Navigation – Plan du site
Dossier

Histoire de la recherche archéologique dans les Guyanes côtières

Stéphen Rostain
p. 36-56

Entrées d’index

Index géographique :

Guyane côtière
Haut de page

Texte intégral

Mais ici les hommes passent sans même laisser un griffonnage sur le registre des visiteurs, et tels que des ombres sur un mur. Il ne reste rien de leurs maisons de paille, de leurs sentiers à peine tracés, de leurs plantations éphémères. Ils ne nous ont pas laissé un signe sur un rocher, pas un tertre, rien qui dénote l’œuvre de leurs mains. Leurs os mêmes, on les a brûlés et le vent en a dispersé la poussière.

(Coudreau 1893 : 19)

1L’archéologie des Guyanes, et plus généralement de l’Amazonie, a connu une profonde restructuration depuis une vingtaine d’années. Pourtant, personne n’a encore reconstitué l’histoire globale de cette discipline dans la région, seules quelques descriptions limitées à certains pays ayant été proposées jusqu’ici. Les récents bouleversements théoriques et scientifiques de l’archéologie guyanaise justifient pleinement de se pencher sur les avatars qu’a subis la recherche depuis son origine.

  • 1  Entourées de toutes parts par des cours d’eau et l’océan, les Guyanes constituent réellement une î (...)

2L’île des Guyanes couvre une immense partie de l’Amazonie. Cette région de près de 1,8 million de km2, délimitée par l’océan Atlantique, l’Amazone, le Negro, le canal de Cassiquiare et l’Orénoque1 (fig. 1), a parfois été considérée comme le centre de dispersion du « complexe culturel de forêt tropicale » (Steward 1948). Elle est aujourd’hui divisée entre cinq pays : le Brésil, le Venezuela, le Guyana, le Suriname et la France. Retracer l’histoire de la recherche archéologique des Guyanes revient à s’intéresser à chacun de ces pays au cas par cas. En effet, les investigations, très différentes d’une nation à l’autre, dépendent essentiellement de l’histoire du pays et du développement de l’exploration de son territoire. Pourtant, en dressant ces historiques, on entrevoit des parallèles dans l’évolution de l’archéologie des cinq contrées.

3Cet article concerne l’archéologie des Guyanes côtières sur la façade atlantique, c’est-à-dire d’est en ouest depuis l’État d’Amapá au Brésil, la Guyane française, le Suriname (ex-Guyane hollandaise), et le Guyana (ex-Guyane anglaise) jusqu’à l’État de Bolívar au Venezuela (Guayana ou ex-Guyane espagnole).

4Pour plus de clarté, l’histoire de la recherche archéologique dans chaque pays sera présentée séparément. Auparavant, sera défini le cadre chrono-culturel de l’époque précolombienne des Guyanes côtières.

Fig. 1

Fig. 1

Carte des Guyanes

Chronologie culturelle des Guyanes côtières

5Avant de s’intéresser à l’histoire de la recherche proprement dite, il semble opportun de dresser un panorama rapide de l’occupation précolombienne de la région d’après les données disponibles. Cinq étapes culturelles principales peuvent être différenciées dans l’histoire du peuplement précolombien (Rostain 2004).

Les chasseurs-cueilleurs paléolithiques

6Les plus anciennes traces d’occupation humaine apparaissent principalement dans les grandes savanes du centre du plateau des Guyanes, au Suriname et au Guyana. Ce sont de larges étendues très planes, couvertes de hautes herbes, d’où émergent quelques collines arrondies. Des populations paléolithiques les traversent à partir d’environ 8000 av. J.-C. Les grottes et les abris-sous-roche existant au pied des élévations qui parsèment cette région leur offrent des possibilités d’asile confortables. La présence de chasseurs-cueilleurs affecte l’environnement car, en allumant des incendies, ils agrandissent l’aire occupée par la savane. Les sites consistent en des ateliers de taille où l’on trouve des vestiges de débitage : pointes de flèche, outils cassés durant la taille, éclats de débitage, nucléus et percuteurs. La dimension des pointes de projectiles en pierre laisse penser que les groupes paléolithiques chassaient de grands mammifères comme le cerf, mais aussi, peut-être, les mégathériums.

Les pêcheurs-collecteurs

7Il existe peu de données archéologiques sur la période postérieure, jusqu’au iie millénaire av. J.-C. Elle connaît pourtant des évolutions essentielles comme la sédentarisation, l’apparition de l’agriculture ou l’invention de la céramique. Ces phénomènes sont mieux connus au Brésil dans les sites de Pedra Pintada et de Taperinha dans le bas Amazone, occupés à partir de 5500-5000 av. J.-C. Les plus anciennes céramiques d’Amazonie y ont été découvertes. Après avoir probablement utilisé des calebasses et des paniers imperméabilisés comme récipients, les hommes ont dû cuire certains aliments à partir d’un moment donné. Les premières poteries sont de forme simple et rarement décorées. Si les populations ont pu commencer à planter, l’essentiel de leur économie repose sur la pêche de poissons ou la collecte des coquillages. À partir de 3700 av. J.-C., des communautés de pêcheurs-collecteurs occupent des amas coquilliers, constitués des résidus de leur alimentation, dans l’embouchure de l’Amazone et sur le littoral occidental du Guyana.

Les horticulteurs sédentaires

8Il faut attendre 2000 av. J.-C. pour voir des groupes construire des villages dans les Guyanes, fabriquer des outils et autres objets et cultiver des champs ouverts dans la forêt à l’aide de haches et du feu. Ces horticulteurs dominent leur territoire en le traversant à pied ou en naviguant dans des pirogues sur les rivières. On peut imaginer qu’à cette époque, ils vivent dans des villages de petites dimensions, comparables aux établissements amérindiens actuels. Dès que le milieu environnant est épuisé, le groupe déplace ses maisons vers une aire plus propice. Le paysage commence donc à être intensément exploité et transformé, phénomène qui va progressivement prendre de plus en plus d’importance. Si les données archéologiques sur cette période dans les Guyanes sont encore rares, elles deviennent beaucoup plus nombreuses pour les époques suivantes.

Les pré-chefferies d’agriculteurs

9Au début de notre ère, le peuplement des deux grands bassins fluviaux amazoniens se densifie. Les berges alluvionnaires de l’Amazone et de l’Orénoque, particulièrement fertiles, attirent en effet les agriculteurs. Cette expansion démographique provoque le déplacement de communautés qui se répandent le long de la côte des Guyanes. La véritable révolution néolithique des Guyanes commence vers 300 apr. J.-C. et se concrétise pleinement à partir de 600 apr. J.-C. Les berges des fleuves et la côte sont habitées par des populations qui contrôlent et transforment leur environnement (fig. 2). On estime ainsi que plus d’un tiers des 90 000 km2 de la Guyane française aurait été défriché par la technique de l’agriculture sur brûlis. En Amazonie, au moins 12 % de la superficie de la forêt tropicale auraient été modifiés par les activités humaines précolombiennes. Ces chiffres ont toutefois pu considérablement varier d’un milieu à l’autre.

Fig. 2

Fig. 2

Champs surélevés – restes amérindiens les plus impressionnants des Guyanes – de Piliwa à l’embouchure du Mana à l’ouest de la Guyane française.

10La structure sociopolitique des sociétés a évolué avec l’émergence d’une hiérarchisation au sein des groupes, la spécialisation de certaines tâches, l’organisation d’un système commercial et l’élaboration d’une vie cérémonielle commune. Sur la côte, des espaces culturels se précisent, généralement délimités par de grands fleuves. La population a augmenté, rendant la distribution territoriale plus sensible et une identification culturelle plus nette. Elle n’occupe plus de villages itinérants, mais habite des « villes » de plusieurs centaines de personnes, installées pour une longue durée.

11Vers 600 apr. J.-C., sur le littoral occidental des Guyanes, apparaissent quatre cultures (Hertenrits, Kwatta, Barbakoeba et Thémire) de la tradition arauquinoïde issue du moyen Orénoque. À la même époque, à l’est, la Guyane française orientale et l’Amapá sont occupées par des groupes originaires des foyers du bas et du moyen Amazone. Puis, vers 1000 apr. J.-C., l’espace est colonisé par la culture Aristé récent, liée à la tradition polychrome du bas Amazone. Aux alentours de l’an 1000, les Guyanes côtières sont sous l’influence de deux grands foyers culturels : la tradition arauquinoïde du moyen Orénoque à l’ouest, et la tradition polychrome du bas Amazone à l’est (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Céramiques des principales traditions culturelles des Guyanes vers 1 000-1 200 apr. J.-C. :
1. Bord lobé et incisé, culture Hertenrits, tradition arauquinoïde.
2. Bord d’assiette peint en blanc sur fond rouge, culture Thémire, tradition arauquinoïde.
3. Plaque funéraire à décor peint en rouge, culture Arsité, tradition polychrome.
4. Anse à Appliqué zoomorphe, culture Koriabo.

Le retour des horticulteurs

12De nouveaux bouleversements culturels, peut-être liés à des changements climatiques, affectent les Guyanes vers 1000-1200 apr. J.-C. Aux alentours de 1000 apr. J.-C., apparaît une culture totalement originale, connue sous le nom de Koriabo. Son origine demeure incertaine, le moyen Amazone ou le centre des Guyanes. Elle se manifeste sur les berges des principaux fleuves et se répand peu à peu vers le nord en descendant les cours d’eau. Beaucoup de sites koriabo sont implantés sur le même emplacement que des sites antérieurs de cultures différentes. La culture Koriabo est unique car elle représente le seul ensemble culturel véritablement guyanais, peut-être d’origine locale, qui n’est pas reconnu hors de cette région. En effet, il semble qu’elle surgisse simultanément dans l’ensemble des Guyanes, depuis l’Oyapock jusqu’à l’Orénoque, et du centre des Guyanes jusqu’à la côte. L’aspect vraiment remarquable de la culture Koriabo est son unité stylistique dans les formes et les décors céramiques, à travers cette immense région.

13Le développement autonome des populations amérindiennes s’arrête très rapidement à partir de 1494 avec l’arrivée progressive des Européens sur la côte des Guyanes.

Historique de l’archéologie des cinq Guyanes côtières

L’Amapá brésilien

14L’un des premiers explorateurs de la côte des Guyanes, Jesse de Forest, signale un site funéraire en Amapá, non loin de la baie d’Oyapock : « nous promenant par le pays nous trouvasmes un cymetière remply de pots de terre de diverses formes et dans deux des ossemens de morts » (Forest 1625 : feuille 21).

15En 1831, l’explorateur A. de Bauve (Bauve et Ferré 1833) trouve une sépulture amérindienne, ainsi que des céramiques et des outils de pierre, entre le haut Oyapock et le haut Amapari. Dans l’embouchure de l’Amazone, à la fin du xixe siècle, les pionniers de l’archéologie D. Ferreira Penna, C. F. Hartt, A. Lima Guedes et H. A. Coudreau effectuent des fouilles superficielles dans l’île de Marajó, au Pará et en Amapá (fig. 4). Dans ce dernier État, H. A. Coudreau (1887) découvre quelques sites funéraires. D. Ferreira Penna trouve en 1872 des urnes funéraires dans des grottes du rio Maracá. En 1895, E. Goeldi (1905), directeur du musée Paraense de Belém (devenu Museu Paraense Emilio Goeldi en 1931) fouille deux puits funéraires artificiels à chambre latérale sur la rive de la rivière Cunani (fig. 5), d’où il rapporte dix-sept urnes funéraires polychromes entières, premières pièces connues de la culture Aristé.

Fig. 4

Fig. 4

Urne funéraire et son couvercle (culture Aristé ancien), découverts en 1873 dans la nécropole d’Igarapé Tartarugalzinho en Amapa et remise au musée de l’Homme en 1881 par J. Crevaux (1878-1879 :144).

Fig. 5

Fig. 5

À gauche, puits funéraire artificiel à chambre latérale de Monte Curù en Amapa, fermé par une dalle de granite (d’après Goeldi 1905 : fig. 2). À droite, urne de culture Aristé récent de Monte Curù, rapportée par Emilio Goeldi au Musée de belèm.

16La première moitié du xxe siècle est marquée par un déclin des recherches. Durant cette période, les principaux travaux archéologiques sont réalisés par l’ethnologue C. Nimuendajú, qui découvre plusieurs sites d’habitat et funéraires (fig. 6), ainsi que des ensembles mégalithiques en Amapá et dans l’île de Marajó (Linné 1928 ; Nimuendajú 2004). Ses collections archéologiques sont alors envoyées au musée de Göteborg. Par ailleurs, E. Nordenskiöld (1930) établit des parallèles entre la céramique des llanos de Mojos en Bolivie et celle de l’embouchure de l’Amazone.

17La recherche archéologique s’accélère après la Seconde Guerre mondiale. G. D. Howard (1947) définit six styles céramiques regroupés en deux grands ensembles (Polychrome et Santarém) pour l’Amazonie. À la même époque, H. C. Palmatary (1939, 1950, 1960) classe les collections céramiques du Tapajós et de l’île de Marajó.

18Un tournant majeur est donné en 1948-1949, lorsque les Nord-Américains B. J. Meggers et C. Evans (1957) mènent, dans le cadre de leur recherche doctorale, une vaste prospection durant presque une année dans les îles de l’embouchure de l’Amazone et sur le littoral d’Amapá (fig. 7). Leur travail s’inscrit dans le cadre théorique défini par J. H. Steward (1948), fondé sur un déterminisme écologique et diffusionniste. Leurs concepts, qu’ils soient applaudis ou dénigrés, ont fortement inspiré l’archéologie amazonienne. Même si certaines de leurs interprétations ont été remises en cause, l’essentiel de leur approche, dont une partie fut conduite avec des moyens techniques encore sommaires, fait toujours référence. Ces travaux demeurent une base primordiale de réflexion pour l’archéologie amazonienne. Depuis, C. Evans et surtout B. J. Meggers ont continué leurs recherches dans la région et publié de nombreuses études (Meggers 1996 ; Meggers et Evans 1961 entre autres).

Fig. 6

Fig. 6

Fouille de la nécropole de Bacabal-1, dans l’île de Caviana à l’embouchure de l’Amazone, en 1925 par C. Nimundajù (2004 :fig. 33).

Fig. 7

Fig. 7

Betty J. Meggers en 1948 dans le site de pierres dressées d’Aurora (culture Aristé), en Amapa.

(Photo Evans. Remerciments à B.J. Meggers)

19À partir de 1949, P. P. Hilbert, archéologue au Museu Paraense Emilio Goeldi, fortement inspiré par B. J. Meggers, étudie plusieurs sites de l’île de Marajó et du moyen Amazone (Hilbert 1968), ainsi que deux autres aux environs de Cunani en Amapá (Hilbert 1957). En 1955, il organise la division d’anthropologie au musée. En 1962, M. Simões, autre disciple de B. J. Meggers, lui succède. Il mène avec son équipe plusieurs recherches dans l’île de Marajó, sur le littoral du Pará, et dans le bas et le moyen Amazone (Simões 1972, 1981a, 1981b, 1983a, 1983b). Il dirige, de 1968 jusqu’à sa mort en 1974, le Pronapaba, vaste programme de recherche archéologique sur le bas Amazone (Programa Nacional de Pesquisas Arqueológicas na Bacia Amazônia), en partie subventionné par la Smithsonian Institution. Dans le cadre du Pronapaba, à partir de 1977, E. T. Miller (1992) entreprend des fouilles en Amazonie.

  • 2  D.W. Lathrap (1970), se fondant sur ses fouilles en haute Amazonie péruvienne, est le premier à re (...)

20Forte de son expérience sur le moyen Orénoque et s’inscrivant contre les -théories de B. J. Meggers2, A. C. Roosevelt (1991, 1995) organise des fouilles dans l’île de Marajó, puis près de Santarém, où elle découvre, à Pedra Pintada et à Taperinha, la plus ancienne céramique d’Amazonie datée de 7600-7000 ans BP (1995).

21Après un passage à vide, les travaux archéologiques ont repris depuis quelques années en Amapá avec l’arrivée de nouveaux chercheurs au Museu Paraense Emilio Goeldi. Ainsi, V. L. Guapindaia a fouillé les grottes funéraires de culture Maracá, E. Pereira a organisé des prospections en Amapá et D. Schaan a mené des excavations dans l’île de Marajó (McEwan, Barreto et Neves 2001). Plus récemment, des sites mégalithiques de culture Aristé des environs de Calçoene ont été étudiés par J. D. de Moura Saldanha et M. Petry Cabral de l’Iepa (Instituto de Estudos e Pesquisas do Amapá) de Macapá.

La Guyane française

22Une synthèse de l’histoire de l’archéologie en Guyane française, fondée sur le dépouillement de toute la littérature sur le sujet, a été publiée dans S. Rostain (1994a). Elle est complétée ici par les informations collectées depuis, notamment durant l’Acr « Préhistoire du littoral occidental de Guyane ».

23La première découverte archéologique rapportée en Guyane française remonte à 1821, lorsqu’une pirogue intacte contenant des pagaies et des céramiques fut trouvée pendant le creusement du canal Torcy, dans les savanes de Kaw (« Feuille de la Guyane », n° 104, séance du 2 janvier 1821 de la Société guyanaise d’instruction).

24À la fin du xixe siècle, les deux « frères ennemis » de L’exploration de l’intérieur de la Guyane chez nos Indiens relèvent quelques vestiges archéologiques au cours de leurs pérégrinations. Le premier, J. Crevaux (1876-1877) décrit ainsi le pétroglyphe et les polissoirs de l’île Portal dans le bas Maroni (la Roche Timeri ou Bigiston se trouve en réalité du côté surinamien), et rapporte à Paris trois fragments de rochers à polissoirs. Quelques années plus tard, le second, H. A. Coudreau (1893), observe plusieurs sites à polissoirs sur l’Oyapock. En 1871, le naturaliste C. F. Hartt (1871) décrit, à partir de documents et de dessins anciens, le pétroglyphe de la Montagne d’Argent, qui fut l’objet de litiges frontaliers au xviiie siècle (fig. 8).

Fig. 8

Fig. 8

Pétroglyphes de la Montagne d’Argent, sur la côte orientale de la Guyane française. À gauche, le croquis de Charles F. Hartt (1871) et à droite, les relevés de 1996 par le Sra (Mazière et al. 1997 : 111).

25En 1899, le voyageur-naturaliste F. Geay (1901) trouve des grottes funéraires dans les collines de Ouanary, et rapporte en France plusieurs tessons et pièces entières, aujourd’hui au musée du Quai Branly (fig. 9). En 1902, dans l’Île de Cayenne, il ramasse quelques tessons de céramique sur le site de Pascaud, au pied du plateau du Mahury, et découvre les deux roches gravées du Serpent du Mahury et de la Crique Pavé, ainsi que plusieurs polissoirs sur les plages (Geay 1903 ; Hamy 1903). En 1915, A.-L. Harmois décrit trois lames de hache en pierre polie et une lame en pierre taillée, rapportées de Guyane par Laveau, le compagnon d’exploration d’H. A. Coudreau.

Fig. 9

Fig. 9

Bol funéraire peint (1 00-1750 apr. J.-C.) de culture Aristé récent, découvert en 1899 dans la baie de l’Oyapock, en Guyane française, par François Geay

aquarelle Steiner er Reichlen 1948

26En 1939, l’ethnographe P. Sangnier visite un site funéraire sur le haut Maroni, près du village wayana de Taponaïké. Il rapporte en France plusieurs tessons, mais meurt avant de terminer leur étude. Quelques années plus tard, au cours d’une chasse aux papillons, l’entomologiste E. Le Moult (1955) repère des pétroglyphes sur la rivière de Kourou, près de Pariacabo. Cette roche gravée, déjà signalée sur des documents anciens, est oubliée pour être re-découverte en 1992 (Mazière et al. 1997). Jusqu’à la fin de la première moitié du xxe siècle, des vestiges sont exhumés en Guyane, mais aucun chercheur ne les étudie vraiment. La Guyane humaine intéresse pourtant car, depuis le début du siècle, des articles historiques ou ethnographiques sont régulièrement publiés, notamment dans le Journal de la Société des américanistes.

  • 3  En Guyane, une crique est un petit cours d’eau.

27La situation change après la Seconde Guerre mondiale. H. et P. Reichlen (1946) publient la première étude archéologique sur la Guyane, où ils décrivent plusieurs polissoirs et pétro-glyphes, et classent en quatre types (lames de hache et broyeur) une vingtaine de pièces lithiques conservées dans les réserves du musée de l’Homme. En 1948 et 1949, E. Aubert de la Rüe (1950) relève les ateliers de polissoirs de l’Oyapock et signale cinq sites archéologiques, ainsi que la découverte d’un mortier zoomorphe. Plus tard, E. Abonnenc (1952) publie un inventaire de cent vingt sites et loci archéologiques de Guyane : en treize années de prospections archéologiques et de collecte de témoignages, il a répertorié quatre-vingt-quatorze roches à polissoirs, neuf découvertes de pièces lithiques (principalement des lames de hache), huit sites à céramiques, huit pétroglyphes, deux collines à fossé périphérique (appelées localement « montagnes couronnées ») et une pirogue enfouie. Lors d’une mission astro-géodésique Ign dans le haut Maroni, J. Hurault découvre des géoglyphes situés dans le massif du Mitaraka, ainsi qu’un rocher à pétroglyphes dans la crique3 Marouini (Hurault, Frenay et Raoux 1963). Les relevés précis et interprétations de ces vestiges marquent les premiers pas de l’archéologie guyanaise.

28Des fouilles sont réalisées à partir de 1968 par des scientifiques non archéologues (Boyé 1974a, b ; Lefèbvre 1974a, b, c, 1975 ; Turenne 1974, 1979 ; Groene 1976), puis par des amateurs (Roy 1978 ; Petitjean Roget 1978 ; Petitjean Roget et Roy 1976). Par exemple, le botaniste R. Oldeman (1970) découvre, dans la haute Yaroupi, un site d’habitat d’environ 100 m2 et le pédologue J.-F. Turenne (1974) récolte du matériel céramique et osseux à Pointe Gravier dans l’Île de Cayenne.

29Les années 1980 voient la création de plusieurs associations régies par la loi de 1901 : l’Association guyanaise d’archéologie et d’ethnographie (Agae) en 1979, l’Atelier de recherche archéologique (Ara) et l’Association rouranaise d’archéologie et d’ethnographie (Arae) en 1987, le Collectif d’études et de recherches archéologiques (Cera) en 1989. Cette multiplication ne correspond toutefois pas à un réel essor de l’archéologie, mais reflète plutôt des différends personnels. Entre 1979 et 1986, l’essentiel des travaux archéologiques est mené par l’Agae, mais dépasse rarement le stade du simple inventaire de sites et des ramassages de surface (Loncan 1991 ; Petitjean Roget 1980, 1981, 1983, 1991a et b, 1993 ; Toutouri 1983).

30Sous l’impulsion de D. Lavallée (1982), directrice de recherche au Cnrs, un poste d’archéologue professionnel Vat (volontaire à l’aide technique) est créé en 1984 dans le but de structurer les recherches archéologiques et d’en assurer le suivi au sein de l’Agae et de la circonscription archéologique. Occupé par A. Cornette de septembre 1984 à novembre 1985, puis par S. Rostain de décembre 1985 à mars 1987, il n’est pas renouvelé par la suite, la bonne volonté des membres de l’Agae commençant alors à s’étioler. De 1984 à 1989, des fouilles par sondages sont organisées en différents points du pays : collines de Ouanary, bas Mana, Île de Cayenne, Macouria, Saül, etc. (Cornette 1985a, b, c, 1987 ; Rostain 1986a, b, 1987a, b ; Wack 1989, 1990a, b, c).

31La circonscription archéologique de la Guyane, créée en 1972, est dirigée par des intérimaires jusqu’en 1987, date à partir de laquelle elle est remplacée par la direction des Antiquités, avec un directeur installé en Martinique.

32En 1987, le ministère de l’Éducation nationale et l’Orstom recrutent S. Rostain, en mission au centre Orstom de Cayenne, pour entreprendre pour la première fois un programme de recherche archéologique qui aboutira à une thèse de doctorat (fig. 10). La problématique, centrée sur l’occupation amérindienne ancienne du littoral de Guyane (Rostain 1994a), s’articule autour de quatre axes de recherche :

  • le projet Lithique concerne l’étude technologique, fonctionnelle et tracéologique de l’outillage de pierre (Rostain 1991a ; Rostain et Wack 1987) ;

  • le projet Oyapock a pour objectif principal l’étude du peuplement amérindien ancien du bas Oyapock, par la fouille d’abris-sous-roche, de sites d’habitat en plein air et de grottes funéraires (Rostain 1994b, 1995) ;

  • le projet Approuague est orienté sur l’étude de sites archéologiques du bas Approuague (Rostain et Wack 1988) ;

  • le projet Savanes est centré sur l’analyse des vastes réseaux de champs surélevés de la plaine côtière occidentale de Guyane française (Rostain 1991b).

Fig. 10

Fig. 10

Fouille de l’abri-sous-roche de Carbet Mitan (culture Aristé), sur les Monts de l’Observatoire, dans l’embouchure de l’Oyapock en Guyane française, en 1989, lors du programme de recherche de l’Orstom.

33En 1992, le service régional de l’archéologie s’ouvre à Cayenne et les conservateurs envoyés depuis la métropole se succèdent. En 1990, un projet de sauvetage archéologique, cofinancé par Électricité de France, le conseil régional de la Guyane et le ministère de la Culture, est programmé sur la zone qui doit être détruite en 1994 par la mise en eau du barrage hydro-électrique à Petit-Saut, sur le fleuve Sinnamary (Nowacki-Breczewski et Puaux 1990). Disposant de moyens financiers et humains considérables, l’équipe Afan de Petit-Saut organise une vaste reconnaissance dans le bassin du Sinnamary et des fouilles par décapage de grandes surfaces. Il en résulte une importante collection de vestiges céramiques et lithiques et toute une série de datations au 14C (Vacher, Jérémie et Briand 1998).

34L’Inrap, implanté en Guyane française, se charge dans les années suivantes de toutes les opérations préventives dans la région. On retiendra en particulier, pour l’archéo-logie précolombienne, les chantiers de la RN2, Katoury, Eva-2, le plateau des Mines, Sable Blanc Est (fig. 11). Quelques autres fouilles sont également réalisées par des contractuels dans les années 1990, comme La Sablière / Bois Diable (Barone-Visigalli, Prost et Rostain 1991 ; Thooris 1994) ou Mont Grand Matoury (Grouard 1997).

35L’Acr « Préhistoire du littoral occidental de Guyane » relance une certaine dynamique scientifique de 2003 à 2007. Grâce à une coopération entre institutions françaises (Cnrs, Sra, Inrap) et internationales, une recherche diachronique et inter-disciplinaire est développée sur -l’ensemble de la côte guyanaise à l’ouest de l’Île de Cayenne (Rostain 2007a et b ; Rostain et Versteeg 2003, 2004). La publication est une priorité dans cette Acr, aussi des articles et deux ouvrages ont déjà été édités (Versteeg 2003 ; Versteeg et Rostain 2005), tandis qu’une monographie finale est en préparation.

Fig. 11

Fig. 11

Fouille dans le cimetière d’urnes de Sable Blanc Est, sur le littoral occidental de Guyane française, par l’Inrap en 2006.

Le Suriname

36Les données sur l’histoire de l’archéologie au Suriname présentées ici sont en grande partie reprises de D. C. Geijskes (1960-1961a), d’A. Boomert (1977) et surtout d’A. H. Versteeg (1998, 2003 ; Versteeg et Bubberman 1992), mais aussi de toutes les publications archéologiques sur le Suriname.

37Les débuts de l’archéologie au Suriname remontent à 1836 avec la découverte de pétroglyphes sur le fleuve Corantine par R. Schomburgk (1841). Puis, en 1853, C. A. Van Sypesteyn décrit des lames de hache et des polissoirs le long des fleuves. De 1855 à 1898, C. Hering récolte plusieurs vestiges dans le district Coronie et trouve le pétroglyphe de Timéri (Bigiston) sur le Maroni (Boomert 1977 ; Versteeg 1982). Il envoie des lames de hache au Musée national des Antiquités de Leiden ; elles font l’objet d’un article signalant leur origine précolombienne et les pouvoirs magiques que les habitants du pays attribuent à ces « pierres-tonnerres » (Leemans 1877, 1879). C. Hering note également, dans une lettre de 1887, la présence du tertre de Burnside sur le littoral occidental du pays, et quelques années plus tard, il organise des fouilles dans des sites proches (Versteeg 2003). En 1885, l’ethnologue H. F. C. Ten Kate (1887) fait plusieurs découvertes archéo-logiques et classe des haches de pierre.

38Les fleuves et l’intérieur du Suriname commencent à être visités au début du xxe siècle. Quelques explorateurs collectent alors de nombreuses données sur les populations amérindiennes. On retiendra principalement C. H. de Goeje (1928), W. Ahlbrinck (1931) et D. C. Geijskes (1957). De rares articles sur les pétroglyphes (Gonggrijp 1920 ; Stahel 1921), les lames de haches (Penard et Penard 1917) et les pendentifs zoomorphes en pierre (Goeje 1932) sont publiés durant la première moitié du siècle.

39La situation change radicalement après la Seconde Guerre mondiale avec la création du Stichting Surinaams Museum en 1947. Un de ses plus importants animateurs est D. C. Geijskes, directeur de 1954 à 1965. Il mène plusieurs fouilles sur des sites de chenier (cordon sableux, ancienne plage) du littoral et sur des sites de forêt, découverts dans les carrières de sable et de coquillages et lors de la construction de routes dans l’intérieur (1960-1961b).

40En 1951, P. R. Goethals (1953), étudiant à la Yale University, exécute quelques fouilles près de Paramaribo et analyse des collections céramiques de cultures Kwatta et Koriabo. Le Stichting Surinaams Museum ouvre son musée en 1954. Les premières fouilles d’importance débutent dans les années 1950 sous l’impulsion de D. C. Geijskes. Il organise tout d’abord des excavations en 1957 dans le tertre artificiel d’argile d’Hertenrits, qui vient d’être découvert sur la côte occidentale (Geijskes 1964). Il fouille ensuite les sites de chenier de Commetewanekreek et d’Onverdacht, appartenant à la culture Koriabo (Geijskes 1960-1961a), puis le site résidentiel et funéraire arauquinoïde de Kwatta-Tingiholo (fig. 12) et l’implantation koriabo de Moengo-Boesmanhill en 1961, avant le site barrancoïde de Wonotobo en 1962. Parallèlement, des spécialistes se penchent sur des points particuliers : le palynologue Van der Hammen analyse des pollens d’Hertenrits (Laeyendecker-Roosenburg 1964) ; le médecin J. Tacoma (Tacoma et al. 1991) décrit les ossements d’Hertenrits et de Kwatta-Tingiholo, où il met en évidence la déformation crânienne volontaire des anciens habitants ; et le pédologue J. Van der Heide (1973) étudie les sols d’Hertenrits et des champs surélevés environnants.

Fig. 12

Fig. 12

Fouille du cimetière de Kwatta-Tingiholo au Suriname par D.C. Geijskes en 1962

Verteeg et Rostain 2005 :2

41Lors de ses nombreuses missions en forêt à partir de 1965, le forestier F. C. Bubberman découvre plus de deux cents sites archéologiques, notamment par l’analyse de la couverture végétale (Versteeg et Bubberman 1992). Il est le seul à avoir repéré les sites paléolithiques des savanes de Sipilawini dans le Sud du pays (fig. 13). Trois cent vingt et un sites archéologiques sont reconnus au Suriname en 1974, principalement au Nord du pays.

42En 1972, le Stichting Surinaams Museum installe son musée dans le fort Zeelandia, au centre de Paramaribo. Un an plus tard, il recrute un archéologue professionnel, A. Boomert, dont le principal travail consiste en l’étude minutieuse des collections existantes et la fouille de quelques sites côtiers. Arrivé en 1975, son remplaçant A. H. Versteeg mène jusqu’en 1980 des fouilles à Kaurikreek (Versteeg 1978), qui fournit la plus ancienne céramique du pays (2190-1740 av. J.-C.), et dans la colline à fossé de Pondokreek (Versteeg 1981). Ses fouilles sur les sites et les tertres du littoral occidental font l’objet d’une thèse de doctorat (Versteeg 1985).

43Durant cette époque, C. N. Dubelaar (1986a et b, 1991) réalise un inventaire complet des pétroglyphes du Suriname, mais également des Guyanes et des Antilles. Ces chercheurs continuent aujourd’hui de publier les résultats des travaux qu’ils ont menés dans ce pays.

44B. S. Mitrasingh, qui succède à A. H. Versteeg en 1980, organise quelques fouilles à Kwatta-Tingiholo (Khubadux, Maat et Versteeg 1991), puis l’activité archéologique s’arrête presque complètement au Suriname durant près de vingt ans. Après le coup d’État militaire et l’accession à l’indépendance de la colonie hollandaise en 1980, le fort Zeelandia est confisqué et les collections déplacées pour être abandonnées pendant deux décennies dans un hangar infesté de rats et de cafards.

45Les fouilles ont repris au Suriname au début du iiie millénaire, avec les fréquentes missions d’A. H. Versteeg et S. Rostain (fig. 14). Les collections du Stichting Surinaams Museum ont été classées et analysées. Il en résulte la publication d’un ouvrage de synthèse (Versteeg 2003) et d’un guide grand public (Versteeg et Rostain, 2005), ainsi que l’installation d’une exposition permanente au fort Zeelandia de Paramaribo. Ces actions ont été rendues possible grâce au soutien du directeur du musée, L. Van Putten.

Fig. 13

Fig. 13

Frans C. Bubberman étudie un pétroglyphe qu’il vient de découvrir dans les savanes de Sipaliwini, au sud du Suriname, en 1969

Versteeg 1998 : fig. 11

Fig. 14

Fig. 14

Fouille par décapage du site de Surnaukreek au Suriname (cultures Kwatta et Korabo), en 2004. Au premier plan, on aperçoit un trou de poteau.

Le Guyana

46Les informations sur l’histoire de la recherche archéologique au Guyana sont inspirées des publications de C. A. Osgood (1946), D. Williams (1985, 2003) et M. Plew (2005), ainsi que de nombreux articles sur des sujets ponctuels.

47Les pionniers de l’archéologie du Guyana sont W. Brett (1868) et E. F. Im Thurn (1884). Ils observent la culture matérielle de divers groupes amérindiens du pays et fouillent des monticules artificiels résidentiels dans la région côtière de Waramuri (fig. 15). Il faut toutefois attendre le début du xxe siècle pour que soit faite une véritable analyse archéologique. A. H. Verrill (1918) étudie les vestiges des différents tertres artificiels littoraux et sites forestiers, ainsi que leurs implantations géographiques. Cela lui permet de distinguer les sites sur monticules des basses terres côtières des implantations au sommet des collines de l’intérieur. Plus tard, W. E. Roth (1924, 1929) réalise une monographie complète, qui fait toujours référence, sur la culture matérielle amérindienne du Guyana et collecte des tessons dans plusieurs sites archéologiques. Un site de l’intérieur, comparé aux sites barrancoïdes du Venezuela, est fouillé en 1942 par J. E. L. Carter (1943). Parallèlement à ces travaux, différents explorateurs signalent dans leurs publications, depuis le milieu du xixe siècle, des trouvailles archéologiques, essentiellement des pétroglyphes.

48La première étude d’importance est publiée en 1946 par C. Osgood qui travaille surtout dans les régions du nord-ouest et du Demerara. Il définit une typologie céramique qu’il compare aux collections céramiques de Las Barrancas dans le bas Orénoque et de Trinidad. En 1952-1953, après avoir travaillé dans le bas Amazone, C. Evans et B. J. Meggers (1960) viennent réaliser une importante campagne de fouilles à travers le pays, tant sur la côte (fig. 16) que dans les savanes et la forêt de l’intérieur. Ils définissent une chronologie culturelle de l’occupation précolombienne depuis les chasseurs-cueilleurs paléolithiques des savanes méridionales jusqu’aux groupes de la période coloniale, en passant par les pêcheurs-collecteurs vivant sur les amas coquilliers de la côte occidentale. Rapidement, leurs travaux sur la phase Mabaruma sont en partie contredits par leur principal détracteur, D. W. Lathrap (1964, 1966). Bien que le travail de C. Evans et B. J. Meggers offre un cadre d’étude pour structurer la recherche archéologique, il n’est suivi d’aucun développement effectif de la discipline, l’indépendance de 1966 coïncidant avec le début d’une sévère crise économique.

49Dans les années 1970, l’autodidacte D. Williams, nommé directeur du Walter Roth Museum, étudie surtout les pétro-glyphes, dirige une revue d’anthropologie et publie deux livres de synthèse (1985, 2003) (fig. 17). Il se refuse néanmoins à toute coopération avec les archéologues des Guyanes voisines.

50À la fin des années 1990, M. G. Plew et G. Pereira (2000) mènent plusieurs prospections dans les savanes du sud du pays, puis M. G. Plew (2005) fouille des sites dans la réserve d’Iwokrama et publie une synthèse sur l’archéologie du pays. Mais, depuis la mort récente de D. Williams, il n’y a plus de projet archéologique au Guyana.

Fig 15

Fig 15

Fouille du tertre coquillier de Waramuri sur la rivière Moruka au Guyana. Durant la fête du gouverneur, « quelquesWaraus à l’air sauvage avancèrent leurs boucliers décorés et engagèrent une lutte amicale l’un sur l’autre »

Brett 1868 :430

Fig. 16

Fig. 16

Fouille du site de Mabaruma Headquaters (culture Mabaruma), sur la côte occidentale du Guyana, en 1953, par Cliford Evans et Betty Meggers

Betty J. Meggers (Evans et Meggers 1960: planche 14)

Fig. 17 : Sépulture de deux adultes dans le tertre coquillier de Barabina (culture Alaka), côte nord-ouest du Guyana, fouille en 1979 par D. Williams.

Fig. 17 : Sépulture de deux adultes dans le tertre coquillier de Barabina (culture Alaka), côte nord-ouest du Guyana, fouille en 1979 par D. Williams.

D.Williams (1981 : fig. 9)

La Guayana vénézuélienne

51Comme dans les Guyanes, les premières trouvailles archéologiques sur l’Orénoque remontent au xixe siècle (fig. 18). Au début du siècle, A. von Humbolt (Marcano 1890) repère des grottes funéraires remplies d’urnes zoomorphes à la confluence de l’Orénoque et du Meta. Des cimetières semblables en grottes (fig. 19) sont également visités à la fin du siècle par J. Crevaux et E. Lejanne (1882). Il faut toutefois attendre le début du xxe siècle pour voir poindre des études archéologiques avec l’article de L. Oramas (1917) sur les sites vénézuéliens.

52À partir des années 1940, un nouveau pas est franchi par C. Osgood et G. D. Howard (1943), qui définissent les premières typo-chronologies céramiques pour la région et dressent une carte archéologique du pays. Ce travail est revu et amplifié par le Nord-Américain I. Rouse et le Vénézuélien J. M. Cruxent, dont les noms marqueront longtemps l’archéologie du Venezuela. Ces deux chercheurs classent la céramique de chaque site dans un style particulier afin d’établir un cadre chrono-culturel pour le pays (Rouse et Cruxent 1963 ; Cruxent et Rouse 1958-1959).

53L’intérêt pour les bassins de l’Orénoque et de l’Apure grandit dans les années 1960 avec l’arrivée de jeunes chercheurs vénézueliens. Travaillant pour l’Instituto Venezolano de Investigaciones Cientificas (Ivic), A. Zucchi (1973, 1991 ; Zucchi et Denevan 1979 ; Zucchi et Tarble 1982, 1984) fouille dans les llanos d’Apure (fig. 20), puis à Agüerito sur le moyen Orénoque. Dans les années 1970, M. O. Sanoja (Vargas et Sanoja 1978) et I. Vargas (1980) étudient les traditions culturelles saladoïde et barrancoïde du bas Orénoque dans leurs thèses soutenues à l’Universidad Central de Venezuela. Peu après, en 1974-1975, la Nord-Américaine A. C. Roosevelt (1980, 1997) fouille le site de Parmana, sur le moyen Orénoque. Cette archéologue s’oppose radicalement aux théories de B. J. Meggers. Depuis près de trente ans, toutes deux publient régulièrement des attaques et des réponses mutuelles.

54Si D. W. Lathrap et J. Oliver (1987) réalisent ensuite une étude sur les travaux menés par A. Zucchi à Agüerito, l’archéo-logie s’est hélas ralentie depuis une vingtaine d’années dans le bassin de l’Orénoque. Les seules fouilles contemporaines du Guayana sont celles de M. O. Sanoja et I. Vargas dans le Caroni, entre 1995 et 2003.

Fig 18

Fig 18

Dessin de Morisot en 1806 de « roches avec inscriptions indiennes » sur une île de la Boca del Infierno, dans l’État de Bolivar sur le moyen Orénoque au Venezuela

Morisot 2002 : 153

Fig. 19

Fig. 19

Grotte funéraire près d’Atures sur le haut Orénoque au Venezuela : « Nous y trouvons un grans nombre de poteries de diverses formes, dont chacune contient les restes d’un indien. D’autres restes sont simplement enveloppés d’une sorte de natte en feuilles de palmier et proviennent des Guahibos. »

Crevaux et Lejanne 1882 : 306-307

55L’histoire de la recherche archéologique des cinq Guyanes côtières n’avait pas encore été écrite. Bien sûr, quelques chercheurs avaient décrit les travaux menés dans chaque pays, mais toujours selon une optique nationaliste. Il est pourtant évident que les frontières géopolitiques actuelles n’ont aucune pertinence quant au peuplement précolombien de la région. Aussi, pour rendre compte de l’avancée des connaissances sur ce passé, et afin de mieux cerner les apports réels de la discipline à l’ensemble du territoire, il paraît indispensable de prendre un peu de recul.

56Les orientations et les développements ont été différents d’un pays à l’autre. Malgré ces variantes, certaines constantes communes se dégagent dans l’approche des populations précolombiennes des Guyanes. Quatre périodes principales peuvent être distinguées dans l’épopée de l’archéologie guyanaise :

  • les pionniers d’avant 1900. Depuis le xviie siècle, les explorateurs qui dressent progressivement la carte de l’intérieur des Guyanes relèvent parfois leurs trouvailles archéologiques, mais le plus souvent sans en tirer de conclusion, et ces découvertes ne suscitent pas d’intérêt particulier. L’archéologie s’ébauche dans les Guyanes à partir de la seconde moitié du xxe siècle ;

  • les premières études archéologiques de 1900 à 1945. Durant la première moitié du xxe siècle, des chercheurs commencent à fouiller sommairement des sites et analysent des collections archéologiques. Ces études demeurent toutefois ponctuelles et occasionnelles, aucun programme d’envergure n’étant lancé ;

  • la mise en place d’une archéologie structurée de 1945 à 1970-1980. Après la Seconde Guerre mondiale, l’archéologie amazonienne connaît un développement remarquable, notamment sous l’impulsion des chercheurs nord-américains rattachés à la Yale University et à la Smithsonian Institution. Dans la lignée de J. Steward, B. J. Meggers et C. Evans sont les instigateurs d’une théorie environnementaliste et diffusionniste tenace, défendue encore aujourd’hui bec et ongles par B. J. Meggers. L’idée de base est qu’aucune société n’a pu connaître de développements complexes à cause d’un milieu défavorable, toute innovation étant vue comme un apport extérieur, souvent depuis les Andes. Elle repose sur l’observation trompeuse des groupes actuels, qui sont les héritiers des bouleversements coloniaux et donc peu représentatifs de la réalité précolombienne. Jusqu’aux années 1970, les archéologues suivent les méthodes et théories établies par le couple d’Américains ;

  • l’archéologie scientifique depuis 1980. Les théories, admises sur des bases empiriques, sont remises en cause à partir des années 1970-1980, tout d’abord par D. W. Lathrap puis par A. C. Roosevelt. Cette dernière est en désaccord avec B. J. Meggers sur l’absence de potentiel de l’Amazonie à supporter des sociétés avancées. Les jeunes chercheurs suivent le sillon qu’elle a commencé à creuser et une nouvelle vision des sociétés précolombiennes voit le jour. Le débat théorique concerne la capacité agricole, les chefferies, la guerre, l’écologie, la démographie ou l’identité culturelle. Avec cette nouvelle approche, il ne s’agit plus de reconnaître la complexité sociale, mais d’en trouver l’origine locale ou externe (Whitehead 1996). Il apparaît en tout état de cause que l’Amazonie constitue un environnement trop complexe et trop diversifié pour être résumé en un simple type d’adaptation humaine, et qu’il faut admettre la variété de son peuplement pour le comprendre.

57Si, depuis quelques années, l’activité archéologique semble s’être ralentie à l’ouest, au Guyana et en Guyane vénézuélienne, un nouveau dynamisme a en revanche été insufflé depuis le début du iiie millénaire à l’est, au Suriname, en Guyane française et en Amapá.

58L’archéologie des Guyanes n’a réellement débuté qu’il y a une cinquantaine d’années, mais les enseignements acquis sont déjà nombreux et variés. Les grandes étapes clés du peuplement de la région ont pu être définies : les traces des premiers hommes sont repérées dans les savanes intérieures et du delta de l’Orénoque. Des groupes de chasseurs-cueilleurs occupent ensuite des grottes du bas Amazone, puis des pêcheurs-collecteurs s’installent sur le littoral. En pratiquant l’horticulture, les populations se sédentarisent peu à peu et se complexifient en devenant plus nombreuses. Cela induit des crises territoriales, des redéfinitions de l’espace et des réorganisations culturelles.

59Si des sites majeurs ont été mis au jour, il reste encore de grandes aires vierges d’investigations. L’archéologie des Guyanes côtières se distingue notablement de celle du reste de l’Amazonie, de l’autre côté de la ligne de partage des eaux qui traverse le plateau des Guyanes. Dans les bassins de l’Amazone et de l’Orénoque, l’archéologie a été dominée depuis la Seconde Guerre mondiale par l’école nord-américaine, ce qui a mené à une relative homogénéité et continuité de la recherche. Dans les Guyanes côtières en revanche, les investigations ont été très diverses, liées à des politiques nationales différentes. Si l’archéologie est demeurée succincte dans certains pays, elle a connu d’importants développements dans d’autres. Ainsi, les premières fouilles horizontales par décapage d’Amazonie ont été réalisées en Guyane française. En outre, très vite des études de spécialistes furent effectuées, notamment au Suriname et en Guyane française, où des pédologues, des botanistes, des palynologues, des anthracologues ou des anthropologues physiques analysent des aspects particuliers des sites archéologiques.

60Les livres consacrés à l’archéologie des Guyanes sont rares – une dizaine à peine (Cruxent et Rouse 1958-1959 ; Evans et Meggers 1960 ; Mazière et al. 1997 ; Plew 2005 ; Vacher, Jérémie et Briand 1998 ; Versteeg 2003 ; Williams 1985, 2003) et quelques doctorats seulement en traitent. Les deux premiers, dus à Evans sur l’Amapá et à sa femme Meggers sur l’île de Marajó, ont été soutenus en 1948 et publiés conjointement en 1957. Il faut ensuite attendre les années 1970 pour qu’un autre étudiant, A. H. Versteeg, se lance dans une thèse sur le Suriname, publiée en 1985. À cette même époque, commence le programme de recherche doctorale de S. Rostain en Guyane française, qui se termine par la publication de sa thèse en 1994. La production universitaire sur l’archéologie des Guyanes côtières est donc bien faible. L’Acr « Préhistoire du littoral occidental de Guyane » a suscité pourtant quelques espoirs : une exposition permanente a été réalisée (fig. 21), des livres publiés et deux thèses ont été initiées (« Étude ethno-technologique de la céramique archéologique et la poterie kali’na actuelle » et « Habitats, sociétés et occupation de l’espace sur la façade littorale de Guyane (viiie-xiie siècle apr. J.-C.) »).

61Hélas, bien peu d’archéologues s’intéressent aux Guyanes côtières, et la culture est rarement au centre des préoccupations des gouvernements de ces cinq pays. Dès lors, la recherche avance à petits pas et l’on ne peut qu’espérer une prise de conscience et des développements futurs. Il est déjà clair que la forêt conserve l’empreinte d’anciennes transformations volontaires par l’homme, que nous devons apprendre à connaître. Ainsi, la végétation couvrant les sites archéologiques diffère très sensiblement de celle de la forêt primaire alentours ; cette distinction a été démontrée de manière très convaincante lors de l’étude de quatre tertres de cultures Barrancoïde et Arauquinoïde de l’Ouest du Suriname ; l’analyse botanique qui y fut menée a d’ailleurs établi que 50 % des espèces présentes sur ces sites sont utilisées ou utilisables par les populations amérindiennes actuelles de l’intérieur ; par comparaison, dans la forêt primaire, ce pourcentage tombe à 15 % (Werkhoven et Versteeg 1980). La végétation semble refléter des activités amérindiennes. Il est probable que les espèces plantées sur les monticules durant leur occupation ont pu se propager et survivre jusqu’à nos jours. C’est là la seule interprétation acceptable de la présence d’espèces utiles dans ces sites. De manière plus large, il est possible d’avancer que certaines plantes et arbres poussant dans tout village étaient capables de se perpétuer durant plusieurs siècles après son abandon. D’autre part, les sociétés arauquinoïdes ont intensément modifié leur environnement côtier en construisant des canaux, des champs et des chemins surélevés.

62Dans les Guyanes, l’archéologue n’est pas confronté à une forêt vierge, mais bien à milieu anthropisé de longue date.

63Il faudrait de nombreuses pages pour lister ici tous les articles et rapports consultés pour reconstituer l’histoire de la recherche archéologique des cinq pays concernés, aussi seules les publications signalées dans le texte sont citées. Pour plus de références, se reporter aux articles et livres présentés au début de chaque partie.

Fig. 20

Fig. 20

Fouille en 1971-1972 d’un billon agricole précolombien du site de Ventosidad-1, dans les ilanos d’Apure au Venezuela

Zucchi et Denevan 1979 : 164

Fig 21

Fig 21

Le fort Zeelandia dans le centre de Paramaribo, au Suriname, abrite le musée du Stichting Surinaams Museum. L’exposition permanente d’archéologie précolombienne a été inaugurée en 204.

Haut de page

Bibliographie

Abonnenc, E. 1952. « Inventaire et distribution des sites archéologiques de Guyane française », Journal de la Société des américanistes, XLI : 43-63.

Ahlbrinck, W. 1931. Encyclopaedie der Karaïben. Amsterdam, Koninklijk Academie van Wetenschappen, 555 + 160 p.

Aubert de la Rüe, E. 1950. « Quelques observations sur les Oyampi de l’Oyapock (Guyane française) », Journal de la Société des américanistes, XXXIV : 85-96.

Barone-Visigalli, E., M.-T. Prost et S. Rostain. 1991. Modalités d’occupation des sites amérindiens en Guyane : le cas de La Sablière, Kourou. Rapport à la direction des Antiquités, Cayenne, 58 p.

Bauve, A. de et P. Ferré. 1833. « Voyage dans l’intérieur de la Guyane », Bulletin de la Société de géographie, 127 : 105-178.

Boomert, A. 1977. « Prehistorie », in : Encyclopedie van Suriname. Brussel, Amsterdam, Elsevier : 506-517.

Boyé, M. 1974a. « Étude du Serpent de Pascaud », Connaissance de la Guyane, Revue culturelle départementale de l’Éducation nationale en Guyane, 1 : 5-12.

Boyé, M. 1974b. « Le Serpent de Pascaud. Contribution à l’étude du site archéologique de la table du Mahury », in : 99e congrès national des sociétés savantes. Besançon: 339-355.

Brett, W. 1868. The Indian Tribes of Guiana: Their Condition and Habits. Londres, Bell and Daldy, 212 p.

Carter, J. E. L. 1943. « An Account of some Recent Excavations at Seba, British Guiana », American Antiquity, 9(1): 89-99.

Cornette, A. 1985a. Site archéologique de Crique Jacques (Mana, Guyane française). 1er rapport Agae, Cayenne, 5 p.

Cornette, A. 1985b. Site archéologique de Crique Jacques (Mana, Guyane française). 2e rapport Agae,Cayenne, 5 p.

Cornette, A. 1985c. Rapport de mission Ouanary, Rapport archéologique. Rapport Agae, Cayenne, 3 au 10 avril, 8 p.

Cornette, A. 1987. « Quelques données sur l’occupation amérindienne dans la région basse Mana, bas Maroni, d’après les sources ethno-archéologiques », Équinoxe, Revue de sciences humaines, 24 : 70-99.

Coudreau, H. A. 1887. La France équinoxiale. Voyage à travers les Guyanes et l’Amazonie. Paris, Librairie Hachette, t. II.

Coudreau, H. A. 1893. « Chez nos Indiens (Quatre années dans la Guyane française) », Le Tour du Monde, LXIII, Paris, Librairie Hachette : 1-96.

Crevaux, J. 1876/1877. « Voyage d’exploration dans l’intérieur des Guyanes », Le Tour du Monde, XXXVII, Paris, Librairie Hachette : 337-416.

Crevaux, J. 1878/1879. « Exploration de l’Oyapock et du Parou », Le Tour du Monde, Paris.

Crevaux, J. et E. Lejanne. 1882. « Voyage d’exploration à travers la Nouvelle-Grenade et le Venezuela », Le Tour du Monde, XLIII, Librairie Hachette, Paris : 225-320.

Cruxent, J. M. et I. Rouse. 1958-1859. An Archaeological Chronology of Venezuela. Washington, Pan American Union (Social Science Monography 6), 2 vol. , 604 p.

Dubelaar, C. N. 1986a. The Petroglyphs in the Guianas and Adjacents Areas of Brazil and Venezuela: An Inventory, with a Comprehensive Bibliography of South American and Antillean Petroglyphs. Los Angeles, University of California, Institute of Archaeology (Monumenta Archaeologica 12), 326 p.

Dubelaar, C. N. 1986b. South American and Antillean Petroglyphs. Leiden, Royal Institute of Linguistics and Anthropology (Caribbean Series 3), 249 p.

Dubelaar, C. N. 1991. Bibliography of South American and Antillean Petroglyphs. Amsterdam, Publications Foundation for Scientific Research in the Caribbean Region, 129, 134 p.

Evans, C. et B. J. Meggers. 1960. Archeological Investigations in British Guiana. Washington, Smithsonian Institution, Bureau of American Ethnology, 177, 418 p.

Forest, J. de. 1625. Manuscrit d’un Journal de voyage fait par les Pères de familles envoyés par Mrs les Directeurs de la Compagnie des Indes Occidentales pour visiter la coste de Guiane ; avec plusieurs remarques curieuses et quantité de planches très particulières. UK, B.L. dept of Mss, Sloane Ms 179b.

Geay, F. 1901. « Compte-rendu de deux missions scientifiques dans l’Amérique équatoriale », Bulletin du Muséum d’histoire naturelle, t. VII : 148-158.

Geay, F. 1903. « Gravures rupestres de la table du Mahury (extrait d’une lettre à M. Hamy, Président de la Société) », Journal de la Société des américanistes, IV : 244-246.

Geijskes, D. C. 1957. « Met de Oajana’s op stap », Vox Guyanae, 2(5-6) : 193-300.

Geijskes, D. C. 1960-1961a. « History of Archaeological Investigations in Surinam », Mededelingen Surinaams Museum, 4: 70-77.

Geijskes, D. C. 1960-1961b. « Archeologische vondsten van de Zandritsen bij de Commetewanekreek (District Commewijne) in Suriname », Mededeling Surinaams Museum, 4 : 95-124.

Geijskes, D. C. 1964. « Les Arawaks dans la Préhistoire de Surinam », in : Comptes rendus du Ier congrès international d’études des civilisations précolombiennes des Petites Antilles. Fort-de-France, Martinique : 71-83.

Goeldi, E. A. 1905. Excavações archeológicas em 1895 (executadas pelo Museu Paraense no littoral da Guyana Brazileira entre Oyapock e Amazonas). Brésil, Memorias do Museo Paraense de Historia Natural e Ethnographia, 1, 45 p.

Goeje, C. H. de. 1928. The Arawak Language of Guiana. Amsterdam, Koninklijke Academie van Wetenschappen, 309 p.

Goeje, C. H. de. 1932. « Oudheden uit Suriname. Op zoek naar de Amazonen », West-Indische Gids, 13 : 449-482 et 498-530.

Goethals, P. R. 1953. An Archaeological Reconnaissance of Coastal Suriname. New Haven, Yale University, 49 p. [Manuscrit.]

Gonggrijp, J. W. 1920. « Sporen van voorhistorische bewoners van Suriname », West-Indische Gids, 2 : 1-6.

Groene, D. 1976. « Note sur le site de Kormontibo », in : Compte rendu du VIe congrès international d’études des civilisations précolom-biennes des Petites Antilles, Pointe-à-Pitre, Guadeloupe : 158-164.

Grouard, S. 1997. Mont Grand Matoury “Matoury”. Rapport Afan, Cayenne, 132 p.

Hamy, E. J. T. 1903. « Le Serpent du Mahury », in : Décades américaines. Paris, Leroux éd., Mémoires d’archéologie et d’ethnographie américaines, V-VI, Chapitre LVIII, : 114-118.

Hartt, C. F. 1871. « Brazilian Rock Inscriptions », American Naturalist, V(3): 139-147.

Hilbert, P. P. 1957. « Contribuição a arqueologia do Amapá, fase Aristé », Boletim do Museu Paraense Emilio Goeldi, Série Antropologia, 1 : 1-37.

Hilbert, P. P. 1968. Archäologische Untersuchungen am mittleren Amazonas, Berlin, Dietrich Reimer (Marburger Studien zur Völkerkunde 1), 337 p.

Howard, G. D. 1947 « Prehistoric ceramic styles of Lowland South America, their Distribution and History », Yale University Publications in Anthropology, 37: 5-95.

Hurault, J., P. Frenay et Y. Raoux. 1963. « Pétroglyphes et assemblages de pierres dans le Sud-Est de la Guyane française », Journal de la Société des américanistes, LII : 157-166.

Im Thurn, E. F. 1884. « Notes on West Indian Stone Implements, and other Indian Relics », Georgetown, Timehri: 103-137.

Khubadux, M. R., G. J. R. Maat et A. H. Versteeg. 1991. « The Remains of Prehistoric Amerindians of the Tingi Holo Ridge in Suriname : A Physical Anthropological Investigation of the Versteeg Collection », in : Comptes rendus du XIIe congrès de l’Association internationale d’archéologie des Caraïbes. Martinique: 135-151.

Laeyendecker-Roosenburg, D. M. 1964. « A Palynological Investigation of some Archaeologically Interesting Sections in Northwest Surinam », Leidse Geologische Mededelingen, 38: 31-36.

Lathrap, D. W. 1964. « An Alternative Seriation of the Mabaruma Phase, Northwestern British Guiana », American Antiquity, 29(3): 353-359.

Lathrap, D. W. 1966 « The Mabaruma Phase: A Return to a more Probable Interpretation », American Antiquity, 31(4): 558-566.

Lathrap, D. W. 1970. The Upper Amazon, Londres, Thames and Hudson, 256 p.

Lathrap, D. W. et J. Oliver. 1987. « Agüerito : el complejo policromo mas antiguo de America en la confluencia del Apure y el Orinoco (Venezuela) », Interciencia : Revista de Ciencia y Tecnologia de America, 12(6) : 274-289.

Lavallée, D. 1982. La recherche archéologique en Guyane française (quelques propositions pour une restructuration). Rapport de mission, multigr, 28 p.

Leemans, C. 1877. « Antiquités américaines récemment acquises pour le Musée royal néerlandais d’Antiquités à Leyde », Compte rendu de la seconde session du congrès des américanistes, 2 : 291-299.

Leemans, C. 1879. « Antiquités américaines récemment acquises pour le Musée royal néerlandais d’Antiquités à Leyde », Compte rendu de la troisième session du congrès des américanistes, 1 : 657-659.

Lefèbvre, G. 1974a. « Gravures rupestres de la montagne Favard (Kaw, Guyane française) », Connaissance de la Guyane, 1 : 21-30.

Lefèbvre, G. 1974b. « Fouille de sauvetage du gisement de Papaïchton, Guyane française », Connaissance de la Guyane, 1 : 31.

Lefèbvre, G. 1974c. « Archéologie précolombienne », in : Regard sur la Guyane. Cayenne, Service de presse, Édition Information : 89-90.

Lefèbvre, G. 1975. « Le gisement de l’Anse Rémire-Montjoly (île de Cayenne) », in : Connaissance de la Guyane, 2 : 33-39.

Le Moult, E. 1955. Mes chasses aux papillons. Paris,Pierre Horay éd., 353 p.

Lézy, E. 2004. « La Guyane, un territoire de légende en marge de toutes les cartes », Cahiers de l’Amérique latine, Dossier « La Guyane, une île en Amazonie », 43 : 39-66.

Linné, S. 1928. « Les recherches archéologiques de Nimuendajù au Brésil », Journal de la Société des américanistes, XX : 71-91.

Loncan, A. 1991. « Essai de typologie des polissoirs de l’île de Cayenne », in : Comptes rendus du XIe congrès de l’Association internationale d’archéologie des Caraïbes. Fundación Arqueológica, Antropológica e Historica de Puerto Rico / Universidad de Puerto Rico / United States Forest Service : 112-119.

Marcano, G. 1890. Ethnographie précolombienne du Venezuela : région des Raudales et de l’Orénoque. Paris, Librairie Ch. Chadenat, 124 p.

Mazière, G. et al. 1997. L’archéologie en Guyane. Châlons-en-Champagne, éditions Appaag, 202 p.

McEwan, C., C. Barreto et E. Neves (ed.). 2001. Unknown Amazon. Londres, The British Museum Press, 304 p.

Meggers, B. J. 1996. Amazonia, Man and Culture in a Counterfeit Paradise (revised edition). Washington et Londres, Smithsonian Institution Press, 214 p.

Meggers, B. J. et C. Evans. 1957. Archaeological Investigations at the Mouth of the Amazon. Washington, Smithsonian Institution, Bureau of American Ethnology, 167, 776 p.

Meggers, B. J. et C. Evans. 1961. « An Experimental Formulation of Horizon Styles in the Tropical Forest Area of South America », in: S. K. Lothrop et al. (ed.) Essays in Pre-columbian art and Archaeology. Cambridge, Harvard University Press: 372-388.

Miller, E. T. 1992. Arqueologia nos empreendimentos hidroelétricos da Electronorte, Arqueologia-Ambiente / Desenvolvimento, Brasília, Centrais Elétricas do Norte do Brasil, Eletronorte, 91 p.

Morisot, A. 2002. Auguste Morisot. Un pintor en el Orinoco, 1886-1887. Venezuela, Planeta, Fundación Cisneros, 167 p.

Nimuendajú, C. 2004. In Pursuit of a Past Amazon. Göteborg, Ethnological Studies, 45, 379 p.

Nordenskiöld, E. 1930. L’archéologie du Bassin de l’Amazone. Paris, Ars Americana, 1, 111 p.

Nowacki-Breczewski, P. et O. Puaux. 1990. Sauvetage archéologique de Petit-Saut. Rapport à la direction des Antiquités de la Guyane, Ministère de la Culture, Cayenne, 9 p.

Oldeman, R. A. A. 1970. Un site historique sur le haut-Yaroupi (Guyane). Rapport Orstom, Cayenne, 8 p.

Oramas, L. 1917. « Apuntes sobre la arqueologia venezolana », Proceedings of the second Pan American Scientific Congress, 1: 138-145.

Osgood, C. 1946. « British Guiana Archaeology to 1945 », New Haven,Yale University (Yale University Publications in Anthropology 36): 9-65.

Osgood, C. et G. D. Howard. 1943. An Archaeological Survey of Venezuela. New Haven, Yale University Press (Yale University Publications in Anthropology 27): 1-153.

Palmatary, H. C. 1939. « Tapajós Pottery », Etnologiska Studier, 8: 1-136.

Palmatary, H. C. 1950. « The Pottery of Marajó Island, Brazil », Transactions of the American Philosophical Society, new serie 39(3): 259-470.

Palmatary, H. C. 1960. « The Archaeology of the Lower Tapajós Valley, Brazil », Transactions of the American Philosophical Society, new serie 50(3), 180 p.

Penard, F. P. et A. P. Penard. 1917. « Popular Notions Pertaining to Primitive Stone Artifacts in Surinam », The Journl of American Folk-Lore, 30: 251-261.

Petitjean Roget, H. 1978. « Découverte du site de Gros-Montagne », Compte rendu du VIIe congrès international d’études des civilisations précolombiennes des Petites Antilles. Montréal, Centre de recherches caraïbes de l’université de Montréal : 149-156.

Petitjean Roget, H. 1980. « La fouille de la grotte Trou Biche : contribution à l’étude du site archéologique de la montagne Bruyère dans le bas-Oyapock », Équinoxe, Revue guyanaise d’histoire et de géographie, 13 : 41-46.

Petitjean Roget, H. 1981. « Le site archéologique de la montagne du Petit Coq de Roche, sur le haut Oyapock », Équinoxe, Revue guyanaise d’histoire et de géographie, 14 : 55-64.

Petitjean Roget, H. 1983. « Évolution et décadence de l’art funéraire des sites pré et post-colombiens de la baie de l’Oyapock », Compte-rendu du IXe congrès international d’études des civilisations précolombiennes des Petites Antilles. Montréal, Centre de recherches caraïbes de l’université de Montréal : 183-200.

Petitjean Roget, H. 1991a. « Cinquante sites de montagnes en Guyane française : contribution à l’inventaire archéologique d’Émile Abonnenc », in : Comptes rendus du XIIe congrès de l’Association internationale d’archéologie des Caraïbes. Martinique : 241-258.

Petitjean Roget, H. 1991b. « Dix ans de recherches archéologiques en Guyane française, projets et perspectives », in : Compte rendu du XIIIe congrès de l’Association internationale d’archéologie des caraïbes. Reports of the Archaeological-Anthropological Institute of the Netherlands Antilles, 9: 750-769.

Petitjean Roget, H. 1993. « Fouille de sauvetage urgent. Site n° 97-1-12-314-16, Trou Delft : un site funéraire post-colombien sur l’Oyapock en Guyane française », Communication au XVe congrès de l’Association inter-nationale d’archéologie des Caraïbes, San Juan de Puerto Rico, 9 p.

Petitjean Roget, H. et D. Roy. 1976. « Site archéologique de Rorota, Guyane », in : Compte rendu du VIe congrès international d’études des civilisations précolombiennes des Petites Antilles. Centre universitaire Antilles-Guyane: 165-174.

Plew, M. G. 2005. The Archaeology of Guyana. Oxford, Bar International Series 1400, 67 p.

Plew, M. G. et G. Pereira. 2000. « Archaeological Survey of the Shiriri Mountain Area, South Rupununi Savannahs, Guyana », Journal of Anthropology and Archaeology, 13: 1-7.

Reichlen, H. et P. Reichlen. 1946. « Contribution à l’archéologie de la Guyane française », Journal de la Société des américanistes, XXXV : 1-24.

Roosevelt, A. C. 1980. Parmana, Prehistoric Maize and Manioc Subsistence along the Amazon and Orinoco. New York, Academic Press, 320 p.

Roosevelt, A. C. 1991. Moundbuilders of the Amazon: Geophysical Archaeology on Marajó Island. Brazil, New York, Academic Press, 495 p.

Roosevelt, A. C. 1995. « Early Pottery in the Amazon », in: W. K. Barnett et J. W. Hoopes (ed.), The Emergence of Pottery. Technology and Innovation in Ancient Societies, Washington et Londres, Smithsonian Institution Press: 115-131.

Roosevelt, A. C. 1997. The Excavations at Corozal, Venezuela: A Stratigraphy and Ceramic Seriation. New Haven, Yale University (Yale University Publications in Anthropology 83), 393 p.

Rostain, S. 1986a. Rapport de mission archéologique sur le site de Crique Petit Approuague. Rapport Agae, 5 p.

Rostain, S. 1986b. Mission archéologique à Saül. Rapport Agae, 42 p.

Rostain, S. 1987a. Projet Mahury, prospections archéologiques dans l’Île de Cayenne. Rapport de mission Agae, 42 p.

Rostain, S. 1987b. « Roches gravées et assemblages de pierres en Guyane française », Équinoxe, Revue de sciences humaines, 24 : 35-69.

Rostain, S. 1991a. « Étude d’une chaîne opératoire : les haches en pierre polie d’Amazonie », Arquivos do Museu de História Natural, XI, Belo Horizonte : 195-240.

Rostain, S. 1991b. Les champs surélevés amérindiens de la Guyane. Centre Orstom de Cayenne, coll. » La nature et l’homme », 28 p.

Rostain, S. 1994a. L’occupation amérindienne ancienne du littoral de Guyane. Paris, Orstom (Travaux et Documents microfichés 129), 2 vol. , 968 p.

Rostain, S. 1994b. « Archéologie du littoral de Guyane, une région charnière entre les influences culturelles de l’Orénoque et de l’Amazone », Journal de la Société des américanistes, 80 : 9-46.

Rostain, S. 1995. « The French Guiana Coast: A Key Area in Prehistory between the Orinoco and Amazon Rivers », in: A. H. Versteeg (ed.), Between St. Eustatius and the Guianas. Saint-Eustache, The St. Eustatius Historical Foundation : 53-99.

Rostain, S. 2004. « Cinq petits tapirs. Les Guyanes amérindiennes d’avant 1499 », Cahiers de l’Amérique latine, Dossier « La Guyane, une île en Amazonie », 43 : 19-37.

Rostain, S. 2007a (sous presse). « Raised Field Agriculture on the French Guiana Coast », in: H. Silverman et W. H. Isbell (ed.), Handbook of South American Archaeology. Springer / Kluwer / Plenum.

Rostain, S. 2007b (sous presse). « The Archaeology of the Guianas: An Overview », in: H. Silverman et W. H. Isbell (ed.), Handbook of South American Archaeology. Springer / Kluwer / Plenum.

Rostain, S. et A. Versteeg. 2003. « Recherche sur l’archéologie de la côte occidentale de Guyane », Journal de la Société des américanistes, 89(1), cahier spécial « Guyanes » : 161-175.

Rostain S. et A. Versteeg. 2004. « The Arauquinoid Tradition in the Guianas », in: A.Delpuech et C. L. Hofman (ed.) Late Ceramic Age Societies in the Eastern Caribbean, BAR International Series 1273, Paris Monographs in American Archeology 14, Oxford, Archaeopress: 233-250.

Rostain, S. et Y. Wack. 1987. « Haches et herminettes de Guyane française », Journal de la Société des américanistes, LXXIII : 107-138.

Rostain, S. et Y. Wack. 1988. Céramique amérindienne de l’Approuague. Tentative de compréhension de la céramique archéologique du bassin de l’Approuague en Guyane française. Manuscrit, Cayenne, 24 p.

Roth, W. E. 1924. An Introductory Study of the Arts, Crafts and Customs of the Guiana Indians. 38th Annual Report of Bureau of American Ethnology, Washington, Smithsonian Institution, 745 p.

Roth, W. E. 1929. Additional Studies of the Arts, Crafts and Customs of the Guiana Indians. Washington, Smithsonian Institution, Bureau of American Ethnology (Bulletin 91), 110 p.

Rouse, I. et J. M. Cruxent. 1963. Venezuelan Archaeology. New Haven/ Londres, Yale University Press, 179 p.

Roy, D. 1978. « Découverte du site de Jarre Indien », in : Comptes rendus du VIIe congrès international d’études des civilisations précolombiennes des Petites Antilles. Montréal, Centre de recherches caraïbes de l’université de Montréal : 137-148.

Schomburgk, R. H. 1841. « Report of the Third Expedition into the Interior of Guayana, Comprising the Journey to the Sources of the Essequibo », Journal of the Royal Geographic Society, 10: 159-190.

Simões, M. F. 1972. Fases arqueológicas brasileiras 1950-1971. Belém, Museu Paraense Emilio Goeldi, 165 fiches.

Simões, M. F. 1981a. « As pesquisas arqueológicas no Museu Paraense Emilio Goeldi (1870-1981) », Supl. Acta Amazonica, 11(1) : 149-165.

Simões, M. F. 1981b. « Fases arqueológicas brasileiras », in : Coleções Museus Brasileiros, 4. Rio de Janeiro, Museu Paraense Emílio Goeldi, Funarte : 61-68.

Simões, M. F. 1983a « A pré-historia da Bacia Amazônica (uma tentativa de reconstituição) », in : Cultura indigena, Belém,Museu Paraense Emilio Goeldi : 5-12.

Simões, M. F. 1983b. Pesquisa e cadastro de sitios arqueológicos na Amazônia Legal Brasileira, 1978-1982. Belém, Publicações Avulsas do Museu Goeldi 38, 100 p.

Stahel, G. 1921. « Een Indiaansche rotsteekening aan de Kabalebo-rivier (Corantijn) », West-Indische Gids, 3 : 100-103.

Steward, J. H. (ed.). 1948. Handbook of South American Indians, vol. 3: The Tropical Forest Tribes, Washington, Smithsonian Institution, Bureau of American Ethnology (Bulletin 143), 986 p.

Tacoma, J., D. C. Geijskes, G. J. R. Maat et G. N. Van Vark. 1991. On « Amazonidi » Precolumbian skeletal Remains and associated Archaeology from Suriname. Amsterdam, Publications of the Foundation for Scientific Research in the Caribbean Region 127, 105 p.

Ten Kate, H. F. C. 1887. « On West Indian Stone Implements and other Indian Relics », Bijdragen tot de Taal-, Land-, en Volkenkunde van Nederlands-Indië, 4 : 153-160.

Thooris, C. 1994. « Kourou. Sablière de Bois Diable », in : Bilan scientifique de la région Guyane 1993. Cayenne, Drac, Service régional de l’archéologie : 19-20.

Toutouri, C. 1983. « La roche gravée de l’Inipi, Guyane française », in : Compte rendu du IXe congrès international d’études des civilisations précolombiennes des Petites Antilles. Montréal, Centre de recherches caraïbes de l’université de Montréal : 363-374.

Turenne, J.-F. 1974. « Le gisement de Pointe Gravier, Guyane française », Compte rendu du Ve congrès international d’études des civilisations précolombiennes des Petites Antilles. The Antigua Archaeological Society : 28-34.

Turenne, J.-F. 1979. « Archéologie », Atlas des Départements d’Outre-Mer n° IV : la Guyane, Ceget-Cnrs-Orstom, Bordeaux-Talence. Pl. 17 : 1-4.

Vacher, S., S. Jérémie et J. Briand (dir.). 1998. Amérindiens du Sinnamary (Guyane). Archéologie en forêt équatoriale. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Daf 70), 297 p.

Van der Heide, J. 1973. « De Hertenrits. Een Bodemkundig/Archeologisch Onderzoek », Rapport Dienst Bodemkartering, 43, Paramaribo, 115 p.

Vargas, I. 1980. Parmana. Reconstrucción etnohistorica y arqueologia de dos etnias del Orinoco medio. Venezuela, Universidad Central de Venezuela, 408 p. [Manuscrit.]

Vargas, I. et M. Sanoja. 1978. « Comparaciones entre la arqueología del bajo y medio Orinoco », Comptes rendus du VIe congrès international d’études des civilisations précolombiennes des Petites Antilles. Montréal, Centre de recherches caraïbes de l’université de Montréal : 221-229.

Verrill, A. H. 1918. « Prehistoric Mounds and Relics of the North West District of British Guiana »,Georgetown, Timehri, 5: 11-20.

Versteeg, A. H. 1978. « A Distinctive Kind of Pottery in Western Suriname », Mededelingen Surinaams Museum, 23-24: 16-27.

Versteeg, A. H., 1981, « A Fortified Pre-Columbian Village in East Suriname? », Mededelingen Surinaams Museum, 32: 39-56.

Versteeg, A. H. 1982. « The Archeological Investigations in Suriname of C. J. Hering », in: R. Buve et J. Lechner (ed.), Latijns Amerika-studies in Leiden 1982. Leiden, Université de Leiden: 7-19.

Versteeg, A. H. 1985. « The Prehistory of the Young Coastal Plain of West Suriname », Ber. Rijksdienst Oudheidkundig Bodemonderzoek, 35: 653-750.

Versteeg, A. H. 1998. « The History of Archaeological Research in Suriname », in: T. E. Wong, D. R. de Vletter, L. Krook, J. Zonneveld (ed.), The History of Earth Sciences in Suriname. Amsterdam, Kon. Ned. Academie Wetenschappen & Nederlands Instituut voor Toegepaste Geeowetenschappen : 203-234.

Versteeg, A. H. 2003. Suriname before Columbus. Paramaribo, Stichting Surinaams Museum (Libri Musei Surinamensis 1), 270 p. [Hollandais/ anglais.]

Versteeg, A. H., et F. C. Bubberman. 1992. Suriname before Columbus, Paramaribo, Stichting Surinaams Museum, Mededelingen, 49a, 64 p.

Versteeg, A. et S. Rostain. 2005. Precolombiana. Paramaribo, Stichting Surinaams Museum (Libri Musei Surinamensis 2), 37 p. [Hollandais / anglais / français.]

Wack, Y. 1989. La route aux découvertes, le site archéologique du Mont Fortunat-Capiri (bassin de l’Approuague, observations prélimi-naires). Rapport, Cayenne, 17 p.

Wack, Y. 1990a. Dégrad-des-Cannes, Dégrad amérindien, note sur les vestiges archéologiques entre la Crique Pavée et la Crique Fouillée. Rapport, Cayenne, 23 p.

Wack, Y. 1990b. Les plateaux à cuisson du site amérindien de Tonate-Sainte Agathe. Cayenne, Rapport, 9 p.

Wack, Y. 1990c. Petit atlas des formes et décors céramiques du gisement amérindien de Tonate-Sainte Agathe. Rapport, Cayenne, 100 p.

Werkhoven, M. C. M. et A. H. Versteeg, 1980. « The Vegetation of four Mounds in the Coastal Plain of Suriname », Mededelingen Surinaams Museum, 32: 8-37.

Whitehead, N. L. 1996. « Amazonian Archaeology: Searching for Paradise? A Review of Recent Litterature and Fieldwork », Journal of Archaeological Research, 4(3): 241-263.

Williams, D. 1981. « Excavation of the Barabina Shell Mound North West District: An Interim Report », Journal of the Walter Roth Museum of Archaeology and Anthropology, 4(1-2), 94 p.

Williams, D. 1985. Ancient Guyana. Georgetown, Department of Culture, 94 p.

Williams, D. 2003. Prehistoric Guyana. Kingston / Miami, Ian Randle Publishers, 471 p.

Zucchi, A. 1973. « Prehistoric Human Occupations of the Western Venezuelan Llanos », American Antiquity, 38(2): 182-190.

Zucchi, A. 1991. « El Negro-Casiquiare-Alto Orinoco como ruta conectiva entre el Amazonas y el Norte de Suramerica », in: Comptes rendus du XIIe congrès de l’Association internationale d’archéologie des Caraïbes. Martinique : 1-34.

Zucchi, A. et W. M. Denevan. 1979. Campos elevados e Historia Cultural Prehispánica en los Llanos Occidentales de Venezuela. Caracas, Universidad Católica Andres Bello / Instituto de Investigaciones Históricas, 178 p.

Zucchi, A. et K. Tarble. 1982. « Evolución y antiguedad de la alfarería con esponjilla en Agüerito, un yacimiento del Orinoco Medio », Indiana, 7, Berlin, Gebr. Mann Verlag : 183-199.

Zucchi, A. et K. Tarble. 1984. « Nuevos datos sobre la arqueología tardía del Orinoco : la serie Valloïde », Acta Cientifica Venezolana, 35(5/6) : 434-445.

Haut de page

Notes

1  Entourées de toutes parts par des cours d’eau et l’océan, les Guyanes constituent réellement une île au sein de l’Amazonie (Lézy 2004).

2  D.W. Lathrap (1970), se fondant sur ses fouilles en haute Amazonie péruvienne, est le premier à remettre en cause les théories environnementalistes de B.J. Meggers et C. Evans.

3  En Guyane, une crique est un petit cours d’eau.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte des Guyanes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 2
Légende Champs surélevés – restes amérindiens les plus impressionnants des Guyanes – de Piliwa à l’embouchure du Mana à l’ouest de la Guyane française.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 3
Légende Céramiques des principales traditions culturelles des Guyanes vers 1 000-1 200 apr. J.-C. : 1. Bord lobé et incisé, culture Hertenrits, tradition arauquinoïde. 2. Bord d’assiette peint en blanc sur fond rouge, culture Thémire, tradition arauquinoïde. 3. Plaque funéraire à décor peint en rouge, culture Arsité, tradition polychrome. 4. Anse à Appliqué zoomorphe, culture Koriabo.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 4
Légende Urne funéraire et son couvercle (culture Aristé ancien), découverts en 1873 dans la nécropole d’Igarapé Tartarugalzinho en Amapa et remise au musée de l’Homme en 1881 par J. Crevaux (1878-1879 :144).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 5
Légende À gauche, puits funéraire artificiel à chambre latérale de Monte Curù en Amapa, fermé par une dalle de granite (d’après Goeldi 1905 : fig. 2). À droite, urne de culture Aristé récent de Monte Curù, rapportée par Emilio Goeldi au Musée de belèm.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 6
Légende Fouille de la nécropole de Bacabal-1, dans l’île de Caviana à l’embouchure de l’Amazone, en 1925 par C. Nimundajù (2004 :fig. 33).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 7
Légende Betty J. Meggers en 1948 dans le site de pierres dressées d’Aurora (culture Aristé), en Amapa.
Crédits (Photo Evans. Remerciments à B.J. Meggers)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 8
Légende Pétroglyphes de la Montagne d’Argent, sur la côte orientale de la Guyane française. À gauche, le croquis de Charles F. Hartt (1871) et à droite, les relevés de 1996 par le Sra (Mazière et al. 1997 : 111).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 9
Légende Bol funéraire peint (1 00-1750 apr. J.-C.) de culture Aristé récent, découvert en 1899 dans la baie de l’Oyapock, en Guyane française, par François Geay
Crédits aquarelle Steiner er Reichlen 1948
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 10
Légende Fouille de l’abri-sous-roche de Carbet Mitan (culture Aristé), sur les Monts de l’Observatoire, dans l’embouchure de l’Oyapock en Guyane française, en 1989, lors du programme de recherche de l’Orstom.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 11
Légende Fouille dans le cimetière d’urnes de Sable Blanc Est, sur le littoral occidental de Guyane française, par l’Inrap en 2006.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 12
Légende Fouille du cimetière de Kwatta-Tingiholo au Suriname par D.C. Geijskes en 1962
Crédits Verteeg et Rostain 2005 :2
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 13
Légende Frans C. Bubberman étudie un pétroglyphe qu’il vient de découvrir dans les savanes de Sipaliwini, au sud du Suriname, en 1969
Crédits Versteeg 1998 : fig. 11
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 14
Légende Fouille par décapage du site de Surnaukreek au Suriname (cultures Kwatta et Korabo), en 2004. Au premier plan, on aperçoit un trou de poteau.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig 15
Légende Fouille du tertre coquillier de Waramuri sur la rivière Moruka au Guyana. Durant la fête du gouverneur, « quelquesWaraus à l’air sauvage avancèrent leurs boucliers décorés et engagèrent une lutte amicale l’un sur l’autre »
Crédits Brett 1868 :430
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-15.png
Fichier image/png, 12k
Titre Fig. 16
Légende Fouille du site de Mabaruma Headquaters (culture Mabaruma), sur la côte occidentale du Guyana, en 1953, par Cliford Evans et Betty Meggers
Crédits Betty J. Meggers (Evans et Meggers 1960: planche 14)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 17 : Sépulture de deux adultes dans le tertre coquillier de Barabina (culture Alaka), côte nord-ouest du Guyana, fouille en 1979 par D. Williams.
Crédits D.Williams (1981 : fig. 9)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-17.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig 18
Légende Dessin de Morisot en 1806 de « roches avec inscriptions indiennes » sur une île de la Boca del Infierno, dans l’État de Bolivar sur le moyen Orénoque au Venezuela
Crédits Morisot 2002 : 153
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 19
Légende Grotte funéraire près d’Atures sur le haut Orénoque au Venezuela : « Nous y trouvons un grans nombre de poteries de diverses formes, dont chacune contient les restes d’un indien. D’autres restes sont simplement enveloppés d’une sorte de natte en feuilles de palmier et proviennent des Guahibos. »
Crédits Crevaux et Lejanne 1882 : 306-307
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 20
Légende Fouille en 1971-1972 d’un billon agricole précolombien du site de Ventosidad-1, dans les ilanos d’Apure au Venezuela
Crédits Zucchi et Denevan 1979 : 164
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig 21
Légende Le fort Zeelandia dans le centre de Paramaribo, au Suriname, abrite le musée du Stichting Surinaams Museum. L’exposition permanente d’archéologie précolombienne a été inaugurée en 204.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/149/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphen Rostain, « Histoire de la recherche archéologique dans les Guyanes côtières », Les nouvelles de l'archéologie, 108/109 | 2007, 36-56.

Référence électronique

Stéphen Rostain, « Histoire de la recherche archéologique dans les Guyanes côtières », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/149 ; DOI : 10.4000/nda.149

Haut de page

Auteur

Stéphen Rostain

CNRS, UMR 8096 « Archéologie des Amériques »
stephen.rostain@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org