Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Recherches sur l’entrepôt d’Hergla (Tunisie)

Taher Ghalia, Françoise Villedieu et Catherine Virlouvet
p. 29-33

Résumé

Situé à 25 km au nord de Sousse, l’antique Hadrumète, le lieu-dit Horrea Caelia, aujourd’hui Hergla, signalé comme tel par l’Itinéraire Antonin, présente, parmi les vestiges romains qu’il renferme, les restes d’un vaste complexe à cour centrée s’étendant sur une superficie de 4 200 m2. Mises au jour en 1969 par l’Institut national du patrimoine de Tunisie (Inp), elles furent réétudiées en 1998 et G. Hallier réalisa à cette occasion un relevé des vestiges (Slim et al. 2004 : 161) ; toutefois, ces ruines n’ont encore jamais fait l’objet d’une publication complète. L’importance du bâtiment et la nécessité de le préserver justifient pleinement une reprise des études dans un triple contexte : celui de l’Inp, dans le cadre d’une convention entre cet institut et le Centre Camille-Jullian (Umr 6573, Cnrs-Université de Provence), celui d’une mission archéologique du ministère français des Affaires étrangères et européennes, enfin, celui d’un programme blanc de recherches sur Les entrepôts dans le monde gréco-romain antique soutenu par l’Agence nationale de la recherche française (Anr 08-Blanc-0059-01).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’agglomération antique est mal connue, 
mais une mention de l’Itinéraire Antonin révèle qu’il s’ag (...)

1Situé à 25 km au nord de Sousse, l’antique Hadrumète, le lieu-dit Horrea Caelia, aujourd’hui Hergla, signalé comme tel par l’Itinéraire Antonin1, présente, parmi les vestiges romains qu’il renferme, les restes d’un vaste complexe à cour centrée s’étendant sur une superficie de 4 200 m2. Mises au jour en 1969 par l’Institut national du patrimoine de Tunisie (Inp), elles furent réétudiées en 1998 et G. Hallier réalisa à cette occasion un relevé des vestiges (Slim et al. 2004 : 161) ; toutefois, ces ruines n’ont encore jamais fait l’objet d’une publication complète. L’importance du bâtiment et la nécessité de le préserver justifient pleinement une reprise des études dans un triple contexte : celui de l’Inp, dans le cadre d’une convention entre cet institut et le Centre Camille-Jullian (Umr 6573, Cnrs-Université de Provence), celui d’une mission archéologique du ministère français des Affaires étrangères et européennes, enfin, celui d’un programme blanc de recherches sur Les entrepôts dans le monde gréco-romain antique soutenu par l’Agence nationale de la recherche française (Anr 08-Blanc-0059-01).

L’équipe, composée des trois auteurs de cet article et de six étudiants tunisiens et français (Bénédicte Durand-Mennesson, Yulene Gourgoury, Rached Hamdi, Elyssa Jerray, Tarek Mani, Pierre Morange) a bénéficié du soutien scientifique et logistique de Riadh Hadj Said, architecte des Monuments historiques en poste à Sousse. Les levés topographiques ont été effectués par Vincent Dumas (Cnrs, Centre Camille-Jullian) et les relevés pierre à pierre par Maria Sole Bianchi et Badreddine Toumia.

2En 1971, dans son ouvrage Roman Granaries and Store Buildings, G. Rickman estimait que les grands complexes de stockage se présentant sous forme de pièces ouvrant sur une cour intérieure constituaient une spécificité des grands entrepôts publics de Rome et d’Ostie. Parce que le complexe d’Hergla présente ce même plan, tout en étant situé de l’autre côté de la Méditerranée, dans une région essentielle pour le ravitaillement de l’Italie et de Rome, son étude à frais nouveaux a semblé de prime abord intéressante dans le cadre du groupe de recherche sur Les entrepôts dans le monde gréco-romain antique soutenu par l’Anr.

  • 2 Comme l’a montré l’analyse des murs 
et de leurs relations effectuée 
au cours de cette campagne.
  • 3 Voir ci-dessous les résultats de 
la première campagne de fouilles d’octobre 2010.
  • 4 Pro Caelio 73 : in qua provincia res erant.
  • 5 M. Caelius Saturninus (AE 1968, 621).
  • 6 L’auteur rapproche ces Caelii d’Hadrumète et les horrea situés 25 km plus au Nord (p. 90). Plus loi (...)
  • 7 La location de pièces et d’espaces 
au sein des greniers est bien attestée par les tablettes des Su (...)

3Par ses dimensions, sa construction particulièrement soignée résultant d’un projet unitaire2, sa situation côtière, un tel édifice, qui jouxtait peut-être des bâtiments de même nature3, pose nombre de questions à l’historien de l’économie antique. Qui était son propriétaire ? Un bâtiment aussi monumental était-il le fait d’un particulier, d’une communauté, ou du pouvoir romain ? La toponymie rappelée par l’Itinéraire Antonin pourrait laisser penser que les entrepôts se trouvaient sur des propriétés appartenant à un membre de la famille des Caelii. Ce nom gentilice, fréquent en Italie, spécialement dans le Latium, en Campanie et en Ombrie, est bien représenté en Afrique dès la fin de la période républicaine, comme en atteste Cicéron dans le plaidoyer pour M. Caelius Rufus, qui « avait des intérêts dans cette province »4. Des Caelii sont attestés dans la région, en particulier à Hadrumète5 qui abritait dès l’époque césarienne un conventus de citoyens romains. J.-M. Lassère (1977) en fait de possibles descendants de clients de Caelius Rufus6. Il n’est donc pas improbable que l’édifice, même si sa taille et le soin mis à sa construction peuvent évoquer l’intervention des autorités locales ou impériales, était la propriété d’un Caelius, construit sur un domaine lui appartenant. On sait que la possession de ce type de bâtiment pouvait être d’un rapport avantageux pour son propriétaire (Cicéron 1955, II : 84), la subdivision des espaces en pièces permettant de louer tout ou partie de l’édifice à des particuliers, à des cités, ou à l’État romain (Virlouvet 2000 : 131-149 ; Dubouloz 2008 : 290 ; Virlouvet sous presse)7.

  • 8 Ces restes situés au-dessus de citernes visibles sur le littoral, dans la partie nord d’Hergla, son (...)

4Déterminer l’usage du bâtiment est la seconde question d’importance à résoudre. Quels produits y étaient entreposés ? Quelle était leur destination ? On sait la richesse agricole de la Byzacène antique, productrice de blé et d’huile d’olive. Les richesses halieutiques étaient également exploitées et certains vestiges témoignent de l’existence d’usines de salaisons de poisson dans cette région. À Hergla même, des fonds de bassins ayant servi à cet usage ont été identifiés au nord de la ville (Slim et al. 2004 : 160)8. Des productions locales variées étaient donc susceptibles d’être conservées dans cet entrepôt. Sa localisation côtière facilitait les exportations, mais aussi les importations, on y reviendra. En l’état actuel de nos connaissances, il faut supposer que les denrées qui y étaient entreposées arrivaient ou partaient dans des barques tirées sur le rivage, en l’absence de toute trace d’installation portuaire antique à proximité.

5Ces questions sont en toile de fond des recherches que nous avons entreprises sur l’entrepôt d’Hergla à l’automne 2010, dont un autre objectif majeur est la conservation et la valorisation de cet ensemble pour enrayer la dégradation actuelle des murs mis au jour en 1969.

6Intervenant sur un site qui avait déjà été fouillé, avant d’étendre l’enquête dans l’espace, il convenait d’établir un état des lieux précis. Dans ce but, les activités se sont développées dans plusieurs directions. Nous avons établi une base topographique qui a servi de fond de plan pour les relevés pierre à pierre des murs dégagés précédemment, mais qui était également destinée à restituer le paysage dans lequel s’inscrit le bâtiment et à localiser des vestiges repérés dans ses environs. Le plan qui illustre ce texte (fig. 1) a été réalisé en utilisant uniquement les données de ces levés topographiques, la mise au net des dessins des détails n’étant pas encore achevée. Par ailleurs, il fallait nettoyer le bâtiment pour libérer le sommet des murs d’éléments allogènes ou suspects et, en l’absence de comptes rendus précis des fouilles précédentes, pour déterminer quelle partie de la stratification avait été enlevée et si les sols des salles du bâtiment avaient été atteints et identifiés.

Fig. 1

Fig. 1

Relevé des vestiges des horrea mis au jour avant 2010 
sur le site d’Hergla.

Dessin V. Dumas et M. S. Bianchi.

7En parallèle, nous avons entrepris d’analyser les techniques de construction adoptées pour réaliser et éventuellement transformer l’édifice, tout en portant notre attention sur les relations liant les différentes parties de la construction. La typologie des maçonneries qui a ainsi été établie se fonde sur les caractéristiques des matériaux employés – le calcaire et le grès, tous deux d’origine locale, et quelques rares exemplaires d’un calcaire de teinte rouge orangé, dont la provenance n’a pas encore été reconnue – et les solutions choisies pour les mettre en œuvre. Trois des types distingués sont associés au sein de la construction originelle, le quatrième correspond à une modification introduite durant la période de vie de l’édifice. Un type 5 a été identifié, mais il semble correspondre à des interventions très récentes, vraisemblablement postérieures aux fouilles de 1969. Sur la base de cette première approche, complétée par deux sondages, il est maintenant possible d’affirmer que le bâtiment relève d’un programme unitaire, relativement ambitieux et ayant nécessité la mise en œuvre de moyens matériels importants. Toutes les étapes de la réalisation ne peuvent encore être re-parcourues, mais il est incontestable que l’on a d’abord créé le cadre extérieur de l’édifice, puis les murs qui délimitaient les accès et la cour intérieure, avant de subdiviser les espaces intérieurs en dressant les murs de refend. Les fondations s’adaptent au relief, mais leur sommet est partout à la même altitude, pour le moins là où elles ont été observées, dans l’aile méridionale (fig. 2). Le seul remaniement identifié porte sur deux murs d’une petite salle, qui ont apparemment été reconstruits à l’identique et relèvent donc d’une intervention visant à réparer et non à transformer.

Fig. 2

Fig. 2

Vue de salles 
de stockage de l’aile 
méridionale des entrepôts. 
Photo mission archéologique Hergla.

8Dans le cas de l’une des variantes du type de construction no 2, le type 2B employé pour construire certaines cloisons, il est certain que la base en maçonnerie a supporté une élévation en brique crue ou en pisé. À ce témoignage, viennent se joindre d’autres indices qui suggèrent que la solution consistant à dresser une élévation en terre sur une base construite en pierre pourrait aussi avoir été adoptée pour toutes les cloisons du bâtiment ou pour une bonne partie d’entre elles.

9Les couvrements dont on devine la nature sont de deux types : des voûtes faites de blocage ont été utilisées sur les salles de forme étroite et allongée de l’aile nord, des charpentes sur quelques salles plus petites situées dans l’aile orientale (fig. 1, salles 21-23). Les deux types de couvrements ont servi de support au revêtement horizontal en opus signinum des terrasses dominant l’édifice.

10Ce dernier se compose de quatre ailes qui forment les côtés d’un rectangle mesurant 60 m sur 70 m et encadrent une vaste cour, très partiellement explorée. Deux passages (fig. 1, espaces 1 et 38), disposés sur le même axe nord-sud, mettent la cour en communication avec l’extérieur. L’agencement de l’aile ouest, presque entièrement enfouie, est encore inconnu. En face, l’aile orientale compte quatre salles donnant sur la cour intérieure et six autres desservies par une galerie (no 20) logée derrière la façade orientale. L’aile nord de l’édifice est longée, côté cour, par un portique que supportent des piliers maçonnés. Dans l’angle sud-est de la cour, se conserve la base d’un escalier qui desservait peut-être le premier étage des pièces 21-23 et certainement les terrasses couvrant le bâtiment. De ces dernières, provenaient les eaux convoyées par un drain vertical qui débouchait dans une conduite partiellement dégagée au nord des escaliers. La canalisation se dirige vers le nord, en suivant une direction oblique par rapport aux murs du bâtiment. On la suit actuellement sur 17 m de longueur avant d’en perdre les traces. On suppose qu’elle pourrait communiquer avec une citerne, une hypothèse qu’il faudra vérifier en reprenant l’exploration de la cour centrale. Cette cour n’a été dégagée, pour l’heure, qu’au voisinage des ailes sud, est et nord et l’on ignore si elle était ou non entièrement libre de constructions.

  • 9 CIL VIII : 18.

  • 10 Cette période correspond, par exemple, 
au moment de l’abandon de la maison 
du triomphe de Neptune (...)

11L’enquête est donc loin d’être terminée, mais un certain nombre de résultats partiels méritent d’être soulignés. Le caractère unitaire du bâtiment est un premier trait frappant : même s’il se peut que plusieurs campagnes aient été nécessaires pour terminer le chantier, l’impression demeure d’une construction soignée conçue en un seul programme mettant en œuvre des moyens assez importants. La durée de vie de l’édifice, estimée à partir de l’étude du mobilier retrouvé, est également remarquable : il est vraisemblablement en fonction vers le milieu du ier siècle apr. J.-C. et paraît abandonné au milieu du iiie siècle. Cet abandon relativement précoce surprend, car le littoral d’Hergla a livré des traces d’une occupation qui se prolonge bien au-delà du iiie siècle, ainsi qu’en témoignent, en particulier, la villa maritime et la basilique paléochrétienne fouillées au nord et au sud des entrepôts. Les textes attestent par ailleurs la vitalité du vicus, où exerce l’évêque ab Horreis Caeliae, qui participe aux conciles de 258, 411 et 4199. Les recherches récentes ont montré également que la prétendue crise économique du iiie siècle n’a pas existé dans cette partie de l’Empire romain, dont le dynamisme économique n’a pas été démenti. Il faut peut-être se tourner davantage vers une explication liée aux aléas de la situation des propriétaires de l’entrepôt. Hergla a pu être affectée par les événements politiques partis de Thysdrus, située à moins de 90 km, qui portèrent Gordien I à l’Empire en 235 et ouvrirent, dans cette région, une période de trouble marquée par la répression de Capelianus, le légat de la IIIe légion Auguste, à l’égard des grandes familles qui avaient soutenu les Gordiens10. Actuellement, il est difficile de se faire une opinion sur ces questions, nos connaissances se limitant au cas de ce seul édifice, placé dans un contexte qui reste très flou, même si l’exploration du terrain et de ses abords a déjà permis de glaner des bribes d’informations et de supposer qu’il existait d’autres bâtiments similaires dans son voisinage.

12Les données architecturales permettent aussi de s’interroger sur le ou les usages précis du complexe et la nature des produits conservés dans les différentes pièces. En effet, l’adoption de techniques de construction différentes semble faire écho à des usages spécifiques à chacun des sous-groupes ainsi distingués (voir fig. 1), les caractéristiques des maçonneries engendrant vraisemblablement des conditions thermiques particulières. En faveur d’une utilisation diversifiée des salles des entrepôts, il convient de noter également que certaines sont cloisonnées. Aucun sol surélevé caractéristique de la conservation des céréales n’est repérable en l’état. Les sols de l’enfilade de pièces entièrement dégagées sur le grand côté méridional du bâtiment n’ont pas été conservés, mais les détails observés laissent penser qu’ils devaient être de terre battue. L’hypothèse d’une conservation des grains à l’étage, avancée par G. Rickman pour le piccolo mercato d’Ostie (Rickman 1971 : 21-22), dont les rampes d’accès permettaient de convoyer à l’étage de lourdes charges, ne peut être retenue ici car il n’existe actuellement aucune preuve de l’existence d’un étage dans les ailes du bâtiment servant à la conservation. S’il n’est pas totalement impossible que du blé ait été entreposé dans ces pièces, ce ne pouvait être que pour un temps limité, en attente d’un embarquement proche. Parmi les autres productions locales susceptibles d’être stockées dans ces horrea en attente d’exportation, on pense à l’huile et aux salaisons de poissons, mais le matériel retrouvé au cours de cette campagne ne permet pas de confirmer un tel usage.

13Les produits entreposés étaient vraisemblablement de natures différentes et il nous faut certainement admettre que si certains étaient d’origine locale, d’autres ont pu être importés. La présence dans le mobilier recueilli de conteneurs provenant de Tarraconaise, de Bétique, de Gaule et d’Italie pourrait laisser penser que l’entrepôt servait aussi à la conservation de produits importés avant redistribution pour la consommation locale. L’absence probable de port à Hergla pose toutefois, on l’a déjà dit, le problème des modalités pratiques du chargement et du déchargement des bateaux servant à l’exportation ou à l’importation de ces produits. Il faut supposer que les entrepôts d’Hergla constituaient un relais dans un circuit de distribution local dépendant d’un ou de plusieurs ports véritables, à commencer par celui d’Hadrumète.

14Enfin, l’aspect très différent de l’aile orientale du complexe, du côté de la mer, doit être souligné. Plusieurs salles tournent le dos à la cour et s’ouvrent vers l’extérieur. Trois d’entre elles se différencient nettement de toutes les autres : étroites et peu profondes, elles comptaient certainement un étage où les sols étaient revêtus de mosaïques et les murs et plafonds d’enduits peints (fig. 3). La fouille de l’une d’elles a mis en évidence, au rez-de-chaussée, des traces d’une activité de production non encore identifiée. Ce premier examen des vestiges révèle donc que l’entrepôt servait de cadre à des activités diverses : de production au rez-de-chaussée de la pièce 21 et sans doute de ses voisines 22 et 23 ; de conservation dans toutes les salles de plan long et étroit. L’étage des pièces 21-23, sans doute desservies par la galerie 20, pourrait avoir servi de bureau ou de logement au gardien ou au gérant de l’entrepôt. La présence de cette aile pourrait confirmer l’hypothèse d’un complexe tout ou partie sous-loué à différents occupants, producteurs et commerçants, cités ou fisc impérial.

Fig. 3

Fig. 3

La strate en cours de fouille dans la pièce 21 s’est formée lorsque les niveaux supérieurs de cet espace se sont écroulés. 
Ici, se retrouvent mêlés des fragments du sol en opus signinum de la terrasse supérieure, du pavement en mosaïque du premier étage 
et des enduits peints ornant les murs et le plafond au même niveau. Photo mission archéologique Hergla.

15La fouille de la pièce 21 a donné la mesure des difficultés auxquelles se heurtera une extension des recherches dans des secteurs où restent en place des parties écroulées des couvrements, ce type de situation imposant de localiser tous les fragments en plan et en altitude (fig. 3). Dans ces conditions, on ne peut envisager d’explorer la totalité du monument durant les trois prochaines années du programme de recherche. Il faudra choisir des secteurs significatifs et, sur ce point, nous attendrons pour nous prononcer de connaître les résultats des prospections géophysiques que devrait réaliser une étudiante de l’Université de Tunis.

Haut de page

Bibliographie

Cicéron. 1955. Des termes extrêmes des biens et des maux, livres I et II, Paris, Les Belles-Lettres.

Dubouloz, J. 2008. « Propriété et exploitation des entrepôts à Rome et en Italie (ier-iiie siècles) », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 120/2 : 290.

Gozlan, S. 1992. La maison du Triomphe de Neptune à Acholla (Botria, Tunisie), I : les mosaïques. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 160), 308 p.

Lassère, J.-M. 1977. Ubique populus. Peuplement et mouvement de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a. C.- 235 p. C.). Paris, Éditions du Cnrs (Études d’Antiquités africaines), 715 p.

Rickman, G. 1971. Roman Granaries and Store Buildings. Cambridge, University Press, 347 p.

Slim, H., P. Trousset, R. Paskoff, A. Oueslati, avec la collaboration de M. Bonifay & J. Lenne. 2004. Le littoral de la Tunisie, étude géoarchéologique et historique. Paris, Cnrs éditions (Études d’Antiquités africaines), 308 p.

Virlouvet, C. 2000. « Les denrées alimentaires dans les archives des Sulpicii de Pouzzoles », Cahiers Glotz, XI : 131-149.

Virlouvet, C. Sous presse. « Les entrepôts dans le monde romain antique, formes et fonctions. Premières pistes pour un essai de typologie sous presse dans Horrea hispaniques », in : La question du stockage en Méditerranée romaine, Actes du colloque de Madrid, Casa de Velázquez, 25-26 juin 2009.

Haut de page

Notes

1 L’agglomération antique est mal connue, 
mais une mention de l’Itinéraire Antonin révèle qu’il s’agissait d’un vicus, 
dépendant probablement d’Hadrumète.

2 Comme l’a montré l’analyse des murs 
et de leurs relations effectuée 
au cours de cette campagne.

3 Voir ci-dessous les résultats de 
la première campagne de fouilles d’octobre 2010.

4 Pro Caelio 73 : in qua provincia res erant.

5 M. Caelius Saturninus (AE 1968, 621).

6 L’auteur rapproche ces Caelii d’Hadrumète et les horrea situés 25 km plus au Nord (p. 90). Plus loin, page 100, il évoque 
des tuileries qui auraient appartenu aux Caelii d’Hadrumète, mais ne cite pas 
la source de son information.

7 La location de pièces et d’espaces 
au sein des greniers est bien attestée par les tablettes des Sulpicii de Pouzzoles 
et un certain nombre de documents 
épigraphiques connus sous le nom 
de leges horreorum.

8 Ces restes situés au-dessus de citernes visibles sur le littoral, dans la partie nord d’Hergla, sont aujourd’hui très menacés par l’érosion marine et l’urbanisation.

9 CIL VIII : 18.


10 Cette période correspond, par exemple, 
au moment de l’abandon de la maison 
du triomphe de Neptune à Acholla 
(Ras Boutria, à 45 km au nord de Sfax), comme nous l’a fait justement remarquer V. Blanc-Bijon (Gozlan 1992 : 61).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Relevé des vestiges des horrea mis au jour avant 2010 
sur le site d’Hergla.
Crédits Dessin V. Dumas et M. S. Bianchi.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 2
Légende Vue de salles 
de stockage de l’aile 
méridionale des entrepôts. 
Photo mission archéologique Hergla.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 3
Légende La strate en cours de fouille dans la pièce 21 s’est formée lorsque les niveaux supérieurs de cet espace se sont écroulés. 
Ici, se retrouvent mêlés des fragments du sol en opus signinum de la terrasse supérieure, du pavement en mosaïque du premier étage 
et des enduits peints ornant les murs et le plafond au même niveau. Photo mission archéologique Hergla.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1424/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Taher Ghalia, Françoise Villedieu et Catherine Virlouvet, « Recherches sur l’entrepôt d’Hergla (Tunisie) », Les nouvelles de l'archéologie, 124 | 2011, 29-33.

Référence électronique

Taher Ghalia, Françoise Villedieu et Catherine Virlouvet, « Recherches sur l’entrepôt d’Hergla (Tunisie) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 124 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/1424 ; DOI : 10.4000/nda.1424

Haut de page

Auteurs

Taher Ghalia

Institut national du patrimoine, 
conservateur en chef du musée national du Bardo

Françoise Villedieu

Cnrs, Centre Camille-Jullian

Catherine Virlouvet

Université de Provence

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org