Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Les sanctuaires romains, de la Libye au Maroc

Véronique Brouqier-Reddé
p. 10-16

Résumé

De nombreux sanctuaires antiques avaient été dégagés, fouillés et restaurés au xixe siècle (et au xxe siècle en Afrique, mais rares furent ceux qui firent l’objet d’une monographie spécifique ; la plupart demeuraient inédits, en particulier les capitoles dont certains sont des vestiges emblématiques de l’architecture romaine (Gros 1996). Il devenait nécessaire de disposer d’une documentation architecturale, archéologique et épigraphique, et d’établir une chronologie des vestiges. Certes, depuis 1960, des découvertes, des fouilles et des études de monuments religieux ont été effectuées soit au cours de prospections à l’image du temple d’Ad Mercuri en Tingitane (Lenoir 1993), soit au cours des recherches menées sur des sites, en particulier à Carthage (Gros 1996), à Thamusida (Rebuffat 1965-1966; Rebuffat et al. 1965, 1970), à Sala, à Gholaia-Bu Njem en Tripolitaine autour du camp romain, à Volubilis, à Zilil et à Lambèse.

Haut de page

Texte intégral

1De nombreux sanctuaires antiques avaient été dégagés, fouillés et restaurés au xixe siècle (Cagnat & Gauckler 1898) et au xxe siècle en Afrique, mais rares furent ceux qui firent l’objet d’une monographie spécifique (Morestin 1980) ; la plupart demeuraient inédits, en particulier les capitoles dont certains sont des vestiges emblématiques de l’architecture romaine (Gros 1996). Il devenait nécessaire de disposer d’une documentation architecturale, archéologique et épigraphique, et d’établir une chronologie des vestiges. Certes, depuis 1960, des découvertes, des fouilles et des études de monuments religieux ont été effectuées soit au cours de prospections à l’image du temple d’Ad Mercuri en Tingitane (Lenoir 1993), soit au cours des recherches menées sur des sites, en particulier à Carthage (Gros 1996), à Thamusida (Rebuffat 1965-1966 ; Rebuffat et al. 1965, 1970), à Sala (Boube 1967, 1990a et b), à Gholaia-Bu Njem en Tripolitaine autour du camp romain (Rebuffat 1990), à Volubilis (Lenoir, Akerraz & Lenoir 1987), à Zilil (Lenoir 2005) et à Lambèse (Janon 1985).

2L’idée d’une enquête thématique sur ces monuments cultuels prit forme après la rédaction d’un mémoire universitaire sur Les sanctuaires de Tripolitaine et de Cyrénaïque rédigé à partir des données publiées et après la parution des Temples et cultes de Tripolitaine dans la collection « Études d’Antiquités africaines » (Brouquier-Reddé 1992). Cette recherche nous incita à reprendre des études sur cette problématique à partir de travaux sur le terrain pour rassembler une documentation plus approfondie et combler les lacunes de la connaissance. Le Cnrs contribua au développement de ce projet par un recrutement, puis en acceptant un changement de profil de carrière. Deux expériences de terrain, l’une à Apollonia en Cyrénaïque sous la direction de F. Chamoux, et la seconde au Maroc – une prospection archéologique du Bassin du Sebou co-dirigée par R. Rebuffat, A. Akerraz et H. Limane – orientèrent l’un des choix géographiques du projet vers l’Afrique. Les autorisations et le soutien des directions de l’Institut des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Insap) de Rabat et de l’Institut national du patrimoine (Inp) de Tunis ont été prépondérants dans le développement de ces recherches collectives.

Les monuments religieux de Maurétanie tingitane (Maroc)

3Cette première étude, co-dirigée par A. El Khayari et V. Brouquier-Reddé, fut menée de 1995 à 2007, dans le cadre des accords de la commission mixte de la coopération franco-marocaine entre l’Insap et le Laboratoire Aoroc, avec le soutien financier du ministère des Affaires étrangères et européennes et l’appui logistique du service de Coopération et -d’Action culturelle de Rabat (Brouquier-Reddé 2004b). Il s’agissait de réétudier les sanctuaires des principaux sites de Tingitane, site par site : les sanctuaires anonymes B, C et D (Brouquier-Reddé, El Khayari & Ichkhakh 1998, 2001) et le capitole de Volubilis (Brouquier & Rebuffat 1998), le temple du forum de Banasa (Brouquier-Reddé, El Khayari & Ichkhakh 2004), le temple à trois cellae de Thamusida et le quartier des temples de Lixus. Exceptés les vestiges et l’inscription du capitole de Volubilis et le temple de Melqart de Lixus mentionné par les sources littéraires, ces édifices sont fort peu connus du grand public et même des spécialistes. Si la plupart des sanctuaires considérés ont été retenus comme tels, ce n’est pas le cas pour les monuments dits cultuels du quartier des temples de Lixus.

Le quartier des temples de Lixus

4Son étude dépassait le cadre thématique du programme. Ce secteur, très complexe en raison du « squelette » architectural laissé par les précédents fouilleurs et de l’importante occupation du site de l’époque phénicienne à la fin de l’époque médiévale, comprend d’autres bâtiments publics dont des thermes et des vestiges post-antiques (maison et mosquée). Les édifices identifiés comme cultuels par M. Ponsich (1981), et repris par la communauté scientifique sans vérification, sont imbriqués dans l’un des principaux quartiers de la ville et le mieux dégagé. Le plan, l’orientation, l’interprétation et l’identification des structures, la chronologie de chacun des édifices ont été entièrement réexaminés dans le contexte évolutif du quartier, en se fondant sur l’étude des vestiges architecturaux et sur les résultats de sondages stratigraphiques. Ainsi, l’édifice H, considéré traditionnellement comme un temple d’époque phénicienne, a été construit au ier siècle avant J.-C. et abandonné à la fin du ier après J.-C. ; il était en relation avec les thermes J qui ont subi plusieurs remaniements depuis Juba jusqu’au iiie siècle (Brouquier-Reddé et al. à paraître). En revanche, sous l’édifice G à portique curviligne, le bâtiment K, d’époque maurétanienne, repose sur une structure L, d’époque phénicienne. Le sanctuaire F est le monument central du quartier à l’époque romaine. Les édifices B, C, D sont ouverts à l’est, ce qui modifie la vision connue jusqu’à présent de ce secteur (Brouquier-Reddé, El Khayari & Ichkhakh 2006, 2008 ; Brouquier-Reddé et al. 2010).

Fig. 1

Fig. 1

Lixus, le quartier dit des temples

L’architecture religieuse du site de Dougga (Tunisie)

5Après une enquête sur le terrain organisée en 1996 à l’initiative de J.-M. Roddaz, L. Maurin et M. Khanoussi (Brouquier-Reddé & Saint-Amans 1997), une seconde étude co-dirigée par J.-Cl. Golvin et M. Khanoussi puis A. Ben Abed fut lancée, entre 1997 et 2008, sur l’architecture religieuse du site de Dougga en Afrique proconsulaire. Elle s’inscrivait dans le cadre d’une convention entre l’Inp de Tunis et l’Institut Ausonius de Bordeaux, en collaboration avec l’Aoroc, et bénéficiait du soutien financier du ministère des Affaires étrangères et européennes et du service culturel de l’ambassade de France à Tunis. Le projet s’est appuyé sur le réexamen des sources épigraphiques du projet Petrae-Thugga (Khanoussi & Maurin 2000). Une étude pluridisciplinaire menée par des architectes, des historiens, des épigraphistes et des archéologues a repris l’examen de chaque monument cultuel et une restitution concertée a été proposée (Golvin 2004). Le sanctuaire de Caelestis a servi d’exemple à la méthode ; le sanctuaire des Victoires de Caracalla et celui dit de Pluton firent partie du premier volet du programme (Khanoussi 2003 ; Golvin 2003 ; Brouquier-Reddé 2003 ; Golvin & Khanoussi 2005). Les sanctuaires du centre monumental et d’autres édifices religieux de la cité, étudiés dans un second temps, sont des éléments clés de l’urbanisme depuis le règne de Massinissa jusqu’à leur remploi à l’époque byzantine (Golvin & Ben Abed à paraître).

Cultes et sanctuaires de Tunisie

6Le groupement de recherches 2319 du Cnrs sur les « Cultes et sanctuaires de Tunisie », dirigé par Fr. Baratte, a réuni, de 2001 à 2008, les équipes des sites d’Haïdra, de Jebel Oust, de Sidi Jdidi, de Dougga, d’Oudhna et de Bulla Regia. Plusieurs -journées ont favorisé les échanges sur les sanctuaires païens et les basiliques paléochrétiennes ; des exposés sur des recherches similaires menées en Libye, en Tunisie et au Maroc ont été présentés lors d’une table ronde organisée à Paris. Étaient concernées par la thématique des temples païens les opérations relatives au sanctuaire des sources à Jebel Oust (Ben Abed & Scheid 2003, 2005), au sanctuaire du culte impérial à Sidi Jdidi (Ben Abed et al. 1996, 1997), au capitole d’Haïdra (J.-Cl. Golvin, F. Béjaoui et Fr. Baratte), aux espaces cultuels de Bulla Regia (Hanoune 1990), aux sanctuaires de Dougga et au capitole d’Oudhna (Ben Hassen & Golvin 1998, 2004).

Fig. 2

Fig. 2

Volubilis, le capitole

Révision et enrichissement des données

7Les programmes menés au Maroc et en Tunisie ont développé trois actions de coopération, la première en relançant la recherche scientifique sur cette problématique, la deuxième en y associant la formation de jeunes étudiants ou de jeunes professionnels, et la troisième en mettant l’accent sur la gestion, la valorisation et la mise en valeur des sites.

8La reprise de ces dossiers s’est appuyée sur des recherches dans les archives d’Antiquités africaines conservées au Centre Camille-Jullian du Cnrs à Aix-en-Provence, dans le fonds Poinssot conservé à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris (Inha)1, dans ceux déposés à l’Inp de Tunis et au Musée archéologique de Rabat, pour réunir la documentation manuscrite et graphique, les études et les restaurations antérieures. Elles nous éclairent sur les dégagements et les premières fouilles et donnent des arguments aux hypothèses proposées. Le réexamen détaillé des descriptions des sondages pratiqués par les archéologues qui nous ont précédés a mis en évidence des structures qui avaient échappé aux commentateurs, à l’image de la redécouverte de l’escalier latéral primitif du temple de Banasa (Brouquier-Reddé, El Khayari & Ichkhakh 2004).

9Notre intervention a consisté à élaborer des plans architecturaux au tachéomètre laser, à lever des coupes et des élévations, à dessiner tous les blocs architecturaux, à relever les textes inscrits sur film plastique, à relire et à réexaminer les structures et à réaliser des fouilles et sondages stratigraphiques. La richesse des blocs architecturaux des sanctuaires de Dougga, et en particulier le lot du sanctuaire de Caelestis, incitait à une étude détaillée de l’ordre et des élévations. Des recherches spécifiques ont porté sur les autels, les niches, les portes et les porches, et les voûtes des portiques ; la comparaison entre les différents monuments du même site, en fonction de leur état de conservation, a permis de formuler des hypothèses qui ont été directement vérifiées sur le terrain.

10Les témoignages épigraphiques sur les divinités ont été enrichis. Aulisua, connu jusqu’alors en Césarienne, apparaît à Volubilis sous la forme d’Hercule (Lenoir 1986 ; Brouquier-Reddé 1994) et cette découverte complète la diffusion du culte des dii Mauri. L’épigraphie religieuse de Dougga a été réexaminée par l’équipe franco-tunisienne Thugga-Petrae (Khanoussi & Maurin 2000) et une importante synthèse sur la topographie religieuse de la cité, qui fait désormais référence, a réuni l’ensemble des sources (Saint-Amans 2004). De même, un travail universitaire a été réalisé sur le panthéon de Volubilis à partir des données épigraphiques (Brahmi 2008). L’épigraphie religieuse de Tripolitaine a fait l’objet de nombreuses révisions (citons en dernier lieu, Di Vita-Évrard 2008). Les dédicaces monumentales, les ex-voto ou les statues de culte sont indispensables pour identifier – dans certains cas – l’édifice, comme le temple de Vanammon à Bu Njem, bâti selon le plan et les dimensions d’un mausolée (Rebuffat 1990), et surtout pour désigner la divinité principale et les divinités associées. À Dougga, le positionnement des inscriptions dans les élévations a permis de réviser ou de valider les hypothèses de restitutions épigraphiques en prenant en compte les contraintes du support (dimensions, décors et cavités de scellement) et du plan restitué de l’édifice (détermination du nombre et mesures des blocs).

Des singularités régionales

11Le plan architectural adopté ne reflète pas l’identité des divinités honorées, car les contraintes du terrain disponible et de la topographie des lieux, les choix des évergètes, le modèle architectural de l’époque l’emportent sur les exigences cultuelles. La vingtaine de sanctuaires de Dougga, datés et identifiés, en sont une parfaite illustration, avec leurs plans variés à cella unique, à cellae multiples (de trois à cinq), les ordres et leur décor architectural. Les sanctuaires de Bu Njem à l’Est ou les temples de Maurétanie tingitane à l’Ouest offrent des caractéristiques propres, éloignées des vastes monuments cultuels des emporia de la côte de Tripolitaine (Leptis Magna et Sabratha) où l’influence de Rome est plus marquée. Seule exception, la règle de la localisation périurbaine est respectée pour l’implantation des sanctuaires de divinités africaines aussi bien à Volubilis (sanctuaire B), à Dougga (Caelestis et Saturne), à Bu Njem (Mars Canapphar, Vanammon et Jupiter Hammon) que dans d’autres cités d’Afrique.

12L’évolution et les transformations de l’aire sacrée, qui faisaient souvent défaut dans les publications antérieures, sont de mieux en mieux examinées : ainsi quatre phases, du simple tophet au vaste temple à cour et cellae latérales, ont été distinguées au sanctuaire anonyme B de Volubilis (Brouquier-Reddé, El Khayari & Ichkhakh 1998). Le plan initial peut être complètement modifié pour construire le plan-type romain à podium et cour à portiques, avec ou sans variantes provinciales. Ainsi on observe la transformation de temples géminés (jumelés) ou à triple cellae vers un modèle à plusieurs cellae sur podium (on compte quatre cellae au sanctuaire D de Volubilis et sept cellae à Banasa). Les temples à plusieurs cellae sur podium n’ont pas été construits d’un seul jet. Avec des plans initiaux différents, ce type architectural est adopté à la même époque – début du iie siècle après J.-C. – à Banasa et à Volubilis, et sans doute aussi à Sala, mais il n’est pas attesté à Lixus.

Fig. 3

Fig. 3

Volubilis, sanctuaire B : vase cinéraire contenant des ossements carbonisés d’animaux

13Le projet de transformation du centre numide de Dougga s’organise depuis l’ouest vers l’est à partir de l’époque julio-claudienne jusqu’à l’époque antonine. Tous les indices sont pris en compte, depuis le type d’appareil jusqu’au matériau employé (Brouquier-Reddé 2008 ; Golvin & Ben Abed à paraître). Le plan initial est restitué à partir des observations des différents remaniements. Les anomalies architecturales (changement d’orientation ou de niveau) mettent en évidence l’existence de monuments antérieurs, soit remployés dans les constructions postérieures, soit entièrement recouverts sous un remblai. Le dossier de Dougga a donné lieu à une série d’hypothèses vérifiées par des sondages, et des propositions de restitution des édifices en 2D et en 3D ont été finalisées.

14Ces différentes opérations revêtent un intérêt de premier ordre puisqu’elles permettent de mieux cerner les permanences et l’évolution de l’architecture religieuse antique, pour aboutir à une étude comparative à l’échelle de l’Afrique antique et des autres provinces romaines. Ainsi le dossier architectural du sanctuaire d’Isis à Sabratha a fait l’objet d’une révision à partir des documents publiés (Golvin 2008).

15L’existence d’un tophet maurétanien à Volubilis, avec plus de neuf cents stèles votives anépigraphes associées à des vases cinéraires remplis d’ossements animaux, rappelle l’importance de l’influence de Carthage dans la vie religieuse jusque dans le nord du Maroc. M. Le Glay (1961, 1966a et b) avait attiré l’attention sur les différents types d’offrandes animales, en particulier dans les sanctuaires de Saturne. Il était nécessaire de revoir les méthodes de prélèvement et d’analyses des restes fauniques. L’examen archéozoologique de ce tophet modifie les identifications anciennes des espèces animales, publiées jusqu’alors en Afrique (Le Glay 1966b), et en précise l’âge d’abattage (Brouquier-Reddé, El Khayari & Ichkhakh 1998 ; Brouquier-Reddé 2004a ; El Khayari et al. sous presse). Les ossements n’étaient pas prélevés systématiquement sur les chantiers archéologiques. Ainsi, lors de la fouille du sanctuaire anonyme B de Volubilis, ces restes ont été collectés et ramassés ; on procéda alors au tamisage des terres pour recueillir la moindre esquille. Tous les ossements, en particulier les os brûlés provenant des vases cinéraires, ont été inventoriés et étudiés. La typologie des urnes associée a été établie (Brouquier-Reddé, El Khayari & Ichkhakh 1998). Les stèles votives dont le décor était soit peint, soit incisé, soit en bas-relief, ont été réexaminées en tenant compte du contexte de découverte et de leur remploi dans les structures (Brouquier-Reddé, Ichkhakh & El Khayari1999).

16Cette enquête thématique se prolonge aujourd’hui. S. Saint-Amans, H. Dridi et M. Sebaï après ses recherches sur La vie religieuse dans les cités de Zeugitane (Sebaï 2007), ont lancé le projet d’un corpus des lieux de culte d’Afrique – une extension géographique du programme Fana, Templa, Delubra dirigé par J. Scheid – qui permettra sans aucun doute d’engager des recherches sur le terrain à partir de cette base documentaire et après des campagnes préliminaires de relevés des blocs et des vestiges en plan et en élévation. Plus à l’ouest, les résultats obtenus lors des fouilles menées actuellement à Kouass laissent supposer que le dossier religieux de la Tingitane devrait s’enrichir (Bridoux & Kbiri Alaoui à paraître).

Une coopération fructueuse

17Ces travaux ont été entrepris conjointement par des chercheurs, des historiens, des épigraphistes, des archéologues, des architectes, des topographes, des dessinateurs, des céramologues, des archéozoologues et des étudiants (écoles d’architecture, universités et élèves de l’Insap) des pays hôtes et de la France, chacun apportant son savoir-faire. Cette approche pluridisciplinaire a permis de réviser les hypothèses proposées et d’élaborer un modèle plus proche de l’état d’origine du monument. Après un apprentissage des méthodes ou du maniement des instruments, un important travail de relevé des blocs, des élévations ou des plans a été entrepris. Le tachéomètre laser a remplacé l’alidade. Des normes de dessins, d’enregistrement du matériel archéologique et des données stratigraphiques ont été définies ; des rapports d’opérations ont été remis aux organismes de tutelle. L’informatique et la photographie numérique facilitent désormais l’archivage multiple des archives.

Colloques et publications

18Des communications faites dans des colloques internationaux, dont ceux co-organisés par les instituts de Tunis (Inp) et de Rabat (Insap), la Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (Sempam), l’Aoroc, l’Institut Ausonius de l’Université de Bordeaux-3 ou l’Africa romana (Università di Sassari), des articles et des monographies collectives concrétisent les résultats de la coopération en Afrique du Nord. Un colloque sur cette thématique élargie à l’époque médiévale a été organisé à Tripoli par la Sempam (coll. 2008). Les éditions de l’Inp, de l’Insap, de l’Université de Bordeaux-3, du Cnrs et de l’École française de Rome mises en place des deux côtés du Bassin méditerranéen développent leur diffusion. Le réseau inter-universitaire africain de l’École pratique des hautes études, dirigé par J. Desanges puis par Fr. Déroche, apporta son soutien financier à la valorisation scientifique des résultats lors des colloques internationaux.

Fig. 5

Fig. 5

Banasa, les aménagements cultuels devant le temple du forum

Formations universitaires

19Les programmes ont été l’occasion de mettre en œuvre des formations in situ sur les chantiers. Ces collaborations ont favorisé la formation d’étudiants et de techniciens français et maghrébins sur les fouilles programmées en Afrique du Nord et en France. Les équipes de recherche à Aix-en-Provence, à Paris et à Bordeaux contribuent, de façon régulière, à l’accueil des étudiants et chercheurs dans le cadre des échanges des Umr, des universités ou de l’École normale supérieure Ulm-Paris, grâce aux bourses du service de coopération des ambassades de France ou de la Commission mixte de coopération universitaire (Cmcu). De nombreux travaux universitaires (mémoire d’École d’architecture, mémoire du Cours de Tunis, doctorat) ont été soutenus dans les universités françaises, les enseignants-chercheurs et chercheurs en assurent l’encadrement ; certains travaux sont inscrits en co-tutelle dans les universités du Maghreb. L’accès aux bibliothèques spécialisées est un atout essentiel. Des séjours pour la préparation des publications sont également organisés en alternance dans chaque pays soit sur le site, soit dans les locaux des Instituts ou des équipes.

Restitutions et mises en valeur

20L’étude des monuments a été finalisée par des hypothèses de restitutions du plan et de l’élévation des édifices. Le rassemblement des blocs épars sur l’édifice d’origine permet de proposer des restitutions des aménagements détruits et de le rendre plus lisible auprès du grand public ; le circuit de la visite a été modifié à Oudhna et à Dougga, sur la base des propositions de J.-Cl. Golvin ; le temple du forum de Banasa doit faire l’objet d’une nouvelle présentation à partir du dossier scientifique. Des présentations sur internet (Dougga sur le site du Maee) ou dans des revues (Brouquier-Reddé & Brosse 2005) valorisent de façon attrayante les recherches et les sites.

Recherches sur les monuments religieux de Maurétanie tingitane

Abdelaziz El Khayari, enseignant-chercheur, Insap — Abdelfattah Ichkhakh, conservateur -d’Essaouira, délégation du ministère de la Culture — Hicham Hassini, conservateur de Lixus, délégation culturelle de Larache — Brahim Mlilou, conservateur adjoint de Lixus, délégation culturelle de Larache — M’hamed Alilou, dessinateur, conservation de Volubilis — Véronique Brouquier-Reddé, chargée de recherche au Cnrs, Umr 8546 Aoroc Ens — Jacques Alexandropoulos, professeur à l’Université de Toulouse — Cathy Lefevre, architecte — Alain Gelot, ministère de la Culture et de la Communication — Frédéric Poupon, archéozoologue, Ville de Reims — Christophe Bailly, infographiste au Cnrs, Umr 8546 Aoroc Ens — Claudine Bray, technicienne au Cnrs, Umr 8546 Aoroc Ens.

Architecture religieuse de Dougga

Jean-Claude Golvin, directeur de recherche au Cnrs, Institut Ausonius, Umr 5607, Université de Bordeaux-3, architecte, conseiller technique du Projet de mise en valeur de Dougga — Aïcha Ben Abed, directrice de recherche honoraire, Inp — Mustapha Khanoussi, directeur de recherche, Inp — Véronique Brouquier-Reddé, chargée de recherche au Cnrs, Umr 8546 Aoroc Ens — Louis Maurin, professeur honoraire, Université de Bordeaux-3, épigraphiste — Sophie Saint-Amans, pensionnaire à l’Inha, épigraphiste — Laurence Cavalier, maître de conférence à l’Université de Bordeaux-3, Institut Ausonius — Cathy Lefevre, architecte — Philippe Martinez, ingénieur de recherche au Cnrs, Umr 8546 Aoroc Ens — François Ory, assistant-ingénieur Cnrs, Umr 8546 Aoroc Ens — Dhafer Mneri, architecte stagiaire, Tunis — Mohammed Ali Beji, architecte stagiaire, Tunis — Khaled Karoui, architecte, Inp — Temimi Amdouni, dessinateur Conservation du site de Dougga, Inp — Mohammed Ali Chehidi, technicien, Conservation du site de Dougga, Inp — Dhabi Hannachi, dessinateur, Conservation du site de Dougga, Inp — Msaddek Jbeli, dessinateur, Conservation du site de Dougga, Inp — Salaheddine Ayari, dessinateur, Conservation du site de Dougga, Inp.1. S. Saint-Amans, pensionnaire de l’Inha, est en charge de cet inventaire et de son étude.

Haut de page

Bibliographie

Ben Abed, A., M. Bonifay, M. Fixot M. & M. Griesheimer. 1996. « Chronique 1995. Sidi Jdidi », Mélanges de l’École française de Rome, 108, 1 : 496.

 1997. « Chronique 1996. Sidi Jdidi », Mélanges de l’École française de Rome, 109, 1 : 495-500.

Ben Abed, A. & J. Scheid. 2003. « Sanctuaire des eaux, sanctuaire de sources, une catégorie ambiguë : l’exemple de Jebel Oust (Tunisie) », in : O. de Cazanove & J. Scheid (éd.), Sanctuaires et sources. Les sources documentaires. Naples, Centre Jean-Bérard : 7-14.

— 2005. « Nouvelles recherches archéologiques à Jebel Oust (Tunisie) », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 149, 1 : 321-349.

Ben Hassen, H. & J.-C. Golvin. 1998. « Les monuments publics, 2. Le capitole», in : H. Ben Hassen & L. Maurin, Oudhna (Uthina) la redécouverte d’une ville antique de Tunisie. Bordeaux, Ausonius (Mémoires, 2) : 117-130.

— 2004. « Le capitole d’Uthina », in : H. Ben Hassen &L. Maurin. « Oudhna, colonie de vétérans de la XIIIe légion. Bordeaux, Ausonius (Mémoires, 13) : 93-116.

Boube, J. 1967. « Documents d’architecture maurétanienne au Maroc », Bulletin d’archéologie marocaine, VII : 263-369 [276 à 280, 334, 336, 338, 340-348, fig. 13-14, pl. xxiv-xxv].

— 1990a. « La dédicace du Capitole de Sala (Maroc) et la base honorifique de C. Hosidius Severus », Mélanges de l’École française de Rome, 102, 1 : 213-246.

— 1990b. « Une statue-portrait de Ptolémée de Maurétanie à Sala (Maroc) », Revue archéologique, 2 : 331-360.

Brahmi, N. 2008. Volubilis : approche religieuse d’une cité de Maurétanie Tingitane. Le Mans, Université du Maine, thèse de doctorat.

Bridoux, V. & M. Kbiri Alaoui. À paraître. « Chronique 2010, Kouass », Mélanges de l’École française de Rome.

Brouquier, V. & R. Rebuffat. 1998. « Recherches sur le bassin du Sebou, IV. Le temple de Vénus à Volubilis », Bulletin d’archéologie marocaine, XVIII : 127-139, 3 figures, 7 planches.

Brouquier-Reddé, V. 1992. Temples et cultes de Tripolitaine. Paris, Éditions du Cnrs (Études d’Antiquités africaines), 352 pages, 113 figures.

— 1994.« De Saturne à Aulisua. Quelques remarques sur le panthéon de la Maurétanie tingitane », in : L’Afrique, la Gaule, la religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay. Bruxelles, Latomus (Collection Latomus, 226) : 154-164, pl. xxii-xxv.

— 2003. « La place du sanctuaire de la Victoire germanique de Caracalla à Dougga dans la typologie de l’architecture religieuse païenne de l’Afrique romaine », in :M. Khanoussi (éd.), L’Afrique du Nord antique et médiévale, op. cit. : 457-470.

— V. 2004a. « VI. Les offrandes en Afrique romaine», in : E. Simon et al., Offrandes, Thesaurus Cultus et Rituum Antiquorum (ThesCRA), t. I, vol. 2d. Los Angeles, The J. Paul Getty Museum : 432-436, pl. 129-130.

— 2004b. « Les monuments religieux de Maurétanie tingitane », in : Archéologies, 20 ans de recherches françaises dans le monde. Paris, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie - Éditions Adpf-Erc : 239-240.

— 2008. « Chantiers de construction de sanctuaires en Gaule et en Afrique à l’époque romaine : bilan des données récentes », in : A. Pizzo, S. Camporeale & H. Dessales, Arqueología de la construcción,I. los procesos constructivos en el mundo romano : Italia y provincias occidentales [Workshop celebrado en Mérida el 25-26 de octubre de 2007]. Mérida, Instituto de arqueología de Mérida (Anejos del Archivo español de arqueología, 50) ; Sienne, Università degli studi de Siena - Paris, École normale supérieure : 311-321.

Brouquier-Reddé, V. & F. Brosse. 2005. « Volubilis à travers les siècles », in : « L’Afrique romaine : dossier », Géo, 312, février : 50-53 (dépliant).

Brouquier-Reddé, V., A. El Khayari & A. Ichkhakh. 1998. « Le temple B de Volubilis : nouvelles recherches », in :« Hommages à Georges Souville, 2 », Antiquités africaines, 34 : 65.

— 2001.« Recherches sur les monuments religieux de Maurétanie tingitane : de Louis Chatelain à la mission Temples », in : Actes des 1res Journées nationales d’archéologie et du patrimoine « Plus d’un siècle de recherches archéologiques au Maroc », Rabat, 1-4 juillet 1998. Rabat, Société marocaine d’archéologie et du patrimoine (Smap), vol. 2 : 187-197.

— 2004. « Le temple du forum de Banasa : nouvelles recherches », in : M. Khanoussi, P. Ruggeri & C. Vismara (dir.), L’Africa romana. Ai confini dell’Impero. Contatti, scambi, conflitti : atti del XV convegno di studio, Tozeur, 11-15 dicembre 2002. Rome, Edizione Carocci (Pubblicazioni del Dipartimento di storia dell’Università di Sassari, Nuova serie) : 855-868.

— 2006. « Lixus, de l’époque phénicienne à l’époque médiévale, le quartier dit des temples », in : A. Akerraz, P. Ruggeri, A. Siraj & C. Vismara (éd.), L’Africa romana. Mobilità delle persone e dei popoli, dinamiche migratorie, emigrazioni ed immigrazioni nelle province occidentali dell’Imperio romano : atti del XVI Convegno internazionale di studi, Rabat, 10-13 dicembre 2004. Rome, Edizione Carocci (Collana del Dipartimento di storia dell’Università di Sassari, Nuova serie, 31), vol. 4, p. 2157-2174, fig. 1-6.

— 2008. « Les édifices religieux de Lixus (Maurétanie tingitane) », in : coll., Lieux de cultes…, op. cit. :129-139.

Brouquier-Reddé, V., A. Ichkhakh & A. El Khayari. 1999. « Les stèles votives de Maurétanie tingitane : un complément au catalogue du temple B de Volubilis», in : S. Lancel (dir.), Numismatique, langues, écritures et arts du livre, spécificité des arts figurés : 121e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nice, 1996 ; 7e colloque international d’histoire et d’archéologie d’Afrique du Nord, Nice, 21-31 octobre 1996. Paris, Cths : 343-370.

Brouquier-Reddé, V., A. Ichkhakh & A. El Khayari, H. Hassini & F. Poupon. 2010. « L’occupation phénico-punique du quartier dit des temples de Lixus », in : G. Bartoloni, P. Matthiae, L. Nigro & L. Romano (éd.), Tyr, Cartagine, Lixus, nuove acquisizioni : atti del Convegno internazionale in onore della Professora Maria Giulia Amadasi Guzzo, Roma, 24-25 dicembre 2008, Vicino Oriente. Rome : 39-59.

Brouquier-Reddé, V., A. Ichkhakh & A. El Khayari, H. Hassini. À paraître. « Les thermes du quartier des temples à Lixus », in : A. Akerraz, V. Brouquier-Reddé & E. Lenoir (éd.), De Rome à la Maurétanie tingitane. Hommages à la mémoire de Maurice Lenoir : actes de la table ronde internationale, Rabat, 25-26 novembre 2010.

Brouquier-Reddé, V. & S. Saint-Amans. 1997. « Épigraphie et architecture religieuse à Dougga : l’exemple des templa Concordiae, Frugiferi, Liberi Patris, Neptuni », in :M. Khanoussi & L. Maurin (dir.), Dougga, études épigraphiques, op. cit. : 175-199, pl. 16-19.

Cagnat, R. & P. Gauckler. 1898. Les monuments historiques de la Tunisie, I. Les monuments antiques. Les temples païens. Paris, E. Leroux.

Collectif. 2008. Lieux de cultes : aires votives, temples, églises, mosquées :IXe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, Tripoli, 19-25 février 2005. Paris, Cnrs Éditions (Études d’Antiquités africaines).

Di Vita-Évrard, G. 2008. « Le temple d’Apollon à Lepcis Magna », in : collectif, Lieux de cultes…, op. cit.:73-81.

El Khayari, A., V. Brouquier-Reddé, A. Ichkhakh & F. Poupon. Sous presse. « Les offrandes du sanctuaire B à Volubilis », in : 30 ans d’archéologie marocaine. Mélanges en l’honneur de Madame J. Benslimane, Rabat, 9-10 décembre 2005. Rabat, Insap.

Golvin, J.-C. 2003. « Le rôle de la restitution dans l’architecture des temples de Dougga », in :M. Khanoussi (éd.), L’Afrique du Nord antique et médiévale, op. cit.: 471-489.

— 2004. « L’architecture religieuse de Thugga (Dougga) », in : Archéologie. 20 ans de recherches françaises dans le monde. Paris, Maison de -l’archéologie et de l’ethnologie, éditions Adpf-Erc : 249-251.

— 2008. « La restitution architecturale de l’Iseion de Sabratha », in : L. Gabolde (éd.), Hommages à Jean-Claude Goyon. Le Caire, Ifapo (Bibliothèque d’étude): 227-241.

Golvin, J.-C. & A. Ben Abed. À paraître. Dougga, études d’architecture religieuse, 2. Les sanctuaires du centre monumental. Bordeaux, Ausonius (Mémoires).

Golvin, J.-C. & M. Khanoussi (dir.). 2005. Dougga, études d’architecture religieuse. Les sanctuaires des Victoires de Caracalla, de « Pluton » et de Caelestis. Bordeaux, Ausonius (Mémoires, 12), 214 p., 200 fig., 2 dépl.

Gros, P. 1996. L’architecture romaine du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, 1. Les monuments publics. Paris, Picard (Les manuels d’art et d’archéologie antiques), 503 p.

Janon, A. 1985. « Recherches à Lambèse III : essai sur le temple d’Esculape », Antiquités africaines, 21 : 35-102.

Hanoune, R. 1990. « Opus africanum à Bulla Regia (Tunisie) », in : A. Mastino (éd.), L’Africa romana : Atti del VII Convegno di studi, Sassari, 15-17 dicembre 1989. Sassari, Edizioni Gallizzi (Pubblicazioni del Dipartimento di storia dell’Università di Sassari) : 409-414.

Khanoussi, M. (éd.). 2003. L’Afrique du Nord antique et médiévale :actes du VIIIe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, Ier colloque international sur l’histoire et l’archéologie du Maghreb, Tabarka (Tunisie), 8-13 mai 2000. Tunis, Institut national du Patrimoine.

Khanoussi, M. & L. Maurin (dir.). 1997. Dougga, études épigraphiques. Actes de la table ronde de Bordeaux, 1996. Bordeaux, Ausonius (Études, 1), 277 p.

— 2000. Dougga : fragments d’histoire. Choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées (ier-ive siècles). Bordeaux-Tunis, Ausonius (Mémoires, 3), 349 p., 245 ill.

Le Glay, M. 1961. Saturne africain : monuments, 1. Afrique proconsulaire.Paris, Arts et métiers graphiques, 465 p.

— 1966a. Saturne africain : monuments, 2. Numidie - Maurétanies. Paris, Éditions du Cnrs, 367 p.

— 1966b. Saturne africain. Histoire. Paris, De Boccard (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 205), xvi-524 p.

Lenoir, M. 1986. « Aulisva, dieu maure de la fécondité », in : A. Mastino (éd.). L’Africa romana : atti del III Convegno di studio, Sassari, 13-15 dicembre 1985. Sassari, Edizioni Gallizzi (Pubblicazioni del Dipartimento di storia dell’Università di Sassari) : 295-302.

Lenoir, M. 1993. « Ad Mercuri templum. Voies et occupation antiques du nord du Maroc », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, 100 : 507-520, pl. 98-100.

— 2005. « Le Maroc du nord : le site de Zilil et sa région », in : Archéologies. 20 ans de recherches françaises dans le monde. Paris, Ministère des Affaires étrangères : 234-236.

Lenoir, M., A. Akerraz & E. Lenoir. 1987. « Le forum de Volubilis. Éléments du dossier archéologique », in : Los foros romanos de las provincias occidentales : Actas de la Mesa redonda Valencia 27-31 enero 1986. Madrid, Ministerio de Cultura : 203-219.

Morestin, H. 1980. Le temple B de Volubilis. Paris, Éditions du Cnrs (Études d’Antiquités africaines), 294 pages, lii pages de pl., dépl.

Ponsich, M. 1981. Lixus : le quartier des temples. Étude préliminaire. Rabat, Musée des Antiquités (Études et travaux d’archéologie marocaine, 9), 148 p.

Rebuffat, R. 1965-1966. « Le bâtiment à bossages du quartier du fleuve à Thamusida (Maurétanie tingitane) », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, n. s. 1-2 : 169-186.

— 1990. « Divinités de l’oued Kebir (Tripolitaine) », in : L’Africa Romana : Atti del VII Convegno di studi, Sassari 15-17 dicembre 1989. Sassari, Edizione Gallizi (Pubblicazioni del Dipartimento di storia dell’Università di Sassari) : 119-159.

Rebuffat, R. et al. 1965. Thamusida. Fouilles du service des Antiquités du Maroc, I. Paris, E de Boccard (Mélanges d’archéologie et d’histoire, École française de Rome, 2), 301 p., 181 pl. hors texte.

Rebuffat, R. et al. 1970. Thamusida. Fouilles du Service des Antiquités du Maroc, II. Paris, École française de Rome (Mélanges d’archéologie et d’histoire, suppléments, 2), 359 p., 46 fig. et 58 pl. hors texte.

Saint-Amans, S. 2004. Topographie religieuse de Thugga, ville romaine d’Afrique Proconsulaire. Pessac, Ausonius (Scripta antiqua, 9), 432 p.

Sebaï, M. 2007. La vie religieuse dans les cités de Zeugitane (ier-ive siècle de notre ère). Thèse de doctorat, Paris, Université de Paris-I.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Lixus, le quartier dit des temples
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 2
Légende Volubilis, le capitole
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 3
Légende Volubilis, sanctuaire B : vase cinéraire contenant des ossements carbonisés d’animaux
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1457/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 4
Légende Volubilis, stèles votives du sanctuaire B
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1457/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1457/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 5
Légende Banasa, les aménagements cultuels devant le temple du forum
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1457/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Brouqier-Reddé, « Les sanctuaires romains, de la Libye au Maroc », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 10-16.

Référence électronique

Véronique Brouqier-Reddé, « Les sanctuaires romains, de la Libye au Maroc », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://nda.revues.org/1457 ; DOI : 10.4000/nda.1457

Haut de page

Auteur

Véronique Brouqier-Reddé

Chargée de recherches au Cnrs, Archéologie de l’Orient et des l’Occident et textes anciens (Umr 8546), Cnrs, école normale supérieure Ulm, Paris
veronique.redde@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org