Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Nouvelles recherches en Cyrénaïque (Libye)

Le site d’Érythron-Latrun
Vincent Michel
p. 28-34

Résumé

Érythron, l’actuel village de Latrun, est un site côtier placé au pied du djebel Akhdar, «la montagne Verte», entre Apollonia et Derna. La présence d’une source pérenne, mentionnée par Synésios de Cyrène au début du ve siècle après J.-C. (Lettre 51; 53; 66), a dû dicter le choix de développer une telle agglomération à cet endroit (Laronde & Michel 2004 : 1-2). Le site a été mentionné pour la première fois par les frères Beechey, qui ont rapproché le nom du wadi El-throon du nom antique Érythron (Beechey & Beechey 1828 : 478). Cette identification est confirmée par les brèves indications topographiques du géographe Ptolémée (IV, 4, 3) et du compilateur anonyme du Stadiasmus Maris Magni (§ 50), plaçant Érythron entre Apollonia et Derna…

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est dédié au professeur André Laronde, directeur de la Mission archéologique française en Libye (1976-2011), disparu brutalement pendant sa rédaction. Il a toujours su transmettre sa passion pour la Lybie et, à partir de 2001, me confia l’étude archéologique du village antique d’Érythron, ce dont je lui serai toujours reconnaissant.

Texte intégral

1Érythron, l’actuel village de Latrun, est un site côtier placé au pied du djebel Akhdar, « la montagne Verte », entre Apollonia et Derna. La présence d’une source pérenne, mentionnée par Synésios de Cyrène au début du ve siècle après J.-C. (Lettre 51 ; 53 ; 66), a dû dicter le choix de développer une telle agglomération à cet endroit (Laronde & Michel 2004 : 1-2). Le site a été mentionné pour la première fois par les frères Beechey, qui ont rapproché le nom du wadi El-throon du nom antique Érythron (Beechey & Beechey 1828 : 478). Cette identification est confirmée par les brèves indications topographiques du géographe Ptolémée (IV, 4, 3) et du compilateur anonyme du Stadiasmus Maris Magni (§ 50), plaçant Érythron entre Apollonia et Derna.

2Nos prospections ont permis d’établir une première occupation dès l’époque hellénistique avec un pyrgos, identifié sur le promontoire rocheux nord-est et réoccupé aux époques romaine et byzantine. Il consistait vraisemblablement en une tour de surveillance ou en un grenier d’une exploitation agricole (Laronde 1987 : 91). Cette première occupation hellénistique a été confirmée par la fouille d’une tombe intacte à proximité de la basilique occidentale, qui a livré de la céramique du milieu du ive siècle avant J.-C. En contrebas du pyrgos, une zone de mouillage indique une activité portuaire dont témoignent plusieurs entrepôts taillés dans le flanc oriental de la colline, ainsi qu’une avancée rocheuse offrant une surface plane pour charger et décharger les marchandises. La présence conjuguée d’une source et de terres fertiles environnantes a permis le développement économique du village ; à l’époque byzantine, il est devenu un centre de pèlerinage rayonnant grâce à l’importance de la basilique chrétienne occidentale, à 250 m à l’ouest de la basilique orientale. Plusieurs tronçons de rues taillées dans la roche et une trentaine d’habitations ont été repérés entre les deux basiliques. Enfin, un vaste cimetière situé sur le flanc nord du plateau occidental comprend une trentaine de tombes rupestres aux aménagements intérieurs très variés. Si certaines étaient encore utilisées à l’époque byzantine, d’autres ont été abandonnées et transformées en carrières. Mais notre vision de l’ensemble du site reste partielle car une partie de l’agglomération est tombée dans la mer à la suite de l’effondrement de la falaise (Goodchild 1966 : 218) et l’autre a disparu, sans doute dans les champs cultivés au sud.

Les travaux de la mission archéologique française de Libye, 2001-2010

3Les travaux de la mission française ont principalement consisté à restaurer la basilique occidentale de 2001 à 2005 et la basilique orientale depuis 2009 ; l’une et l’autre avaient déjà été fouillées par l’américain Walter Widrig entre 1960 et 1961 (Widrig 1978). Depuis 2006, une fouille, toujours en cours, réalisée près de la basilique orientale, a révélé un important complexe thermal.

4L’objectif final de la mission est d’analyser, pour la première fois en Cyrénaïque, l’occupation et l’évolution d’une agglomération rurale depuis l’époque hellénistique jusqu’à la conquête arabe, c’est-à-dire entre le ive siècle avant J.-C. et le viie siècle après J.-C.

L’église occidentale (Basilique « B »)

5Aucun autre édifice byzantin de Cyrénaïque n’a bénéficié d’une architecture aussi soignée que les deux basiliques d’Érythron. Construites entre la fin du ve et le début du vie siècle, avec des orientations différentes, elles ont été décorées de marbre qui ne provenait pas d’une réutilisation d’édifices antérieurs mais avait été importé de Proconnèse et de Thasos (Michel 2005 : 42-44).

6À proximité du cimetière, se dresse la plus petite et la mieux conservée. L’église de plan basilical se présente comme un vaste rectangle de 25,5 x 15,5 m (fig. 1). La nef centrale était séparée des bas-côtés par deux plinthes de 0,63 m de hauteur supportant chacune cinq colonnes entre lesquelles étaient disposées des plaques de marbre, dispositif comparable aux églises grecques et chypriotes. Les bas-côtés et le narthex sont surmontés d’une galerie continue. À l’ouest, l’édifice se termine par une abside centrale, semi-circulaire et non saillante ; elle était pourvue, à l’époque, d’un synthronon en bois, identifiable grâce aux trous d’encastrement aménagés dans le mur. L’abside est flanquée au nord d’un martyrion et au sud d’une sacristie, chacun précédé d’une antichambre – ce qui est rarissime – ouvrant également sur le chœur et le bas-côté. Le chœur, délimité par un chancel posé sur un stylobate, s’étend devant l’abside et se prolonge dans la nef centrale par un étroit couloir axial. Dans la partie sud-est du chœur se tiennent les deux assises d’un petit ambon maçonné. Le sol de la nef centrale et du chœur est constitué de grandes dalles de marbre tandis que les bas-côtés conservent un dallage et un décor de carreaux en pierre. À l’est, l’église est précédée d’un narthex triparti et d’une cour. Une citerne creusée dans la nef centrale et une autre dans le narthex étaient alimentées par les eaux de ruissellement captées par un système de canaux. Enfin, un talus a été construit tardivement sur toute la longueur du mur nord de la basilique afin de renforcer et protéger la maçonnerie des vents marins (Duval 1989 : 2757-2758).

Fig. 1

Fig. 1

Plan de la basilique occidentale

(plan V. Miailhe)

7L’originalité de cette église réside dans sa double fonction martyriale et funéraire. En effet, la pièce nord-ouest, le martyrion, abrite un édicule rectangulaire composé de quatre poteaux entre lesquels s’encastraient des plaques de calcaire surélevées par un stylobate. Ce dispositif a abrité un reliquaire expliquant la présence de tombes privilégiées, individuelles et collectives, dans les bas-côtés et dans le narthex, un phénomène rare en Cyrénaïque.

8La reprise de la fouille et l’étude de la maçonnerie permettent de restituer la chronologie de l’édifice. L’église a été construite dans un cimetière à la fin du ve ou au début du vie siècle. Puis, après la conquête musulmane en l’an 642, le processus enregistré est celui d’un abandon sans destruction, accompagné d’un transfert des reliques et du matériel de culte dans l’autre basilique, suivi peut-être d’un écroulement progressif mais encore partiel du bâtiment, faute d’entretien. La basilique a alors servi de cimetière, comme en témoignent les tombes collectives creusées dans le dallage des bas-côtés, dans les angles sud-ouest et nord-est. Elles ont été remplies de terre et de fragments de marbre du chancel. Un incendie de la charpente a ensuite provoqué la chute des colonnades et de la tribune, amortie par un « matelas » de terre et d’enduits muraux accumulé durant les périodes d’abandon précédentes. L’absence de constructions in situ durant les périodes post-byzantines a garanti l’incroyable conservation des bases, des fûts de colonnes, des chapiteaux et des aménagements liturgiques du chœur, permettant d’envisager une restauration partielle de l’édifice.

La restauration : une verticalité retrouvée !

9Le travail de restauration a principalement consisté en l’anastylose partielle des deux colonnades, des colonnes de l’arc triomphal, du chancel et de l’autel (Laronde & Michel 2006 : 321336).

10Cette restauration s’inscrit dans la continuité de celle que le Département libyen des Antiquités avait entreprise en 1964, juste après les fouilles de Walter Widrig : deux colonnes avaient été redressées sur le stylobate nord. Grâce à la collaboration de Sophie Marini (2001-2006), de Michaela Costanzi (2004), de Pierre Mahy (2001-2004), de Thomas Marlier (2004) et de Jean-Sylvain Caillou (2001-2004), nous avons pu remonter deux colonnes entières et une demi-colonne, toutes les plaques d’entrecolonnement sur le stylobate nord, deux colonnes et une plaque d’entrecolonnement sur le stylobate sud ainsi que les deux hautes colonnes supportant, à l’origine, l’arc triomphal qui encadre l’abside centrale (fig. 2). La tribune, dont les bases, les colonnes, les chapiteaux ioniques à impostes et les plaques d’entrecolonnement du parapet sont parfaitement conservés, n’a pas pu être restaurée en raison de la hauteur insuffisante des murs. Leurs dimensions plus modestes et leur facture plus simple les distinguent aisément de la colonnade inférieure. L’observation attentive du stylobate du chœur a facilité la restauration du chancel, qui conserve de fines rayures gravées dans le marbre indiquant l’emplacement des plaques et la forme précise des bases des poteaux. Ceux-ci étaient pourvus d’une ou de deux rainures nécessaires pour encastrer les plaques ; pour les poteaux latéraux, leur sommet s’achevait par une demie sphère à surface concave divergente et coiffée d’un nodule ; pour la façade et le couloir axial, il se terminait par une colonnette monolithe. Après avoir disposé les poteaux, il a suffi de faire correspondre chaque rainure verticale, avec leurs irrégularités particulières, aux diverses plaques de chancel. L’étape finale a consisté à coiffer d’une main courante les plaques disposées en façade.

Fig. 2

Fig. 2

Vue intérieure de la basilique occidentale

(photo V. Michel)

L’église orientale : la cathédrale

11Sur le promontoire majeur oriental de l’agglomération s’étend la seconde basilique, de 32 x 21,5 m (fig. 3). On entrait dans le narthex par une porte centrale qui fut ensuite bouchée et remplacée par une petite porte située à l’extrémité nord-ouest. Les trois nefs sont divisées par deux rangées de six colonnes surélevées par un stylobate continu (fig. 4). À l’est, le chevet se compose d’une abside centrale pourvue d’un synthronon en pierre et flanquée de deux pièces. Chacune est précédée d’une antichambre : au nord-est, une pièce de service accessible depuis l’extérieur et le bas-côté ; au sud, un baptistère abritant une cuve maçonnée cruciforme, aux parois plaquées de marbre qui a été ensuite compartimentée pour accueillir le reliquaire provenant de l’autre basilique (fig. 5). Le chœur est ceint d’un chancel en marbre surélevé par un stylobate en pierre ; la présence d’un couloir axial s’avançant dans la nef n’est suggérée que par la découverte de deux plaques de chancel de très grande taille, actuellement conservées au musée d’Apollonia. On retrouve les mêmes ordres architecturaux que dans la basilique occidentale.

12Si cette basilique est la plus grande des deux églises, elle est en revanche la moins bien conservée. Après la conquête arabe, elle cessa d’être utilisée comme lieu de culte et fut convertie, probablement, en une vaste demeure. Le dallage en marbre de la nef centrale a connu de lourds dommages, contrastant avec le bon état de conservation du décor en carreaux de pierre des bas-côtés. L’intérieur des bas-côtés fut transformé grâce à l’aménagement et la division tripartite du narthex, à l’utilisation de plusieurs plaques de chancel dans le dallage, ainsi qu’au compartimentage visible dans le scellement d’une colonne dans le dallage du bas-côté nord, utilisée comme première assise d’un mur. Au terme de l’étude menée en 2008, seuls quatre ensembles complets (base, colonne et chapiteau) de la colonnade sud pourront faire l’objet d’une restauration menée conjointement avec Daniel Ibled, restaurateur de sculptures pour les Musées nationaux.

Fig. 3

Fig. 3

Plan de la basilique orientale et du quartier ouest

(Relevé V. Miailhe 2008 à 2010 et S. Zugmeyer 2006; DAO V. Mialhe)

Fig. 4

Fig. 4

Vue intérieure de la basilique orientale

(photo V. Michel)

Fig. 5

Fig. 5

Vue du baptistère

(pièce sud-est)

Les thermes

13Après les deux basiliques byzantines, les thermes constituent le troisième monument fouillé et les seizièmes établissements de bains identifiés en Cyrénaïque (fig. 6). Les premiers résultats de nos recherches permettent de proposer provisoirement une chronologie de leur occupation. Cinq phases ont été reconnues entre le iie-iiie siècle et le viiie siècle, certaines subdivisées en phases intermédiaires (a, b, c). Une étude en cours de la céramique, menée par le doctorant Loïc Mazou sous la direction de Pascale Ballet (HeRma, Université de Poitiers) et de Michel Bonifay (Cnrs, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence), permettra d’affiner la chronologie.

14Construits au cours du iiie siècle après J.-C., les bains se dressent sur le point culminant du village sur environ 1 000 m2 et deux niveaux, en raison de la forte dénivellation dans ce secteur en direction de la mer. Le monument s’organise autour d’un vaste espace central octogonal, de 16,85 m de largeur et de 7,50 m de côté, composé d’une piscine circulaire de 9,65 m de diamètre à trois gradins et entourée d’un portique continu couvert sur les huit côtés. Large de 0,80 m, sa maçonnerie en pierre de taille a été construite au-dessus d’un bâtiment antérieur aux contours et aux fonctions encore mal définis, datable des iie-iiie siècles de notre ère (Phase I). L’arase du mur, arrivant au niveau du gradin supérieur de la piscine, a pu servir de stylobate à une colonnade périphérique supportant une coupole la couvrant ; l’ensemble devint, vraisemblablement au cours du ive siècle, le péristyle d’une grande résidence privée (Phase III). Aux ve-vie siècles (Phase IV), les blocs de pierre du stylobate ont presque tous été systématiquement arrachés pour être remployés dans d’autres monuments, notamment dans la basilique orientale construite au sud-est des thermes. L’octogone central est ceint sur les huit côtés de salles très inégalement conservées qui ont été remblayées ou réutilisées à l’époque byzantine (Phase IV).

Fig. 6

Fig. 6

Plan général des thermes romains et de leur réoccupation à l’époque byzantine

(DAO V. Miailhe)

15Au sud de cet espace et sans communication avec celui-ci, se trouvent les latrines (L12) composées de fosses d’égout et d’un petit caniveau en mortier permettant l’écoulement d’un courant d’eau depuis une petite citerne située au nord.

16Le portique sud-ouest ouvre sur une grande pièce dédoublée par des pilastres et aux murs enduits. La partie nord (L03) est aménagée d’une unique banquette le long du mur oriental. Dans la partie sud (L11), plusieurs phases d’utilisation ont été enregistrées. Durant la phase II, contemporaine de l’utilisation des thermes, la pièce est munie d’une banquette continue sur les quatre côtés, bordant une piscine rectangulaire. Lors de la phase IIIa (ive siècle), correspondant à la transformation des thermes en une probable villa, les banquettes est et ouest ont été arasées ; la piscine, complètement remblayée, a été recouverte d’un sol en mortier sur lequel on a élevé une plate-forme maçonnée de 0,50 m de hauteur avec une niche outrepassée au nord (fig. 7). Il s’agit d’un rare stibadium d’une salle de réception, sur lequel les convives pouvaient se restaurer en position allongée (Dunbabin 2003). Durant la phase suivante (IIIb), les deux accès aménagés entre les pilastres est et ouest et le stibadium ont été bouchés, empêchant alors toute circulation autour de l’édicule. Dans une dernière phase (IIIc), le corridor a été comblé avec de la terre, des gravats ainsi que des morceaux de stuc et d’enduit peint polychrome provenant du décor mural, formant une grande estrade continue. Enfin, le secteur sud (L11) et le secteur nord totalement remblayé (L03) furent transformés en une zone d’habitation ou d’artisanat (Phase IV), où la nouvelle orientation générale des murs est identique à celle de la basilique orientale.

Fig. 7

Fig. 7

Vue du stibadium (L11)

(photo V. Michel)

17Dans l’angle nord-ouest de la pièce nord (L03), une porte ouvre sur un passage en quart de cercle conduisant au secteur chaud qui comprend deux espaces rectangulaires disposés perpendiculairement selon un axe est-ouest (fig. 8). À l’intérieur des salles, le niveau de circulation repose sur des pilettes de briques, carrées contre les parois et rondes partout ailleurs.

18Sur le côté sud-ouest de la grande salle (L15), un renfoncement rectangulaire abrite un unique bassin, ceint sur trois côtés d’un réseau de tubulures en terre cuite. Lors de la transformation des thermes en villa (Phase IIIa), la moitié sud de cette pièce a été remblayée et un nouveau sol en béton a été posé. L’ensemble a ensuite été comblé lors de la dernière phase, laissant la place à une grande pièce byzantine (Phase IV).

19Les murs de la pièce occidentale (L16) sont bien conservés en élévation, compte tenu du remploi de cette zone à l’époque byzantine (Phase IV). La chaleur des salles était procurée par un four situé à l’ouest (L19). Un second aménagement pourrait être identifié également comme un four (L24), mais cette zone n’a été qu’en partie dégagée. Lors de la phase II, au sud du secteur chaud et au-delà du couloir de service (L14) permettant d’accéder à la piscine (L11) depuis l’extérieur, un vaste réservoir triangulaire assurait l’approvisionnement en eau (L13). Il fut complètement comblé par la suite et un nouveau sol surélevé en mortier fut posé (Phase III).

Fig. 8

Fig. 8

Vue des thermes en direction des salles chaudes (L15-16)

(photo V. Michel)

  • 1  Filtre circulaire pour l’extraction de l’huile d’olive.

20À l’ouest et en contrebas du réservoir, se trouvent une huilerie bien conservée (L06), avec ses deux maies circulaires marquant l’emplacement des scourtins1 et, sur le côté sud, deux recettes taillées dans la roche. L’ensemble fait partie de la restructuration du secteur à la phase byzantine.

21Sur les côtés nord-ouest et nord, situés en contrebas de la cour centrale, les fouilles ont surtout dégagé la phase d’occupation byzantine (ve-viiie siècle) qui bouleversa très profondément ces secteurs avec, notamment une zone artisanale comprenant une boulangerie (L26) et un atelier de potier (L34), ainsi qu’une zone résidentielle (L45, L51). Une autre petite pièce chaude (L25) dans l’angle nord-est de l’octogone central, qui a conservé les pilettes d’un hypocauste, fut entièrement remblayée comme les autres salles chaudes lors d’une deuxième phase (Phase IIIa). Enfin, la fouille des secteurs est (L62, L28-L64) et sud-est (L60) fait apparaître de grandes salles en direction de la route antique qui longe l’établissement balnéaire en contrebas ; leurs dimensions précises et leur fonction pendant l’utilisation des thermes (Phase II) ne sont pas encore connues.

22L’architecture verticale de ces thermes, au centre présumé de l’agglomération, devait considérablement marquer les esprits. Dans ce village d’Érythron, alimenté par une source et disposant d’un riche terroir agricole, la poursuite des fouilles des thermes laisse présager d’autres découvertes qui permettront d’en compléter le plan et d’améliorer la compréhension générale de son évolution, entre l’époque hellénistique et la conquête arabe (IVe siècle avant - VIIe siècle après J.-C.).

Haut de page

Bibliographie

Beechey, F. W & H. W. Beechey. 1828.Proceeding of the Expedition to Explore the Northern Coast of Africa from Tripoly Eastward in 1821 and 1822 comprehending an account of the greater Syris and Cyrenaica and of the ancient cities composing the Pentapolis. Londres, Murray.

Dunbabin, K. M. D. 2003. The Roman Banquet, Images of Conviviality. Cambridge, Cambridge University Press, 191 pages.

Duval, N. 1989a. « Les monuments d’époque chrétienne en Cyrénaïque à la lumière des recherches récentes », in : N. Duval, F. Baritel & P. Pergola (éd.), Actes du XIe Congrès international d’archéologie chrétienne, Lyon, Vienne, Grenoble, Genève et Aoste (21-28 septembre 1986). Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 123) - Pontificio Istituto di archeologia cristiana : 2743-2796.

Goodchild, R. G. 1966. « Chiese e Battisteri Bizantini della Cirenaica », Corsi di Cultura sull’Arte Ravennate e Bizantina, 13 : 203-223.

Laronde, A. 1985. « Aspect de l’exploitation de la Chôra cyrénéenne », in : G. Barker, J. Lloyd & J. Reynolds (éd.), Cyrenaica in Antiquity. Oxford, British Archaeological Reports (Bar international series, 236 ; Society for Libyan Studies occasional papers, 1) : 183-191.

Laronde, A. 1987. Cyrène et la Libye hellénistique – Lybykai Historiai. Paris, Éditions du Cnrs (Études d’Antiquités africaines), 524 p.

Laronde, A. & V. Michel. 2004. La basilique occidentale d’Érythron (Latrun). Bruxelles, Peeters, 28 p.

Laronde, A. & V. Michel. 2006. « L’église occidentale d’Érythron en Cyrénaïque », in : E. Fabbricotti & O. Menozzi (éd.), Cirenaica : studi, scavi, scoperte. Nuovi dati da città e territorio. Atti del X Convegno internazionale di Archeologia Cirenaica (Chieti, 24-26 novembre 2003). Oxford, John & Erica Hedges (Bar international series, 1488) : 321-336.

Michel, V. 2005. « L’architecture et la liturgie des églises de Cyrénaïque (Libye) », Le Monde de la Bible, 165 : 42-44.

Reynolds, J. (éd.). 2003. Christian Monuments of Cyrenaica. Londres, Society for Libyan Studies (Society for Libyan Studies monograph, 4), xxxvii-462 p.

Widrig, W. 1978. « Two Churches at Latrun in Cyrenaica », Papers of the British School at Rome, 46 : 94-131.

Haut de page

Notes

1  Filtre circulaire pour l’extraction de l’huile d’olive.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan de la basilique occidentale
Crédits (plan V. Miailhe)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 2
Légende Vue intérieure de la basilique occidentale
Crédits (photo V. Michel)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1467/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 3
Légende Plan de la basilique orientale et du quartier ouest
Crédits (Relevé V. Miailhe 2008 à 2010 et S. Zugmeyer 2006 ; DAO V. Mialhe)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1467/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 4
Légende Vue intérieure de la basilique orientale
Crédits (photo V. Michel)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1467/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 5
Légende Vue du baptistère
Crédits (pièce sud-est)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1467/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 6
Légende Plan général des thermes romains et de leur réoccupation à l’époque byzantine
Crédits (DAO V. Miailhe)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1467/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Fig. 7
Légende Vue du stibadium (L11)
Crédits (photo V. Michel)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1467/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 8
Légende Vue des thermes en direction des salles chaudes (L15-16)
Crédits (photo V. Michel)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1467/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Michel, « Nouvelles recherches en Cyrénaïque (Libye) », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 28-34.

Référence électronique

Vincent Michel, « Nouvelles recherches en Cyrénaïque (Libye) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1467 ; DOI : 10.4000/nda.1467

Haut de page

Auteur

Vincent Michel

Maître de conférences en histoire de l’art et archéologie de l’Antiquité à l’Université de Poitiers, Hellénisation et romanisation du monde antique (HeRma EA 3811), Mission archéologique française en Libye
vincent.michel@univ-poitiers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org