Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Après le tohu-bohu de l’enfance et les turbulences de l’adolescence, la revue Les Nouvelles de l’archéologie est entrée à bas bruit dans l’âge de la maturité. Pour pérenniser le titre en l’adaptant aux évolutions de la discipline et des institutions, le comité de rédaction a inventé une stratégie fidèle à l’esprit des débuts mais différente dans sa déclinaison. Pour se mettre en conformité avec les règles de l’édition scientifique, il a ainsi nommé un directeur scientifique et s’est entouré d’un comité de lecture composé d’éminentes personnalités – une démarche récompensée en 2009 par l’Institut des sciences humaines du Cnrs, les soutiens du ministère de la Culture et de la Communication et de la Fondation de la Maison des sciences de l’homme (Fmsh) ne s’étant jamais démentis.

2À l’exception de la secrétaire de rédaction, les membres des comités de rédaction et de lecture exercent leurs fonctions à titre bénévole. De même, les auteurs acceptent, par contrat, de n’être pas rémunérés au titre du droit patrimonial tout en restant, bien évidemment, détenteurs du droit moral sur leurs articles et illustrations. Pour des raisons élémentaires de bonne gestion, la revue relève maintenant officiellement de la Fmsh. Son administrateur en assume la responsabilité juridique, la secrétaire de rédaction a intégré son équipe éditoriale et cette dernière, après avoir négocié un accord équitable avec les Éditions Actes Sud / Errance, prépare la publication électronique des numéros sur www.revues.org : à partir de l’an prochain, elle commercialisera les fichiers numériques correspondants sur la plateforme Cairn.info et pourra vendre les exemplaires en version papier grâce au Cid (Centre inter-universitaire de diffusion).

3Parallèlement, le contenu des Nouvelles de l’archéologie a évolué. Moins polémique, plus raisonnée, la troisième revue archéologique de France en termes d’audience se définit comme une revue généraliste et francophone, écrite par les spécialistes de certaines aires géographiques ou ères chronologiques, applications scientifiques ou champs méthodologiques singuliers, à l’intention de leurs collègues qui travaillent sous d’autres cieux ou dans d’autres domaines. Cela suppose, à l’évidence, une collaboration soutenue entre les auteurs et les représentants de la rédaction. Les articles sont en effet soumis à un double filtre, scientifique et éditorial : pour être entendus de tous, certains concepts très pointus ou trop vagues demandent à être explicités; des formulations absconses méritent d’être développées pour le lecteur extérieur à tel ou tel cénacle ; les mots issus d’une autre langue ou de vocabulaires techniques, les sigles et autres acronymes doivent être traduits. Sauf recherche volontaire d’un effet de style, l’enchaînement des démonstratifs ou l’abus des répétitions ne facilite pas la compréhension et la langue française est suffisamment riche pour offrir une panoplie de solutions alternatives. Enfin, à défaut de bibliographies conformes, la rédaction les normalise d’office en s’appuyant sur les notices du catalogue général de la Bibliothèque nationale de France ou du réseau Frantiq (Fédération et ressources sur l’Antiquité).

4En 2009, la revue Les Nouvelles de l’archéologie a passé le cap des 30 ans incognito, son comité de rédaction préférant célébrer à sa manière le 50e anniversaire de l’accession à l’indépendance des anciens protectorats et colonies de la France en Afrique. François Paris a piloté le double numéro présentant les recherches que conduisent, au sud du Sahara, les missions archéologiques françaises en préhistoire et en protohistoire (no 120-121, septembre 2010). Véronique Blanc-Bijon a coordonné les deux numéros illustrant celles que développent les archéologues français et leurs consœurs ou confrères libyens, tunisiens, algériens et marocains, sur le Maghreb antique et médiéval. Après le numéro 123, paru en mai, le numéro 124 est le quatrième de cette série qu’il vient clore.

5D’une rapide comparaison entre les deux ensembles, ressort un mode différent d’intervention : les partenariats noués avec les institutions de recherche et de conservation du patrimoine sont depuis longtemps systématiques au Maghreb alors qu’ils semblent encore, pour l’essentiel, à inventer dans les pays du Sahel, d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique de l’Est. Le programme Traces (Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés) des préhistoriens couvre une aire géographique et un champ chronologique immenses, quand les focales du programme EauMaghreb (voir infra, Fr. Baratte) ou du programme sur les sanctuaires antiques (voir V. Brouquier-Reddé, no 123 : 10-16) apparaissent beaucoup plus resserrées.

6Au-delà de la césure communément admise entre préhistoire et protohistoire d’une part, Antiquité et Moyen Âge de l’autre, cette comparaison a le mérite d’éclairer la persistance, préoccupante, des inégalités de développement dont souffrent, en Afrique, tous les pays situés au sud du Sahara. A contrario, elle conforte les espoirs nés de la « révolution du jasmin », que chaque peuple du Maghreb doit maintenant acclimater pour définitivement l’enraciner, en fonction de son génie propre.

7La Rédaction, 11 juillet 2011

De l’Atlantique
à la Cyrénaïque. Carte de localisation 
des sites cités 
dans les numéros 123 
et 124

De l’Atlantique
à la Cyrénaïque. Carte de localisation 
des sites cités 
dans les numéros 123 
et 124

Banasa :
Brouquier-Reddé, 123 : 10-16 ; Baratte, 124 : 5-8 ; Arharbi & Lenoir, 124 : 21-24.
Îgîlîz : Ettahiri, Fili & Van Staëvel : 124 : 49-53.
Kouass :
Bridoux, Kbiri Alaoui, Biagi, Dridi & Ichkhakh, 123 : 44-48 ; Brouquier-Reddé, 123 : 10-16 ; Baratte, 124 : 5-8.
Lixus :Brouquier-Reddé, 123 : 10-16.
Rirha :Callegarin, Kbiri Alaoui, Ichkhakh & Roux, 124 : 25-29.
Sala : Brouquier-Reddé, 123 : 10-16.
Thamusida : Brouquier-Reddé, 123 : 10-16.
Volubilis : Brouquier-Reddé, 123 : 10-16 ; Baratte, 124 : 5-8.

• Algérie

Alger : Souq & Stiti, 124 : 44-48.
Hippone : Delestre, 123 : 16-18.
Lambèse :
Bouteflika, Kitouni-Daho & Malek, 123 : 53-57 ; Baratte, 124 : 5-8.
Tlemcen : Charpentier, Negadi & Terrasse, 124 : 53-58.

• Tunisie

Aïn Tougga : Aounallah & France, 123 : 7-10.
Carthage :
Morel, 123 : 39-43 ; Bal-melle, Broise, Darmon & Ennaïfer, 123 : 49-52 ; Hurlet, Ronin & Garat, 124 : 8-9.
Dougga :
Aounallah & France, 123 : 7-10 ; Brouquier-Reddé, 123 : 10-16 ; Baratte, 124 : 5-8 ; Hurlet, Ronin & Garat, 124 : 8-9.
Haïdra :
Brouquier-Reddé, 123 : 10-16 ; Baratte, 124 : 5-8 ; Hurlet, Ronin & Garat, 124 : 8-9 ; Baratte & Bejaoui, 124 : 34-39.
Hergla : Ghalia, Villedieu & Virlouvet, 124 : 29-33.
Jebel Oust :
Brouquier-Reddé, 123 : 10-16 ; Ben Abed Ben Kheder, Scheid, Broise & Balmelle, 124 : 10-14.
Nabeul :Blanc-Bijon, 123 : 57-60.
Oudhna :
Aounallah & France, 123 : 7-10 ; Brouquier-Reddé, 123 : 10-16.
Pupput :Ben Abed Ben Kheder & Hanoune, 124 : 15-16.
Sidi Jdidi :
Brouquier-Reddé, 123 : 10-16 ; Ben Abed Ben Kheder & M. Fixot, 124 : 39-43.

• Libye

Apollonia : Caillou, 123 : 19-23.
Bu Jnem : Brouquier-Reddé, 123 : 10-16.
Latrun : Michel, 123 : 28-34.
Leptis Magna :Paulion, Dagnas & Bonifay, 123 : 23-27.
Sabratha : Brouquier-Reddé, 123 : 10-16.
Surt : Mouton & Racinet : 34-38.

Haut de page

Table des illustrations

Titre De l’Atlantique
à la Cyrénaïque. Carte de localisation 
des sites cités 
dans les numéros 123 
et 124
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1396/img-1.png
Fichier image/png, 19k
Légende • Maroc
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1396/img-2.png
Fichier image/png, 2,5k
Légende Banasa :
Brouquier-Reddé, 123 : 10-16 ; Baratte, 124 : 5-8 ; Arharbi & Lenoir, 124 : 21-24.Îgîlîz : Ettahiri, Fili & Van Staëvel : 124 : 49-53.Kouass :
Bridoux, Kbiri Alaoui, Biagi, Dridi & Ichkhakh, 123 : 44-48 ; Brouquier-Reddé, 123 : 10-16 ; Baratte, 124 : 5-8.Lixus :Brouquier-Reddé, 123 : 10-16.Rirha :Callegarin, Kbiri Alaoui, Ichkhakh & Roux, 124 : 25-29.Sala : Brouquier-Reddé, 123 : 10-16.Thamusida : Brouquier-Reddé, 123 : 10-16.Volubilis : Brouquier-Reddé, 123 : 10-16 ; Baratte, 124 : 5-8.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1396/img-3.png
Fichier image/png, 2,7k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Le bel âge de la maturité », Les nouvelles de l'archéologie, 124 | 2011, 3-4.

Référence électronique

« Le bel âge de la maturité », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 124 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1396

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org