Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Une mission de coopération 
en archéologie islamique à Tlemcen (Algérie)

Agnès Charpentier, Sidi Mohamed Negadi et Michel Terrasse
p. 53-58

Résumé

La mission de coopération développée à Tlemcen dans le domaine de l’archéologie a associé deux entités algériennes, l’Université Abu Bakr Belkaid et la direction régionale de la Culture de Tlemcen, à divers partenaires français : le ministère des Affaires étrangères et européennes avec le soutien de l’Ambassade de France en Algérie, la direction d’études d’archéologie musulmane de l’Ephe et le laboratoire Urmed implanté à l’Université de Versailles - Saint-Quentin ; nous avons en outre bénéficié d’un large soutien de la Fondation Max van Berchem à Genève. Les programmes prévus par l’accord qui fonda notre coopération associent, à une formation d’étudiants liée à des « projets-école », des recherches méthodologiques aboutissant en particulier à la rédaction de progiciels consacrés aux divers aspects de l’archéologie ou de la gestion du patrimoine et, bien sûr, prospections, inventaires de monuments et fouilles. Ces recherches tentent aussi d’être présentes à l’actualité culturelle locale. Ainsi en 2011, dans le cadre de la manifestation Tlemcen : capitale culturelle islamique, avons-nous participé aux projets mis en place, selon les usages locaux, sous l’égide de nos partenaires algériens.

Haut de page

Texte intégral

1La mission de coopération développée à Tlemcen dans le domaine de l’archéologie a associé deux entités algériennes, l’Université Abu Bakr Belkaid et la direction régionale de la Culture de Tlemcen, à divers partenaires français : le ministère des Affaires étrangères et européennes avec le soutien de l’Ambassade de France en Algérie, la direction d’études d’archéologie musulmane de l’Ephe et le laboratoire Urmed implanté à l’Université de Versailles - Saint-Quentin ; nous avons en outre bénéficié d’un large soutien de la Fondation Max van Berchem à Genève.

2Les programmes prévus par l’accord qui fonda notre coopération associent, à une formation d’étudiants liée à des « projets-école », des recherches méthodologiques aboutissant en particulier à la rédaction de progiciels consacrés aux divers aspects de l’archéologie ou de la gestion du patrimoine et, bien sûr, prospections, inventaires de monuments et fouilles. Ces recherches tentent aussi d’être présentes à l’actualité culturelle locale. Ainsi en 2011, dans le cadre de la manifestation Tlemcen : capitale culturelle islamique, avons-nous participé aux projets mis en place, selon les usages locaux, sous l’égide de nos partenaires algériens.

Un bilan patrimonial de Tlemcen

3C’est au lendemain de al-Djezaïr. L’Année de l’Algérie en France (2003), grâce aux échanges qu’elle a permis, que cette nouvelle coopération est née avec un atelier d’été consacré à l’inventaire des collections patrimoniales. Liant le matériel conservé aux sites, aux monuments et aux opérations dont ils proviennent, ce projet pédagogique avait pour objectif de dresser un bilan patrimonial de Tlemcen et de sa région. Dans cette perspective, de 2004 à 2006, nous avons mis au point, dans le respect des normes de catalogage algériennes, un progiciel bilingue d’analyse des collections, qui a été remis à nos partenaires.

4Parallèlement, il nous est apparu nécessaire de dépouiller les sources textuelles ou graphiques disponibles, des imprimés aux documents accessibles, en particulier, dans les archives des ministères français de la Défense et de la Culture. Ce travail, qui aboutit en 2011 à une exposition sur L’image de Tlemcen dans les archives françaises qui se tiendra à Tlemcen en octobre, a permis de développer des stages école liés à trois projets archéologiques.

5Il était apparu que ni l’époque ottomane, sans doute peu attentive aux legs du Moyen Âge, ni l’âge colonial, durant lequel de nouvelles architectures – hôpital et casernements – avaient occupé le site, ni, enfin, les destructions ou constructions intervenues depuis l’indépendance, n’avaient éradiqué les vestiges palatins qui s’étaient élevés dans l’enceinte du Meshouar. À en croire les sources, Almoravides et Almohades y avaient un campement même si le « Palais Vieux » (Qasr al-Qadim) almoravide était voisin de la seconde grande mosquée de l’agglomération, celle de Tagrart. Les textes nous apprennent de même le développement d’une cité palatine au bas Moyen Âge abd al-wadide. Sa mosquée, convertie en chapelle au xixe siècle, avait été restaurée mais on ne savait rien de l’architecture palatine en dehors de vestiges d’architecture civile du xive siècle conservés à la ville sanctuaire de Sidi bu Madyan, publiés dès 1903 par Georges et William Marçais dans leur Monuments arabes de Tlemcen.

Fouilles au Meshouar

6Les stages de 2008 et 2009 ont permis d’enchaîner une initiation à la topographie qui a mis en place les éléments nécessaires à une opération archéologique au Meshouar. Nous avons ainsi mis au jour les vestiges d’un palais du xive siècle (fig. 1a) : riche de deux niveaux anciens, la salle à alcôves qui était un élément clé de l’ensemble avait été conservée, dissimulée sous des placages xixe siècle ; sa stratigraphie comme son élévation – zellijs, plâtres sculptés ou décors peints sur enduit – incitent, pour ces œuvres d’une grande qualité, à un parallèle avec les architectures nasrides de l’Alhambra (fig. 1b). Mieux encore, il a été possible, à partir de ces trouvailles, de prolonger l’identification d’ateliers entreprise à partir du bilan patrimonial précité et des dépouillements d’archives, celles des Monument historiques en particulier. Après l’intervention ponctuelle d’un atelier à la porte de madrasa-zawiya de Chella, ville de pèlerinage dynastique élevée par les Mérinides près de Rabat (Charpentier sous presse), il a été possible d’établir comment les cousins zénètes des émirs de Tlemcen avaient su faire appel à des ateliers tlemceniens. Il en va de même pour l’ensemble de la madrasa-zawiya de Chella mais aussi à la mosquée-madrasa Bu Inaniya de Fès al-Bali. De nouvelles perspectives s’ouvrent ainsi pour l’analyse des relations entre les trois dynasties ibéro-maghrébines héritières des Almohades.

7

Fig. 1a

Fig. 1a

Palais 
abd al-wadide 
au Meshouar, 
relevé des sondages du stage de 2008.

Plan Loubet / mission archéologique 
à Tlemcen.

8

Fig. 1b

Fig. 1b

Pavement de zellij [182] 
mis au jour au palais du Meshouar. 
Le motif, sans doute dû à un atelier 
tlemcenien, 
apparaît au Maroc 
à Chella et à 
la Bû Inaniya de Fès.

Photo Agmi / mission archéologique 
à Tlemcen.

Archéologie et sauvetage 
de la première grande mosquée 
de l’agglomération

9Un second projet a permis d’entreprendre la sauvegarde de la première grande mosquée de l’agglomération fondée et développée à partir de 790 sur les vestiges de la Pomaria romaine par l’émir fasi Idris Ier et son fils. Alfred Bel avait fouillé la zone proche du minaret en 1910 et mis en évidence l’existence d’un complexe riche d’un bain public. Plusieurs campagnes ont eu lieu dans les années 1970 sous la conduite de MM. Said Dahmani et Abderrahmane Khalifa, mais le site avait été depuis laissé à l’abandon. Relevés et sondages nous ont permis d’établir les principales étapes d’un des plus anciens sanctuaires de l’Islam d’Occident, de sa fondation à son abandon après la conquête ottomane, au xvie siècle. On retiendra ici deux campagnes de travaux qui marquent l’intérêt porté à Agadir et à sa mosquée au début du xiie siècle et au milieu du xiiie siècle (fig. 2 et 3).

Fig. 2a

Fig. 2a

Vue d’ensemble 
de la mosquée d’Agadir.

Photo Agmi / mission 
archéologique à Tlemcen.

10

Fig. 2b

Fig. 2b

Plan de la mosquée d’Agadir et relevé des sondages 
réalisés en 2009.

Plan Loubet-Fenina / mission archéologique à Tlemcen.

11Tandis que l’Almoravide Ali ibn Yusuf menait à bien la construction de la grande mosquée de son père à la madina voisine de Tagrart, il est intervenu à Agadir avec, au moins, une transformation de la zone du mihrab. Les plâtres sculptés retrouvés sont l’œuvre d’ateliers que l’on connaît à Tagrart mais aussi à Marrakech (Qubba de Ali), à Chichaoua (maisons almoravides) ou à Fès (mosquée al-Qarawiyin). Des sondages profonds réalisés au Meshouar confirment les indications des textes sur une occupation du site au xiie siècle. Pour la seconde partie du siècle, les chroniques attestaient une intervention almohade sur les enceintes de la ville ; les travaux d’archéologie monumentale menés avec nos étudiants ont suscité l’hypothèse d’une campagne de travaux almohades à la grande mosquée de Tagrart. Tout le xiie siècle fut ainsi un moment d’intenses transformations pour une architecture tlemcenienne affirmée dès la fin du viiie siècle.

Fig. 3

Fig. 3

Plan et élévation du minaret 
de la mosquée d’Agadir. 
Ce minaret de brique 
du xiiie siècle s’élève sur 
une base de pierre de taille réalisée, 
comme les murs 
du sanctuaire, 
avec des remplois antiques.

Photo Agmi / mission 
archéologique à Tlemcen.

12Un troisième axe de travail est lié à l’analyse des monuments conservés en élévation avec, comme pour les autres projets, archivage numérique et analyse des données sur des bases liées à des progiciels bilingues. On ne peut dire ici par le détail les opérations menées de 2004 à 2010. Elles ont permis de reprendre l’inventaire monumental d’une agglomération polynucléaire riche de cinq fondations de la Conquête islamique au bas Moyen Âge, qui semble le moment le plus brillant et le plus riche de témoins de son histoire. L’aménagement littoral qui assurait le lien entre Tlemcen et le monde méditerranéen n’a pas été négligé. La conclusion la plus marquante, confirmée lors des stages de 2010 par l’analyse monographique du sanctuaire de Sidi al-Halwi (fig. 4), par celle de la cité palatine mérinide de Mansura ou encore par l’analyse des équipements des quartiers de Tlemcen, est la remise en cause des idées reçues sur les ouvrages mérinides. Qu’il s’agisse de Mansura, du sanctuaire de Sidi bu Madyan, commande d’Abu al-Hasan, ou de celui de Sidi al-Halwi, dû à une initiative de son fils, Abu Inan, l’intervention d’ateliers locaux est démontrée si bien que la commande mérinide, loin d’imposer un art venu d’ailleurs au pays tlemcenien, a stimulé une école régionale de l’Islam d’Occident. Elle a développé, dans une agglomération qui était devenue leur base pour un hypothétique rétablissement d’un califat d’Occident, de fructueux échanges entre le pays tlemcenien – on pense aussi au port de Honain – et les émirats de Fès ou de Grenade.

Fig. 4

Fig. 4

Vue d’ensemble 
de la mosquée 
de Sidi 
al-Halwi.

Photo Agmi / mission archéologique 
à Tlemcen.

13Naturellement, les stages-école de la mission incluent la publication des résultats et une préparation des stagiaires à un avenir professionnel. Chaque année, des archives -électroniques et un rapport préliminaire sont remis aux autorités de tutelle. À l’approche de l’année 2011, une valorisation de ces travaux et la mise à disposition de leurs acquis au bénéfice d’un plus vaste public ont été programmées. Pour la présentation du patrimoine, un stage d’initiation au guidage a été proposé aux étudiants qui étaient invités, dans le même temps, à rédiger en bilingue des fiches de visite et des panneaux signalétiques (fig. 5) par monument ou site. Un guide est sous presse (Charpentier, Negadi & Terrasse 2011). Il sera accompagné d’un volume scientifique Tlemcen, l’essor d’une métropole islamique méditerranéenne. Histoire, archéologie, développement. Enfin, un colloque international prévu à l’automne 2011 permettra d’élargir le dialogue que suscite depuis treize siècles l’union des deux rives de la Méditerranée en une même aire de culture et de création.

Fig. 5

Fig. 5

Fiche signalétique 
de la grande mosquée 
de Tagrart (stage 2010).

Mission archéologique 
à Tlemcen.

14Ainsi, l’accord qui fonde notre coopération tlemcenienne a-t-il abouti – par le travail enthousiaste (si on nous permet un tel jugement) des étudiants et des enseignants – à une recherche débouchant sur des éléments très neufs. Cette coopération fondée, on l’a dit, sur des projets inédits, offre un cadre de formation aux étudiants en archéologie. Elle permet aux Tlemceniens et à leurs hôtes de mieux connaître le patrimoine légué à la ville par l'émir almoravide Yusuf Ibn Tashfin et son fils Ali, dont l'action fut décisive dans le développement de l’Islam médiéval d’Occident.

Haut de page

Bibliographie

Charpentier, A. Sous presse. « Un atelier voyageur au bas Moyen Âge ibéro-maghrébin entre mondes abd al-wadide et mérinide », in : Archives, récits de voyage et archéologie : colloque XII, 130e congrès national des sociétés savantes, La Rochelle, 18-22 avril 2005.

Charpentier, A., S. M. Negadi & M. Terrasse. 2011. « Découvrir… Tlemcen : histoire et archéologie ; itinéraires de découverte ; conseils pratiques », Tlemcen.

Charpentier, A. & M. Terrasse. Sous presse. Tlemcen, l’essor d’une métropole islamique méditerranéenne. Histoire, archéologie, développement. Tlemcen.

Dahmani, S. & A. Khelifa. 1980. « Les fouilles d’Agadir. Rapport préliminaire 1973-1974 », Bulletin d’archéologie algérienne, VI : 243-265.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1a
Légende Palais 
abd al-wadide 
au Meshouar, 
relevé des sondages du stage de 2008.
Crédits Plan Loubet / mission archéologique 
à Tlemcen.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 1b
Légende Pavement de zellij [182] 
mis au jour au palais du Meshouar. 
Le motif, sans doute dû à un atelier 
tlemcenien, 
apparaît au Maroc 
à Chella et à 
la Bû Inaniya de Fès.
Crédits Photo Agmi / mission archéologique 
à Tlemcen.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1439/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 2a
Légende Vue d’ensemble 
de la mosquée d’Agadir.
Crédits Photo Agmi / mission 
archéologique à Tlemcen.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1439/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 2b
Légende Plan de la mosquée d’Agadir et relevé des sondages 
réalisés en 2009.
Crédits Plan Loubet-Fenina / mission archéologique à Tlemcen.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1439/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 3
Légende Plan et élévation du minaret 
de la mosquée d’Agadir. 
Ce minaret de brique 
du xiiie siècle s’élève sur 
une base de pierre de taille réalisée, 
comme les murs 
du sanctuaire, 
avec des remplois antiques.
Crédits Photo Agmi / mission 
archéologique à Tlemcen.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1439/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 4
Légende Vue d’ensemble 
de la mosquée 
de Sidi 
al-Halwi.
Crédits Photo Agmi / mission archéologique 
à Tlemcen.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1439/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 5
Légende Fiche signalétique 
de la grande mosquée 
de Tagrart (stage 2010).
Crédits Mission archéologique 
à Tlemcen.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1439/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Charpentier, Sidi Mohamed Negadi et Michel Terrasse, « Une mission de coopération 
en archéologie islamique à Tlemcen (Algérie) », Les nouvelles de l'archéologie, 124 | 2011, 53-58.

Référence électronique

Agnès Charpentier, Sidi Mohamed Negadi et Michel Terrasse, « Une mission de coopération 
en archéologie islamique à Tlemcen (Algérie) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 124 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1439 ; DOI : 10.4000/nda.1439

Haut de page

Auteurs

Agnès Charpentier

Ingénieur d’études au Cnrs – Université de Versailles - Saint-Quentin,
Laboratoire Urmed (Monde méditerranéen, Antiquité-Moyen Âge)

Sidi Mohamed Negadi

Directeur du département d’archéologie de l’Université Abou Bakr Belkaid 
de Tlemcen

Michel Terrasse

Directeur d’études à l’École pratique des hautes études (Ephe), 
titulaire de la chaire d’archéologie 
musulmane, laboratoire Urmed

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org