Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Mission archéologique de Carthage-Byrsa

Jean-Paul Morel
p. 39-43

Résumé

En 1972, à la demande des autorités tunisiennes préoccupées par l’urbanisation croissante, au détriment des vestiges archéologiques, de la banlieue résidentielle de Tunis qu’était devenue Carthage, l’Unesco, alors dirigé par le Français René Maheu, lança une campagne internationale pour la sauvegarde et la mise en valeur de ce site, qu’allait couronner en 1979 son inscription sur la liste du patrimoine mondial. Une dizaine de nations répondirent à cet appel. En France, l’Académie des inscriptions et belles-lettres s’impliqua dans la création d’une mission archéologique de Carthage-Byrsa, dont la direction fut confiée à Serge Lancel, professeur à l’Université de Grenoble. Cette mission commença à opérer sur le terrain en 1974, sous l’égide de l’Institut national d’archéologie et d’art de Tunis, dirigé alors par M. Azedine Beschaouch et devenu depuis Institut national du patrimoine. Son domaine d’action allait être la colline de Byrsa, la principale éminence du site, couronnée par l’ancienne cathédrale Saint-Louis. Depuis la fin du xixe siècle y avaient opéré des archéologues français, tels que les pères blancs Alfred-Louis Delattre, Gabriel-Guillaume Lapeyre et Jean Ferron, ou encore Charles Saumagne et Gilbert Picard.

Haut de page

Texte intégral

1En 1972, à la demande des autorités tunisiennes préoccupées par l’urbanisation croissante, au détriment des vestiges archéologiques, de la banlieue résidentielle de Tunis qu’était devenue Carthage, l’Unesco, alors dirigé par le Français René Maheu, lança une campagne internationale pour la sauvegarde et la mise en valeur de ce site, qu’allait couronner en 1979 son inscription sur la liste du patrimoine mondial. Une dizaine de nations répondirent à cet appel. En France, l’Académie des inscriptions et belles-lettres s’impliqua dans la création d’une mission archéologique de Carthage-Byrsa, dont la direction fut confiée à Serge Lancel, professeur à l’Université de Grenoble. Cette mission commença à opérer sur le terrain en 1974, sous l’égide de l’Institut national d’archéologie et d’art de Tunis, dirigé alors par M. Azedine Beschaouch et devenu depuis Institut national du patrimoine. Son domaine d’action allait être la colline de Byrsa, la principale éminence du site, couronnée par l’ancienne cathédrale Saint-Louis. Depuis la fin du xixe siècle y avaient opéré des archéologues français, tels que les pères blancs Alfred-Louis Delattre, Gabriel-Guillaume Lapeyre et Jean Ferron, ou encore Charles Saumagne et Gilbert Picard.

2Une équipe « punique », dirigée par Serge Lancel assisté de Jean-Paul Thuillier, consacra ses recherches à une zone localisée vers l’angle sud-est du sommet de la colline, où les fouilles antérieures avaient repéré les vestiges d’un habitat punique et qui reçut le nom de « secteur A », tandis qu’immédiatement plus à l’ouest (« secteur B ») travaillèrent Jean-Michel Carrié et Nicole Sanviti, auxquels succéda en 1978 Jean-Paul Morel (Lancel dir. 1979 et 1982 ; Lancel 1983 ; Lancel & Morel 992 ; Morel 1991 et 1999 ; Morel dir. à paraître).Conjointement, une autre équipe, dirigée par Pierre Gros assisté de Jean Deneauve, Marie-France Giacobbi et Françoise Villedieu, étudia, à la fin des années 1970, les vestiges romains du sommet de la colline et de son versant méridional (Gros dir. 1985 ; Gros 1992). Jean-Paul Morel allait prendre en 1983, avec des moyens désormais plus modestes, la direction de la mission, laquelle opère encore à Carthage, essentiellement sur les vestiges puniques. Des architectes de statuts divers (Gérard Robine, François Rémion, Jean-Marie Gassend, Chrystelle March, Gilbert Hallier, Guilhem Chapelin) et le dessinateur Philippe de Carbonnières ont à différentes époques participé à l’activité de la mission, aux travaux de laquelle ont été associés des étudiants tunisiens et français, tandis que bon nombre de doctorants tunisiens ont pu tenir compte dans leurs thèses des trouvailles de Byrsa.

3L’ensemble de ces travaux s’est effectué et s’effectue en étroite liaison avec les responsables tunisiens de l’Institut national du patrimoine – et particulièrement de la Conservation du site et du musée de Carthage et de ses responsables successifs, MM. Abdelmajid Ennabli, Fethi Chelbi et Fathi Bejaoui –, et a bénéficié des aides en locaux, en matériel et en personnels ouvriers et techniques que leur apportent ces institutions. L’ambassade de France en Tunisie nous a toujours été proche, tandis que le ministère français des Affaires étrangères et européennes et sa Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger ont par leurs subventions accordé à ces recherches un soutien sans faille. À Aix-en-Provence nous étions assurés du concours du Centre Camille-Jullian (Cnrs-Université de Provence) et de l’Institut de recherche sur l’architecture antique (Cnrs).

De la nécropole punique à la destruction de Carthage (viie-iie siècle avant J.-C.)

4La colline de Byrsa (fig. 1), point culminant du site de Carthage (cote actuelle 56 m environ), constituait dans l’Antiquité phénico-punique comme une acropole dominant la ville établie à l’origine dans une étroite plaine côtière, mais qui progressivement conquit les pentes de cette hauteur. Après la prise et la destruction de la ville par l’armée romaine de Scipion Émilien en 146 avant notre ère, le site fut abandonné par ordre du Sénat romain, avant que Carthage ne fût refondée par Octave (bientôt Auguste) un siècle plus tard, en 29 avant notre ère, sous le nom de Colonia Iulia Concordia Karthago, à la suite d’un projet conçu par César peu avant sa mort en 44, et ne devînt une des principales cités de l’Empire romain. Byrsa porte des vestiges importants de cette longue période romaine, et des traces plus modestes des brefs épisodes vandale et byzantin comme de la domination arabe qui s’instaura à partir du viie siècle de notre ère.

Fig. 1

Fig. 1

Plan schématique du sommet de la colline de Byrsa et du haut de son versant sud A et B : les secteurs A et B ; 1 : ancienne cathédrale (emplacement probable du capitole) ; 2 : musée ; 3 et 4 : grande basilique romaine ; 6 : bibliothèque ; 7 : citerne ; 8 : temple périptère d’époque julio-claudienne ; 10 : temple d’époque antonine ; 14 : grand soutènement de la plate-forme romaine

(Dessin G. Robine, J.-M. Gassend, G. Chapelin)

5Les secteurs A et B de Byrsa se caractérisent par une séquence stratigraphique globale qui, reflétant deux millénaires d’existence de Carthage, comporte à partir du terrain vierge :

  • – une nécropole punique des viie et vie siècles avant notre ère,

  • – des vestiges d’ateliers métallurgiques des ive-iiie siècles,

  • – un habitat punique de la première moitié du iie siècle,

  • – des vestiges des époques suivantes, de la romaine à l’arabe médiévale, jusqu’au xiie siècle au moins.

6Seul manque à cette succession de niveaux le premier siècle de la ville phénicienne, qui dans les quartiers bas de Carthage, près du littoral, est représenté par des vestiges s’échelonnant de la première moitié du viiie siècle au début du viie siècle.

Inhumations et offrandes funéraires (viie-vie siècles avant J.-C.)

7La nécropole de Byrsa est datable, dans les secteurs A et B, entre la première moitié du viie siècle et le milieu du vie siècle, et s’est déplacée progressivement d’est en ouest à mesure que ce versant de la colline se remplissait de sépultures. Il s’agit très majoritairement de tombes à inhumation de types divers (fosses avec ou sans cercueil en bois, caissons en dalles de pierres, tombes bâties en blocs équarris, sarcophages, tombes à chambre construites ou leurs équivalents sommaires creusés horizontalement en pleine terre au fond d’un puits). S’y ajoutent de rares tombes à incinération en amphores ou à même le sol. Les offrandes funéraires, très variées, offrent une riche typologie de céramiques locales et d’objets phénico-puniques et égyptiens ou égyptisants (bijoux et amulettes de toutes sortes, notamment, mais aussi ivoires sculptés, coquillages contenant du fard, dés à jouer, etc., voire vestiges de rites ou de coutumes autochtones comme des silex préhistoriques réutilisés ou l’usage du « rouge funéraire »), accompagnés çà et là de quelques vases grecs ou étrusques.

Ateliers métallurgiques (ive-iiie siècles avant J.-C.)

8Dans le secteur A se sont établis au-dessus des tombes des ateliers métallurgiques consacrés essentiellement à la réduction du minerai de fer et dont témoignent des bas fourneaux, des amphores plantées en terre (réserves d’eau, poubelles) et des couches de cendres et de charbons, tandis que la métallurgie du cuivre ou de ses alliages et du plomb est très faiblement attestée. Dans le secteur B, cette activité n’est signalée que par des couches épaisses d’épandage de débris d’ateliers (cendres et charbons encore, tuyères hors d’usage, fragments de fourneaux). C’est au cours des ive et iiie siècles que se sont développées ces activités, avant-garde artisanale et périphérique de la ville elle-même qui commençait à gravir les versants de Byrsa.

L’habitat collectif du « Quartier Hannibal »

9Au cours de la première moitié du iie siècle, cette progression de l’habitat s’est accentuée et a gagné les secteurs A et B, sous deux aspects très différents. Le secteur A, dit « Quartier Hannibal », est occupé par les vestiges d’un habitat « collectif » dense établi directement sur les restes des ateliers métallurgiques ; il présente un grand intérêt avec ses îlots quadrangulaires, dont trois mesurent 31 x 15,65 m, soit 60 coudées puniques sur 30, selon une numération à base sexagésimale coutumière chez les peuples orientaux, les deux autres étant plus petits, en raison des servitudes imposées par la pente du terrain. Ces îlots sont répartis au long de trois rues non dallées perpendiculaires entre elles et jalonnées d’escaliers. Chacun d’eux est divisé en habitations fondamentalement semblables (quoique différentes dans les détails), d’une superficie de quelque 75 m2, centrées sur une cour surmontant une citerne et composées de pièces petites ou minuscules (fig. 2). Leur architecture mêle de gros blocs équarris souvent précurseurs de l’opus africanum des Romains, des moellons, des briques crues et du pisé. Divers indices laissent supposer des étages, sans qu’on puisse penser qu’il s’agissait des maisons de six étages qu’Appien (Histoire romaine, livre VIII, 610) signale sur les pentes de Byrsa. Des boutiques accompagnent ces maisons, tel un local renfermant une meule à grain perfectionnée de type « pompéien ».

Fig. 2

Fig. 2

Vue partielle du « Quartier Hannibal » (secteur A) montrant notamment l’une des habitations. À droite, couloir conduisant de la rue (au premier plan) à la cour centrale où s’aperçoit la margelle de la citerne

(Photo J.-P. Morel)

Les demeures résidentielles du quartier B

10À quelques mètres de là, le secteur B présente une physionomie très différente, même si elle est difficile à discerner en raison des destructions particulièrement importantes que lui ont infligées les troupes romaines. Il s’agit de demeures plus vastes (la mieux conservée a une superficie de quelque 150 m2), quoique construites également en matériaux disparates. Elles ont utilisé, ou plus probablement réutilisé, quantité d’éléments d’une architecture monumentale qui jonchent le sol autour d’elles. Il s’agit de blocs de grès dont beaucoup sont sommairement stuqués ; ils n’ont reçu en fait qu’un enduit préparatoire destiné à accueillir une couche de stuc fin qui n’a jamais été posée mais sont toutefois de belle apparence (fig. 3) : colonnes, semi-colonnes et pilastres cannelés, corniches égyptiennes ou à bec de corbin, « plaquettes » de types divers, et toute une variété de blocs parfois fort élaborés destinés en particulier à recevoir des charpentes complexes, qui constituent un ensemble unique à ce jour dans l’archéologie punique. Deux au moins de ces demeures ont été endommagées voire détruites, avant même l’assaut romain, dans des circonstances obscures à propos desquelles on peut invoquer le terrain instable, les ravinements redoutables que provoquent les pluies dans cette zone escarpée, et les tombes sous-jacentes qui ont fragilisé les fondations du iie siècle. S’est ensuivie une reconstruction hâtive et négligée, qui a notamment conduit au remplacement des citernes souterraines du premier état par des citernes partiellement ou totalement surélevées hors sol, parfaitement insolites dans le monde punique. Les blocs « stuqués » de grande architecture ont connu alors un (deuxième ?) remploi.

Fig. 3

Fig. 3

Chute de blocs stuqués dans le secteur B

(Photo J.-P. Morel)

11Les vestiges romains des secteurs A et B (grand mur de soutènement de la colline, fondations diverses de murs ou de colonnades, remblai considérable) s’inscrivent, quoique avec quelques variantes, dans la physionomie d’ensemble de la colline à l’époque romaine qu’on détaillera ci-après. Les périodes vandale et byzantine sont faiblement attestées, notamment par un dépôt de céramiques. Enfin la période arabe a laissé là des structures uniquement souterraines, citernes et bassins, qui n’ont pas affecté les vestiges puniques.

La vie matérielle et spirituelle à Carthage jusqu’à l’époque hellénistique

12Indépendamment des offrandes funéraires déjà évoquées, le matériel archéologique recueilli par l’équipe punique dans les ateliers métallurgiques et dans les habitations est considérable. Il jette des lueurs souvent nouvelles sur la vie matérielle et spirituelle de la Carthage hellénistique. De surcroît le remblai romain qui recouvre les vestiges puniques (voir ci-dessous), et dont notre mission a dû dégager un cubage énorme, renferme presque exclusivement des vestiges puniques, majoritairement hellénistiques ou, dans une moindre mesure, archaïques ou classiques. Très fragmentaires – soit que ces objets aient été écrasés sous l’écroulement des bâtiments puniques, soit qu’ils aient en outre été concassés lors de l’apport et du compactage du remblai –, ils n’en sont pas moins instructifs quant à la vie quotidienne des Carthaginois, aux productions locales et aux importations de la mégapole très ouverte au reste de la Méditerranée qu’était Carthage. C’est ainsi qu’en ce qui concerne le matériel d’origine locale nous avons beaucoup appris sur les monnaies, l’orfèvrerie, la quincaillerie en fer ou en alliages de cuivre, les vases et autres objets en plomb, les pierres semi-précieuses, le corail, les œufs d’autruche, l’ivoire ou l’os, leurs usages et leur traitement artisanal, les meules et leur évolution dans laquelle les Carthaginois ont souvent été des précurseurs reconnus par les Romains, les pesons de toute sorte, les réchauds, et bien entendu surtout les objets en terre cuite, amphores commerciales, vases communs de table ou de cuisine, vases décorés, vases à parfums ou à onguents, lampes, empreintes, figurines… Quant aux importations, elles sont remarquables par leur nombre, leur variété, la diversité de leurs provenances, qui répondent à ce que l’on peut attendre d’une telle puissance maritime et commerciale. L’Égypte préhellénistique vend ses amulettes. La Grèce propre et ses colonies d’Occident fournit vin, huile, céramiques fines. L’Italie républicaine, qui se taille la part du lion, exporte du vin et, en quantité considérable et peut-on dire inattendue, de la vaisselle de semi-luxe (notamment campanienne A de Naples romanisée) qui inondait Carthage entre la deuxième et la troisième guerre punique, alors que les relations politiques entre les deux cités étaient exécrables. L’Espagne envoie ses céramiques ibériques du Levante et leur contenu d’anchois ou de miel, peut-être, ainsi que l’ampuritaine à pâte grise de Catalogne. Cela pour s’en tenir aux grandes lignes, où l’on constate cependant une absence surprenante, celle d’Alexandrie. Tant d’importations ne pouvaient que susciter, chez un peuple ouvert avec avidité et curiosité à ce qui venait de l’extérieur, quantité d’imitations et d’hybridations dans ses productions propres, comme on le voit en particulier pour les amphores commerciales, la vaisselle, les lampes.

13Dans un autre domaine, celui de la construction, nombre d’éléments recueillis eux aussi dans un état fragmentaire nous éclairent sur la façon dont étaient équipés et parés des édifices d’époque hellénistique dont la fouille n’a le plus souvent révélé que l’ossature. Il en est ainsi pour les seuils, les charnières, la tuyauterie, les margelles de citerne et les bondes d’écoulement, les stucs, les enduits peints, les sols en mosaïque rudimentaire ou en « terrazzo » de céramique concassée et de fragments de calcaire, les plafonds en mortier épandu sur des roseaux ligaturés. Ainsi se précise à nos yeux cette vie quotidienne des Carthaginois dont l’ignorance ferait de l’archéologie punique une archéologie lacunaire.

De la reconstruction augustéenne à l’époque des Antonins

14De son côté l’équipe romaine disposait d’un vaste champ d’action occupant la plus grande partie du quart sud-oriental de la colline ainsi que le sommet actuel de celle-ci, pour une superficie de plus de trois hectares. La reconstruction augustéenne de Carthage a en effet transformé la colline primitive en une immense plate-forme, en ceignant sa partie supérieure d’un haut et puissant mur de soutènement, conforté par une file ininterrompue d’absides ou de niches, derrière lequel a été accumulé un remblai dont l’épaisseur, dans les parties basses, atteint presque une dizaine de mètres, tandis que le sommet de la colline était arasé. Sur l’espace plan ainsi obtenu, dans lequel des fondations ont été enfoncées souvent jusqu’aux vestiges puniques, a été aménagé moyennant des travaux de longue haleine le « forum de la haute ville ». Sur trois vastes terrasses dallées s’échelonnant du nord au sud, on y identifie places, portiques, temples, bibliothèque (ou dépôt d’archives), citernes, et une gigantesque basilique judiciaire, la troisième en grandeur de l’Empire romain après l’Ulpienne et la Julienne de Rome, le tout réalisé pour l’essentiel entre l’époque des Julio-Claudiens et celle des Antonins (fig. 1). Des éléments épars d’ordres architecturaux et de sculptures donnent une idée des élévations et de la décoration de l’ensemble, moyennant une analyse d’autant plus ardue que les vestiges conservés ne dépassent que rarement le niveau du sol.

Conservation et mise en valeur des vestiges, diffusion des connaissances

15Il n’est guère d’archéologie qui vaille si l’on n’en présente pas, si l’on n’en explique pas les résultats à un public aussi vaste que possible. Cela passe par la conservation et la mise en valeur des vestiges sur le terrain, par les publications, par la muséographie. La mission française de Carthage-Byrsa s’est efforcée de répondre à ces exigences. Les bâtiments du secteur A sont ainsi présentés, sous le nom de « Quartier Hannibal », d’une façon qui laisse parfaitement percevoir la singularité de ce quartier strictement tracé, de ses îlots régulièrement divisés, de ses demeures à la fois exiguës et dignes. Il ne pouvait en être de même pour le secteur B, très fragilisé pour des raisons exposées ci-dessus et où l’on a dû se limiter à renforcer ce qui pouvait l’être et à édifier un robuste mur de soutènement. Lors de la construction de ce mur a été découverte la fondation d’un mur semblable élevé exactement au même emplacement par les Carthaginois du iie siècle avant notre ère, tant les mêmes conditions de terrain exigeaient les mêmes mesures à plus de deux millénaires d’intervalle.

La Galerie de Byrsa au Musée national de Carthage

16Des publications, il est question ci-dessous. Quant à la présentation muséale, grâce à la mise à la disposition de la mission, par la Conservation du site et du musée de Carthage dirigée par Abdelmajid Ennabli, d’un étage entier de l’aile nord du Musée national, a pu être créée la « Galerie de Byrsa » de ce musée, qui rend compte des résultats d’un siècle d’archéologie française sur la colline. Le gros œuvre de cet espace a été assumé par la Conservation et son architecture conçue et réalisée par François Rémion, tandis que la muséographie a bénéficié de la collaboration de Myriame Morel-Deledalle, conservateur du Musée d’histoire de Marseille. Cette galerie a été inaugurée en 1996 par le ministre tunisien de la Culture et par l’ambassadeur de France. La partie punique (fig. 4) présente, dans l’équivalent de sept salles sur presque 300 m2, l’histoire des fouilles, la planimétrie et l’architecture des édifices, la stratigraphie, les importations, les productions locales, l’économie, la vie quotidienne, les parures, les rites funéraires, la religion, les destructions de l’année 146, au moyen d’une maquette, de reconstitutions, d’un diaporama, d’images, de commentaires et surtout d’objets. La partie romaine expose statues, reliefs, moulages, céramiques, autour d’une maquette détaillée du Forum de la haute ville, pour suggérer ce que fut la Byrsa impériale. Deux fresques de Jean-Marie Gassend évoquent la Carthage hellénistique et les débuts de la Carthage romaine.

Fig. 4

Fig. 4

La Galerie de Byrsa au Musée national de Carthage, salles puniques

(Photo J.-P. Morel)

17Tout récemment, le 15 octobre 2010, a été inaugurée au Musée national de Carthage l’exposition « Le jeune homme de Byrsa à Carthage », consacrée, à l’initiative de notre collègue tunisienne Mme Leïla Ladjimi Sebaï, directrice de recherche à l’Institut national du patrimoine, à une tombe à chambre fouillée naguère par la mission française à l’invitation de M. Ennabli (Ladjimi Sebaï dir. 2010).

18Outre l’évocation de la tombe elle-même et son mobilier restauré pour l’occasion, la pièce maîtresse en était la restitution, par le moyen de la dermoplastie (atelier Élisabeth Daynès, Paris), de la physionomie du jeune Carthaginois d’une vingtaine d’années inhumé dans cette sépulture et dont le squelette était parfaitement conservé. Cette exposition, nous a-t-on dit, connaît un « immense succès », jamais vu, auprès du public tunisien. On ne saurait mieux symboliser, nous semble-t-il, les liens qui unissent nos deux pays, notamment quant aux choses de la science et de l’esprit, et cette coopération confiante dans le domaine de l’archéologie dont la mission archéologique de Carthage-Byrsa a toujours éprouvé les bienfaits.

Haut de page

Bibliographie

Gros, P. 1992. « Colline de Byrsa : les vestiges romains », in : A. Ennabli (dir.), Pour sauver Carthage. Exploration et conservation de la cité punique, romaine et byzantine. Paris-Tunis, Unesco/Inaa : 99-103.

Gros, P. (dir.). 1985. Byrsa III. Mission archéologique française à Carthage, Rapport sur les campagnes de fouilles de 1977 à 1980 : la basilique orientale et ses abords. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 41/3), vi-220 p.

Ladjimi Sebaï, L. (dir.). 2010. Le jeune homme de Byrsa à Carthage : exposition au Musée national de Carthage, octobre 2010-mars 2011. Tunis, Agence de mise en valeur du patrimoine et de promotion culturelle.

Lancel, S. 1983. Introduction à la connaissance de Carthage, 1. La colline de Byrsa à l’époque punique. Paris, Éditions Recherche sur les civilisations, 58 p.

Lancel, S. (dir.) et al. 1979. Byrsa I. Mission archéologique française à Carthage. Rapports préliminaires des fouilles (1974-1976). Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 41/1), 351 p., 6 dépl.

Lancel, S. (dir.). 1982. Byrsa II. Mission archéologique française à Carthage. Rapports préliminaires sur les fouilles 1977-1978 : niveaux et vestiges puniques. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 41/2), 417 p., 9 dépl.

Lancel, S. & J.-P. Morel. 1992. « La colline de Byrsa : les vestiges puniques », in : A. Ennabli (dir.), Pour sauver Carthage. Exploration et conservation de la cité punique, romaine et byzantine. Paris-Tunis, Unesco/Inaa : 43-68.

Morel, J.-P. 1991. « Bref bilan de huit années de fouilles dans le secteur B de la colline de Byrsa à Carthage », Centre d’études et de documentation archéologique de la conservation de Carthage, Bulletin, 12, juin : 30-40.

— 1999. Vie et mort dans la Carthage punique d’après les fouilles de Byrsa (viie-iie siècles avant J.-C.) : guide des salles puniques de la Galerie de Byrsa au Musée de Carthage. Tunis, Agence de mise en valeur du patrimoine et de promotion culturelle (réimpr. 2000).

Morel, J.-P. (dir.). À paraître. Byrsa IV. Mission archéologique française à Carthage. Rapports sur les fouilles de 1983-1994 et sur les travaux ultérieurs dans le secteur B. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 41/4).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan schématique du sommet de la colline de Byrsa et du haut de son versant sud A et B : les secteurs A et B ; 1 : ancienne cathédrale (emplacement probable du capitole) ; 2 : musée ; 3 et 4 : grande basilique romaine ; 6 : bibliothèque ; 7 : citerne ; 8 : temple périptère d’époque julio-claudienne ; 10 : temple d’époque antonine ; 14 : grand soutènement de la plate-forme romaine
Crédits (Dessin G. Robine, J.-M. Gassend, G. Chapelin)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 2
Légende Vue partielle du « Quartier Hannibal » (secteur A) montrant notamment l’une des habitations. À droite, couloir conduisant de la rue (au premier plan) à la cour centrale où s’aperçoit la margelle de la citerne
Crédits (Photo J.-P. Morel)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1472/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 3
Légende Chute de blocs stuqués dans le secteur B
Crédits (Photo J.-P. Morel)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1472/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 4
Légende La Galerie de Byrsa au Musée national de Carthage, salles puniques
Crédits (Photo J.-P. Morel)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1472/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Morel, « Mission archéologique de Carthage-Byrsa », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 39-43.

Référence électronique

Jean-Paul Morel, « Mission archéologique de Carthage-Byrsa », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/1472 ; DOI : 10.4000/nda.1472

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Morel

Professeur émérite à l'Université de Provence, Centre Camille-Jullian. Archéologie méditerranéenne et africaine (Umr 6573), Cnrs-Université de Provence, Aix-en-Provence
jean-paul.morel3@libertysurf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org