Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

L’eau et sa gestion dans le Maghreb romain

L’apport des sources écrites
Frédéric Hurlet, Marguerite Ronin et Séverine Garat
p. 8-9

Résumé

Rattaché respectivement à deux laboratoires, le Crhia (Ea 1163) et l’Institut Ausonius (Umr 5607), un groupe de chercheurs et d’enseignants-chercheurs des universités de Nantes et de Bordeaux-3 développe depuis trois années un projet de recherche sur la gestion de l’eau dans le Maghreb romain à partir d’une analyse des sources écrites – littéraires, épigraphiques, gromatiques et juridiques – et d’un croisement de celles-ci avec les données archéologiques. Leurs travaux s’inscrivent dans le cadre plus large du programme pluridisciplinaire Anr piloté par François Baratte. Adoptant une perspective comparatiste, ils ont pour principal objet d’aborder la gestion de l’eau depuis différents points de vue pour mieux appréhender le problème dans sa complexité. Il en va de même pour l’aspect géographique : si l’Afrique romaine est le terrain d’étude privilégié, d’autres régions du monde romain sont également abordées dans la même perspective comparatiste. Les journées d’étude ainsi que deux thèses en cours reflètent une telle approche.

Haut de page

Texte intégral

1Rattaché respectivement à deux laboratoires, le Crhia (Ea 1163) et l’Institut Ausonius (Umr 5607), un groupe de chercheurs et d’enseignants-chercheurs des universités de Nantes et de Bordeaux-3 développe depuis trois années un projet de recherche sur la gestion de l’eau dans le Maghreb romain à partir d’une analyse des sources écrites – littéraires, épigraphiques, gromatiques et juridiques – et d’un croisement de celles-ci avec les données archéologiques. Leurs travaux s’inscrivent dans le cadre plus large du programme pluridisciplinaire Anr piloté par François Baratte. Adoptant une perspective comparatiste, ils ont pour principal objet d’aborder la gestion de l’eau depuis différents points de vue pour mieux appréhender le problème dans sa complexité. Il en va de même pour l’aspect géographique : si l’Afrique romaine est le terrain d’étude privilégié, d’autres régions du monde romain sont également abordées dans la même perspective comparatiste. Les journées d’étude ainsi que deux thèses en cours reflètent une telle approche.

Les manifestations scientifiques et le projet de publication

2Trois journées d’étude ont été organisées et une autre est à venir, à la fin de l’année 2011. La première a eu lieu le 9 juin 2009 et avait pour objet de fixer des cadres méthodologiques et historiographiques au projet. Les sources sont abondantes, à la fois sur l’eau et sur l’Afrique, de même que les études modernes sur ces sujets. Ella Hermon a tout d’abord présenté le bilan et les perspectives des travaux de la chaire de recherche en interactions, société, environnement dans l’Empire romain de l’Université Laval (Canada). Le débat a ensuite porté sur la technicité des textes de droit, des documents épigraphiques et des écrits des arpenteurs, notamment avec les interventions de Samir Aounallah et de Séverine Garat (« Le partage de l’eau dans les communes doubles de la pertica de Carthage »), de Nicolas Lamare (« Les fontaines monumentales en Afrique romaine : sources documentaires et problèmes méthodologiques ») et de Marguerite Ronin (« Quelles sources juridiques utiliser pour l’étude de la gestion de l’eau ? »).

3Le thème de la journée d’étude de mars 2010 était plus général et les invités sont intervenus librement sur « L’eau dans l’Antiquité et au Moyen Âge », en sortant parfois du cadre spatio-temporel romano-africain – Grèce archaïque (Claudia de Oliveira-Gomes, « L’eau et les tyrans à l’époque archaïque »), Al-Andalus (Christine Mazzoli-Guintard, « Questions relatives à l’eau dans les villes d’al-Andalus (xe-xve siècles) »), Italie romaine (Hélène Dessales, « La distribution de l’eau dans l’habitat de Pompéi ») –, même si l’Afrique romaine est restée privilégiée (Elsa Rocca, « Premiers éléments de réflexion sur la gestion de l’eau à Ammaedara (Haïdra, Tunisie) » et Marguerite Ronin, « Le partage de l’eau dans deux règlements d’irrigation africains et espagnols d’époque impériale »).

4La journée d’étude du 31 mai 2011 s’est intéressée aux sources gromatiques et juridiques dans la mesure où ces écrits ont un caractère normatif, autour d’interventions de Jean Peyras (« L’eau dans l’Afrique romaine. Historiographie, documents, régions »), Christer Bruun (« Private and Public Water Law in the Codex Theodosianus and in the Codex Justinianus. Some Reflections »), Sylvie Crogiez-Pétrequin et Pierre Jaillette (« L’eau et sa gestion dans les textes juridiques »).

5Enfin un colloque, prévu à l’Université de Bordeaux-3 à la fin de l’année 2011, sera consacré aux informations que nous fournit l’épigraphie en matière de gestion de l’eau en Afrique. Les communications entendues lors de ces quatre manifestations scientifiques ont vocation à être publiées par les presses de l’Institut Ausonius dans un volume qui reprendra les différents thèmes abordés.

Deux thèses en cours

6Deux thèses sur l’eau en Afrique sont actuellement en cours de préparation, l’une à Bordeaux-3, l’autre à Nantes.

La gestion de l’eau à Thugga-Dougga (Tunisie)

7La première thèse, conduite depuis septembre 2007 par Séverine Garat à l’Université Michel de Montaigne -Bordeaux-3 sous la direction de Jérôme France, porte sur un des sites majeurs de l’Afrique romaine, Thugga-Dougga, situé à 120 km au nord-ouest de Tunis, et traite de la gestion de l’eau dans cette cité. L’objectif est d’étudier la manière dont les autorités – l’empereur, le gouverneur, mais aussi la cité elle-même – administraient l’approvisionnement ainsi que la distribution de l’eau et y pourvoyaient. L’angle d’étude de la gestion domestique a également été retenu, puisque de vraies politiques privées d’administration de l’eau étaient mises en place par des propriétaires de domus, boutiques ou uillae. Ce travail de recherche s’appuie sur l’étude des sources épigraphiques et archéologiques. Les inscriptions gardent la trace de travaux entrepris pour la construction des installations hydrauliques comme pour leurs réparations. On peut y entrevoir également le personnel en charge de la réalisation et de l’entretien de ces édifices ainsi que les proconsuls, gouverneurs de la province d’Afrique proconsulaire qui dédicaçaient ces installations. Les traces archéologiques des installations hydrauliques sont nombreuses sur le site de Dougga et sur le territoire de la cité (aqueducs, château d’eau, bassins, citernes, fontaines). À travers ces installations sont étudiés les procédés de fonctionnement et d’utilisation, canalisations et organes de contrôle de l’écoulement.

Le droit de l’eau dans l’Afrique romaine

8La seconde thèse est menée par Marguerite Ronin à l’Université de Nantes, sous la direction de Frédéric Hurlet, depuis 2008. Intitulée « L’eau comme enjeu de pouvoir dans le droit romain. L’exemple de l’Afrique proconsulaire dans l’Empire romain (ier-vie siècle) », elle porte sur l’influence de la gestion de l’eau sur les liens sociaux et institutionnels de l’Empire romain. Ce travail pose la question de savoir dans quelle mesure et de quelles façons les solutions juridiques adoptées pour réguler les collaborations et les conflits liés à l’eau façonnent le paysage social de l’Empire romain et particulièrement en Afrique. Il cherche donc à éclairer les interactions entre les différents pouvoirs institutionnels, communautaires et économiques impliqués dans ce processus de gestion des ressources naturelles. S’appuyant sur un corpus de textes juridiques et épigraphiques, mais aussi d’écrits des arpenteurs romains et de sources archéologiques, cette thèse développe trois axes. Le premier concerne l’organisation et la collaboration des différentes communautés en vue de la gestion de l’eau. Ces communautés peuvent être des cités ou de petits groupes d’irrigation. D’autres acteurs peuvent également intervenir comme les gouverneurs de province ou l’empereur, l’épigraphie nous éclairant sur ces interventions en Afrique romaine. Le fonctionnement de ces différents types de collaboration est étudié en fonction de leur contexte naturel, mais aussi politique et social. Le deuxième axe s’intéresse aux situations de désorganisation, c’est-à-dire les conflits liés à l’eau. Le contexte politique et environnemental peut aider à comprendre l’origine et la nature des conflits, mais aussi leurs enjeux. Le troisième axe traite de la résolution des conflits en étudiant comment négociations et rapports de force s’articulent et comment les normes ainsi élaborées s’adaptent au milieu naturel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Hurlet, Marguerite Ronin et Séverine Garat, « L’eau et sa gestion dans le Maghreb romain », Les nouvelles de l'archéologie, 124 | 2011, 8-9.

Référence électronique

Frédéric Hurlet, Marguerite Ronin et Séverine Garat, « L’eau et sa gestion dans le Maghreb romain », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 124 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/1400 ; DOI : 10.4000/nda.1400

Haut de page

Auteurs

Frédéric Hurlet

Université de Nantes, Unité de recherche Ea 1163–Crhia 
(Centre de recherches en histoire 
internationale et atlantique)

Marguerite Ronin

Université de Nantes, Unité de recherche Ea 1163–Crhia 
(Centre de recherches en histoire 
internationale et atlantique)

Séverine Garat

Institut Ausonius (Umr 5607 du Cnrs et de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux-3)

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org