Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Les églises de l’ancienne Aradi 
(Sidi Jdidi, Tunisie)

Aïcha Ben Abed Ben Kheder et Michel Fixot
p. 39-43

Résumé

Le désir de P.-A. Février d’établir des relations plus étroites avec le « Maghreb romain », fondées sur un travail de terrain, est à l’origine de l’étude du site de Sidi Jdidi. Alors qu’était achevé depuis peu le livre qu’il avait choisi d’intituler ainsi (Février 1989-1990), il fut sollicité par A. Ben Abed afin de constituer une équipe ; déjà atteint par la maladie qui devait l’emporter quelques mois plus tard, il souhaita déléguer l’entreprise, d’autant qu’il se trouvait simultanément appelé par ses amis algériens et par Ch. Pietri, alors directeur de l’École française de Rome, afin d’intervenir également dans le pays voisin. Trois mois seulement après sa mort eut lieu la première campagne d’été d’une série qui devait s’achever en 2006. La perspective était d’abord d’exploiter les sondages qui, sous la direction de A. Beschaouch, avaient été conduits une vingtaine d’années plus tôt par les services de l’Institut national d’art et d’archéologie tunisien, devenu depuis l’Institut national du patrimoine. Ces interventions avaient eu comme but de montrer l’importance potentielle du gisement archéologique alors menacé par des projets d’équipement – la construction d’un barrage, qui fut effective – et d’installation d’un habitat villageois. Parmi les monuments révélés alors partiellement se trouvaient deux basiliques chrétiennes, dont une complétée par un baptistère de plan « en rosace » attribuable par sa forme à l’époque byzantine. Le relevé des vestiges était donc devenu une urgence, d’autant que des sols mosaïqués avaient été mis au jour. Simultanément, il était prévu d’étendre les surfaces soumises à la fouille afin d’obtenir une compréhension plus globale.

Haut de page

Texte intégral

1Le désir de P.-A. Février d’établir des relations plus étroites avec le « Maghreb romain », fondées sur un travail de terrain, est à l’origine de l’étude du site de Sidi Jdidi. Alors qu’était achevé depuis peu le livre qu’il avait choisi d’intituler ainsi (Février 1989-1990), il fut sollicité par A. Ben Abed afin de constituer une équipe ; déjà atteint par la maladie qui devait l’emporter quelques mois plus tard, il souhaita déléguer l’entreprise, d’autant qu’il se trouvait simultanément appelé par ses amis algériens et par Ch. Pietri, alors directeur de l’École française de Rome, afin d’intervenir également dans le pays voisin. Trois mois seulement après sa mort eut lieu la première campagne d’été d’une série qui devait s’achever en 2006.

2La perspective était d’abord d’exploiter les sondages qui, sous la direction de A. Beschaouch, avaient été conduits une vingtaine d’années plus tôt par les services de l’Institut national d’art et d’archéologie tunisien, devenu depuis l’Institut national du patrimoine. Ces interventions avaient eu comme but de montrer l’importance potentielle du gisement archéologique alors menacé par des projets d’équipement – la construction d’un barrage, qui fut effective – et d’installation d’un habitat villageois. Parmi les monuments révélés alors partiellement se trouvaient deux basiliques chrétiennes, dont une complétée par un baptistère de plan « en rosace » attribuable par sa forme à l’époque byzantine. Le relevé des vestiges était donc devenu une urgence, d’autant que des sols mosaïqués avaient été mis au jour. Simultanément, il était prévu d’étendre les surfaces soumises à la fouille afin d’obtenir une compréhension plus globale.

3À l’intérêt du programme architectural et décoratif de chacune des églises s’ajoutait en effet un thème qui, pour P.-A. Février, fut toujours essentiel, consistant en l’étude de leur inscription dans leur contexte, quelle qu’en fût l’échelle, afin de restituer une « topographie chrétienne ». Pour l’ensemble du site, elle était destinée à demeurer très relative en raison de son extension sur une dizaine d’hectares, entre une partie haute, maintenant réserve archéologique, incomplètement reconnue, et une partie basse, recouverte par l’habitat villageois. En revanche, l’environnement proche pouvait bénéficier d’un intérêt particulier. Cette préoccupation de l’insertion des monuments dans l’espace se doublait naturellement de celle de leur inscription dans le temps, non seulement par le phasage et la datation des différents états des lieux de culte et de leurs annexes, mais encore par l’attention portée à ce qui avait précédé ou suivi la période chrétienne. C’est ce programme idéal qui a guidé la recherche au cours des campagnes successives.

Fig. 1

Fig. 1

Plan d’ensemble du site.

Relevé et dessin S. Roucole.

Une longue séquence d’occupation

4En arrière de la zone côtière d’Hammamet, à une dizaine de kilomètres de la mer, identifié par une inscription avec l’antique Aradi, le site se signale par un relief remarquable auquel ne fut sans doute jamais indifférente l’occupation humaine, dès l’époque protohistorique. L’assiette haute de la cité antique est inscrite dans une combe prise entre deux barres rocheuses espacées d’une centaine de mètres, interrompues perpendiculairement par le passage encaissé d’un oued. Elle dominait ce vallon dont la partie basse de la cité antique occupait l’autre rive.

  • 1 
Le mot hanout, pluriel haouanet, 
désigne une chambre sépulcrale creusée dans le roc. (NDLR).

5Outre un rempart mégalithique partiellement conservé, doublé d’un fossé, des haouanet1 à peu de distance, des niveaux d’habitat datés du viiie siècle avant notre ère ont été reconnus. Ils avaient déjà été mis au jour par les terrassements d’époque paléochrétienne préalables à la construction des basiliques « doubles » du groupe épiscopal. À leur intention, dans un terrain accidenté, il avait été nécessaire de dégager « en encoche » d’assez grandes surfaces horizontales, entre déblais pour certaines parties et remblais pour d’autres. Attestée également par les ramassages de matériel céramique, l’occupation humaine fut donc continue jusqu’à la fin de l’époque byzantine, constatation qui accentue encore la césure que représente cette période au cours de laquelle, autour des basiliques et sur le site haut, la vie semble s’étioler, avant de disparaître, en se concentrant autour de ces monuments qui pouvaient représenter le passé actif et prestigieux de la cité. De ce point de vue, le choix de l’implantation du groupe épiscopal semble déjà en rapport avec le passé de celle-ci, prenant place sur la sorte d’acropole historique que pouvait représenter sa partie haute sur laquelle sont aussi connus une salle basilicale dont le sol portait une inscription à Nutrix et un temple à cour, monument du culte impérial. Il n’est pas impossible non plus que les vestiges perchés au-dessus de la cathédrale soient ceux d’un temple à Saturne.

Les monuments paléochrétiens

6Deux implantations monumentales chrétiennes ont donc été identifiées, chacune occupant l’extrémité des barres rocheuses qui arment la topographie du site, le groupe épiscopal au nord – ou ce que l’on propose d’identifier comme tel – et une église avec de simples annexes au sud. La similitude de situation n’est pas le résultat d’un hasard, et l’effet de correspondance se double d’une commune situation dominante par rapport à la ville basse et aux terroirs avoisinants. Par rapport au passé, le mode d’installation des deux complexes chrétiens fut différent. Dans le cas du groupe épiscopal, fait de quatre îlots dont deux contenaient une église, la nécessité qui présida à leur composition conduisit à la destruction de ce qui existait antérieurement. Seules furent respectées les lignes directrices de l’urbanisme antérieur qui autorisèrent une « occidentation » des absides habituelle à l’Afrique, mais contraignirent à une dominante en direction du nord. Quant à la basilique sud, soumise aux mêmes déterminations par rapport aux points cardinaux, son plan à trois nefs fut inscrit dans les limites d’un îlot précédent tandis que ses annexes furent réaménagées sur le plan de l’habitation antérieure, une maison très simple dont les dépendances contenaient un pressoir à vin et qui s’organisait déjà autour d’une petite cour dallée.

7Les deux pôles chrétiens connurent des rythmes d’existence comparables, deux états principaux séparés par un épisode de destruction suivi d’une reconstruction d’ensemble. Comme il est compréhensible, l’apparition du groupe épiscopal anticipa celle de la basilique sud. Au temps de sa splendeur, dans la première moitié du ve siècle, il comprit deux églises précédées chacune d’une cour entourée d’annexes et pourvues d’un système d’accès indirect. Pour la chronologie, on doit considérer que l’absence d’un évêque de la cité à la conférence antidonatiste de Carthage, en 411, n’a pas valeur de critère. Les églises étaient semblables entre elles, avec les mêmes petites dimensions, comptant cinq travées et trois nefs. Leurs entrées latérales, dans l’axe des collatéraux, libéraient la nef principale réservée à la liturgie et aux déplacements du clergé. Chacune des églises était complétée par un baptistère, restituable dans le cas de la basilique occidentale.

Fig. 2

Fig. 2

L’inscription votive au pied 
de l’autel 
de la basilique sud (basilique I). 
Mission archéologique à Sidi Jdidi.

Deux îlots domestiques

8Entre ces deux îlots ecclésiaux parallèles, un troisième fut intercalé dont la destination domestique s’exprimait par un moulin à céréales, un pétrin, un four à pain, un moulin à olives, le tout organisé autour d’une étroite cour centrale. Plus que le seul service de la communauté cléricale, c’est plutôt celui de la matricule qui se trouve ainsi fondé sur la transformation des produits agricoles issus du patrimoine foncier de l’Église. Enfin, décalé au sud-est, un quatrième îlot était constitué d’une grande maison bloc dont le rez-de-chaussée accueillait un pressoir à vin, équipement complémentaire de ceux de l’îlot intermédiaire, une grande citerne, des pièces de stockage pour des amphores vinaires et une petite écurie. Un étage le dominait partiellement, auquel donnait accès un escalier construit dans le vestibule qui partageait le rez-de-chaussée en deux parties. Cette élévation était faite en adobe, technique de construction déjà reconnue dans les bâtiments qui avaient précédé le groupe chrétien. Sa nature résidentielle ressortait de quelques détails de décor architectural recueillis dans les décombres, enduits peints et chapiteaux de pilastre en stuc. Certains objets, pince à mors dentelés, spatule, plaquettes à onguent, suggèrent une pratique médicale et une culture qui siérait à l’occupant des lieux, peut-être l’évêque en personne.

9Les quatre îlots disparurent simultanément, au cours de la deuxième moitié du ve siècle, ce que démontre l’étude approfondie du matériel céramique et numismatique. Il était donc difficile de ne pas émettre l’hypothèse de l’effet de la persécution vandale. On sait que Fortunatianus, l’évêque de Aradi, fut au nombre de ceux qui furent exilés en Corse en 484, à l’époque du roi Hunéric.

La vocation funéraire des basiliques

10Chacune des deux basiliques composant la cathédrale double eut une fonction funéraire illustrée par les nombreuses mosaïques signalant les tombes, qui formèrent peu à peu un tapis presque continu dans l’église occidentale. La prédominance de celle-ci s’exprima aussi par l’exposition d’un sarcophage au revers de la façade. Par voie de conséquence, l’autel, initialement placé dans la travée médiane, fut rapproché de l’abside et pour lui, une plateforme fut construite dans la dernière travée. Ce fut l’origine d’une division de l’église en deux parties, un culte funéraire donnant peu à peu naissance à un monument spécifique sous la forme d’un contre-chœur qui atteignit son plein développement au cours de l’époque byzantine.

11Pour sa part, la particularité liturgique de la basilique sud composée de quatre travées et de trois nefs s’exprime dans la position d’un autel porté par quatre colonnettes, très avancée dans la nef et reliée à l’abside au moyen d’un parcours médian figuré dans le sol mosaïqué par un tapis particulier. Seule la nef centrale était dotée de cette qualité de sol, les collatéraux restant en terre battue. La fonction funéraire fut aussi limitée à une tombe de prêtre dans l’abside et à celle d’un personnage nommé Felix, placée dans l’avant-dernière travée, sur le côté occidental du parcours processionnel en direction de l’autel. Pour l’église, cette spécificité de la fonction funéraire, à l’opposé du caractère communautaire exprimé dans les basiliques du groupe épiscopal, suggère une fondation votive exprimée par l’inscription de dédicace placée au pied de l’autel, qui vaut peut-être non seulement pour le tapis mosaïqué dans lequel elle s’inscrit mais aussi pour tout le monument.

Fig. 3

Fig. 3

L’état du groupe épiscopal à l’époque byzantine : état II.

Relevé et dessin S. Roucole.

Le programme de reconstruction 
de l’époque byzantine

12Après destruction, cette basilique fut reconstruite à l’époque byzantine selon des proportions un peu développées, en largeur comme en longueur, avec ajout d’une travée à l’opposé de l’abside. Le sol fut surélevé et entièrement mosaïqué. L’autel conserva le même emplacement qu’auparavant, ce qui le plaça en position médiane dans la nouvelle nef. Il était fait d’un noyau de maçonnerie sur lequel furent scellées des dalles de marbre sculptées, à décor de croix, ou à motifs géométriques ou de palmettes. Les restes d’inscriptions antiques au revers et des traces d’ébauches abandonnées montrent que ce travail fut effectué sur place. Ces vestiges un peu exceptionnels en Afrique furent retrouvés brisés dans les décombres contenus dans une citerne, sous l’église.

13La reconstruction du groupe épiscopal fut de nature différente. Aux deux églises précédentes et aux quatre îlots se substitua un état réduit à la seule basilique occidentale et à ses annexes appauvries en surface, auxquelles furent rattachés quelques éléments issus de l’ancien îlot domestique adjacent. Au cas où la fouille aurait été limitée à cette église, cette rétractation considérable de l’emprise ne serait pas apparue et une conclusion inverse se serait imposée, relative à la splendeur de la phase d’époque byzantine qui aurait été supposée à tort par rapport à la phase antérieure. En dépit d’une importante surélévation du sol, le plan de l’église précédente fut exactement reproduit et l’enrichissement architectural consista ici non pas en un agrandissement mais en une insistance marquée au profit du contre-chœur et du baptistère. Les deux premières travées de la nef centrale, dont le cloisonnement avait été ébauché au cours de la phase précédente, furent réunies à l’intérieur d’une élévation afin de former un monument à plan centré inclus dans l’église, chapelle funéraire ou martyrologique équipée d’un autel. Les travées correspondantes des collatéraux furent également isolées des autres et traitées comme annexes directes, ouvertes sur ce monument intérieur par une grande arcade. Se substituant aux anciens systèmes d’entrée latéraux dans l’îlot, un portail fut élevé dans son axe, afin de créer un effet de perspective sur ce martyrium tandis que la cour intermédiaire était occupée par un cimetière, réticence peut-être envers la pratique antérieure d’inhumation dans l’église. Quant au baptistère, il fut recomposé. Initialement de plan en équerre dans le premier état, composé de deux ailes qui se joignaient pour contenir la cuve, il fut habilement complété, pour se voir conférer un plan cruciforme avec abside. La nouvelle cuve « en rosace » fut aménagée un peu à l’étroit dans une surface qui contenait auparavant une piscine de plus petites dimensions. Outre un décor géométrique de carrés sur la pointe polychromes, ses parois intérieures furent ornées de cierges allumés tandis que sa margelle accueillait en deux exemplaires symétriques un motif zoomorphe issu du répertoire du cirque, interprétation de l’image du cheval vainqueur tenant une couronne dans l’une de ses pattes antérieures levées. Déjà, dans l’état précédent, une couronne agonistique décorant une tombe illustrait la marque de cette iconographie triomphale sur le répertoire chrétien.

14L’étude apporte donc un exemple supplémentaire de l’impact du christianisme sur l’image de la cité antique, forme nouvelle qui s’inscrit dans une certaine continuité par rapport à un passé monumental que les élites s’étaient efforcées de maintenir jusqu’au commencement du ve siècle et qui était appelé à se substituer à lui. Sur ce point, on peut se reporter à la découverte d’une inscription très explicite qui fut utilisée pour construire le coffrage de la tombe de Felix, dans la basilique sud. Il est aussi intéressant de reconnaître que les grands programmes architecturaux fondés sur le système de la « cathédrale double », répandus dans la chrétienté, et bien connus à Sbeitla, Bulla Regia, Djemila ou Sabratha, étaient également d’actualité dans des cités de second rang comme Aradi. Créée selon un plan préétabli et réalisée en plusieurs campagnes, mais d’une seule venue, la « cathédrale double » de cette petite cité anticipe même les autres grands exemples africains issus d’une composition progressive qui ne s’achève généralement qu’à l’époque byzantine. En outre, à cette époque tardive, ces programmes furent aussi marqués par l’essor du culte funéraire ou martyrologique donnant cours à des développements liturgiques qui s’expriment dans des dispositions originales, voire inventives, élevées à l’opposé des absides. C’est ce que l’on constate sur le site étudié. La même inventivité est d’ailleurs manifeste dans la transformation que connut simultanément le baptistère. Enfin, outre les différences de fonction qu’elle contribue à identifier entre les églises, l’attention portée aux contextes monumentaux a révélé ici l’importance d’une activité économique, voire caritative, que les sources écrites font connaître mais dont les témoignages concrets attirent ici l’attention. De manière à la fois facultative et méthodologique, on peut retenir aussi de cette expérience que la datation des monuments se fonde de préférence sur le matériel abondant retrouvé dans ces circonstances, plutôt que sur la « céramique d’église », le plus souvent rare et résiduelle.

Haut de page

Bibliographie

Ben Abed Ben Khader, A., M. Bonifay, M. Fixot & S. Roucole. 1999. « La basilique méridionale de Sidi Jdidi (Tunisie) », in : La mosaïque gréco-romaine : actes du VIIe colloque international pour l’étude de la mosaïque antique (Aiema), Tunis, 1994. Tunis, Institut national du patrimoine : 267-284, pl. CXXII-CXXVIII.

Ben Abed Ben Khader, A., M. Bonifay, M. Fixot & S. Roucole. 2000. « Les basiliques chrétiennes de Sidi Jdidi », Rivista di archeologia cristiana, LXXVI : 555-587.

Ben Abed Ben Khader, A., M. Bonifay, M. Fixot & S. Roucole. 2003. « Les deux baptistères de Sidi Jdidi », Antiquité tardive, 11 : 148-149.

Ben Abed Ben Khader, A., M. Bonifay, M. Fixot & S. Roucole. 2004. Sidi Jdidi, I : la basilique sud. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 339), 397 p.

Ben Abed Ben Khader, A. & M. Fixot. 2008. « Le groupe épiscopal d’une cité africaine : Aradi (Sidi Jdidi, Tunisie) », in : Lieux de culte : aires votives, temples, églises, mosquées. Actes du IXe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale (Tripoli, 19-25 février 2005). Paris, Cnrs Éditions (Études d’Antiquités africaines) : 187-197.

Février, P.-A. 1989-1990. Approches du Maghreb romain : pouvoirs, différences et conflits, vol. 1. Aix-en-Provence, Édisud, 222 p., 8 p. de pl.

Mukaï, T. 2010. La céramique du groupe épiscopal de Sidi Jdidi. Thèse de doctorat, Université de Provence.

Ben Abed Ben Khader, A. & M. Fixot. 2011. « Un groupe épiscopal africain au ve et au vie siècle : Aradi (Sidi Jdidi, Tunisie) », in : J.-M. Spieser (éd.), Architecture paléochrétienne. Gollion (Suisse), Infolio (Grèce, Rome, Byzance : études fribourgeoises d’histoire, d’archéologie et d’histoire de l’art) : 105-147. 

Ben Abed Ben Khader, A., M. Fixot & S. Roucole. Sous presse. Sidi Jdidi, II : Le groupe épiscopal. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome).

Haut de page

Notes

1 
Le mot hanout, pluriel haouanet, 
désigne une chambre sépulcrale creusée dans le roc. (NDLR).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan d’ensemble du site.
Crédits Relevé et dessin S. Roucole.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 2
Légende L’inscription votive au pied 
de l’autel 
de la basilique sud (basilique I). 
Mission archéologique à Sidi Jdidi.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1430/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 3
Légende L’état du groupe épiscopal à l’époque byzantine : état II.
Crédits Relevé et dessin S. Roucole.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1430/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Ben Abed Ben Kheder et Michel Fixot, « Les églises de l’ancienne Aradi 
(Sidi Jdidi, Tunisie) », Les nouvelles de l'archéologie, 124 | 2011, 39-43.

Référence électronique

Aïcha Ben Abed Ben Kheder et Michel Fixot, « Les églises de l’ancienne Aradi 
(Sidi Jdidi, Tunisie) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 124 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1430 ; DOI : 10.4000/nda.1430

Haut de page

Auteurs

Aïcha Ben Abed Ben Kheder

Institut national du patrimoine (Inp), Tunis

Articles du même auteur

Michel Fixot

Université de Provence, 
Aix-en-Provence

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org