Navigation – Plan du site
Dossier: L'archéogéographie: Un état des lieux et de leurs dynamiques

L’archéogéographie 

un projet d’archéologie du savoir géohistorique
Magali Watteaux
p. 3-7

Résumés

L’archéogéographie est une discipline qui s’affirme de plus en plus fermement depuis une dizaine d’années au sein des disciplines étudiant la relation entre les sociétés et leurs territoires dans la durée. Cet article vise à présenter et resituer son histoire, son propos et sa place dans le mouvement d’émergence d’un vaste champ de recherche sur l’organisation de l’occupation du sol et sa dynamique. Enfin, il est l’occasion d’introduire les articles du dossier qui illustrent chacun un aspect de la recherche archéogéographique actuelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mentionnons d’ailleurs la parution du prochain numéro (décembre 2011) de la revue Études rurales qu (...)
  • 2 Nous renvoyons à sa bibliographie en ligne sur le site www.archeogeographie.org, rubrique « Présent (...)
  • 3 www.archeogeographie.org et, depuis mai 2011, www.formesdufoncier.org, qui est un observatoire des (...)

1Il ne paraît plus besoin aujourd’hui de présenter l’archéogéographie, du moins dans la définition proposée depuis quelques années par Gérard Chouquer dans ses différents ouvrages1, tant elle est maintenant installée dans le paysage scientifique et connue de tous. La quantité quasi industrielle des livres et des articles produits par ce chercheur2, ainsi que la parution prochaine d’un manuel des sources et techniques en archéogéographie (Robert dir. à paraître), l’existence de deux sites web actifs3, d’enseignements en France et au Portugal et la soutenance de plusieurs thèses depuis une dizaine d’années ont dessiné et affirmé les contours de ce projet autant global que disciplinaire.

  • 4 Cette recension a porté sur les publications parues en France mais aussi en Grande-Bretagne, en Esp (...)
  • 5 Pour cette raison, nous n’avons pas mis sur le même plan des intitulés lourds, correspondant à des (...)

2On a cependant pris pour de l’autonomie ce qui était une démarche épistémologique. L’affirmation du champ archéogéographique ne doit pas faire oublier que nous avons engagé en même temps une réflexion sur notre généalogie. Nous avons, Gérard Chouquer et moi-même, justement tenté d’y voir plus clair dans le vaste univers des sciences situées à la croisée de l’histoire, de l’archéologie, de la géographie et des sciences de la vie et de la terre. Notre idée fut d’appliquer à notre propre réflexion le principe de mémoire et d’héritages que nous utilisons par ailleurs pour les spatiotemporalités. Nous souhaitions en effet savoir un peu mieux d’où nous venons, de qui nous sommes héritiers, et ce que signifient les mots que nous employons. Cela a donné lieu à l’écriture d’un livre, L’archéologie des disciplines géohistoriques, à paraître à l’automne chez Errance. Notre point de départ (en 2004) a été de constater une inflation proprement étonnante des intitulés disciplinaires dans le domaine de la géohistoire et de l’archéologie du paysage. Au terme de notre recension – et la liste n’est pas exhaustive – nous en sommes arrivés à 150 intitulés ou expressions4 qualifiant une discipline ou une appellation d’ordre méthodologique ou ne correspondant qu’à une tournure rhétorique sans lendemain (comme viographie, aérogéoscopie)5. La question posée fut donc celle-ci : pourquoi est-on passé de quelques intitulés simples et robustes au début du xxe siècle à des dizaines et des dizaines de noms, dont de très nombreux sont synonymes ou, plus ou moins, largement tuilés ? Est-il justifié de distinguer, en les nommant différemment, la géohistoire, l’histoire géographique, l’archéologie du paysage, l’archéogéographie, l’archéologie spatiale, l’archéomorphologie, l’archéologie du terroir, la paléogéographie, la protogéographie, etc. ? Et y a-t-il également des raisons pour donner à un même mot des sens différents et faire ainsi que la paléogéographie des uns ne recouvre pas celle des autres, que l’archéologie du paysage change de sens d’un utilisateur à l’autre, ou que la toute jeune archéogéographie, dont nous nous réclamons, ne dispose pas moins déjà de quatre ou cinq sens différents ? Comment expliquer cette profusion et la confusion qui en découle ?

  • 6 La liste des intitulés est disponible sur le site www.archeogeographie.org, rubrique « Médiathèque  (...)

3Pour y voir plus clair, nous avons alors tenté de classer ces intitulés, c’est-à-dire d’établir un inventaire raisonné6, et nous en avons, pour les plus importants d’entre eux, fait l’historiographie. Évidemment, ce classement est loin d’être parfait et plus d’une fois, nous nous sommes interrogés pour savoir si nous devions placer telle discipline ici ou là. Par exemple, l’« archéohistoire des paysages et des terroirs » grecque est une archéologie spatiale d’inspiration très anglo-saxonne, malgré un nom (archéohistoire) qui se situe dans la filiation de l’école de Besançon. La place donnée à chaque développement n’est donc que le fruit de la logique interne de notre livre et ne doit pas être considérée comme le produit d’un classement normatif. C’est l’objet de la première partie de l’ouvrage. Il en ressort une richesse sur la forme (une grande inventivité nominaliste) et sur le fond qui témoignent de l’intérêt profond et ancien porté à ce champ d’étude. Sans pouvoir rentrer ici dans le détail des développements, nous retiendrons l’exemple de l’archéogéographie, thème de ce dossier, qui, bien que relativement jeune, possède déjà une généalogie complexe et des acceptions diverses. Les « origines » de cet intitulé sont plus anciennes que nous ne le pensions puisqu’une première occurrence sans lendemain a été repérée en Lituanie, en 1928, dans un projet de réorganisation de l’Académie lituanienne des sciences et de la culture : l’archéogéographie (« archeo-geography » dans le texte) prend place dans la liste des humanités à enseigner(https://info.vgtu.lt/​upload/​mc/​lm_73kn_2.pdf). Il faut ensuite attendre les années 1980-1990 pour voir apparaître la gamme des premiers emplois du terme, dans divers contextes (français, anglais, allemand, tchèque et indonésien), comme une association de mots tombant sous le sens, sans justification théorique particulière et sans concertation. Le point commun entre ces divers emplois réside dans le fait que l’étude d’un espace ancien suppose le recours aux méthodes de la géographie, qu’elle soit la géographie classique allemande ou française (R. Fossier), la géographie spatiale anglo-saxonne (J. de Carlos Izquierdo) ou encore la géographie culturelle d’inspiration française (D. Guillaud). En France, le premier à avoir utilisé le terme est l’historien Robert Fossier, qui le reprend sans doute de la tradition allemande. En 1982, dans sa somme Enfance de l’Europe, il présente l’archéogéographie comme une méthode, au même titre que l’archéologie et la paléobotanique, pour l’étude des habitats et du peuplement (Fossier 1989 : 195). Vingt ans plus tard, il est amené à préciser son sens : « l’archéogéographie […], c’est-à-dire la recherche, au travers des cartes, des photographies aériennes, des linéaments actuels ou anciens du paysage : des itinéraires, des parcellaires fossilisés, des habitats disparus pourront ainsi renaître. » (Fossier 2002 : 21). Par ailleurs, au début des années 1990, Marie-Christine Marinval utilise le terme pour faire le pendant des trois autres options (archéozoologie, archéobotanique, géoarchéologie) du DEA Archéologie et Environnement (Paris 1) qu’elle organise, pour faire « rentrer davantage les problématiques que recouvre la géographie » (communication orale). Enfin, toujours depuis les années 1990, on retrouve le mot sous les plumes de Dominique Guillaud et Hubert Forestier pour qui l’archéogéographie :

4« s’attache à examiner les sites par leur surface et dans leur extension, et non en profondeur comme procéderait l’archéologie seule. Toutefois, elle dépasse l’étude des agencements spatiaux pour faire le lien avec la culture matérielle […]. Elle utilise aussi les diverses références qu’offrent l’ethnologie et l’histoire : elle s’appuie donc sur une observation ethnographique actuelle ou passée pour renseigner sur l’agencement et le fonctionnement des espaces anciens. Enfin, par l’étude botanique, elle permet de reconstituer l’évolution écologique jusqu’aux paysages actuels. Au bout du compte, l’objet d’observation principal de notre approche relève de la géographie la plus pure : l’espace est ici lu comme le support de multiples indices sur l’aménagement du passé. » (Guillaud et Forestier 1996 : 76).

5À partir de 2003, Dominique Guillaud a précisé le sens relationnel qu’elle met sous le terme en le définissant comme l’articulation entre les reconstitutions scientifiques du passé et les perceptions qu’en ont les populations actuelles. L’archéogéographie est donc ici comprise comme l’application au passé des principes de la géographie culturelle et elle est résolument tournée vers le présent (Guillaud et Forestier 2003).

  • 7 Bien que l’étude d’un ensemble parcellaire rapportable à une période donnée ne soit pas exclue, com (...)

6Cette date marque aussi un tournant puisque Gérard Chouquer retient définitivement ce terme dans le dossier-manifeste qu’il publie alors dans la revue Études rurales (n° 167-168). Il le préfère à d’autres en raison de son passif historiographique moins lourd et des deux socles disciplinaires de sa démarche, la géographie et l’archéologie. En effet, l’archéogéographie est une discipline géographique dont la particularité est d’être née dans un milieu archéologique et qui a été portée, à la fin des années 1990 et au début des années 2000, par le fait que la direction scientifique du département des sciences humaines et sociales du Cnrs était aux mains d’une géographe (M.-Cl. Maurel) et d’un archéologue (G. Tate). Cette forme d’archéogéographie se conçoit à un double niveau (Chouquer dir. 2003 et 2007). Tout d’abord, une archéologie du savoir géohistorique, nettement orientée vers le constat de la crise et de la recomposition des objets. L’archéogéographe s’intéresse en effet au mode d’élaboration de nos savoirs et aux fondements épistémologiques des discours scientifiques afin de dépasser les impasses de certaines problématiques usées et de proposer des voies de réorganisation des connaissances. Nous pensons que la mise en œuvre des protocoles techniques pour avancer par accumulation de savoirs ne suffit pas et qu’elle ne peut être le point de départ ; il est utile et nécessaire de s’interroger sur les conditions d’élaboration des objets scientifiques parce qu’ils sont profondément marqués par les épistémologies naturalistes, historicistes et nationalistes. Ensuite, l’archéogéographie est une discipline émergente qui porte son attention à la dynamique des planimétries ; elle est donc avant tout géographique (mais ne s’y réduit pas en raison de sa profondeur chronologique). Cette dernière perspective se distingue clairement de la discipline mère, la géographie historique, ainsi que de l’ensemble des disciplines qui en sont plus ou moins issues car, dorénavant, ce ne sont plus les lectures périodisées et purement historiques qui dominent7 mais un discours sur la complexité des phénomènes de transmission et d’hybridation dans l’espace et le temps. L’objet de cette archéogéographie est donc tout autant l’étude de la mémoire des formes que celle des projets des sociétés à certains moments précis.

  • 8 À côté de ces définitions principales, on trouve également des utilisations ponctuelles du terme, s (...)

7On le voit, le terme « archéogéographie » n’est donc pas une création ex nihilo du groupe animé par Gérard Chouquer ; il possède une généalogie plus ancienne et des « cousins »8. Nous avons donc participé nous-mêmes au mouvement de fragmentation disciplinaire et de dispersion épistémologique, avant de tenter une formalisation disciplinaire un peu plus consciente et rassemblée dans notre domaine. C’est cette dernière qui permettra au mot et à la démarche de s’ancrer durablement dans le panorama des nombreuses disciplines géohistoriques.

8Si ce travail de généalogiste et d’historiographe nous a permis de mieux comprendre l’univers scientifique dans lequel nous prenons place et les aînés auxquels nous sommes redevables – de beaucoup ! –, il nous aura également amenés à pousser la réflexion encore plus loin, en interrogeant la pertinence d’un tel éclatement disciplinaire pour l’étude d’un même champ de recherche et en essayant de mieux saisir l’originalité de notre contribution. Ainsi, au contraire de nombreux auteurs pour qui cette pluralité étonnante et la confusion des appellations ne méritent pas qu’on s’y attarde, Gérard Chouquer a mené, dans la seconde partie du livre, une analyse épistémologique du processus d’élaboration et de fragmentation des disciplines. En exploitant divers outils épistémologiques – la thèse des paradigmes de Thomas Kuhn ; la théorie des fractionnements disciplinaires de Andrew Abbott ; la formalisation des plans épistémologiques qu’on trouve chez Michel Foucault, puis, en des termes différents, chez Bruno Latour et Dominique Boullier ; la thèse de la décimation (Chouquer 2007) ; la notion de programme de recherches de I. Lakatos et J.-M. Berthelot –, il a tenté de montrer que le foisonnement observé ne signifie pas seulement une augmentation de l’individualisme méthodologique (chacun souhaite apposer sa « marque de fabrique ») ou même d’effets de mode, mais indique également une richesse sans ordre apparent et l’amorce d’une recomposition. En effet, au-delà de ces éléments d’explication de la profusion relevée – tous valables en partie et selon les cas – il existe autre chose qui est une vraie richesse : l’émergence d’un vaste mouvement de l’étude de l’espace, une prodigieuse situation d’émergence d’un champ disciplinaire, avec la confusion et la précipitation qui caractérisent ces phases : celui de la redécouverte de la Terre – au sens de l’écoumène d’Augustin Berque (2000), c’est-à-dire habitée, aménagée, exploitée, héritée, transmise, etc. – et de la complexité des héritages qui la composent. Le balancement entre archéologie et/ou géographie, entre archéologie et/ou environnement, entre paysage et/ou environnement, entre prospection et/ou morphologie, entre géographie historique, archéogéographie et archéologie spatiale, etc., signifie l’émergence d’une discipline nouvelle et étendue dont le nom ne peut être valablement tiré des intitulés existants, parce que ces intitulés se sont installés à des époques où le projet même de faire l’étude de la dynamique de l’espace n’était pas concevable. Nous pensons que ce champ de recherches et de connaissances sur l’organisation de l’occupation du sol et sa dynamique représente un axe majeur de la connaissance mais encore imparfaitement conçu, susceptible d’exister en parallèle et en relation avec d’autres champs de recherches et avec les disciplines qui en rendent compte, comme l’histoire, la géographie, l’archéologie, l’anthropologie, l’ethnologie, les sciences paléoécologiques. Nous pensons que ce champ de recherches sera majeur car paraît nécessaire l’existence d’une discipline qui traite de la transmission de la mémoire des choses planimétriques et spatiales, évalue le poids de cette transmission dans la possibilité de reconstituer des états anciens de l’occupation du sol, et qui ne soit ni une simple illustration de l’histoire par les formes, ni une simple spatialisation des découvertes archéologiques, ni une succession de strates et de séquences de faits géologiques ou écologiques.

9Si ce champ existe, il n’est pas vraiment structuré parce que nous sommes encore dans la phase d’émergence. Mais aujourd’hui – forts de cette histoire disciplinaire de plus d’un siècle et des récentes avancées théoriques dans tel ou tel domaine –, nous pouvons tenter d’esquisser des voies de réorganisation de cette matière. Car faire de l’archéologie du savoir ne doit pas être en but en soi : notre propos est d’aider à rénover en facilitant le cheminement de qui souhaite s’engager comme nous dans ce domaine profus. Il nous semble que quatre domaines s’imposent comme majeurs et potentiellement réorganisateurs de la diversité des études :

10– l’écologie géographique, improprement mais couramment appelée « du paysage » ;

11– la socio-écologie des milieux, c’est-à-dire, en langage courant, le paléoenvironnement, les relations sociétés-milieux, l’archéologie environnementale ;

12– l’archéogéographie des espaces et milieux géographiques, dont notre groupe s’occupe, étant entré dans ce champ par les planimétries ;

13– enfin, un domaine qui reste à formuler : une discipline archéogéographique d’étude des territoires et des processus de constitution et d’évolution des différentes formes de pensée de l’espace dans les sociétés anciennes, qui emprunterait principalement ses savoirs à l’anthropologie juridique, à l’anthropologie sociale, à l’histoire et à la géographie.

  • 9 Voir le numéro 115 des Nouvelles de l’archéologie paru en 2009 : un dossier sur l’archéologie et l’ (...)

14L’archéogéographie n’a donc pas la prétention de répondre à toutes les facettes de la recherche sur l’espace et les paysages anciens. Elle n’en représente que l’une des composantes mais avec une ambition – forte, il faut le reconnaître –, celle d’affirmer la nécessité d’une démarche d’archéologie du savoir à côté des études spécialisées sur la planimétrie et l’espace des sociétés. Différents dossiers ont permis d’avancer sur ce terrain depuis la fin des années 1990, et surtout depuis les années 2000, aussi bien sur la morphologie agraire – proue du navire pour des raisons historiographiques – avec les études sur les centuriations romaines (G. Chouquer, F. Favory, R. González Villaescusa, C. Lopes, C. Jung, R. Brigand, A. Chartier, T. Ercole…) et la planimétrie des âges du Bronze et du Fer (G. Chouquer, C. Marcigny…), que sur les processus de transmission non linéaire des formes (G. Chouquer, C. Marchand, S. Robert, M. Watteaux, R. Brigand…), sur la morphologie urbaine (G. Chouquer, S. Robert, H. Noizet…), les réseaux d’irrigation (R. González Villaescusa), les planifications médiévales (G. Chouquer, C. Lavigne, R. Brigand, M. Watteaux…), les territoires antiques et médiévaux (G. Chouquer, R. González Villaescusa, C. Lopes, M.-P. Buscail, É. Cavanna…), l’articulation entre, d’une part, les données archéologiques et archéogéographiques (G. Chouquer, S. Robert, M. Watteaux, D. Maréchal, É. Cavanna…) et, d’autre part, les données archéogéographiques et les problématiques actuelles d’aménagement des territoires (G. Chouquer, S. Robert, C. Lavigne, É. Cavanna…), les réseaux routiers (É. Vion, S. Robert9, C. Marchand, S. Leturcq, M. Watteaux…), les conceptions de l’espace aux époques prémodernes selon un mode essentiellement analogique (Chouquer ici même), le foncier et la notion de propriété (Chouquer 2010) et les représentations scientifiques actuelles héritées des Modernes, qui constituent autant de filtres à nettoyer pour faire la part de nos projections et des réalités anciennes (Chouquer 2008).

15Même si beaucoup reste encore à faire, le chantier est déjà bien engagé et montre tout l’intérêt et l’étendue du regard archéogéographique. Certains de ces thèmes sont représentés dans ce dossier et donnent un aperçu le plus large possible de la discipline, jusqu’à ses contenus sociaux actuels. Ainsi, il comporte aussi bien des articles sur le paysage rural (R. González Villaescusa & P. Cressier, R. Brigand, É. Cavanna & S. Hurard) que sur le domaine urbain (H. Noizet, C. Lavigne, S. Robert). Quasiment tous portent sur l’analyse morphologique mais certains intègrent aussi des analyses spatiales et/ou des données archéologiques, géoarchéologiques et agraires (É. Cavanna & S. Hurard, R. Brigand, González Villaescusa & P. Cressier) et Gérard Chouquer traite, selon une approche anthropologique, de la conception analogique de l’espace dans les sociétés prémodernes. Dans cet article, qui ouvre le dossier, il propose, à la manière d’un archéologue faisant de l’expérimentation pour se mettre dans les conditions anciennes, de démontrer en quoi la réflexion anthropologique actuelle sur les mondes analogiques pourrait nous aider à comprendre ce qu’étaient la rationalité des sociétés prémodernes et leurs rapports à l’espace. L’exemple développé est celui des mondes romains au travers de l’analogie chez les arpenteurs, en particulier dans le cadre des controverses agraires. Puis Sandrine Robert ouvre la voie aux articles portant plus précisément sur la dimension morphologique des analyses archéogéographiques. Elle revient sur la question de la dynamique morphologique en interrogeant, dans une perspective historiographique, le lien entre formes et sociétés. Ce n’est pas un sujet nouveau et elle en rappelle brièvement l’historique avant de présenter l’état de l’art actuel, considérablement revu grâce aux avancées en géographie, en archéologie et, plus récemment, en archéogéographie. D’une lecture « intentionnaliste » où les formes étaient considérées comme le reflet des sociétés qui les créaient, nous sommes passés à la reconnaissance et à l’analyse de la complexité des processus en jeu dans la création et l’évolution des formes. Les résultats exposés par Robin Brigand illustrent cette nouvelle manière d’envisager ce lien sociétés/formes. Dans sa thèse d’archéogéographie dont son article rend en partie compte, il a étudié la géodynamique des milieux et la morphologie agraire de la plaine vénitienne, et remis en perspective les formes de l’occupation du sol et de l’agriculture sur plus de deux millénaires. Fait très intéressant : il a pu observer comment les aménagements des périodes médiévale et moderne ont participé à la construction et à la résilience des centuriations antiques connues dans ce secteur. Rafael González Villaescusa et Patrice Cressier ont également étudié un objet planifié bien connu – les systèmes arabes d’irrigation – mais durant la période médiévale. À l’encontre de l’idée d’une certaine incapacité technique des sociétés médiévales à élaborer des systèmes agraires complexes du point de vue de la technique et de la métrologie, ils font la démonstration, à partir du dossier de Tāmdult au Maroc et grâce à une approche archéologique, agraire et archéogéographique, que celles-ci ont su mettre en œuvre une gestion complexe d’un milieu difficile. Ce faisant, ils revisitent la question des relations entre la ville et ses terroirs environnants. Pour la période médiévale également, Hélène Noizet utilise l’exemple de Paris afin d’illustrer tout l’intérêt qu’il y a, pour un historien des villes, à prendre en compte les dynamiques morphologiques et environnementales de longue durée – croisées avec les données archéologiques et textuelles – parce qu’elles permettent de comprendre l’évolution du processus urbain et du système viaire entre les périodes antique et médiévale, caractérisée par un basculement de la centralité de la capitale, de la rive gauche à la rive droite. L’approche archéogéographique a également permis d’approfondir et de compléter les interprétations de l’archéologue Séverine Hurard sur le site de la Ferme du Colombier (Varennes-sur-Seine) créée au début du xvie siècle. Émilie Cavanna et elle-même ont ainsi réussi à appréhender le paysage en tant que milieu et territoire, ouvrant in fine sur une interprétation sociale du site plus fine, où l’on voit comment l’analyse archéogéographique d’un espace participe à la formulation d’estimateurs sociaux (ici, une petite élite rurale en quête d’affirmation sociale) et permet de fructueux échanges sur les interprétations d’un site archéologique.

16Enfin, la présentation de l’archéogéographie dans ce dossier est également envisagée sous un angle social et actualiste avec la contribution de Cédric Lavigne. Ce dernier montre, au travers d’un exemple récent et heuristique sur la commune de Bègles en Gironde, que les concepts et outils de la discipline archéogéographique peuvent être transférés avec succès dans le domaine de l’expertise de l’aménagement des territoires, où le besoin d’un regard complexe sur les héritages et les dynamiques spatiales est grand. Ce dernier point est crucial et mérite qu’on s’y arrête car il permet de préciser quelle peut être l’utilité de la discipline pour les sociétés actuelles. On sait en effet combien l’occultation de l’histoire et de la géographie des lieux peut amener à des impasses parce que nos sociétés ont perdu la mémoire des potentiels et donc des chances et des risques. Or, l’analyse archéogéographique participe justement à la reconsidération des lieux et de leur histoire en mettant l’accent sur les interactions entre les hommes et leurs milieux sur des combinaisons d’échelles de temps qui refusent de s’inscrire soit dans un unique temps court contemporain, soit dans une monotone longue durée sans contenu. Elle offre ainsi des clés de lecture et de compréhension utiles pour nos sociétés actuelles et futures en proposant une médiation et une aide à la décision à différents acteurs parmi lesquels, au premier chef, les aménageurs, dont les projets ont un impact fort sur les territoires. Elle peut ainsi offrir un recul historique aux politiques actuelles d’aménagement des territoires et des paysages, du moins à celles qui sont orientées vers la durabilité de leurs actions et l’anticipation des risques. Deuxièmement, elle est utile aux collectivités soucieuses de valoriser leur patrimoine et leur territoire et précieuse pour la participation des citoyens aux projets d’aménagements. C’est en ce sens que se sont développées depuis quelques années des initiatives individuelles d’archéogéographes qui proposent leurs compétences à ces acteurs, en tant qu’opérateurs indépendants (C. Lavigne, É. Cavanna), au sein de collectivités territoriales (S. Robert au Sdavo, M. Foucault au service archéologique de la ville de Lyon) et, parfois, dans le cadre de projets particuliers (Pcr Dynarif, Plan de sauvegarde et de mise en valeur de la ville de Grasse). Ce ré-attachement aux lieux, que revendique l’archéogéographie en général, permet ainsi de construire du lien social avec les habitants en les aidant à prendre conscience de l’impact des choix passés, c’est-à-dire des héritages, dans la gestion de leurs territoires. Enfin, comme le soulignent Émilie Cavanna et Séverine Hurard dans leur contribution, cette connaissance archéogéographique peut être également précieuse aux archéologues : en amont des fouilles, elle les aide à évaluer le potentiel archéologique d’un espace afin d’anticiper parfois la découverte de certaines structures et à documenter l’histoire d’un lieu particulier ; mais également, et surtout, en aval, elle leur permet de proposer une synthèse des hypothèses sur l’évolution de la planimétrie et des paysages, donc à une autre échelle, en recentrant le regard sur les interactions sociétés-espaces. Signalons cependant que cette idée ne fait pas l’unanimité dans le groupe des archéogéographes puisque, en une quinzaine d’années de collaboration avec les archéologues engagés dans des fouilles préventives (principalement les années 1985-2000), Gérard Chouquer, Cédric Lavigne, Claire Marchand et Sandrine Robert n’ont pas vraiment réussi à faire passer l’idée que l’analyse des formes n’était pas une technique de carte archéologique, mais une véritable géographie, et qu’on ne sériait pas les formes comme on classe les « sites » dans des périodes ; ou plus exactement, l’idée est passée puisque la collaboration s’est arrêtée dès que certains archéologues concernés par ces collaborations ont compris que les archéogéographes étaient rebelles à la périodisation forcée. Souhaitons que les indices de changement que l’on perçoit ici ou là prennent de l’ampleur avec le temps. En définitive, la spécificité de l’approche archéogéographique est d’offrir une vision d’ensemble et une vraie cohérence aux projets d’aménagement et de mise en valeur des territoires ainsi qu’une perspective de synthèse pour les études historiques et archéologiques souhaitant intégrer une dimension spatiale ; parce que le fil conducteur reste toujours l’organisation de l’espace à travers le temps et parce que l’épistémologie qui fonde l’archéogéographie est celle du lien, c’est-à-dire de l’hybridation dans les contenus (naturel et social), dans l’espace (petites et grandes échelles), dans le temps (héritages, transmissions), hybridation qui autorise à proposer des liens entre les diverses observations des uns et des autres.

Haut de page

Bibliographie

Berque, A. 2000. Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains. Paris, Belin, 271 p.

Chouquer, G. (dir.). 2003. « Objets en crise, objets recomposés », Études rurales, n° 167-168, 367 p.

Chouquer, G. 2007. Quels scénarios pour l’histoire du paysage ? Orientations de recherche pour l’archéogéographie. Coimbra/Porto, Centre d’études archéologiques des Universités de Coimbra et Porto, 405 p.

2008. Traité d’archéogéographie. La crise des récits géohistoriques, vol. 1. Paris, Errance, 200 p.

2010. La terre dans le monde romain : anthropologie, droit, géographie. Paris, Errance, 355 p.

Chouquer, G. et M. Watteaux. À paraître. L’archéologie des disciplines géohistoriques. Paris, Errance.

Fossier, R. 1989. Enfance de l’Europe. Aspects économiques et sociaux. L’homme et son espace, t. 1. Paris, Nouvelle Clio [1re éd. 1982], 605 p.

2002. « Introduction », in : M. Bourin et S. Boissellier (éd.), L’espace rural au Moyen Âge : Portugal, Espagne, France (xiie-xive siècle). Mélanges en l’honneur de Robert Durand. Rennes, PUR : 19-22.

Guillaud, D. et H. Forestier. 1996. Les hameaux des karsts. Occupation ancienne de la vallée de Koumac. Nouméa, Éd. du Centre Orstom de Nouméa, 84 p.

2003. « Pour une archéogéographie. La reconstitution des anciennes occupations et leurs enjeux actuels dans le nord de la Nouvelle-Calédonie », in : D. Guillaud, Ch. Huetz de Lemps et O. Sevin (éd.), Îles rêvées, territoires et identités en crise dans le Pacifique insulaire. Paris, PUPS : 267-290.

Robert, S. (dir.). À paraître. Méthodes et techniques de l’archéogéographie planimétrique. Besançon, Presses Universitaires de Besançon.

Haut de page

Notes

1 Mentionnons d’ailleurs la parution du prochain numéro (décembre 2011) de la revue Études rurales qui sera consacré à l’archéogéographie.

2 Nous renvoyons à sa bibliographie en ligne sur le site www.archeogeographie.org, rubrique « Présentation », « Les archéogéographes ».

3 www.archeogeographie.org et, depuis mai 2011, www.formesdufoncier.org, qui est un observatoire des formes du foncier dans le monde mis en place par France international expertise foncière (Fief), association appuyée et financée par l’Ordre des géomètres-experts français et en lien avec les fédérations internationales de géomètres (Fédération internationale des géomètres, Fédération des géomètres francophones).

4 Cette recension a porté sur les publications parues en France mais aussi en Grande-Bretagne, en Espagne, au Portugal, en Italie et même en Allemagne grâce aux synthèses de certains historiens rédigées en français.

5 Pour cette raison, nous n’avons pas mis sur le même plan des intitulés lourds, correspondant à des disciplines formalisées, et d’autres qui sont de simples variations sur un thème, à la limite de simples effets de style dans une phrase.

6 La liste des intitulés est disponible sur le site www.archeogeographie.org, rubrique « Médiathèque », « Cartothèques ».

7 Bien que l’étude d’un ensemble parcellaire rapportable à une période donnée ne soit pas exclue, comme dans le cas des systèmes irrigués fossiles (voir infra R. González Villaescusa et P. Cressier).

8 À côté de ces définitions principales, on trouve également des utilisations ponctuelles du terme, sans formalisation disciplinaire. Nous renvoyons au livre (Chouquer et Watteaux à paraître) ou à la notice Wikipedia de l’archéogéographie pour une présentation de ces occurrences, françaises et étrangères.

9 Voir le numéro 115 des Nouvelles de l’archéologie paru en 2009 : un dossier sur l’archéologie et l’archéogéographie des réseaux viaires y a été publié sous la direction de S. Robert et N. Verdier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Watteaux, « L’archéogéographie  », Les nouvelles de l'archéologie, 125 | 2011, 3-7.

Référence électronique

Magali Watteaux, « L’archéogéographie  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 125 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/1494 ; DOI : 10.4000/nda.1494

Haut de page

Auteur

Magali Watteaux

Post-doctorante en archéogéographie, Université de Coimbra-Porto, Ceaucp et Umr 7041, Équipe Archéologies environnementales

magaliwatteaux@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org