Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

La coopération archéologique française en Afrique

2a. Maghreb. Antiquité et Moyen Âge
Véronique Blanc-Bijon
p. 3-4

Résumé

En 2004, André Bazzana, directeur de recherche au Cnrs, et Hamady Bocoum, directeur du patrimoine culturel du Sénégal, publiaient sous le titre Du nord au sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb. Bilan et perspectives, les actes d’un colloque organisé deux ans plus tôt par le ministère des Affaires étrangères. Parallèlement, le même ministère éditait un beau volume de synthèse : Archéologie : 20 ans de recherches française dans le monde. En programmant ce dossier sur « La coopération archéologique française en Afrique, 2a. Maghreb. Antiquité et Moyen Âge », après « La coopération archéologique française en Afrique, 1. Préhistoire et la protohistoire » (no 120-121, septembre 2010), Les Nouvelles de l’archéologie voulaient célébrer le cinquantenaire des indépendances africaines. Devant le très grand intérêt exprimé par les acteurs de l’archéologie française au Maghreb, le comité de rédaction a décidé d’y consacrer deux numéros de la revue dont voici le premier – d’une évidente actualité alors même qu’explose, depuis le début de l’année 2011, le « printemps arabe » pour lequel nous espérons une issue démocratique, respectueuse des droits de l’homme.  Cette livraison s’attache à montrer la diversité des institutions partenaires et des spécialités (épigraphie, architecture, céramique, décors), à confronter des enquêtes diatopique (les sanctuaires, de la Libye au Maroc) ou diachronique (la Libye, de l’époque hellénistique à la période médiévale), à juxtaposer le temps de l’expérience (les fouilles de Byrsa à Carthage) à la jeunesse de la recherche (Kouass, au Maroc). L’ensemble, introduit par quatre articles transversaux, éclaire les problématiques dans lesquelles s’inscrivent ces recherches : lieux de cultes, lieux de vie, lieux de production, espaces économiques…

Haut de page

Texte intégral

1En 2004, André Bazzana, directeur de recherche au Cnrs, et Hamady Bocoum, directeur du patrimoine culturel du Sénégal, publiaient sous le titre Du nord au sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb. Bilan et perspectives, les actes d’un colloque organisé deux ans plus tôt par le ministère des Affaires étrangères. Parallèlement, le même ministère éditait un beau volume de synthèse : Archéologie : 20 ans de recherches française dans le monde. En programmant ce dossier sur « La coopération archéologique française en Afrique, 2a. Maghreb. Antiquité et Moyen Âge », après « La coopération archéologique française en Afrique, 1. Préhistoire et la protohistoire » (no 120-121, septembre 2010), Les Nouvelles de l’archéologie voulaient célébrer le cinquantenaire des indépendances africaines. Devant le très grand intérêt exprimé par les acteurs de l’archéologie française au Maghreb, le comité de rédaction a décidé d’y consacrer deux numéros de la revue dont voici le premier – d’une évidente actualité alors même qu’explose, depuis le début de l’année 2011, le « printemps arabe » pour lequel nous espérons une issue démocratique, respectueuse des droits de l’homme.  Cette livraison s’attache à montrer la diversité des institutions partenaires et des spécialités (épigraphie, architecture, céramique, décors), à confronter des enquêtes diatopique (les sanctuaires, de la Libye au Maroc) ou diachronique (la Libye, de l’époque hellénistique à la période médiévale), à juxtaposer le temps de l’expérience (les fouilles de Byrsa à Carthage) à la jeunesse de la recherche (Kouass, au Maroc). L’ensemble, introduit par quatre articles transversaux, éclaire les problématiques dans lesquelles s’inscrivent ces recherches : lieux de cultes, lieux de vie, lieux de production, espaces économiques… François Déroche a bien voulu écrire à notre intention un bref historique de la Société pour l’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval, qu’il préside et qui réunit depuis onze ans les africanistes. D’autres sociétés font également le lien entre chercheurs des deux rives de la Méditerranée, et nous ne saurions oublier le rôle important joué par le colloque bisannuel L’Africa romana. Dans la lignée de la collaboration entre l’Institut Ausonius de l’Université de Bordeaux-3 et l’Institut national du patrimoine de Tunis, Samir Aounallah et Jérôme France tracent les perspectives de la nouvelle mission à Thignica. Véronique Brouquier-Reddé synthétise une série d’enquêtes sur les sanctuaires romains et Xavier Delestre donne un exemple de coopération entre l’Algérie et le ministère de la Culture et de la Communication.  La disparition subite de deux grandes figures de la discipline a lourdement pesé sur notre entreprise. L’absence d’Yves Modéran, qui nous avait promis un article sur l’Antiquité tardive et s’apprêtait à publier un ouvrage de synthèse sur les Vandales, est durement ressentie par ses pairs et par ses étudiants de l’université de Caen. Le décès d’André Laronde a bouleversé les membres de la mission archéologique française en Libye, qu’il dirigeait depuis trente ans. Ses collaborateurs ont bien voulu rédiger les quatre contributions qu’il avait souhaité voir réunies et montrent une enquête sur le long terme : Jean-Sylvain Caillou dresse le bilan des recherches conduites depuis huit ans à Apollonia de Cyrénaïque, dans une zone charnière entre la ville basse et la colline servant d’acropole ; Michel Paulin, Guillaume Dagnas et Michel Bonifay proposent un article sur les Thermes du Levant à Leptis Magna, explorés depuis 1994 et dont la publication est désormais en préparation ; Vincent Michel présente le site côtier d’Érythron et ses basiliques byzantines ; enfin, Jean-Michel Mouton et Philippe Racinet exposent l’état  des connaissances acquises à Surt, une fondation musulmane  sur le littoral, entre Cyrénaïque et Tripolitaine.

2De la grande Carthage à l’établissement de Kouass, deux  études de cas soulignent le renouveau des connaissances  sur l’époque pré-romaine. Jean-Paul Morel retrace vingt  ans de recherches sur la colline de Byrsa, jusqu’à la restitution  de la tombe à chambre d’un jeune homme inaugurée  au Musée national de Carthage en octobre 2010. Virginie  Bridoux, Mohamed Kbiri Alaoui, Solange Biagi, Hédi Dridi et  Abdelfattah Ichkhakh ont repris depuis deux ans l’étude de  Kouass. Cet établissement côtier situé entre Tanger et Lixus  et occupé du ve siècle avant J.-C. au iiie siècle de notre ère est  aujourd’hui menacé par un projet d’aménagement touristique.

3Les trois derniers articles s’attachent aux techniques de  construction et aux décors dans des contextes domestiques.  Catherine Balmelle, Henri Broise, Jean-Pierre Darmon et  Mongi Ennaïfer expliquent les transformations successives  de la maison du Cryptoportique et de la maison de la  Rotonde situées sur la colline de l’Odéon à Carthage. Mourad  Bouteflika, Keltoum Kitouni-Daho et Amina-Aïcha Malek  présentent les résultats de la mission 2010 de Lambèse, ville  qui fut un temps capitale de la Numidie. Ils attestent l’omniprésence  de la terre crue dans la construction et l’importance  des décors (mosaïques et peintures murales) et de la céramique  recueillie en contexte stratigraphique. Véronique Blanc-Bijon  expose la mission menée en octobre 2010 pour l’étude et la  restauration des peintures murales découvertes à Neapolis/ Nabeul, dans les cuves d’une fabrique de salaison.

4L’ensemble met en lumière la révolution qui s’est produite depuis une dizaine d’années dans les relations qu’entretiennent  les institutions archéologiques françaises et celles des pays  hôtes. Elle s’est traduite par l’émergence de véritables partenariats, selon de nouvelles modalités qui supposent la définition  conjointe des thèmes de recherche, la constitution d’équipes  plurinationales et le recours à des financements diversifiés.

5Transferts de connaissances et de savoir-faire occupent  une part grandissante dans les programmes de coopération, et  les étudiants des deux rives de la Méditerranée sont de plus  en plus nombreux à participer aux missions. Les opérations  de terrain sont des moments privilégiés pour la formation  directe de jeunes archéologues et de techniciens chargés de  la conservation des sites archéologiques. La conservation, la  restauration et la mise en valeur des vestiges sont désormais  incluses dans les projets et, s’il n’est pas toujours facile d’ouvrir  les chantiers au public, les chercheurs présentent leurs  résultats dans le cadre de conférences publiques, rédigent des  guides ou des ouvrages accessibles, participent au montage  d’expositions ou à l’écriture de scénarios de films.  La coopération est enfin affaire de publications scientifiques, recensées chaque année dans la Bibliographie  analytique de l’Afrique antique de l’École française de Rome.  Si celle-ci reste le premier éditeur français des recherches  africanistes, elle est relayée, en France, par l’Académie des  inscriptions et belles-lettres, par l’Institut Ausonius et par le  Centre Camille-Jullian.

Fig. 1

Fig. 1

Localisation  de tous les sites cités  dans le dossier (volumes a et b)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation  de tous les sites cités  dans le dossier (volumes a et b)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1450/img-1.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Blanc-Bijon, « La coopération archéologique française en Afrique », Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011, 3-4.

Référence électronique

Véronique Blanc-Bijon, « La coopération archéologique française en Afrique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 123 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/1450 ; DOI : 10.4000/nda.1450

Haut de page

Auteur

Véronique Blanc-Bijon

Centre Camille-Jullian,Archéologie méditerranéenne et africaine (Umr 6573), Cnrs - Université de Provence, Aix-en-Provence

antafr@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

  • Nabeul (Tunisie) [Texte intégral]
    Les enduits peints de la fabrique de salaison B
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 123 | 2011
Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org