Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Les Thermes du Levant à Leptis Magna (Libye)

Michel Paulin, Guillaume Dagnas et Michel Bonifay
p. 23-27

Résumé

La cité de Leptis Magna a fait l’objet de fouilles intensives principalement de la part des Italiens, et ses édifices majeurs paraissent tous mis au jour. Le port, en particulier, a été bien décrit . Pourtant, sa médiocre protection contre la houle intriguait. Sous l’impulsion du professeur André Laronde, les fouilles sous-marines de la mission française ont révélé l’existence d’un môle avancé, maintenant submergé, puis d’un port extérieur muni d’un perré au revers oriental des installations sévériennes, sans compter une série continue de fragments architectoniques immergés le long de la côte en allant vers l’est. Or, en face de ces indices maritimes, les terrains ne présentaient qu’un vestige de muraille byzantine et de rares affleurements de maçonnerie considérés jusque-là comme appartenant à des entrepôts. Considérant que l’extension de l’activité portuaire à l’est devait nécessairement s’appuyer sur un minimum d’urbanisation, A. Laronde fit exécuter des sondages au voisinage des murs affleurants et eut la chance d’atteindre très vite l’angle d’une paroi revêtue de tubuli, signe indubitable de la présence d’un équipement thermal.

Haut de page

Texte intégral

1La cité de Leptis Magna a fait l’objet de fouilles intensives principalement de la part des Italiens, et ses édifices majeurs paraissent tous mis au jour (fig. 1). Le port, en particulier, a été bien décrit (Bartoccini 1958). Pourtant, sa médiocre protection contre la houle intriguait. Sous l’impulsion du professeur André Laronde, les fouilles sous-marines de la mission française ont révélé l’existence d’un môle avancé, maintenant submergé, puis d’un port extérieur muni d’un perré au revers oriental des installations sévériennes, sans compter une série continue de fragments architectoniques immergés le long de la côte en allant vers l’est (Laronde 1988). Or, en face de ces indices maritimes, les terrains ne présentaient qu’un vestige de muraille byzantine et de rares affleurements de maçonnerie considérés jusque-là comme appartenant à des entrepôts (Romanelli 1924). Considérant que l’extension de l’activité portuaire à l’est devait nécessairement s’appuyer sur un minimum d’urbanisation, A. Laronde fit exécuter des sondages au voisinage des murs affleurants et eut la chance d’atteindre très vite l’angle d’une paroi revêtue de tubuli, signe indubitable de la présence d’un équipement thermal. Ainsi, fut ouvert, en 1994, avec l’appui du service des Antiquités libyen d’une part et le soutien financier du ministère des Affaires étrangères français d’autre part, un chantier de la mission archéologique française consacré à la fouille de cet édifice, baptisé les Thermes du Levant eu égard à sa situation par rapport au noyau urbain. Les travaux de reconnaissance ont rapidement indiqué que les 1 500 m2 de bâtiments s’enchaînaient depuis la muraille byzantine côtière jusqu’à la route touristique actuelle, présageant d’un bon état de conservation mais d’une énorme épaisseur d’ensablement (de 2 à 7 m). De plus, l’obligation pratique de faire progresser les excavations de la mer vers la route – ici du nord au sud – a entraîné la découverte des locaux annexes avant celle du bloc thermal proprement dit. Il a fallu dix-sept campagnes pour atteindre, en 2010, l’extrémité sud du caldarium et reconnaître les praefurniae sans toutefois avoir encore pu mettre au jour leurs sols et leurs bassins respectifs. La publication des recherches devient dorénavant possible.

Fig. 1

Fig. 1

Plan général des Thermes du LevantPl : platea maritima ; Vst : vestibule ; Bt : boutique ; Cr : corridor ; H : fosse hydraulique ; Fr : frigidarium ; Tp : tepidarium ; Cl : caldarium ; C2 : pièce chauffée ? ; Pr : praefurnium ; Cit : citerne

Un quartier inédit à l’est de la ville

2Avant les dégagements effectués par la mission française, le seul élément structurant de la zone connu était la fortification byzantine. En effet, l’ultime réduit urbain conservé par les Byzantins est protégé par une puissante enceinte partant des docks sévériens pour venir enserrer le cœur portuaire de la ville et rejoindre la mer au-delà du vieux forum. Sur la branche orientale de cette spectaculaire muraille, vient se greffer un rempart plus bas qui longe directement le rivage sur 200 m vers l’est. On savait ce rempart résulter de la surélévation d’un ouvrage antérieur d’époque romaine, mais il s’est avéré longer une voie de bord de mer qui prend vraisemblablement son origine au bord du bassin portuaire lui-même et se prolonge en direction du cirque sur une distance indéterminée. Cette platea était couverte par un portique dont on a mis au jour neuf colonnes, d’autres ayant été repérées à quelque distance. L’analyse de l’intersection de cette voie avec le môle datant de Septime Sévère, par-delà la fortification byzantine, indique que la voie a sans doute été construite avant ce môle, ce qui oblige à reconsidérer la configuration originelle des quais de ce côté du port. La stricte orthogonalité des vestiges, depuis le bassin jusqu’au rivage, comme la mise en valeur de la voie à portique, évoquent une urbanisation ancienne déjà bien organisée.

3Donnant sur cette platea maritima connue sur 25 m, un îlot construit en grand appareil de grès local a été dégagé (fig. 2). Il comprend d’une part le vestibule d’entrée des thermes et, d’autre part, un bloc régulier de locaux plus petits, dont le rattachement aux services balnéaires est difficile à établir car seuls des signes d’activités artisanales et commerciales y subsistent. Ces locaux possèdent, en outre, deux citernes souterraines accessibles depuis trois salles distinctes. L’installation de ces locaux est manifestement ancienne puisqu’un sondage réalisé jusqu’aux fondations dans l’une des pièces a livré du matériel remontant vraisemblablement à l’époque augustéenne. Directement sur les premiers sols aménagés, on a mis au jour de la céramique de la deuxième moitié du ier siècle après J.-C. Quant aux aménagements encore visibles, ils varient selon les pièces. Dans l’une d’elles, sur la rue, existe un bassin pentu irrégulier divisant l’espace en deux ; dans une autre, à l’est, une bouche de puisage, un socle de pierre, des scories et des restes de bronze évoquent un atelier de bronzier. Dans les réserves, à l’arrière, une salle divisée en trois a livré un remarquable lot d’amphores datables des années 250-270 dont la variété témoigne de l’ampleur du réseau commercial de Leptis Magna à cette époque, alors que, dans la salle voisine qui comporte des vestiges de rayonnages, on relève surtout de la vaisselle domestique en rapport avec une réoccupation de cet espace dans la première moitié du ive siècle. Dans tous ces locaux, on peut suivre des phases d’activité importante, datées de la seconde moitié du iiie siècle, puis des destructions et une réutilisation au milieu du ive siècle ; enfin, comme partout sur le site, une réoccupation sur les ruines ensablées au cours du ve siècle.

Fig. 2

Fig. 2

La platea et les boutiques

(cliché M. Paulin)

Un édifice thermal monumental

4Accessible depuis la platea, le vestibule d’entrée des thermes (fig. 3) est une vaste enfilade ponctuée par deux fois deux colonnes ioniques et aboutissant contre le mur courbe où s’ouvre la porte d’entrée du frigidarium. Il est joint, à l’est, par un corridor provenant d’une zone non fouillée où on observe l’amorce d’un portique et qui pourrait être une cour extérieure (natatio, palestre… ?). Cette enfilade était couverte d’une toiture charpentée comme l’ensemble de cet îlot ; elle garde encore quelques vestiges de sa décoration : sol et murs plaqués de marbre, colonnes stuquées avec enduit peint imitant le cipolin, un tapis de mosaïque noir à filets blancs pavant le corridor… Mais ces témoins décoratifs ne proviennent que d’une deuxième phase car ils sont appliqués sur une couche d’enduit peint antérieure et passent devant plusieurs portes bouchées. Sous le sol du vestibule, un sondage limité a donné un ensemble de céramiques du milieu du iie siècle, dont on ne sait s’il date la construction des thermes ou bien, seulement, la réfection de la décoration des sols et des murs. Cela nous amène à nous interroger sur le lien de ce vestibule avec les pièces voisines. En effet, on n’a trouvé ni l’apodyterium ni les latrines et il se peut qu’ils aient pris place dans les salles mitoyennes qui auraient été ensuite radicalement reconverties en boutiques. Mais il est plus vraisemblable que le vestibule lui-même ait été inséré dans un tissu commercial préexistant, tout comme il est aussi probable que certains services des bains gisent encore hors de notre périmètre de fouille. De plus nombreux sondages profonds seraient nécessaires pour répondre à ces questions.

Fig. 3

Fig. 3

Le vestibule vu du frigidarium

(cliché M. Paulin)

5À ce groupe, est accolée une fosse profonde où devait être installée une roue élévatrice d’eau alimentée par un réseau de galeries souterraines. L’une de ces galeries se prolonge parallèlement à la mer sur une distance inconnue car elle est obturée par des éboulements, l’autre lui est perpendiculaire et s’enfonce vers l’intérieur des terres en longeant, et sans doute en contournant, l’édifice thermal pour rejoindre de grandes citernes situées immédiatement en contrebas de la route moderne. Ces galeries ont été mises au jour encore pleines d’une eau douce dont les sources d’approvisionnement restent à découvrir. Quant à l’équipement de pompage, il a pris plusieurs formes successives, l’une d’elles mettant en jeu un dispositif de roue relevable pour lequel nous ne connaissons pas d’équivalent.

6En franchissant la porte du frigidarium, on trouve l’explication de la courbure du mur. Tout le bloc thermal sud est implanté sur une autre trame urbaine, faisant un angle de 12° avec celle du bord de mer, angle que ce dispositif architectural masque savamment. Contrairement au précédent, ce bloc est construit en opus caementicium et est voûté en berceau ; seuls les jambages, arches et plates-bandes sont en pierres de taille. Les quatre grandes salles qui le composent ont plus ou moins conservé leur structure intacte jusqu’à la naissance des voûtes à plus de 5 m, mais elles ont perdu la quasi-totalité de leurs revêtements. Les volumes ont été trouvés totalement ensablés, les fragments de voûtes rompues gisant en surface sous très peu de terre végétale. Dans la répartition des salles, on observe un changement de fonctionnement ; le circuit thermal a d’abord été du type linéaire à itinéraire rétrograde simple (Thébert 2003), avec une salle tiède supplémentaire en cul-de-sac ; puis on a créé un circuit partiel, entre les salles tièdes et chaude, et ajouté une salle chaude supplémentaire. Au passage, la décoration a été refaite par une importante marmorisation comme dans le vestibule.

7Le frigidarium est une vaste salle de 10,27 x 7,67 m prolongée par une piscine à chaque extrémité et dont la voûte culminait à 9 m (fig. 4). Ces piscines sont ornées de niches conservant les traces des adductions qui en alimentaient les déversoirs. Les parois basses étaient couvertes de marbre blanc et les zones hautes de peinture à dominante bleue ainsi que de stuc dont quelques fragments en bas-relief ont été retrouvés. Sur le sol, maintenant dépouillé de son marbre, on peut lire les traces circulaires de piétinement de trois moulins qui y furent installés par la suite, lors d’une réoccupation de l’édifice. De même, dans les piscines, on a retrouvé des dépôts de la seconde moitié du iiie siècle qui confirment bien la date d’abandon de la fonction thermale des lieux, recouverts par des installations rurales au ve siècle. De ce frigidarium on pouvait passer dans l’une ou l’autre des deux pièces tièdes au choix.

Fig. 4

Fig. 4

Le frigidarium et ses piscines vus vers l’ouest

(cliché E. Pescheux)

8Côté ouest, on accédait à un vaste tepidarium dont la façade en exèdre ouvrait largement au couchant. Puisqu’on n’y a pas repéré d’équipement hydraulique, cette exèdre hébergeait-elle un labrum disparu ? Cette salle conserve une partie de ses tubuli muraux, mais son hypocauste a été démonté pour la reconvertir vraisemblablement en boulangerie car un vaste four (3,80 m de diamètre) y est installé. Plus tard, à une date indéterminée (époque byzantine ? époque islamique ?), c’est un four à chaux qu’on y a construit dans les couches sableuses hautes. On passe ensuite dans le caldarium, pièce de 9,80 x 8,70 m orientée au sud et flanquée de deux vastes alvei voûtés. Comme dans les autres pièces chauffées, on voit encore des restes de tubuli contre les parois mais aussi quelques beaux fragments de stuc au plafond d’un alveus. On n’a pas encore achevé le dégagement des sols et de la façade très endommagée ; cependant on a repéré la partie ouest du praefurnium qui garde sa voûte et ses conduites intactes.

9Du frigidarium, on pouvait aussi accéder à une autre pièce chauffée. Dans un premier temps, cette belle salle prenait jour par trois grandes fenêtres à l’est et une au sud, ce qui fait penser à un sudatorium. Là, l’hypocauste n’a pas été démonté mais gît plus ou moins effondré, ses pilettes hourdées à la terre s’étant désagrégées. Dans une seconde phase d’exploitation, une porte a été percée pour communiquer avec la salle tiède voisine, après condamnation de la porte qui permettait l’accès direct à cette dernière depuis le frigidarium. Une deuxième porte a été ouverte également pour joindre le caldarium et une troisième pour desservir une nouvelle salle, plus petite, ajoutée au sud, tandis qu’on ne conservait qu’une seule fenêtre claire. Si l’on s’en tient à l’habituel parcours balnéaire, on aurait, dans la seconde phase, interverti les fonctions des deux salles tièdes, celle-ci devenant le tepidarium. Peut-être la performance thermique de cette salle orientale, excessivement vitrée, s’est-elle avérée décevante et lui a-t-on préféré l’orientation ouest ; peut-être en a-t-on profité pour s’adapter à l’usage nouveau des parcours balnéaires circulaires. Quant à la salle ajoutée, on ne sait encore que peu de choses à son sujet à ce stade du dégagement, si ce n’est qu’elle était couverte par une voûte d’arête, et non par un berceau comme toutes les autres, permettant l’ouverture de baies dans ses parties hautes. A-t-on simplement transféré la fonction de la salle précédente vers celle-ci ?

Un éclairage inédit sur l’urbanisation orientale de la ville et beaucoup de questions

10Ainsi, bien qu’il soit assez classique, cet édifice pose encore de nombreuses questions, la première étant la date de création de l’équipement thermal. En effet, si sa désaffectation est assez bien située dans le temps, au cours de la seconde moitié du iiie siècle, la durée de son fonctionnement reste floue, peut-être dès avant 150 après J.-C. (?) et jusqu’à 260-270, car la découverte d’un niveau inférieur d’hypocaustes reste encore à expliquer. De la même façon, la systématicité de la destruction de tous ses parements ne laisse pas d’étonner, surtout s’agissant de matériaux sans valeur de recyclage ; par exemple, pourquoi retrouve-t-on quantité de fragments de mosaïque et d’enduit peint dans les décombres accumulés manifestement à dessein au fond du vestibule ?

11La fouille des Thermes du Levant enrichit, à plus d’un titre, la connaissance de Leptis Magna. Au plan urbanistique d’abord, elle a révélé l’existence d’un quartier très actif et organisé dans la zone reliant le port au complexe cirque/amphithéâtre, zone qu’on croyait jusqu’ici construite ponctuellement sur le littoral et consacrée uniquement à la nécropole vers l’intérieur des terres. De plus, elle a prouvé l’ancienneté de cette urbanisation dont les couches profondes conservent du matériel d’époque augustéenne et dont les locaux ont subi de multiples réaffectations jusqu’au ve siècle. L’insertion d’un bâtiment balnéaire public dans un tissu artisanal suggère l’existence d’un quartier industrieux et fréquenté, sujet à de constantes mutations.

12Sur le plan de l’architecture thermale, la fouille a révélé un édifice complet dans ses structures et assez bien discernable dans ses finitions, établi selon un plan savant, rigoureusement métré en coudées puniques (51,5 cm) dans ses trois dimensions. Le bâtiment est doté d’équipements hydrauliques originaux puisque ses infrastructures souterraines contiennent un ensemble de citernes, de pompes, d’aqueducs et de drains dont l’exploration n’est qu’amorcée et qu’il reste à rattacher à un réseau plus large, sans doute dépendant des captages éloignés déjà connus, et plus largement à situer dans l’histoire hydrologique du wadi Lebda.

13Au plan historique enfin, les vestiges témoignent de la vie agitée de l’édifice. Si les bains ont été installés au cours du iie siècle (?) au sein d’un bâti commercial et/ou artisanal préexistant, ils ont cessé de fonctionner relativement tôt. Pour quelles raisons ? Le manque d’eau peut-être, car plusieurs renforcements des installations hydrauliques y sont lisibles. Mais, si l’on estime que le barrage qui protégeait le port des sédiments du fleuve côtier tout en assurant une retenue collinaire n’a été ruiné qu’au cours du ive siècle, il faut évoquer une pénurie antérieure (Pucci et al. À paraître). Les traces de destruction brutale sont également lisibles et semblent coïncider avec le grand séisme de 365 qui aurait abattu des pans de murs sur un sol déjà fortement colluvionné. Il y aurait déjà eu un séisme dans la première décennie du ive siècle (Di Vita 1990), mais c’est encore tardif par rapport aux premiers signes de reconversion. On manque de sources relatives aux événements politiques et économiques susceptibles d’expliquer cet abandon dans une période précédant la Tétrarchie. Aux ve et vie siècles, les salles voûtées, ensablées aux deux tiers, continuaient à héberger des populations au mode de vie précaire, comme en témoignent le mobilier céramique et des sépultures. D’ailleurs, ce type de refuge accueillera encore, à l’époque aghlabide, des habitants qui, eux aussi, ont laissé leurs traces en surface.

Haut de page

Bibliographie

Bartoccini, R. 1958. Il porto romano di Leptis Magna. Rome, Centro di Studi per la Storia dell’Architettura (Bolletino del Centro di Studi per la Storia dell’Architettura 13, suppl.).

Di Vita, A. 1990. « Sismi urbanistica e cronologica assoluta. Terremoti e urbanistica nelle città di Tripolitania fra il I secolo a.C. ed il IV d.C. », in : L’Afrique dans l’Occident romain (ier siècle av. J.-C.-ive siècle apr. J.-C.). Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 134) : 425-495.

Laronde, A. 1988. « Le port de Lepcis Magna », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 132, 2 : 337-353.

Pucci, S., D. Pantosi, P. M. De Martini, A. Smedile, M. Munzi, E. Cirelli, M. Pentiricci & L. Musso. À paraître. « Environment-man relationships in historical times : the balance between urban development and natural forces at Leptis Magna (Libya) », The Holocene.

Romanelli, P. 1924. « Il porto di Leptis Magna », Rendiconti della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, 2 : 93-100.

Thébert, Y. 2003. Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 315), 733 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan général des Thermes du LevantPl : platea maritima ; Vst : vestibule ; Bt : boutique ; Cr : corridor ; H : fosse hydraulique ; Fr : frigidarium ; Tp : tepidarium ; Cl : caldarium ; C2 : pièce chauffée ? ; Pr : praefurnium ; Cit : citerne
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 2
Légende La platea et les boutiques
Crédits (cliché M. Paulin)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 3
Légende Le vestibule vu du frigidarium
Crédits (cliché M. Paulin)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1463/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 4
Légende Le frigidarium et ses piscines vus vers l’ouest
Crédits (cliché E. Pescheux)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1463/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Paulin, Guillaume Dagnas et Michel Bonifay, « Les Thermes du Levant à Leptis Magna (Libye) », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 23-27.

Référence électronique

Michel Paulin, Guillaume Dagnas et Michel Bonifay, « Les Thermes du Levant à Leptis Magna (Libye) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/1463 ; DOI : 10.4000/nda.1463

Haut de page

Auteurs

Michel Paulin

Architecte, professeur honoraire à l'École nationale supérieure d'architecture de Lyon, Mission archéologique française en Libye
michelpaulin@neuf.fr

Guillaume Dagnas

Professeur certifié d'histoire, Mission archéologique française en Libye
g1.dagnas@laposte.net

Michel Bonifay

Chargé de recherches au Cnrs, Centre Camille-Jullian. Archéologie méditerranéenne et africaine (Umr 6573), Cnrs-Université de Provence, Aix-en Provence, Mission archéologique française en Libye
mbonifay@mmsh.univ-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org