Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

La fouille de l’îlot Cygne à Saint-Denis

Pour une archéologie visible et partagée
Christelle Chamousset et Jean-François Goret
p. 59-64

Résumé

Depuis plus de trente ans, l’Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis développe ses activités de recherche dans une perspective volontariste de diffusion et de restitution aux habitants du territoire et aux publics en général. Le travail mené dans le cadre de l’archéologie préventive s’enrichit aujourd’hui d’une fouille programmée en centre-ville, donnant une nouvelle ampleur au projet de service engagé en 1998 et intitulé « Archéologie, territoire et citoyenneté ». L’îlot Cygne, situé à 150 m de la basilique cathédrale de Saint-Denis, a été choisi pour engager un travailinterdisciplinaire à partir d’une tranche d’histoire urbaine comprise entre le haut Moyen Âge et le xixe siècle. Considéré à la fois comme un échantillon et comme un sujet d’expérience, cet îlot fait l’objet d’un programme associant une étude du bâti, une enquête archivistique et une fouille programmée en aire ouverte qui constitue, en raison de ses enjeux scientifiques et éducatifs, la clef de voûte d’un grand projet de service.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis plus de trente ans, l’Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis développe ses activités de recherche dans une perspective volontariste de diffusion et de restitution aux habitants du territoire et aux publics en général. Le travail mené dans le cadre de l’archéologie préventive s’enrichit aujourd’hui d’une fouille programmée en centre-ville, donnant une nouvelle ampleur au projet de service engagé en 1998 et intitulé « Archéologie, territoire et citoyenneté » (Rodrigues 2010).

2L’îlot Cygne, situé à 150 m de la basilique cathédrale de Saint-Denis, a été choisi pour engager un travail interdisciplinaire à partir d’une tranche d’histoire urbaine comprise entre le haut Moyen Âge et le xixe siècle. Considéré à la fois comme un échantillon et comme un sujet d’expérience, cet îlot fait l’objet d’un programme associant une étude du bâti, une enquête archivistique et une fouille programmée en aire ouverte (Goret et al. 2010) qui constitue, en raison de ses enjeux scientifiques et éducatifs, la clef de voûte d’un grand projet de service.

La genèse d’un projet ambitieux

3Le potentiel archéologique de l’îlot Cygne a été révélé au début des années 2000. La démolition, en 2002, de plusieurs bâtiments pour raisons d’insalubrité a motivé la mise en œuvre d’une étude architecturale et archivistique. À cette occasion, s’est affirmée la volonté de préserver un certain nombre de bâtiments et d’équipements caractéristiques de l’histoire de la ville de l’époque moderne à l’ère industrielle.

4Dans un premier temps, l’étude architecturale a permis de brosser un tour d’horizon complet des composantes de l’îlot et de dresser un premier phasage des constructions. Elle a ainsi révélé la présence de bâtiments caractéristiques du Saint-Denis préindustriel avec des lavoirs associés à des ateliers et un séchoir à étoffes en plein cœur de l’îlot. Le projet collectif de recherche (Pcr) lancé en 2002 avait pour premier objectif de réfléchir sur la méthodologie à mettre en œuvre pour aborder ce type d’étude dans le cadre des recherches urbaines menées à Saint-Denis depuis plus de trente ans.

5Parallèlement, une documentation conséquente sur l’îlot a été regroupée lors d’une première enquête archivistique, conduite de manière régressive. Elle a montré le bon état de conservation du terrain, le sous-sol du cœur d’îlot n’ayant pas subi de perturbations majeures.

6En 2008, le projet d’aménagement d’un Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine, situé au 2-4 rue du Cygne (voir infra), a ouvert une nouvelle voie d’étude. Les travaux de clos et couvert ont ainsi été mis à profit pour soumettre deux bâtiments à une analyse archéologique qui a porté sur les charpentes de toiture et l’élévation externe des maçonneries. Des sondages ont été ouverts, notamment dans les caves. Parallèlement, des prélèvements pour les analyses dendrochronologiques ont été effectués. Les données récoltées, confrontées à la chronologie relative fondée sur l’examen archéologique, ont révélé que l’origine des édifices remonte au début du xive siècle, ainsi que plusieurs phases de transformations dans la fonction des bâtiments qui accompagnent les grandes mutations urbaines de Saint-Denis.

7Grâce à ces premiers résultats, nous avons pu sensibiliser les élus et les habitants à l’intérêt de conserver l’îlot, poursuivre son étude scientifique et réfléchir à sa mise en valeur. À partir de 2006, des « villages d’artisans » se sont déroulés sur l’espace qui en forme le cœur et correspond à l’emprise actuelle de la fouille. Ils étaient associés à des actions d’archéologie expérimentale croisées avec des démonstrations de savoir-faire artisanaux dont certains avaient été repérés et valorisés sur le territoire. Organisés dans le cadre de manifestations nationales (Journées européennes du patrimoine) ou locales (fête de Saint-Denis), ces événements ont renforcé le potentiel pédagogique de l’îlot et favorisé une appropriation collective de cette « matière patrimoniale » créant, notamment, une attente par rapport au début de la fouille programmée.

8Celle-ci a démarré en juillet 2009 (fig. 1), guidée par des objectifs scientifiques précis. Elle offre un cadre favorable pour des stages de formation en archéologie urbaine, destinés à des étudiants mais aussi aux habitants intéressés. Archéologues et médiateurs professionnels, habitants curieux et visiteurs détournés du seul chemin de la basilique, acteurs locaux du monde associatif impliqués dans la valorisation du patrimoine se croisent autour d’un projet révélateur d’une archéologie territoriale, inscrite dans le cadre du développement local.

Fig. 1

Fig. 1

Vue du site en fin de campagne 2010. La fosse circulaire au centre correspond à une cuve de tanneur du xvie siècle. La rivière 
est visible en arrière-plan (au niveau de la palissade).

Photo Jacques Mangin/Uasd.

Les objectifs de la fouille programmée

9La fouille est programmée pour six ou sept ans, avec des campagnes annuelles de quatre mois. Au terme des opérations menées en 2009 et 2010, un premier bilan peut d’ores et déjà être proposé sur ses aspects scientifiques, les méthodologies mises en œuvre et les objectifs de formation. Le volet médiation du projet, conçu pour replacer l’intervention dans le contexte global de l’étude historique de Saint-Denis, mais aussi pour être au plus près des découvertes et des réflexions des archéologues réalisant la fouille, s’est également construit et enrichi au cours de ces deux premières années.

Des objectifs scientifiques

Un site au carrefour des mutations de la ville

10Les objectifs de la fouille programmée sont l’étude de l’îlot selon deux problématiques majeures : celle d’un tronçon des fossés carolingiens, d’une part, la formation et l’évolution d’un îlot urbain de la période médiévale jusqu’à nos jours, d’autre part. Le cadre temporel dans lequel elle s’inscrit permet de traiter l’ensemble de la stratigraphie selon la même exigence méthodologique, y compris les aménagements du xixe siècle, ce qui suppose du temps avant que ne soient atteints les vestiges les plus anciens attendus.

11Cette opération est sans doute l’une des dernières occasions d’aborder, dans des conditions privilégiées, l’étude du système défensif mis en œuvre en 869 pour protéger le bourg monastique. Les restitutions actuelles de ce rempart reposent sur les observations faites au nord de la basilique et sur le tracé reconnu lors de plusieurs opérations préventives menées à proximité de l’îlot dans les années 1980 (Wyss 1996). Ces données situent dans l’emprise de la fouille un double système fossoyé en eau alimenté par une rivière canalisée, le Croult. Le comblement des fossés, daté de la fin du xie siècle ou du début du xiie siècle et formé par des sédiments gorgés d’eau, offre d’autres perspectives. Au regard des fouilles précédentes, qui ont mis en évidence l’utilisation de ces structures comme dépotoirs lors de leur abandon, la collecte d’un volume important de mobilier, notamment en matériaux organiques, alimentera les collections de l’Unité d’archéologie, complétant un fonds documentaire unique sur la culture matérielle médiévale.

12Le second objectif est de renseigner la formation et l’évolution de l’îlot à la suite du comblement des fossés. Le Croult devient une rivière urbaine utile aux artisans, à proximité du châtelet et des halles qui accueillent à partir du xvie siècle les loges de la foire du Lendit (Wyss 1996). La structuration et les modifications du parcellaire, les différentes phases d’aménagement du Croult, la mise en évidence d’activités artisanales (métiers de l’eau et officine de potier) et des équipements à caractère industriel sont autant d’aspects que la fouille devra documenter et qui fourniront des éléments utiles pour caractériser et comprendre les mutations de cet espace entre le xiie siècle et le Saint-Denis préindustriel.

13Au terme des deux premières campagnes de fouille, de nombreux vestiges renseignant cette seconde problématique ont été observés. La vocation artisanale de l’îlot est confirmée par la mise au jour de plusieurs fosses dont une cuve de tanneur du xvie siècle (fig. 1) et des cuves maçonnées associées aux teinturiers du xviiie siècle. Plusieurs états de construction des lavoirs installés en bordure de rivière, aux xixe et xxe siècles, ont aussi été reconnus. La structuration de l’espace est définie par plusieurs murs délimitant des parcelles, dans lesquelles nous avons dégagé des structures domestiques (petits bâtiments, fosses dépotoirs, puits).

Un terrain d’application 
pour de nouveaux outils méthodologiques

  • 1 Cet outil a été développé dans le cadre d’un Dea, puis d’une thèse soutenue en 2008 à l’Universit (...)

14D’un point de vue méthodologique, nous suivons le système en vigueur à Saint-Denis depuis le début des fouilles urbaines pour l’enregistrement et le traitement des données. Toutefois, la fouille programmée offre l’opportunité de tester des outils complémentaires, notamment pour l’analyse de la stratigraphie. Ainsi, la campagne 2010 a vu l’utilisation expérimentale d’un outil informatisé de traitement des données d’enregistrement intitulé Le stratifiant, développé par Bruno Desachy (conservateur du patrimoine)1 et incluant la réalisation automatique du diagramme stratigraphique. À partir d’une saisie quotidienne des données stratigraphiques, un contrôle permanent de la cohérence de l’enregistrement a pu être pratiqué, créant un temps de réflexion utile pour l’interprétation du site, moment partagé avec les stagiaires et les visiteurs.

Un projet de formation

15Cette fouille programmée est l’occasion d’accueillir des stagiaires d’origines diverses. La formation proposée se veut le reflet de notre approche interdisciplinaire et se décline ainsi en plusieurs volets : initiation aux méthodes de fouille en milieu urbain, à l’analyse historique d’un îlot urbain médiéval et moderne, aux méthodes de l’archéologie du bâti ; découverte d’un service archéologique de collectivité territoriale et de ses missions, notamment à travers le traitement et la gestion des collections archéologiques.

16À l’issue des deux premières campagnes de fouille, plus de soixante stagiaires ont participé à l’opération. Il s’agit pour l’essentiel d’étudiants en archéologie (Paris-I, Paris-IV et Paris-X), qui participaient à leur premier chantier de fouille, mais aussi d’habitants de Saint-Denis et de la région parisienne.

17En parallèle, des actions spécifiques de formation ont été proposées. Depuis 1978, l’Unité d’archéologie accueille dans ses locaux les travaux pratiques du master « Conservation-restauration des biens culturels » de l’Université Panthéon-Sorbonne - Paris-I. Dans ce cadre, des ateliers ont été organisés sur le site, avec consolidation in situ et prélèvement d’objets fragiles. La fouille des fossés carolingiens offrira de nombreuses occasions de les renouveler.

18Par ailleurs, en 2010, nous avons accueilli une séance du module de licence « Archéologie médiévale – espace urbain » de l’Université de Paris-I, organisée par Quentin Borderie, attaché temporaire d’études et de recherches dans cette université, et Bruno Desachy. Une quinzaine d’étudiants ont pu ainsi découvrir l’archéologie à Saint-Denis et le chantier de l’îlot Cygne, qui a servi de support à des exercices sur la stratigraphie en milieu urbain. Cette expérience sera renouvelée dans les prochaines années.

19Enfin, l’Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis est partenaire du projet européen « L’archéologie dans l’Europe contemporaine / Archaeology in Contemporary Europe », coordonné par l’Inrap. Ce projet, qui regroupe des professionnels d’une douzaine d’institutions européennes, vise à promouvoir la discipline en mettant en lumière ses dimensions culturelle, scientifique et économique, et en prenant en compte toute sa gamme d’intérêts pour le public. Ainsi, la fouille programmée sera l’occasion de présenter aux partenaires de ce projet l’expérience de Saint-Denis et d’accueillir des collègues étrangers dans le cadre d’échanges.

Un projet de médiation : découvrir, 
observer, mettre en relation et se projeter

Des principes de médiation en regard d’un territoire

20L’Unité d’archéologie est un service de collectivité territoriale. La diffusion des acquis scientifiques doit donc veiller à prendre en compte cette entrée locale en confrontant et en complétant la vision que les habitants ont de leur ville. Si l’archéologie, comme science et métier atypique, attire et attise la curiosité au-delà de simples limites géographiques administratives (la proximité de la nécropole royale fait de Saint-Denis un pôle touristique), l’ancrage plus ou moins identitaire d’un territoire, dans le cas d’une commune, est également à intégrer. Ce facteur de proximité et d’accessibilité est propice à une fidélisation des publics et à un travail de fond sur le rapport au territoire, en particulier dans une ville aussi multiculturelle que Saint-Denis.

21Dans ce contexte, le volet médiation de la fouille programmée de l’îlot Cygne s’appuie sur les orientations déjà développées par le service tout en les amplifiant :

22– l’archéologie, une science et ses méthodes ;

23– l’archéologie, un outil de lecture d’un territoire.

24Ces deux axes ont été les lignes directrices d’activités et de temps d’ouvertures ayant pour objectifs de présenter la discipline archéologique et plus spécifiquement :

25– sa place dans le développement urbain actuel, en tant que partenaire de l’aménagement du territoire, cette approche permettant d’intégrer l’archéologie préventive ;

26– ses apports à la connaissance d’un site, d’une ville et d’une population à travers le temps, en résonance avec les composantes actuelles du territoire.

27Au-delà de ces apports acquis et directs de l’archéologie, il faut également envisager toute forme de médiation comme le support de valorisation d’apprentissages, qu’ils soient scolaires (notions de géographie, d’histoire, de mathématiques, découverte de métiers, etc.) et artistiques ou visant à développer le « vivre ensemble » (travail d’équipe, notion de patrimoine, respect des espaces, etc.). L’archéologie, par sa transdisciplinarité, s’intègre donc particulièrement bien dans la démarche d’« apprendre autrement », notamment pour les élèves en difficulté.

Un cadre propice 
pour une mise en œuvre sur mesure

28La fouille programmée de l’îlot Cygne, par son rythme distinct de l’urgence de l’archéologie préventive, est un cadre privilégié et stable pour développer des actions de fond. Elle forme un lieu ouvert et non connoté, sur la place publique, favorable au décloisonnement des publics. Le travail de médiation, mené simultanément à l’intervention archéologique, intègre de fait pleinement l’équipe de fouille.

29L’inscription de la fouille dans un îlot présentant du bâti ancien en élévation (lavoirs, séchoir, ateliers, etc.) ouvre la voie à une lecture complémentaire du territoire, « de bas en haut ». À la croisée des sources historiques, cette entrée permet de « rapprocher » le temps et d’avoir de plus amples outils de réflexion sur l’évolution urbaine. Ce volet permet notamment de toucher un public de retraités dionysiens.

30D’un point de vue logistique, les aménagements réalisés lors d’un chantier école d’insertion en éco-construction (fig. 1, 2 et 3) ont participé à la compatibilité et à la complémentarité entre activité scientifique et médiation culturelle (barrières, palissade isolant l’espace technique, belvédère, coffrage, rampe). Par leur discrétion et leur utilité, il faut les voir davantage comme un accompagnement efficace du projet de médiation plutôt que comme une mise en scène d’un chantier-spectacle. Ce trait de rigueur et d’exigence est en effet partagé aussi bien par le pôle scientifique que par le pôle valorisation de cette opération.

Fig. 2

Fig. 2

Vue du site lors des Journées européennes 
du patrimoine en 2010. 
On distingue, 
derrière le belvédère, le séchoir à étoffes associé aux lavoirs installés en bordure de rivière.

Photo Jacques Mangin/Uasd.

Fig. 3

Fig. 3

Vue 
de l’entrée du site lors de la Fête de Saint-Denis en 2010 avec, en arrière-plan, les bâtiments 
qui ont fait l’objet d’une étude de bâti et, à droite, 
une cuisson 
de poterie en cours.

Photo Jacques Mangin/Uasd.

Des ouvertures au public accompagnées par des dispositifs 
de médiation directs et indirects

31En 2009-2010, le chantier archéologique de l’îlot Cygne a été accessible au public pendant six des huit mois d’intervention grâce à de larges plages d’ouverture, en semaine et un week-end par mois.

32Pour ne pas contraindre les objectifs scientifiques, le projet de médiation a pris la forme d’un accès libre et gratuit au site, en présence de médiateurs professionnels chargés d’assurer l’accueil. Ponctuellement, en particulier à l’occasion des événements locaux et nationaux, l’équipe scientifique a renforcé le dispositif.

33Les visiteurs ont le choix entre une visite accompagnée assurée par un médiateur ou une visite libre. Dans ce cas, ils ont accès à des guides de visite réactualisés tout au long de la fouille, des photographies les aidant à repérer les structures en place ou présentant l’évolution du chantier dans le temps, etc. Une exposition de panneaux retraçant notamment les grandes étapes scientifiques, en amont et en aval de la phase terrain, complète la présentation de la discipline archéologique.

34Des supports de médiation complémentaires au chantier ont également été mis en place, afin de sensibiliser différents publics. Le concept de « fausse » fouille, développé pour les plus jeunes, s’appuie sur les habitats, fosses dépotoirs et vestiges d’activités artisanales découverts. Cette mise en situation active (fig. 1, à gauche) permet d’évoquer de manière ludique les méthodes de fouille par les outils, la notion de structure archéologique, la conservation des matériaux et, au-delà de la culture matérielle, de bien ancrer la finalité d’une opération de terrain : comprendre l’organisation spatiale et l’évolution dans le temps d’un site. La comparaison avec le « grand bac » mitoyen des archéologues est primordiale pour appréhender le dispositif comme un outil de compréhension plus que d’animation. Cet ensemble a été proposé et exploité aussi bien avec des groupes constitués (écoles, centres de loisirs) qu’avec le public individuel.

35S’inspirant des fours de potiers médiévaux de type longitudinal découverts à Saint-Denis, Véronique Durey, céramologue et potière, a réalisé et fait fonctionner un four à bois construit en poteries – ce qui a particulièrement interpellé certains visiteurs qui ont vu des liens et des similitudes avec leur culture d’origine. Cette situation est vectrice d’échanges.

Près de 9 000 visiteurs en deux campagnes

36Le public individuel, composé à la fois d’habitants et de touristes venus à Saint-Denis, représente environ 6 000 visiteurs (fig. 2 et 3). L’intérêt des ouvertures libres réside dans l’opportunité de toucher des publics complémentaires, voire opposés : l’amateur averti, ayant connaissance de l’initiative et venant de lui-même sur le chantier, ou le passant opportuniste, plus ou moins coutumier des pratiques culturelles, poussé par la curiosité. Phénomène recherché et encourageant, la fidélisation du public, d’une campagne à une autre, voire d’un mois à l’autre, a été constatée : la surprise et la découverte du potentiel patrimonial du territoire se sont révélées à certains qui n’ont pas hésité à revenir et à faire partager leur expérience à leurs proches pour une autre vision de la ville.

37Des activités spécifiques, sur rendez-vous, ont inscrit le chantier dans une démarche de projet : un peu plus de 150 interventions ont touché près de 2 900 personnes. Les enfants constituent le public majoritaire de ces visites encadrées, principalement pendant le temps scolaire. D’autres sont organisées à l’intention des salariés, des retraités, des associations, des touristes, etc. Ces interventions sont aussi diverses, interactives et participatives que possible : visites guidées, manipulations, expérimentations ou encore rallyes enquêtes en connexion avec le reste de la ville. Une médiation qui prend donc autant de formes qu’il y a de publics et d’objectifs.

Les perspectives : 
de nouveaux outils complémentaires 
pour la lecture de la ville

38L’intérêt patrimonial de l’îlot maintenant révélé, plusieurs projets sont actuellement en cours pour mettre en lumière le potentiel offert pour un autre rapport à la ville.

39Fenêtre ouverte sur l’histoire de la ville et son devenir, l’îlot Cygne, espace civil composé d’habitats et d’activités artisanales, est complémentaire de l’espace religieux que représente le complexe abbatial distant de 150 m. Ces deux composantes indissociables de l’histoire du territoire dionysien s’enrichissent de témoins matériels du caractère évolutif de son développement : la fouille bien entendu, mais aussi le bâti ancien, tel un séchoir encore en élévation se distinguant du centre-ville reconstruit des années 1980. Le bâtiment du 4 rue du Cygne, objet d’une étude du bâti présentée plus haut, participe de ce contraste (fig. 3).

40Au regard de ces éléments, un pôle de valorisation et de lecture de la ville se dessine, avec à terme, un jardin archéologique présentant les résultats de la fouille programmée, une réhabilitation du bâti préindustriel jouxtant l’actuel chantier et l’ouverture, dans le bâtiment du 4 rue du Cygne, d’un Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine qui synthétisera l’évolution du territoire et esquissera son devenir dans une « maison des projets ».

41En préfiguration, et en lien étroit avec la fouille programmée, un échafaudage visitable recouvrant jusqu’à la charpente de la bâtisse du 4 rue du Cygne permettra, par la mise en évidence des travaux d’archéologie du bâti, de présenter ce « squelette de maison(s) » et ses différentes phases d’aménagement comme un « miroir » des grands mouvements d’évolution du territoire dionysien. La démarche vise donc à aborder une notion fondamentale mais complexe par le biais d’éléments concrets, acquis ou reconnaissables par le public : une maison, des matériaux, des techniques et des savoir-faire mis en évidence par le travail des archéologues. Ce nouvel équipement patrimonial sera accessible dans le courant du second semestre 2011.

42Dans le prolongement du projet de service de l’Unité d’archéologie, « Archéologie, territoire et citoyenneté », l’archéologie, en tant que discipline scientifique, et la topographie historique s’exploitent et se traduisent en outil de compréhension d’un territoire. Ce territoire, fruit de passages et de migrations incessantes encore de nos jours, de remaniements et de bouleversements toujours d’actualité, se présente comme le point de rencontre de la population dionysienne, dans sa diversité, passée et actuelle. Cette évidence posée, le cheminement vers un sentiment de lien avec un territoire, en tant qu’habitant-acteur à part entière de l’histoire communale de demain, peut commencer.

Haut de page

Bibliographie

Goret, J.-F. avec la collaboration de C. Chamousset, B. Desachy, V. Durey, H. Koehler & I. Lafarge. 2010. Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), 4, rue du Cygne : rapport de fouille programmée. Saint-Denis, Sra Île-de-France / Uasd, 58 p., 22 doc., annexes.

Rodrigues, N. 2010. « Saint-Denis : archéologie, territoire et citoyenneté », in : J. Chapelot (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir. Caen, Centre de recherches archéologiques et historiques médiévales : 369-374.

Wyss, M. (dir.). 1996. Atlas historique de Saint-Denis : des origines au xviiie siècle, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Documents d’archéologie française, 59), 444 p.

Haut de page

Notes

1 Cet outil a été développé dans le cadre d’un Dea, puis d’une thèse soutenue en 2008 à l’Université Paris-I.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Vue du site en fin de campagne 2010. La fosse circulaire au centre correspond à une cuve de tanneur du xvie siècle. La rivière 
est visible en arrière-plan (au niveau de la palissade).
Crédits Photo Jacques Mangin/Uasd.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 2
Légende Vue du site lors des Journées européennes 
du patrimoine en 2010. 
On distingue, 
derrière le belvédère, le séchoir à étoffes associé aux lavoirs installés en bordure de rivière.
Crédits Photo Jacques Mangin/Uasd.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1444/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 3
Légende Vue 
de l’entrée du site lors de la Fête de Saint-Denis en 2010 avec, en arrière-plan, les bâtiments 
qui ont fait l’objet d’une étude de bâti et, à droite, 
une cuisson 
de poterie en cours.
Crédits Photo Jacques Mangin/Uasd.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1444/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Chamousset et Jean-François Goret, « La fouille de l’îlot Cygne à Saint-Denis », Les nouvelles de l'archéologie, 124 | 2011, 59-64.

Référence électronique

Christelle Chamousset et Jean-François Goret, « La fouille de l’îlot Cygne à Saint-Denis », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 124 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1444 ; DOI : 10.4000/nda.1444

Haut de page

Auteurs

Christelle Chamousset

Chargée de l’action culturelle, 
Unité d’archéologie de la ville 
de Saint-Denis (Uasd)

christelle.chamousset@ville-saint-denis.fr

Jean-François Goret

Responsable de la fouille programmée, Unité d’archéologie de la ville 
de Saint-Denis (Uasd)

jean-francois.goret@ville-saint-denis.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org