Navigation – Plan du site

Aux sources de l’antiquarisme, l’Europe ancienne et l’Amérique du Nord

Alain Schnapp
p. 45-49

Texte intégral

1Les Nouvelles de l’archéologie sont nées de la prise de conscience du retard de l’archéologie en France, en particulier dans le domaine de ce que l’on appelait dans les années 1970 « l’archéologie de sauvetage ». Au cœur de notre démarche s’inscrivait l’idée que l’archéologie de sauvetage était une part de l’archéologie tout court et que toute réforme de l’archéologie devait considérer la discipline dans son ensemble. Les Nouvelles de l’archéologie ont œuvré dans cette perspective en tentant de déceler les courants, les écoles et les pratiques qui traversent la discipline dans sa diversité intellectuelle autant que géographique. Nous devons à Anick Coudart une ouverture aux grands espaces, tant de l’Amérique du Nord que de l’Océanie, où elle a œuvré durant de longues années. En me penchant sur la rencontre des antiquaires de l’âge de raison avec l’Amérique, j’espère ne pas trop m’éloigner d’un champ de curiosité qui a irrigué la pratique éditoriale des Nouvelles de l’archéologie.

Les antiquaires

2De la Renaissance aux Lumières, l’Antiquité incarne une sorte d’horizon de la pensée qui obsède la curiosité européenne. Les Grecs et les Romains, les Égyptiens même sont partout dans les discours des philologues, dans les recherches savantes des antiquaires, dans les obsessions des hommes d’État et parfois des souverains. C’est à Bernardo Tanucci et à son souverain Charles de Naples, Charles III d’Espagne, que nous devons la découverte d’Herculanum et de Pompéi. Pour le roi et son premier ministre, les deux cités enterrées du Vésuve ne sont pas qu’un simple champ de ruines, une mine d’antiquités à ciel ouvert, mais un moyen de révéler aux hommes des Lumières une Antiquité incarnée, des villes entières qu’il suffit de dégager. On peut dire qu’avec les fouilles des cités enterrées du Vésuve, la recherche d’antiquités change d’échelle. Elle ne peut plus se réduire à la simple collection d’objets rares, au dégagement de monuments prestigieux ; elle révèle des ensembles, des modes de vie, bref un passé qui n’est plus de l’ordre de la reconstitution, mais qu’il est possible d’observer quasiment intact. Cette observation demande des procédures de dégagement, de restauration et de conservation qui passent de l’échelle artisanale au niveau industriel. Certes les plus curieux, les plus hardis, les plus savants des hommes de lettres européens critiqueront les méthodes employées, le saccage des galeries utilisées par l’ingénieur militaire Alcubierre. Le président de Brosses, Diderot, Maffei et Winckelmann exerceront leur sens de la critique et leur conception de l’histoire aux dépens des ingénieurs et des érudits au service du roi de Naples. Mais leurs critiques ne seront pas vaines. Relayées par celles des hommes des Lumières à Naples, elles conduiront progressivement à définir une stratégie d’exploration du passé qui préfigure l’archéologie au sens moderne du terme (Rao 2007 : 165-175). Au demeurant, la critique à Naples ne portait pas seulement sur les méthodes mais sur l’objectif même de cette gigantesque entreprise culturelle. Face aux urgences sociales et économiques du moment, nombreux furent ceux qui suggéraient que l’argent dépensé pour enrichir les collections royales aurait pu être mieux investi ailleurs. Entendue comme une affaire d’état, l’exploration du passé devenait aussitôt un sujet de débat économique. Construire des écoles, rationaliser le commerce des grains, aider l’industrie semblaient des priorités assez importantes pour dénoncer les dépenses inconsidérées d’une cour prise de délire antiquaire. En somme, le roi et la cour étaient accusés de délaisser le présent pour communier dans un culte dispendieux du passé. La critique la plus féroce de l’antiquarisme, au sens général du terme, fut cependant exprimée par un explorateur et compagnon du capitaine Cook, John Douglas : 

  • 1  Il s’agit des habitants des îles du Pacifique.

« C’est un passe-temps favori pour un savant de rechercher les vestiges de l’art des Grecs et des Romains, il se tourne vers Montfaucon avec une satisfaction érudite, et il regarde captivé, l’élégante collection de Sir William Hamilton, mais ne trouverait-il pas matière à d’importantes réflexions en ne passant qu’une heure à examiner les manifestations d’ingénuité de nos amis nouvellement découverts1 […] ? Les dépenses de ses trois voyages (ceux du capitaine Cook) n’ont sans doute pas été supérieures à celles des trouvailles ensevelies d’Herculanum. Et nous pourrions nous demander si les nouveautés de la société des îles Sandwich ne semblent pas mieux destinées à attirer l’attention des savants de notre âge, que les antiquités qui révèlent la magnificence des Romains » (J. Douglas cité par Smith 1960 : 130 et Pucci 1993 : 170).

3Douglas ne s’en prend pas seulement à la conspicuous consumption des antiquaires qui s’abîment dans les somptueux in folio de Dom Bernard de Montfaucon ou dans les luxueuses images des gravures du recueil de vases grecs de la collection du chevalier Hamilton. Il critique la munificence des excavations napolitaines qui ne révéleraient que des choses déjà connues, anciennes par opposition aux extraordinaires découvertes des grands voyages du Pacifique ou des Amériques. Ce faisant, il n’est pas loin de revenir, argument ethnographique à l’appui, à la réflexion de Francis Bacon :

« Nous devons prendre en considération que bien des objets de la nature aptes à jeter quelque lumière sur la philosophie ont été exposés à notre vue par le moyen de longs voyages et d’expéditions dont notre temps n’a pas été avare. Il serait donc peu honorable pour l’humanité, si les composantes du globe dans sa matérialité, la terre, la mer et les étoiles fussent si bien explorées et illustrées dans notre âge et que les limites du globe intellectuel soient confinées aux découvertes simplistes des Anciens » (Bacon 1627).

4Bacon plaide pour une continuité entre la découverte du monde matériel et celle des lois de l’intelligence humaine. Il tente d’émanciper la pensée d’une révérence fidéiste aux sources anciennes ; il se garde de mettre en cause l’exploration du passé mais il critique sans détour l’autorité des Anciens. Douglas s’en fait l’écho implicite. L’un use de la métaphore de la découverte, l’autre de son expérience des voyages au long cours ; ils se rejoignent dans leur désir de trouver une résonance entre la découverte de la terre et l’exploration de l’esprit humain. Pour Douglas, cette double dimension s’incarne dans l’aventure ethnographique qui, au-delà des différences, révèle un monde nouveau. Un univers riche de significations et de symboles qui contribuent à ressourcer la curiosité devenue trop dépendante d’une image convenue de l’Antiquité. Dans sa préface à l’œuvre singulière de Nicolas Antoine Boulanger dont « l’antiquité révélée » s’oppose à « l’antiquité expliquée » de Montfaucon, Diderot avait exprimé la même chose. Pour lui, Boulanger, au rebours de Montfaucon, part des objets, des monuments, des ruines pour aller au texte et tenter d’expliquer la Préhistoire à travers les récits des hommes primitifs, considérés comme des témoins de l’histoire naturelle et originale du globe. Boulanger, l’ingénieur, a appris l’histoire en bâtissant des routes, en observant le sol et le ciel, les saisons et les coutumes des hommes. Il s’est emparé de la nature pour en faire une source d’histoire (Boulanger 1756).

5Dans la tradition antiquaire européenne, l’observation des monuments et des paysages est la conséquence de la lecture des textes anciens : les antiquaires imaginent un paysage qu’ils s’efforcent de rapprocher des textes de la tradition classique. Toute autre cependant est l’approche des antiquaires du nord de l’Europe qui, faute de textes, doivent suppléer à l’absence de tradition par une méthode combinatoire qui part des monuments pour les constituer en ensembles intelligibles. John Aubrey, le plus fertile des antiquaires britanniques, a exprimé ce nouveau type d’approche d’une façon presque mathématique :

« Ces antiquités sont si anciennes qu’aucun livre ne les peut atteindre, en sorte qu’il n’y a qu’un moyen de les retrouver, celui de l’antiquité comparative que j’ai élaborée face aux monuments eux-mêmes » (cité par Hunter 1976 : 181).

6Dans le nord de l’Europe, au-delà des limites du limes romain, les antiquaires découvraient des monuments inconnus dont aucun auteur classique n’avait jamais parlé. Pour les interpréter, ils devaient avoir recours à des méthodes d’un genre différent de leurs contemporains du Sud. Certes le modèle inventé en Italie et diffusé dans toute l’Europe s’imposait à eux, mais l’écriture runique n’était pas les lettres latines et si Inigo Jones, le fameux architecte de l’Angleterre du xviie siècle, voulait voir dans Stonehenge un temple romain, son contradicteur Walter Charleton n’hésitait pas à attribuer aux Danois un monument d’une facture si étrange. Charleton, tout comme son prédécesseur, avait tort mais il affirmait avec truculence un principe d’interprétation qui est la base même de la méthode antiquaire :

« Cela est si vrai que les monuments eux-mêmes sont soumis à l’oubli, même quand ils subsistent : en sorte que si, ni les écrits des contemporains, ni, tout de suite après leur construction, aucune tradition non corrompue n’a contribué à leur donner vie, ils subsistent plutôt comme des objets morts sujets à la curiosité populaire et aux fables que comme des souvenirs assurés de l’Antiquité » (Charleton 1725 : 4).

7 Comment lutter contre l’usure de la mémoire, la corruption des traditions, l’érosion des monuments ? En ayant recours à des hommes qui sont la trace vivante du passé, en tentant de retrouver dans le présent des vestiges intelligibles de l’histoire. Douglas reprochait aux antiquaires de fossiliser le passé, de le préférer aux vies si variées et si riches des habitants de l’Océanie. Certains de ces prédécesseurs, dès la colonisation de l’Amérique, s’étaient aperçus que les mœurs des sauvages pouvaient ouvrir une voie qui mènerait au passé par des chemins de traverse, par des pistes jusque-là inexplorées d’une tradition « non corrompue », au sens de Charleton.

La découverte de la Floride et de la Virginie

  • 2  J’ai utilisé pour ce travail la collection complète des voyages de Théodore de Bry, parue en 1990 (...)
  • 3  La bibliographie sur John White est considérable. Je renvoie au tout récent catalogue de ses œuvre (...)

8Thomas Harriot et Walter Raleigh sont les héros de la découverte de la Virginie, mais le résultat de leurs explorations tient plus à leurs récits de voyage qu’à la pérennité de leurs colonies. La publication réalisée par Théodore de Bry à Francfort, en 1590, soit cinq ans après l’expédition, est un traité original consacré aux mœurs des Virginiens qui répond aux règles de l’enquête ethnographique de l’époque. La qualité du livre relève autant des descriptions d’Harriot que des planches qui illustrent l’ouvrage et dont le modèle est dû à l’un des premiers colons et gouverneur de la colonie, John White2. Ce dessinateur de talent avait dirigé, en 1587, la seconde expédition anglaise en Virginie, puis était retourné en Angleterre pour chercher de l’équipement et des subsides3. Il eut l’infortune de ne pas retrouver ses compagnons qui avaient émigré en un autre endroit, en 1590. Nous ne possédons plus ses dessins originaux mais un certain nombre d’aquarelles et les gravures qu’en a tirées Théodore de Bry nous sont parvenues. Elles constituent les premières images que des Occidentaux ont réalisées pour décrire les populations américaines, avec celles d’un Français et contemporain de John White, Jacques Le Moyne de Morgues, qui avait accompagné René de Laudonnière en 1564 en Floride dans une expédition organisée par l’amiral de Coligny. Dans le contexte des guerres de religion, la présence des Français et des Anglais dans cette zone sous contrôle du roi d’Espagne n’était pas sans conséquence. Laudonnière, Le Moyne et quelques autres furent les rescapés d’une opération de représailles espagnole menée sur le site de colonisation des Français par le gouverneur (adelantado), Menéndez de Avilès, qui fit passer au fil de l’épée tous les survivants des combats, à l’exception des femmes et des catholiques. On voit que ces expéditions n’étaient pas seulement risquées mais qu’elles pouvaient avoir de sanglantes conséquences.

9L’exploration de l’Amérique par des Anglais et des Français ne relève pas seulement de conflits nationaux, elle s’inscrit dans un contexte religieux et politique dominé par la Réforme et l’influence huguenote particulièrement active, on l’a vu, à travers le rôle de l’amiral de Coligny. Marcel Bataillon a insisté sur cette littérature protestante qui conduira à la formation d’une « légende noire » consacrée aux exactions des Espagnols et des Portugais dans les colonies américaines. Tout cela est bien connu. Ce qui me frappe cependant, c’est que dans la querelle idéologique qui oppose protestants et catholiques, ce sont les protestants qui s’emparent des images et qui entreprennent de rassembler les informations les plus précises sur les mœurs des populations amérindiennes. Les Conquistadores n’avaient pas manqué de s’intéresser aux Mexicains et aux Péruviens, mais ils ne disposèrent pas, du moins au début, de dessinateurs aussi talentueux et d’observateurs aussi curieux que Le Moyne, White et Harriot. Il leur manqua surtout des éditeurs et des graveurs qui puissent, à la façon de Théodore de Bry, disséminer les observations et les relevés des premiers explorateurs. Le travail de Théodore de Bry s’intègre dans un contexte beaucoup plus vaste que les débats sur la colonisation de l’Amérique. Il constitue une réponse à une philosophie du pouvoir et de l’expansion territoriale développée par les théologiens et les lettrés portugais et espagnols.

10Pour les humanistes de culture anglaise ou allemande, la découverte des Amérindiens n’est pas qu’une simple question chronologique ou ethnographique. Elle pose, comme l’ont bien vu Hakluyt et Montaigne, de sérieuses questions philosophiques. En quoi les Amérindiens peuvent-ils aider à penser les relations entre le monde classique, l’héritage gréco-romain et les barbares qui sont les prédécesseurs des peuples du Nord ? Si les érudits de la Renaissance abandonnent progressivement les généalogies fantastiques du Moyen Âge, comment, sans l’aide des Troyens ou des Égyptiens, défendre la singularité culturelle des peuples non romanisés ? Au moment de l’accession de James VI Stuart au trône d’Angleterre, le poète écossais James Maxwell n’affirmait-il pas la suprématie du Nord sur le Sud (cité par Williamson 1996 : 46-83, n. 6 p. 50) ?

11Si le Nord peut revendiquer l’égalité théologique et humaniste avec le Sud, il lui faut tenter une réflexion sur l’histoire comparée des cultures et des ethnies. En ce sens, les Amérindiens offrent aux érudits un miroir qui leur permet, à partir du présent, de réfléchir sur le passé. Certes, le processus de réflexion ethno-historique était à l’œuvre depuis au moins le milieu du xve siècle. Sigismond Meisterlin écrit à Augsbourg, en 1457, la première des chroniques des villes allemandes et oppose, en utilisant la tradition de Lucrèce et des auteurs latins, les anciennes tribus germaniques qui vivent comme des chasseurs-cueilleurs aux populations romanisées qui découvrent l’agriculture et fondent des villes.

« Cette population (les Souabes) possédait une grande part de la Germanie et passait son temps à chasser les animaux […] ils vivaient de leur viande, de plantes, de fruits et de glands » (Meisterlin 1457).

12Cette description du primitivisme des origines rappelle sans ambiguïté la tradition des auteurs grecs et romains en soulignant les vertus des sauvages. Piccolomini, à la Diète de Francfort, en 1453, en appellera aux vertus guerrières des anciens Germains face à l’insolence des victoires turques (Piccolomini 1551 : 685). Le Nord est double : sur un fond de barbarie s’imposent des valeurs guerrières et civiles qui lui permettent de jouer son rôle face au Sud. John Mair, un Écossais qui fit une brillante carrière à l’Université de Paris et dans son propre pays, est l’un des premiers théoriciens à justifier la sujétion et l’esclavage des Amérindiens (Williamson 1996 : 58 ; Pagden 1986 : 38-39), ce qui lui valut une immédiate reconnaissance auprès des théologiens espagnols. Il est aussi l’auteur d’un ouvrage fondamental pour l’histoire de l’Angleterre et de l’Écosse (Mair 1521), et cela le conduit à tenter de distinguer les bons des mauvais sauvages de sa patrie écossaise : les Lowlanders s’opposent aux Highlanders parce qu’ils ont des mœurs gouvernées par la raison. Les Highlanders se divisent en deux groupes : ceux qui sont propriétaires d’importants troupeaux « yield more willing obedience to the courts of law and the king » (« sont plus disposés à obéir aux tribunaux et au roi ») (Mair 1521 : 49, cité par Williamson 1996 : 60) ; les autres relèvent d’une toute autre catégorie : « ce sont des sauvages » (Mair ibid.).

13Il est frappant de constater combien cette description, qui affleure dans le livre de Meisterlin, est l’héritage d’une tradition médiévale. Elle apparaît déjà chez un auteur du xive siècle comme Johannes de Fordun (Fordun 1871-1872 : 42 ; Williamson 1996 : 61) qui oppose les populations du Sud et les Highlanders. Cependant, Mair déplace la description du strict point de vue culturel à une description de l’état des mœurs et de l’économie. Ce faisant, il retrouve comme Meisterlin une sorte de modèle évolutionniste plus proche de Lucrèce que des « sauvages » médiévaux. Mais pour lui, les défauts l’emportent sur les qualités et il ne s’accorde guère à la vision « bon sauvage » de son prédécesseur d’Augsbourg : les pasteurs représentent une étape de l’histoire humaine et, en observant la sauvagerie des modernes, on peut s’inspirer de celle des anciens. La découverte de l’Amérique est une occasion de comparer les barbares lointains aux barbares proches, d’établir une relation entre les écossais modernes et les écossais du passé à travers les mœurs des uns et des autres qui paraissent parfois si proches. Comme l’ont bien montré Thomas Downing Kendrick et Stuart Piggott, la situation politique de l’Angleterre d’Elizabeth contraignait les lettrés à penser les relations complexes entre Écossais, Gallois, Irlandais et Anglais à travers un modèle comparatif qui donnait à l’analyse des mœurs et des « degrés de civilisation » une place particulière (Kendrick 1950 : 121 ; Piggott 1989).

14Un auteur anonyme du xviie siècle en tirera une conclusion lapidaire, mais pour nous particulièrement séduisante, en énonçant cette sentence :

  • 4  Relaté dans « A eminent person » (Roger Williams), The Hireling Ministry none of Christ’s, London, (...)

« We have Indians at home, Indians in Cornwall, Indians in Wales, Indian in Ireland… » (« Nous avons des Indiens chez nous, des Indiens en Cornouaille, des Indiens au pays de Galles, des Indiens en Irlande »4) (cité par Williamson 1996 : 56).

15On conçoit dans quel contexte les dessins et aquarelles de John White et Jacques Le Moyne ont été conçus. Quand le peintre flamand Lucas de Heere s’emploie à figurer « les anciens Bretons, comme ils allaient en guerre » (Heere 1937) dans une aquarelle aujourd’hui conservée à la bibliothèque de Gand, il exhibe les corps nus, musclés et tatoués des guerriers qui semblent les modèles des corps des Floridiens ou des Virginiens dessinés par White et Le Moyne. Quand John White exécute ses aquarelles des anciens Pictes, c'est, aux dires de Théodore de Bry, d'après des modèles qu'il aurait « found as he did assured my in a old english chronicle » (« trouvés à ce qu’il m’assure dans une ancienne chronique en vieil anglais »). L’explorateur se fait historien, ses voyages justifient la qualité et la précision de ses dessins ; faute de pouvoir observer les anciens Pictes, le dessinateur assure avoir découvert ses modèles dans un ancien manuscrit. Comme le suggérait Charleton, les monuments du passé ne peuvent parler tout seuls et, si la tradition vient à manquer, il faut bien la trouver quelque part. Dans l’esprit des hommes de la Renaissance, le peintre, s’il est attentif, a la capacité d’évoquer et même de restituer le passé. Lucas de Heere n’avait pas fait le voyage d’Amérique, mais ce peintre, qui fut l’un des premiers à exécuter une aquarelle très précise de Stonehenge, voyait les Pictes avec des yeux d’ethnographe. Le Moyne et White, forts de leur expérience de dessinateurs des Indiens, tirent partie de leur répertoire pour dessiner des Pictes qui sont les frères des Virginiens et des Floridiens.

16Le Moyne et White sont-ils des antiquaires ? Ils sont pleinement des hommes de la curiosité élizabéthaine qui, faute de décrire des monuments que la culture indienne ne pouvait leur offrir, sont les premiers à tenter une iconographie systématique des mœurs des populations qu’ils observent. Sous leur crayon et leur pinceau, les indigènes n’apparaissent plus comme des monstres désignés par des corps difformes ou zooformes. Ils deviennent, comme les animaux, les plantes et les paysages, des sujets dont l’image doit obéir à un certain nombre de règles de mise à distance. Ce travail, les antiquaires romains et italiens l’ont mené sur les monuments classiques, et leurs confrères anglais, allemands, français et scandinaves ont entrepris, durant la seconde moitié du xvie siècle, de l’appliquer à des monuments jusque-là inédits : mégalithes, tumuli, pierres de foudre, « urnes » (vases funéraires) deviennent à ce moment de nouveaux objets de curiosité. Le mérite de nos ethnographes est précisément de faire du corps des hommes et de leurs attitudes, au travail, dans les cérémonies ou à la guerre, un nouveau thème d’observation. Ils s’en vont chercher au loin des paysages inédits, des coutumes étranges, des corps jamais vus auparavant. Et, en même temps, ils participent d’un autre genre d’exploration qui fait surgir sous d’autres formes d’anciennes questions. Les Américains sont-ils un autre type d’homme que les Européens ? Leurs mœurs sont-elles radicalement différentes de celles des Occidentaux ? Ces questions sont celles mêmes que les théologiens, les philosophes et les juristes d’Europe se posent quand ils examinent leurs propres « Indiens », Lapons et Esquimaux du Grand Nord, populations nomades des frontières de l’Europe, pasteurs d’Écosse ou d’ailleurs, qui refusent de se soumettre aux règles des États modernes. Ces images inédites délivrent alors un message : certaines sociétés ignorent les monuments et gèrent la mémoire par d’autres procédures que celle de l’Occident. En les observant, on peut découvrir des choses jusque-là cachées et des ressemblances improbables. Si les Virginiens sont si proches des anciens Pictes, les modernes habitants des îles britanniques, sont-ils les libres citoyens d’un royaume policé ? Montaigne, confronté aux Indiens du Brésil, à Rouen, avait bien compris les conséquences philosophiques d’une découverte de l’altérité qui allait changer le regard des lettrés. Du fait de ces images et des informations qu’elles révèlent, les antiquaires perdent un peu de leur innocence, le passé n’est plus ce qu’il était. Une image due à l’explorateur hollandais Wilhelm Schouten en donne en quelque sorte la preuve (voir Schavelzon 2003 : 247-249). Elle relate un voyage en Patagonie, en 1615, durant lequel, près du mouillage du « Desire », Schouten et ses hommes découvrent les « tombes de morts dans lesquelles des corps dont les membres grands de plus de dix ou douze pieds étaient inhumés et dont les têtes étaient si grosses que les Hollandais purent les ériger comme des casques  » (Bry 1990 : 34). On voit distinctement sur la gravure les hommes déterrer les ossements. Le rapprochement s’impose avec l’une des plus anciennes images de fouille jamais présentée sur la page de garde de l’édition de 1600 de la Britannia de William Camden (Schnapp 1996 : 34) : devant le site de Stonehenge, des os et un calvarium énormes sont dégagés, et la légende porte : « Locus ubi ossa humana effodiuntur » (« Lieu où l’on a découvert des os humains »). Entre les antiquités des antipodes et les antiquités britanniques, dessinateurs et graveurs établissent des liens qui justifient d’une sorte de leçon comparative au sens que lui donnera un peu plus tard John Aubrey (Hunter 1976). La leçon est claire : l’Antiquité n’est pas qu’une expérience occidentale du passé, elle se révèle partout à qui sait interroger le sol. Il y a du passé dans le présent comme du présent dans le passé, et l’antiquaire doit savoir distinguer les pôles ambigus de la semblance et de la différence.

Haut de page

Bibliographie

Bacon, F. 1627. Sylva Sylvarum or A Natural Historie. In Ten Centuries. London, William Lee.

Boulanger, N. A. 1756. L’Antiquité dévoilée par ses usages. Amsterdam, préface de D. Diderot.

Bry, T. de. 1990. America de Bry 1590-1634. America oder die Neue Welt. Die entdeckung eines Kontinents in 346 Kupferstichen. Bearbeitet und herausgeben von Gereon Sivernich, Casablanca Verlag, 463 p.

Charleton, W. 1725. Chorea Gigantum or the Most Famous Antiquity of Great Britain, Vulgarly called Stonehenge. Londres (seconde édition).

Fordun, J. de. 1871-1872. Chronica gentis Scotorum. WK. Skene, Edinburgh, Edmonston and Douglas, vol. I, 452 p.

Heere, L. de. 1937. Beschryvingder Britische Eilander. Anvers, T.M. Cotzen & AM. Draak ed.

Hunter, M. 1976. John Aubrey and the realm of learning. London, Duckworth, 256 p.

Kendrick, T. D. 1950. British Antiquity. London, Methuen, 172 p.

Mair, J. 1521. Historia Majoris Britanniae, tam Angliae quam Scotiae. Paris.

Meisterlin, S. 1457. Eine schöne Chronik. Manuscrit, Augsburg.

Pagden, A. 1986. The fall of Natural man: the American Indian and the origins of Comparative Ethnology. Cambridge, Cambridge University Press, 286 p.

Piccolomini, E. S. 1551. Operae quae extant omnia. Basel.

Piggott, S. 1989. Ancient Britons and the Antiquarian imagination. ideas from the Renaissance to the Regency. London, Thames and Hudson, 175 p.

Pucci, G. 1993. Il passato prossimo. la scienza dell’antichità alle origini della cultura moderna. Rome, La Nuova Italia scientifica, 203 p.

Rao, A. M. 2007. « Antiquaries and politicians in eighteenth-century », Journal of History of Collections, 19/2 : 165-175.

Schavelzon, D. 2003. « La primera illustracion di un sitio arqueologico in Argentina, Patagonia (1615) », in : M. Ramos & E. Néspolo (éd.), III Jornadas de arqueología e historia de las regiones pampeana y patagónica. Luján, Universidad Nacional de Luján : 247-250.

Schnapp, A. 1996. The Discovery of the Past. Londres, British Museum Press, 384 p.

Sloan, K. 2007. A new World, England first view of America. The Chapel Hill/Londres, University of North Carolina Press/British Museum Press, 256 p.

Smith, B. 1960. European vision of the south Pacific, 1768-1850: A Study in the History of Art and Ideas. London, Oxford University Press, 287 p.

Williamson, A. H. 1996. « Scots, Indians and Empire: the Scottish Politics of Civilization 1519-1609 », Past and Present, 150 : 46-83.

Haut de page

Notes

1  Il s’agit des habitants des îles du Pacifique.

2  J’ai utilisé pour ce travail la collection complète des voyages de Théodore de Bry, parue en 1990 à Berlin (Bry 1990).

3  La bibliographie sur John White est considérable. Je renvoie au tout récent catalogue de ses œuvres édité par Kim Sloan (2007).

4  Relaté dans « A eminent person » (Roger Williams), The Hireling Ministry none of Christ’s, London, 1652 ; reprinted in Perry Miller, Roger Williams: His contribution to the American Tradition, New York, 1974 : 200. On rapprochera ce texte de celui du pasteur William Crashawn, « A Sermon Prached in London… », London, 1610. Ce que les Anglais offrent aux habitants de la Virginie, c’est : 1, « Civilitie » for their bodies, 2 « Christianitie » for their soules.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Schnapp, « Aux sources de l’antiquarisme, l’Europe ancienne et l’Amérique du Nord », Les nouvelles de l'archéologie, 127 | 2012, 45-49.

Référence électronique

Alain Schnapp, « Aux sources de l’antiquarisme, l’Europe ancienne et l’Amérique du Nord », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 127 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1350 ; DOI : 10.4000/nda.1350

Haut de page

Auteur

Alain Schnapp

Professeur à l’Université Paris 1Panthéon-Sorbonne
alain.schnapp@inha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org