Navigation – Plan du site
Dossier: L'archéogéographie: Un état des lieux et de leurs dynamiques

Les mondes analogiques antiques et l’archéogéographie de l’espace

L’exemple des controverses agraires
Gérard Chouquer
p. 8-12

Résumé

Dans un livre puissant intitulé A gramática do tempo (2006), le théoricien portugais Boaventura de Sousa Santos note que la modernité occidentale repose sur une trajectoire qui associe une séquence logique et une séquence temporelle, et qu’elle se caractérise par la dualité de ses racines et de ses options. Cette idée est très proche de l’analyse d’Augustin Berque qui explique, en 2003, que : « Les lieux réels de l’écoumène combinent en effet logique de l’identité et logique du prédicat : les choses y possèdent d’une part une identité physique (A est A, cette pluie est H2O), strictement localisable dans les limites de leur topos ; mais d’autre part, elles existent en fonction des prédicats – c’est-à-dire la valeur et le sens – dont l’existence humaine les charge au fil de l’histoire (A est B, cette pluie est un désastre pour le Sauternes) », et dont il a donné une analyse de fond dans son Écoumène (Berque 2000)…

Haut de page

Texte intégral

1Dans un livre puissant intitulé A gramática do tempo (2006), le théoricien portugais Boaventura de Sousa Santos note que la modernité occidentale repose sur une trajectoire qui associe une séquence logique et une séquence temporelle, et qu’elle se caractérise par la dualité de ses racines et de ses options. Cette idée est très proche de l’analyse d’Augustin Berque qui explique, en 2003, que : « Les lieux réels de l’écoumène combinent en effet logique de l’identité et logique du prédicat : les choses y possèdent d’une part une identité physique (A est A, cette pluie est H2O), strictement localisable dans les limites de leur topos ; mais d’autre part, elles existent en fonction des prédicats – c’est-à-dire la valeur et le sens – dont l’existence humaine les charge au fil de l’histoire (A est B, cette pluie est un désastre pour le Sauternes) », et dont il a donné une analyse de fond dans son Écoumène (Berque 2000).

2Reprenant l’idée du théoricien portugais, je relève que si, dans les sociétés modernes, la connaissance est logico-temporelle, elle est analogico-spatiale dans les sociétés non modernes. C’est introduire entre elles une différence ontologique et épistémologique majeure, puisque le mode d’être au monde étant différent (l’ontologie), le mode d’établissement des connaissances le sera tout autant (l’épistémologie).

3La connaissance moderne aurait dû être accumulative et dynamique mais, loin de s’enrichir de ce qu’elle pouvait observer en intégrant les modes logiques des autres rationalités, elle a au contraire pratiqué ce que B. de S. Santos nomme l’« épistémicide », en ce sens qu’elle a rejeté toute connaissance ne lui convenant pas. Dès lors, l’objectif est de redécouvrir la diversité épistémique du monde, c’est-à-dire la variété des modes d’être et de connaissance et, pour nous qui travaillons sur les différents passés, les modes d’être et de connaissance des sociétés et des mondes du passé. Or, explique B. de S. Santos, la caractéristique fondamentale de l’épistémicide moderne occidental est précisément de concevoir les autres rationalités non pas comme telles, mais comme de la matière première à étudier par la seule rationalité moderne. Sortir de cette posture n’est pas simple et représente un enjeu pour l’anthropologie, l’histoire, l’archéologie, l’archéogéographie, qui étudient des mondes dans lesquels l’onto-épistémologie était totémiste, animiste, analogique pour les plus nombreuses, ou encore mixte. Pourtant, au lieu de faire de ces rationalités des véhicules amenant à la connaissance des sociétés qui les mettaient en œuvre, ce qui reviendrait à tenter de se couler dans leurs modes de pensée, à faire de l’anthropologie expérimentale comme on fait de l’archéologie expérimentale, nous avons tendance à les en extraire pour en faire des chapitres de l’étude. Et, le plus souvent, nous les modernisons encore un peu en les assimilant à des représentations au prix d’une erreur manifeste : la dualité nature/représentations, qu’on peut exprimer par la dualité entre unicité de la nature, d’un côté, et multiplicité des cultures et donc des représentations, de l’autre, est un caractère de la modernité. En ce sens onto-philosophique, les « représentations » n’existent pas dans l’Antiquité et au Moyen Âge. La question n’est donc pas de traiter l’animisme des sociétés africaines ou préhistoriques, ou l’analogisme des sociétés antiques et médiévales, comme différents schémas de représentation du monde, mais au contraire d’en faire des outils de la connaissance quel que soit le domaine abordé – l’ordre des champs, les pratiques sacrées, les liens de parenté et le rapport entre les lignages, la terre et les ressources, l’organisation du « droit », la nature des cités… ou encore les liens qui unissent toutes ces questions.

Le raisonnement analogique

  • 1 L’autosimilarité est le caractère d’un objet dans lequel on peut trouver des similarités en l’obser (...)

4Nous connaissons l’analogie comme étant un mode de raisonnement, et nous en connaissons bien les dangers (Bouveresse 1999). Mais les anthropologues et les philosophes nous ont appris qu’elle est surtout, et avant tout, une façon d’être au monde, ce que j’appelle désormais une onto-épistémologie, en référence aux travaux de Michel Foucault, Pierre Bourdieu (notamment Le sens pratique) et Philippe Descola. Cette manière d’être au monde se manifeste dans des textes dont la lecture nous est très difficile. Dans un récent ouvrage sur le monde romain (Chouquer 2010), j’ai tenté de mettre en œuvre la nouvelle vision des réalités formelles que ces lectures m’ont apportée, l’espace et le territoire m’apparaissant façonnés autant par des chaînes analogiques complexes et des hétérogénéités que par les pensées modernes, toujours plus centralisatrices et autosimilaires1.

Le corpus gromatique, un monument de la pensée analogique

5Mais comment faire pour que « l’analogisme » devienne une méthodologie et pas seulement un objet de recherches ? Comment échapper à l’analyse extérieure d’une réalité différente pour faire de l’anthropologie expérimentale ?

6En réponse à l’invitation de Magali Watteaux, je souhaite illustrer ici cette disposition d’esprit en m’intéressant à la question de l’analogie chez les arpenteurs romains, appliquée au domaine des controverses agraires. La lecture du corpus gromatique (environ 400 pages de textes ou de fragments sauvés d’un ensemble plus vaste concernant l’arpentage et le traitement du territoire dans l’Antiquité) m’a en effet convaincu qu’il s’agissait d’un monument de la pensée analogique. Cette pensée structure le travail de l’arpenteur sur le terrain, puisque le système de signes qu’il met en place et dont il dresse en quelque sorte la légende repose sur la mise en série progressive d’éléments que notre rationalité actuelle nous conduirait à classer différemment. D’abord, l’arpenteur utilise son corps pour appréhender l’espace géographique par analogie, en établissant un langage qui s’y réfère : pas, coudées, paume, main droite, main gauche, pied, etc. Ensuite, il ordonne les réalités à sa manière, différente de la nôtre. Nous classons en général les montagnes et les bassins versants dans la géomorphologie, les bornes dont on retrouve la trace matérielle dans l’archéologie, et les notions juridiques dans le « droit ». Dans la pratique antique courante, les arpenteurs créaient des liens et constituaient des chaînes rationnelles entre des éléments que nous jugeons, nous, hétéroclites. J’ai donc essayé de montrer que diverses curiosités présentes dans les textes, comme les « lettres remarquables » (litterae singulares), les « maisons des lettres » (casae litterarum) et autres formes du bornage et de la description resteraient des étrangetés tant que nous n’utiliserions pas au minimum, et d’ailleurs sans garantie de succès, l’épistémologie analogique.

7En disant cela, je ne sous-estime pas les difficultés d’interprétation ni la légitime critique de l’établissement des textes, qui est l’affaire des spécialistes. Mais, avant de prononcer un verdict d’irrecevabilité pour corruption de ces derniers, par exemple, il faut déjà regarder si l’entrée analogique ne propose pas des formes de compréhension auxquelles le naturalisme méthodologique moderne ne peut accéder.

8Un des aspects les plus originaux de l’analogisme méthodologique des arpenteurs est la pérégrination déambulatoire qui leur permet de reconnaître les limites d’une unité – un territoire, un fundus, une assiette d’assignation – par la compilation progressive de toutes les bornes et marques qui en délimitent le pourtour. Et la méthode de calcul de la surface est elle-même analogique : la forme est insérée dans un rectangle de référence dont on va progressivement calculer les chutes pour obtenir, par défaut, la superficie du territoire mesuré.

9J’ai montré ensuite que la structure même du classement des Controverses agraires était analogique. Quinze cas sont exposés dans ce texte, daté de la fin du ier s. de notre ère, dont on possède plusieurs versions. On peut y voir à la fois une esquisse d’un droit agraire et une esquisse de manuel de procédure agraire, puisqu’il rend compte d’exemples pouvant susciter la controverse ainsi que du partage des tâches entre l’arpenteur agissant comme juge et le juge ordinaire du droit civil.

Un raisonnement de proche en proche

10La formalisation juridique des Controverses est l’aboutissement du travail de compilation des juristes de l’Antiquité tardive, ce qui nous prive d’une bonne connaissance du rythme historique des changements. Elle repose sur l’enchaînement de proche en proche des cas.

11Voici un exemple du raisonnement : comment pourrais-je savoir la position des bornes si je ne connais pas d’abord le rigor, c’est-à-dire la visée initiale de l’arpenteur ? Je vais donc classer deux controverses, celle sur la position des bornes et celle sur le rigor, comme les points initiaux de ma chaîne logique (controverses générales préliminaires ou initiales). Comment, ensuite, pourrais-je m’interroger sur la limite, si je ne connais pas l’emplacement des bornes et ne peux donc pas fixer la fameuse bande de cinq pieds qui sépare deux fonds contigus et qu’aucun des deux voisins ne peut s’approprier ? Comment, également, pourrais-je connaître la nature des lieux si je ne dispose pas des bornes et ne peux pas me référer à leur classification initiale ? Je vais donc classer les deux controverses sur la limite et sur le lieu comme des controverses générales matérielles, légitimes. Puis, dans ces conditions, comment pourrais-je disserter sur la mesure et fonder l’opinion de la personne qui doit juger si je confonds les lieux et ne peux pas les mesurer chacun pour ce qu’ils sont ? On a compris la méthode progressive de classement. L’arpenteur et le juge agraire travaillent et définissent les cas en procédant à un déplacement successif du raisonnement d’étape en étape, liées entre elles par de progressifs transferts d’une notion à l’autre, par contiguïté pourrait-on dire. L’arpenteur déambule de point en point dans son esprit autant qu’il le fait sur le terrain, compilant et associant les formes, les matérialités, les signes.

12J’ai tenté d’appliquer cette manière analogique de raisonner à l’ensemble de l’espace agraire pour proposer une vision non réduite des oppositions qui s’y font jour, toutes fondées sur l’hétérogénéité et l’association, en mettant à l’épreuve l’hypothèse suivante : le territoire antique n’a pas de cohérence initiale, il est le résultat de l’intervention désordonnée de projets différents ; par exemple, j’ai beaucoup défendu l’idée que l’assignation possède sa logique propre, irréductible à une autre, celle d’un territoire défini, préalable, disposant de limites infranchissables.

13Pour tenter de remédier à cette dispersion, il existe, dans l’Antiquité, des formes intégratives qui réduisent la fragmentation que les logiques différentes ont inscrite dans le territoire. Ces logiques intégratives sont, par exemple, la diffusion du droit latin dans certaines provinces et la municipalisation. Elles uniformisent les conditions et éventuellement les formes, quand la centuriation est employée à cet effet. C’est sans doute aussi le cas de la structure fundiaire, utilisée comme cadre organisateur dans les Tables alimentaires du début du iie s. pour assoir la fiscalité fundiaire ou prédiale, fondée sur la structure des domaines appelés fundi ou praedia. Le pagus, ressort fiscal type dans les campagnes, sert lui aussi à structurer l’espace dans une hiérarchie organisatrice très tôt mise en place dans l’Empire et dont les documents plus tardifs donnent une vision emboîtée intéressante fundus>pagus>cité. Bien que l’on ignore son extension géographique (à tout l’Empire, ou seulement à certaines régions ?), le pagus est parfois devenu une unité fondamentale de l’espace, comme la Table de Trinitapoli nous en informe avec un grand luxe de détails.

14La difficulté principale de cette espèce d’anthropologie expérimentale tient en premier lieu à la question des mots auxquels il faut donner un sens en même temps que l’on cherche à comprendre ce que peut être le processus analogique, faute de quoi l’exercice serait impossible. Or, la plupart des mots posent de lourdes difficultés. Est-on certain de bien comprendre ce que sont le fundus, le pagus, les casae litterarum, le locus, l’opinio de l’arpenteur ? Que signifient vraiment des notions abstraites pour nous comme la « transcendance ou passage des controverses » (transcendentia controversiae), la continuité du sol (continuatio soli), etc. ? Dans le domaine des controverses agraires, un nombre appréciable des notions pose toujours de vrais problèmes d’interprétation.

15Une autre difficulté à laquelle se heurte la mise en œuvre expérimentale de l’analogisme réside dans l’établissement du mode de relation entre les informations juridiques et gromatiques et les autres réalités antiques, géographiques ou institutionnelles. Leurs relations sont difficiles à comprendre justement parce que les réalités ne s’emboîtent pas (Chouquer 2010 : 133, fig. 24). Entre les types administratifs (colonies, préfecture, pagi, montes), les types d’agri (divisés, assignés, vendus, occupatoires, etc.), les types d’arpentage (mesuré de l’intérieur, mesuré par l’extrémité, non mesuré), les types d’évaluation (par l’estimation ou par la mesure), les types d’archives (plan ou pas, contrats, autres archives), les types d’action en justice (l’action ou l’interdit), les types de bornage, etc., nous ne savons pas encore proposer une description/articulation qui soit capable de faire des liens analogiques. Pourtant, nous les devinons dans l’émiettement même car sans ces liens de proche en proche, ou par convenance, ou par comparaison, etc., le monde antique n’aurait eu aucune logique, aucune rationalité.

Quelques mots importants

16J’ai insisté sur quelques termes majeurs qui, jusqu’ici, n’ont pas beaucoup été exploités par les historiens ou les archéologues pour décrire et analyser l’espace. J’en choisis trois parmi les plus importants, ne pouvant ici parler de la comparatio, de la similitudo, de la continuatio (Chouquer 2010 : 201-202).

17Le terme Analogia, qui veut dire analogie, rapport, proportion, apparaît sous la plume d’Agennius Urbicus dans le long commentaire initial de sa source d’époque flavienne. Il se rapporte à la géométrie et à l’art de la mesure que domine l’arpenteur. Il évoque :

18– des analogies géométriques : on peut songer à diverses formes de champ et de surfaces à mesurer, désignées par des expressions imagées : champ en forme de lune, de croissant, de tête de bœuf ;

19– des analogies harmoniques « comme les contraires, les quintes ou les sixtes et tous les autres intervalles », mesures fondées sur des rapports arithmétiques.

20Le terme possède le sens de proportion ou de mise en rapport, sens constant et général qui donne sa caractéristique principale à la rationalité antique. Il s’agit d’une rationalité qui peut être qualifiée de « spatiale », car c’est par la mise en relation dans l’espace que se fait la cohérence, bien plus que par le récit historique et la cohérence dans le temps.

21La Convenientia, ou convenance, est le point de l’espace où se constate l’accord des possesseurs entre eux. Ainsi, on trace une limite par une ligne régulière ou droite qui va d’un point de convergence ou d’accord des possesseurs à un autre de même type (ex convenienti ad convenientem ; ex convenientia). Le point de convenance est donc le point de convergence des limites entre les différentes possessions (Sic. Flac, 103 Th ; 105 Th). Comme le remarque avec sagesse Hygin, quand des possesseurs ont convenu des limites entre eux, et même si ces limites sont différentes de celles antérieurement portées dans les archives, notamment sur le plan cadastral, que peut-on faire de mieux que de s’y ranger ? « Ainsi, écrit-il, comment pourrait-on revenir au bronze si, comme je l’ai dit, pour les deux personnes entre lesquelles il y a controverse, les possessions conviennent ? ». Ce point s’explique par le fait que la convenance n’est pas seulement un accord oral entre deux voisins, mais correspond à l’établissement d’une determinatio ou d’une definitio, comme l’indique Agennius Urbicus (28,24 - 293 Th ; trad. Chouquer et Favory 2001 : 386, n° 392 ; trad. reprise et améliorée par Arnaud 2006 : 76). La determinatio ou definitio fait donc office d’enregistrement de la mutation, ce qui explique que l’arpenteur la prenne en considération.

  • 2 Subsecivum : terme intraduisible désignant une centurie dont on n’a pas pu fermer complètement les (...)

22La convenance est une façon de créer des liens métaphoriques, c’est-à-dire de faire prévaloir un principe de connexité ou de contiguïté dans l’espace qui prévaut sur tout autre rapport (Descola 2005 : 286 ; Foucault 1966 : 33). De là, des dispositifs étonnants ou incompréhensibles pour nous, par exemple le soin que mettent les arpenteurs à bien préciser que les plus proches voisins se sont approprié les subsécives2 ou les biens publics en général, et donc que tel bois, situé au-delà du troisième ou du quatrième voisin du lot de tel colon, lui est néanmoins accessible au titre de bien indivis. Pourquoi ? Parce qu’il y a rupture de la continuité physique, entre le lot et le bien commun, et qu’on pourrait penser le contraire.

  • 3 Est naturaliste, au sens épistémologique du terme, la méthodologie fondée sur l’ontologie moderne d (...)

23La convenance, en matière de fixation de la limite, est exactement le contraire de la règle de droit stable qui s’imposerait de l’extérieur à une réalité mobile afin de la fixer, fut-ce au détriment d’elle-même. C’est le contraire d’une disposition naturaliste3 qui, devant les irrégularités du réel, aurait besoin de convoquer des règles externes pour fixer des ressemblances. C’est la fixation par la forme du proche en proche (Foucault 1966 : 33), la disposition qui fait de la proximité dans l’espace un élément aussi déterminant, voire plus, que la stabilité dans le temps garantie par l’archive.

24Ratio se traduit par rapport, proportion, ordre, logique, mode, règle, système. Ce mot, absolument central dans l’analogisme antique, a été jusqu’ici plutôt compris comme une modernisation parce qu’il se réfère souvent aux mesures. Plusieurs sens se dégagent.

  1. Le mot signifie mise en rapport ou proportion. La ratio, c’est le rapport qui permet de passer d’un existant à un autre, d’un singulier à un autre, par une proportion qui peut être exprimée de façons diverses. La ratio des choses, c’est le mode de liaison qu’elles ont entre elles et qui fait chaîne. Dans l’espace divisé par une limitation, cette mise en rapport passe évidemment par le quadrillage.

25La ratio est l’ensemble des éléments d’une relation donnée ou d’un rapport. La ratio d’un ensemble de bornes est donc quelque chose de plus que la visée qui en réunit deux, elle est tout ce qui fait la limite entre deux voisins, par la relation de proche en proche. On retrouve le même sens chez le Pseudo-Agennius, toujours à propos des ensembles de bornes en relation : un praticien incompétent peut ne pas voir que les bornes obéissent à des relations, rationes (30, 20 Th).

  1. Le mot a un sens très voisin du sens précédent lorsque, toujours à propos du bornage, le Pseudo-Agennius précise : « Cependant, en vérité, un grand nombre [de possesseurs] suit non seulement la coutume du sacrifice mais aussi la ratio et les plante sur la limite elle-même » (33, 8-10 Th ; trad. H. Marchand). La coutume est, quelquefois, de planter les bornes là où l’on fait le sacrifice, même si ce n’est pas exactement à l’endroit où il est accompli. La ratio est le respect du lieu précis où il faut les planter, en fonction de la limite elle-même, définie par des alignements et des positions de bornes, et par le respect de la bande de cinq pieds séparant les possesseurs voisins mais ne leur appartenant pas. Le bornage respecte donc la ratio lorsqu’il est conforme à ces éléments de droit. Le mot ratio peut ici être traduit par des expressions équivalentes : ordre du bornage, logique du positionnement des bornes.

  2. Ratio signifie aussi règle. C’en est une que d’attribuer toute la pente au possesseur du haut pour qu’il garantisse sa terre ; alors que certains dérogent à cette ratio, l’arpenteur devra apprécier (32, 17 Th) ; plus sûre apparaît la règle ou l’habitude qui veut qu’on garantisse la possession jusqu’à la base de la pente, même si les bornes font défaut (32, 22 Th). Adopter cette règle permet de garantir, par exemple, la stabilité des terrasses et la distribution de l’eau.

  3. Quelquefois, le mot ratio signifie méthode, notamment dans l’expression ratio mensurae, par laquelle Frontin désigne le recours à la méthode des mesures pour trancher un litige dans les terres assignées.

  4. Enfin, le mot ratio signifie système au sens fort du terme, comme dans l’expression de ratio mundi, le système du monde. Ce sens très globalisant ne renvoie pas à l’abstraction naturaliste mais à une conception cosmocentrique du monde comme collectif au sein duquel sont distribuées les myriades de singularités qui le composent (Descola 2005 : 383). Toutefois, il n’y a aucune raison de voir dans le quadrillage de la centuriation le summum de la ratio mundi, comme si, dans les territoires non quadrillés, l’ontologie aurait été plus faible : le système n’est pas moindre dans la terre occupatoire (ager occupatorius) qu’il l’est dans la terre divisée. Penser ainsi serait, une fois encore, une attitude de modernisation des réalités antiques.

26Ce collectif cosmocentrique, fondé sur un analogisme ambitieux, nous donne aujourd’hui des états d’âmes, d’où notre perplexité, pour ne pas dire plus, devant le fonctionnement des archives cadastrales. Nous lisons un texte, une liste, un diagramme, un recueil, comme une information et mentalement, à notre insu, nous l’érigeons en catégorie, parce que nous sommes naturalistes. Or, dans le tableau ou la liste qui suivent, sous le même titre ou, plus troublant encore, le même item, nous trouvons des mots, des nombres, des signes ou des figures différents. Alors, déroutés pour expliquer ce que nous lisons, nous sommes enclins à voir une erreur due à la médiocre qualité de la transmission, en oubliant que ceux qui l’ont assurée comprenaient peut-être mieux que nous ce qui en était l’objet puisqu’ils partageaient peu ou prou la même vision analogique des choses. Nous ne comprenons le système du monde que par l’intermédiaire de notre anthropocentrisme et de notre religion de la géométrie. Pour nous, la singularité des existants est inconcevable si elle n’est pas rationnellement classée par des taxinomies qui ne doivent pas se recouper. Deux existants différents ne peuvent être nommés par le même mot, répertoriés par le même signe, etc.

27En conclusion de cette brève présentation, je souhaiterais dessiner le programme de travail archéogéographique qui est devant nous, autour de la question des controverses agraires, pour rester dans l’exemple choisi. Pour comprendre l’analogisme méthodologique de l’Antiquité romaine, il nous faut reprendre, patiemment et consciemment, l’ensemble des dossiers documentaires que nous possédons et en proposer de nouvelles formulations (Chouquer 2008). Par exemple, les importantes vignettes qui accompagnent les textes des auteurs gromatiques attendent d’être analysées selon la méthodologie analogique, en liaison avec les textes. Il y a dans les travaux de Delphine Accolat (2005) et d’Antonio Gonzalès (1994) des matériaux à exploiter en ce sens. Mais les deux auteurs choisissent d’entrer dans la matière par la thématique du « paysage » et de la mise en scène, selon une approche moderne qui ne dit rien de la rationalité analogique principale. Dans le domaine des controverses, les vignettes du Liber diazografus sont majeures et inexploitées. Le corpus des bornages offre des matériaux tout aussi importants pour comprendre les types de relation que mettent en jeu la limite et ses formes de matérialisation. Enfin, l’étude de la métrologie, insuffisamment développée, mériterait également d’être reprise à cette aune.

Haut de page

Bibliographie

Accolat, D. 2005. « Représenter le paysage antique. Des normes des arpenteurs romains aux témoignages épigraphiques (iie-ixe siècle) », Histoire et sociétés rurales, n° 24 : 7-56.

Arnaud, P. 2006. « Des documents méconnus du bornage : determinatio, depalatio, definitio », in : A. Gonzalès et J.-Y. Guillaumin (éd.), Autour des Libri coloniarum. Colonisation et colonies dans le monde romain. Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté : 67-79.

Berque, A. 2000. Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains. Paris, Belin, 271 p.

2003. « ‘Lieu’ 1. », EspacesTemps.net, Il paraît, 19.03.2003, http://espacestemps.net/document408.html

Bourdieu, P. 1980. Le sens pratique. Paris, Les Éditions de Minuit, 480 p.

Bouveresse, J. 1999. Prodiges et vertiges de l’analogie. De l’abus des belles-lettres dans la pensée. Paris, Raisons d’agir, 160 p.

Chouquer, G. 2008. « Les transformations récentes de la centuriation. Une autre lecture de l’arpentage romain », Annales HSS, n° 4 : 847-874.

2010. La terre dans le monde romain : anthropologie, droit, géographie. Paris, Errance, 355 p.

Chouquer, G. et F. Favory. 2001. L’arpentage romain. Histoire des textes, droit, techniques. Paris, Errance, 491 p.

Descola, P. 2005. Par-delà nature et culture. Paris, Gallimard, 641 p.

Foucault, M. 1966. Les mots et les choses. Paris, Gallimard, 402 p.

1969. L’archéologie du savoir. Paris, Gallimard, 288 p.

Gonzalès, A. 1994. « Par monts et par images. Les paysages d’altitude dans le corpus agrimensorum romanorum », Dialogues d’histoire ancienne, vol. 20, n° 1 : 309-338.

Santos, B. de S. 2006. A gramática do tempo. Para uma nova cultura política. Porto, Afrontamento, 512 p.

Haut de page

Notes

1 L’autosimilarité est le caractère d’un objet dans lequel on peut trouver des similarités en l’observant à différentes échelles. Je ne prétends pas pour autant que l’époque moderne ne serait que centralisation et cohérence autosimilaires, et les époques antérieures pure hétérogénéité.

2 Subsecivum : terme intraduisible désignant une centurie dont on n’a pas pu fermer complètement les quatre côtés, en raison de sa nature ou d’un obstacle naturel (relief, cours d’eau…) et qui est donc fermée par une ligne subsécante (« qui coupe par en dessous »), c’est-à-dire oblique ou brisée ; ou encore la terre (non assignable) qui se trouve au milieu des assignations et dans des centuries entières (Chouquer et Favory 2001 : dictionnaire p. 462).

3 Est naturaliste, au sens épistémologique du terme, la méthodologie fondée sur l’ontologie moderne dite naturaliste, celle qui voit des régularités dans les lois de la nature mais n’en voit pas dans les infinies représentations que les hommes se donnent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Chouquer, « Les mondes analogiques antiques et l’archéogéographie de l’espace  », Les nouvelles de l'archéologie, 125 | 2011, 8-12.

Référence électronique

Gérard Chouquer, « Les mondes analogiques antiques et l’archéogéographie de l’espace  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 125 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1500 ; DOI : 10.4000/nda.1500

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org