Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

La carte archéologique du Maroc

René Rebuffat
p. 16-20

Résumé

La carte archéologique du Maroc est une entreprise marocaine, à laquelle nous avons été associé comme responsable de la part prise par la recherche française dans son élaboration. Nous avons donc travaillé en permanence et aujourd’hui encore avec les deux directeurs du projet, Aomar Akerraz, actuellement directeur de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Insap), à Rabat, et Hassan Limane, enseignant-chercheur dans ce même Institut. Le travail de la carte est collectif ; il a impliqué un certain nombre de participants marocains et français qui ont pris part, de façon évidemment inégale, aux prospections de terrain et aussi, en moindre nombre, à la préparation de la publication. Mais bien sûr, le plus minime des rôles appelle le maximum de publicité.

Haut de page

Texte intégral

1La carte archéologique du Maroc est une entreprise marocaine, à laquelle nous avons été associé comme responsable de la part prise par la recherche française dans son élaboration. Nous avons donc travaillé en permanence et aujourd’hui encore avec les deux directeurs du projet, Aomar Akerraz, actuellement directeur de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Insap), à Rabat, et Hassan Limane, enseignant-chercheur dans ce même Institut.

2Le travail de la carte est collectif ; il a impliqué un certain nombre de participants marocains et français qui ont pris part, de façon évidemment inégale, aux prospections de terrain et aussi, en moindre nombre, à la préparation de la publication. Mais bien sûr, le plus minime des rôles appelle le maximum de publicité.

3Présentant ici une entreprise franco-marocaine et collective, on comprendra que nous ne puissions faire état des résultats scientifiques de l’entreprise, sauf bien sûr quand ils ont déjà fait l’objet de publications. Ce qui sera donc, pensons-nous, le plus utile à nos lecteurs sera de présenter en appendice celles qui concernent le domaine qui nous a été confié, le Bassin du Sebou.

4La carte actuelle concerne l’Antiquité, par opposition à la préhistoire d’une part, et au Moyen Âge de l’autre. Elle inclut la protohistoire, que nous faisons commencer à la fin de l’âge du bronze, qui coïncide avec le temps des premières navigations phéniciennes. Elle exclut le Moyen Âge, à partir de la période idrissite. Cependant, nous avons toujours veillé à ce que les vestiges préhistoriques et islamiques soient notés au cours de la prospection, de façon que notre travail soit utile à la future publication de cartes concernant ces périodes, et ils figurent donc en annexe des cartes.

5Si les recherches préhistoriques et islamiques concernent la totalité du Maroc actuel, il n’en est pas de même de l’Antiquité : la zone où on s’attend à rencontrer des témoins est approximativement un triangle qui s’étend de Tanger à Mohammedia au sud et un peu au-delà de Volubilis à l’est. Le tissu d’établissements civils et militaires qui l’occupent peut être commodément qualifié de « zone civique » tandis que les limites officielles de la province romaine de Maurétanie tingitane se trouvaient loin au sud vers la « Libye intérieure » de Ptolémée, et loin à l’est, sur la Moulouya, frontière de la province voisine de Maurétanie césarienne. Entre la zone civique et les frontières de la province, on s’intéresse bien sûr aux sites antiques isolés, les plus importants étant sur la Méditerranée la colonie de Rusadir/Mellila, et sur l’Atlantique Mogador, étape essentielle sur la route de la pourpre.

6Cependant, l’entreprise actuelle de la carte concerne le Bassin du Sebou, qui est le grand fleuve axial de la zone civique. La prospection s’est donc arrêtée au nord au Loukkos, incluant El Qsar el Kebir, mais non Lixus. Au sud, elle s’étend à Thamusida et à sa région, excluant Sala sise au bord du Bou Regreg. Ainsi défini, le domaine de recherche comporte 16 cartes au 1/50 000, chaque carte couvrant un espace d’à peu près 23,5 km sur 27,5, soit environ 650 km2. Ce sont donc 10 400 km2 qui sont au programme de la mission, à réduire toutefois du fait de l’emprise de l’Atlantique, et des marges méridionales et orientales provisoirement stériles.

Diagramme des cartes

7 SM MM AR

8TZ SG MQ

9 KE YG GD SN KW AI

10 QN QC BR

11 El Kansera - Sidi Kacem - Beni Ammar

12 MK

13 Moulay Bou Selham - Lalla Mimouna - Arbaoua

14 Sidi Allal Tazi - Souq el Arba - Mechra bel Ksiri

15Kenitra – Sidi Yahia – Dar al Gaddari – Sidi Slimane - Khenichet sur Ouerrha – Oulad Aïssa

16 Meknès

17Outre la ville éponyme des cartes, on trouve :

18– le camp militaire de Souq el Arba / Gontiana sur MQ Mechra bel Ksiri,

19– la ville et le camp de Thamusida sur YG Sidi Yahia,

20– la ville et le camp de Banasa sur SG Souq el Arba,

21– la ville de Rirha / Gilda sur SN Sidi Slimane,

22– la ville de Volubilis, les villes et camps d’Aïn Schkor et Tocolosida sur QC Sidi Kacem.

23Il y a bien des cartes archéologiques, et plus encore de méthodes d’opération recommandées. La superficie en jeu excluait évidemment qu’on caresse chaque motte de terre avec une plume. La prospection de terrain n’occupait de plus que quelques semaines chaque année, et finalement à peu de monde. Par conséquent, après avoir enregistré pour chaque carte les sites connus avant 1982, année du début des recherches, la prospection s’est développée :

24– naturellement à partir des sites « connus », qu’il fallait cependant vérifier et ficher, car les données connues étaient largement incomplètes, voire inexactes ;

25– ensuite en étudiant la carte et en identifiant des sites « potentiels », à vérifier sur le terrain pour les identifier comme « négatifs » ou « positifs » ;

26– en circulant sur le terrain, en général à partir des sites précédents, et en prospectant « à vue », d’abord en voiture, et ensuite à pied ;

27– en interrogeant systématiquement les personnes rencontrées, sur le terrain, ou chez elles ;

28– en parcourant les zones encore « blanches » de la carte.

  • 1 
Sba Rjel, « les sept hommes », allusion à 
la légende des sept dormants (devenu Sidi Sba Rjel) ; S (...)

29Exemples de sites « potentiels » de la carte : tous les lieux sacralisés (marabout, haouch) ; toutes les sources ; tous les « yeux » de méandres (la petite éminence qui fait le centre de la boucle du cours d’eau) ; tous les toponymes révélant l’étonnement des locuteurs devant des vestiges énigmatiques1 ; tous les gués ; toutes les fermes ou habitations susceptibles d’avoir succédé à une construction plus ancienne ; et les abords d’itinéraires dessinés par les pistes traditionnelles et desservant des sites déjà connus.

30Exemples de sites potentiels du panorama : les taches et pierres blanches en milieu labouré ; les irrégularités du terrain ; les « pustules », éminences de toutes tailles, mais a priori artificielles ; les points dominants ayant de belles vues ; les pièces de terre incultes dans un environnement fertile ; les touffes et colonies de plantes diverses (doum, jujube, asphodèle) ; les fermes et habitations comme ci-dessus.

31Exemples d’indications orales : légendes et toponymes ; jonchées de tessons ; difficultés à labourer.

32Il va de soi que cette façon de travailler ne peut pas garantir qu’on découvre tout ce que le terrain recèle. L’expérience prouve qu’elle permet d’enrichir considérablement et vite les cartes, et de laisser à nos successeurs un document de base à partir duquel ils pourront faire mieux. Nous leur lèguerons aussi le repérage de nombreux sites préhistoriques ou islamiques.

  • 2 D’autres informations n’ont pas été publiées. On y reviendra 
à propos des cartes concernées.
  • 3 Il a cru voir aussi deux camps romains près de Sala, « l’ouvrage de l’oued Akreuch », 
et sur le li (...)

33La question qui nous a été le plus souvent posée est celle des prospections aériennes, soit directes, soit sur couverture photographique. En fait, une grande partie du pays est soit recouverte par les alluvions du Sebou ou de ses affluents, soit sous couverture végétale. Surtout, pour l’essentiel, nous avons affaire à des sites de très faible dimension, et qui ne sont révélés que par des jonchées de tessons. Or, les recherches sur photographies aériennes du colonel Baradez (Baradez 1955 : 288-298)2 ont découvert ou identifié, dans notre domaine de prospection, des camps romains, Tocolosida, Sidi Moussa bou Fri, et le fortin terminal du Bled Gaada (QC 9)3, mais aucun des sites que notre prospection au sol a reconnus par dizaines, ni même la voie romaine, pourtant solidement construite, qui couvre à l’ouest le camp de Sidi Moussa bou Fri. Depuis, la photographie aérienne a révélé un seul site, toujours un camp romain, celui qui a été détecté au voisinage immédiat de la colonie de Banasa par André Jodin, et dont la forme a persisté à travers le manteau des alluvions du Sebou. En revanche, les méthodes effectivement employées, quand elles donnaient dans une région occupée de façon dense, révélaient de un à plusieurs sites par jour et permettaient d’établir les documents nécessaires au moment même de la découverte, ce qui était probablement la façon la plus rapide de travailler, par rapport aux longues heures qu’auraient demandées des photographies couvrant de grandes superficies.

Enregistrement des sites

34Non seulement les 16 cartes de la prospection, mais toutes les cartes au 1/50 000 du nord du Maroc ont reçu un code bilittère, afin que notre système d’enregistrement puisse être étendu partout de façon normalisée. Sur chaque carte, les sites reçoivent un numéro de 1 à l’infini dans l’ordre de leur enregistrement. Vient ensuite le nom du site. Mais la densité des sites est souvent telle que la carte ne peut pas proposer de noms pour tous. On a dans ce cas utilisé les points cardinaux (Aïn Tihli nord - Aïn Tihli sud), les points cotés (cote 171) éventuellement assortis d’un point cardinal (cote 30 est), et enfin quelquefois le numéro même d’enregistrement (Oued el Haddad 23 ; Oued el Haddad 24 ; Oued el Haddad 25, etc.).

35Quelles que soient les erreurs des cartes, c’est le toponyme utilisé par la carte qui est retenu, car c’est le seul document écrit qui couvre l’ensemble du domaine prospecté. Cela n’empêche pas de noter le nom actuel d’un toponyme.

36Ont été numérotés à la file des sites antiques, préhistoriques et islamiques, au fur et à mesure des découvertes. Faire trois listes aurait encombré l’archivage ; d’autre part, un site préhistorique ou islamique revu peut toujours révéler des vestiges antiques qui auraient échappé à une première visite, le cas s’est vu. L’inconvénient est que la numérotation des sites antiques est discontinue, mais un tableau par carte permet de remédier à cet inconvénient.

37Nous avons appelé « site » tout point où des vestiges apparaissaient, si minces soient-ils. Qu’il soit entendu que ce nom, et l’enregistrement afférent, ne préjuge pas du fait que le « site » corresponde effectivement à un établissement quel qu’il soit. Des tessons peuvent avoir été déplacés, par l’érosion ou pour le travail agricole ; deux sites voisins peuvent appartenir à un seul établissement qui n’a pas laissé de traces entre les deux. Mais un enregistrement de ce qui est apparent vaut mieux qu’un jugement qui pourrait être erroné.

Description des sites

38À partir de « fiches de site » normalisées établies au tout début du travail, et souvent modifiées, un document finalement simple et commode a été établi, qui est devenu la fiche de description qu’on trouvera utilisée dans la publication. Nous avions très vite constaté que des fiches détaillées, à nombreuses rubriques et à casiers à remplir, restaient largement vides, mais qu’il fallait écrire « entre les lignes », voire utiliser le papier blanc du verso, quand on avait quelque chose d’imprévu, et donc de particulièrement intéressant, à noter.

  • 4 Nous avons distingué, 
selon leurs dimensions, les « fortins » 
et les « vedettes ». Les « postes d (...)

39Les descriptions de sites sont très souvent laconiques. En fait, quand on a découvert une jonchée de tessons dans un champ, il n’y a pratiquement rien à « décrire ». D’autre part les hypothèses sur la nature du site sont évidemment fallacieuses. Nous pensons avoir assez bien identifié les sites militaires, à savoir les tours de guet (nom générique, qui a conduit à une classification secondaire4), d’abord parce qu’elles laissent souvent des traces au sol, ensuite parce que leur position dominante, leur relation avec le panorama et avec d’autres tours, et le plus souvent leur position incompatible avec l’établissement d’une installation agricole, permettent une certaine sécurité. En revanche, il est impossible de distinguer une installation agricole d’un relais routier ou d’un établissement dont la fonction ne serait pas spécifiquement agricole, sauf quand une quantité inusitée de tessons permet de penser à un atelier ou à un commerçant en céramique. La fiche est de toute façon aussi un signal qui invitera à travailler sur place.

Le matériel archéologique

40La présentation du matériel découvert dépend du fait que, sauf exception, ce matériel est rare. Dans beaucoup de cas, on a ramassé sur le terrain la totalité des tessons antiques rencontrés, ce qui fait que le ramassage est « intégral ». Comme c’est le cas le plus fréquent, l’indication est sous-entendue. On peut remarquer que les sites « à ramassage intégral » où on a recueilli moins de 20 tessons sont les plus fréquents, ce qui ne veut pas dire qu’on n’ait pas oublié des tessons de surface, ou qu’en grattant quelque peu, on n’en aurait pas recueilli des centaines. Mais, au moins, tous les sites se trouvent à la même enseigne : ce sont ceux qui ont laissé des tessons apparents.

41Quand le ramassage n’est pas « intégral », nous l’avons appelé « sélectif ». Si nous ne disons pas sur la fiche de site en quoi il est sélectif, le mot veut dire que nous n’avons ramassé que les formes probantes. Bien sûr, cela ne peut que nuire aux esquisses de statistiques qu’on peut faire. Notons aussi qu’au début de la prospection (mais cela ne concerne que le sud-est du domaine), tous les membres de la mission n’avaient pas exactement la même conception du « probant » : mais comme les tessons négligés sont restés sur place et qu’ils ne feront envie à personne, qui voudra y aller voir pourra toujours le faire.

42Sur chaque site, tous les tessons recueillis ont reçu un numéro individuel, composé du code de la carte, du chiffre du site, et du numéro individuel du tesson : AR-4-1 désigne ainsi un seul tesson parmi tous ceux qui sont conservés. Pour chaque site, une liste des tessons a été établie, et déposée aux archives de l’Insap. Mais il n’était évidemment pas question de la reproduire dans la publication : les listes de tessons, voire leurs descriptions et leurs dessins, ont rendu et rendent encore nombre de « rapports de fouille » illisibles et, heureusement, impubliables. Nous avons donc opté pour une publication synthétique permettant de vérifier rapidement que les conclusions qu’on en a tirées sont justifiées, conclusions bien sûr provisoires, puisqu’une nouvelle visite d’un site donné pourrait modifier les données.

43Actuellement, et sans exclure des vérifications, y compris sur le terrain, le tableau des sites découverts se présente ainsi. Quant à la publication, elle est prévue par fascicules :

  1. SM MM AR Au sud du Loukkos (épreuves corrigées, illustration en cours de mise au point)

  2. KE YG À l’embouchure du Sebou (première épreuve corrigée, illustration en cours)

  3. TZ SG MQ La rive droite du Sebou (rédaction en cours de correction)

  4. GD SN KW AI (rédaction en cours)

  5. QN QC BR MK (rédaction en cours).

Tableau des sites traités

Les 16 cartes

sites

ant.

isl.

préh.

SM

Moulay Bou Selham

4

3

1

MM

Lalla Mimouna

61

21

38

2

AR

Arbaoua

84+Q*

50

31

3

TZ

Sidi Allal Tazi

5

5

SG

Souq el Arba

13+B,G*

9

1

3

MQ

Mechra bel Ksiri

25

17

8

KE

Kenitra

17

11

3

3

YG

Sidi Yahia

33+T*

27

2

4

GD

Dar al Gaddari

8

6

1

1

SN

Sidi Slimane

22

18

4

KW

Khenichet sur Ouerrha

22

7

10

5

AI

Oulad Aïssa

6

2

2

2

QN

El Qansera

43

30

5

8

QC

Sidi Qacem

350ca

320ca

révision en cours

BR

Beni Ammar

9

6

3

MK

Meknès

33

26

3

4

* Q = Qsar el Kebir ; B = Banasa ; G = Gontiana ; T = Thamusida.
Les sites mixtes sont ici décomptés comme ant(iques), à défaut comme préh(istoriques). Quelques sites sans matériel datable, mais connus pour leur rôle historique, sont classés avec les sites islamiques.

Conclusions

44Une première impression d’ensemble, dans le domaine de la chronologie, permet de penser que la sédentarisation d’époque maurétanienne a été assez tardive (– 200 à + 40), mais plutôt vigoureuse et bien répartie. L’occupation du sol d’époque romaine (+ 40 à + 285) a connu son acmé au iie siècle et l’abandon d’une partie des sites entre 200 et 285 est loin d’être démontré. L’abandon du sud de la zone civique, où sont situées toutes nos cartes, par l’armée et l’administration romaines, vers 285, ne laisse plus subsister que de rares sites très peu approvisionnés en matériel d’importation.

45L’époque romaine offre un tissu militaire d’une remarquable densité (camps et tours de guet). Le statut des cités n’est connu qu’à Banasa et Volubilis, la colonie romaine de Iulia Campestris Babba n’étant pas incontestablement identifiée. Ailleurs, on ignore si des villes connues ont un statut civique ou celui d’un uicus subcastral. Les sites ruraux, souvent denses, sont proches des voies romaines ou de la vallée des fleuves, tandis que les plaines atlantiques étaient probablement dévolues à la vie pastorale.

46La richesse et le nombre des belles demeures, la quantité de boutiques et d’entrepôts, les productions de céréales, d’huile d’olive et de pourpre marine excluent l’idée que la Maurétanie tingitane ait été une province négligeable, seulement utile à la protection de l’Espagne voisine.

Haut de page

Bibliographie

Nota : Cette bibliographie, dont les références ont été complétées et harmonisées par la rédaction conformément aux normes appliquées par Les Nouvelles de l’archéologie, reprend les titres et le classement voulus par l’auteur.

Publications de l’Insap

Carte archéologique du Maroc, 1. Au sud du Loukkos

Carte archéologique du Maroc, 2. À l’embouchure du Sebou

Carte archéologique du Maroc, 3. La rive droite du Sebou.

« Recherches sur le bassin du Sebou. I – Gilda », Bulletin d’archéologie marocaine, XVI, 1985-1986 [1987] : 235-255.

« Recherches sur le bassin du Sebou. II – Le périple d’Hannon », Bulletin d’archéologie marocaine, XVI, 1985-1986 [1987] : 257-284.

« Recherches sur le bassin du Sebou. III – Note sur un toponyme du confluent du Sebou et de l’Ouerrha », Bulletin d’archéologie marocaine, XVII, 1987-1988 : 275-277 et XVIII, 1998 : 333.

Brouquier-Reddé, V. & R. Rebuffat. 1998. « Recherches sur le bassin du Sebou. IV – Temple de Vénus à Volubilis », Bulletin d’archéologie marocaine, XVIII : 127-139.

El Harrif, F. Z. & R. Rebuffat. 2009. « Un dépôt de dirhams d’époque almohade à Sidi el Mokhfi (Maroc) », Bulletin d’archéologie marocaine, XXI : 202-223.

Limane, H. & R. Rebuffat. 2004. « Le gisement des amphores Dressel 7-11 des Oulad Riahi », Bulletin d’archéologie marocaine, XX : 324-343.

Limane, H. & R. Rebuffat. 2009. « L’atelier de céramique de Sraïma », Bulletin d’archéologie marocaine, XXI : 271-288.

Rebuffat, R. 1998. « Recherches sur le bassin du Sebou. V – Une inscription de Carus à Banasa », Bulletin d’archéologie marocaine, XVIII : 203-215.

Autres publications

Akerraz, A., V. Brouquier & E. Lenoir. 1995. « Nouvelles découvertes dans le bassin du Sebou, 1. L’occupation antique de la plaine du Gharb », in : P. Trousset (éd.), L’Afrique du Nord antique et médiévale : VIe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord [118e congrès des sociétés historiques et scientifiques], Pau, octobre 1993. Paris, Éditions du CTHS : 235-291.

Akerraz, A. & E. Lenoir. 1990. « Volubilis et son territoire au ier siècle de notre ère », in : L’Afrique dans l’Occident romain (ier siècle av. J.-C.-ive siècle apr. J.-C) : colloque organisé par l’École française de Rome

sous le patronage de l’Institut national d’archéologie et d’art de Tunis (Rome, 3-5 décembre 1987). Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 134) : 213-229.

Akerraz, A., E. Lenoir & R. Rebuffat. 1986. « Plaine et montagne en Tingitane », in : Histoire et archéologie de l’Afrique du Nord : IIIe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord [110e congrès national des sociétés savantes], Montpellier, 1-15 avril 1985. Paris, Éditions du Cths : 219-255.

Akerraz, A. & R. Rebuffat. 1990. « El Qsar el Kebir, et la route intérieure de Maurétanie Tingitane entre Tremuli et Ad Nouas », in : Histoire et archéologie de l’Afrique du Nord. I-2, Carthage romaine et vandale, le territoire de Carthage : IVe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord [113e congrès national des sociétés savantes], Strasbourg, 5-9 avril 1988. Paris, Éditions du Cths : 367-408.

Baradez, J. 1995. « Deux missions de recherches sur le limes de Tingitane », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 99, 2 : 288-298.

Brouquier-Reddé, V. 2000. « Les brigades topographiques du Maroc (plaine du Gharb et région de Volubilis) », in : M. Khanoussi, P. Ruggeri et C. Vismara (éd.), L’Africa Romana, 13 : atti del XIII convegno di studio, Djerba, 10-13 dicembre 1998. Rome, Carocci (Collana del Dipartimento di storia dell’Università degli studi di Sassari. Nuova Serie, 6) : 959-989.

Lenoir, E. 1996. « Banasa : un exemple de prospection géophysique », in : L’Africa romana, 11 : atti del XI convegno di studio, Cartagine, 15-18 dicembre 1994. Ozieri, Il Torchietto (Pubblicazioni del Dipartimento di storia dell’Università degli studi di Sassari, 28) : 1067-1072.

Limane, H. & R. Rebuffat. 1992. « Les confins sud de la présence romaine en Tingitane dans la région de Volubilis », in : L’Afrique du Nord antique et médiévale : Ve colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord, [115e congrès national des sociétés savantes], Avignon, 9-13 avril 1990. Paris, Éditions du Cths : 459-480.

Limane, H. & R. Rebuffat. 1995. in : P. Trousset (éd.), L’Afrique du Nord antique et médiévale : VIe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord, [118e congrès des sociétés historiques et scientifiques], Pau, octobre 1993. Paris, Éditions du Cths.

– 
« Voie romaine et système de surveillance militaire sur la carte d’Arbaoua » : 299-314 ;

–  Gilda 2 » : 315-320 ;

–  Les tours de guet » : 321-336 ;

–  Les confins sud » : 337-339.

Limane, H. & R. Rebuffat. 1999. « Une voie romaine frontalière », in : Les espaces frontaliers, Mohammedia 1998. Mohammedia, Université Hassan II : 13-26.

Limane, H. & R. Rebuffat R. 2005. « Sidi Saïd, un sanctuaire rural de la rive droite du Sebou », La Recherche historique, revue de l’association marocaine pour la recherche historique, 3 : 53-62.

Rebuffat, R., avec la collaboration de M. Behel, F. Z. el Harrif, M. Habibi, K. H. Heller, L. Laamiri, J. Napoli. 1995. « Nouvelles découvertes dans le bassin du Sebou », in : L’Afrique du Nord antique et médiévale : VIe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord, [118e congrès national des sociétés historiques et scientifiques], Pau, octobre 1993. Paris, Éditions du Cths : 233-342.

Rebuffat, R. 1986. « Recherches sur le bassin du Sebou », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 130, 4 : 634-661.

Rebuffat, R. 1990. « Nomadisme et archéologie », in : L’Afrique dans l’Occident romain (ier siècle av. J.-C.-ive siècle apr. J.-C) : colloque organisé par l’École française de Rome sous le patronage de l’Institut national d’archéologie et d’art de Tunis (Rome, 3-5 décembre 1987). Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 134) : 231-247.

Rebuffat, R. 1992. « La frontière du Loukos au Bas-Empire », in : Lixus : colloque de Larache (8-11 novembre 1989). Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 166) : 365-377.

Rebuffat, R. 2010. « Les entrepôts de Maurétanie tingitane », in : M. Milanese, P. Ruggeri & C. Vismara (éd.), L’Africa Romana, 18 : I luoghi e le forme dei mestieri e della produzione nelle province africane.

Atti del XVIII convegno di studio, Olbia, 11-14 dicembre 2008. Rome, Carocci (Collana del dipartimento di storia dell’Università degli studi di Sassari. Nuova serie, 37) : 265-291.

Rebuffat, R. Sous presse. « Le Maroc de Pomponius Méla », in : Trente années d’archéologie marocaine : colloque en hommage au Professeur Joudia Hassar Benslimane, Rabat, 2005.

Haut de page

Notes

1 
Sba Rjel, « les sept hommes », allusion à 
la légende des sept dormants (devenu Sidi Sba Rjel) ; Sidi el Mokfi, « Monsieur de 
la cachette » ; el Morabitoun, les « combattants de la foi » ; Ksentina, « Constantina », nom traditionnel de Constantinople, 
symbole des entreprises historiques 
des chrétiens ; Kasba Nesrani, la forteresse des chrétiens ; Bou Knadel, « le lieu de 
la lampe ». Des vestiges évidemment 
antérieurs à la dynastie Alaouite sont 
souvent attribués aux Ouattasides. 
Plus anciens, ils peuvent être attribués 
aux Portugais, ou au «Pharaon ». Enfin, 
un endroit abandonné, Khaloua, soit parce que le travail agricole y est difficile, soit parce qu’il est réputé abriter d’anciennes sépultures, peut révéler un site antique.

2 D’autres informations n’ont pas été publiées. On y reviendra 
à propos des cartes concernées.

3 Il a cru voir aussi deux camps romains près de Sala, « l’ouvrage de l’oued Akreuch », 
et sur le limes, le Koloat Rhamat, 
en fait une plateforme de radar. Les traces d’un limes linéaire qu’il a cru voir sont 
en tout cas invérifiables, faute de 
documents cartographiques. En revanche, il n’a pas vu que la piste traditionnelle 
qui relie directement Thamusida à l’oued Beth est l’héritière d’une voie romaine, 
pas plus qu’il n’a vu la voie romaine, 
pourtant solidement construite, qui longe à l’ouest le camp de Sidi Moussa bou Fri.

4 Nous avons distingué, 
selon leurs dimensions, les « fortins » 
et les « vedettes ». Les « postes de garde » surveillent un passage ; les « postes 
temporaires » sont ceux où le matériel antique est sporadique. Enfin, il faut bien, provisoirement, conserver 
une catégorie de tours « non classées » (Limane & Rebuffat 1995 : 322-324).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 et 2
Légende Cartes sur croquis topographiques anciens. René Rebuffat.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1414/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Rebuffat, « La carte archéologique du Maroc », Les nouvelles de l'archéologie, 124 | 2011, 16-20.

Référence électronique

René Rebuffat, « La carte archéologique du Maroc », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 124 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1414 ; DOI : 10.4000/nda.1414

Haut de page

Auteur

René Rebuffat

Directeur de recherche au Cnrs
Laboratoire Aoroc (Archéologie d’Orient 
et d’Occident et textes anciens),
Umr 8546 – Cnrs/Ens (École normale supérieure), Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org