Navigation – Plan du site
Dossier

Histoire institutionnelle de l’archéologie en Guyane de 1941 à 2006

José Thomas
p. 30-36

Entrées d’index

Index géographique :

Guyane
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Pour 2000-2006, la Guyane a reçu 370 millions d’euros de l’Europe ; 405 millions d’euros sont prév (...)

1Depuis 1989, l’Europe adopte une politique de rattrapage de grande ampleur à l’égard de ses sept régions ultra-périphériques (Martinique, Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Açores, Madère, Canaries), par un soutien économique d’importance1, des dérogations et une adaptation des politiques européennes à leurs spécificités.

2L’État français, par la loi de programme pour l’outre-mer n° 2003-660 du 21 juillet 2003, a aussi prévu des mesures à long terme (quinze ans) pour promouvoir un développement économique durable fondé sur une logique d’activité et de responsabilité : encourager la création d’emploi, favoriser la relance de l’investissement privé, renforcer la continuité territoriale (voir site Internet de la préfecture de Guyane).

3Dans ce contexte favorable, il est intéressant de dresser un historique de l’institutionnalisation de l’archéologie de Guyane, de son intégration dans les missions nationales et de sa situation actuelle, afin d’envisager comment profiter au mieux des engagements nationaux et européens.

4Nous analyserons ces thèmes sur la période 1941-2007, en confrontant les réalisations en France métropolitaine et en Guyane. Nous considérerons trois périodes d’évolution dans l’institutionnalisation de l’archéologie guyanaise. Durant les deux dernières, bien que celle-ci soit devenue partie prenante de l’archéologie nationale aux plans scientifique, réglementaire et administratif, la différence demeure quant aux moyens d’action.

1941-1975 : une archéologie guyanaise non institutionnalisée, affaire d’explorateurs, puis de bénévoles

5Quand la loi du 27 septembre 1941 portant réglementation des fouilles archéologiques et son décret d’application de 1945 sont publiés, la Guyane est encore une colonie. Épris de découvertes scientifiques ou d’aventure, naturalistes et voyageurs exploraient déjà cette terre rendue mythique par les récits de leurs prédécesseurs (Lézy 2000). Ils ont découvert des sites archéologiques et les ont décrits dans les revues scientifiques françaises ; ils ont ramené des échantillons de vestiges archéologiques pour constituer des collections de référence, comme tous les savants européens de l’époque (Rostain infra : 36-56). En 1941, le potentiel archéologique de la Guyane est donc déjà connu.

  • 2  Voir loi 60-5576 du 2 juin 1960 (en France métropolitaine, la Corse est alors rattachée à la Prove (...)

6Ce n’est qu’en 1946, par la loi du 16 mars dite « de départementalisation », que la Guyane est érigée en département français. En 1973, elle devient circonscription d’action territoriale – au lieu de 1960 pour les régions métropolitaines2 –, puis région en 1982. Ces retards d’intégration à la norme métropolitaine ont un impact sur l’organisation administrative des services de l’État outre-mer, et en particulier sur l’organisation des services culturels en Guyane.

7Sur le plan législatif, il en est de même : la loi de départementalisation de 1946 prévoyait que les décrets d’application nécessaires pour rendre exécutoires dans les départements d’outre-mer les lois antérieures à cette date seraient pris avant le 1er janvier 1947. Pourtant, la loi du 27 septembre 1941, validée en 1945, ne sera rendue exécutoire en Guyane qu’en 1965 (loi n° 65-947 du 10 novembre 1965).

8Pendant ce temps, en France métropolitaine, l’administration de l’archéologie se met en place. Les directions des Antiquités sont créées dès 1945, le Conseil supérieur de la recherche archéologique (Csra) en 1964, donnant ainsi des fondements -scientifiques à l’organisation administrative de l’archéologie au sein des ministères successifs en charge de la culture.

9N’ayant pu consulter tous les textes concernés, j’emprunterai ci-après au rapport que Jacques Soustelle, ethnologue, américaniste et homme politique, a remis au Premier ministre en 1975 sur la situation de la recherche française en archéologie et anthropologie (Soustelle 1975), ainsi qu’au rapport remis par Max Querrien au ministre de la Culture en 1982 sur une nouvelle politique du patrimoine (Querrien 1982).

10Jacques Soustelle rappelle la création des circonscriptions archéologiques et du Conseil supérieur de la recherche archéologique. Il indique qu’entre 1959 et 1965, le secrétariat d’État à la Culture« assume la lourde responsabilité de contrôler et de diriger la recherche archéologique sur le territoire national (métropole et départements d’outre-mer) ainsi que les fouilles sous-marines dans les Tom ». Les décrets des

24 juillet 1959, 7 mars 1961, 29 janvier 1964, 23 avril 1964, 11 janvier 1965 et l’arrêté du 29 janvier 1964 ont créé un bureau des fouilles et des antiquités [...], et deux séries distinctes de circonscriptions archéologiques : antiquités préhistoriques et antiquités historiques, ces dernières étant définies comme « celtiques, grecques et gallo-romaines » (article 2 du décret du 23 avril 1964) [...]. Un Conseil supérieur de la recherche archéologique (Csra) a été constitué par les décrets du 23 avril et du 29 juillet 1964 et du 9 septembre 1965.

11Il y a alors, d’après Jacques Soustelle, « quatre directions des Antiquités dans les Dom ». Bien que nous n’ayons pas trouvé les textes de référence, il s’agit probablement des quatre départements d’outre-mer, qui relèvent bien dès lors de la même organisation administrative que la France métropolitaine. Jean-François Turenne, pédologue à l’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (Orstom), est le premier directeur des Antiquités nommé en Guyane (1972-1973). Denis Groene lui succède en 1974 et 1975. Jean-François Turenne éditera un atlas du département dans lequel il écrira, avec Pierre Grenand, un article de synthèse sur l’archéologie et l’histoire des Amérindiens (Turenne 1979), qui fera référence pendant deux décennies.

12Cependant, les directeurs des Antiquités sont seulement « indemnitaires » et « la plupart des directions ne possèdent même pas ce qu’on pourrait appeler la “cellule élémentaire” indispensable, c’est-à-dire le minimum de personnel et de matériel qui permettrait au directeur de s’acquitter convenablement de sa mission». (Archéologue bénévole sur les sauvetages de la direction des Antiquités historiques de la région Centre en 1967, nous avions constaté que l’assistant du directeur indemnitaire n’avait ni bureau, ni personnel, et peu de défraiement pour ses déplacements. Dans ces conditions, la collaboration avec les archéologues bénévoles, étudiants en archéologie, en histoire, ou amateurs éclairés, s’avérait indispensable pour répondre aux missions d’inventaire archéologique et de fouilles, en particulier « de sauvetage ».)

13Jacques Soustelle parle d’une « situation de dénuement et d’improvisation dont la moindre comparaison avec d’autres pays européens fait ressortir le caractère vraiment inadmissible».

14Max Querrien remarque que « le “bureau des fouilles” a été doté de ses premiers emplois à plein temps en 1960, un siècle pratiquement après la plupart des pays d’Europe».

15À la même époque, d’autres institutions sont cependant susceptibles d’intervenir pour l’archéologie en Guyane.

Le ministère de la Recherche et le « secrétariat d’État aux Universités ».

16Jacques Soustelle indiquequ’à « Paris même, et encore davantage en province, le nombre de chaires d’archéologie, de préhistoire et d’anthropologie est très restreint […]. Des secteurs entiers de la connaissance sont pratiquement négligés, par exemple l’archéologie du continent américain […] ».

Le Cnrs

17En 1974, le budget du Cnrs ne consacre que 11 % aux sciences de l’homme, 78,3 % allant aux sciences mathématiques, physiques, biologiques et à l’informatique, et 10,7 % aux frais d’accompagnement de la recherche (toujours d’après J. Soustelle).

Le musée de l’Homme

18Henry Reichlen, responsable par intérim du département Amérique de 1940 à 1947 (Fauvet-Berthelot 2005) publie, en collaboration avec sa femme Paule, le premier article archéologique professionnel sur la Guyane (Reichlen et Reichlen1946).

Le ministère des Affaires étrangères

19Bien que n’ayant pas pour mission de travailler sur le territoire français, les archéologues du ministère des Affaires étrangères auraient pu participer à la formation de chercheurs ou d’enseignants américanistes incluant la Guyane dans leur champ d’analyse. Mais il n’en est rien. La mission archéologique et ethnographique française à Mexico et l’Institut français d’études andines de Lima qui en dépendent ont peu de personnel et de crédits de recherche :

L’Amérique précolombienne, malgré la richesse de ses antiquités et une tradition de recherche française ancienne de plus d’un siècle, ne reçoit qu’environ 5 % des crédits de fouilles. [...] Quand on sait l’importance et le prestige de l’archéologie dans les pays andins et au Mexique, on ne peut que regretter que nous n’y soyons pas davantage présents face à l’écrasante prédominance nord-américaine. (Soustelle 1975)

Le ministère de la Coopération

20L’archéologie ne fera pas partie des actions qu’il aurait pu alors soutenir en Guyane – hors éventuelles subventions à des archéologues bénévoles, dont nous n’avons pas trouvé mention.

L’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (Orstom)

Successeur de l’Office de la recherche scientifique coloniale, l’Orstom a été créé par le décret-loi du 11 octobre 1943, puis réorganisé sous forme d’établissement public national à caractère administratif doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière par les décrets du 17 novembre 1953 et du 9 août 1960.
[...] Géographiquement, l’Orstom, conformément à sa vocation initiale, possède des services, centres ou missions dans certains territoires et départements d’outre-mer : Guadeloupe, Guyane, [...]. Ses chercheurs bénéficient, par comparaison à ceux du Cnrs, d’incontestables avantages : implantation matérielle solide, carrière régulière, séjours prolongés.(Soustelle 1975)

21Mais l’Orstom n’intervient pas encore, à cette époque, en faveur de l’archéologie guyanaise.

22Il convient enfin de citer les découvertes archéologiques et publications de Jean-Marcel Hurault, faites à l’occasion de ses missions pour l’Institut géographique national et le gouvernement sur le haut Maroni et la frontière brésilienne.

23On peut donc faire nôtre ce qu’écrivait Jacques Soustelle en 1974, au regard de la situation de l’archéologie en France métropolitaine et dans les Dom :

Il serait injuste de laisser croire que rien n’a été fait dans les Dom et Tom. L’archéologie, notamment, a reçu une nouvelle impulsion aux Antilles par suite de la création récente de circonscriptions analogues à celles de la métropole. On doit reconnaître toutefois que la recherche en sciences humaines dans ces territoires français est bien loin du niveau où elle devrait se trouver. Ni l’enseignement ni la formation spécialisée des chercheurs ni la mise en place de programmes et de moyens ne sont adéquats aux possibilités immenses de ces territoires.

24Ainsi, et encore plus qu’en France métropolitaine, l’archéologie guyanaise est l’œuvre de bénévoles isolés (hormis Reichlen), guyanais ou métropolitains en poste ou en mission en Guyane pour d’autres disciplines (Rostain infra : 36-56).

1977-1991 : l’archéologie guyanaise administrée depuis la Martinique

25Sur le plan national, les problèmes administratifs et politiques posés par l’archéologie dans les années 1970 poussent à des réorganisations administratives et au vote de textes d’ajustement réglementaire complétant la loi de 1941. La création de l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan), fin 1973, est destinée à faciliter la recherche archéologique grâce au versement des subventions au début des opérations, ce que ne permettait pas la gestion publique du budget de l’État. Une lettre du 5 avril 1974 du service des fouilles et antiquités au directeur des Antiquités de Guyane explicite ce choix :

Pour pallier les difficultés de gestion des crédits de subventions de recherches, il a été convenu en accord avec le ministère de l’Économie et des Finances, de modifier le mode d’attribution des subventions de fouilles inscrites au chapitre 43-02 article 10 du budget du ministère. Après plusieurs mois de discussion, la formule de l’association, type loi de 1901, a été retenue par les différents départements ministériels intéressés. Les statuts élaborés tiennent compte du rôle attribué par les textes en vigueur au Conseil supérieur de la recherche archéologique, et pour cette raison, les membres de l’association sont les membres du Csra. […]

26La création en 1977 du Fonds d’intervention pour l’archéo-logie de sauvetage (Fias) est encore une réponse de l’État face au conflit émergeant entre sauvegarde archéologique et développement économique, dont le port phocéen de Marseille est un exemple : découvert en 1967 au cours des travaux d’aménagement du Centre Bourse, il a entraîné l’arrêt des travaux de construction, le versement de lourdes indemnités de retard par le ministère de la Culture, la mise en œuvre de fouilles de sauvetage (1975/1976) et a généré des problèmes économiques pour les entreprises concernées. Le Fias est le symbole d’une évolution politique qui ne va pas encore jusqu’à la modification législative. Cette politique devient plus patrimoniale, plus ancrée dans la société, elle considère le développement économique et touristique et insiste quant au devoir de « communication culturelle et scientifique ». Max Querrien souligne qu’en Amérique et en Orient, le tourisme de masse est l’une des dimensions de l’archéologie. Par ailleurs, note-t-il, il est « socialement et économiquement paradoxal, que les travailleurs agricoles, les ouvriers du bâtiment et des travaux publics et le personnel de voirie des collectivités demeurent encore les exclus d’une communication culturelle relative à la rencontre d’un passé dont ils auraient chance, plus que quiconque, d’être quotidiennement les témoins ».

27L’administration de la culture est réorganisée pour mieux afficher et développer ses interventions publiques.

28La direction du Patrimoine est fondée en 1978. Son organisation est fixée par l’arrêté du 23 octobre 1979 ; elle comprend une sous-direction des fouilles et Antiquités aux côtés des services des Monuments historiques, des Bâtiments civils et de l’Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France.

29Le Conseil supérieur de la recherche archéologique est réformé par le décret n° 78-1063 du 7 novembre 1978 et constitue désormais auprès du ministre de la Culture « l’instance consultative suprême de réflexion et d’orientation de la politique nationale en matière de recherche archéologique » (ministère de la Culture 1980).

30Le décret n° 77-115 du 3 février 1977 crée les directions régionales des affaires culturelles (Drac).

Le directeur régional des affaires culturelles est chargé de la mise en œuvre de la politique culturelle du gouvernement. [Il] dispose des services administratifs et des services techniques spécialisés dépendant du ministère chargé des affaires culturelles situés dans sa circonscription.

31La Drac Martinique, à laquelle est rattachée la Guyane, est créée en 1984 (Vidal supra : 20-29). En Guyane, l’architecte Jean-Michel Moreau, toujours indemnitaire, succède à Denis Groene de 1976 à 1986. En 1987, François Rodriguez-Loubet est nommé directeur des Antiquités Martinique-Guyane. Il gèrera les deux régions jusqu’en 1991.

32Parallèlement à ces réorganisations administratives, des modifications législatives et réglementaires, applicables bien sûr en Guyane, vont accroître le pouvoir d’intervention des services régionaux de l’archéologie.

33Tout d’abord, la loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature prescrit la réalisation d’études d’impact « lors des études préalables à la -réalisation d’aménagements ou d’ouvrages qui, par l’importance de leurs dimensions ou leurs incidences sur le milieu naturel, peuvent porter atteinte à ce dernier ». Bien que ne concernant pas a priori l’archéologie, les services peuvent exciper de son article 3 qui inclut les « sites contenant des fossiles permettant d’étudier l’histoire du monde vivant ainsi que les premières activités humaines », pour inciter les aménageurs concernés à réaliser une étude d’impact (dont le contenu est défini par le décret d’application n° 77-1141 du 12 octobre 1977). Le périmètre d’intervention concerne surtout les zones non urbanisées où sont envisagés des grands travaux d’infrastructures (routes, autoroutes, barrages) ou de constructions (lotissements, zones artisanales d’importance).

34La loi n° 80-532 du 15 juillet 1980 relative à la protection des collections publiques contre les actes de malveillance et reportée dans le Code pénal punit de fortes peines « quiconque aura intentionnellement soit détruit, mutilé, dégradé des découvertes archéologiques faites au cours de fouilles ou fortuitement, ou un terrain contenant des vestiges archéologiques ». Son décret d’application n° 81-428 du 28 avril 1981 prévoit le commissionnement des agents des services déconcentrés, dans leur ressort d’activité, pour relever les infractions à cette loi et les soumettre au Parquet.

35Enfin, le décret n° 86-192 du 5 février 1986 donne aux services les moyens d’intervenir de façon réglementaire en zone urbaine quand il prescrit :

Lorsqu’une opération, des travaux ou des installations soumis à l’autorisation de lotir, au permis de construire, au permis de démolir ou à l’autorisation des installations et travaux divers prévus par le Code de l’urbanisme peuvent, en raison de leur localisation et de leur nature, compromettre la conservation ou la mise en valeur de vestiges ou d’un site archéologiques, cette autorisation ou ce permis est délivré après avis du [préfet de région], qui consulte le directeur des Antiquités.
Retranscrit au Code de l’urbanisme, ce texte permet enfin aux services de négocier une convention avec les aménageurs pour une mise en œuvre de fouilles archéologiques préalablement aux travaux, avec aide financière ou non de l’État.

36En 1989, deux autres lois sont promulguées, l’une adaptant la loi de 1941 aux biens culturels maritimes, l’autre protégeant les sites archéologiques du pillage facilité par l’usage des détecteurs de métaux, mais la Guyane est alors beaucoup moins concernée par ces thèmes que les régions métropolitaines.

Guyane et France métropolitaine de 1977 à 1991

37Durant cette période, malgré toute cette réorganisation réglementaire et administrative, l’écart se maintient entre les résultats de l’archéologie en métropole et en Guyane.

38À défaut de présence affichée du ministère de la Culture dans les années 1980 – le directeur des Antiquités, certes sur place, a néanmoins un autre métier –, l’archéologie guyanaise se développe un peu dans le domaine des inventaires et des sondages grâce à des bénévoles regroupés souvent en -associations, parfois subventionnées par les collectivités territoriales guyanaises, et liées au musée départemental Franconie.

39En 1982 néanmoins, Danièle Lavallée (archéologue américaniste au Cnrs) est envoyée en mission en Guyane par la direction du Patrimoine, pour proposer une restructuration de la recherche archéologique dans cette région (Lavallée 1982). Elle fait apparaître dans son rapport le manque de structuration et de professionnalisation des archéologues guyanais et propose de les lier aux équipes de recherches américanistes.

40À la suite de cette mission, elle réussit à obtenir la création d’un poste d’archéologue, volontaire à l’aide technique, auprès d’une des associations guyanaises (Rostain infra : 36-56). De septembre 1984 à mars 1987, les prospections et les sondages se multiplient et plusieurs articles scientifiques sont publiés.

41La fin de la période s’achève par le lancement de deux opérations d’envergure, qui reposent à la fois sur les institutions et sur les engagements personnels de Stéphen Rostain d’une part, Francois Rodriguez-Loubet et Jean-François Turenne d’autre part.

42La première, universitaire, est soutenue par une allocation de recherche du ministère de l’Éducation nationale et de l’Orstom. Menée par Stéphen Rostain, en collaboration avec Pierre Frenay et Jean-Marcel Hurault de l’Ign, cette recherche aboutira à un travail très novateur de photo-interprétaion sur les champs surélevés amérindiens (Rostain 1991 ; Rostain et Frenay 1991). Elle fera l’objet d’une thèse de doctorat, somme critique des connaissances archéologiques sur la Guyane dans le contexte sud-américain (Rostain 1994), qui sert toujours de référence aujourd’hui.

43La deuxième opération est engagée par François Rodriguez-Loubet, directeur des Antiquités Martinique-Guyane. Sur la base du décret de 1977 concernant les études d’impact, l’État signe une convention avec Edf, maître d’ouvrage de la construction du barrage de Petit-Saut, et l’Afan, opérateur chargé de la réalisation des recherches archéologiques. Ce sauvetage de grande envergure (300 km2 de forêt tropicale) a permis de faire venir en Guyane des archéologues professionnels et d’y implanter l’Afan. Loin de la France métropolitaine, dans un contexte trop difficile pour assurer une logistique et une sécurité suffisante (plusieurs décès sur les chantiers), les archéologues de l’Afan et les services archéologiques du ministère de la Culture mettent alors en place les bases d’une archéologie guyanaise professionnelle et institutionnelle.

44Mais ces deux opérations d’envergure ne compensent pas l’écart qui se creuse entre l’archéologie métropolitaine et l’archéologie guyanaise, non en termes de méthodes, mais en termes de moyens et de connaissances.

  • 3  La Guyane compte 83 534 km2, le Limousin 16 942 km2.

45En effet, alors qu’en 1991, l’archéologie guyanaise a tout au plus quarante-six ans d’existence, l’archéologie du territoire national peut en revendiquer cent cinquante. Cette dernière ne compte plus ses monographies, alors qu’aucune n’a encore été publiée sur l’archéologie guyanaise. Si l’on compare la Guyane et le Limousin, une des plus petites régions métropolitaines3, quatre sauvetages ont été conduits en Guyane en 1991, pour vingt-sept opérations programmées ou préventives en Limousin. Le Limousin compte alors 5 554 sites archéologiques enregistrés dans la base de données Dracar, tandis que la Guyane n’a pas commencé l’informatisation de son inventaire. Le service archéologique du Limousin est alors doté de huit agents, la Guyane, un seul, le directeur, qui a en charge deux régions éloignées de plus de 1 000 km.

1991-2004 : une archéologie guyanaise intégrée en « parente pauvre » dans l’archéologie nationale

  • 4  Décret n° 91-786 u 1er août 1991 pris pour l’application de l’article 24 de la loi du 27 septembre (...)

46Les décrets du 16 mai 1990 ont créé les corps de conservateurs et conservateurs généraux du patrimoine. Les directions des Antiquités (dans certaines desquelles la fusion antiquités historiques / antiquités préhistoriques est déjà réalisée) disparaissent. Une période transitoire est instaurée jusqu’au 14 août 19924, pendant laquelle les chefs des circonscriptions archéologiques qui n’ont pas intégré le corps des conservateurs du patrimoine peuvent encore exercer leur fonction et percevoir leur indemnité. Ils pouvaient demander leur intégration après avis d’une commission spéciale (voir articles 33 et 36 du décret n° 90-404 du 16 mai 1990 portant statut particulier du corps des conservateurs du patrimoine).

47Enfin, conformément aux principes de la loi d’orientation n° 92-125 du 6 février 1992 relative à l’organisation territoriale de la République, la dernière des directions régionales des affaires culturelles est créée en Guyane avec l’installation, dès la première année, d’un service régional de l’archéologie à part entière dirigé par Guy Mazière, conservateur régional de l’archéologie.

48Le développement de l’archéologie guyanaise n’est alors plus qu’un problème de moyens.

49Dans cette région de 84 000 km2 – 16 % du territoire métropolitain, l’équivalent des régions Midi-Pyrénées et Aquitaine réunies –, le nombre de sites archéologiques est estimé à 1 au km2 (soit 80 000 sites potentiels) d’après les résultats des recherches de ces dernières années (barrage de Petit-Saut, RN2, etc.).

50Les problématiques scientifiques – peuplement et évolution des cultures du continent américain, leur rattachement à des groupes humains originels, analyse des contacts pour les périodes récentes, etc. – sont similaires, voire identiques pour les périodes les plus anciennes, à celles qui motivent les archéologues européens : polémique nord-américaine sur un peuplement solutréen de l’Amérique, similitudes entre l’art rupestre de Patagonie du Sud et celui des autres continents, pour ne citer que deux exemples médiatisés récemment. Pourtant, de sa création à nos jours, le service régional de l’archéologie de Guyane n’a pu compter que sur un très petit nombre d’agents pour élever l’archéologie guyanaise au niveau des archéologies française, européenne et américaine.

51Ainsi, au départ de Guy Mazière, fin 1997, le service régional de l’archéologie comptait quatre personnes : un -fonctionnaire, le conservateur régional, assisté de deux contractuelles Afan chargées de la carte archéologique (payées sur subvention culture, Europe, région) et un volontaire à l’aide technique recruté à l’Afan.

52Durant ces cinq années et demie de mise en place administrative et de mise en œuvre d’une politique scientifique, le conservateur a dû faire des choix drastiques compte tenu de la faiblesse des moyens à sa disposition et du contexte guyanais : terrain d’accès difficile et logistique coûteuse ; refus de cette « ingérence européenne » dans son histoire par une partie de la population, que ce soit parce qu’elle entre en conflit avec la tradition ou parce que certains groupes culturels ne souhaitent pas faire revivre les souvenirs douloureux de l’esclavage ou du bagne.

53C’est donc une politique archéologique « en osmose avec les habitants » (Mazière 1994) que le conservateur régional choisit de mettre en œuvre. Les opérations d’inventaire ou de recherche archéologique et les découvertes sont médiatisées au travers notamment des documents de communication d’Edf, maître d’ouvrage de la construction du barrage de Petit-Saut sur la Sinnamary, qui entend valoriser son important programme de sauvetage environnemental et patrimonial d’accompagnement. Tous les médias régionaux, nationaux, voire internationaux ont relayé les découvertes guyanaises. On pouvait ainsi considérer, fin 1998, que l’archéologie y avait acquis droit de cité.

54Sur le plan scientifique, ces années 1991-1998 représentent une période faste grâce à la publication des deux importantes opérations de recherche des années 1985-1990 : Stéphen Rostain termine et publie sa thèse, première synthèse exhaustive et critique de l’archéologie guyanaise. Les fouilles de Petit-Saut sont publiées dans deux volumes des Documents d’archéologie française édités par le ministère de la culture (Puaux et Philippe 1997 ; Vacher, Jérémie et Briand 1998).

  • 5  Les 800 sites répertoriés dans Dracar fin 1997 sont très mal localisés et peu décrits. La cartogra (...)

55En janvier 1998, José Thomas succède à Guy Mazière. Les trois publications citées donnent des bases scientifiques minimales pour motiver les actes de service public du service régional de l’archéologie. Cependant, aucun site étudié n’a fait l’objet de fouille exhaustive, la chronologie et les phases culturelles sont encore loin d’être fixées, les sites inventoriés sont en petit nombre par rapport au potentiel archéologique de la région5, l’archéologie guyanaise n’est enseignée nulle part et il n’y a encore que trois ou quatre spécialistes français de l’archéologie guyanaise !

56Il convenait donc de réviser et d’étoffer l’inventaire archéologique, de couvrir a minima chaque commune de Guyane, afin de donner aux élus et aux administrations locales, territoriales et nationale la possibilité d’inclure le potentiel archéologique guyanais dans les programmes d’aménagement ou de protection ; de communiquer aux chercheurs l’inventaire des gisements localisés et caractérisés. Il fallait encourager la recherche en soutenant les fouilles -programmées existantes, en susciter d’autres, faire venir des équipes de recherche extérieures. Créer un enseignement universitaire spécifique en encourageant maîtrises, Dea et thèses sur des sujets d’archéologie guyanaise. Et, enfin, développer l’archéologie préventive dans la mesure des capacités de gestion du Sra et de l’Afan.

57La carte archéologique a été financée jusqu’en 2001 par le ministère, la région et l’Europe (Feder), qui permirent d’avoir, jusqu’en 2002, trois à quatre agents à plein temps en moyenne, et de réaliser seize dossiers communaux (sur vingt-deux communes) comportant une synthèse historique et archéologique, ainsi que l’inventaire archéologique communal avec fiches, cartes, illustrations.

58Les recherches archéologiques programmées sont restées peu nombreuses (deux à cinq), faute d’archéologues spécialistes, de moyens financiers incitatifs et d’une logistique pour les équipes venues de France métropolitaine.

59À partir de 2003, les actions collectives de recherche (Acr) subventionnées par le ministère de la Culture donnent une chance à la Guyane. Le projet déposé par Stéphen Rostain (Cnrs), sur « La préhistoire de la côte occidentale de la Guyane » a l’envergure souhaitée par le ministère. Mise en place pour trois ans, cette Acr a implanté en Guyane une équipe de chercheurs et d’étudiants venus de plusieurs pays et relevant de différentes institutions (Cnrs, Inrap, Mcc, universités de Paris-I et Paris-X, Stichting Surinaams Museum). Les responsables, aussi en charge d’enseignement et de direction de recherches, donnent des sujets d’archéologie guyanaise à leurs doctorants.

  • 6  Voir Code du patrimoine, livre V, titre II « Archéologie préventive » ; décret n° 2004-490 du 3 ju (...)

60La prise en compte de la réglementation en archéologie préventive instituée par la loi du 17 janvier 2001 modifiée en 2003 et par ses décrets d’application6 est restée bridée par le faible effectif du Sra (trois fonctionnaires en 2002, puis deux en 2003-2004) et les difficultés de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) (trois diagnostics et une fouille préventive réalisés en 2002 ; huit diagnostics et une fouille prescrits fin 2002).

61Après le départ de José Thomas en mars 2003, le service régional de l’archéologie est dirigé par intérim jusqu’en octobre 2004 par Éric Gassies, ingénieur d’études, et depuis lors par Gérald Migeon. Début 2007, le service comprend trois agents, le conservateur régional et deux ingénieurs.

62Voici dans le tableau ci-contre quelques éléments de comparaison au début 2007, en termes de personnels par rapport à la superficie à étudier (inventaire, développement de la recherche, protection). Ces comparaisons ne conduisent pas à considérer que les moyens des services archéologiques métropolitains (toutes institutions confondues) sont suffisants, mais à faire apparaître un déficit particulier de moyens pour une catégorie de services.

63Au Cnrs, il n’y a qu’un chercheur statutaire spécialisé sur la Guyane et l’Amazonie depuis 2001 à l’Umr 8096 « Archéologie des Amériques ». En France métropolitaine, aucun enseignement universitaire régulier n’est donné sur l’archéologie des basses terres tropicales d’Amérique.

Tabl. 1

Tabl. 1

Personnels des Sra par rapport à la superficie étudiée

64La Guyane est déjà « un pôle de référence en recherche et technologie, grâce à l’alliance de la richesse naturelle de la biodiversité amazonienne et de la haute technologie liée au spatial : création d’un pôle universitaire prévu d’ici à 2008, organismes de recherche installés, participation d’universités extérieures à la région (Toulouse, Montpellier, Brasília), présence des grands instituts de recherche et d’innovation d’Europe (Cnrs, Bureau de recherches géologiques et minières (Brgm), Institut de recherches pour le développement (Ird), Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), etc.), position stratégique au carrefour des dispositifs français, européen et sud-américain, investissements étrangers » (site Internet Europe-Guyane de la préfecture de Guyane, www.europe-guyane.fr). L’archéologie y prendra-t-elle un jour toute sa place ?

65Quelles solutions la France et l’Europe doivent-elles mettre en œuvre pour que les recherches archéologiques, préventives et programmées, puissent s’y développer de manière satisfaisante ? La création de chaires universitaires sur l’archéologie des Antilles-Guyanes et des territoires voisins, le recrutement de chercheurs au Cnrs et à l’Inrap, la signature de partenariats avec les pays voisins, la mise en place de collaborations interdisciplinaires, la constitution enfin, d’un service territorial de l’archéologie soucieux de valorisation et médiatisation ont déjà posé quelques jalons.

66Leur développement ne se fera pas sans un accompagnement structurel fort du ministère de la Culture.

Haut de page

Bibliographie

Fauvet-Berthelot, M.-F. 2005. « Henry Reichlen (1914-2000) », Journal de la Société des américanistes, 2001, 87 : 396-400. [mis en ligne le 17 novembre 2005. URL : http://jsa.revues.org/document2218.html. Consulté le 24 avril 2007.]

Hurault, J.-M., P. Frenay et Y. Raoux. 1963. « Pétroglyphes et assemblages de pierres dans le Sud-Est de la Guyane française», Journal de la Société des américanistes, 52 : 157-166.

Lavallée, D. 1982. La recherche archéologique en Guyane française. Quelques propositions pour une restructuration. Rapport de mission, multigr., 28 p.

Lézy, E. 2000. Guyane, Guyanes, une géographie « sauvage » de l’Orénoque à l’Amazone. Paris, Belin (Mappemonde), 347 p.

[Mazière, G.]. 1994. « Guyane, résultats scientifiques significatifs », in : Sous-direction de l’archéologie, direction du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Francophonie, Rapport annuel sur la recherche archéologique en France, 1993. Paris : 128-130.

Ministère de la Culture et de la Communication, direction du Patrimoine, sous-direction des fouilles et Antiquités. 1980. Rapport annuel sur la recherche archéologique en France. Paris, 270 p.

Puaux, O. et M. Philippe (dir.). 1997. Archéologie et histoire du Sinnamary du xviie au xxe siècle (Guyane). Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (DAF 60), 232 p., 116 ill.

Querrien, M. 1982. Pour une nouvelle politique du patrimoine. Paris, La Documentation française, 138 p.

Reichlen, H. et P. Reichlen. 1946. « Contribution à l’archéologie de la Guyane française », Journal de la Société des américanistes, t. XXXV : 1-24.

Rostain, S. 1991. Les champs surélevés amérindiens de la Guyane. Cayenne, Orstom, 28 p.

Rostain, S. 1994. L’occupation amérindienne ancienne du littoral de Guyane. Paris, Orstom (Travaux et Documents microfichés 129), 2 vol. , 968 p.

Rostain, S. et P. Frenay. 1991. Projet Savanes, champs surélevés amérindiens du littoral de la Guyane. Rapport de recherche, Cayenne, Orstom/Ign, 80 p.

Soustelle, J. 1975. Rapport [au Premier ministre] sur la recherche française en archéologie et anthropologie. Paris, La Documentation française, 121 p.

Thomas, J. 2002. « Bilan et orientations », in : Direction régionale des affaires culturelles de Guyane, Service régional de l’archéologie, Bilan scientifique 1999. Cayenne, Ministère de la Culture et de la Communication : 9-10.

Turenne, J.-F. 1979. « Archéologie, histoire des Amérindiens », (planche 17, 5 p., 2 cartes au 1/1 500 000), in : Atlas des départements français d’Outre-Mer. 4. La Guyane. Paris et Talence, Cnrs, Ceget (Centre d’études de géographie tropicale) et Orstom, 160 p. [36 planches avec notices explicatives et orientations bibliographiques.]

Vacher, S., S. Jérémie et J. Briand (dir.). 1998. Amérindiens du Sinnamary (Guyane) : archéologie en forêt équatoriale. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (DAF 70), 297 p.

Haut de page

Notes

1  Pour 2000-2006, la Guyane a reçu 370 millions d’euros de l’Europe ; 405 millions d’euros sont prévus sur le Fonds européen de développement régional (Feder) pour la période 2005-2012 (voir site Internet Europe de la préfecture de Guyane : http://www.europe-guyane.fr)

2  Voir loi 60-5576 du 2 juin 1960 (en France métropolitaine, la Corse est alors rattachée à la Provence-Côte-d’Azur)

3  La Guyane compte 83 534 km2, le Limousin 16 942 km2.

4  Décret n° 91-786 u 1er août 1991 pris pour l’application de l’article 24 de la loi du 27 septembre 1941 portant réglementation des fouilles archéologiques.

5  Les 800 sites répertoriés dans Dracar fin 1997 sont très mal localisés et peu décrits. La cartographie à grande échelle (Ign au 1/25 000) n’existe que sur une étroite bande littorale. À l’intérieur, sous couvert forestier, les cartes sont erronées et le Gps était encore récemment techniquement peu utilisable et imprécis (Thomas 2000).

6  Voir Code du patrimoine, livre V, titre II « Archéologie préventive » ; décret n° 2004-490 du 3 juin 2004 relatif aux procédures administratives et financières en matière d’archéologie préventive.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tabl. 1
Légende Personnels des Sra par rapport à la superficie étudiée
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Thomas, « Histoire institutionnelle de l’archéologie en Guyane de 1941 à 2006 », Les nouvelles de l'archéologie, 108/109 | 2007, 30-36.

Référence électronique

José Thomas, « Histoire institutionnelle de l’archéologie en Guyane de 1941 à 2006 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/137 ; DOI : 10.4000/nda.137

Haut de page

Auteur

José Thomas

Conservateur en chef du patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, direction de l’Architecture et du Patrimoine, sous-direction Archetis, mission archéologie
jose.thomas@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org