511 p.

Toubert, P. 1988. « Préface », in : M. Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française. Paris, Armand Colin : 5-41.

Haut de page

Notes

1 En montrant les liens entre archéologie et architecture dans le courant des xviiie et xixe siècles, P. Gerosa précise : « Nous sommes ici dans le monde des formes » (Gerosa 1992 : 141).

2 La réflexion sur l’utilisation des formes en géographie est toujours au centre des préoccupations de cette discipline, comme l’a montré le colloque du groupe Geopoint qui s’est tenu en Avignon en 2004 (Collectif 2006).

3 L’adjectif « morphogénétique » désigne un élément qui structure et transmet une forme d’organisation spatiale dans la longue durée (Chouquer 2000).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Insertion de l’orientation des structures gauloises et antiques dans les limites fortes du parcellaire à Courdimanche.
Crédits (Conseil général du Val-d'Oise - A. Lefeuvre)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 2
Légende À Pontoise, la forme urbaine résulte d’une combinaison subtile entre des circulations d’échelle régionale, l’ancienne trame rurale et des opérations urbanistiques qui assurent une cohérence à des formes qu’elles n’ont pas organisées ou qui produisent elles-mêmes de nouvelles formes (cf. Robert à paraître a)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1502/img-2.png
Fichier image/png, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Robert, « Des formes et des hommes », Les nouvelles de l'archéologie, 125 | 2011, 13-17.

Référence électronique

Sandrine Robert, « Des formes et des hommes », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 125 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/1502 ; DOI : 10.4000/nda.1502

Haut de page

Auteur

Sandrine Robert

Maître de conférences associée, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Mae Nanterre, Umr Archéologies environnementales
sandrine.robert@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org