Navigation – Plan du site
Dossier: La coopération archéologique française en Afrique

L’eau dans les villes d’Afrique du Nord 
et leur territoire

Le programme « EauMaghreb » 
de l’Agence nationale de la recherche (Anr)
François Baratte
p. 5-8

Résumé

Multiforme, la question de l’eau en Afrique a été abordée à maintes reprises depuis longtemps (Bridoux 2009), et plus encore au cours des années récentes où la réflexion sur les évolutions du climat a suscité un regain d’intérêt pour ces problèmes1. Tous les aspects en ont été passés en revue, aussi bien ceux qui touchent directement à l’hydrologie, à l’approvisionnement, à sa maîtrise qu’à la technologie ou à l’architecture. Mais l’étendue du territoire à envisager, sa diversité et la largeur de l’éventail chronologique constituent autant d’obstacles à une approche globale, imposant par ailleurs dans bien des cas une réflexion interdisciplinaire. Conscient de ces difficultés, le programme Anr 07-BLAN-0372 EauMaghreb, « L’eau dans les villes de l’Afrique du nord antique et leur territoire », soutenu par l’Anr depuis 2008, n’a évidemment pas pour ambition de traiter l’ensemble des questions. Associant historiens, archéologues, géographes et géoarchéologues, il se proposait d’en reprendre quelques-unes, pour des territoires et des domaines particuliers sur lesquels chaque équipe avait depuis longtemps une expérience propre, de manière à enrichir les expertises ainsi acquises en fixant par ailleurs des objectifs communs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte de présentation 
du programme Anr EauMaghreb est le fruit 
de la collaboration constante 
 (...)

1Multiforme, la question de l’eau en Afrique a été abordée à maintes reprises depuis longtemps (Bridoux 2009), et plus encore au cours des années récentes où la réflexion sur les évolutions du climat a suscité un regain d’intérêt pour ces problèmes1. Tous les aspects en ont été passés en revue, aussi bien ceux qui touchent directement à l’hydrologie, à l’approvisionnement, à sa maîtrise qu’à la technologie ou à l’architecture. Mais l’étendue du territoire à envisager, sa diversité et la largeur de l’éventail chronologique constituent autant d’obstacles à une approche globale, imposant par ailleurs dans bien des cas une réflexion interdisciplinaire. Conscient de ces difficultés, le programme Anr 07-BLAN-0372 EauMaghreb, « L’eau dans les villes de l’Afrique du nord antique et leur territoire », soutenu par l’Anr depuis 2008, n’a évidemment pas pour ambition de traiter l’ensemble des questions. Associant historiens, archéologues, géographes et géoarchéologues, il se proposait d’en reprendre quelques-unes, pour des territoires et des domaines particuliers sur lesquels chaque équipe avait depuis longtemps une expérience propre, de manière à enrichir les expertises ainsi acquises en fixant par ailleurs des objectifs communs.

2Le projet réunit ainsi, sous la responsabilité de François Baratte, quatre « partenaires », suivant la terminologie consacrée : le premier, rattaché à l’Umr 8167, « Orient et Méditerranée », rassemble des enseignants-chercheurs et doctorants de l’université Paris-Sorbonne, qui tous participent à la mission tuniso-française à Haïdra, en Tunisie. Le deuxième partenaire, placé sous la responsabilité de Véronique Brouquier-Reddé, est issu du laboratoire Aoroc (Archéologies d’Orient et d’Occident et textes anciens / Umr 8546) de l’École normale supérieure (Ens) de la rue d’Ulm ; il comprend des chercheurs dont plusieurs sont engagés de longue date dans des travaux au Maroc, à Volubilis et dans la plaine du Gharb notamment, et plus récemment en Algérie, à Lambèse. Le troisième fédère des historiens des universités de Nantes et de Bordeaux-III, sous la direction de Frédéric Hurlet. Enfin, ces trois partenaires antiquisants, historiens ou archéologues, ont reçu le concours d’un groupe de géographes et de géoarchéologues, sous la responsabilité de Jean-Paul Amat, qui interviennent pour certains depuis longtemps en Afrique ou sont familiers des problèmes de l’eau dans l’Antiquité, tout particulièrement sur le site de Délos dans les Cyclades (S. Desruelles). L’objectif fixé est d’observer les méthodes de gestion de la ressource en eau, sous tous ses aspects, dans une perspective diachronique et pluridisciplinaire, à partir de territoires différents par leur situation géographique et climatique, et dont l’étude se révèle donc complémentaire, la diversité des contextes physiques impliquant en outre des approches géoarchéologiques pour reconstituer les rapports entre ces cités, les ressources et les dynamiques hydrologiques.

3L’équipe de l’Ens s’est de longue date attachée à l’étude de l’eau aussi bien à Volubilis et dans son territoire que dans la plaine du Gharb, autour de Banasa (Akerraz, Brouquier-Reddé & Lenoir 2010). Elle avait déjà travaillé sur les villes elles-mêmes, leur équipement en édifices liés à l’eau, thermes, latrines ou fontaines, les systèmes d’adduction et d’évacuation à l’échelle de la ville comme des bâtiments publics et privés (maisons), dans le prolongement de ce qui avait été accompli par Robert Étienne sur le quartier nord-est de Volubilis, mais aussi sur le territoire, par une étude du tracé des aqueducs, ainsi que par une cartographie et une enquête systématique sur les sources. En ce qui concerne Banasa, outre les monuments des eaux, c’est tout particulièrement le tracé de l’oued Sebou et son fonctionnement qui avaient fait l’objet des recherches.

4Les historiens bordelais travaillaient pour leur part en Tunisie, à Dougga, Jérôme France ayant repris la direction de la mission archéologique tuniso-française sur les temples du site (voir Les Nouvelles de l’archéologie, 123, 2011 : 7-10). Une étude des structures hydrauliques de la ville s’est engagée à partir d’un inventaire progressivement constitué par S. Garat (Garat & Golvin 2010). Mais l’objectif principal que s’est fixé cette équipe est bien une enquête dans les textes et parmi les inscriptions sur les aspects juridiques de la gestion de l’eau en Afrique, l’un des instruments à mettre en place étant un corpus des textes juridiques (voir infra, F. Hurlet & M. Ronin : 8-9).

5Sur le site d’Haïdra/Ammaedara, les recherches sur l’eau étaient moins avancées. Même si l’oued Haïdra qui traverse la ville a posé dès l’Antiquité le problème des rapports avec l’eau en termes de catastrophes, puisque les crues en sont extrêmement violentes et que des digues avaient été aménagées à l’époque romaine pour tenter de contenir la rivière et d’éviter le déplacement de son cours, il ne reste dans la ville que peu de traces apparentes à mettre en rapport avec l’eau : quelques égouts sous les rues, plusieurs citernes à caractère public ou dans des maisons, un seul groupe thermal, très endommagé. Rien n’était connu des adductions d’eau, en dépit de la mention d’un aqueduc sur une inscription.

  • 2 Sous la responsabilité d’A.-A. Malek, 
chargée de recherches au Cnrs. 
Voir Les Nouvelles de l’arch (...)
  • 3 Sous la co-responsabilité 
de V. Bridoux, ancien membre de l’École française de Rome. Voir Les Nouv (...)

6C’est dans ce contexte que le projet EauMaghreb a été élaboré, en fonction des développements prévus des recherches de terrain de chacune des équipes : ainsi, un volet du programme mis en œuvre par les deux missions archéologiques rattachées à l’Umr 8546 et validées par le ministère des Affaires étrangères et européennes, qui ont vu le jour, l’une en Algérie, sur le site de Lambèse2, l’autre au Maroc, à Kouass3, porte-t-il sur les problèmes de l’eau. Chacun des partenaires a orienté plus spécifiquement sa participation en fonction des axes de ses propres travaux : étude de la ville, à Ammaedara et à Lambèse, des rapports de la ville et de son territoire, à Volubilis, Banasa ou Kouass, ou bien des pratiques juridiques liées à l’eau. Toutes ces recherches sont menées en collaboration étroite avec les partenaires officiels des pays concernés : l’Institut national du patrimoine à Tunis, le ministère de la Culture en Algérie et l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine pour le Maroc, dont plusieurs membres sont directement impliqués dans certaines opérations.

  • 4 Je 2532 Dynamique des systèmes 
anthropisés, Faculté d’histoire
et de géographie, Université de Pic (...)
  • 5 J.-Cl. Parisot, D. Hermitte.

7La réalisation d’une géodatabase, commune à tous les partenaires et exploitable par eux, a toutefois été retenue et est en cours d’exécution ; elle peut s’appuyer sur une base de données archéologiques sous File Maker Pro facilitant pour tous l’enregistrement des données de terrain. Mise au point à partir de l’expérience acquise à Banasa et à Volubilis, la base a ensuite été validée par l’ensemble des équipes et utilisée en particulier à Haïdra et Volubilis. On soulignera que ce dernier site a été choisi comme référence : les données qui y ont été recueillies constituent en quelque sorte un modèle aisément applicable aux autres sites africains et les problématiques qui y ont été définies ouvrent ailleurs des perspectives nouvelles. Ce travail en commun à partir des résultats acquis sur des terrains différents est jalonné régulièrement par des rencontres qui rassemblent les différents partenaires, associés par ailleurs directement dans des actions croisées sur les divers chantiers. Mais le programme EauMaghreb a donné lieu aussi à des actions qui élargissent son cadre. Une attention particulière est ainsi portée à l’ouverture à d’autres équipes, en France et sur le plan international. Mentionnons ici, parmi d’autres contacts et à titre d’exemple, ceux noués en France avec le Centre d’analyse et de mathématiques sociales de l’École des hautes études en sciences sociales (R. Ragala, Umr 8557, Ehess-Cams, Université Paris-Sorbonne), les universités d’Amiens et de Paris-84, ainsi qu’avec l’Institut de recherche pour le développement et le Centre européen de recherche et d’enseignement des géo-sciences de l’environnement (Umr 161 Ird-Cerege), engagés dans une prospection géophysique sur l’aqueduc de Volubilis, afin d’en confirmer le tracé des branches5. À l’étranger, des rapports fructueux ont été noués avec l’équipe du professeur L. Hermon, titulaire de la chaire de recherche en interactions, société, environnement dans l’Empire romain de l’Université de Laval (Canada), avec l’Atlas Project of Roman Aqueducts mis en place par l’Université de Mayence (Allemagne), ou encore avec les universités de Meknès et de Safi au Maroc.

  • 6 Publication à paraître dans la collection Etam de l’Insap.

8Ces échanges se concrétisent aussi par un ensemble de tables rondes et de colloques qui, depuis le début du programme, ont jalonné son avancement. Les travaux sur les sources juridiques, en particulier, ont donné lieu à plusieurs réunions internationales, à Nantes : la plus récente, qui s’est tenue le 31 mai 2011, a traité de « la gestion de l’eau dans les sources juridiques et gromatiques ». Deux colloques internationaux ont déjà été organisés : le premier à Rabat, les 27 et 28 février 2008, portait sur l’eau dans les cités de Maurétanie Tingitane6. Il a permis d’examiner le cas d’un certain nombre de cités, mais aussi de réfléchir à des situations exemplaires, dans lesquelles l’apport de la géoarchéologie est considérable (Desruelles et al. sous presse) : il en va ainsi pour l’étude des paléo-chenaux de l’oued Sebou, que poursuit L. Castanet. Le second colloque, réuni à Paris les 7 et 8 janvier 2011 sous le titre « Regards croisés d’Occident et d’Orient : les barrages dans l’Antiquité tardive », était consacré à une catégorie de monuments souvent spectaculaires. Des exemples très divers ont pu être passés en revue, dans la Péninsule arabique, en Syrie, en Espagne et en Afrique du Nord. Comme les autres réunions, tables rondes ou colloques, il a constitué évidemment une occasion féconde de confronter les réponses qui ont été apportées dans l’Antiquité et dans différentes régions à des problèmes analogues : dans le cas des barrages, notamment la régularisation, la collecte et la conservation des eaux. Il est ainsi possible de mettre à l’épreuve de la discussion les méthodes employées.

9Nous ne reviendrons pas ici sur les résultats obtenus par J. France, S. Garat, L. Hugot, F. Hurlet et M. Ronin dans leur enquête sur les sources juridiques, puisqu’un article spécifique leur est consacré ici-même (voir infra : 8-9). On peut en revanche souligner l’intérêt des opérations qui se développent sur le terrain, souvent dans un cadre plus large que celui du seul programme EauMaghreb. À Volubilis, l’étude du système hydraulique du quartier nord-est faite autrefois par R. Étienne (1960) a été revue et le plan qu’il avait réalisé a été mis à jour par M. Alilou, R. Bouzidi, V. Brouquier-Reddé et J.-B. Houal. Dans ce contexte, et à la suite d’une visite d’A.-A. Malek, spécialiste des jardins, une attention particulière a été portée aux jardins aménagés dans les maisons – sujet qu’il conviendrait de réexaminer ultérieurement, en dépit de la difficulté majeure que constitue dans ce cas la disparition de toute trace de plantation à la suite d’une fouille trop radicale. Les recherches sur l’arrière-pays, conduites par S. Desruelles et une équipe de l’Université de Meknès (A. Dekayir, M. Rouai), ont abouti de leur côté à une carte des sources dressée par L. Udodi Pembora ; leur influence sur l’approvisionnement en eau et donc l’implantation des sites a ainsi pu être mise en évidence : ils sont en effet volontiers localisés sur des glacis dominant les oueds Khoumane et Rdom, dont la mobilité a fait l’objet d’une enquête spécifique menée par S. Desruelles, C. Castanet, E. Lenoir et M. Alilou.

10À Banasa et dans la plaine du Gharb, l’analyse des archives sédimentaires de la ville antique et de ses alentours a révélé la complexité des unités paysagères fossiles et la variabilité des paysages fluviaux : l’étude, par C. Castanet, des échantillons prélevés par carottages géologiques devrait permettre d’en préciser l’histoire. Ce sont d’autres questions qui se posent à Kouass en fonction des particularités du site. Ainsi un aqueduc aujourd’hui très détruit avait été naguère étudié par M. Ponsich (1967) : il s’agit d’en réexaminer les restes, d’en déterminer exactement le tracé et d’en comprendre la fonction. Les usines de salaison visibles jusqu’en 1960 sont, elles, ensevelies sans doute sous les constructions côtières. La présence dans l’équipe de Ch. Macheboeuf, spécialiste de la pourpre, donne en revanche l’occasion d’étudier la masse considérable de coquillages recueillie dans les fouilles, d’en définir les espèces, et de préciser le processus de fabrication dans lequel l’eau jouait un rôle important.

11À Lambèse, en Algérie, la reprise, sous la direction d’A.-A. Malek, de la fouille de deux maisons de la ville basse a mis au jour plusieurs vestiges hydrauliques (puits/citerne, bassin et canalisations), M. Gherghout vérifiant sur le terrain l’état d’autres installations repérées par le passé dans la ville haute.

12Sur le site d’Ammaedara, en Tunisie, les monuments visibles avaient fait l’objet de dégagements systématiques par un archéologue amateur à la veille de la seconde guerre mondiale, malheureusement sans documentation ni publications. Le programme de recherches engagé depuis de nombreuses années par la mission franco-tunisienne, sous la responsabilité de Fr. Baratte et F. Bejaoui, a tout d’abord porté pour l’essentiel sur la ville de l’Antiquité tardive, plus particulièrement sur les églises paléochrétiennes et sur la citadelle byzantine (voir infra : 34-39). Il s’est récemment étendu à d’autres édifices, pour tenter d’évaluer les transformations de la ville à la fin de l’Antiquité. Jusqu’alors, la question de l’eau n’avait donc jamais été au centre des préoccupations mais on connaissait, tout au moins dans la partie basse de la forteresse, plusieurs citernes monumentales, et le travail de terrain avait mis en évidence une série d’aménagements hydrauliques : des égouts sous le dallage des rues qui avaient été dégagées, une installation d’une certaine ampleur, une galerie double, pour le drainage sans doute, qui passait sous l’église III à laquelle elle était antérieure (Baratte, Bejaoui & Ben Abdallah 1999 : 110-115), et différents bassins, en particulier dans la cour d’un édifice encore en cours de fouille, immédiatement au nord de la citadelle, et dans celle du « monument à auges », où était connue depuis longtemps l’existence d’au moins deux bassins successifs (Duval & Golvin 1972). Les travaux récents ont entraîné la mise au jour d’autres structures, souvent conservées de manière plus ténue : plusieurs petites latrines par exemple, sans doute tardives, et de multiples restes de canalisations. Le programme EauMaghreb est l’occasion de recenser de manière systématique l’ensemble de ces aménagements, dans le cadre d’une étude globale du site. Ainsi, au cours de l’été 2011, N. Lamare et E. Rocca ont entrepris un réexamen des restes de l’unique groupe thermal connu jusqu’à présent à Haïdra, fouillé autour de 1930 et mal conservé en élévation ; d’ores et déjà, ils ont engrangé de précieux résultats, tout en montrant les potentialités scientifiques qu’offre encore le monument. C’est dans la même perspective d’une approche de la ville et de son territoire qu’une réflexion sur le paysage antique et l’alimentation en eau de la ville a été engagée en collaboration avec les géographes J.-P. Amat et D. Gramond. Elle a conduit à définir les tracés possibles pour un aqueduc, que signale assez évasivement une inscription (Ben Abdallah 1988) : il se situerait plutôt au nord de la ville, dans des secteurs partiellement prospectés par E. Rocca, Z. Lecat et N. Lamare. Cette prospection a bien entraîné la découverte de structures dans un oued, mais elles ne semblent pas appartenir un aqueduc.

13On limitera à ces quelques observations l’énoncé des résultats déjà obtenus, dont certains ont fait l’objet de publications détaillées. Le programme, entré dans sa dernière année, s’achèvera au début de 2012. Les partenaires, à son lancement, en attendaient une incitation à développer les recherches sur les thèmes retenus. On peut raisonnablement considérer que cet objectif sera atteint. Deux autres résultats très positifs sont à mettre également à son actif : le développement des échanges entre les jeunes chercheurs et une stimulation des collaborations nationales et internationales. S’il est encore prématuré de dresser un bilan scientifique, on peut déjà escompter que le projet, comme on l’avait souhaité à l’origine, apportera bien, grâce à la réflexion développée sur l’eau, les conditions du milieu et leur exploitation, des informations supplémentaires sur les rapports entre les sociétés et leur environnement dans l’Antiquité.

Haut de page

Bibliographie

Akerraz, A., V. Brouquier-Reddé & E. Lenoir. 2010, « Rivages de Maurétanie tingitane », in : H. Hermon, Riparia dans l’Empire romain pour la définition du concept. Proceedings of the Quebec Seminar, 29-31 October 2009. Oxford, J. & E. Hedges (British Archaeological Reports International Series, 2066) : 85-100.

Baratte, Fr., F. Bejaoui & Z. Ben Abdallah (dir.). 1999. Recherches franco-tunisiennes à Haïdra. Miscellanea 2. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 17/2) : x-245 p.

Ben Abdallah, Z. 1988. « La mention des servitudes prédiales dans une dédicace à Ammaedara personnifiée faite par un légat d’Afrique proconsulaire », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 132, 2 : 236-251.

Bridoux, V. (éd.). 2009, Contrôle et distribution de l’eau dans le Maghreb antique et médiéval, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 426) et Tunis, Institut national du patrimoine, 294 p.

Desruelles, St., C. Castanet, E. Lenoir, A. Akerraz, M. Alilou, R. Arharbi, R. Bouzidi, V. Brouquier-Reddé, J.-B. Houal. Sous presse. « Approches géoarchéologiques des dynamiques hydrologiques et de leur gestion antique : les cas de Volubilis et de Banasa (Bassin du Sebou, Maroc) », in : Colloque du Cths, Neufchâtel 2010.

Duval, N. & J.-Cl. Golvin. 1972. « Haïdra à l’époque chrétienne. IV : le monument à auges et les monuments similaires », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 116, 1 : 133-172, en particulier p. 159-160 et fig. 19, p. 162.

Étienne, R. 1960. Le quartier nord-est de Volubilis. Paris, E. de Boccard, 2 vol., 190 p., 88 pl.

Garat, S. & J.-Cl. Golvin. 2010. « La restitution 3D du grand nymphée de Dougga (Tunisie) », in : R. Vergnieux & C. Delevoie (éd.), Actes du colloque Virtual Retrospect 2009, Archéovision 4. Bordeaux, Ausonius.

Ponsich, M. 1967. « Kouass, port antique et carrefour des voies de la Tingitane », Bulletin d’archéologie marocaine, 7 : 392-404.

Haut de page

Notes

1 Ce texte de présentation 
du programme Anr EauMaghreb est le fruit 
de la collaboration constante 
des quatre partenaires engagés dans ces travaux.

2 Sous la responsabilité d’A.-A. Malek, 
chargée de recherches au Cnrs. 
Voir Les Nouvelles de l’archéologie, 123, 2011.

3 Sous la co-responsabilité 
de V. Bridoux, ancien membre de l’École française de Rome. Voir Les Nouvelles de l’archéologie, 123, 2011.

4 Je 2532 Dynamique des systèmes 
anthropisés, Faculté d’histoire
et de géographie, Université de Picardie Jules-Verne, Amiens ; 
Umr 7533 Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces, Cnrs, Université Paris-8-Vincennes, Saint-Denis ; Umr 8591 Laboratoire de géographie 
physique, Cnrs, Meudon.

5 J.-Cl. Parisot, D. Hermitte.

6 Publication à paraître dans la collection Etam de l’Insap.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Baratte, « L’eau dans les villes d’Afrique du Nord 
et leur territoire », Les nouvelles de l'archéologie, 124 | 2011, 5-8.

Référence électronique

François Baratte, « L’eau dans les villes d’Afrique du Nord 
et leur territoire », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 124 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1398 ; DOI : 10.4000/nda.1398

Haut de page

Auteur

François Baratte

Professeur d’archéologie 
de l’Antiquité tardive à l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org