Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Apollonia de Cyrénaïque : la zone de Callicrateia

Jean-Sylvain Caillou
p. 19-23

Résumé

Les premières recherches françaises à Apollonia de Cyrénaïque ont été menées par Pierre Montet entre en 1954 et 1956. Elles reprirent en 1976 grâce à la création de la mission archéologique française en Libye par François Chamoux auquel succéda, en 1981, André Laronde, décédé prématurément le 1er février 2011. Grâce à eux, et avec l’aide constante de nos partenaires du Département des antiquités de Libye, la mission a notamment pu mener à bien l’étude du rempart entre 1976 et 1986, les fouilles sous-marines du port, de 1986 à 2002, et celles de la zone de Callicrateia depuis 2002. Ce texte, qui présente les principaux résultats des dernières fouilles, est dédié à la mémoire d’André Laronde, sans qui aucune des recherches archéologiques entreprises depuis trente-cinq ans n’aurait pu avoir lieu.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Mes plus vifs remerciements vont au Dr Saleh Alhasi Akab, président du Département d’archéologie d (...)
  • 2  Je voudrais également associer à cet hommage Denis Roques, grand historien de la Cyrénaïque du Bas (...)

1Les premières recherches françaises à Apollonia de Cyrénaïque ont été menées par Pierre Montet entre en 1954 et 1956. Elles reprirent en 1976 grâce à la création de la mission archéologique française en Libye par François Chamoux auquel succéda, en 1981, André Laronde, décédé prématurément le 1er février 2011. Grâce à eux, et avec l’aide constante de nos partenaires du Département des antiquités de Libye, la mission a notamment pu mener à bien l’étude du rempart entre 1976 et 1986, les fouilles sous-marines du port, de 1986 à 2002, et celles de la zone de Callicrateia depuis 20021. Ce texte, qui présente les principaux résultats des dernières fouilles, est dédié à la mémoire d’André Laronde, sans qui aucune des recherches archéologiques entreprises depuis trente-cinq ans n’aurait pu avoir lieu2.

2Depuis 2002, la mission archéologique française en Libye poursuit ses recherches à Apollonia de Cyrénaïque par des fouilles dans la zone dite de « Callicrateia », à la jonction de la ville basse et de la colline qui sert d’acropole (Caillou 2010 et à paraître). Cette zone tire son nom d’une inscription grecque, ΚΑΛΛΙΚΡΑΤΕΙΑΣ, gravée sur un autel rupestre au sommet d’un petit piton rocheux qui domine le site et offre une vue panoramique (Chamoux 1998).

Fig. 1

Fig. 1

Vue de la tour au sommet du rocher de Callicrateia

(photo G. Mermet)

3Le sommet du rocher fut partiellement fouillé entre 1965 et 1967 par Donald White qui lui consacra un chapitre de l’imposante synthèse américaine sur Apollonia (Goodchild, Pedley & White 1975 : 157-161, pl. 30). Selon D. White, les autels rupestres visibles à cet endroit renverraient à un culte héroïque lié à la présence d’anciennes tombes dont seule une salle souterraine qui s’étend sous le rocher aurait subsisté. Elle aurait été transformée par la suite en citerne pour les besoins d’un bâtiment tardif qui devait avoir un caractère utilitaire, à en croire la présence d’un grand disque de pierre ressemblant à une meule.

  • 3   Ces aménagements n’ont pas encore été étudiés.

4C’est précisément la présence incongrue de ce grand disque qui fut à l’origine de la reprise des fouilles. En effet, l’absence de trou pour fixer un axe de rotation au centre du disque ne permettait pas d’y reconnaître une véritable meule. De même, les difficultés pour se rendre au sommet du rocher semblaient contraires à la fonction utilitaire du bâtiment. Une autre hypothèse devait être vérifiée. Celle d’un disque de pierre utilisé pour fermer une porte, à la manière de la description évangélique du tombeau de Jésus. En effet, ce système de fermeture d’abord réservé aux hypogées du Proche-Orient fut employé à la fin de l’Antiquité dans certains bâtiments pour lutter contre les attaques et razzias. En Cyrénaïque, il protégeait notamment le baptistère de la cathédrale de Cyrène et une église de Lamluda3.

Fig. 2

Fig. 2

Zone de Callicrateia, plan général des vestiges byzantins et antérieurs. Relevé topographique : G. Hallier (1978-1982-1985), P. Mahy (2003-2005), V. Miailhe (2008 à 2010), J. Vérité (2007) et S. Zugmeyer (2006) ; DAO : V. Miailhe

Une tour byzantine au sommet du piton rocheux

5La reprise des fouilles en 2002 confirma cet usage. Une large encoche taillée dans le seuil de la porte permettait en effet de maintenir le disque en position verticale pour fermer l’accès. Le bâtiment ainsi fortifié était donc une tour qui devait servir occasionnellement de refuge, ce qui explique la présence d’une cave destinée à abriter des réserves d’eau et de nourriture. Contrairement aux hypothèses de D. White, les fouilles n’ont fourni aucun élément permettant de penser que cette cavité était antérieure à la tour, ni d’y reconnaître une citerne ou une « tombe héroïque ».

6Il restait à déterminer si cette tour faisait partie d’un rempart tardif, plus réduit que celui de la période hellénistique, ou s’il s’agissait d’une tour de guet isolée. La présence d’un mur imposant au nord soulevait en effet la question et motiva l’extension des recherches dans cette direction.

Une terrasse du début de l’Empire romain

7L’idée d’une réduction du rempart a rapidement été abandonnée. Il est clairement apparu que le grand mur nord-sud et son retour d’angle est-ouest, qui épousait la limite septentrionale du rocher, servaient de soutènement à une terrasse aménagée au plus tôt au début du règne d’Auguste d’après une monnaie frappée par le proconsul Scato découverte dans le remplissage. Cette terrasse supportait probablement un bâtiment de quelque importance puisque toute la partie occidentale du rocher avait été régulièrement nivelée.

Un hestiatorion (?) avec une mosaïque de la fin de la période hellénistique

8La terrasse romaine recouvrait les restes d’un bâtiment partiellement troglodyte, composé de trois salles contiguës. Le rocher aplani servait de sol dans la salle occidentale alors que dans la salle centrale il était constitué de minuscules fragments de céramiques pris dans un lit de chaux. Vingt-huit monnaies ont été retrouvées éparpillées dans la couche préparatoire de ce sol. Les plus récentes datent du premier règne de Ptolémée IX Sôter II, entre 116 et 106, ce qui établit clairement que le bâtiment a été construit à la fin du iie siècle, voire au début du ier siècle avant J.-C.

9La pièce orientale devait être une salle de banquet puisque son sol était décoré par l’une des toutes premières mosaïques épousant la forme d’un triclinion. Les deux tapis disposés en T étaient constitués de tesselles de pierre blanche et noire et de céramique rouge. Des lamelles de plomb encadraient les décors géométriques suivant un usage qui remonte au début de la période hellénistique et qui trouve ici une de ses dernières attestations. La mosaïque ne pouvant être conservée in situ, elle fut déposée en avril 2009 et remontée l’année suivante sur des panneaux d’aluminium alvéolaire par le restaurateur Paolo Nadalini.

10Les dimensions du bâtiment permettent d’envisager un usage domestique mais l’hypothèse cultuelle a notre préférence. En effet, le grand nombre de monnaies trouvées dans le sol s’expliquerait bien par une pratique votive. De même, un couteau qui pourrait avoir eu une fonction sacrificielle a été laissé dans un interstice du rocher pendant la construction. L’étude des objets métalliques par Nadine Dieudonné-Glad, maître de conférences à l’Université de Poitiers, permettra de préciser ce point.

  • 4   Perhamo est un programme de recherches pluridisciplinaire de trois ans (2008 à 2010), réunissant (...)
  • 5  Les triterpènes sont des substances d’origine organique en C30 (30 atomes de carbone) de la famill (...)

11Par ailleurs, des analyses effectuées en 2008 par le laboratoire de Nicolas Garnier dans le cadre du programme Perhamo4 dirigé par Dominique Frère, maître de conférences à l’Université de Bretagne-Sud, ont mis en évidence les traces d’un mélange de fragments végétaux (feuilles, brindilles avec cires et triterpènes5) et de matière grasse animale chauffée à haute température, au fond d’une fosse située devant l’entrée du bâtiment. Ces résultats devront être affinés pour essayer de déterminer s’il s’agit de restes de pratiques sacrificielles ou de simples préparations culinaires. Quoi qu’il en soit, d’autres vestiges attestent que la zone de Callicrateia servait d’espace cultuel au début de la période hellénistique.

Fig. 3

Fig. 3

La mosaïque hellénistique

(photo G. Mermet)

Une zone cultuelle aux ive et iiie siècles av. J.-C.

12Depuis la reprise des fouilles en 2002, la mission archéologique française a découvert quatre autels rupestres inédits sur la partie occidentale du rocher de Callicrateia et quinze autels supplémentaires sur les franges d’une carrière située à une trentaine de mètres au nord-est.

13Ces autels se composent de deux ou trois compartiments rectangulaires et juxtaposés, avec parfois de petites fosses ou niches abritant des offrandes. Six scyphoi corinthiens du ive siècle avant J.-C. ont ainsi été découverts dans un autel assez rudimentaire. Un autre autel, plus monumental que les autres, présente l’inscription grecque ΚΑΛΛΙΣ ΕΥ, datée par la graphie du début de la période hellénistique comme celle de ΚΑΛΛΙΚΡΑΤΕΙΑΣ. Ces inscriptions laissent place à diverses interprétations. Elles ont été étudiées par Catherine Dobias, professeur émérite à l’Université de Bourgogne, ainsi que deux fragments erratiques d’une stèle en marbre comportant une épigramme du iiie siècle avant J.-C. où il est question des dangers de la navigation et du recours à la protection divine, sans doute celle d’Asclépios (Dobias-Lalou à paraitre).

14En plus des autels, un abondant mobilier cultuel des ive et iiie siècles avant J.-C. a été retrouvé dans le comblement d’une carrière située sous la mosaïque du bâtiment hellénistique. Près d’un millier de fragments de figurines ont été découverts ainsi que plusieurs statuettes en pierre dont trois « temple-boys », et de nombreux fragments de céramiques à vernis noir dont certains comportent des graffiti de dédicants et d’autres des représentions de divinités étudiées par Jean-Jacques Maffre, professeur à l’Université de Paris-IV (Maffre 2010 : 94, fig. 26). L’étude des figurines entreprise avec l’aide de Sophie Marini, qui prépare une thèse à l’Université de Paris-IV sur les cultes grecs et les influences libyennes, montre la présence de types fréquents en Cyrénaïque (notamment les divinités féminines coiffées du pôlos ou trônantes) mais aussi de types inédits, retrouvés en nombre significatif, qui semblent apparentés aux « temple-boys » et sont donc peut-être associés aux cultes de divinités guérisseuses (Caillou à paraître[a et b]).

Fig. 4

Fig. 4

Vue du rocher de Callicrateia depuis l’ouest

(photo J.-S. Caillou)

Un bâtiment utilitaire du Haut-Empire romain

15Au nord du rocher de Callicrateia, un bâtiment utilitaire comportant deux salles a été fouillé de 2004 à 2008. Quatre cuves de près de 4 m de profondeur sont disposées symétriquement dans le sol de la salle orientale. D’aspect piriforme, elles sont pourvues d’un enduit étanche et d’une cuvette de décantation. Cette salle a connu des réfections dont témoignent trois sols successifs avec des aménagements différents (cuvettes, systèmes de fermeture des cuves). La datation du « bâtiment aux cuves » est assez bien établie grâce aux monnaies et à l’étude céramologique menée par Michel Bonifay, chercheur au Cnrs (Centre Camille-Jullian, Université de Provence), Pascale Ballet, professeur à l’Université de Poitiers et Loïc Mazou, doctorant à l’Université de Poitiers. Sa construction remonte à la fin du ier siècle après J.-C. Le dernier sol de la salle aux cuves a été réalisé durant la deuxième moitié du iie siècle après J.-C. et le comblement des cuves est intervenu à la fin du iiie ou au début du ive siècle après J.-C.

16Il est intéressant de noter que les analyses effectuées dans les cuves par N. Garnier n’ont révélé aucune trace organique, ce qui conduit à deux hypothèses. Soit le liquide pressenti (huile, vin ou peut-être garum) n’a pas laissé de traces sur les huit échantillons prélevés, ce qui est fort surprenant et ne s’explique pas. Soit les cuves contenaient de l’eau ou un matériau ne se présentant pas sous forme fluide, comme des grains. Cette deuxième hypothèse avait été jusque-là négligée par les archéologues car ce type de cuve, assez fréquent en Cyrénaïque, ne ressemble ni à des citernes ni à des silos (Wilson2001 : 28-41).

17L’autre salle du bâtiment servait d’entrée. Elle comportait un sol de mortier qui fut enlevé pour creuser de nouvelles cuves, dont les dessins préparatoires sont visibles sur la roche. Le projet fut cependant abandonné car le sol bétonné recouvrait d’anciennes salles troglodytes remblayées et la surface de roche disponible s’avéra insuffisante.

Un bâtiment du début de la période hellénistique

18Les salles remblayées faisaient partie d’un bâtiment semi-troglodyte dégagé en 2008 et 2009. Les vestiges exhumés comprennent trois petites pièces disposées symétriquement autour d’un vestibule dont les parois comportent encore des enduits peints remarquablement conservés (1,80 m par endroit). Trois bandes de tailles inégales, jaune, bleu et rouge, se superposent jusqu’au plafond, effondré sur place.

19Ce bâtiment fut construit au tout début de la période hellénistique comme le montrent les restes de mosaïques de galets mises au jour. Quelques monnaies indiquent qu’il a été abandonné peu de temps après sa construction, vraisemblablement à la suite d’un incendie dont les traces sont visibles dans la pluparts des salles. Il pourrait résulter d’un des conflits armés qui secouèrent la Cyrénaïque entre 323 et 246 avant J.-C.

20La partie nord du bâtiment hellénistique a été arasée jusqu’au rocher qui servit ponctuellement de carrière. C’est à cet emplacement que fut construite une vaste maison durant le Bas-empire.

Une maison byzantine

21La maison, dont la fouille a commencé en 2008, comporte deux niveaux disposés en paliers pour épouser la pente du rocher. Chaque niveau, comportant trois salles en enfilade, a été transformé ultérieurement en une petite maison indépendante. Celle du niveau supérieur comprenait une cour avec citerne, une petite cuisine, une salle centrale disposant de deux placards et une dernière salle vers l’est. L’accès au niveau inférieur, conservé sur près de 1,50 m d’élévation, se faisait par un escalier donnant sur un vestibule avec citerne et sur une cuisine avec un foyer encore bien conservé. La salle centrale comprenait aussi un placard et donnait accès à une salle orientale qui fut dédoublée par l’ajout d’un mur de briques crues. Deux portes murées, dans la cuisine et dans la salle orientale, donnaient initialement accès à une terrasse sur le rocher, au nord. L’abondante céramique retrouvée date clairement l’abandon des maisons du viie siècle, sans doute à la suite de la conquête arabe, voire après. La fouille de cet édifice devrait s’achever en 2011 de même que celles du péristyle romain situé à l’ouest de la zone de Callicrateia.

Un péristyle romain

22Les fouilles entreprises du côté occidental du rocher à partir de 2007 ont permis d’identifier des niveaux d’occupations italiens, arabes et byzantins dans des salles troglodytes. Celles-ci avaient été creusées dans la paroi d’un péristyle romain dont le plan, la fonction et la datation doivent encore être précisés par une ultime campagne de fouilles dans la zone de Callicrateia, avant que les recherches de terrain ne se portent sur les nécropoles d’Apollonia.

Haut de page

Bibliographie

Caillou, J.-S. 2010. « La zone sacrée de Callicrateia à Apollonia de Cyrénaïque », in : M. Luni (éd.), Cirene e la Cirenaica nell’Antichita : atti del XI Convegno Internazionale di Archeologia Cirenaica, Urbino, June 30-July 2, 2006. Rome, L’Erma di Bretschneider (Monografica di archeologia libica, 29) : 175-185.

— À paraître(a). « Résultats préliminaires des fouilles menées de 2002 à 2010 à Apollonia de Cyrénaïque », Mélanges en l’honneur d’André Laronde, numéro spécial de la revue Karthago.

— À paraître(b). « Un nouveau lot de figurines grecques découvert à Apollonia de Cyrénaïque », in : E. Lafli & A. Muller (éd.), Figurines de terre cuite en Méditerranée orientale grecque et romaine. Production et diffusion, iconographie et fonction : colloque international, Izmir (Turquie), 2-6 juin 2007. Suppléments du Bulletin de correspondance hellénique.

Chamoux, F. 1998, « Callicrateia, divinité protectrice du port de Cyrène », in : E. Catani & S. M. Marengo (éd.), La Cirenaica in età antiqua : atti del Convegno internazionale di Studi, Macerata, 18-20 Maggio 1995. Pise-Rome, Istituti editoriali e poligrafici internazionali (Ichnia) : 137-143.

Dobias-Lalou, C. À paraître. « Prendre la mer et se confier aux dieux : une nouvelle épigramme grecque du port de Cyrène », Mélanges en l’honneur d’André Laronde, numéro spécial de la revue Karthago.

Goodchild, R. G., J. G. Pedley & D. White. 1975. Apollonia, the Port of Cyrene. Excavations by the University of Michigan 1965-1967. Tripoli, Libya Antiqua (Supplements to Libya Antiqua, IV) : 157-161, pl. 30.

Maffre, J.-J. 2010. « Céramique attique à décor d’inspiration mythologique à Thasos, à Athènes et en Cyrénaïque », in : A. Laronde & J. Leclant (éd.), Journée d’hommage à François Chamoux. Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres : 69-94.

Santucci, A. 1998. « Il santuario dell’Anax nell’agorà di Cirene », in : E. Catani & S. M. Marengo (éd.), La Cirenaica in età antiqua : atti del Convegno internazionale di Studi, Macerata, 18-20 Maggio 1995. Pise/Rome, Istituti editoriali e poligrafici internazionali (Ichnia) : 523-535.

Wilson, A. 2001. « Urban economies of Late Antique Cyrenaica », in : S. Kingsley & M. Decker (éd.), Economy and Exchange in the East Mediterranean during Late Antiquity : Proceedings of a Conference at Somerville College, Oxforf, 29th May 1999. Oxford, Oxbow : 28-43.

Haut de page

Notes

1  Mes plus vifs remerciements vont au Dr Saleh Alhasi Akab, président du Département d’archéologie de Libye, et à Brayek Kuineen, directeur du site d’Apollonia, grâce auxquels la coopération archéologique se déroule dans d’excellentes conditions.

2  Je voudrais également associer à cet hommage Denis Roques, grand historien de la Cyrénaïque du Bas-Empire, Abdulgader Mzeni, ancien contrôleur du Département des Antiquités de Cyrène, et Hadj Abdusallam Fadlallah, ancien directeur du site d’Apollonia, qui ont participé activement aux travaux de la Mission et qui nous ont aussi quittés prématurément en 2010.

3   Ces aménagements n’ont pas encore été étudiés.

4   Perhamo est un programme de recherches pluridisciplinaire de trois ans (2008 à 2010), réunissant quatre laboratoires et bénéficiant d’un financement de l’Agence nationale de la recherche, qui a pour objectif la connaissance des techniques, usages et échanges des huiles parfumées en Méditerranée occidentale aux viiie-vie siècles avant J.-C.

5  Les triterpènes sont des substances d’origine organique en C30 (30 atomes de carbone) de la famille des terpènes, classe d’hydrocarbures produits par de nombreuses plantes, en particulier les conifères.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Vue de la tour au sommet du rocher de Callicrateia
Crédits (photo G. Mermet)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 2
Légende Zone de Callicrateia, plan général des vestiges byzantins et antérieurs. Relevé topographique : G. Hallier (1978-1982-1985), P. Mahy (2003-2005), V. Miailhe (2008 à 2010), J. Vérité (2007) et S. Zugmeyer (2006) ; DAO : V. Miailhe
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1461/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Fig. 3
Légende La mosaïque hellénistique
Crédits (photo G. Mermet)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1461/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 4
Légende Vue du rocher de Callicrateia depuis l’ouest
Crédits (photo J.-S. Caillou)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1461/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Sylvain Caillou, « Apollonia de Cyrénaïque : la zone de Callicrateia », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 19-23.

Référence électronique

Jean-Sylvain Caillou, « Apollonia de Cyrénaïque : la zone de Callicrateia », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://nda.revues.org/1461 ; DOI : 10.4000/nda.1461

Haut de page

Auteur

Jean-Sylvain Caillou

Chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient (Ifapo), membre de la mission archéologique française de Libye

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org