Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Un exemple de coopération entre l’Algérie et la France

Dix ans de partenariat scientifique et culturel avec la direction régionale des Affaires culturelles (Drac) de Provence-Alpes-Côte d’Azur (service régional de l’archéologie)
Xavier Delestre
p. 16-18

Résumé

C’est à partir de l’année 2000 que le service régional de l’archéologie de la Drac Provence-Alpes-Côte d’Azur (ministère de la Culture et de la Communication) a engagé une coopération scientifique et culturelle avec l’Algérie. Les actions réalisées depuis et celles projetées peuvent être classées thématiquement en trois groupes d’activités qui intéressent respectivement la conservation et la gestion du patrimoine antique, l’encadrement à la formation supérieure, et enfin la participation à la recherche et la diffusion des connaissances.

Haut de page

Texte intégral

1C’est à partir de l’année 2000 que le service régional de l’archéologie de la Drac Provence-Alpes - Côte d’Azur (ministère de la Culture et de la Communication) a engagé une coopération scientifique et culturelle avec l’Algérie.

2Les actions réalisées depuis et celles projetées peuvent être classées thématiquement en trois groupes d’activités qui intéressent respectivement la conservation et la gestion du patrimoine antique, l’encadrement à la formation supérieure, et enfin la participation à la recherche et la diffusion des connaissances.

Le site d’Hippone

3En premier lieu, il s’agissait de mener, dans le cadre d’une coopération entre gestionnaires du patrimoine, une étude pour la préservation du site antique d’Hippone (Annaba). Cette réflexion devait conduire à l’élaboration d’un programme de mise en valeur de cet espace archéologique qui s’étend sur 25 hectares entre la ville actuelle d’Annaba et l’aéroport. Le projet a été initié dès l’année 2000 à l’invitation du Centre culturel français d’Annaba et de la wilaya. Le titre général du programme était : « Hippone : les jardins d’intelligence – les jardins de la Méditerranée ». Il fallait en effet prendre en compte, outre la dimension archéologique des lieux, les aspects environnementaux pour envisager toutes les suites possibles en termes d’utilisation du site du point de vue patrimonial et culturel (festival de musique, de théâtre, cycles de conférences…).

4Dans cette perspective, nous avons réalisé deux à trois campagnes par an sur le terrain jusqu’en 2005, avant de publier un ouvrage de synthèse (Delestre 2006). Ce travail a été élaboré en partenariat avec le ministère de la Culture et de l’Information algérien et notamment l’Agence nationale d’archéologie, de la protection des sites et monuments historiques, avec localement le concours de la circonscription archéologique et de la wilaya d’Annaba. Pour le volet archéologique du projet, nous avons constitué un dossier documentaire le plus exhaustif possible en synthétisant toutes les données de fouilles disponibles à partir des publications et des archives. En parallèle à cette enquête, nous avons entrepris un relevé général afin d’établir un état sanitaire des vestiges aujourd’hui dégagés (l’état actuel du site correspondant grosso modo à celui des dernières fouilles de Erwan Marec, qui datent de 1963). Cet état des lieux devait permettre de présenter un plan de sauvegarde, de restauration et de mise en valeur, en hiérarchisant les urgences sanitaires et en indiquant une programmation possible des travaux avec une proposition méthodologique en fonction d’un ou plusieurs parcours de visites cohérents. Parmi les actions prioritaires retenues, s’imposaient la conservation in situ des pavements de mosaïques ainsi que la gestion de l’eau, problème majeur pour la conservation des vestiges dans plusieurs zones, en particulier dans le quartier dit « des villaes du front de mer » et le forum. Ce second point est en effet tout à fait essentiel pour assurer la pérennité du site dans la mesure où l’eau est l’une des causes premières des destructions du patrimoine archéologique, phénomène parfois accéléré et aggravé dans certaines parties par une végétation luxuriante dont il convient d’assurer l’entretien en prenant en compte le caractère fragile des vestiges. C’est pour cette raison qu’une partie du programme de coopération avait pour objectif d’apporter une formation aux personnes en charge de la gestion courante du site afin d’éviter que la situation ne soit dégradée par des mesures non appropriées, par exemple, le brûlage in situ des déchets végétaux.

Fig. 1

Fig. 1

Hippone, vue générale des vestiges ; au fond à droite, la basilique contemporaine de saint Augustin

5Compte tenu de l’étendue des vestiges dégagés et de l’enchevêtrement des périodes antiques et médiévales, un effort pédagogique de présentation s’imposait : remblaiement de certains secteurs, traitement minéral ou végétal des espaces de circulation, remise en état des voiries, amélioration des conditions d’accès par l’aménagement de parking…. La longue histoire du site rend complexe, voire impossible aujourd’hui pour un visiteur arrivant sur les lieux, la lecture de l’ensemble. Sa compréhension n’a pas été facilitée par les actions de restaurations qui ont été menées à l’initiative notamment de Erwan Marec, principal découvreur du site. Leur principal objectif était de mettre en cohérence les vestiges archéologiques avec l’idée que l’on se faisait alors de la « cité de saint Augustin ». Cette optique avait conduit à l’époque à prendre quelques libertés (créations ou agrandissements de passages, reconstructions de murs…) avec les faits archéologiques, comme nous avons pu le mettre en évidence dans le « quartier chrétien » autour de ce qui est considéré depuis sa mise au jour comme la basilique de saint Augustin. L’enquête documentaire et technique visait aussi à établir un programme d’explications sous forme de panneaux installés sur le site, en complément des renseignements et des présentations qui seraient livrées dans le musée installé à proximité de l’entrée actuelle, dans un ancien fortin dominant le site. D’emblée, l’importance pédagogique de celui-ci a été soulignée dans le cadre du projet d’ensemble. C’est donc très logiquement que nous avons réalisé un inventaire des collections archéologiques dont l’essentiel a été publié dans la synthèse donnée en 2006, qui doit être complétée par des publications techniques à l’intention des archéologues ou générales destinées au grand public. C’est d’ailleurs dans cette perspective que s’inscrivaient les contributions éditées à l’occasion des manifestations organisées pour « Djezaïr. L’Année de l’Algérie en France » durant l’année 2003 (Bensaada-Haoui et al. 2003 : 282-289 ; Delestre 2003 : 88-94) et la publication collective de 2006 assurée par une coédition franco-algérienne (Edisud/Inas) sous le titre Hippone.

Un projet d’école doctorale en archéologie

6En second lieu, le partenariat a été axé sur l’enseignement. À la demande du ministère des Affaires étrangères français, une expertise a été conduite en 2007 par mes soins sur le projet de création d’une école doctorale en archéologie impliquant les principales universités algériennes (Guelma, Tlemcen, Constantine, Skikda, Biskra), des pôles universitaires français (universités Marc-Bloch de Strasbourg, Montpellier-3, Lille-3) et l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Trois spécialités dominantes étaient prévues : archéologie préventive à l’Université de Tlemcen, archéologie antique à l’Université de Guelma et archéologie musulmane à l’Université d’Alger. L’ambition était de présenter une offre de haut niveau pour la formation d’archéologues dont les missions seraient, par la suite, de conduire des opérations de terrain – fouilles préventives ou programmées –, de participer à l’élaboration de projets de mise en valeur de sites archéologiques et de faire en sorte que l’archéologie et le patrimoine trouvent une place significative dans le développement économique et social de l’Algérie.

7Le projet a été validé par les autorités administratives algériennes en 2008. En parallèle, la Drac Provence-Alpes - Côte d’Azur a signé des conventions de partenariat avec le département d’Archéologie de l’Université d’Alger et de l’Université de Guelma afin de favoriser les échanges entre la communauté des chercheurs-enseignants et des étudiants, mais aussi d’apporter un concours à la formation par une participation aux séminaires et un encadrement à des travaux de recherche au niveau de la thèse. C’est dans ce cadre que l’Université de Guelma a souhaité éditer à l’intention des étudiants en archéologie un document d’initiation (Delestre 2009).

Fig. 2

Fig. 2

Hippone, vue générale du quartier dit des villae du front de mer

Des rencontres scientifiques

8En troisième et dernier lieu, pour accompagner la mise en place de cette formation et favoriser les échanges avec la communauté archéologique internationale, il a été décidé de proposer des rencontres scientifiques. La première s’est tenue en novembre 2008 à l’Université de Guelma, sur le thème : « Inventaire archéologique, méthodes et résultats : confrontation des expériences dans l’espace méditerranéen » (coll. 2008). Elle a permis de réunir plus d’une centaine de chercheurs et de présenter des travaux se rapportant à l’Algérie, la Tunisie, Chypre, l’Égypte et la France.

9Cette coopération doit se poursuivre maintenant dans le domaine de la recherche, de la formation et de la diffusion des connaissances. Parmi les principales orientations, on mentionnera une nouvelle dynamique de terrain dont l’objectif est de réaliser une étude du peuplement dans la vallée de la Seybouse, de Guelma à Annaba. Cet inventaire associant les étudiants en archéologie de l’Université de Guelma est centré principalement sur la thématique de la gestion de l’eau dans l’Antiquité. Ce projet figure parmi les programmes inscrits au nouveau quadriennal (2011-2014) du Centre Camille-Jullian. Par ailleurs, en 2011, un colloque devrait être organisé à l’Université de Guelma sur le thème « Actualités de l’archéologie algérienne ».

Haut de page

Bibliographie

Collectif. 2008. Actes de la table ronde internationale sur Inventaire archéologique, méthodes et résultats : confrontation des expériences dans l’espace méditerranéen. Guelma, Université du 8 mai 1945, 153 p.

Bensaada-Haoui, S., B. Bizot, X. Delestre, D. Lavergne, M. Olive & F. Sumera. 2003. « Hippone », in : Algérie antique : catalogue d’exposition. Arles, Musée d’Arles et de la Provence antique : 282-289.

Delestre, X. 2003. « Coopération algéro-française pour l’étude, la conservation et la mise en valeur du site d’Hippone (Annaba) », in : « Algérie antique de l’époque numide à la conquête vandale », Dossiers d’archéologie, 286 : 88-94.

Delestre, X. (dir.). 2006. Hippone. Aix-en-Provence/Alger, Edisud/Inas, 280 p.

Delestre, X. 2009. Introduction à l’archéologie. Guelma, Université du 8 mai 1945, 70 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Hippone, vue générale des vestiges ; au fond à droite, la basilique contemporaine de saint Augustin
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 2
Légende Hippone, vue générale du quartier dit des villae du front de mer
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Delestre, « Un exemple de coopération entre l’Algérie et la France », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 16-18.

Référence électronique

Xavier Delestre, « Un exemple de coopération entre l’Algérie et la France », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/1459 ; DOI : 10.4000/nda.1459

Haut de page

Auteur

Xavier Delestre

Conservateur général du patrimoine, conservateur régional de l’archéologie à la Drac Provence-Alpes-Côte d’Azur, rattaché au Centre Camille-Jullian (Cnrs-Université de Provence), chargé d’enseignement à l’Université de Provence
xavier.delestre@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org