Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

La Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (Sempam) et l’archéologie de l’Afrique du Nord

François Déroche
p. 5-7

Résumé

La Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (Sempam) est une association «loide1901» fondée en 2000 afin de maintenir pour les études africanistes un forum qui menaçait de disparaître à la suite de la réforme du Comité des travaux scientifiques et historiques (Cths) et de la suppression de sa Commission de l’Afrique du Nord qui en était la conséquence. Elle prenait la succession de l’Association pour l’encouragement des études sur l’Afrique du Nord préhistorique, antique et médiévale (anpam), dont l’assemblée constitutive avait eu lieu le 25 novembre 1991. Jehan Desanges en était le président et son bureau réunissait Noël Duval, Claude Lepelley, René Rebuffat et Maurice Sznycer. L’activité de l’anpam répondait au souci de fédérer de manière efficace la communauté des africanistes alors que se faisait sentir de manière croissante la nécessité de maintenir vivant un pan important de la recherche française et d’assurer les liens avec les collègues des pays d’Afrique du Nord.

Haut de page

Texte intégral

1La Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (Sempam) est une association«loide1901» fondée en 2000 afin de maintenir pour les études africanistes un forum qui menaçait de disparaître à la suite de la réforme du Comité des travaux scientifiques et historiques (Cths) et de la suppression de sa Commission de l’Afrique du Nord qui en était la conséquence. Elle prenait la succession de l’Association pour l’encouragement des études sur l’Afrique du Nord préhistorique, antique et médiévale (anpam), dont l’assemblée constitutive avait eu lieu le 25 novembre 1991. Jehan Desanges en était le président et son bureau réunissait Noël Duval, Claude Lepelley, René Rebuffat et Maurice Sznycer. L’activité de l’anpam répondait au souci de fédérer de manière efficace la communauté des africanistes alors que se faisait sentir de manière croissante la nécessité de maintenir vivant un pan important de la recherche française et d’assurer les liens avec les collègues des pays d’Afrique du Nord.

2En février 2000, les nouveaux statuts du Cths étaient publiés. La Commission de l’Afrique du Nord disparaissait, suscitant l’émoi de ses membres, mais aussi de nombre de ceux dont les recherches avaient trait à l’Afrique du Nord. Dès le mois de mars de cette année-là, une réunion convoquée par l’anpam débouchait sur la réso­lution d’élargir cette association. Ses statuts et son nom furent modifiés lors d’une assemblée générale qui se tint le 26 avril 2000 : la Sempam était née. Cette même année se tenait à Tabarka un colloque international organisé par l’association quiy trouva d’emblée une plus vaste reconnaissance (Khanoussi 2003).

Colloques et journées d’études

3Le 6 janvier 2001, une assemblée générale extraordinaire de la Sempam élisait son premier président, Serge Lancel, et un conseil composé de Mounir Bouchenaki, François Déroche, Xavier Dupuis, Claude Lepelley et René Rebuffat. Serge Lancel allait donner un élan décisif à l’activité de l’association, établissant les liens nécessaires avec d’autres institutions et se dépensant sans compter pour que les activités fédératrices que sont les colloques viennent rapidement donner à la jeune société une réelle présence dans le domaine des études africaines. Il mit en particulier toute son énergie à la réalisation du colloque de Tripoli qui se tint en février 2005.

4Grâce à lui, mais également grâce à Maurice Euzennat et avec l’appui bienveillant de Jean Leclant, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (Aibl), cette dernière institution devint très rapidement un soutien précieux et prestigieux pour l’activité de la Sempam. L’Académie décida en effet de redonner vie à sa Commission de l’Afrique du Nord, indépendante de celle du Cths, afin de manifester son intérêt pour ce domaine d’études que plusieurs de ses membres avaient marqué de leur empreinte. Ainsi fut entamée une coopération avec la Sempam en vue de l’organisation de colloques : Serge Lancel mit ainsi en place en 2001 la première Journée d’études nord-africaines à l’Institut et, depuis cette date, ces réunions se sont poursuivies selon un rythme biennal. La première fut consacrée à la mosaïque (coll. 2001) ; ultérieurement, elles eurent pour thème «Parcourir, décrire, reproduire : l’inventaire de l’Afrique du Nord dans l’Antiquité et au Moyen Âge» (coll. 2003), «L’habitat dans l’Afrique du Nord antique et médiévale : architecture et urbanisme, aspects financiers, juridiques et sociaux» (coll. 2006), «Monuments et cultes funéraires» (Déroche & Leclant2010) et «Enceintes urbaines, sites fortifiés, forteresses» en mars 2010 (coll. À paraître[c]). L’archéologie de l’Afrique du Nord y a donc occupé une place fondamentale, de même d’ailleurs que dans les colloques internationaux.

Le soutien du Réseau inter-universitaire d’études sur l’Afrique du Nord antique et l’islam médiéval

5Un soutien substantiel de l’action de la Sempam est venu d’une structure hébergée au sein de l’École pratique des hautes études (Ephe) et qui fut mise en place en 1994, à l’initiative de Bernard Bigot et de Michel Reddé. Jehan Desanges fut chargé de constituer ce réseau et d’en assurer la direction – qui passa par la suite à l’auteur de ces lignes. Initialement intitulée «Réseau inter-universitaire d’études sur l’Afrique du Nord antique et l’islam médiéval», cette structure appartenait aux «Programmes pluri-formation» (ppf) mis en place par le ministère de l’Enseignement supérieur jusqu’en 2009 afin de favoriser des actions transversales. L’originalité du Réseau inter-universitaire (riu) fut de fédérer activement à l’échelon national de petits groupes de chercheurs travaillant sur l’Afrique du Nord. De ce fait, des programmes conduits à Aix-en-Provence, Caen, Grenoble, Lyon, Montpellier, Paris ou Toulouse ont pu bénéficier du soutien du riu. Bien que la gestion financière ait été assurée par L’Ephe, qui constituait de fait la tête du réseau, les orientations de l’utilisation du budget étaient décidées de manière collective.

6Un temps associé à l’activité de la Commission de l’Afrique du Nord du Cths, le riu vint par la suite appuyer l’action de la Sempam. Ce soutien fut acquis dès le colloque de Tabarka. Ce fut notamment le cas des journées d’étude telles que celles qui furent organisées en collaboration avec l’Aibl ou d’autres, propres à la Sempam, qui eurent lieu à Paris (coll. 2002-2003a), Aix-en-Provence (coll. 2002-2003b) ou Porto-Conte (coll. À paraître[a]), mais surtout des deux autres colloques internationaux, ceux de Tripoli en 2005 (Coll. 2008) et de Caen en 2009 (coll. À paraître [b]).

Les effets négatifs de la suppression du Réseau inter-universitaire

7Depuis sa fondation, la politique de la Sempam vise en effet avant tout à favoriser les échanges entre les chercheurs travaillant sur l’Afrique du Nord, depuis l’Antiquité jusqu’au Moyen Âge entendu au sens large. Elle s’est efforcée d’organiser au moins une fois par an une rencontre dont la thématique permette, autant que possible, aux spécialistes des différentes périodes d’intervenir et d’échanger. Jusqu’à présent,il a été possible de maintenir un cycle d’activités sur quatre ans dont le moment fort est constitué par un colloque international.

8Les années qui viennent se présentent sous un jour moins favorable. Depuis 2010, la suppression des ppf dans le cadre de la législation sur l’autonomie des universités a privé les études nord-africaines d’un soutien important, celui du riu. La Sempam est loin d’être seule concernée : les centres de recherches qui étaient partenaires du riu ont en effet perdu une source de financement importante pour leur action. Au cours de ses seize années d’existence, cette structure a en effet représenté un substantiel complément de financement aux recherches archéologiques en Afrique du Nord. Les missions sur le terrain en Algérie, en Tunisie et en Libye ou encore la prise en charge du  déplacement de collègues maghrébins venant travailler en France ont absorbé une part substantielle des financements disponibles.

9L’aide aux publications a également constitué l’un des volets de la politique du riu. Cette aide ne s’est pas limitée à une contribution aux frais d’impression, mais a parfois été accordée au cours de la préparation du livre. L’exemple le plus signi­ficatif a sans doute été dans ce domaine la préparation de la nouvelle édition de la « carte Salama » que le riu a accompagnée durant plusieurs années. De manière ponctuelle, il a financé des vacations – par exemple pour préparer l’index des inscriptions latines d’Algérie ou mettre en ordre les archives de Serge Lancel.

10Dans le contexte difficile créé par la disparition du riu, la Sempam prend encore plus d’importance : même si ses moyens sont limités, puisqu’ils dépendent des cotisations de ses membres, son action fédératrice, tant au niveau national qu’entre les communautés scientifiques des deux côtés de la Méditerranée, et sa capacité à organiser des rencontres scientifiques lui permettront de contribuer à maintenir vivant ce domaine des recherches archéologiques.Il lui faudra toutefois trouver des financements si elle souhaite accroître l’efficacité de son action.

Haut de page

Bibliographie

Collectif. 2001. « La mosaïque de l’Afrique du Nord » : journée d’étude nord-africaine, Paris, Aibl, 16 mars 2001. Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 145, 1 : 471­620 [et tiré à part, 146 p.].

Collectif. 2002-2003a. « Le plurilinguisme en Afrique du Nord de la protohistoire au Moyen Âge : langues de culture et lan­gues d’usage » : journée Sempam, Paris, École normale supérieure, 20 octobre 2001, Antiquités africaines, 38-39 : 203-320.

Collectif. 2002-2003b. « Marchés et régulations en Afrique du Nord antique et médiévale » : journée Sempam, Aix-en-Provence, Académie d’Aix, 11 mai 2002, Antiquités africaines, 38-39 : 321-403.

Collectif. 2003. « L’inventaire de l’Afrique du Nord dans l’Antiquité et au Moyen Âge » : journée d’étude nord-africaine, Paris, Aibl, 7 février 2003, Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 147, 2 : 165-297 [et tiré à part, 135 p.].

Collectif. 2006. « L’habitat dans l’Afrique du Nord antique et médiévale : architecture et urbanisme, aspects financiers, juridiques et sociaux » : journée d’étude nord-africaine, Paris, Aibl, 24 mars 2006, Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 150, 1 : 503-656 [et tiré à part, 158 p.].

Collectif. 2008. Lieux de cultes : aires votives, temples, églises, mos­quées : ixe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, Tripoli, 19-25 février 2005. Paris, Cnrs Éditions (Études d’Antiquités africaines), 315 p.

Collectif. À paraître(a). L’onomastique en Afrique : journée d’étude nord-africaine, Porto Conte (Sardaigne), 28-29 septembre 2007.

Collectif. À paraître(b). Centres du pouvoir et organisation de l’espace. Xe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, Caen, 25-28 mai 2009.

Collectif. À paraître(c). « Enceintes urbaines, sites fortifiés, forteresses » : journée d’étude nord-africaine, Paris, Aibl, 19 mars 2010. Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Déroche, « La Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (Sempam) et l’archéologie de l’Afrique du Nord », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 5-7.

Référence électronique

François Déroche, « La Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (Sempam) et l’archéologie de l’Afrique du Nord », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://nda.revues.org/1452 ; DOI : 10.4000/nda.1452

Haut de page

Auteur

François Déroche

Président de la Sempam, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section), membre de l'Institut

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org