Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Ausonius en Tunisie 1989-2010

Bilan et perspectives
Samir Aounallah et Jérôme France
p. 7-10

Résumé

L’Institut Ausonius est présent en Tunisie depuis 1989 dans le cadre d’une collaboration franco-tunisienne. La première réalisation a été la Carte archéologique de Bir Mcherga (Ben Baaziz & Maurin), achevée en 1992 et publiée par l’Institut national du patrimoine de Tunisie (Inp) en 2003.

Haut de page

Texte intégral

1L’Institut Ausonius est présent en Tunisie depuis 1989 dans le cadre d’une collaboration franco-tunisienne. La première réalisation a été la Carte archéologique de Bir Mcherga (Ben Baaziz & Maurin), achevée en 1992 et publiée par l’Institut national du patrimoine de Tunisie (Inp) en 2003.

Le corpus des inscriptions latines de Dougga

  • 1  L’édition des inscriptions publiques inédites est en suspens.

2En 1993 fut mis sur pied un programme qui visait à réaliser l’important corpus des inscriptions latines de Dougga, en suivant le système Petrae, mis au point et coordonné par A. Bresson dans le cadre d’Ausonius ; les recherches conduites sur le terrain par les deux équipes associées, française et tunisienne, sous la direction de M. Khanoussi, maître de recherche à l’Inp, et de L. Maurin, se poursuivirent jusqu’en 1998 avec des missions complémentaires jusqu’en 2006 et donnèrent lieu à une série de publications (Khanoussi & Maurin 1997, 2000, 2002)1. Ce programme avait l’agrément du Groupe de travail tuniso-français de coopération sur le patrimoine archéologique et historique, piloté par le ministère (français) des Affaires étrangères et l’Inp.

Fig. 1

Fig. 1

 Dougga, le forum : les travaux de mise en valeur

Le programme Oudhna

3Parallèlement, un autre programme fut élaboré sur l’initiative du directeur du grand site d’Oudhna (Uthina), Habib Ben Hassen, directeur des Études à l’Agence nationale de mise en valeur du patrimoine (Amvppc) et chargé de recherche à l’Inp. Ce programme résultait d’une convention entre le ministère de la Culture (France ; D. Barraud, J.-L. Massy), l’Inp (Tunisie ; Habib Ben Hassen) et Ausonius (L. Maurin, J.-Cl. Golvin). Dans la grande banlieue sud de Tunis, on projetait de créer avec cette importante ville romaine un parc archéologique, et le programme avait pour objet de dresser un bilan des vestiges antiques, d’en faire un relevé et une étude générale, d’accompagner la fouille des principaux monuments (amphithéâtre, capitole, thermes). L’étude, l’anastylose, la restauration et la mise en valeur de ces monuments furent dirigées par J.-C. Golvin, directeur de recherche au Cnrs. Le site et ses environs furent ainsi explorés de 1994 à 1997, avec des missions complémentaires jusqu’en 2002, et les résultats furent donnés dans deux ouvrages (Ben Hassen & Maurin 1998, 2004).

Fig. 2

Fig. 2

Dougga, le sanctuaire de Caelestis : étude architecturale du temple

Recherches sur les sanctuaires de Dougga

  • 2  Publication en préparation.

4À partir de 1998 et jusqu’en 2000, un autre programme fut mis en œuvre à Dougga sous la direction de J.-Cl. Golvin et M. Khanoussi ; il a été poursuivi de 2001 à 2003 sous la direction de J.-Cl. Golvin et A. Ben Abed, directeur de recherche à l’INP, et complété par des missions jusqu’en 2006, donnant lieu chaque année à des rapports détaillés rédigés par V. Brouquier-Reddé, chargée de recherche au Cnrs, et par J.-Cl. Golvin. Il a porté d’abord sur l’étude de sanctuaires du pourtour du centre urbain (Golvin & Khanoussi 2005), puis sur ceux de la périphérie du forum2 : relevés, sondages archéologiques, épigraphie. Ce programme a compris la formation sur le terrain, par J.-Cl. Golvin et V. Brouquier-Reddé, de jeunes architectes et archéologues tunisiens. A. Ben Abed et J.-Cl. Golvin ont en outre dirigé un programme de mise en valeur du site de Dougga ; il a donné lieu en 2008 à un rapport dont le texte et les illustrations sont en bonne partie reproduits sur le site internet de Dougga. La page Dougga du site internet France diplomatie - Les carnets d’archéologie du ministère des Affaires étrangères est une des plus fournies et donne une idée du travail qui y a été réalisé.

Le programme Thignica

5Pour faire suite à ces travaux, l’Institut Ausonius vient d’engager une nouvelle mission à Aïn Tounga (Thignica), à 80 km à l’ouest de Tunis ; elle est menée par une équipe franco-tunisienne conduite par Samir Aounallah, maître de recherche à l’Inp, et Jérôme France, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Bordeaux-3. Cette mission procède d’une commune volonté de poursuivre la collaboration d’Ausonius en Tunisie sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères et de l’Université de Bordeaux-3, et avec la participation du Laboratoire d’archéologie de l’École normale supérieure (Aoroc Umr 8546). En mars 2010, une convention mettant en place un quadriennal a été signée entre M. Fathi Bejaoui, directeur de l’Inp, et M. Patrice Brun, président de l’Université de Bordeaux-3. Cette collaboration se fait dans l’esprit qui a été la marque de ces institutions et des opérations successives, c’est-à-dire celui d’une coopération étroite avec les partenaires tunisiens, en particulier l’Inp et l’Agence de mise en valeur du patrimoine et de promotion culturelle (Amvppc), notamment dans les domaines des publications et de la formation d’étudiants tunisiens et français.

6Le programme Thignica a été intégré dans la préparation du nouveau quadriennal de recherche préparé par l’Institut Ausonius pour 2011-2014. Il bénéficie en outre du soutien de l’Anr à travers le programme Eau-Maghreb, coordonné par M. François Baratte (Université de Paris-IV). Il vise à explorer l’histoire et l’évolution urbaine d’un site antique encore peu exploité et susceptible de livrer des informations de premier ordre pour notre connaissance de la vie municipale et du développement urbain du territoire de la colonie de Carthage (pertica Carthaginiensis) et de l’Afrique romaine dans son ensemble.

Histoire de Thignica

7Le site de Thignica, aujourd’hui Aïn Tounga, se trouve à 86 km au sud-ouest de Tunis et à une quinzaine de kilomètres du site de Thugga (Dougga), sur la route qui conduit vers le Kef, l’antique Sicca Veneria. Les sources anciennes sont assez discrètes sur Thignica. La ville est attestée par Ptolémée, ainsi que par la Table de Peutinger (Thignica), qui font d’elle une station routière importante sur la voie reliant Carthage à Théveste, dans la province d’Afrique proconsulaire. Quant à l’épigraphie locale, elle nous livre les formes Thignica-Thignicensis et confirme donc les leçons attestées par les sources que nous venons d’énumérer.

8Jusqu’en 46 avant J.-C., Thignica faisait partie du royaume numide. Son passé préromain est illustré à la fois par son toponyme précédé par le préfixe Th- qui, dans la langue berbère, signifie source, ainsi que par une dédicace à Tanit rédigée en néo-punique. L’histoire de la ville sous la domination romaine repose exclusivement sur les renseignements fournis par l’épigraphie. Sur le plan des institutions et du statut municipal, Thignica constitue un cas unique. C’est, en effet, la seule cité de l’Empire romain qui est dite à deux parties : utraque pars ciuitatis Thignicensis, expression qui figure sur deux inscriptions latines provenant de la ville, CIL VIII, 1419 = 15212 et 15207. On a longtemps considéré que cette expression était synonyme de pagus et ciuitas, que Thignica était donc une commune double, comme le sont ses voisines Thugga, Thibursicu Bure et d’autres.

  • 3  Auparavant on lisait municipium Septimium Aurelium Antoninianum [Alexandrianum] Herculeum Frugifer (...)

9Mais ce schéma municipal ne convient guère à Thignica, car le génitif civitatis indique bien que les deux parties dépendent de la civitas, alors que le pagus est juridiquement indépendant de celle-ci. Utraque pars serait synonyme de pars Romana et de pars Africana, comme on pourrait l’inférer des exemples de Sua – où sont attestés des Afri et ciues Romani Suenses(CIL VIII, 25850) – et d’Alma où il est fait mention des ciues Romani Almenses (Beschaouch 1974 : 221, no 1), qui, dans ce cas, doivent normalement s’opposer aux Afri Almenses. À Thignica, on aurait plus simplement un groupement de citoyens romains, et sans doute carthaginois, vivant en symbiose avec (et dans) la communauté pérégrine. Cette situation dura longtemps, jusqu’à ce que la ville devînt municipe. Une inscription de l’année 229 (CIL VIII, 1406), corrigée par A. Beschaouch (1996 : 100), la désigne comme municipium Septimium Aurelium Antoninianum Herculeum Frugiferum3. Sa promotion est habituellement datée du règne conjoint de Septime Sévère et de Caracalla, entre 198 et 211.

  • 4  CIL VIII, 1408 et ILTun. 1308 qui complète CIL VIII, 14910 = 1411.

10Thignica est toujours municipe au début du ive siècle4, et nous ignorons si elle devint colonie ensuite. Deux évêques Aufidius et Iulianus, l’un catholique et l’autre donatiste, étaient présents à la Conférence de Carthage en 411, ce qui atteste la continuité du fait civique et urbain. L’époque vandale n’a pas laissé de traces. En revanche, le site a certainement joué un rôle important dans l’organisation et la défense du secteur à l’époque byzantine, si l’on en juge par l’importance de la forteresse.

Fig. 4

Fig. 4

Thignica, la forteresse byzantine : les tours d’angle et le rempart

Données archéologiques et épigraphiques

11La ville a été explorée dès 1631 par T. L. d’Arcos, suivi par de nombreux voyageurs, notamment Gimenez, Peyssonel et Shaw ; au xixe siècle, elle a été étudiée par Tissot, Cagnat, Saladin et Carton. Des fouilles ont été menées à l’emplacement du temple de Saturne (I) en 1888 par H. Du Coudray La Blanchère. Entre 1888 et 1892, l’armée française a procédé à des dégagements. En 1906, Jérôme Carcopino a dirigé des fouilles dans la forteresse, les thermes et le théâtre. En 1959-1960, l’Institut national d’archéologie et d’art (Inaa, futur Inp) a organisé des dégagements dans plusieurs secteurs, permettant notamment la mise au jour du quartier d’habitation jusque-là inconnu. À partir de 1986, H. Ben Hassen a repris l’étude du site et découvert deux nouveaux monuments, le temple de Dis et de Saturne et le sanctuaire de Neptune.

12On dispose actuellement de plusieurs travaux et dossiers sur les monuments et l’épigraphie du site. Dans un livre récent, Habib Ben Hassen a dressé le bilan de la documentation et des connaissances, complété par la présentation des dernières découvertes (Ben Hassen 2006). Marcel Le Glay, en 1961, a publié une étude des stèles découvertes dans le temple de Saturne I qui appartiennent aujourd’hui au musée national du Bardo, en dépôt provisoire dans les réserves du musée de Carthage. En 1992, H. Ledda a réalisé, sous la direction d’A. Mastino (Université de Sassari), un mémoire consistant en un corpus informatisé des inscriptions selon les normes Petrae. Ce travail est resté inédit. Enfin, à l’initiative de S. Aounallah et avec l’accord de la direction générale de l’Inp, l’ensemble des stèles votives a fait l’objet en 2009 d’un recensement photographique réalisé par le laboratoire du musée de Carthage. Cet ensemble est actuellement étudié dans le cadre d’un mémoire de master 2 à l’Institut Ausonius.

13Le site de Thignica se présente sous forme de monuments dispersés qui sont essentiellement des sanctuaires, des thermes, un théâtre, un amphithéâtre, un quartier d’habitation et, bien sûr, la forteresse byzantine. Les vestiges visibles couvrent plusieurs dizaines d’hectares. Au nord se place l’amphithéâtre. À l’est, la limite est une carrière antique au pied de laquelle se trouve le temple de Neptune ; à l’ouest, la forteresse byzantine, encore largement conservée, signale le site de loin. Autour de ce monument, le plus spectaculaire, les niveaux tardifs d’occupation sont encore en place. Notre travail se donne donc aussi pour objet de préciser nos connaissances sur ce type d’établissement qui commence seulement à retenir l’attention des archéologues. Depuis les travaux de Charles Diehl, la forteresse de Dougga fait l’objet d’une restitution, par Jean-Claude Golvin, et celle d’Haïdra continue d’être étudiée méthodiquement par l’équipe dirigée par François Baratte et Fathi Béjaoui. D’autre part, sur le plan des sources textuelles, le dossier des forteresses a été enrichi par la thèse de doctorat soutenue par Mohamed Ben Abbès qui a largement mis à profit l’apport essentiel et jusque-là peu exploité des sources arabes.

14Thignica s’étendait certainement encore au sud de la forteresse. Le temple de Dis et de Saturne est situé sur une position élevée et nettement à l’écart de la ville à proprement parler. En contrebas, en 1888, ont été découvertes, à l’occasion de la réalisation de la route reliant Tunis au Kef, les ruines du premier temple de Saturne (I) duquel ont été exhumées plus de 400 stèles. Ce temple se trouvait à environ 1 km au sud de la forteresse, sur la route qui conduit vers Téboursouk.

15Pour l’instant, notre mission n’en est qu’à ses débuts. Un premier séjour d’exploration a eu lieu en avril 2009. Il a permis de faire un premier diagnostic et de préparer un programme de travail précis. Dans le même temps, les partenaires français, à Bordeaux et aussi à Paris (Aoroc), se sont efforcés de renforcer leurs équipes et d’attirer de nouvelles vocations, ce qui, à l’heure actuelle, est d’une manière générale une priorité urgente pour le maintien des études africaines en archéologie et en histoire ancienne.

Haut de page

Bibliographie

Titres édités par Ausonius

Ben Hassen, H. & L. Maurin (dir.). 1998. Oudhna (Uthina). La redécouverte d’une ville antique de Tunisie. Bordeaux-Tunis, Ausonius (Mémoires, 2), 251 p.

 2004. Oudhna (Uthina), colonie de vétérans de la XIIIe légion. Bordeaux-Tunis, Ausonius (Mémoires, 13), 278 p.

Golvin, J.-C. & M. Khanoussi (dir.). 2005. Dougga, études d’architecture religieuse. Les sanctuaires des victoires de Caracalla, de « Pluton » et de Caelestis. Bordeaux, Ausonius (Mémoires, 12), 214 p.

Khanoussi, M. & L. Maurin (dir.). 1997. Dougga, études épigraphiques. Actes de la table ronde de Bordeaux, 1996. Bordeaux, Ausonius (Études, 1), 277 p.

— 2000. Dougga : fragments d’histoire. Choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées (ier-ive siècles). Bordeaux-Tunis, Ausonius (Mémoires, 3), 349 p.

Khanoussi, M. & L. Maurin (dir.). 2002. Mourir à Dougga : recueil des inscriptions funéraires. Bordeaux-Tunis, Ausonius (Mémoires, 8), 735 p.

Autres références

Ben Baaziz, S. & L. Maurin (dir.). 2003. Carte nationale des sites archéologiques et des monuments historiques : Bir Mcherga 028. Tunis, Institut national du patrimoine, 260 p., feuille au 1/50 000 hors texte.

Ben Hassen, H. 2006. Thignica (Aïn Tounga) : son histoire et ses monuments. Ortacesus, Nuove grafiche Puddu, 165 p.

Beschaouch, A. 1974. « La découverte de trois cités en Afrique proconsulaire (Tunisie) : Alma, Vrev et Asadi », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 118, 2 : 219-234.

Beschaouch, A. 1996. « À propos de l’histoire municipale de Thignica », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, n. s. 25 : 100-101.

Haut de page

Notes

1  L’édition des inscriptions publiques inédites est en suspens.

2  Publication en préparation.

3  Auparavant on lisait municipium Septimium Aurelium Antoninianum [Alexandrianum] Herculeum Frugiferum.

4  CIL VIII, 1408 et ILTun. 1308 qui complète CIL VIII, 14910 = 1411.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende  Dougga, le forum : les travaux de mise en valeur
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 2
Légende Dougga, le sanctuaire de Caelestis : étude architecturale du temple
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 3
Légende Dougga, le sanctuaire anonyme du Dar Lacchab a. l’état du dallage au début de l’étude b. la restauration du dallage de la cour
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1454/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1454/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 4
Légende Thignica, la forteresse byzantine : les tours d’angle et le rempart
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1454/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samir Aounallah et Jérôme France, « Ausonius en Tunisie 1989-2010 », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 7-10.

Référence électronique

Samir Aounallah et Jérôme France, « Ausonius en Tunisie 1989-2010 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/1454 ; DOI : 10.4000/nda.1454

Haut de page

Auteurs

Samir Aounallah

Maître de recherche à l’Institut national du patrimoine (Inp), Tunis

Jérôme France

Professeur d’histoire romaine à l’Université de Bordeaux-3, directeur du service des publications de l’Institut Ausonius

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org