Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Carthage, colline de l’Odéon

Recherches franco-tunisiennes 1987-2000
Catherine Balmelle, Henri Broise, Jean-Pierre Darmon et Mongi Ennaïfe
p. 49-52

Résumé

C’est en 1987 que le groupe franco-tunisien de recherches sur la mosaïque de l’Afrique antique, dirigé par Mongi Ennaïfer et Jean-Pierre Darmon, sous le double patronage de l’Institut national tunisien du patrimoine (Inp) et de l’Institut français de coopération, s’est orienté vers des travaux sur le terrain et, grâce à l’invitation d’Abdelmajid Ennabli, conservateur du site et du musée de Carthage, a entrepris des fouilles au nord de la ville antique, dans le quartier dit des «Villas romaines», avec le soutien du ministère français des Affaires étrangères et du Cnrs.

Haut de page

Texte intégral

1C’est en 1987 que le groupe franco-tunisien de recherches sur la mosaïque de l’Afrique antique, dirigé par Mongi Ennaïfer et Jean-Pierre Darmon, sous le double patronage de l’Institut national tunisien du patrimoine (Inp) et de l’Institut français de coopération, s’est orienté vers des travaux sur le terrain et, grâce à l’invitation d’Abdelmajid Ennabli, conservateur du site et du musée de Carthage, a entrepris des fouilles au nord de la ville antique, dans le quartier dit des «Villas romaines», avec le soutien du ministère français des Affaires étrangères et du Cnrs.

2Ce secteur avait fait l’objet de dégagements importants dans la première moitié du xxe siècle (fouilles de la direction des Antiquités, d’abord conduites par Paul Gauckler et plus tard par Louis Poinssot), restés inédits. Le catalogue des mosaïques répertoriées dans ce quartier avait été dressé par Wassila Ben Osman dans le cadre d’une thèse soutenue en 1980.

La maison du Cryptoportique

3De 1987 à 1989, le projet archéologique, mis en œuvre dans le cadre de la Commission mixte franco-tunisienne, a consisté en une série de sondages destinés à préciser la datation des pavements de la maison du Cryptoportique, pour lesquels on ne disposait d’aucun critère externe. Ces sondages ont été systématiquement pratiqués sous les sols de mosaïques et d’opus sectile encore in situ ou leurs supports en place. Des nettoyages minutieux et des relevés ont accompagné ces interventions, en vue de remettre ces pavements dans leur contexte architectural. L’organisation générale de la maison à péristyle nous était connue uniquement par une photographie d’un plan dressé à l’époque des dégagements Poinssot et par un croquis levé par Gilbert Hallier vers 1970. Un nouveau plan a été établi par Charles Peirce, puis repris par Marie-Pat Raynaud et complété par Henri Broise à la lumière des résultats de nos recherches (fig.1).

4Celles-ci nous ont permis de déterminer les principales étapes de l’évolution architecturale de ce secteur et de replacer dans ce cadre général les différents éléments de décors de sols subsistants, ainsi que les maigres restes d’enduits peints. Un certain nombre de structures appartenaient à un état antérieur à la maison à péristyle, sans qu’il soit possible d’appréhender le plan général de ces premières constructions, ni d’attribuer aucun sol décoré à ces époques hautes.

Fig. 1

Fig. 1

Plan de la maison du Cryptoportique. Échelle 1/250

(H. Broise, M.-P. Raynaud)

Trois phases de transformation

  • 1  Le long du kardo X et en contrebas, la partie est de la maison, qui ne comportait alors aucune tra (...)

5C’est au plus tôt dans la première moitié du iie siècle de notre ère qu’est mis en place le grand péristyle (environ 620 m2) autour duquel s’organise désormais une seule et même domus. Sous cette première forme, la maison ne comporte pas encore de crypto-portique, mais s’adosse, à l’ouest, à la colline par un mur de soutènement continu nord-sud. La seule grande pièce de réception se trouve alors au sud et elle est pavée en opus sectile de petit module. Un appartement à salle recouverte d’opus sectile, également de petit module, et à antichambre revêtue de tessellatum noir et blanc occupe dès cette époque l’angle nord-ouest de la maison. Le reste de l’aile nord était subdivisé entre différents espaces dont le plan nous échappe, mais dont on a retrouvé un élément de décor de sol à canevas géométrique en noir et blanc à bordure de tresse polychrome. Quant aux galeries du péristyle, elles étaient déjà pavées, au moins au nord et à l’est, de mosaïques à décor trichrome (noir, gris et blanc)1.

6Au cours de la seconde moitié du iiie siècle, voire au début du ive, l’aile nord est remaniée, avec la création d’un vaste œcus corinthien (190 m2) ouvrant au sud sur le péristyle et s’adossant au nord à des puits de lumière bordant la rue (decumanus V); un remarquable opus sectile trichrome de grand module, exceptionnel en Afrique proconsulaire, pavait cette salle, dont les murs comportaient également, au moins dans les parties basses, des revêtements de marbre. Dans le prolongement ouest des puits de lumière, une nouvelle pièce complète au nord l’ancien appartement à opus sectile de petit module, qui est maintenu; celle-ci reçoit un décor de sol en mosaïque représentant une peau de tigresse richement polychrome jetée sur un fond blanc, décor remarquable par sa qualité et son caractère unique. C’est sans doute à cette période qu’appartient l’aménagement du viridarium et de ses bassins.

7La dernière grande phase de transformation est à situer autour de 400 après J.-C. L’aile sud prend alors sa configuration définitive, tout en restant organisée autour de la grande salle primitive à opus sectile. Le péristyle reçoit, au moins au nord et à l’est, de nouvelles mosaïques polychromes caractéristiquesdesréalisations africaines de l’Antiquité tardive. Le grand œcus corinthien est désormais isolé du péristyle par un mur et tourné vers l’est, à proximité de l’entrée nord de la maison. Surtout, cette ultime phase de construction est marquée par la création, à l’ouest, tout au long de la domus, d’une galerie voûtée nord-sud (52,60 m) : creusée au-delà du mur de soutènement primitif, empiétant sur le kardo IX qu’elle contrebute désormais, cette galerie, qui ouvre de plain-pied sur le péristyle, peut être légitimement définie comme un cryptoportique semi-enterré.

8C’est cette remarquable demeure des débuts du ve siècle que la mise en valeur, confiée à Jean-Baptiste Bellon, architecte, a tenté de présenter au public, en suggérant les emplacements de colonnes, la nature des revêtements de sol et en rendant le viridarium à une végétation de jardin (fig.2).

Fig. 2

Fig. 2

Vue générale de la maison du Cryptoportique après travaux de mise en valeur, depuis l’angle nord-ouest du péristyle

(cliché J.-B. Bellon)

L’insula nord

9À partir de 1990, l’équipe franco-tunisienne a développé un projet plus ambitieux de fouille systématique dans l’insula voisine au nord, en contrebas de la maison de la Volière, où de nombreuses structures d’époques diverses, et notamment une rotonde à colonnade intérieure, avaient été mises au jour à la suite de dégagements mal connus, effectués au cours des années 1930. Ces recherches, inscrites au programme de la Commission mixte grâce au soutien constant de l’Institut national du patrimoine de Tunisie ainsi que des instances françaises de coopération, se sont poursuivies jusqu’en 2000 dans le cadre de campagnes annuelles d’un mois environ. Au cours des premières campagnes, l’équipe s’est enrichie du précieux concours d’Alain Rebourg et d’autres participations d’archéologues de terrain. À partir de 1991, Henri Broise, alors architecte de l’École française de Rome, a rejoint l’équipe.

10Construit sur une nécropole punique (ive-iie siècles avant J.-C.), un premier état architectural romain de petit habitat et d’artisanat, attribuable au ier et aux débuts du iie siècle, s’étageait par paliers en suivant les pentes de la colline, subdivisant l’insula en lots carrés de 60 pieds de côté. Ont subsisté les traces des lots sud-est le long du kardo X. Des viviers avaient déjà été identifiés à proximité, mais pour la première fois ont été reconnues des cuves destinées à la fabrication de garum.

11Un deuxième état, mis en place à l’époque sévérienne, connaît des décaissements est-ouest aboutissant à la formation de lots rectangulaires (de 60 pieds sur 120) qui s’étendent désormais depuis le niveau du kardo X jusqu’à l’aplomb du kardo IX. Le quartier paraît voué à un habitat plus vaste, doté d’espaces hypèthres et de citernes, et dont le décor est relativement élaboré (mosaïques géométriques en noir et blanc, enduits peints). Cet état, qui a duré très longtemps, a subi de nombreux réaménagements, et en particulier, sans doute au ive siècle, la création de nouvelles salles, dont l’une pavée d’une mosaïque polychrome à décor végétalisé dans la pure tradition africaine (fig.3).

12On a pu déceler, au cours du premier tiers du ve siècle, la mise en œuvre d’un ambitieux projet qui nivelle et unifie tout le secteur fouillé, en abolissant les états antérieurs au profit d’un édifice unitaire de grande ampleur. Beaucoup d’éléments en sont encore aujourd’hui partiellement en élévation, en particulier les deux ensembles d’apparat que sont la rotonde elle-même et la grande salle à abside qui la jouxte au sud. Ce troisième état architectural est resté inachevé; aucun sol ne paraît avoir été construit. Un dépôt monétaire intégré à la fondation d’un mur appartenant à cet état donne une série qui s’interrompt aux environs de 440, suggérant un lien entre l’interruption des travaux et la prise de Carthage par les Vandales en 439.

Fig. 3

Fig. 3

Maison de la Rotonde. Structures de l’état II (phase ive siècle) reconnues sous la salle à abside de l’état final : fragment de voûte sur tubuli effondré. Au premier plan, tombe tardive liée à phase d’abandon. Le Nord est à gauche

(cliché M.-P. Raynaud)

La maison de la Rotonde

13Après plus d’un demi-siècle d’abandon, vers la fin du ve ou au début du vie siècle, sous les derniers rois vandales, un quatrième état donne une forme définitive à ce secteur : c’est la maison de la Rotonde (fig.4). Les principales constructions de l’état antérieur sont réutilisées et organisées autour d’un grand péristyle oblong (490 m2). Sauf en ce qui concerne la rotonde elle-même et l’appartement qui lui est lié, le niveau de circulation général est abaissé par rapport au projet précédent. Des mosaïques polychromes pavent désormais les sols de la cour et des galeries du péristyle, ainsi que des salles d’apparat. L’entrée principale, à partir du kardo X et dans l’axe de la salle à abside, accentue encore ce caractère d’apparat dominant, les pièces d’habitation se trouvant principalement à l’étage, au-dessus des ailes sud et est.

14Au cours du vie siècle, la maison subit des transformations qui cloisonnent l’espace, en particulier le péristyle, et substituent des dallages grossiers aux anciens sols en mosaïque endommagés. Le comblement préservé de l’une des citernes du péristyle a permis de dater du courant du viie siècle l’abandon de l’édifice, époque qui est aussi très probablement celle des tombes tardives (fig.3) installées dans les anciens espaces d’apparat.

Fig. 4

Fig. 4

Maison de la Rotonde, plan de l’état IV (fin du ve-début du vie siècle). En gris, les espaces à ciel ouvert. Échelle 1/250

(H. Broise, M.-P. Raynaud)

La mise en valeur du site

15Le principal effort de mise en valeur a porté sur la maison de la Rotonde à son apogée, remarquable témoin de la vitalité de la Carthage vandale et de sa capacité à assumer le modèle romain. Un projet visant à restituer la planimétrie de l’édifice, conçu par Henri Broise et exécuté sous sa direction, a pu être réalisé grâce à la générosité de l’Agence tunisienne de mise en valeur du patrimoine, de son directeur Abderrazak Gragueb assisté de Habib Ben Hassen, ainsi qu’au soutien de l’Institut français de coopération, voulu par l’ambassadeur Lanxade et mis en œuvre par Brice Dusuzeau.

Fig. 5

Fig. 5

Maison de la Rotonde, mosaïque à décor végétalisé de l’état II (phase ive siècle), après restauration

(cliché P. Veysseyre 2001)

Équipe de recherches :

Claudine Allag (Cnrs/Ens Umr 8546), Catherine Balmelle (Cnrs/Ens Umr 8546), Aïcha Ben Abed (Inp), Saïda Ben Mansour (Inp), Wassila Ben Osman (Inp), Ariane Bourgeois (Université de Paris-I), Claude Brenot (Cnrs), Henri Broise (École française de Rome), Jean-Pierre Darmon (Cnrs/Ens Umr 8546), Mongi Ennaïfer (Inp), Danièle Foy (Cnrs/Umr 6572), Suzanne Gozlan (Cnrs/Ens Umr 8546), Roger Hanoune (Université de Lille-III), Nabiha Jeddi (Inp), Marie-Pat Raynaud (Cnrs/Ens Umr 8546), Alain Rebourg.

16Dans un souci pédagogique, il a été prévu d’installer dans les locaux de la maison de la Volière voisine un petit musée de site destiné à présenter les résultats de nos recherches et à les replacer dans leur contexte urbain et historique. Des panneaux trilingues (arabe, français, anglais) ont été préparés dans ce but, et de petits objets ont été sélectionnés et étiquetés en vue de leur présentation dans les vitrines. Grâce à l’important soutien financier de l’Agence tunisienne de mise en valeur du patrimoine et de l’Institut français de coopération, il a été possible de faire restaurer et installer dans cet espace d’exposition la principale mosaïque du site (fig.5) et les éléments de peinture pariétale les plus lisibles, et aussi de faire réaliser par Pietro Capitani (Rome) une maquette de la maison de la Rotonde.

Haut de page

Bibliographie

Balmelle, C., A. Ben Abed, A. Bourgeois, H. Broise, J.-P. Darmon, M. Ennaïfer, M.-P. Raynaud & A. Rebourg. 1995. «Recherches franco-tunisiennes sur la colline de l’Odéon (secteur dit des “villas romaines”)», in : P. Trousset (éd.), L’Afrique du Nord antique et médiévale, 1. Productions et exportations africaines, actualités archéologiques. 118e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, VIe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord, Pau, octobre 1993. Paris, Éditions du Cths : 421-438.

Balmelle, C., A. Ben Abed-Ben Khader, A. Bourgeois, C. Brenot, H. Broise, J.-P. Darmon, M. Ennaïfer & M.-P. Raynaud. 2003. «Vitalité de l’architecture domestique à Carthage au ve siècle : l’exemple de la maison dite de la Rotonde, sur la colline de l’Odéon», in : «L’Afrique vandale et byzantine, 2e partie», Antiquité tardive, 11 : 151-166.

Balmelle, C., A. Bourgeois, H. Broise, J.-P. Darmon, M. Ennaïfer, et al. Sous presse. Carthage, colline de l’Odéon : maisons de la Rotonde et du Cryptoportique (recherches franco-tunisiennes 1987-2000). Rome, Institut national du patrimoine de Tunis et l’École française de Rome (Collection de l’École française de Rome), 2 vol., 845 p., 591 fig.

Broise, H. 1999. «La mise en valeur de la maison dite de la Rotonde», Bulletin du Centre de documentation archéologique de la conservation de Carthage (Cedac), 19 : 32-40.

Haut de page

Notes

1  Le long du kardo X et en contrebas, la partie est de la maison, qui ne comportait alors aucune trace de pavements, n’a pas été concernée par nos recherches. C’est par cette aile est que la maison ouvrait aussi bien sur le kardo X, à l’est, que sur le decumanus V, au nord.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan de la maison du Cryptoportique. Échelle 1/250
Crédits (H. Broise, M.-P. Raynaud)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 2
Légende Vue générale de la maison du Cryptoportique après travaux de mise en valeur, depuis l’angle nord-ouest du péristyle
Crédits (cliché J.-B. Bellon)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1478/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 3
Légende Maison de la Rotonde. Structures de l’état II (phase ive siècle) reconnues sous la salle à abside de l’état final : fragment de voûte sur tubuli effondré. Au premier plan, tombe tardive liée à phase d’abandon. Le Nord est à gauche
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1478/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 4
Légende Maison de la Rotonde, plan de l’état IV (fin du ve-début du vie siècle). En gris, les espaces à ciel ouvert. Échelle 1/250
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1478/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 5
Légende Maison de la Rotonde, mosaïque à décor végétalisé de l’état II (phase ive siècle), après restauration
Crédits (cliché P. Veysseyre 2001)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1478/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Balmelle, Henri Broise, Jean-Pierre Darmon et Mongi Ennaïfe, « Carthage, colline de l’Odéon », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 49-52.

Référence électronique

Catherine Balmelle, Henri Broise, Jean-Pierre Darmon et Mongi Ennaïfe, « Carthage, colline de l’Odéon », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/1478 ; DOI : 10.4000/nda.1478

Haut de page

Auteurs

Catherine Balmelle

Directrice de recherche au Cnrs, responsable de l’équipe Mosaïque, Archéologies d’Orient et d’Occident et textes anciens (Umr 8546), Cnrs-École normale supérieure Ulm, Paris

Articles du même auteur

Henri Broise

Directeur de recherche honoraire au Cnrs, Archéologies d’Orient et d’Occident et textes anciens (Umr 8546), Cnrs-École normale supérieure Ulm, Paris

Articles du même auteur

Jean-Pierre Darmon

Architecte-archéologue au Cnrs, Institut de recherche sur l’architecture antique (Usr 3155), Cnrs-Université de Provence, Aix-en-Provence

Mongi Ennaïfe

Directeur de recherche honoraire, Institut national du patrimoine, Tunis

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org