Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

Le sanctuaire de source de Jebel Oust (Tunisie)

Aïcha Ben Abed Ben Kheder, John Scheid, Henri Broise et Catherine Balmelle
p. 10-14

Résumé

Le site antique appelé « Jebel Oust » est situé à Hammam el Oust, à 32 km au sud-ouest de Tunis, sur la route de Zaghouan. Il occupe la pente orientale du Jebel Oust, entre une source chaude sur laquelle sont construits un temple ainsi qu’un premier bain, et une place sur laquelle s’ouvre un édifice thermal à l’est duquel s’étend un ensemble résidentiel pourvu d’un vaste jardin. Le temple, la source et les thermes ont été à l’origine du site, qui n’a sans doute jamais été une véritable agglomération avant l’Antiquité tardive, mais plutôt un lieu de culte associé à une source thermale avec ses différentes annexes. Aucun matériel antérieur à l’Empire n’a été découvert à Jebel Oust, ensemble dont l’histoire s’étend entre le début de l’Empire et le début du viie siècle. Après deux grandes étapes dans l’aménagement du site, vers la fin du ier siècle de notre ère et à partir du milieu du iie, avec deux implantations successives de bains, l’une sur la pente devant le temple, l’autre au pied de la colline, les bâtiments sont christianisés au début du ve siècle. Le temple est transformé en baptistère et une basilique est construite en bordure du portique du temple. Une deuxième basilique occupe l’aile méridionale du portique des thermes et une villa se développe au pied des thermes qui finissent par lui servir de bains privés, alors qu’un village tardif s’installe autour de la villa.

Haut de page

Texte intégral

1Le site antique appelé « Jebel Oust » est situé à Hammam el Oust, à 32 km au sud-ouest de Tunis, sur la route de Zaghouan. Il occupe la pente orientale du Jebel Oust, entre une source chaude sur laquelle sont construits un temple ainsi qu’un premier bain, et une place sur laquelle s’ouvre un édifice thermal à l’est duquel s’étend un ensemble résidentiel pourvu d’un vaste jardin (fig. 1). Le temple, la source et les thermes ont été à l’origine du site, qui n’a sans doute jamais été une véritable agglomération avant l’Antiquité tardive, mais plutôt un lieu de culte associé à une source thermale avec ses différentes annexes. Aucun matériel antérieur à l’Empire n’a été découvert à Jebel Oust, ensemble dont l’histoire s’étend entre le début de l’Empire et le début du viie siècle. Après deux grandes étapes dans l’aménagement du site, vers la fin du ier siècle de notre ère et à partir du milieu du iie, avec deux implantations successives de bains, l’une sur la pente devant le temple, l’autre au pied de la colline, les bâtiments sont christianisés au début du ve siècle. Le temple est transformé en baptistère et une basilique est construite en bordure du portique du temple. Une deuxième basilique occupe l’aile méridionale du portique des thermes et une villa se développe au pied des thermes qui finissent par lui servir de bains privés, alors qu’un village tardif s’installe autour de la villa.

2Le nom antique du site et l’identité de la divinité propriétaire du temple et de la source sont inconnus. L. Maurin a supposé qu’il pourrait s’agir du site Onellana, qui est mentionné sur la Table de Peutinger, à égale distance de Oudhna et de Thuburbo Majus (Ben Bassen & Maurin 1998 : 212 ; Maurin 2003 : 112), mais il n’y a aucune certitude. Il faut toutefois signaler que le temple de Jebel Oust est situé à proximité des limites de plusieurs cités ou pagi de vétérans. Étant donnée sa probable naissance au début de l’Empire, il est raisonnable de l’attribuer à la colonie augustéenne d’Uthina (Oudhna) ou à l’un des deux pagi de vétérans augustéens situés entre Jebel Oust et Oudhna.

3Signalé pour la première fois en 1862, le site n’a été l’objet de fouilles qu’à partir de 1907. À l’occasion de la découverte, par un prospecteur minier, de la nappe phréatique qui sort à 55 °C, le bassin circulaire et la grande piscine rectangulaire dont les colonnes émergeaient encore de terre furent hâtivement fouillés par les militaires français (Carton 1907a et b ; Carton 1908 ; Carton 1914 : 248). Le site fut ensuite oublié jusqu’en 1962, quand Mohammed Fendri dégagea les quatre ensembles actuellement visibles : le secteur du temple, les thermes, la villa et, en marge du site proprement dit, un imposant système de captage et de purification des eaux d’un oued voisin. Une petite partie du matériel, non publié, a été un temps déposée au musée d’Utique ; ce matériel a été rapatrié à Jebel Oust en 2003. Le reste des découvertes faites au cours de ces fouilles n’est pas conservé ou exploitable.

4À part un article sur les mosaïques (Fendri 1965 : 157-173 ; Fendri 1985 : 88-91), assorti d’un excellent plan des thermes et de la villa, et deux conférences présentant le site, surtout les thermes, dont les manuscrits sont conservés, M. Fendri n’a laissé aucun document sur ses fouilles.

5La mission de Jebel Oust a eu comme tâche de reprendre le chantier de 1962, de faire un relevé complet, d’étudier les vestiges, au besoin en fouillant les couches étaient encore en place, en vue de la publication du site. Une fois le plan général établi, nous avons concentré les recherches sur le secteur du temple, sur les thermes et sur la villa (Ben Abed & Scheid 2005 : 321-349) que nous avons pour mission de publier.

Fig. 1

Fig. 1

Plan d’ensemble 
des trois secteurs du site 
concernés par la fouille. 
Mission archéologique de Jebel Oust.

Le secteur du temple

6Le travail dans le secteur situé sur la pente orientale du Jebel Oust, entre la citerne d’eau douce et le portique des thermes, a révélé trois phases, diversement conservées, d’édifices mis au jour lors des travaux de M. Fendri. Au cours de la fouille, nous n’avons recueilli aucun indice attestant d’une occupation du site antérieure à l’époque impériale. La première phase a été reconstituée à partir des vestiges conservés sous les remblais du deuxième état. Au cours de cette première phase, antérieure au milieu du iie siècle de notre ère, le puits de la source, qui avait une profondeur d’environ 2 m, était entouré d’un bâtiment carré, lui-même placé au centre d’un enclos comportant au sud et au nord une exèdre de plan rectangulaire. Une petite citerne d’eau froide flanquait l’aile sud-est de l’enclos. Face à l’entrée de cette cour, sur la pente et en surplomb au-dessus de la source, est construit au cours de cette phase un bâtiment dont le plan laisse penser à un usage collectif. Il fut détruit et remblayé, comme le premier enclos, après le milieu du iie siècle. Au cours de ces travaux, un puits de plan carré fut creusé à l’aplomb des parois internes de l’ancienne pièce carrée. Ce puits débouche dans une cavité souterraine naturelle dans le sol de laquelle sera creusée une série de petites canalisations destinées à drainer les eaux thermales surgissant dans la grotte vers une canalisation unique dont le fond se situe 5,60 m en dessous de l’exutoire de la phase précédente. Parallèlement, l’ouverture d’une profonde tranchée entaillant le substrat rocheux permit d’acheminer, avec une très faible pente, l’eau ainsi captée vers les thermes situés en contrebas. Cette tranchée, dans le fond de laquelle est aménagée la canalisation d’eau thermale, a un tracé rectiligne jusqu’au niveau d’un petit bain situé à mi-pente. Celui-ci comprenait un caldarium et un frigidarium ainsi qu’un certain nombre de salles dont la fonction reste à définir. La longue tranchée abritant la canalisation d’eau thermale passait sous les banquettes bordant le bassin du caldarium et réchauffait ainsi l’eau et l’atmosphère de ce dernier. L’ensemble était alimenté par la citerne d’eau douce construite en amont du sanctuaire. Le temple lui-même et sa cour furent monumentalisés (fig. 2). Désormais construit sur un podium, le premier fut rejeté vers l’ouest et inscrit dans un portique en Π, plus grand que le premier enclos. Le pronaos et l’escalier du temple reposaient en partie sur la voûte de couverture du puits de la source. Malheureusement, toutes les couches recouvrant la cour ont été enlevées lors des fouilles de 1962, et rien n’est conservé des éventuels aménagements cultuels. Le puits lui-même avait déjà été vidé par les travaux de M. Fendri ou antérieurement. Certaines parties du portique avaient conservé leurs remblais d’origine, ce qui nous a aidés pour les datations. Avec les couches fouillées sur la pente même, elles prouvent que cette monumentalisation et l’agrandissement du puits sont postérieurs au milieu du iie siècle.

7Le petit bain de la pente paraît avoir fonctionné assez longtemps. La modification du tracé de la canalisation d’eau thermale a condamné définitivement la piscine, probablement en raison de l’encroûtement excessif de la canalisation sous les banquettes de la piscine. Il est possible que ce nouveau tracé soit en relation avec les grands travaux de la phase III des thermes (TPQ début du ive siècle) ou bien contemporain du changement de statut de ces derniers lorsqu’ils furent annexés par la villa (TPQ première moitié du ve siècle). À la même époque, les bâtiments situés sur la pente furent démontés et un clivus créé, avec un grand escalier à l’emplacement du bain, pour relier le portique des thermes à la terrasse du temple. Nous ignorons pour l’instant si cette rampe servait encore pendant la dernière période de fonctionnement du temple, à la fin du ive siècle, ou si elle fut aménagée au cours de la restructuration de l’enclos du sanctuaire au début du vsiècle.

8À partir du début du ve siècle, le lieu de culte fut christianisé. Le temple fut transformé en baptistère et une basilique construite sur le côté septentrional du portique (fig. 2). Des cimetières se développèrent à l’est de cette basilique. Sur la pente même sont conservées des traces d’une phase tardive, du viie siècle, qui correspond à l’abandon progressif du site puisque des maisons et des ateliers de potiers envahissent la rampe.

Fig. 2

Fig. 2

Plan du temple 
et de ses annexes. 
Mission archéologique de Jebel Oust.

Les thermes (fig. 2)

  • 1 Bâtiment dépourvu de toit.

9À l’exception du vestiaire 24, où a pu être conduite une fouille stratigraphique, l’ensemble de l’édifice avait été entièrement dégagé par M. Fendri. L’étude des importants dépôts carbonatés remplissant les canalisations et recouvrant les bassins a permis de compléter les données chronologiques recueillies en fouille. Ces dépôts nous informent sur la durée d’utilisation de certains bassins, sur la gestion plus ou moins défectueuse de l’eau, sur la nature des espaces (hypèthres1 ou non), sur la température de l’eau dans les différents bassins. L’étude architecturale du monument, menée en étroite collaboration avec les géomorphologues Chr. Petit et J. Curie, a mis en évidence les nombreuses transformations dont cet édifice a fait l’objet au cours des siècles. Cinq grandes phases ont été individualisées : les phases Ibis à III correspondent à des agrandissements successifs des thermes lors de leur fonctionnement en tant qu’édifice public lié au sanctuaire païen; enfin, une phase de transformation puis de régression progressive liée à leur utilisation en tant que bain privé dépendant de la villa.

10Même s’il n’a pas été possible de recueillir des données chronologiques à l’intérieur même de l’édifice, la phase I est très probablement contemporaine de la réfection du temple au milieu du iie siècle. La plupart des structures correspondant à cette phase ont été oblitérées par les phases successives.

11De la phase I bis subsiste essentiellement une grande piscine tiède à ciel ouvert (5), ceinte d’un portique et directement alimentée par la canalisation d’eau thermale. Nous ignorons tout des autres bassins contemporains de celui-ci.

12À quelques détails près, le plan de l’édifice de la phase II est connu dans son intégralité (fig. 3). On entrait dans le vestibule 17, au plan en forme de sablier, à partir de la place qui jouxte les thermes à l’ouest. Ce vestibule donne accès au nord au vestiaire 24, au sud à des petites salles dont nous ignorons la fonction, et à l’est à un vaste frigidarium de plan carré (14) pourvu de trois bassins périphériques et d’un bassin central. Au nord du frigidarium se trouve la citerne d’eau douce 18. Dans cette phase, la grande piscine tiède 5 est conservée à l’identique tandis qu’un caldarium (9) de plan circulaire est construit probablement à l’emplacement du caldarium de la phase précédente. Cette nouvelle piscine est alimentée directement en eau thermale. À ce stade, la morphologie des salles chaudes est tout à fait comparable à celle des thermes d’Aquae Flavianae (Gsell & Graillot 1893 : pl. VIII), en Algérie actuelle.

Fig. 3

Fig. 3

Plan des thermes de la phase II. 
Mission archéologique 
de Jebel Oust.

13La phase III correspond à une volonté d’augmenter la capacité d’accueil de l’édifice, avec l’érection d’un second caldarium (1) à l’angle sud-ouest du bâtiment, tout en créant parallèlement une série de petits bassins tièdes couverts dont certains sont alimentés par des bassins de refroidissement à ciel ouvert (19, 20 et 23) installés le long de la façade sud de l’édifice.

14La phase IV, datée du début du ve siècle, correspond à 
l’annexion des thermes par la villa de l’Antiquité tardive qui s’est développée immédiatement en contrebas. L’accès des bains se situe désormais à l’est, à l’extrémité du long couloir R22 qui débouche directement dans le frigidarium. Ce changement de statut, de public à privé, est contemporain de la construction de la batterie de citernes R61-63 approvisionnant la villa. Ces citernes, mitoyennes de la citerne thermale 18, sont alimentées par le biais de cette dernière, preuve supplémentaire du changement de statut de l’édifice. Jusqu’à la fin définitive des activités thermales, le frigidarium sera l’objet de nombreux remaniements affectant essentiellement les bassins.

15Le dernier état correspond à la construction d’un petit bain public rudimentaire qui vient s’adosser à la façade orientale des thermes, tout en réutilisant la petite salle 5I. Ce bain auquel on accédait par une impasse ouvrant vers le sud et longeant la façade de l’édifice comportait un vestiaire/tepidarium, un laconicum et un espace de service, tous trois créés ex nihilo, tandis que le caldarium était installé dans l’ancien espace T5I. À cette époque, le bain de la villa n’occupait plus que le frigidarium et les deux petites salles 6 et 7 situées immédiatement à l’est.

16Dans le courant de la deuxième moitié du vie siècle, toute activité thermale organisée cessa.

Le complexe à l’est des thermes

17Depuis sa découverte par Mohammed Fendri dans les années 1960, la partie « non publique » du site de Jebel Oust qui est accolée, à l’est, aux thermes, a été tour à tour identifiée comme des hospitalia, un complexe résidentiel, une villa. En fait, ce secteur, étudié depuis une dizaine d’années dans le cadre de la mission franco-tunisienne, pose encore des problèmes d’interprétation. Le caractère unique de l’organisation intérieure, l’ampleur du bâti (2 100 m2), la difficulté à restituer la relation structurelle avec les deux autres composantes du site, rendent la situation particulièrement délicate.

18Le plan très particulier de cet édifice (fig. 1), tel qu’il se présente aujourd’hui, est dominé par de longs corridors qui structurent les espaces. Deux grands ensembles s’articulent de part et d’autre d’un étroit couloir menant au frigidarium des thermes, dans une phase ultime de l’Antiquité tardive. La construction, orientée vers l’est, est marquée par une façade à large galerie donnant accès à différentes entités. Au sud, se détache une importante salle d’apparat triconque, à ouverture tripartite, face à un étroit bassin à absides. Au nord du couloir central, en retrait de la galerie, une autre salle de réception plus petite, de type exèdre, est éclairée par deux puits de lumière ; enfin, plus au nord, une vingtaine de pièces de dimensions réduites communiquent par de multiples portes obturées ou ré-ouvertes au fil des remaniements.

19La plupart des sols sont recouverts de mosaïques géométriques, à dominante polychrome, comportant des motifs de remplissages simples et répétitifs, contrairement à ce que l’on observe dans la cité voisine de Thuburbo Majus. Seuls deux pavements ont un décor figuré : saisons (salle au nord-ouest), tabula lusoria (grande salle de réception centrale). On notera également quelques pavements en opus sectile ; celui de l’appartement à l’extrémité sud de l’édifice est composé de plaques de calcite locale dont l’assemblage fait apparaître des veines aux dessins symétriques. Un second sectile, dans l’exèdre, présente des motifs géométriques réalisés dans des roches locales aux couleurs chaudes, associées à quelques marbres polychromes importés.

20Les travaux d’investigation menés dans le cadre de la mission, quoique limités, ont mis au jour un certain nombre d’éléments nouveaux qui permettent une meilleure compréhension du secteur. Le plan de ce complexe résidentiel découle en fait de transformations successives qui semblent se développer sur plusieurs phases. C’est au cours du ive siècle que l’édifice a été structuré avec ses axes de circulation, sa façade à galerie, son bassin à absides (dont l’implantation pourrait être nettement antérieure, d’après les sondages), son jardin clôturé, ses principales salles d’apparat, ses pièces communicantes et ses appartements. Postérieurement, au cours du ve siècle, interviennent diverses modifications dont certaines d’une importance particulière ; ainsi le bassin est comblé et un escalier construit dans l’axe de la salle triconque permet de descendre désormais dans le jardin.

21L’existence d’un état antérieur est confirmée par la trouvaille de structures datables du iiie siècle au plus tôt, dans les parties sud et ouest du bâtiment. On notera aussi qu’au cours de l’exploration menée dans l’angle nord-est du mur du jardin, des constructions du iiie siècle, d’orientation radicalement différente, ont été identifiées. Elles appartiennent à un bâtiment comportant des aménagements spécifiques, peut-être un lieu de stockage de denrées alimentaires, céréales par exemple.

22Mais de toute évidence, la découverte la plus spectaculaire a été réalisée dans la partie est du site, non fouillée par Fendri. En bordure des aménagements de façade du complexe résidentiel, a été mis en évidence un vaste jardin d’environ 1 280 m², clôturé sur trois côtés par un mur. Cet espace plan, sédimenté, était compartimenté en quartiers utilitaires et ornementaux. Les plantes étaient destinées à agrémenter la vue à partir de la salle de réception à absides.

La direction scientifique du chantier est placée sous la responsabilité de l’Institut national du Patrimoine (Tunis) et de l’École française de Rome. Participent au financement et aux travaux le ministère des Affaires étrangères et européennes, le Collège de France et le Musée national d’histoire et d’art de Luxembourg. L’équipe de Jebel Oust est dirigée par A. Ben Abed (Inp) et J. Scheid (Collège de France), avec la collaboration de H. Broise (Iraa, Cnrs), de C. Balmelle (Centre Henri-Stern, Cnrs), de Chr. Petit (Umr ArScAn 7041) et de J. Metzler (Mnha, Luxembourg). Ont participé à la fouille au cours des années les architectes N. André, D. Laribi-Galalou (Inp), J.-L. Paillet (Cnrs), mais aussi K. Abdelmalek, St. Abellon, Cl. Allag, M. Aoudi, H. Ben Romdane, F. Bessière, S. Biagi, V. Bridoux, C. Brun, J. Chbili, Y. Cherif, S. Crouzet, J. Curie, H. Dessales, R. Durost, C. Gaeng, Ch. Gallala, R. Golosetti, M. Hani, C. Jaquet, A. Larbi, R. Macario, N. Mâmar, N. Monteix, T. Mukai, H. Msaddak, M.-P. Raynaud, E. Rosso, P. Wech.

Haut de page

Bibliographie

Ben Abed, A. & J. Scheid. 2005. « Nouvelles recherches archéologiques à Jebel Oust (Tunisie) », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles- lettres, 149, 1 : 321-349.

Ben Bassen, H. & L. Maurin (dir.). 1998. Oudhna (Uthina). La redécouverte d’une ville antique de Tunisie. Bordeaux-Tunis, Ausonius (Mémoires, 2) : 251 p.

Maurin, L. 2003. « Carte de Bir Mcherga 028, 1:50 000 » in : S. Ben Baaziz, Carte nationale des sites archéologiques et des monuments historiques de la Tunisie. Tunis, Institut national du patrimoine.

Carton, L. 1907a. « Séance du comité d’études du 28 juin 1907 », Bulletin de la Société archéologique de Sousse, 5e année, no 9, premier semestre : 22-23.

Carton, L. 1907b. « Notes Hadrumétines », Bulletin de la Société archéologique de Sousse, 5e année, no 9, premier semestre : 139-146.

Carton, L. 1908. « Fouilles exécutées en Tunisie en 1907 », Comptes rendus de l’Association française pour l’avancement des sciences, 37session, congrès de Clermont-Ferrand (Mémoire publié hors volume).

Carton, L. 1914. « L’Institut de Carthage à Oudena et au Djebel-Oust », Revue tunisienne, 21 : 247-263.

Fendri, M. 1965. « Évolution chronologique et stylistique d’un ensemble de mosaïques dans une station thermale à Djebel Oust (Tunisie) », in : La mosaïque gréco-romaine : colloque international du Cnrs, Paris 1963. Paris, Cnrs : 157-173.

Fendri, M. 1985. « Djebel-Oust la prestigieuse ville d’eaux », La Gazette touristique de Tunisie, octobre : 88-91.

Gsell, S. & H. Graillot. 1893. « Explorations archéologiques dans le département de Constantine (Algérie) », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 13 : 461-541.

Haut de page

Notes

1 Bâtiment dépourvu de toit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan d’ensemble 
des trois secteurs du site 
concernés par la fouille. 
Mission archéologique de Jebel Oust.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 2
Légende Plan du temple 
et de ses annexes. 
Mission archéologique de Jebel Oust.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 3
Légende Plan des thermes de la phase II. 
Mission archéologique 
de Jebel Oust.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1404/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Ben Abed Ben Kheder, John Scheid, Henri Broise et Catherine Balmelle, « Le sanctuaire de source de Jebel Oust (Tunisie) », Les nouvelles de l'archéologie, 124 | 2011, 10-14.

Référence électronique

Aïcha Ben Abed Ben Kheder, John Scheid, Henri Broise et Catherine Balmelle, « Le sanctuaire de source de Jebel Oust (Tunisie) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 124 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/1404 ; DOI : 10.4000/nda.1404

Haut de page

Auteurs

Aïcha Ben Abed Ben Kheder

Institut national du Patrimoine ((Inp), Tunis

Articles du même auteur

John Scheid

Collège de France

Henri Broise

Cnrs / Institut de recherche 
sur l’architecture antique (Iraa)

Articles du même auteur

Catherine Balmelle

Cnrs / Centre Henri-Stern

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org