Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

La mission archéologique franco-algérienne de Lambèse, Tazoult, Algérie

Mourad Bouteflika, Keltoum Kitouni-Daho et Amina-Aïcha Malek
p. 53-57

Résumé

À Lambèse, capitale de Numidie de la fin du iie au début du ive siècle, la mission archéologique a débuté en 2006 grâce à la signature d’une convention entre l’Agence nationale d’archéologie algérienne et le laboratoire Archéologies d’Orient et d’Occident et textes anciens (Aoroc, Umr 8546, Ens-Cnrs). Elle s’est poursuivie en 2007, 2009 et 2010, soit 18 semaines sur le terrain, livrant des données d’un intérêt tout à fait unique du point de vue de l’architecture domestique, des systèmes constructifs et du décor. La nouvelle convention signée en 2009 entre notre Umr et le Centre national de recherche en archéologie algérien (Cnra), récemment créé, a autorisé des recherches approfondies sur le site de Lambèse et a impulsé le développement de la mission archéologique : ainsi, une équipe pluridisciplinaire fut constituée afin de prendre en charge différents domaines de la recherche.

Haut de page

Texte intégral

1À Lambèse, capitale de Numidie de la fin du iie au début du ive siècle, la mission archéologique a débuté en 2006 grâce à la signature d’une convention entre l’Agence nationale d’archéologie algérienne et le laboratoire Archéologies d’Orient et d’Occident et textes anciens (Aoroc, Umr 8546, Ens-Cnrs). Elle s’est poursuivie en 2007, 2009 et 2010, soit 18 semaines sur le terrain, livrant des données d’un intérêt tout à fait unique du point de vue de l’architecture domestique, des systèmes constructifs et du décor. La nouvelle convention signée en 2009 entre notre Umr et le Centre national de recherche en archéologie algérien (Cnra), récemment créé, a autorisé des recherches approfondies sur le site de Lambèse et a impulsé le développement de la mission archéologique : ainsi, une équipe pluridisciplinaire fut constituée afin de prendre en charge différents domaines de la recherche.

Deux maisons à péristyle

2Pour la première fois à Lambèse, deux maisons à péristyle ont été reconnues : l’une, la maison de Phrixos et Hellé, subsiste sur une superficie de 400 m2 ; l’autre, la maison de la Tigresse, fut fouillée sur plus de 700 m2.

3Leur étude permet de retrouver les quartiers résidentiels méconnus jusqu’à présent de la cité de Lambèse et, en particulier, d’en appréhender la structure, la relation avec les monuments publics, religieux et le camp de la IIIe légion Auguste, entre la deuxième moitié du iie siècle – avant que la ville ne fût élevée au rang de capitale de la province de Numidie – et le début du ive siècle – où elle perdit ce statut au profit de Constantine.

Fig. 1

Fig. 1

Maison de Phrixos et Hellé, salle de réception

(cliché Umr 8546 Cnrs-Ens/Cnra)

Architecture

4Du point de vue de l’architecture, l’omniprésence de la terre crue, constatée dès 2009, a été confirmée, révélant une grande diversité des procédés de mise en œuvre. L’utilisation du pisé, de l’adobe et peut-être de la bauge, en guise de hourdis entre les harpes de pierre de l’opus africanum, a été reconnue et identifiée. La terre intervient comme liant de maçonnerie dans les soubassements en pierre ; elle est également présente dans les revêtements muraux peints ou non, associée aux mortiers de chaux et de sable ou de tuileau, mieux connus pour l’époque romaine. On la trouve également sous forme de torchis et, peut-être, dans la composition de sols d’étage. Enfin, technique peu commune, elle apparaît comme l’une des couches du support des pavements de mosaïque. Ces premiers résultats complètent considérablement la connaissance des modes de construction, en particulier les techniques de la terre, très peu étudiées dans le monde romain. L’exemple de Lambèse est donc remarquable. Il ouvre des perspectives tout à fait intéressantes sur le choix de systèmes constructifs qui allient flexibilité et économie. Nous avons également observé le rôle structurel de la pierre à travers l’opus africanum,mais aussi sous forme de dallage dans les espaces à ciel ouvert et les corridors de service, sous forme de seuils, de marches d’escaliers, de canalisations taillées et d’éléments architectoniques et décoratifs comme les plaques de chancel, les colonnes, les vasques, un autel et, enfin, sous la forme de tesselles multicolores composant les sols en mosaïque.

Pavements et peintures murales

5Du point de vue du décor, l’originalité des pavements confirme la présence d’un atelier local. Les mosaïques se distinguent par leurs compositions végétales exubérantes et leurs motifs géométriques, et par la création d’œuvres d’art remarquables tant par l’iconographie que par la technique. Même lorsque les thèmes figurés sont classiques (délivrance d’Andromède, Ariane à Naxos, enlèvement d’Hylas), ces images se distinguent par leur composition picturale inédite.

6Dans l’une des domus étudiées, a été découverte une grande salle de réception à abside (13 m x 7 m) décorée de très beaux pavements dont un panneau figuré de facture exceptionnelle. Ce tableau est l’unique représentation du sacrifice manqué de Phrixos et Hellé pour la période romaine, tous supports confondus. Enfin, un emblema fragmentaire de haute qualité vient s’ajouter à la collection d’emblemata du musée de Lambèse soulignant ainsi la richesse de cette capitale.

7L’étude scientifique des revêtements muraux, peints ou non, est une première en Algérie. À l’instar de la mosaïque, la peinture se distingue par sa riche polychromie. Elle utilise abondamment les imitations de placage de marbres dans les pièces de réceptions, le vestibule et les portiques. Un élément remarquable est la découverte d’un décor, sans équivalent connu, de rinceaux et de rosaces à la feuille d’or. Le décor stuqué est également représenté par quelques fragments de corniches lisses et de feuilles d’acanthe.

8Des éléments de sculpture en marbre blanc de belle qualité attestent une nouvelle fois le goût du propriétaire pour les œuvres d’art et les thèmes classiques avec des fragments d’un Amour et une fontaine en ronde-bosse incomplète figurant le monstre Scylla et sa ceinture de chiens.

Fig. 2

Fig. 2

(Cliché Umr 8546 Cnrs-Ens/Cnra)

Céramique

9La mission Lambèse permet de reprendre en Algérie l’étude de la céramique dans un contexte de fouille stratigraphique et de relancer l’étude scientifique de la céramique de l’Afrique interne, au moment où les recherches en Tunisie convergent aussi vers cette région (Haïdra, Althiburos). L’analyse du mobilier montre clairement un faciès céramique original et les premières observations mettent en évidence l’existence d’une circulation économique à la fois interne à l’Afrique – entre la Byzacène, la Proconsulaire et la Numidie –, et à l’échelle de l’Empire, allant de la Gaule à la Sicile jusqu’à la mer Noire. Ainsi, l’étude de la céramique apporte des informations dans trois domaines. D’une part, la chronologie des différents états des deux ensembles exhumés, notamment la maison de la Tigresse, est désormais mieux assurée. Le caractère local des productions céramiques a conduit à élaborer une nouvelle typo-chronologie propre à la Numidie intérieure, qui servira sans aucun doute de référence à l’ensemble de la région et facilitera l’interprétation chronologique des nouvelles fouilles, des prospections et des inventaires de collections de musées. D’autre part, la céramique apporte des informations extrêmement novatrices sur les relations commerciales de Lambèse, capitale de la Numidie, avec le monde méditerranéen. Alors qu’il est généralement admis que les régions internes de l’Afrique romaine sont fermées aux importations à partir du iie siècle, l’inventaire précis du matériel de la maison de la Tigresse met en évidence l’arrivage d’amphores à vin de provenances extrêmement variées : Campanie (Dressel 2/4 tardive), Sicile (Benghazi MR amphora 1), Italie nord Adriatique (amphores de Forlimpopoli), mer Noire (Kapitän II), Asie mineure (conteneurs mono-ansés Agora G65), Lusitanie (Almagro 51c précoces) et Gaule méridionale (Gauloise 4). Ces importations témoignent du pouvoir économique des riches citoyens de Lambèse.

10Enfin, sur un chantier tel que celui de la maison de la Tigresse, où une attention toute particulière est accordée à l’étude des techniques de construction (murs en terre, enduits peints, mosaïques), il était nécessaire de constituer un dossier sur la céramique architecturale. Ce dossier en cours a d’ores et déjà défini un module régulier de tegulae et imbrices, qui facilitera la restitution des toitures. L’utilisation des tubes de voûtes, mode de construction typiquement africain, ainsi que la présence de séparateurs de briques suggèrent la présence de thermes privés.

11En 2011, il est prévu d’étudier l’abondant mobilier du cellier de la maison de la Tigresse où étaient déposées plusieurs amphores de stockage, des amphores vinaires d’Italie, de la vaisselle de table et de cuisine. Ce contexte constituerait l’occasion idéale de former des étudiants algériens et français à la céramologie africaine (tri, inventaire, recollage, dessin, etc.).

Fig. 3

Fig. 3

Maison de la Tigresse, portique nord entre la cour et le triclinium

(Cliché Umr 8546 Cnrs-Ens/Cnra)

 (Cliché Umr 8546 Cnrs-Ens/Cnra)

La coopération

12La mission archéologique de Lambèse a pour objectif de proposer en Algérie un chantier d’application à l’archéologie, à la restauration et à la conservation in situ (mosaïque, peinture) aux étudiants algériens et français. Des étudiants ont été envoyés par l’Institut d’archéologie d’Alger et par la direction de la Culture de la Wilaya de Batna et de Constantine pour bénéficier d’une formation sur le terrain. Ils ont été initiés à l’étude de la céramique, de la construction en terre et du décor des sols et des parois.

13En 2011, au cours de la mission de documentation préparatoire à la publication des résultats de la mission Lambèse, un stage de formation sera animé par les spécialistes de l’équipe. Ce stage formera les étudiants algériens et français notamment à l’étude de la céramique, des revêtements muraux et des structures en terre. En 2012, il impulsera le projet d’inventaire des réserves du musée de Constantine accompagné d’une formation à l’étude de la céramique. Le matériel de ce musée, produit de fouilles anciennes, bénéficiera donc des résultats de l’étude de la céramique stratigraphique issue de la mission Lambèse, précisant ainsi les typologies et les chronologies.

14Au cours de la campagne de fouille de 2009, une journée d’étude consacrée aux résultats de la mission fut organisée, le 2 novembre, par le Cnra à Batna, présidée par S. Dahmani, membre du conseil scientifique du Cnra et à laquelle ont participé M. Filah, président de l’Apc de Lambèse-Tazoult, K. Kitouni-Daho, directrice du Cnra, et A. Guerbabi, conservateur du patrimoine à la direction de la Culture de la Wilaya de Batna, en présence du Wali de Batna et des collègues des universités d’Alger, de Constantine, de Sétif et de Batna. Les spécialistes de la mission ont présenté les différents aspects de la recherche (prospection, architecture, systèmes constructifs, techniques de revêtement, iconographie). Une synthèse de la recherche organisée par le Cnra a eu lieu à Alger, le 26 avril 2010, à l’occasion du mois du patrimoine, et à l’Institut national d’archéologie d’Alger, le 28 avril.

Fig. 4

Fig. 4

Maison de la Tigresse, angle sud-est du péristyle, décor peint in situ

(Cliché Umr 8546 Cnrs-Ens/Cnra)

15La mission archéologique de Lambèse permet donc de renouer des liens institutionnels avec le ministère de la Culture et, notamment, avec les collègues algériens, archéologues, enseignants des universités et des musées avec lesquels nous développons de nouveaux projets de coopération qui allient recherche et formation.

16Au niveau local, la mission archéologique de Lambèse a fait prendre conscience aux autorités de l’importance et de la richesse du site. Ainsi, elles ont fait arrêter les labours sur les parcelles concernées par les vestiges que nous avons reconnus, et ont contribué au projet par un apport financier et technique conséquent. Le soutien moral et financier de l’Apc (Assemblée populaire communale) de Tazoult et de la Wilaya de Batna a été un facteur déterminant pour le développement de cette mission. Les autorités locales ont en effet vu dans le développement du projet archéologique la possibilité de changer l’image de leur ville, connue avant tout pour son pénitencier.

17Une journée « portes ouvertes » sur le secteur de fouille sera organisée à la fin de la campagne 2011 par le maire de Tazoult et la mission. Un panneau explicatif du projet de recherche et des institutions en charge sera affiché sur la clôture de protection du secteur de fouille.

Conservation-restauration préventive

18L’état de conservation des vestiges exhumés nécessitait des méthodes spécifiques de dégagement, de prélèvement, de relevé et de conservation préventive. Toutes ces phases ont été assurées dans les meilleures conditions grâce à la collaboration étroite entre archéologues et conservateurs-restaurateurs spécialisés ; ceux-ci sont intervenus au fur et à mesure de l’avancée des travaux pour déposer certaines plaques fragmentaires d’enduit peint et consolider les revêtements de mur et de sol in situ.

19En 2009 et 2010, avec le soutien financier et logistique de l’Apc de Tazoult et de la Wilaya de Batna, nous avons pu compléter les protections que nous avions préconisées lors des missions précédentes (bydime, polystyrène, couches de sable et de gravier). À l’issue de la fouille, nous avons fait construire par les ouvriers spécialisés de l’Apc des coffrages pour protéger les murs en terre dont les parois présentent de beaux enduits peints, une couverture en charpente de bois et en tôle nervurée de type TN 40 qui abrite désormais plus de 700 m2 de vestiges mis au jour, et une clôture. Ces structures de protection ont l’avantage d’éviter le remblaiement total du secteur de fouille et de le protéger.

20En 2006, a été découverte une mosaïque exceptionnelle que nous avions dû réenfouir en mettant en œuvre une protection maximale (couches de sable et dalle de béton). En 2007, avec les autorités algériennes concernées, nous avons pris la décision de faire déposer le tableau central figurant Phrixos et Hellé par Patrick Blanc – responsable de l’atelier de conservation et de restauration du musée départemental de l’Arles antique – et les restaurateurs algériens qu’il avait formés en 2003 dans le cadre de « Djezaïr. Année de l’Algérie en France », dont Mohamed-Chérif Hamza de l’Institut d’archéologie d’Alger, et quatre de ses étudiants. Il a ensuite été transféré au musée de Lambèse. En effet, les conditions de maintien in situ du pavement n’étaient pas réunies : faible profondeur, site non protégé à l’écart de la zone habitée et des capacités de gardiennage. La valeur inestimable de la mosaïque tant au niveau de sa facture que de son iconographie imposait son prélèvement et sa restauration sur un nouveau support pour sa conservation et sa présentation, à terme, au public.

21Une proposition de restauration de ce panneau qui initierait la mise en place du premier atelier de restauration de l’Est algérien est en discussion avec les autorités concernées. Développée dans le cadre d’un projet de recherche, elle permettra de poursuivre et renforcer la coopération entre l’atelier de restauration du musée arlésien et les institutions algériennes de la Culture. Son intérêt réside dans la formation de nouveaux restaurateurs résidant dans les wilayas de Batna, Sétif et Constantine qui prendront en charge ce futur atelier, indispensable dans cette région connue pour la richesse de ses pavements de mosaïque.

Fig. 5

Fig. 5

Maison de la Tigresse, mise en place de la couverture de protection par les agents de l’Apc de Tazoult

22En 2007, des discussions avec les autorités locales, les représentants locaux du ministère de la Culture et des bureaux d’études ont permis d’établir avec précision le projet de clôture du site de Lambèse. Un rapport sur l’état de certains vestiges importants dont la situation, très préoccupante, nécessite des mesures de protection particulière et urgentes, a été envoyé au Wali de Batna et au directeur du patrimoine auprès du ministère de la Culture.

23De façon plus régulière, la mission est consultée pour avis par les directions du patrimoine et de l’urbanisme de la Wilaya de Batna.

Membres de la mission archéologique de Lambèse :

Responsable de la mission : Amina-Aïcha Malek, Aoroc Umr 8546, Cnrs-Ens

Co-directeur : Sabah Ferdi, depuis 2009 Cnra

Collaborateurs principaux :

Touatia Amraoui, Université Lyon-II — Samaïn Arab, Ogebc — Patrick Blanc, Musée départemental de l’Arles antique, Atelier de conservation et de restauration — Michel Bonifay, Centre Camille-Jullian Umr 6573, Cnrs-Université d’Aix-en-Provence — Claire-Anne de Chazelles, Umr 5140, Cnrs-Université de Montpellier-3 — Moussa Djemal, Ogebc — Hmena Djerradi, Ogebc — Mohamed-Chérif Hamza, Institut national d’archéologie, Alger — Frédérique Marchand-Beaulieu, Aoroc Umr 8546, Cnrs-Ens — Florence Monier, Aoroc Umr 8546, Cnrs-Ens — Antonio Prisco, associé Aoroc Umr 8546, Cnrs-Ens ; Salah Sahnouni, Apc de Tazoult

Partenariat français :

Archéologies d’Orient et d’Occident et textes anciens Umr 8546, Ens-Cnrs (Aoroc) — Atelier de conservation et de restauration, Musée départemental de l’Arles antique (Mdaa) — Umr 5140, Cnrs-Université de Montpellier-3 — Centre Camille-Jullian Umr 6573, Cnrs-Université d’Aix-en-Provence

Partenariat algérien :

Centre national de la recherche en archéologie (Cnra) — Institut national d’archéologie, Université d’Alger — Office de gestion et d’exploitation des biens culturels (Ogebc) — Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag) — Wilaya de Batna ; Assemblée populaire communale (Apc) de Tazoult (Mairie)

24Nos recherches ont aussi été présentées dans divers séminaires et colloques et lors de conférences publiques en particulier en 2006, à l’occasion d’une Tertulia au Dumbarton Oaks, à Washinton (« A new discovery in Lambèse, Tazoult, Algeria »), et le 7 juin 2010 au musée du Louvre dans le cadre des présentations de l’actualité de la recherche archéologique (« Récentes découvertes dans la capitale de la Numidie, Lambèse, Algérie »).

Haut de page

Bibliographie

Courboules, M.-L. & A.-A. Malek. 2008. « Les mosaïques de Lambèse, problèmes, perspectives de travail », in : Leçons retenues. Les enseignements tirés des expériences passées dans le domaine de la conservation des mosaïques, Actes de la 9e conférence de l’Iccm (Comité international pour la conservation des mosaïques), Hammamet, Tunisie, 29 novembre-3 décembre 2005. Los Angeles, Getty Conservation Institute : 294-302.

Linant de Bellefonds, P. & A.-A. Malek. 2009. s.u. « Phrixos et Helle », in : LIMC Suppl., 1 : 427 ; 2 : 206, add. 1.

Malek, A.-A. 2008. « Un sacrifice manqué à Lambèse », Revue archéologique, 2 : 283-291.

— À paraître. « Les mosaïques de Lambèse. État de la recherche et nouvelle problématique », in : La mosaïque gréco-romaine X,Colloque international sur la mosaïque antique organisé par l’Association internationale pour l’étude de la mosaïque antique (Aiema), Coimbra, Portugal, Museu Monográfico de Conímbriga, 29 octobre-4 novembre 2005.

Malek, A.-A. & P. Blanc. À paraître. « Nouvelles données sur l’atelier de mosaïque de Lambèse », in : The 10th Conference of the International Committee for the Conservation of Mosaics, Conservation, an Act of Discovery (Palermo, October 20-26, 2008).

• Publication du projet quadriennal de recherche :

Deux ouvrages de synthèse seront publiés à l’issue de la mission archéologique de Lambèse :

I – La maison de Phrixos et Hellé et la maison de la Tigresse de Lambèse : les nouvelles découvertes du quartier résidentiel situé au sud-est de l’amphithéâtre : cette publication se composera de deux monographies qui présenteront les résultats des fouilles des deux habitations.

II – Les mosaïques de la ville basse de Lambèse : anciennes découvertes : cette étude présentera les mosaïques découvertes anciennement et dont le contexte archéologique a disparu lors de la construction du pénitencier et du village colonial. La grande majorité de ces pavements conservés au musée fera l’objet d’une étude en corrélation, quand cela s’imposera, avec d’autres éléments du décor.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Maison de Phrixos et Hellé, salle de réception
Crédits (cliché Umr 8546 Cnrs-Ens/Cnra)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1481/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 2
Crédits (Cliché Umr 8546 Cnrs-Ens/Cnra)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1481/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 3
Légende Maison de la Tigresse, portique nord entre la cour et le triclinium
Crédits (Cliché Umr 8546 Cnrs-Ens/Cnra)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1481/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 4
Légende Maison de la Tigresse, angle sud-est du péristyle, décor peint in situ
Crédits (Cliché Umr 8546 Cnrs-Ens/Cnra)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1481/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 5
Légende Maison de la Tigresse, mise en place de la couverture de protection par les agents de l’Apc de Tazoult
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1481/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mourad Bouteflika, Keltoum Kitouni-Daho et Amina-Aïcha Malek, « La mission archéologique franco-algérienne de Lambèse, Tazoult, Algérie », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 53-57.

Référence électronique

Mourad Bouteflika, Keltoum Kitouni-Daho et Amina-Aïcha Malek, « La mission archéologique franco-algérienne de Lambèse, Tazoult, Algérie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/1481 ; DOI : 10.4000/nda.1481

Haut de page

Auteurs

Mourad Bouteflika

Directeur de la Conservation et de la restauration du patrimoine, ministère de la Culture,
boutefrad@yahoo.fr

Keltoum Kitouni-Daho

Directrice du Centre national de recherche en archéologie (Cnra)
malika712@hotmail.com

Amina-Aïcha Malek

Chargée de recherches au Cnrs, Archéologies d'Orient et d'Occident et textes anciens (Umr 8546), Cnrs-Ens Ulm, membre du conseil scientifique du Cnra
malek@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org