Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Surt : histoire et archéologie d’une ville médiévale libyenne

Jean-Michel Mouton et Philippe Racinet
p. 34-38

Résumé

Depuis 2007, la mission archéologique française en Libye (Maf), en coopération avec le département des antiquités de Tripoli et le bureau de Sultan, a ouvert un nouveau chantier sur le site médiéval de Surt, aujourd’hui connu sous le nom de Mdayna en Syrtique. Il s’agit de la première équipe française à travailler sur un site islamique en Libye. Cette mission a repris l’étude d’un site pionnier de l’archéologie libyenne dont la fouille avait débuté en 1963 à l’initiative du directeur du Département des antiquités de Libye, Abdulhamid Abdussaid, puis avait été poursuivie jusqu’au début des années 1970 par Muhammad Mostafa. De 1977 à 1981, de nouvelles campagnes ont été conduites par la mission anglaise dirigée par Géza Fehérvàri, puis de 2002 à 2004 par une mission panarabe composée d’archéologues libyen, tunisien, égyptien, yéménite et koweitien. Ces fouilles ciblées ont permis de révéler l’existence de monuments majeurs (grande mosquée, forts, portes et enceinte), sans proposer toutefois une approche globale du site. C’est pourtant cette étude générale qui semble la plus à même de donner des résultats. Si la ville, largement construite en briques crues, a littéralement fondu sur elle-même et n’offre plus aujourd’hui qu’un paysage désolé fait de bosses et de creux, elle présente l’avantage de ne jamais avoir été réoccupée depuis l’époque de son abandon, et permet ainsi d’étudier, depuis les origines jusqu’à sa disparition et sur toute sa surface d’occupation, une fondation des premiers siècles de l’Islam.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est dédié à la mémoire du professeur André Laronde qui avait compris la nécessité d’ouvrir la Mission archéologique française à la Libye islamique qu’il connaissait particulièrement bien.

Texte intégral

  • 1  Cette mission bénéficie du soutien du ministère des Affaires étrangères et européennes et de la fo (...)

1Depuis 2007, la mission archéologique française en Libye (Maf), en coopération avec le département des antiquités de Tripoli et le bureau de Sultan, a ouvert un nouveau chantier sur le site médiéval de Surt, aujourd’hui connu sous le nom de Mdayna en Syrtique (Mouton 2008 : 4-5). Il s’agit de la première équipe française à travailler sur un site islamique en Libye1. Cette mission a repris l’étude d’un site pionnier de l’archéologie libyenne dont la fouille avait débuté en 1963 à l’initiative du directeur du Département des antiquités de Libye, Abdulhamid Abdussaid, puis avait été poursuivie jusqu’au début des années 1970 par Muhammad Mostafa (Abdussaid 1966-67 : 155-160 ; Mostafa 1966-1967 : 145-154). De 1977 à 1981, de nouvelles campagnes ont été conduites par la mission anglaise dirigée par Géza Fehérvàri (Fehérvàri 2002), puis de 2002 à 2004 par une mission panarabe composée d’archéologues libyen, tunisien, égyptien, yéménite et koweitien. Ces fouilles ciblées ont permis de révéler l’existence de monuments majeurs (grande mosquée, forts, portes et enceinte), sans proposer toutefois une approche globale du site. C’est pourtant cette étude générale qui semble la plus à même de donner des résultats. Si la ville, largement construite en briques crues, a littéralement fondu sur elle-même et n’offre plus aujourd’hui qu’un paysage désolé fait de bosses et de creux, elle présente l’avantage de ne jamais avoir été réoccupée depuis l’époque de son abandon, et permet ainsi d’étudier, depuis les origines jusqu’à sa disparition et sur toute sa surface d’occupation, une fondation des premiers siècles de l’Islam.

Une fondation musulmane

2La ville médiévale de Surt est située au centre de la Libye côtière, dans la zone semi-désertique séparant la Tripolitaine de la Cyrénaïque, à 600 m de la mer. Elle est généralement considérée comme une authentique fondation musulmane remontant soit à l’époque de la conquête de la Libye par ‘Amr b. al-’Âss en 644, soit au début de l’époque abbasside (milieu du viiie siècle). Il pourrait s’agir d’une ville-camp, ou misr, destinée à abriter une garnison militaire contrôlant la région. Toutefois, elle a été édifiée à proximité d’un substrat plus ancien. Les sites antiques de Charax, d’époque punique, et d’Iscina, d’époque romaine, ont été localisés dans ce secteur par Richard G. Goodchild dans les années 1950, essentiellement à partir de la confrontation des textes et de l’analyse de photos aériennes faisant apparaître le tracé d’une ville antique à l’ouest du site médiéval (Goodchild 1964 : 99-106). La prospection de surface conduite par la Maf dans ce secteur ne montre cependant aucune structure construite ou trace significative de mobilier antique. Il convient juste de signaler sur la plage plusieurs alignements de pierres avec mortier indiquant la présence d’entrepôts maritimes qui pourraient remonter à l’Antiquité. Toutefois, sur le site même de la ville médiévale, des remplois (chapiteaux, bases de colonnes) et du mobilier (céramique sigillée, monnaies antiques) appartenant à des époques préislamiques ont été découverts. Le passage de la ville antique à la ville médiévale reste un problème que les premières campagnes de la Maf n’ont encore pu élucider. Si aucune hypothèse ne peut être proposée dans l’état actuel, rien ne peut être exclu, depuis la fondation ex nihilo de la ville-camp jusqu’à l’installation de la ville islamique sur une fondation antique.

Une position stratégique entre Maghreb et Mashreq

3L’histoire de Surt est liée à la position stratégique qu’elle occupa entre Maghreb et Mashreq dans une zone particulièrement déshéritée dont la traversée a, de tout temps, posé de sérieux problèmes aux armées, aux voyageurs et aux pèlerins. Surt et sa région apparaissent à la fois comme une frontière entre l’Orient et l’Occident musulman, une zone de transition, et aussi, cela n’est pas contradictoire, comme un pont entre ces deux régions. Cette position stratégique s’est traduite par une histoire politique mouvementée : la ville fut un enjeu permanent entre l’Égypte et l’Ifrîqiyya. Elle fut tantôt rattachée à la première, notamment au moment de la conquête ou sous les Toulounides (fin ixe siècle), tantôt à la seconde, par exemple lors de la fondation de la province d’Ifrîqiyya (fin du viie siècle), puis sous les Rustémides (ixe siècle) et les Fatimides (xe-xie siècles). Elle constitua même, à certaines époques, lorsque les empires qui la bordaient étaient en phase de repli, une entité autonome sous la domination d’un émir local ou de tribus.

Une ville d’étape

4Il faut cependant reconnaître que les périodes de plus grande prospérité de Surt correspondent aux époques où la ville servait d’étape pour relier le Maghreb au Mashreq ; celle où Surt jouait le rôle de pont évoqué précédemment entre l’Afrique du Nord et l’Égypte. C’est sans doute durant le premier siècle de la dynastie fatimide (xe siècle) que la ville connut une première phase de prospérité, comme le laissent apparaître les descriptions de géographes arabes (Ibn Hawqal 1964, 1 : 64 ; al-Bakrî 1992, 2 : 651). Elle était un lieu d’échange au croisement de routes caravanières (route transsaharienne, route du Pèlerinage, voir Thiry 1995 : carte V) reliées à un port entretenant des relations commerciales avec la Méditerranée occidentale musulmane, Sousse en Ifrîqiyya, les ports de Sicile (Mouton et al. 2010 : 60). La ville servait visiblement de débouché aux produits venant du sud du Sahara, notamment l’alun, et à la production locale tirée de l’élevage et des plantations fruitières. Dans le même temps, les produits importés semblent essentiellement être de l’huile venant d’Ifrîqiyya et des céramiques siciliennes. Cette première époque paraît se terminer au xie ou au début du xiie siècle : c’est à ce moment-là que se situe la phase d’abandon des maisons ainsi que de certains monuments comme la grande mosquée, selon les éléments chronologiques fournis par les céramiques et les monnaies des derniers niveaux d’occupation. On peut directement mettre en rapport ce phénomène de déprise urbaine avec les invasions hilaliennes signalées par les sources. Cependant, le phénomène majeur qui semble alors s’être produit est celui de l’abandon de la ville, plutôt que sa destruction, par les populations sédentaires (de souche libyque ? berbère ?) au profit de tribus arabes nomades ou semi-nomades qui « squattent » les édifices existants.

Les forts du xiiie siècle

5Cependant, ce déclin économique et cet abandon progressif de l’habitat n’entraînèrent pas la disparition de la localité comme on avait pu le croire jusque-là. Le résultat majeur des quatre premières campagnes conduites a été de montrer que la ville connaît une activité nouvelle aux alentours de 1200, liée à la construction de qasr ou forts ; l’inscription de fondation de l’un d’entre eux a été retrouvée durant la campagne 2010. Cela correspond sans doute au renforcement du rôle de Surt comme base militaire, ou qâ’ida, et peut-être même à l’émergence de la cité comme centre politique local au sein d’un espace désertique que les deux grands empires de l’est et de l’ouest, les Ayyoubides et les Almohades, avaient du mal à contrôler. Paradoxalement, l’érection de nouveaux forts ne semble pas s’accompagner d’un renouveau urbain et commercial. Les voyageurs qui traversent alors la ville constatent tout en signalant ces constructions le phénomène de déprise urbaine et l’abandon des plantations périurbaines (Thiry 1995 : 234-236). Cette seconde époque dans la vie de Surt semble avoir duré pendant environ un siècle et s’être concentrée principalement autour de ces installations militaires.

6Les deux derniers siècles du Moyen Âge et le début de l’époque moderne sont marqués, semble-t-il, par une réoccupation bédouine de ces structures qui commencent à tomber en ruines (Jean Léon l’Africain 1981, 2 : 456). La grande mosquée, la porte nord ou le fortin sud-ouest sont alors transformés en habitat bédouin avant, dans une phase ultime, de servir de lieu d’inhumation.

L’organisation urbaine

7Face à un site de cette ampleur, il a été décidé de conduire une approche globale afin d’essayer de comprendre l’organisation urbaine, au moins dans sa structuration générale. Un plan de masse a ainsi été dressé (fig. 1), reposant sur une couverture topographique, une prospection géomagnétique et une prospection terrestre systématique visant à inventorier et localiser tous les vestiges de constructions, visibles ou supposés, repérés sur le tracé de l’enceinte de la ville, à l’intérieur de celle-ci et dans ses abords immédiats. Le commentaire de cette carte dressée à l’issue de quatre premières campagnes ne peut être encore que provisoire, mais propose une première analyse d’ensemble de la ville qui sera complétée dans les années à venir, notamment par un décapage de surface à grande échelle, expérimenté en 2010 sur 2 500 m2, qui permettra de livrer le dernier état du site.

Fig. 1

Fig. 1

 Plan général interprétatif

(P. Racinet)

L’enceinte et ses portes

8Si Surt est une ville côtière qui ne semble plus aujourd’hui tournée vers la mer, elle possédait néanmoins, à l’époque médiévale, un port « à une portée de flèche » correspondant sans doute à l’anse rocheuse située au nord du site. La ville couvre une superficie de 18,5 hectares et est entourée d’une enceinte ovalaire en pierres et en briques crues dont le périmètre est d’environ 1 700 m. La longueur maximale est-ouest de la ville est de 660 m et sa largeur maximale nord-sud de 430 m. Deux portes sont parfaitement identifiées, celle du nord, en cours de fouille, et celle du nord-ouest (fig. 2). Une troisième porte dite qiblî est signalée dans les sources arabes ; son identification par la mission anglaise, au sud-ouest de la ville, reste hypothétique. Des anomalies magnétiques qui n’ont cependant pas encore été explorées et la prospection de surface pourraient permettre de localiser cette porte au sud de l’enceinte.

Fig. 2

Fig. 2

Porte nord-ouest

(cliché Y. Montmessin)

Les forts et la mosquée

9Dans la ville proprement dite, il existe au moins deux grands ensembles au sud, nommés traditionnellement « fort sud-est » et « fort sud-ouest ». Délimités et même certainement fortifiés, ils paraissent en position dominante par leur hauteur, par leur taille et par leur type de construction (emploi massif de la pierre). Le fort sud-est, qui correspondait peut-être à la résidence du gouverneur, servait visiblement aussi de casernement comme l’a révélé le dégagement par les missions libyennes de casemates contre son mur nord. Cet ensemble paraît bordé par un large fossé sur ses faces extérieures et peut-être sur sa face ouest. L’entrée principale de la structure se trouverait au centre de sa face occidentale, du côté de la ville. On notera l’aspect plus resserré du « fort sud-ouest », en cours de fouille, centré autour d’une tour maîtresse. La grande mosquée fatimide, qui se caractérise par une cour à portiques au nord de la salle de prière, forme un troisième ensemble, séparé topographiquement des deux précédents (fig. 3). En 2009, ont été identifiés deux talus arasés distants de 1,50 m et entourant la mosquée à une distance moyenne de 5 m, avec une interruption au niveau de la porte principale nord. Il pourrait s’agir d’une ziyâda entourant l’édifice religieux et le séparant de l’espace profane de la ville. Ce type de structure importée de Samarra, capitale de l’empire abbasside, trouverait ici la limite occidentale de sa diffusion.

Fig. 3

Fig. 3

Vue de la grande mosquée depuis le nord

(cliché Y. Montmessin)

Le parcellaire

10Les quartiers d’habitation et artisanaux sont plutôt concentrés dans la moitié nord de la ville, sous la forme d’une organisation urbaine où l’on devine des structurations. La ville semble, dans ce secteur, être organisée selon un réseau très hiérarchisé de rues et de ruelles avec des axes principaux partant des portes. Cette organisation urbaine, dont la trame générale est de direction nord-est/sud-ouest, mais qui a pu évoluer au fil du temps, semble également avoir adopté une structure largement géométrique avec un ensemble de rues rectilignes et perpendiculaires jusque dans la dernière phase d’occupation du site. Cette orientation ne paraît pas avoir été incitée par les trois ensembles monumentaux (la mosquée et les deux « forts »). En revanche, l’enceinte a dû jouer un rôle structurant, comme l’indique la présence presque certaine d’une ruelle la longeant sur ses flancs nord et ouest. Le quart sud-ouest de la ville apparaît comme une zone plutôt vide de constructions, le long du rempart et autour du « fort sud-ouest » en particulier. Le secteur compris entre le « fort sud-est » et la mosquée pourrait avoir une fonction particulière : on y rencontre peu d’habitations mais de nombreux puits. Répartis dans tout l’espace urbain, les puits et les citernes sont également un élément important de structuration de la ville. Mais il convient d’être prudent car, en 2009 et 2010, la fouille d’un bassin (fig. 4) associé à un puits a indiqué que ce type de structure, à ne pas confondre avec les citernes, est peut-être postérieur à l’abandon de la ville et pourrait appartenir à un système d’irrigation de zones cultivées.

Fig. 4

Fig. 4

Bassin E231, sud-ouest de la ville

(cliché Y. Montmessin)

Les enclos funéraires de la périphérie

11Les abords de la ville ont fait l’objet d’une prospection systématique rayonnante. Il convient, en premier lieu, de remarquer la fréquence des sites funéraires, même si ces derniers sont relativement dispersés et sans doute assez tardifs. Au sud-est comme au sud-ouest, des zones cémétériales sont constituées d’enclos funéraires en pierres sèches au sein desquels se dressent des pierres signalant les tombes qui pour certaines portent des signes tribaux (sîma). Assise sur le tracé ancien de la muraille, la plus remarquable est celle d’un saint local, Sîdî Dukhayl, toujours vénéré.

12Si la ville ne possédait pas de faubourgs, il convient tout de même de signaler un certain nombre d’éléments remarquables, comme par exemple, au sud-ouest, la présence de plusieurs cuvettes qui pourraient correspondre à des carrières d’extraction d’argile pour les briques crues, largement utilisées dans les constructions urbaines y compris l’enceinte. La partie nord-est est occupée par une cinquantaine de fosses circulaires de même taille. Ces dernières, identiques et entourées d’un bourrelet de terre, sont peut-être issues d’une activité artisanale ou correspondent à une ancienne plantation. L’orientation de ces structures (nord-est/sud-ouest) reprend la trame générale des ensembles urbains. Il faut noter la présence significative de tessons de céramique dans ce secteur.

13La partie nord, enfin, est dominée par une butte, interprétée comme un « fort », sur laquelle se trouvent des structures construites, peu visibles, recoupées par des tombes circulaires avec pierres dressées. À l’est, un monticule moins élevé est occupé par une tombe de saint, établie également sur une construction plus ancienne. Cet ensemble pourrait constituer un possible système de fortification périphérique servant de défense face à une attaque venant de la mer. On note une rupture d’occupation entre le rempart et ledit « fort », qui semble isolé, contrairement aux deux autres qasr sud-est et sud-ouest intégrés dans la ville et dans son réseau de fortifications.

Cette mission se compose de neuf membres :

Benoît Clavel, chargé de recherche en archéozoologie au Cnrs, archéozoologue — Aurélien Gnat, archéologue (responsable de la fouille de la porte nord) — Jean-Olivier Guilhot, conservateur général de l’archéologie (responsable de la fouille du fort sud-ouest) — Yves Montmessin, ingénieur de recherche au Cnrs — Jean-Michel Mouton, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (Ephe) — Philippe Racinet, professeur d’histoire et d’archéologie médiévale à l’Université de Picardie — Anne Schmitt, chargée de recherches en archéométrie au Cnrs, archéomètre — Julie Bonnéric, doctorante à l’Ephe — Anthony Petit, doctorant à l’Université de Picardie.

14C’est un passé islamique glorieux, du temps où la Libye était au cœur de l’Empire des Fatimides, qui est recherché à Surt : la ville n’a quasiment jamais cessé d’être fouillée et étudiée depuis un demi-siècle. Il faut reconnaître tout le potentiel de ce site dont la restauration à grande échelle envisagée sur le modèle d’autres grandes réalisations de ce genre au Proche-Orient (Babylone, Persépolis) passe au préalable par une compréhension de son organisation et par l’établissement d’une chronologie solide qui commence à peine à être esquissée.

Haut de page

Bibliographie

• Sources arabes

Al-Bakri. 1992. Kitâb al-Masâlik wa-l-mamâlik, A. Ferré & H. Van Leuwen (éd.). Carthage, Bayt al-H·    ikma, 2 vol.

Ibn Hawqal. 1964. Configuration de la terre (Kitab surat al-ard), introduction et traduction, avec index, par J. H. Kramers et G. Wiet. Paris-Beyrouth, Maisonneuve et Larose - Commission internationale pour la traduction des chefs d’œuvre, 2 vol.

Jean Léon l’Africain. 1981. Description de l’Afrique, traduction par A. Épaulard. Paris, J. Maisonneuve, 2 volumes.

• Études contemporaines

Abdussaid, A. 1966-1967. « An early Mosque at Medina Sultan », Libya Antiqua, 3-4 : 155-160.

Fehérvàri, G. et al. 2002. Excavations at Surt (Medinat al-Sultan) between 1977 and 1981. Tripoli, The Department of Antiquities et Londres, The Society for Libyan Studies, 132 pages.

Goodchild, R. G. 1964. « Medina Sultan (Charax-Iscina-Sort) », Libya Antiqua, 1 : 99-106.

Mostafa, M. 1966-1967. « Excavations at Medinet Sultan, a preliminary Report », Libya Antiqua, 3-4 : 145-154.

Mouton, J.-M. 2008. « La ville de Syrte (Libye) au Moyen Âge : histoire et archéologie », Bulletin de la fondation Max Van Berchem, 22 : 4-5.

Mouton, J.-M., J.-O. Guilhot, P. Racinet & A. Schmitt. 2010. « Syrte, cité éphémère des Fatimides », Archéologia, 478 : 58-71.

Thiry, J. 1995. Le Sahara libyen dans l’Afrique du Nord médiévale. Louvain, Peeters (Orientalia Lovaniensia Analecta, 72), xiv-604 p.

Haut de page

Notes

1  Cette mission bénéficie du soutien du ministère des Affaires étrangères et européennes et de la fondation suisse Max Van Berchem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende  Plan général interprétatif
Crédits (P. Racinet)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 2
Légende Porte nord-ouest
Crédits (cliché Y. Montmessin)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 3
Légende Vue de la grande mosquée depuis le nord
Crédits (cliché Y. Montmessin)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 4
Légende Bassin E231, sud-ouest de la ville
Crédits (cliché Y. Montmessin)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Mouton et Philippe Racinet, « Surt : histoire et archéologie d’une ville médiévale libyenne », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 34-38.

Référence électronique

Jean-Michel Mouton et Philippe Racinet, « Surt : histoire et archéologie d’une ville médiévale libyenne », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/1469 ; DOI : 10.4000/nda.1469

Haut de page

Auteurs

Jean-Michel Mouton

Directeur d’études à l’École pratique des hautes études (Ephe), responsable scientifique de la mission archéologique française à Surt en Libye

Philippe Racinet

Professeur d’histoire et d’archéologie médiévale à l’Université de Picardie

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org