Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

La mission archéologique franco-marocaine de Kouass au Maroc

Virginie Bridoux, Mohamed Kbiri Alaoui, Solange Biagi, Hédi Dridi et Abdelfattah Ichkhakh
p. 44-48

Résumé

Le site archéologique de Kouass est situé dans le nord du Maroc, à une trentaine de kilomètres au sud de Tanger et à 7,5 km au nord de la ville actuelle d’Asilah, à proximité immédiate de la façade atlantique. Les recherches de terrain effectuées par M. Ponsich dans les années 1960 ont révélé un centre industriel et commercial occupé du ve siècle avant J.-C. au iiie siècle après J.-C. et constituant assurément, dans l’Antiquité, l’établissement le plus important sur la portion du littoral qui sépare deux principales cités de Maurétanie, Tingi (Tanger) et Lixus. La documentation publiée par l’auteur signale notamment l’existence d’usines de salaison et la découverte d’un important atelier de potiers. Ces éléments ont particulièrement retenu -l’attention car ils indiquaient la participation active de Kouass au «  Cercle du Détroit », soit une économie régionale principalement fondée sur l’exploitation des produits dérivés de la pêche. Cette expression, encore couramment employée par les historiens, désigne également le faciès culturel commun qui caractérise les établissements situés de part et d’autre du détroit de Gibraltar, principalement illustré par la similitude des vases en céramique et des amphores mis au jour sur les sites antiques du nord du Maroc et du sud de l’Andalousie.

Haut de page

Texte intégral

Un site archéologique méconnu et menacé

1Le site archéologique de Kouass est situé dans le nord du Maroc, à une trentaine de kilomètres au sud de Tanger et à 7,5 km au nord de la ville actuelle d’Asilah, à proximité immédiate de la façade atlantique (fig. 1).

2Les recherches de terrain effectuées par M. Ponsich dans les années 1960 ont révélé un centre industriel et commercial occupé du ve siècle avant J.-C. au iiie siècle après J.-C. et constituant assurément, dans l’Antiquité, l’établissement le plus important sur la portion du littoral qui sépare deux principales cités de Maurétanie, Tingi (Tanger) et Lixus. La documentation publiée par l’auteur signale notamment l’existence d’usines de salaison et la découverte d’un important atelier de potiers (Ponsich 1967, 1968a et b, 1969b, 1969-1970). Ces éléments ont particulièrement retenu l’attention car ils indiquaient la participation active de Kouass au «  Cercle du Détroit », soit une économie régionale principalement fondée sur l’exploitation des produits dérivés de la pêche. Cette expression, encore couramment employée par les historiens, désigne également le faciès culturel commun qui caractérise les établissements situés de part et d’autre du détroit de Gibraltar, principalement illustré par la similitude des vases en céramique et des amphores mis au jour sur les sites antiques du nord du Maroc et du sud de l’Andalousie.

Fig. 1

Fig. 1

Situation du site de Kouass

3La littérature scientifique fait souvent référence aux travaux de M. Ponsich, d’autant que le site a donné son nom à une production céramique largement diffusée dans la région du détroit de Gibraltar de la fin du ive au iie siècle avant J. C. (Ponsich 1969a  ; Niveau de Villedary y Mariñas 2003). Kouass est néanmoins demeuré fort méconnu jusqu’à ce que le réexamen du mobilier et du site ait été entrepris. Confirmant la chronologie générale de l’établissement et son implication dans le «  Cercle du Détroit », cette étude a aussi permis de mettre en évidence un urbanisme cohérent dans la zone où M. Ponsich localisait l’atelier de potiers (Kbiri Alaoui 2007). Les interprétations relatives à la nature de l’établissement, son extension, ses productions et ses différentes phases d’occupation méritaient cependant une révision fondée sur de nouvelles recherches de terrain et l’obtention de données stratigraphiques.

4L’urbanisation croissante du littoral au nord d’Asilah a par ailleurs conforté la nécessité d’une relance des interventions archéologiques sur le site qui, très partiellement dégagé, semblait néanmoins s’étendre sur une vaste superficie à en juger par la distribution géographique des vestiges visibles (fig. 2). Or, situé dans la zone de l’ancien protectorat espagnol, cet ensemble n’a jamais été classé comme monument historique sur la liste du patrimoine marocain. C’est ainsi que les piliers d’un aqueduc romain, relativement bien conservés d’après la documentation transmise par M. Ponsich, ont été pour la plupart enfouis sous des villas modernes il y a quelques années. Depuis 2004, le site est menacé par un important projet d’aménagement visant à transformer la commune rurale de Kouass-Briech en une petite agglomération à vocation touristique.

Fig. 2

Fig. 2

Plan général du site

Le cadre et les objectifs de la mission

5C’est donc dans une double perspective de connaissance historique et de protection du patrimoine que nous avons sollicité le soutien du ministère des Affaires étrangères et européennes (Maee) en France, de l’École française de Rome (Efr) et de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine au Maroc (Insap de Rabat).

6Les recherches, entreprises dès 2008 (Bridoux, Kbiri Alaoui & Kermorvant 2009), s’effectuent désormais dans le cadre d’un programme quadriennal (2009-2012) alliant ces institutions françaises et marocaines. Un soutien complémentaire est accordé par deux programmes de l’Agence nationale de la Recherche en France (Anr) : «  L’eau dans les villes et les campagnes de l’Afrique du Nord » (coord. Fr. Baratte, Université de Paris-IV, quadriennal 2008-2011) et «  Le détroit de Gibraltar, à la croisée des mers et des continents, époques ancienne et médiévale » (coord. D. Baloup, Casa de Velázquez, quadriennal 2011-2014). Le projet proposé s’inscrit dans la continuité des programmes de recherche communs sur lesquels plusieurs membres de l’équipe travaillent depuis plusieurs années, en particulier les missions franco-marocaines de Banasa et de Rirha, et converge avec les investigations qui se sont développées ces dernières années sur le thème du «  Cercle du Détroit » au Maroc et en Espagne. À travers une approche pluridisciplinaire, ses objectifs principaux sont de déterminer ou de préciser l’étendue, la nature, la chronologie et l’organisation urbanistique de l’établissement. Il s’agit aussi, plus largement, de contribuer à la connaissance de la Maurétanie préromaine, particulièrement méconnue avant le ier siècle avant J.-C., de ses relations avec le monde méditerranéen, ainsi qu’à la mise en valeur des richesses environnementales et historiques de la zone afin que celles-ci soient incluses dans les principes de base du plan d’aménagement de la commune de Kouass-Briech.

Le bilan scientifique préliminaire : vers un renouvellement des connaissances1

  • 1 Les résultats présentés ici sont le fruit de la collaboration des membres de la mission archéologiq (...)

7Les premières campagnes de terrain ont principalement porté sur la zone dite de l’atelier de potiers, soit une butte d’environ un hectare située à deux kilomètres du rivage, et dont le sommet, culminant à 40 m au-dessus du niveau de la mer, abrite les principaux vestiges actuellement visibles (zone 1, fig. 2). Les recherches, aux résultats d’ores et déjà novateurs, montrent qu’il s’agit d’une agglomération préromaine dont l’importance a été de manière générale sous-estimée (Bridoux, Kbiri Alaoui et al. 2010). Ses niveaux archéologiques sont en outre particulièrement bien préservés, le site n’ayant été que très partiellement réoccupé aux époques postérieures, ce qui constitue un phénomène rarissime en Afrique du Nord.

L’extension de l’établissement et son accès à la mer

8Kouass était à l’époque préromaine bien plus étendu qu’on ne le pensait, constat liminaire que révèlent les prospections magnétiques menées par l’équipe des géophysiciens de l’Université de Paris-VI sur une surface de 5 ha autour de la butte. La présence de structures préromaines sur les pentes nord, nord-est et en contrebas de celle-ci a été confirmée par l’ouverture de nouveaux secteurs de fouilles (secteurs 4 et 5, fig. 3). Ces données permettent désormais d’évaluer la superficie de l’établissement préromain à un minimum de deux hectares. Ses limites n’en sont pas pour autant reconnues dans leur ensemble et restent à préciser au nord, à l’est et au sud. Ce travail de définition du potentiel archéologique, indispensable à la protection du site, est de fait une priorité du programme quadriennal.

Fig. 3

Fig. 3

Plan général de la zone de la butte (zone 1)

9La pente nord-est de la butte pourrait avoir constitué le principal point d’accès au site. En effet, les basses plaines marécageuses des Oulad Khalouf, qui s’étendent à peu de distance du site côté nord-est, étaient probablement occupées dans l’Antiquité par une large lagune, lieu privilégié pour la pénétration et l’escale des navires. Son existence est appuyée par la mention, par le périple de Scylax, au vie siècle avant J.-C., d’un grand golfe du nom de Kôtes entre Tanger et Lixus (Périple de Scylax, 112, in Müller 1855). La restitution du paysage antique est nécessaire pour résoudre ces problématiques relatives à l’accès à la mer, à la localisation du port de Kouass et plus généralement à l’exploitation des ressources fluviales et maritimes. Elle s’effectue en liaison avec le programme Anr portant sur l’eau en Afrique du Nord, en collaboration avec les géographes de l’Université de Safi et les géophysiciens, par le biais d’une compilation de la documentation topographique, géologique et hydrologique disponible, ainsi que de l’obtention de nouvelles données issues de carottages et de prospections électromagnétiques (Bridoux & Kbiri Alaoui sous presse  ; Bridoux, Kbiri Alaoui et al. sous presse).

La chronologie, les phases et la nature de l’occupation

10Au sommet de la butte, dans la partie sud (secteur 1, fig. 3), les vestiges ont été dégagés dans les années 1960 et la plupart des niveaux d’occupation supérieurs ne peuvent être restitués. Dans ce secteur, l’objectif est à la fois d’établir la chronologie relative de ces vestiges et de documenter les phases plus anciennes, mieux préservées. Pour cela, les structures, parfois conservées jusqu’à trois mètres d’élévation (fig. 4), font l’objet d’une analyse du bâti, menée par une architecte Dplg chargée de mission en archéologie. En parallèle, les fouilles ont été approfondies dans trois espaces (espaces 10, 19 et 23). Dans la partie nord-est, un sondage restreint, entrepris dans une zone intacte, a pour objectif premier de constituer un référentiel chrono-stratigraphique de la butte (secteur 3, fig. 3).

11La chronologie générale de l’occupation de la butte, désormais appuyée par des données stratigraphiques, est ainsi mieux cernée. Les premiers vestiges ne s’avèrent pas antérieurs pour le moment à la fin du vie siècle avant J.-C., tandis que la zone est abandonnée entre 50 et 30 avant J.-C. La butte sera à nouveau investie en grande partie au xive siècle.

12Les fouilles de la pente nord-est de la butte montrent que ce secteur a vraisemblablement connu une occupation parallèle à celle du sommet. La réoccupation du site au Moyen Âge, qui n’avait jamais été signalée auparavant, embrasse une aire très étendue mais semble a priori très limitée dans le temps. Si elle est surtout révélée par la découverte de fosses islamiques (fig. 4), certaines des structures antiques exhumées dans le secteur 3 pourraient avoir été réutilisées à cette époque.

Fig. 4

Fig. 4

Vue de la partie sud du secteur 1 en cours de fouille (vers le nord). Au premier plan, l’espace 23, lieu de découverte de la parure de bijoux. Au second plan à droite, l’espace 19, perturbé par deux fosses médiévales (au second plan à droite). Cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2010

13Les fouilles récentes apportent donc une documentation inédite sur les principales phases d’occupation antique et la nature des espaces correspondant. Dans le secteur 3, une pièce du ier siècle avant J-C., sans doute destinée à un entrepôt, a été révélée par la découverte d’une dizaine d’amphores à vin quasi complètes. Dans le secteur 1, des espaces domestiques, un dépotoir et une aire de rejet en liaison avec des activités artisanales sont datables des ve et ive siècles avant J.-C. Le secteur 4 a, quant à lui, abrité à la même époque un ensemble à caractère monumental, relevé sur plus de 100 m2 et constitué d’un épais mur d’orientation est-ouest auquel s’adosse une vaste cour dallée comprenant un édicule carré en son centre (fig. 3). Tous ces espaces s’avèrent intégrés au sein d’un urbanisme de plan orthogonal, constitué d’axes de circulation et d’îlots (fig. 4).

14Les nouvelles données recueillies permettent par ailleurs d’apprécier la variété et l’originalité des techniques de construction et des matériaux employés dans les différents ensembles architecturaux. Les habitants de Kouass ont eu recours à la terre, généralement sous la forme de briques crues, aux galets de rivière, mais également à la pierre de taille d’origine marine, et ils ont su mettre en œuvre le substrat marneux naturel, soit comme préparation de sol, soit pour combler les irrégularités du relief naturel, techniques qui n’avaient pas été mises en évidence jusque-là.

15L’établissement a connu une activité commerciale particulièrement intense au cours des ve et ive siècles avant J.-C., période qui semble ainsi correspondre à son apogée, phénomène déjà perceptible à travers l’étude du mobilier des fouilles anciennes (Kbiri Alaoui 2007 : 220-223). Une destruction partielle liée à un incendie semble avoir affecté le quartier sud-ouest de la butte (secteur 1, espaces 19 et 23) au plus tard à la fin du ive siècle avant J.-C. L’importance de cet événement est révélée par l’abandon d’objets précieux, illustré par la découverte exceptionnelle, dans un niveau d’occupation domestique, d’une parure de bijoux de tradition phénico-punique (fig. 5). Elle se compose d’un médaillon en argent incrusté d’éléments en or et de sa maille en argent, d’éléments de bracelet ou de collier en argent, d’un tube en argent ciselé, d’une boucle d’oreille en or et de pendentifs en or et en argent. S’y ajoutent une bague en verre, plus de 500 perles en argent, en corail, en cornaline ou en pâte de verre, et un scarabée en stéatite portant au revers un décor finement incisé (Bridoux et al. sous presse).

Fig. 5

Fig. 5

Éléments de la parure de bijoux : bague en verre, scarabée en stéatite, pendentifs en argent et en or. Cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2010

Kouass, le «  Cercle du Détroit » et le reste du bassin méditerranéen

16Les fouilles ont d’ores et déjà livré une grande quantité de mobilier céramique et amphorique qui témoigne de l’ouverture et de l’activité économique de l’établissement durant toute sa période d’occupation. Parmi ce mobilier, des formes complètes permettent d’enrichir le répertoire des productions locales ou régionales dites du «  Cercle du Détroit ». Si aucun four de potiers n’a pu être exhumé pour le moment, la fabrication sur le site tend à être confirmée par la découverte de quelques ratés de cuisson, ou encore par des amoncellements de couches de cendres et d’argiles rubéfiées. Ces productions, qui furent parfois diffusées jusqu’en Méditerranée orientale, sont largement prédominantes dans les strates archéologiques de Kouass, et plus généralement celles du Maroc préromain, tout au long des ve-ier siècles avant J.-C. Cependant, demeurées méconnues, elles doivent faire l’objet de typologies précises reposant sur des repères chronologiques fiables afin de mieux déterminer leur évolution. Les importations du monde méditerranéen qui leur sont systématiquement associées dans les niveaux d’occupation de Kouass fournissent les éléments indispensables à cette étude. Pour caractériser ces productions, cerner leur diffusion et leurs lieux de fabrication, des analyses archéométriques seront prochainement effectuées dans le cadre du programme Anr portant sur le détroit de Gibraltar.

17Certaines importations recueillies à Kouass, jusqu’alors inconnues sur le territoire maurétanien et attribuables aux ve-ive siècles avant J.-C., proviennent du monde attique, du Levant ibérique, d’Ibiza, de Carthage, de Sardaigne, de Calabre ou de Sicile méridionale, puis principalement d’Espagne et d’Italie au iie-ier siècle avant J.-C. Leur présence et la découverte de l’ensemble monumental, de la parure de bijoux, mais aussi d’un élément de corniche à gorge égyptienne caractéristique des édifices religieux ou funéraires du monde punique, incitent désormais à mettre en évidence l’existence d’une agglomération préromaine pleinement intégrée dans les circuits d’échanges économiques et culturels de Méditerranée.

La mission archéologique de Kouass est co-dirigée par V. Bridoux (chercheur associé à l’Umr 8546, Cnrs-Ens Paris Ulm) et M. Kbiri Alaoui (enseignant-chercheur à l’Insap de Rabat).

Elle comprend des chercheurs-archéologues (S. Biagi, chercheur associé à l’Umr 8585 — N. Brahmi, chercheur associé à l’Umr 8546 — H. Dridi, professeur à l’Université de Neuchâtel — B. Faddadi, professeur à l’Université Hassan II de Casablanca — H. Hassini, conservateur du site archéologique de Lixus — A. Ichkhakh, conservateur principal à la délégation du ministère de la Culture à Essaouira — E. Lenoir, chargée de recherche à l’Umr 8546 — T. Jullien, enseignant à Tanger — H. Naji, conservateur à la Direction du patrimoine culturel de Rabat), une architecte-topographe (N. André, chercheur associé à l’Umr 8546), des dessinateurs (U. Colalelli, Efr — M. Alilou, Conservation de Volubilis), des doctorants en histoire et en archéologie (S. Garat, Université de Bordeaux — A. Gailliot et E. Lovergne, Université de Paris-I - Panthéon-Sorbonne — A. Pichot, Université de Lausanne), une étudiante en master d’archéologie (L. Rod, Université de Neuchâtel), des étudiants de l’Insap (S. Er-Rahoui, A. Helouani).

La conduite de la prospection géophysique a été assurée par A. Kermorvant (Laboratoire d’archéométrie de l’Université de Tours) et par C. Brinon (doctorante, département de géophysique appliquée de l’Umr Sisyphe 7619, Université Pierre et Marie Curie - Paris-VI) assistée de V. Thiebaut (doctorant en sciences de l’univers, environnement, écologie, Université Pierre et Marie Curie - Paris-VI). L’analyse géomorphologique de la zone est menée par M. Chaibi, A. Charif, M. Ridaoui et M. Ougougdal (département des sciences naturelles et géographie de l’université de Safi).

18Ainsi, les premiers résultats de ces recherches ont considérablement enrichi la documentation scientifique et le dossier d’inscription du site comme monument historique sur la liste du Patrimoine marocain, en mettant en évidence l’existence d’un établissement d’importance dont l’étude contribue à renouveler la connaissance de la Maurétanie préromaine, en apportant de plus amples informations sur l’architecture et l’urbanisme de cette époque, sur sa participation au «  Cercle du Détroit », mais aussi en remettant en cause une interprétation traditionnelle qui consiste à penser que cette région nord-africaine est restée à l’écart des échanges méditerranéens jusqu’au iie siècle avant J.-C.

Haut de page

Bibliographie

Bridoux, V. & M. Kbiri Alaoui. Sous presse. «  L’aqueduc de Kouass et l’évolution de la plaine de l’oued Tahadart », in : Les ressources en eau des cités et de leurs territoires en Maurétanie tingitane, Actes de la table-ronde internationale (Rabat, février 2009).

Bridoux, V., M. Kbiri Alaoui & A. Kermorvant. 2009. «  Activités archéologiques de l’École française de Rome, Année 2008, Kouass (Asilah, Maroc) », Mélanges de l’École française de Rome, 121/1 : 340-350.

Bridoux, V., M. Kbiri Alaoui et al. 2010. «  Activités archéologiques de l’École française de Rome, Année 2009, Kouass (Asilah, Maroc) », Mélanges de l’École française de Rome, 122/1 : 289-301.

Bridoux, V., M. Kbiri Alaoui et al. Sous presse. «  Activités archéologiques de l’École française de Rome, Année 2010, Kouass (Asilah, Maroc) », Mélanges de l’École française de Rome, 123/1.

Bridoux, V., M. Kbiri Alaoui, S. Biagi, H. Dridi & A. Ichkhakh. Sous presse. «  Recherches maroco-françaises à Kouass : apports chrono-stratigraphiques », in : De Rome à la Maurétanie tingitane, hommages à la mémoire de Maurice Lenoir. Table ronde internationale (Rabat, novembre 2010).

Kbiri Alaoui, M. 2007. Revisando Kuass (Asilah, Marruecos). Talleres cerámicos en un enclave fenicio, púnico y mauritano. Valence, Université de Valence (Saguntum-Extra 7), 249 p.

Müller, C. (éd.). 1855. Geographi Graeci Minores, vol. I. Paris, Firmin-Didot.

Niveau de Villedary y Mariñas, A. M. 2003. Las cerámicas gaditanas «  tipo Kuass », bases para el analisis de la bahía de Cádiz en época púnica. Madrid, Real Academia de la Historia (Biblioteca archaeologica hispana, 21).

Ponsich, M. 1967. «  Kouass, port antique et carrefour des voies de la Tingitane », Bulletin d’archéologie marocaine, 7 : 369-405.

— 1968a. «  Nouvel aspect de l’industrie préromaine en Tingitane », Bulletin archéologique du Cths, n. s. 4 : 225-235.

 1968b. «  Alfarerias de epoca fenicia y púnico-mauritana en Kuass (Arcila, Marruecos) », Papeles del laboratorio de arqueologia de Valencia, 4 : 3-25.

— 1969a. «  Les céramiques d’imitation : la campanienne de Kouass, région d’Arcila, Maroc », Archivo Español de Arqueología, 42 : 56-80.

— 1969b. «  Fours de potiers puniques en Maurétanie tingitane », in : X Congreso nacional de arqueología (Mahón, 1967), Saragosse, Congresos Arqueológicos Nacionales, Secretaría General : 270-279.

— 1969-1970. «  Note préliminaire sur l’industrie de la céramique pré-romaine en Tingitane (Kouass, région d’Arcila) », Karthago, 15 : 77-97.

Haut de page

Notes

1 Les résultats présentés ici sont le fruit de la collaboration des membres de la mission archéologique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Situation du site de Kouass
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 2
Légende Plan général du site
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 3
Légende Plan général de la zone de la butte (zone 1)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1474/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 4
Légende Vue de la partie sud du secteur 1 en cours de fouille (vers le nord). Au premier plan, l’espace 23, lieu de découverte de la parure de bijoux. Au second plan à droite, l’espace 19, perturbé par deux fosses médiévales (au second plan à droite). Cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2010
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1474/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 5
Légende Éléments de la parure de bijoux : bague en verre, scarabée en stéatite, pendentifs en argent et en or. Cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2010
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1474/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Bridoux, Mohamed Kbiri Alaoui, Solange Biagi, Hédi Dridi et Abdelfattah Ichkhakh, « La mission archéologique franco-marocaine de Kouass au Maroc », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 44-48.

Référence électronique

Virginie Bridoux, Mohamed Kbiri Alaoui, Solange Biagi, Hédi Dridi et Abdelfattah Ichkhakh, « La mission archéologique franco-marocaine de Kouass au Maroc », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1474 ; DOI : 10.4000/nda.1474

Haut de page

Auteurs

Virginie Bridoux

Chercheur associé à Archéologies d’Orient et d’Occident et textes anciens (Umr 8546), Cnrs-Ens Ulm, Paris

Mohamed Kbiri Alaoui

Enseignant-chercheur à l’Institut national des sciences du patrimoine (Insap) de Rabat

Articles du même auteur

Solange Biagi

Chercheur associé à l’Umr 8585 «  Recherches sur les mondes hellénistique et romain », Cnrs-Centre Gustave Glotz  ; chargée de cours à l’Université de Lyon-3

Hédi Dridi

Professeur à l’Université de Neuchâtel

Articles du même auteur

Abdelfattah Ichkhakh

Conservateur principal à la délégation du ministère de la Culture à Essaouira

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org