Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Haïdra (Tunisie), ville d’Afrique proconsulaire 
à la fin de l’Antiquité

La mission archéologique franco-tunisienne
François Baratte et Fethi Bejaoui
p. 34-39

Résumé

Depuis 1993, donc près de vingt ans, une mission archéologique franco-tunisienne explore méthodiquement le site d’Ammaedara, Haïdra aujourd’hui, à la frontière tuniso-algérienne. Il s’agit avant tout d’étudier la ville de l’Antiquité tardive, ses transformations à l’époque byzantine et son passage au Moyen Âge. Si la ville n’est pas très vaste – elle occupe 70 ha environ – elle est importante en raison de son emplacement stratégique, à l’extrémité de la Dorsale, au cœur du pays des Musulames et à un carrefour de routes : celle qui, venant de Carthage, se dirigeait vers Théveste puis Lambèse, traversant d’est en ouest la Proconsulaire, et surtout celle qui se dirigeait au sud vers Capsa/Gafsa, puis vers Hadrumète/Sousse. C’est d’ailleurs cette position clé qui lui avait valu d’être choisie dès l’époque augustéenne, au moment de la guerre contre Tacfarinas, comme quartier général de la IIIe légion Auguste. C’est là que la légion établit son premier camp permanent, avant de le déplacer plus vers l’ouest à l’époque flavienne, d’abord à Tébessa peut-être, puis à Lambèse. C’est à ce moment-là que la ville devint colonie.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis 1993, donc près de vingt ans, une mission archéologique franco-tunisienne explore méthodiquement le site d’Ammaedara, Haïdra aujourd’hui, à la frontière tuniso-algérienne. Il s’agit avant tout d’étudier la ville de l’Antiquité tardive, ses transformations à l’époque byzantine et son passage au Moyen Âge. Si la ville n’est pas très vaste – elle occupe 70 ha environ – elle est importante en raison de son emplacement stratégique, à l’extrémité de la Dorsale, au cœur du pays des Musulames et à un carrefour de routes : celle qui, venant de Carthage, se dirigeait vers Théveste puis Lambèse, traversant d’est en ouest la Proconsulaire, et surtout celle qui se dirigeait au sud vers Capsa/Gafsa, puis vers Hadrumète/Sousse. C’est d’ailleurs cette position clé qui lui avait valu d’être choisie dès l’époque augustéenne, au moment de la guerre contre Tacfarinas, comme quartier général de la IIIe légion Auguste. C’est là que la légion établit son premier camp permanent, avant de le déplacer plus vers l’ouest à l’époque flavienne, d’abord à Tébessa peut-être, puis à Lambèse. C’est à ce moment-là que la ville devint colonie (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Ammaedara, plan d’après N. Duval et J.-Cl. Golvin.

2La présence du camp a établi parmi les historiens la célébrité de la ville, identifiée au début du xxe siècle. Ce sont des tombes qui manifestent la présence des soldats, légionnaires ou auxiliaires. Du camp lui-même, rien n’a été retrouvé jusqu’à présent et son emplacement reste une question débattue : l’installation au cœur de la ville romaine, sous Justinien, d’une vaste forteresse byzantine a fait supposer à certains qu’il devait se trouver en dessous. Rien n’est moins sûr, le terrain très accidenté, en forte pente vers l’oued Haïdra qui, venant d’Algérie, traverse la ville installée pour l’essentiel sur sa rive gauche, étant peu propice à l’installation d’un camp légionnaire, bien plus étendu d’ailleurs que la forteresse (2,5 ha). D’autres emplacements, à l’est de la ville, se prêteraient mieux à son implantation. Le paysage urbain cependant était sans doute resté marqué par cette présence, puisqu’une inscription de l’époque de Marc Aurèle mentionne encore une porta militaris d’où partait une platea, une voie à portiques, nouvellement construite. Mais cette enquête ne fait pas partie du programme de la mission.

Les recherches anciennes

3Situé à l’époque moderne dans une zone frontalière peu sûre, le site n’avait fait l’objet que de passages très rapides de quelques voyageurs : il faut attendre la fin du xixe siècle, les prospections épigraphiques pour la préparation du Corpus inscriptionum latinarum, l’établissement du protectorat français sur la Régence en 1881 et l’exploration plus systématique de la Tunisie pour qu’une première mission, celle de René Cagnat et de Henri Saladin en 1884, ne procède à un premier et très soigneux relevé de ce qui était visible à Ammaedara. En 1908-1909 André Piganiol, alors à l’École française de Rome, y fit ses premières armes archéologiques. Mais ce n’est qu’à partir des années 1930 qu’eurent lieu de grands dégagements, plutôt que des fouilles dignes de ce nom, conduits par un archéologue amateur, médecin de la mine voisine de phosphates : en quelques années, jusqu’à sa mort en 1941, le Dr Giacomo Dolcemascolo s’attaqua à la plupart des monuments, sous le contrôle assez lointain de Louis Poinssot, directeur des Antiquités, et ne laissa pratiquement pas de rapports, de plans ou de photographies. Le dépôt lapidaire qu’il avait constitué avec une partie de ses découvertes dans sa maison de Kalaa Djerda, siège de la mine, fut évacué en grande partie vers le musée du Bardo à sa mort, peu avant les violents combats qui opposèrent les troupes américaines et allemandes pour la possession du col de Thala, un peu au sud.

4Si insuffisantes qu’elles aient été, ces fouilles sont à l’origine des travaux de la mission franco-tunisienne : le docteur en effet avait, entre autres édifices, dégagé plusieurs églises, certaines manifestement d’un grand intérêt. Après la guerre et l’accession à l’indépendance de la Tunisie puis de l’Algérie, lorsque le site fut de nouveau accessible, M. Noël Duval fut chargé de l’étude des monuments chrétiens, en vue de la publication des dégagements de G. Dolcemascolo. À partir de 1968 et jusqu’en 1984, plusieurs campagnes eurent lieu de manière discontinue, qui renouvelèrent les connaissances sur les églises I (cathédrale ?) et II (basilique des Martyrs de la persécution de Dioclétien, ou de Candidus, du nom d’un des donateurs du pavement de la nef centrale). Une série de communications à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en a exposé au fur et à mesure les résultats, et deux volumes sont parus dans la Collection de l’École française de Rome, qui prend en charge les publications de la mission : l’un consacré à la basilique I (Duval 1981), l’autre aux inscriptions chrétiennes, très nombreuses (Duval 1975).

5L’étude attentive de ces édifices, appuyée par quelques dégagements supplémentaires et un certain nombre de sondages, a permis de retrouver des éléments qui avaient échappé à la fouille désordonnée d’avant-guerre. On peut ainsi en déterminer l’architecture et la restituer très précisément (la basilique II a fait ainsi l’objet d’une maquette au 1/50 destinée au futur musée du site, installé dans l’ancien bordj des douanes tunisiennes construit en 1896 et devenu lui-même monument historique), en analyser en détail les aménagements liturgiques, en particulier l’exceptionnelle installation martyrologique de la même basilique II (aujourd’hui démontée), due à la générosité d’un notable byzantin, l’illustris Marcellus, et les replacer dans l’histoire politique et religieuse de la ville, ce qui n’est pas le moins important (fig. 2). La période vandale y a la part belle, puisque l’épitaphe d’un « évêque des Vandales », retrouvée dans la cathédrale, prouve que cette église a appartenu au clergé arien ; une petite chapelle a livré plusieurs épitaphes d’un intérêt historique considérable ; elles mentionnent en effet des flamines perpétuels, dont l’un, en 526, sous le règne du roi Hildéric, prend soin de signaler qu’il est chrétien. Mais les témoignages sur l’époque byzantine, très nombreux, sont également tout à fait significatifs.

Fig. 2

Fig. 2

La basilique II, 
dite des Martyrs, état actuel. 


Photo Fr. Baratte.

La ville et la citadelle de l’Antiquité tardive

6Après une interruption de presque dix ans, les recherches sur le site reprirent en 1992. Légitimement inquiètes des menaces que faisaient peser sur la muraille sud de la forteresse byzantine les crues de l’oued Haïdra, les autorités archéologiques tunisiennes – l’Institut national d’archéologie et arts, appelé à devenir quelques années plus tard Institut national du patrimoine – demandèrent un rapport à l’architecte Gérard Robine sur l’état du monument, avant de charger François Baratte de travaux d’étude préalables à une éventuelle restauration. Une nouvelle mission archéologique française à Haïdra fut alors créée avec le soutien du ministère français des Affaires étrangères, en partenariat avec Fathi Bejaoui, responsable, entre autres, du site de Haïdra. Cette mission devait y effectuer une campagne de quatre semaines chaque année, à partir de 1993 et sauf en 2006. L’objectif des recherches était la ville dans l’Antiquité tardive, et d’abord la citadelle (fig. 3). Le projet était d’importance, puisqu’en Afrique tout au moins peu d’édifices analogues ont été étudiés, en dépit d’un travail de synthèse qui s’était appuyé cependant à peu près exclusivement sur les publications existantes (Pringle 1981). Seule la forteresse de Timgad a été fouillée entièrement (Lassus 1981) ; une autre, celle de Ksar Lemsa/Limisa, dans le centre de la Tunisie, a été très largement dégagée, mais n’a fait l’objet que d’un bref article. Toutefois, la citadelle justinienne d’Ammaedara est d’une ampleur considérable : 2 ha, très fortement remblayés puisque dans toute la moitié supérieure (elle est en forte pente du nord vers le sud), l’équivalent d’un étage au moins, soit entre trois et quatre mètres, est sous la terre. L’étude en est donc très difficile, puisqu’il est hors de question dans ces conditions de fouiller la totalité de la surface, et que la plupart des méthodes de prospection sont inopérantes à une telle profondeur. Le choix s’est donc porté sur quelques points essentiels qui devraient permettre de comprendre l’organisation de la fortification et son usage : un casernement, comme à Timgad, ou une sorte d’enceinte qui aurait pu accueillir une population civile en cas de besoin. Rappelons que ces fortifications byzantines africaines n’étaient pas destinées à protéger le territoire d’un envahisseur extérieur, mais à le défendre contre un ennemi déjà présent, les tribus maures.

Fig. 3

Fig. 3

La citadelle, 
vue d’ensemble depuis le sud-est.

Photo Fr. Baratte.

La forteresse

7L’étude de l’appareil militaire a conduit à lever un nouveau plan topographique (le précédent, dû à Henri Saladin, datait de la fin du xixe siècle), à relever et dessiner toutes les élévations encore debout et à étudier plus précisément quelques points significatifs, avec l’aide récente d’une grue indispensable pour dégager les blocs dans les meilleures conditions : les trois portes de la forteresse, dont deux malheureusement, par lesquelles passe la voie de Carthage à l’est et à l’ouest, ont été sérieusement endommagées par des travaux de fortification entrepris au milieu du xixe siècle par un bey de Tunis, une petite poterne dans la muraille orientale, et quelques tours ; la seule tour de plan circulaire, à côté de la poterne, est conservée sur pratiquement toute sa hauteur et elle a pu être fouillée intérieurement. On est frappé à la fois par le caractère soigné de l’appareil, là où il a été conservé à l’abri des intempéries et où il n’a pas fait l’objet de remaniements dès l’époque byzantine, et par la simplicité des installations : les portes ne comportent comme dispositif particulier que deux tours de part et d’autre de la voie et, au sud, là où un pont franchissait l’oued, la porte est percée dans une fausse tour. Nous nous sommes efforcés aussi de comprendre les aménagements intérieurs, en mettant par exemple en évidence les circulations : les rues de la ville romaine restèrent utilisées jusqu’à l’époque médiévale. Mais les secteurs à l’intérieur de la citadelle, autrefois très densément bâtis, ont sensiblement évolué à l’époque byzantine ; de nouvelles terrasses ont été aménagées, les monuments romains ont été démontés ou détruits et remplacés par d’autres édifices. Deux églises ont été identifiées et fouillées ; l’une était restée visible depuis l’Antiquité, l’autre a été découverte fortuitement. Toutes deux doivent être sensiblement contemporaines de l’érection de la forteresse. Aucune trace de construction proprement militaire n’a pu être mise en évidence dans les zones fouillées.

8On voit bien, et c’est un des résultats importants obtenus, que l’installation de cette citadelle a bouleversé la façon de vivre dans la ville. Les circulations ne sont évidemment plus les mêmes car, si le tracé des rues est identique, elles sont rétrécies et le parcours de beaucoup d’entre elles est coupé par la muraille. Mais on a pu observer aussi que la ville jouait encore un rôle à l’époque médiévale. Contrairement à ce qu’on avait longtemps imaginé, en effet, elle n’a pas complètement disparu avec les invasions arabes au viie siècle. La mission a recueilli du matériel céramique caractéristique dont la datation court jusqu’au xe siècle. Cette agglomération relativement modeste avait quelques prétentions à une certaine monumentalité, puisque la fouille a mis en évidence un bâtiment à trois nefs sommaires qui pourrait bien être une mosquée. Mais elle se limitait, semble-t-il, à l’intérieur de la citadelle, dont les murailles constituaient alors l’enceinte.

Des bâtiments à auges

9Si l’étude de la forteresse était l’objectif premier de la mission, il est apparu nécessaire de vérifier les résultats obtenus en effectuant quelques travaux à l’extérieur, à son angle nord-ouest d’une part et, d’autre part, en un secteur nettement plus éloigné vers le nord-est, sur ce qu’on appelle traditionnellement, faute de pouvoir le désigner de manière plus précise, le « monument à auges » (fig. 4). Il s’agit là d’un édifice spectaculairement conservé depuis toujours, dont le plan comporte en particulier une grande salle séparée de deux autres plus petites, à caractère manifestement de service, par deux files d’auges, c’est-à-dire par des bassins en pierre surmontés chacun par une arcade qui en fait des sortes de guichet. Ce plan a suscité maintes hypothèses, et on a fait du bâtiment une écurie, une église, un monastère, entre autres. Mais le plus intéressant réside peut-être dans le fait que plusieurs autres constructions du même type sont connues dans la région au sud de Tébessa, en Algérie, proche d’Ammaedara. Sur place, la mission en a identifié un deuxième, plus petit ; autour du premier comme dans le secteur au nord-ouest de la citadelle, les fouilles ont mis en évidence deux aménagements équivalents, nettement postérieurs (le premier doit dater des ive-ve siècles, les deux derniers de l’époque byzantine). Ces édifices avaient à coup sûr une fonction bien déterminée, peut-être en rapport avec la production d’huile qui joue un rôle important dans la région. Faute d’une identification précise, l’hypothèse qui paraît pour l’instant la plus vraisemblable est celle d’une sorte de perception (ou d’édifice pour des distributions) pour des biens en nature. Mais les travaux dans ce secteur sont encore en cours.

Fig. 4

Fig. 4

Le « monument à auges ».

Photo Fr. Baratte.

Du Haut-Empire au xe siècle

10Ils sont en revanche achevés au nord-ouest, où ils ont livré des informations importantes sur la ville : sur son organisation tout d’abord, en terrasses successives du nord vers le sud, la pente des rues atteignant plus de 10 %, sur son évolution ensuite. Sans entrer dans le détail, on observe que le grand bâtiment mis en évidence, qui s’organisait au Haut-Empire autour d’une cour à péristyle avec un bassin et des pavements de mosaïque, est passé en plusieurs phases d’un état très soigné à une vocation artisanale, peut-être en rapport avec la boulangerie, puisqu’un grand four, sans doute à pain, y a été découvert (fig. 5).

11C’est d’ailleurs cette évolution qui caractérise toute la ville, telle que l’étude des différents secteurs l’a mise en évidence : au nord-est, la situation s’est dégradée dès le début de l’époque byzantine, comme le suggèrent les analyses radiocarbone. Il semble en aller de même au nord-ouest et dans la citadelle ainsi qu’à l’ouest de celle-ci, comme viennent de le montrer les plus récents dégagements pratiqués sur la voie de Carthage : son côté sud est resté à peu près inchangé ; le côté nord en revanche a été sensiblement rétréci, la chaussée passant de 8 m de largeur à 6 m, et la porte à 3 m seulement ; le mur de fond primitif a été arraché et reporté 2 m en avant sur le dallage, pour construire des aménagements assez sommaires. Or le matériel céramique indique que cette transformation radicale remonte à l’époque byzantine. Si, au vie siècle, on construit des églises et on réaménage parfois de manière spectaculaire celles qui existent, la ville assurément, tout en conservant une vitalité certaine, n’est plus celle du Haut-Empire et elle a déjà perdu une part importante de sa monumentalité. Mais elle poursuivra son existence, très amoindrie cependant, probablement jusqu’au xe siècle. L’analyse individuelle d’un certain nombre de monuments significatifs amène donc à dresser un tableau d’ensemble, à la fin de l’Antiquité, proche de celui qui se dessine progressivement pour les villes d’Afrique.

Fig. 5

Fig. 5

Le bâtiment 
au nord de la citadelle. 
Le four à pain. 


Photo Fr. Baratte.

12La mission a déjà publié deux volumes (Baratte, Bejaoui & Ben Abdallah 1999 ; Baratte, Bejaoui & Ben Abdallah 2009) et un troisième est sous presse (Baratte et al. à paraître). Ses travaux sont par ailleurs complétés par d’autres, qui concernent des aspects différents d’Ammaedara. Son étude est en effet intégrée au programme EauMaghreb financé par l’Agence nationale de la recherche et lancé en 2008, qui associe dans une perspective pluridisciplinaire historiens, archéologues et géographes étudiant l’approvisionnement en eau d’un certain nombre de villes de l’Afrique antique et de leur territoire. L’aqueduc, mentionné par une inscription mais dont les traces n’ont pas été retrouvées pour l’instant, fait l’objet d’une enquête sur le terrain, et l’étude préliminaire des thermes visibles derrière le marché vient de s’achever ; il s’agit là du seul groupe de bains attesté archéologiquement mais l’épigraphie les qualifie de thermes d’hiver, il y avait donc sans doute au moins des thermes d’été. La ville dans son ensemble et son territoire immédiat, envisagés dans une perspective diachronique, sont au centre de la thèse d’Elsa Rocca, en voie d’achèvement. On peut donc espérer, dans un avenir proche, qu’à l’achèvement du programme actuel de la mission archéologique franco-tunisienne nous aurons une vision renouvelée de cette ville importante d’Afrique proconsulaire, pour l’Antiquité tardive et, plus largement, pour toute la durée de son existence.

Haut de page

Bibliographie

• Généralités

Baratte, Fr. & N. Duval. 1974. Haïdra. Les ruines d’Ammaedara, Tunis, Société tunisienne de diffusion, 76 p.

Duval, N. 1982. « Topographie et urbanisme d’Ammaedara (actuellement Haïdra en Tunisie) », in : Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 10/2 : Principat. Politische Geschichte (Provinzen und Randvoelker : Afrika mit Aegypten [Forts]. Berlin / New York : 633-671.

• Publications de synthèse

Duval, N., avec la collaboration de Fr. Prévot. 1975. Recherches archéo-logiques à Haïdra. I. Les inscriptions chrétiennes. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 18/1), 597 p.

Duval, N. (dir.). 1981. Recherches archéologiques à Haïdra. II. La basilique I, dite de Melleus. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 18/2), 257 p.

Baratte, Fr., F. Bejaoui & Z. Ben Abdallah (dir.). 1999. Recherches franco-tunisiennes à Haïdra. Miscellanea 2. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 17/2), x-245 p. :

– Fr. Baratte et al, « La basilique III (Église de la citadelle) » ;

– 
Z. Ben Abdallah, « Nouveaux documents épigraphiques sur la vie administrative et religieuse d’Ammaedara » ;

– F. Bejaoui, « Le monument chrétien au sud de l’oued ».

Baratte, Fr., F. Bejaoui & Z. Ben Abdallah (dir.). 2009. Recherches archéologiques à Haïdra. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 18/3), 338 p. :

– Fr. Baratte, F. Bejaoui et al., « La basilique VII » ;

– F. Bejaoui, « Le marché » ;

– J.-Cl. Golvin, « Le petit bâtiment à auges » ;

– 
Z. Benzina Ben Abdallah, « Inscriptions païennes découvertes par la mission franco-tunisienne ».

Baratte, Fr., F. Bejaoui, N. Duval & J.-Cl. Golvin. Sous presse. Haïdra. IV. La basilique II, dite basilique des Martyrs de la persécution de Dioclétien ou de Candidus. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome).

• Études de détail récentes

Duval, N. 1995. « Les martyrs de la persécution de Dioclétien à Haïdra (Tunisie). Un exemple du développement du culte des martyrs locaux entre le ive et le viie siècle », in : M. Lamberigts & P. Van Deun (éd.), Martyrium in multidisciplinary perpective. Mémorial Louis Reekmans. Louvain, Peeters Publishers (Bibliotheca Ephemeridum Theologicarum Lovaniensium, 17) : 99-124.

Baratte, Fr. 1996. « Recherches franco-tunisiennes sur la citadelle byzantine d’Ammaedara (Haïdra) », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 140, 1 : 125-154.

Baratte, Fr. & Z. Ben Abdallah, avec C. Fourmond. 2000. « Le sanctuaire de Saturne à Haïdra. Nouveaux documents », Revue archéologique, 2000-1 : 51-74.

Baratte, Fr. & F. Bejaoui. 2000. « Recherches récentes sur l’époque tardive à Ammaedara-Haïdra », in : F. Bejaoui (éd.), Histoire des Hautes Steppes, Antiquité - Moyen Âge : actes du colloque de Sbeitla, sessions 1998 et 1999. Tunis, Institut national du patrimoine : 141-150.

Baratte, Fr. & F. Bejaoui. 2001. « Églises urbaines, églises rurales dans la Tunisie paléochrétienne : nouvelles recherches d’architecture et d’urbanisme dans les Hautes Steppes tunisiennes », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 145, 4 : 1447-1498.

Baratte, Fr. & F. Bejaoui. 2004. « Un évêque horloger dans l’Afrique byzantine : Hyacinthe d’Ammaedara », Comptes-rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 148, 3 : 1121-1151.

Baratte, Fr. & F. Bejaoui. À paraître(a). « La société ecclésiastique dans les Hautes Steppes tunisiennes à la lumière des fouilles récentes, communication à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 22 janvier 2010 ».

Baratte, Fr. & F. Bejaoui. À paraître(b) « La citadelle byzantine d’Ammaedara, communication à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 19 mars 2010 ».

• Références à d’autres sites

Lassus, J. 1981. La forteresse byzantine de Thamugadi, fouilles à Timgad 1938-1956, I. Paris, Éditions du Cnrs (Études d’Antiquités africaines, 19), 252 p.

Pringle, D. 1981. The Defence of the Byzantine Africa from Justinian to the Arab Conquest. Oxford, British Archaeological Records (Bar International series, 99), 2 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Ammaedara, plan d’après N. Duval et J.-Cl. Golvin.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 2
Légende La basilique II, 
dite des Martyrs, état actuel. 

Crédits Photo Fr. Baratte.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 3
Légende La citadelle, 
vue d’ensemble depuis le sud-est.
Crédits Photo Fr. Baratte.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1428/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 4
Légende Le « monument à auges ».
Crédits Photo Fr. Baratte.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1428/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 5
Légende Le bâtiment 
au nord de la citadelle. 
Le four à pain. 

Crédits Photo Fr. Baratte.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1428/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Baratte et Fethi Bejaoui, « Haïdra (Tunisie), ville d’Afrique proconsulaire 
à la fin de l’Antiquité », Les nouvelles de l'archéologie, 124 | 2011, 34-39.

Référence électronique

François Baratte et Fethi Bejaoui, « Haïdra (Tunisie), ville d’Afrique proconsulaire 
à la fin de l’Antiquité », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 124 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/1428 ; DOI : 10.4000/nda.1428

Haut de page

Auteurs

François Baratte

Professeur d’archéologie de l’Antiquité tardive à l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV)

Articles du même auteur

Fethi Bejaoui

Directeur de l’Institut national 
du patrimoine (Inp), Tunis

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org