Navigation – Plan du site
Dossier

Mutations des sociétés précolombiennes sur l’île de Saint-Martin, Petites Antilles

Dominique Bonnissent
p. 56-69

Texte intégral

1La connaissance relativement récente des cultures précolombiennes de l’île de Saint-Martin résulte de la conjonction de plusieurs facteurs. D’une part, les recherches archéologiques se sont développées sur l’île en 1992, sous l’impulsion de l’Association archéologique Hope Estate (Aahe) qui a conduit alors plusieurs interventions programmées avec différents chercheurs des Antilles néerlandaises, de Hollande, de Porto Rico, des États-Unis et de France. Depuis 1994, les investigations sont réalisées par une équipe française composée de chercheurs rattachés à différentes universités ou à l’Afan / Inrap. À partir de 2000, la recherche en archéologie préventive s’est imposée à travers quelques grands projets. Les plus remarquables sont les investigations extensives conduites sur deux gisements mésoindiens, Baie Orientale 1 et Étang Rouge. Leurs résultats ont accru considérablement la connaissance de cette période, en particulier par la lecture spatiale des occupations, sans précédent pour cette période. L’ensemble de ces travaux permet maintenant de dresser un tableau de l’occupation précolombienne du territoire (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Les 16 gisements précolombiens datés par le radiocarbone exploités pour l’analyse chronologique de l’île Saint-Martin

2L’île de Saint-Martin est située dans la partie nord de l’archipel des Petites Antilles (18° 5’ N – 63° 5’ W), à environ 250 km de la Guadeloupe. La succession des cultures précolombiennes est caractéristique de ce segment de l’Arc Antillais, que ce soit du point de vue de la chronologie ou des modes de vie perçus à travers les économies de production, l’exploitation du milieu naturel et les phénomènes de migration. L’évolution des communautés est suivie sur une période de 4 900 ans, de 3300 av. J.-C. à 1600 apr. J.-C., calée en chronologie absolue par 93 datations radiométriques (fig. 2). On y retrouve les trois principales phases culturelles précolombiennes de l’archipel. Le Mésoindien ou « Archaic Age » (Rouse 1992) est représenté par la série ortoiroïde reconnue sur l’île entre 3300 av. J.-C. et 100 apr. J.-C. Cette culture a fourni les vestiges les plus anciens des Petites Antilles, compte tenu des données actuellement connues du peuplement. Elle est suivie de deux phases néoindiennes. Le Néoindien ancien ou « Early Ceramic Age » (Siegel 1989 ; Rouse 1992), entre 400 av. J.-C. et 950 apr. J.-C., est caractérisé par la sous-série cedrosan-saladoïde et une éventuelle sous-série plus précoce encore, huecan-saladoïde, dont le statut n’est pas précisément déterminé (Oliver 1999). Le Néoindien récent ou « Late Ceramic Age » (Petersen et al. 2004) est identifié ici entre 740 et 1600 apr. J.-C. et trois stades sont clairement individualisés sur l’île.

Fig. 2

Fig. 2

Datations radiométriques en années calibrées des gisements précolombiens de Saint-Martin (2 sigma, 95 % de probabilté). La correction de l’effet réservoir global (400 ans) sur les coquilles marines a été effectuée pour les datations concernées.

Le cadre naturel

3L’île de 85 km2 est marquée par un relief de mornes ou collines arrondies de faible altitude, dont le sommet le plus haut, le pic du Paradis, culmine à 424 m. Son littoral est découpé en baies et lagunes formant une alternance de plages de sable séparées par des pointes rocheuses. Du point de vue géologique, Saint-Martin fait partie des îles anciennes de l’arc externe, au soubassement volcanique érodé, partiellement recouvert de formations calcaires (Westercamp et Tazieff 1980). Les conditions climatiques et écologiques ont favorisé la relative abondance des ressources alimentaires, en particulier sur les côtes. En effet, si la partie montagneuse de Saint-Martin a été exploitée, c’est surtout le littoral qui apparaît privilégié, puisque peuvent y coexister la pêche, la chasse et la collecte de mollusques marins. Ce potentiel, dont les Amérindiens ont su tirer parti pour leur subsistance, a certainement contribué à les fixer dans les îles des Petites Antilles, et en particulier sur le littoral (Delpuech 1998). C’est dans cet environnement particulier, maritime et tropical, que se sont développées les communautés précolombiennes sur l’île.

La séquence chronologique et ses problématiques

4L’aspect exceptionnel de la séquence précolombienne de Saint-Martin repose sur la longueur de sa chronologie et sur le fait que toutes les périodes de l’occupation humaine connue pour les Petites Antilles y sont précisément documentées par des investigations menées sur plus de seize gisements, dont douze conduites par l’auteur. Les grandes transitions culturelles établies pour les Petites Antilles sont ici particulièrement bien définies car la séquence de l’île ne présente pas de hiatus chronologique. De plus, une étude détaillée des paléo-environnements, réalisée à Saint-Martin entre 2002 et 2006 (Pcr), permet maintenant de replacer l’évolution des communautés précolombiennes dans un contexte paléoclimatique qui dessine désormais un modèle paléo-environnemental pour la région étudiée. Ainsi, il est suggéré que deux points chronologiques correspondant aux transitions culturelles majeures pourraient être en partie conditionnés par des modifications paléo-environnementales régionales (Bertran et al. 2004 ; Bonnissent et al. 2005). Le premier point coïncide avec la transition mésoindien / néoindien ancien, marquée par la migration des premiers agriculteurs-potiers, le second correspond à leur disparition avec la transition néoindien ancien / récent autour de 900 apr. J.-C.

5Les acquis les plus spectaculaires sont relatifs à la période mésoindienne et se fondent sur l’étude de huit gisements archéologiques. Confrontés au contexte régional, les résultats de ce travail renouvellent en partie la vision de communautés finalement peu connues et dont l’image n’était que partiellement esquissée. La connaissance de la période néoindienne bénéficie ensuite, à Saint-Martin, de l’étude détaillée de divers sites permettant, entre autres, d’établir des référentiels céramiques et d’affiner la chronologie. La grande mutation culturelle des Petites Antilles – la migration cedrosan-saladoïde – est décrite d’après les vestiges documentés de trois gisements. Après l’extinction des sociétés néoindiennes anciennes, l’émergence des cultures néoindiennes récentes repose sur l’analyse de quatre gisements qui permettent de suivre l’évolution de ces communautés assujetties aux influences venues des îles voisines, en accord avec le microrégionalisme reconnu durant cette période (Rouse 1992).

Le Mésoindien

6Le Mésoindien se distingue du Paléoindien des Grandes Antilles par l’apparition d’une nouvelle technologie, le polissage des éléments en pierre, en coquille et en os (Rouse 1992). Cette culture est représentée dans les Petites Antilles par la série ortoiroïde de l’île de Trinidad, qui serait à l’origine du peuplement des Petites Antilles, bien que les dates du site éponyme soient récentes, entre 1200 et 500 av. J.-C. (Boomert 2000). Cette période a été récemment revisitée à Trinidad et il est probable que l’origine du peuplement mésoindien de l’archipel soit à rechercher dans le complexe Banwari Trace plus ancien (Boomert 2000) ou dans la série casimiroïde des Grandes Antilles (Rouse 1992), compte tenu de l’ancienneté des datations de Saint-Martin. Mise à part l’île de Trinidad, héritière d’un schéma culturel continental, l’apparition du Mésoindien dans les Petites Antilles est actuellement fixée à 2500 av. J.-C. d’après les chartes chronologiques récemment publiées (Delpuech 2001 : 114-115 ; Petersen, Hofman et Curet 2004 : 32). Les dernières datations absolues produites à Saint-Martin permettent maintenant de repousser de près de mille ans l’arrivée de l’homme dans les Petites Antilles.

7La séquence mésoindienne de l’île est établie entre 3300 av. J.-C. et 100 apr. J.-C., d’après les datations radiométriques et les études de mobilier de huit gisements (fig. 2). Les vestiges de cette culture correspondent à des amas coquilliers comportant parfois de la faune vertébrée, à des aires de cuisson de coquillages, des aires foyères et des produits de débitage des industries lithiques, sur coquille et sur corail, retrouvés parfois dans des dépôts en fosse. Ces aménagements et ces productions sont le fait de groupes de pêcheurs--collecteurs de coquillages qui s’installent généralement en bordure de rivage, sur les hauts de plage et plus rarement à l’intérieur des terres, où ils exploitent probablement plus ponctuellement les ressources terrestres. La majeure partie des gisements est donc située sur le littoral : Étang Rouge (Bonnissent 2005a ; Martias 2005), Passe de Sandy Ground, Baie Longue 2 (Bonnissent 2002a), Trou David, Pointe du Bluff, Salines d’Orient (Stouvenot 2006) et Baie Orientale 1 (Bonnissent et al. 2001, 2006). Seul le gisement de Norman Estate est localisé à l’intérieur des terres (Hénocq et Petit 1998 ; Knippenberg 1999a). On insistera sur les apports remarquables de deux gisements : à Baie Orientale 1, la découverte d’aire de campements in situ a permis, pour la première fois dans les Antilles, une étude extensive des aménagements anthropiques (fig. 3) ; celui d’Étang Rouge présente une séquence stratigraphique permettant la lecture de 2 500 ans d’occupation. Ainsi, on identifie trois stades mésoindiens sur l’île, d’après les moyens de subsistance, les productions matérielles et leurs chaînes opératoires, les aménagements anthropiques et les datations radiométriques.

Fig. 3

Fig. 3

Gisement mésoindien de Baie Orientale 1

8Le stade 1 est calé entre 3300 et 2600 av. J.-C. d’après les trois datations précoces du site d’Étang Rouge, qui représentent les traces d’occupation les plus anciennes des Petites Antilles. Ces vestiges ont été retrouvés à la base d’une très longue séquence stratigraphique de 6 m d’amplitude, calée en chronologie absolue entre 3318 av. J.-C. et 827 av. J.-C. par vingt et une datations (Bonnissent 2005a ; Martias 2005). Le niveau le plus ancien est situé à 0,60 m au-dessous du niveau de la mer. Le mobilier comporte des galets débités, dont des nucléus ou chopping-tools et un éclat pour lequel un remontage a été effectué. Ces vestiges étaient associés à des fragments de Strombus gigas, un grand gastéropode marin, dont des labres découpés pourraient témoigner de la chaîne opératoire du débitage de lames (Serrand 2001 ; Serrand et Bonnissent 2005). Trois remontages ont été également retrouvés sur ce matériel coquillier. Cette découverte soulève une question primordiale pour le peuplement des Petites Antilles. Comme le niveau archéologique qui a produit les deux datations les plus anciennes est situé au-dessous du niveau de la mer, on s’interroge sur l’existence éventuelle d’occupations littorales encore plus précoces, ayant pu être submergées par la remontée de la mer durant l’Holocène (Toscano et Macintyre 2003). Ce phénomène a déjà été observé dans des gisements paléoindiens et mésoindiens de Floride (Faught 2002). Pour ce stade 1, la taille de la pierre est attestée ainsi que l’exploi-tation de Strombus gigas, probablement utilisé à la fois pour la consommation alimentaire et la production de lames sur coquille (fig. 4). La présence de pierres de chauffe et de charbons associés à des Strombus gigas entiers, dans un des niveaux archéologiques, pourrait témoigner de la cuisson des mollusques au sein d’une aire de combustion.

Fig. 4

Fig. 4

La chaîne opératoire de débitage des lames sur Strombus gigas, site de Baie Orintale 1.

9Le stade 2, défini entre 2600 et 800 av. J.-C., regroupe toutes les autres occupations mésoindiennes de l’île, à l’exception de celles de Baie Orientale 1 et de Trou David 2. Les moyens de subsistance sont axés sur la consommation de mollusques marins qui sont de préférence des bivalves ; quelques crustacés sont également consommés (Brokke 1999 ; Serrand 2005). Les restes de faune vertébrée marine, en particulier ceux de poissons, sont peu fréquents, mis à part sur le gisement de Norman Estate (Nokkert 1999). Mais, la rareté des ossements sur les sites archéologiques côtiers est certainement liée à un problème de conservation différentielle. Du point de vue des aménagements anthropiques, les aires de combustion en fosse, apparemment caractéristiques de cette période, sont vraisemblablement en relation avec la cuisson de coquillages. Des foyers plats sont également présents ainsi que des épandages de pierres rubéfiées et des calorifères. Les amas coquilliers correspondent soit à des aires de rejets individualisées, soit à des niveaux continus et très étendus. L’analyse taphonomique montre parfois des remobilisations provoquées par les occupants ou, dans certains sites côtiers, par des « lessivages » de tempêtes (Bertran 2005). C’est au début du stade 2 que la plus ancienne lame sur coquille est datée de 4275 ± 30 BP, soit entre 2549 et 2335 av. J.-C. (Kia28115). Ces lames apparaissent comme le seul outil sur coquille produit tout au long de la période mésoindienne de l’île. L’industrie lithique a fourni des meules ou polissoirs et des enclumes, des galets aménagés, des percuteurs (Knippenberg 1999b ; Fouéré 2005) et, à la fin de cette période, de probables lames de hache dont quelques exemplaires très érodés ont été retrouvés (Fouéré 2005). Une industrie sur éclats, dont les supports sont du silex et des roches volcaniques ou volcano-sédimentaires, comporte quelques outils et des nucléus qui ont permis de reconstituer des modes de débitage très rudimentaires (Fouéré 2005). Parallèlement, des fragments de coraux utilisés probablement comme abrasif sont associés aux aires d’occupation.

10Enfin, le stade 3 est calé entre 800 av. J.-C. et 100 apr. J.-C. et ce sont les aménagements anthropiques retrouvés sur le gisement de Baie Orientale 1 qui apportent la plus grande part des données sur le mode de vie des communautés s’y rattachant (Bonnissent et al. 2001, 2006). Préservé de façon exceptionnelle, le gisement présente une succession d’amas coquilliers parmi lesquels on distingue des aires de consommation et des amas de débitage (fig. 3), des aires de cuisson de Strombus gigas sur lit de pierres chauffées, des foyers plats, des calorifères et des dépôts en fosse de lames sur coquille et d’éléments en pierre (Bonnissent et al. 2001, 2006). Les moyens de subsistance sont basés sur l’exploitation de gastéropodes marins, de crustacés et dans une moindre mesure de faune vertébrée (Serrand 2001 ; Serrand et Bonnissent 2005). La chaîne opératoire du débitage des lames sur coquille a pu être entièrement documentée (fig. 4), pour la première fois à cette période (Serrand 2001 ; Serrand et Bonnissent 2005). L’ensemble des vestiges est interprété comme des aires de campement où sont associées des activités de subsistance, cuisson et consommation de coquillages, et des ateliers de fabrication d’outils sur coquille et sur pierre. L’atelier de lames sur coquille pourrait vraisemblablement être en relation avec les activités de fabrication ou d’entretien des embarcations, nécessaires aux déplacements. Ces vestiges témoignent d’un haut degré de spécialisation, et les aménagements anthropiques sont interprétés comme les signes d’une amorce de sédentarisation. En effet, bien que chaque campement soit probablement de courte durée, la présence de nombreux dépôts d’objets ou caches induit logiquement une fréquentation régulière du site, rythmée par des besoins socioéconomiques envisagés à travers l’existence de circuits nomadiques. La présence d’un dépôt d’objets en pierre non fonctionnels (fig. 5) implique également des activités à caractère symbolique à l’occasion de ces haltes. Ainsi, on peut considérer que ces groupes, revenant périodiquement sur les mêmes lieux, marquent une première étape dans les processus de néolithisation, en tous les cas à la fin du stade 3, comme en témoignent les dépôts ou caches destinés à être ultérieurement réutilisés. De même, l’analyse de l’industrie lithique montre une production d’éclats sur silex de petites dimensions dont on peut envisager qu’ils ont pu être enchâssés sur un support, constituant alors des outils destinés à travailler les végétaux, qui suggèreraient une forme de proto-agriculture (Fouéré et Chancerel 2006). L’utilisation des propriétés abrasives du corail est également attestée, comme lors des stades précédents. En final, on découvre peu à peu une organisation sociale beaucoup plus complexe et certainement plus structurée qu’on ne l’avait jusque-là supposé.

11Durant la période de transition entre 400 av. J.-C. et 100 apr. J.-C., si l’on considère les dates mésoindiennes tardives de Baie Orientale 1 (Bonnissent et al. 2001, 2006) et celles précoces du gisement néoindien ancien de Hope Estate (Haviser 1991), l’île pourrait être à la fois fréquentée par des groupes précéramiques et occupée par les premières colonies néolithiques. Comme il est envisageable que ces populations aient pu entrer en contact, on s’interroge sur le devenir des groupes mésoindiens face à la pression des nouveaux immigrants dotés de moyens technologiques plus évolués, acquis sur leurs terres d’origine dans le bassin de l’Orénoque. Si ces deux communautés de tradition différente ont pu coexister sur le même territoire géographique, aucune occupation mésoindienne n’est attestée après 100 apr. J.-C. à Saint-Martin. Il semble donc que la disparition des Mésoindiens soit en relation avec l’arrivée somme toute assez soudaine de populations de type néolithique. Les lames sur coquille qui persistent durant toutes les phases suivantes sont peut-être les témoins d’un échange technologique ou d’une assimilation à la nouvelle société agro-céramiste – à moins qu’elles ne soient le fruit d’un simple phénomène de convergence.

Fig. 5

Fig. 5

Éléments symboliques sur calcaire provenant d’un dépôt du site mésoindien de Baie Orientale 1.

Le Néoindien ancien

12Le Néoindien ancien est donc marqué par une nouvelle colonisation de l’archipel par des communautés maîtrisant la technologie de la céramique et la pratique de l’agriculture (Rouse 1992). Cette vague de migration, certainement liée à des facteurs économiques et sociaux, coïncide avec une modification des paléo-environnements, dont l’étude traduit des conditions climatiques plus humides à Saint-Martin et donc plus favorables à l’occupation humaine (Bertran et al. 2004 ; Bonnissent et al. 2005). Les nouveaux arrivants viennent des côtes du Venezuela où une culture continentale, la série saladoïde, a formé une branche dérivée insulaire, la sous-série cedrosan-saladoïde (Rouse 1992). Cette sous-série est généralement considérée comme la première culture néoindienne de l’archipel. Cependant, une éventuelle sous-série huecan-saladoïde, ainsi nommée d’après les productions céramiques atypiques du site de La Hueca à Vieques près de Porto Rico (Chanlatte Baik 1984), a un statut qui n’est encore pas clairement déterminé d’un point de vue culturel et chronologique (Rouse 1992 ; Hofman 1999 ; Oliver 1999 ; Boomert 2000 ; Petersen et al. 2004 ; Curet, Torres et Rodrigues 2004). Elle pourrait être antérieure à la phase cedrosan-saladoïde. Récemment, deux gisements de Guadeloupe situés dans -l’actuelle ville de Basse-Terre, la Cathédrale (Bonnissent 2006) et la Gare Maritime (Romon 2006), ont fourni des occupations de ce type, ce qui conforte leur relative fréquence.

13Les recherches récentes réalisées à Saint-Martin ont permis des avancées en matière de typo-chronologie céramique, en particulier pour le site stratifié de Hope Estate, l’un des rares dans les îles du Nord où la sous-série huecan-saladoïde soit représentée. Le site constitue un exemple remarquable de village spatialement structuré, avec une aire d’habitat centrale ceinturée de dépotoirs (fig. 6). Il est à noter également, pour cette période néoindienne ancienne, la découverte d’une occupation côtière spécialisée qui est clairement un site satellite du village principal.

Fig. 6

Fig. 6

Plan du site néoindien récent de Hope Estate

14Le gisement de Hope Estate est occupé ente 400 av. J.-C. et 700 apr. J.-C. et on y distingue une occupation précoce de type huecan-saladoïde, suivie d’une phase cedrosan-saladoïde (Haviser 1991 ; Hénocq et Petit 1998 ; Hofman 1999 ; Hoogland 1999 ; Bonnissent, Hénocq et Stouvenot 2002). Le site de Pinel Ouest est daté entre 410 et 670 apr. J.-C. (Bonnissent 2002b) et celui d’Anse des Pères clôt la séquence entre 730 et 960 apr. J.-C. (Hénocq et Petit 1998 ; Knippenberg 1999c).

15Hope Estate a été étudié depuis 1993 à l’occasion de plusieurs campagnes de fouilles programmées. Implanté à l’intérieur des terres sur un plateau, il est formé d’une aire centrale plane à trous de poteaux entourée d’une ceinture périphérique de dépotoirs (Stouvenot 1999 ; Bonnissent, Hénocq et Stouvenot 2002). Ces vestiges révèlent un mode de vie de type sédentaire, comme on peut le percevoir à travers l’organisation sociale en village. Les productions céramiques ont fourni des assemblages aux formes et décors complexes, inspirés de motifs anthropomorphes (fig. 7), zoomorphes et géométriques (Hofman 1999 ; Bonnissent, Hénocq et Stouvenot 2002). Une riche industrie sur coquille a produit des outils, essentiellement des lames et des ciseaux, ainsi qu’une grande variété d’éléments de parures (Serrand 2002). L’industrie sur pierre est représentée par des haches, des ciseaux, des pilons, des éclats tranchants, des meules ou polissoirs ainsi que des « pierres à trois pointes » à connotation symbolique et des éléments de parure (Chauvière 1997 ; Haviser 1999 ; De Waal 1999). Les habitants cultivent le manioc, comme l’atteste la présence de platines, sortes de plaques de cuisson. La faune consommée est diversifiée, provenant à la fois des milieux marin et terrestre (Wing 1995 ; Grouard 1998 ; Serrand 2002). Ils -inhument leurs défunts au sein du village (Bonnissent et Richier 1998 ; Boulfroy 1998) et déposent parfois des offrandes dans leurs sépultures (fig. 8).

16Anse des Pères, sur le littoral, correspond sans doute à un village ; en revanche, Pinel Ouest, découvert sur un îlet, semble lié à l’exploitation occasionnelle des ressources marines. Cette occupation côtière est peut-être en relation avec le village de Hope Estate, d’après la période de recouvrement des datations, et pourrait correspondre à un site satellite spécialisé.

17La culture cedrosan-saladoïde va se développer sur une aire géographique très vaste, depuis l’extrême sud de l’archipel jusqu’à la pointe orientale de la République dominicaine, et se maintenir jusque vers 850 apr. J.-C. (Rouse 1992). Cette longue période est homogène du point de vue culturel, même si l’on perçoit des variations culturelles et chronologiques dans les productions céramiques et dans les habitudes alimentaires. Une étude paléo-environnementale fondée sur l’analyse pluridisciplinaire des enregistrements sédimentaires de la lagune de Grand-Case à Saint-Martin montre l’apparition de conditions climatiques plus sèches vers la fin de la période néo-indienne ancienne. Cette modification climatique, également mise en évidence en Guadeloupe (Betts et al. 2006), pourrait être l’un des facteurs de l’extinction de cette culture (Bertran et al. 2004 ; Bonnissent et al. 2005).

Fig. 7

Fig. 7

Modelage anthropomorphe, Hope Estate

Fig. 8

Fig. 8

Sépulture cedrosan-saladoïde de Hope Estate.

Le Néoindien récent

18Un grand changement culturel est perçu à partir de 850 apr. J.-C. dans tout l’archipel. Il est admis qu’il n’est pas le fait de nouvelles migrations mais qu’il résulte d’une évolution sur place des communautés cedrosan-saladoïdes (Rouse 1992). Ce changement culturel est apparemment consécutif au changement climatique mentionné plus haut. On assiste alors à une régionalisation des cultures qui va se manifester par une multiplication des styles céramiques dans le temps et dans l’espace (Rouse 1992). L’analyse typo-chronologique de la céramique de quatre gisements récemment explorés à Saint-Martin permet d’intégrer l’occupation néoindienne récente dans le contexte régional. Le schéma d’occupation du territoire, avec sites principaux et sites satellites, se répète également durant cette phase.

19Le Néoindien récent comporte trois stades successifs clairement définis à Saint-Martin. On distingue deux étapes dans la sous-série mamoran-troumassoïde entre 740 et 1300 apr. J.-C. (fig. 1), d’après les styles Mill Reef et Mamora Bay définis à Antigua (Rouse et Faber Morse 1998 ; Murphy 2004). La troisième correspond à un stade chican-ostionoïde daté entre 1400 et 1600 apr. J.-C. (Hénocq 1998).

20Le stade 1 mamoran-troumassoïde de style Mill Reef, défini ici entre 740 et 960 apr. J.-C. (fig. 1), est considéré comme le déclin de la sous-série cedrosan-saladoïde (Rouse 1992) – ce qui pose un problème terminologique si l’on s’en tient au système phylogénique de la classification des cultures. Ce stade 1 est identifié avec le gisement de Pointe du Canonnier, qui présente les caractéristiques d’un village (Bonnissent 2002c), et celui de Baie Orientale 2, qui correspond à un dépotoir de bord de plage (Bonnissent 2000). Les datations radiométriques et les productions céramiques révèlent une certaine filiation entre ces deux occupations et avec la sous-série cedrosan-saladoïde. Les éléments caractéristiques des assemblages sont la très faible quantité d’éléments décorés et la présence d’assiettes, de pots, de bouteilles et de fumigateurs spécifiques. Le site de Petite Plage 1 correspond à un amas coquillier de Strombus gigas perforés, indiquant que la chair a été extraite pour être consommée. Une datation absolue de cet amas -acéramique permet de -l’attribuer également à ce stade 1. Il peut correspondre à un site spécialisé en rapport avec les autres occupations de cette période, et en particulier avec le village de Pointe du Canonnier.

21Voyons maintenant comment interpréter à Saint-Martin les datations contemporaines de la fin de la période cedrosan-saladoïde et du premier stade néoindien récent. Les sites de Pointe du Canonnier et de Baie Orientale 2 sont datés entre 740 et 960 apr. J.-C., et le gisement d’Anse des Pères, clairement cedrosan-saladoïde (Hamburg 1999), entre 730 et 960 apr. J.-C. (Hénocq et Petit 1998 ; Knippenberg 1999c). Un aperçu du contexte régional sur les îles alentour permet d’observer le même schéma chrono-culturel. Le gisement cedrosan-saladoïde de Golden Rock sur l’île de Saint-Eustache fournit lui aussi des dates tardives (Schinkel 1992 : 203). L’existence d’un faciès tardif cedrosan-saladoïde jusque vers 950 apr. J.-C. dans les îles du Nord apparaît donc indiscutable et n’est pas remise en question. Parallèlement, sur l’île de Saba, l’assembage céramique de Spring Bay 1b (Hofman 1993) est comparable au premier stade néoindien récent de Saint-Martin, et ses datations sont en partie contemporaines, ce qui valide en quelque sorte ce stade culturel à l’échelle régionale pour trois gisements dont les fourchettes chronologiques se superposent entre 850 et 950 apr. J.-C.. Ainsi, dans ce secteur géographique, deux gisements cedrosan-saladoïdes tardif, Anse des Pères et Golden Rock, apparaissent contemporains de trois sites du stade 1 néoindien récent : Baie Orientale 2, Pointe du Canonnier et Spring Bay 1b. Si les fourchettes d’incertitude des datations radiométriques sont probablement responsables de cet apparent chevauchement chrono-culturel, elles illustrent par ailleurs la rapidité à laquelle le changement culturel a dû s’opérer.

22Il est admis qu’un tel changement résulte d’une évolution des communautés cedrosan-saladoïdes (Rouse 1992) comme en témoigne ici la filiation des assemblages du stade 1 néo-indien récent. L’ensemble des données semble donc indiquer que la transition néoindien ancien / récent s’est effectuée durant un laps de temps relativement court, autour 900 apr. J.-C. Ce changement, apparemment assez brutal à l’échelle des sociétés, induit une crise probable à l’échelle de Saint-Martin et de l’archipel, peut-être en rapport, comme nous l’avons déjà remarqué plus haut, avec des conditions climatiques plus sèches (Bertran et al. 2004 ; Bonnissent et al. 2005).

23Le second stade mamoran-troumassoïde est identifié entre 980 et 1300 apr. J.-C. avec le gisement de Baie aux Prunes (Bonnissent 2005b ; Bonnissent et Stouvenot 2005) et de Petite Plage 2. Là encore des relations fonctionnelles sont envisageables entre le village de Baie aux Prunes et le second amas coquillier acéramique de Petite Plage 2, interprété comme un site satellite spécialisé. L’étude de l’assemblage céramique de Baie aux Prunes montre que le répertoire s’est modifié du point de vue morphologique et décoratif, ce qui induit une rupture avec la période antérieure (Bonnissent 2005b). Parmi un ensemble de récipients utilitaires de facture grossière, on distingue des pots engobés en rouge et décorés de cannelures ainsi que des platines apodes et à pieds. Les pots décorés sont comparables à des exemplaires du site Spring Bay 3 à Saba (Hofman 1993).

24Enfin, le troisième stade néoindien récent est reconnu sur l’île entre 1400 et 1600 apr. J.-C. avec le site de Baie Rouge, dont les céramiques comportent certains traits des assemblages chican-ostionoïdes des Grandes Antilles produits par les Amérindiens Taïnos (Hénocq 1998). Des productions du même type sont également attestées sur différentes îles de ce secteur nord de l’archipel (Hofman 1993 ; Hofman et Hoogland 2004). Ces constatations induisent une modification des relations régionales à la fin de cette période où les populations sont affiliées à l’aire culturelle des Grandes Antilles (Crock et Petersen 2004). Cette dernière phase s’interrompt, d’après les éléments connus, vers 1600 apr. J.-C., puisque l’île est décrite comme inhabitée au xviie siècle (Verrand 2001).

25D’une façon générale, les sociétés néoindiennes récentes de Saint-Martin ont un mode de vie assez similaire à celui de leurs prédécesseurs. Les populations sont toujours regroupées en villages où elles inhument leurs morts. Leurs moyens de subsistance sont plus axés vers le milieu marin alors que l’exploitation des espèces terrestres diminue (Gouard 2005). Le manioc est toujours consommé. Les productions lithiques et sur coquilles restent comparables, du point de vue de l’outillage, mais les éléments de parure diffèrent et se raréfient par rapport à la phase néoindienne ancienne.

26La chronologie de Saint-Martin montre que la dynamique de peuplement en milieu insulaire est très complexe et que l’île a été soumise à des ascendances culturelles venues à la fois du Sud et du Nord de l’archipel. Les phénomènes migratoires et les sphères d’influences sont des données difficiles à manier car de nombreux facteurs sont encore inconnus ou ne sont pas quantifiables : démographie, problèmes économiques, sociaux, sanitaires, politiques. Les premières occupations mésoindiennes de l’île permettent de fixer l’arrivée de l’Homme dans les Petites Antilles vers 3300 av. J.-C.. Dans les occupations tardives, une amorce de sédentarisation est révélée par la réutilisation des aménagements sur des sites inscrits dans de probables circuits nomadiques. Les indices d’une proto-agriculture pourraient aussi suggérer que les populations mésoindiennes tardives du stade 3 avaient amorcé un processus de néolithisation qui a peut-être facilité leur intégration aux sociétés néoindiennes précoces.

27En ce qui concerne la période néoindienne ancienne, on peut s’interroger sur l’impact réel des variations paléo-climatiques sur la structure des communautés cedrosan--saladoïdes. La réponse à cette question est délicate car la transformation des sociétés préhistoriques est liée à tout un faisceau de facteurs qui conditionnent les modalités du peuplement et qui sont difficiles à évaluer de façon globale. Cependant, il est certain que l’extinction des sociétés cedrosan-saladoïdes, après une longue période d’unité culturelle, coïncide avec la fin d’une période humide. Ainsi, on est tenté de voir une relation entre la stabilité de ces sociétés et l’équilibre de l’environnement, nécessaire en particulier aux pratiques agricoles tributaires d’une certaine pluviométrie. La rupture de cet équilibre a pu provoquer ou déclencher en partie la mutation du Cedrosan-saladoïde puis le morcellement culturel et géographique des sociétés du Néoindien récent des Petites Antilles. Si l’on élargit l’aire géographique jusqu’à la Méso-Amérique, la séquence sédimentaire du lac Punta Laguna, sur la péninsule du Yucatan, met en évidence une phase de sécheresse à partir de 800-900 apr. J.-C.. Certains auteurs (Hodell et al. 1991 ; Curtis, Hodell et Brenner 1996) ont supposé que l’effondrement de la civilisation Maya était lié à cette phase de sécheresse. Ainsi les grands changements culturels dans le bassin caribéen autour du ixe siècle de notre ère pourraient être liés à des transformations de l’environnement. En final, le 3e stade culturel chican-ostionoïde reconnu à Saint-Martin montre que les populations se sont rapprochées au xvie siècle, de la sphère culturelle Taïnos des Grandes Antilles.

Haut de page

Bibliographie

Bertran, P. 2005. « Étude géoarchéologique », in : D. Bonnissent, Les occupations précéramiques de l’Étang Rouge 1, cultures pré-colombiennes des Petites Antilles, Saint-Martin, Guadeloupe. Rapport final de fouilles, Inrap : 17-60, non publié.

Bertran, P., D. Bonnissent, D. Imbert, P. Lozouet, N. Serrand et C. Stouvenot. 2004. « Paléoclimat des Petites Antilles depuis 4 000 ans BP : l’enregistrement de la lagune de Grand-Case à Saint-Martin », in : Compte rendu Géoscience, 336 : 1501-1510.

Beets, C. J., S. R. Troelstra, P. M. Grootes, M. J. Nadeau, K. Van den Borg, A. F. M. De Jong, C. L. Hofman et M. L. P. Hoogland. 2006. « Climate and Pre-Colombian Settlement at Anse à la Gourde, Guadeloupe, Northeastern Caribbean », Geoarchaeology: An International Journal, 21, 3: 271-280.

Bonnissent, D. 2000. « Baie Orientale, Saint-Martin (Petites Antilles) », in : Bilan Scientifique de la région Guadeloupe 2000. Drac Guadeloupe, Service régional de l’archéologie : 45-51.

Bonnissent, D. 2002a. « Baie Longue, Saint-Martin (Petites Antilles) », in : Bilan Scientifique de la région Guadeloupe 2002. Drac Guadeloupe, Service régional de l’archéologie : 41-43.

Bonnissent, D. 2002b. « Îlet Pinel, Saint-Martin (Petites Antilles) », in : Bilan Scientifique de la région Guadeloupe 2002. Drac Guadeloupe, Service régional de l’archéologie : 44-46.

Bonnissent, D. 2002c. « Pointe du Canonnier, Saint-Martin (Petites Antilles) », in : Bilan Scientifique de la région Guadeloupe 2002. Drac Guadeloupe, Service régional de l’archéologie : 46-48.

Bonnissent, D. 2005a. Les occupations précéramiques de l’Étang Rouge 1, cultures précolombiennes des Petites Antilles, Saint-Martin, Guadeloupe. Avec les contributions de P. Bertran, P. Fouéré, N. Serrand. Rapport final de fouilles, Inrap, 189 p., non publié.

Bonnissent, D. 2005b. « La céramique du site postsaladoïde de Baie aux Prunes (Plum Bay) : les implications chronologiques et géographiques (Saint-Martin, Petites Antilles) », in : XXth International Congress for Caribbean Archaeology, Santo Domingo 6-13 July 2003. Saint-Domingue, Édition de la Fondation Garcia Arevalo : 41-48.

Bonnissent, D. 2006. « La Basse-Terre précolombienne » in : M. E. Desmoulins (dir.), Basse-Terre, patrimoine d’une ville antillaise. Pointe-à-Pitre, Éditions Jasor (Cahier du patrimoine) : 14-33.

Bonnissent, D. et A. Richier. 1998. « Les sépultures du site de Hope Estate à Saint-Martin », in : Actes du XVIe congrès international d’archéologie de la Caraïbe, Basse-Terre, Guadeloupe 24-28 juillet 1995, vol. 1 : 253-265.

Bonnissent, D. et C. Stouvenot. 2005. « Un site d’habitat postsaladoïde dans les Terres Basses (Plum Bay) : Baie aux Prunes (Saint-Martin, Petites Antilles) », in : Proceedings of the XXth International Congress for Caribbean Archaeology, Santo Domingo 6-13 July 2003. Saint-Domingue, Édition de la Fondation Garcia Arevalo : 31-39.

Bonnissent, D., P. Bertran, A. Chancerel et T. Romon. 2001. « Le gisement précéramique de la Baie Orientale à Saint-Martin (Petites Antilles) », in : L. Alofs et R. Dijkhoff (ed.), Proceedings of the XIXth International Congress for Caribbean Archaeology, Aruba 22-28 July 2001. Aruba, Publication of the Museo Arqueologico, 9, 1: 78-88.

Bonnissent, D., C. Henocq et C. Stouvenot. 2002. « Le site amérindien de Hope Estate (Saint-Martin, Petites Antilles) : extension et chronologie », in : A. Delpuech, J.-P. Giraud et A. Hesse (dir.), Archéologie précolombienne et coloniale des Caraïbes. Actes du 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles–Guyane 1998. Paris, Édition du Cths : 177-194.

BonnissentD, P. Bertran, D. Galop, D. Imbert et C. Stouvenot. 2005. « Chronologie précolombienne de l’île de Saint-Martin (Petites Antilles) et relations avec les paléoenvironnements holocènes », in : XXIe congrès de l’Association Internationale pour l’archéologie de la Caraïbe, Département d’histoire, Faculté des humanités et de l’éducation, University of the West Indies, Trinidad et Tobago, 24–30 juillet 2005. À paraître.

Bonnissent, D., P. Bertran, A. Chancerel, T. Romon et N. Serrand. 2006. « Le gisement précéramique de la Baie Orientale à Saint-Martin (Petites Antilles) », in : H. D. Yacobaccio et D. E. Olivera (ed.), Change in the Andes : Origins of Social Complexity, Pastoralism and Agriculture, Préhistoire de l’Amérique, Section 17, C17.1. Acts of the XIVth Uispp Congress, University of Liège, Belgique, 2-8 septembre 2001. Oxford, BAR International Series 1524: 161-170.

Boomert, A. 2000. Trinidad, Tobago and the Lower Oronico Interaction Sphere. An archaeological / Ethnohistorical study. Alkmaar, Cairi Publications, 578 p.

Boulfroy, V. 1998. « Hope Estate 1998, rapport anthropologique préliminaire », in : D. Bonnissent et C. Stouvenot, Fouille programmée du site amérindien de Hope Estate (Saint-Martin, Antilles Françaises) : Campagne de 1998. Document final de synthèse, Service régional de l’archéologie, Drac Guadeloupe, 6 p., non publié.

Brokke, A. J. 1999. « Part One: Norman Estate. Shell », in: C. L. Hofman et M. L. P. Hoogland (ed.), Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The Sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden University, Archaeological Studies Leiden University : 47-50.

Chanlatte Baik, L. A. 1984. Arqueología de Vieques. Recinto de Río Pedras, Universidad de Puerto Rico, Centro de Investigación Arqueológicas, 91 p.

Chauvière, F.-X. 1997. « Les industries lithiques de Hope Estate. Fouilles 1997 », in : D. Bonnissent et C. Stouvenot, Fouille programmée du site amérindien de Hope Estate (Saint-Martin, Antilles françaises), Campagne de 1997. Document final de synthèse Aahe/Sra Guadeloupe, Drac Guadeloupe, 29 p. non publié.

Crock, J. G. et J. B. Petersen. 2004. « Inter-Island Exchange, Settlement Hierarchy and a Taino-Related Chiefdom on the Anguilla Bank, Northern Lesser Antilles », in: A. Delpuech et C. L. Hofman (dir.), Late Ceramic Age Societies in the Eastern Caribbean. BAR International Series 1273, Paris Monographs in American Archaeology 14, Series editor Eric Taladoire: 139-156.

Curet, L. A., J. Torres et M. Rodrigues. 2004. « Political and Social History of Eastern Puerto Rico: The Ceramic Age », in: A. Delpuech et C. L. Hofman (dir.), Late Ceramic Age Societies in the Eastern Caribbean. BAR International Series 1273, Paris Monographs in American Archaeology 14, Series editor Eric Taladoire: 59-86.

Curtis, J. H., D. A. Hodell et M. Brenner. 1996. « Climate Variability on the Yucatan Peninsula (Mexico) during the Past 3500 Years, and Implications for Maya Cultural Evolution », Quaternary Research, 46: 37-47.

Delpuech, A. 1998. « Habitats amérindiens dans l’archipel Guadeloupéen », in : G. Camps (dir.), L’homme préhistorique et la mer, 120e congrès Cths, Aix-en-Provence, 23-26 octobre 1995. Paris, Éditions du CTHS : 307-318.

Delpuech, A. 2001. Guadeloupe amérindienne. Paris, Monum, Éditions du Patrimoine (Guide archéologique de la France 38), 119 p.

De Wall, M. S. 1999. « Part Three: Hope Estate. Stone Tools », in: C. L. Hofman et M. L. P. Hoogland (ed.), Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The Sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden University, Archaeological Studies Leiden University, Faculty of Archaeology: 203-213.

Faught, M. K. 2002. « Submerged Paleoindian and Archaic Sites of the Big Bend, Florida », Journal of Field Archaeology, 29, 3/4: 273-290.

Fouéré, P. 2005. « L’industrie lithique d’Étang Rouge », in : D. Bonnissent, Cultures précolombiennes des Petites Antilles, les occupations précéramiques de l’Étang Rouge 1, Saint-Martin, Guadeloupe. Rapport final de fouilles, Inrap : 133-160, non publié.

Fouéré, P. et A. Chancerel. 2006. « Le matériel lithique de la phase Précéramique ». In : D. Bonnissent, Les gisements précolombiens de la Baie Orientale, occupations précéramiques et postsaladoïde. Île de Saint-Martin, Petites Antilles. Projet de publication : 137-197, non publié.

Grouard, S. 1998. « Étude des restes de vertébrés, Hope Estate, Saint-Martin, campagne 1998 », in : D. Bonnissent et C. Stouvenot, Fouille programmée du site de Hope Estate, Saint-Martin, Antilles Françaises, campagne de 1998. Document final de synthèse, Aahe/Sra Guadeloupe, Drac Guadeloupe, 8 p., non publié.

Grouard, S. 2005. « Une population de pêcheurs-piégeurs-collecteurs à Baie aux Prunes / Plum Bay, Saint-Martin, Petites Antilles », in : XXth International Congress for Caribbean Archaeology, Santo Domingo, 6-13 July 2003. Saint-Domingue, Édition de la Fondation Garcia Arevalo : 307-316.

Hamburg, T. 1999. « Part Two : Anse des Pères. Pottery », in: C. L. Hofman et M. L. P. Hoogland (ed.), Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden, Archaeological Studies Leiden University: 73-85.

Haviser, J. B. 1991. « Preliminary Results from Test Excavations at the Hope Estate Site (SM-026), St. Martin », in: Proceedings of the XIIIth International Congress for Caribbean archaeology. Curaçao, part 2: 647-666.

Haviser, J. B. 1999. « Part Three: Hope Estate. Lithics », in: C. L. Hofman et M. L. P. Hoogland (ed.), Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden, Archaeological Studies Leiden University: 189-202.

Hénocq, C. 1998. « Baie Rouge, gisement tardif de Saint-Martin », in: Proceedings of the XVIth International Congress for Caribbean Archaeology, Basse-Terre 1995. Guadeloupe, Conseil régional de la Guadeloupe, Mission archéologique et du patrimoine, vol. 1 : 316-332.

Hénocq, C. et F. Petit. 1998. « Présentation de six sites archéologiques de Saint-Martin et de leur environnement », in : Actes du XVIe congrès international d’archéologie de la Caraïbe, Basse-Terre 1995. Conseil régional de la Guadeloupe, Mission archéologique et du patrimoine, vol. 1 : 300-315.

Hodell, D. A., J. H. Curtis, G. A. Jones, A. Higuera-Cundy, M. Brenner, M. W. Binfordetet K. T. Dorsey. 1991. « Reconstruction of Caribbean Climate Change over the Past 10 500 Years », Nature, 352: 790-793.

Hofman, C. L. 1993. In search of the native population of pre-columbian Saba (400-1450 A.D.). Pottery Styles and their Interpretations. Part one: 269.

Hofman, C. L. 1999. « Pottery, Part Three: Hope Estate », in: C. L. Hofman et M. L. P. Hoogland (ed.), Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden, Archaeological Studies Leiden University : 149-187.

Hofman, C. L. et M. L. P. Hoogland. 2004. « Social Dynamics and Change on the Northern Lesser Antilles », in: A. Delpuech et C. L. Hofman (ed.), Late Ceramic Age Societies in the Eastern Caribbean. BAR International Series 1273, Paris Monographs in American Archaeology 14, Series editor Eric Taladoire: 47-58.

Hoogland, M. L. P. 1999. « Methods and Strategy, Part three, Hope Estate », in: C. L. Hofman et M. L. P. Hoogland (ed.), Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden, Archaeological Studies Leiden University: 127-147.

Knippenberg, S. 1999a. « Part One: Norman Estate. Methods and strategies » in: C. L. Hofman et M. L. P. Hoogland (ed.), Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden, Archaeological Studies Leiden University: 25-34.

Knippenberg, S. 1999b. « Part One: Norman Estate. Lithics » in: C. L. Hofman et M. L. P. Hoogland (ed.), Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden, Archaeological Studies Leiden University: 35-45.

Knippenberg, S. 1999c. « Part Two: Anse des Pères. Methods and Strategies », in: C. L. Hofman et M. L. P. Hoogland (ed.), Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden, Archaeological Studies Leiden University: 63-71.

Martias, R. 2005. Saint-Martin, Étang Rouge 3. Lot 411 (97150 Guadeloupe), les Terres Basses. Rapport de diagnostic Inrap, Drac Guadeloupe, 31 p., non publié.

Murphy, A. R. 2004. « Life in an Insular Environment: The Case of Antigua », in: A. Delpuech et C. L. Hofman (ed.), Late Ceramic Age Societies in the Eastern Caribbean. BAR International Series 1273, Paris Monographs in American Archaeology 14, Series editor Eric Taladoire: 205-213.

Nokkert, M. 1999. « Part One: Norman Estate. Faunal exploitation », in: C. L. Hofman et M. L. P. Hoogland (ed.), Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The Sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden, Archaeological Studies Leiden University: 51-60.

Oliver, J. R. 1999. « The “La Hueca Problem” in Puerto Rico and the Caribbean: Old Problems, New Perspectibes, Possible Solutions. Part Four: The “La Hueca Problem” », in: C. L. Hofman et M. L. P. Hoogland (ed.), Archaeological Investigations on St. Martin (Lesser Antilles). The sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden, Archaeological Studies Leiden University : 253-296.

Petersen, J. B., C. L. Hofman et A. L. Curet. 2004. « Time and Culture: Chronology and Taxonomy in the Eastern Caribbean and the Guianas », in: A. Delpuech et C. L. Hofman (dir.), Late Ceramic Age Societies in the Eastern Caribbean. BAR International Series 1273, Paris Monographs in American Archaeology 14, Series editor Eric Taladoire: 17-32.

Romon, T. 2006. Fouille préventive de la Gare Maritime de Basse-Terre (Guadeloupe). Rapport final de fouille Inrap, 455 p., non publié.

Rouse, I. 1992. The Taïnos: Rise and Decline of the People Who Greeted Colombus. New Haven et Londres, Yale University Press, 211 p.

Rouse, I. et B. Faber Morse. 1998. « The Mill Ref Period: A Local Development on the Island of Antigua », in: Actes du XVIe congrès international d’archéologie de la Caraïbe, Basse-Terre 1995. Conseil regional de la Guadeloupe, Mission archéologique et du patrimoine, t. II : 322-332.

Schinkel, K. 1992. « The Golden Rock features », in: A. Versteeg et K. Schinkel, The Archaeology of St. Eustatius: The Golden Rock Site. St. Eustatius et Amsterdam : 143-212.

Serrand, N. 2001. « Les restes coquilliers du site précéramique de Baie Orientale (Saint-Martin, Petites Antilles du Nord) : consommation de mollusques et production d’outils en coquille – résultats préliminaires », in : Proceedings of the XIXth International Congress for Caribbean Archaeology, Aruba 22-28 July 2001. Publication of the Museo Arqueologico Aruba, 9, 1 : 89-101.

Serrand, N. 2002. Exploitation des invertébrés marins et terrestres par les populations Saladoïdes et Post-Saladoïdes du Nord des Petites Antilles (500 BC-1200 AD). Étude de cas et comparaisons. Paris, Thèse de doctorat de l’université Paris-I, préhistoire-ethnologie-anthropologie, 1318 p.

Serrand, N. 2005. « Exploitation des mollusques et crustacés sur le site précéramique d’Étang Rouge », in : D. Bonnissent, Cultures pré-colombiennes des Petites Antilles, les occupations précéramiques de l’Étang Rouge 1, Saint-Martin, Guadeloupe. Rapport final de Fouilles, Inrap : 106-132, non publié.

Serrand, N. et D. Bonnissent. 2005. « Pre-Columbian Preceramic Shellfish Consumption and Shell Tool Production: Shell Remains from Orient Bay, Saint-Martin, Northern Lesser Antilles », in: D. E. Bar-Yosef (ed.), Archaeomalacology: Molluscs in Former Environment of Human Behaviour. Proceedings of the 9th Icaz Conference, Durham 2002. Oxford, Oxbow Books: 29-39.

Siegel, P. E. 1989. Early Ceramic population lifeways and adaptative strategies in the Carribean. Oxford, BAR. International Series 505, 418 p.

Stouvenot, C. 1999. « Hope Estate (Saint Martin. FWI) : structure générale des dépôts archéologiques : méthodes, résultats et perspectives », in : Proceedings of the XVIIth International Congress for Carribean Archaeology. Nassau, New Providence, Bahamas July 21-26 1997, Rockville Centre. New York, Molloy College ed.: 77-85.

Stouvenot, C. 2006. Sondage archéologique sur le site précéramique de Salines d’Orient, Saint-Martin – juin 2005. Sra/Drac Guadeloupe, 20 p., non publié.

Toscano, M. A. et I. G. Macintyre. 2003. « Corrected Western Atlantic Sea-Level Curve for the Last 11,000 years Based on Calibrated 14C Dates from Acropora palmata Framework and Interdidal Mangrove Peat », Coral Reefs, 22: 257-270.

Verrand, L. 2001. La vie quotidienne des Indiens Caraïbes aux Petites Antilles au xviie siècle. Paris, Karthala, 232 p.

Westercamp, D. et H. Tazieff. 1980. Martinique, Guadeloupe. Saint-Martin, La Désirade. Paris, New York, Barcelone, Milan, Édition Masson (Guides géologiques régionaux), 135 p.

Wing, E. S. 1995. « Rice Rats and Saladoid People as Seen at Hope Estate », in: Proceedings of the XVth International Congress for Caribbean Archaeology. San Juan Puerto Rico : 219-231.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Les 16 gisements précolombiens datés par le radiocarbone exploités pour l’analyse chronologique de l’île Saint-Martin
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 2
Légende Datations radiométriques en années calibrées des gisements précolombiens de Saint-Martin (2 sigma, 95 % de probabilté). La correction de l’effet réservoir global (400 ans) sur les coquilles marines a été effectuée pour les datations concernées.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/150/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 3
Légende Gisement mésoindien de Baie Orientale 1
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/150/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 4
Légende La chaîne opératoire de débitage des lames sur Strombus gigas, site de Baie Orintale 1.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/150/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 5
Légende Éléments symboliques sur calcaire provenant d’un dépôt du site mésoindien de Baie Orientale 1.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/150/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 6
Légende Plan du site néoindien récent de Hope Estate
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/150/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 7
Légende Modelage anthropomorphe, Hope Estate
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/150/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 8
Légende Sépulture cedrosan-saladoïde de Hope Estate.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/150/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Bonnissent, « Mutations des sociétés précolombiennes sur l’île de Saint-Martin, Petites Antilles », Les nouvelles de l'archéologie, 108/109 | 2007, 56-69.

Référence électronique

Dominique Bonnissent, « Mutations des sociétés précolombiennes sur l’île de Saint-Martin, Petites Antilles », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 27 avril 2011, consulté le 22 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/150 ; DOI : 10.4000/nda.150

Haut de page

Auteur

Dominique Bonnissent

Inrap, rue des gommiers blancs, Parnasse, 97120 Saint-Claude, Guadeloupe et Umr 6636 du Cnrs, Esp, Mmsh 5 rue du château de l’horloge, 13094 Aix-en-Provence
dominique.bonnissent@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org