Navigation – Plan du site

La dure condition des agglomérations secondaires

François Favory
p. 40-44

Résumés

L’habitat groupé demeure un objet non identifié dans l’archéologie gallo-romaine et dans l’histoire de la Gaule rurale. L’agglomération, qui désigne au sens propre du terme l’habitat groupé, est trop souvent limité aux seules agglomérations urbaines, distinguées entre les capitales de cités et les agglomérations secondaires. Loin de décliner toutes les formes de groupement de l’habitat, des villes aux hameaux en passant par les villages et les bourgs, les agglomérations secondaires sont réduites aux agglomérations urbaines. L’emploi abusif du mot vicus, au-delà de son usage institutionnel spécifiquement romain, a compliqué l’approche des agglomérations en évacuant les formes non urbaines. Il faut revenir à un vocabulaire dénotatif, celui des géographes, et affiner la caractérisation archéologique de toutes les formes de groupement de l’habitat gallo-romain.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Anick Coudart a beaucoup travaillé sur l’habitat néolithique, singulièrement sur les maisons des villages du Néolithique danubien (Coudart 1998). Il me paraît tout à fait de circonstance d’honorer l’activité de la savante et de saluer l’amie en lui dédiant cette réflexion sur un thème controversé touchant l’habitat rural, celui de l’agglomération secondaire dans le monde antique romain.

2Le sujet de recherche pour les Gaules et les Germanies a été établi par Michel Mangin, pionnier en la matière. En engageant un programme de prospection systématique en Languedoc oriental, au milieu des années 1980, Claude Raynaud et moi avons proposé une typologie de l’habitat rural incluant les agglomérations, ce qui n’allait pas de soi. Les campagnes gallo-romaines étaient alors peuplées de fermes et de villae, qui relèvent de l’habitat dispersé. En revanche, les agglomérations, quels que fussent leur taille et le nombre des maisons agrégées, n’apparaissaient pas dans le dispositif traditionnel de l’habitat rural.

3Les agglomérations rurales posent de vrais problèmes de définition. Les campagnes de la Gaule romaine (Ferdière 1988) aborde le problème des habitats groupés dans le chapitre consacré aux “campagnes dans leur contexte économique, social et culturel”, en liaison avec la fonction de marché : il est question d’agglomérations secondaires qualifiées de vicus (pl. vici), regroupant des activités artisanales (terre cuite, métallurgie, tissage), commerciales (entrepôts, horrea), administratives et religieuses. On y signale la présence de places publiques (fora) et de basiliques civiles. On nie leur rôle agricole, ce qui est plutôt excessif, pour en faire des entités urbaines. Il est également question d’agglomérations dans le chapitre intitulé « La religion et la mort dans le monde rural », qui distingue le sanctuaire privé installé dans un établissement isolé (villa) et le sanctuaire public intégré dans un complexe monumental, installé sur une voie ou à un carrefour, au cœur d’un district rural dont il constitue le pôle culturel et cultuel (conciliabulum, a), et comprenant généralement un théâtre, un ensemble thermal et une structure hôtelière.

4Le dossier a été traité de manière vigoureuse par Michel Mangin et ses collaborateurs, dans l’Est, le Nord-Est et l’Aquitaine (Mangin et al. 1986 ; Mangin & Tassaux 1992 ; Bénard et al. 1994 ; Petit et al. 1994a et b). Leur initiative a été heureusement suivie dans plusieurs régions françaises (Bellet et al. 1999 ; Fiches 2002 ; Leveau & Rémy 2005-2006 ; Hanoune 2007). C’est ainsi qu’Alain Ferdière a pu consacrer une place significative au phénomène des agglomérations secondaires dans sa synthèse sur les Gaules, publiée en 2005, où il livre le catalogue des publications par provinces (Ferdière 2005 : 235-241).

5Cette recherche sur les agglomérations secondaires a précisé le vocabulaire descriptif. Les Anglo-Saxons les qualifient de « petites villes » (small towns ou Kleinstädte : Bénard et al. 1994 : 21) quand l’Histoire de la France urbaine (Duby dir. 1980) y voit des « villes » ou « agglomérations secondaires » (Février 1980 : 101 sq.). Ces appellations font malheureusement référence à la ville et condamnent de fait à l’oubli les agglomérations rurales dépourvues de fonctions authentiquement urbaines, comme les bourgs, bourgades et villages, voire les hameaux. Rappelons que le mot « agglomération », en géographie, désigne une réunion d’habitations que distingue leur qualité urbaine ou rurale (Brunet et al. 1992 : 20-21).

6Le qualificatif « secondaire » précise leur allégeance politico-juridique à la ville-capitale de cité et ne suffit pas à différencier les multiples formes regroupées sous cette appellation commode et neutre, heureusement substituée à celle, ambiguë et contestable, de vicus. L’expression « agglomération secondaire » désigne « tout site archéologiquement attesté qui se situe entre la ferme ou la villa isolée et la capitale de cité, c’est-à-dire du village de paysans et de la station routière modeste à l’agglomération dont le paysage est très proche de celui de la ville chef-lieu de cité » (Mangin et al. 1986 : 18 ; Bénard et al. 1994 : 22).

7Michel Mangin et ses collaborateurs ont proposé une typologie fonctionnelle des agglomérations qui se décline en 6 classes :

  1.  la ville, capitale de cité ;

  2. les villes subordonnées à la ville-capitale, agglomérations à fonctions multiples et à large rayonnement régional ;

  3.  les villes à fonctions plus ou moins complètes et à rayonnement assez large : on y compte les chefs-lieux de pagus, ce qui mérite d’être précisé ;

  4.  les bourgs, dépourvus de centre public véritable, dotés d’un éventail de fonctions restreint, voire à fonction dominante unique, à rayonnement local (marchés ruraux, centre administratif d’un district minier, centre religieux) ;

  5.  les bourgades à fonctions très incomplètes et à rayonnement réduit : les stations routières, à fonctions d’étape et de stockage dominantes ; les agglomérations civiles liées à un camp dont le rôle rural est jugé discutable ;

  6.  les villages à fonction strictement primaire, agricole ou extractive (Mangin et al. 1986 : 219 et 226-228 ; Bénard et al. 1994 : 261-265 ; Mangin & Tassaux 1992 : 463-464).

  • 1  Le qualificatif d’agglomération secondaire, bien que discuté, reste toujours commode pour rassembl (...)
  • 2  Cette question de la «typologie des sites ruraux antiques, les questions de terminologie et de ma (...)
  • 3  Le corpus, défini à partir de la synthèse sur les agglomérations gallo-romaines du Languedoc-Rouss (...)

8On ne saluera jamais assez une approche tout à fait novatrice qui a contribué à installer de nouveaux objets dans un champ scientifique trop limité à la distinction ville-villa ou ville-villa-vicus en envisageant la totalité des formes de groupement de l’habitat rural, du plus modeste au plus urbain. Ce faisant, ces chercheurs ont donné une nouvelle dimension à la complexité des formes de l’habitat rural groupé1. Cette typologie a été et reste discutée (Garmy 2002 : 29), mais sans qu’on lui ait substitué d’alternative2, à l’exception de la chrono-typologie esquissée pour les agglomérations du Midi languedocien et roussillonnais (Raynaud 2002), mais en mobilisant d’autres indicateurs, surtout quantitatifs (taille et chronologie de l’occupation), de la discussion honnêtement engagée à propos du dossier des agglomérations de la cité de Vienne (Leveau & Rémy 2005-2006 : 159-161) et de la classification inédite des agglomérations de la cité de Nîmes établie en croisant trois critères qualitatifs et neuf critères quantitatifs (Garmy 2009, II : 199-231)3. Affirmer que l’enjeu est moins d’établir une typologie que d’étudier des réseaux n’est pas satisfaisant (Fiches 2002 : 16), car l’étude et la présentation d’un réseau de peuplement hypothétique passent par la caractérisation de ses composantes, habitat groupé et habitat dispersé; leur description par des indicateurs qualitatifs et quantitatifs exige que soient nommés les objets présentés (Favory & Raynaud 1999). Cette catégorisation permet, en archéologie spatiale, de cerner et de mesurer le comportement différent des classes d’habitat dans la durée et de mieux appréhender leur articulation spécifique avec l’environnement, le réseau de peuplement régional et le réseau viaire (Durand-Dastès et al. 1998 ; Van der Leeuw et al. 2003).

  • 4   «La difficulté qu’ont les antiquisants à reconnaître la spécificité de l’habitat aggloméré est u (...)

9La forme agglomérée de l’habitat rural a du mal à s’imposer comme une de ses composantes, pleine et entière4. Il est toujours surprenant de constater que des travaux d’archéologie spatiale se préoccupent de doter une villa de son finage dans une modélisation qui ignore l’existence du finage des agglomérations contemporaines, comme si leur réseau était étranger au monde rural et surimposé à lui. Le vocable « agglomération » est trop souvent tiré vers le haut de la hiérarchie des habitats groupés pour n’en retenir que les formes urbanisées, en ignorant les formes plus modestes et plus proches de l’activité agropastorale, artisanale ou extractive.

10Emilio Sereni (1967) pointait déjà ce blocage idéologique dans son article sur les « Villes et campagnes dans l’Italie préromaine », sans s’affranchir d’une vision hégémonique de la ville. Quelques années auparavant, André Leroi-Gourhan avait énoncé que la « civilisation », entendue comme « l’intervention de la cité dans le fonctionnement de l’organisme ethnique » était, dans sa genèse historique, fille de la campagne : « la civilisation est caractérisée par un schéma fonctionnel et non par des caractères morphologiques nets dès leur origine. Ce schéma correspond à un groupe de villages liés organiquement à une agglomération jouant le rôle de capitale » (Leroi-Gourhan 1964 : 241-242). Depuis, Philippe Leveau a assigné une place plus équilibrée à la ville antique articulée à ses campagnes, aux plans économique, social et culturel (Leveau 1983 ; 1987-1989 ; 1993).

11Il s’agit, pour les spécialistes de l’Antiquité, de comprendre la répartition de l’habitat entre des formes dispersées (fermes, villae) et des formes groupées (hameaux, villages, bourgs, villes), le tout coexistant et coévoluant dans un système intégré. Sans oublier les recommandations formulées par les éditeurs du dossier sur villa et vicus (Garmy & Leveau dir. 2002), il convient de faire fonctionner ensemble les deux composantes de l’habitat rural gallo-romain dans un système de peuplement donné, pour discerner de l’une et de l’autre.

12Un indicateur de la complexité du problème posé est celui du lexique utilisé pour désigner l’objet étudié. On a déjà mesuré combien le mot « ville » ne pouvait rendre compte de toutes les formes non urbanisées d’agglomérations rencontrées dans le système de peuplement gallo-romain. Pour autant, la ville est une composante majeure de la vie rurale dans une société essentiellement et fondamentalement rurale.

13On désigne généralement les « agglomérations ne disposant pas de l'équipement que l'on attendrait d’un chef-lieu » par le mot latin vicus (Leveau & Rémy 2005-2006 : 158). J’ai toujours contesté l’usage de ce vocable doté d’une charge sémantique spécifique dans la culture juridico-politique romaine. Je comprends qu’il permet d’échapper à l’usage du mot « village » abusivement revendiqué comme spécifique de l’agglomération rurale médiévale (Leveau 2002 : 9). Pourquoi le village antique serait-il un hôte indésirable entre le village néolithique puis protohistorique et le village médiéval ? N’y aurait-il que des villes dans les campagnes gallo-romaines, sans village, ni hameau ?

  • 5  Le fragment d’Este (Bruns, Fontes Iuris Romani, n° 16), la Lex lulia municipalis (CIL, I2, 593) 13 (...)

14En promouvant le vicus comme forme dénotative de l’habitat groupé, on isole un vocable qui appartient à un catalogue typologique des collectivités civiques romaines restitué par la Lex Rubria ou Lex de Gallia Cisalpina (Table de Veleia), d’époque césarienne, laquelle aborde les compétences juridictionnelles des magistrats dans la Gaule Cisalpine romaine : oppidum, municipium, colonia, praefectura, forum, vicus, conciliabulum, castellum, territorium (CIL I2, 592, 21-23)5. Il faut donc entendre ces différents vocables comme les espaces et les collectivités territoriales placées sous la juridiction des magistrats habilités à « dire le droit ». Ceux qui ont choisi de retenir vicus pour désigner une agglomération rurale doivent expliquer pourquoi ils le préfèrent à oppidum, pour en rester à un vocablefamilier. On pourra rétorquer que la charge sémantique de ce dernier terme est aussi forte et polysémique puisqu’il désigne, dans la typologie de Pline l’Ancien relative à la description de l’organisation politique de la Gaule narbonnaise, toute cité qui n’est pas fédérée ou colonie, romaine ou latine (N.H., III, 36). Pline l’applique aussi bien aux collectivités dotées du droit latin et dignes d’être mentionnées par leur toponyme (oppida latina) qu’aux agglomérations latines dont il ne cite pas les noms : d’une part les dix-neuf oppida ignobilia, pourtant chefs-lieux de cités actifs ou déclassés (?) – le problème reste posé –, d’autre part ceux qui, assurément, ne le sont plus, comme les vingt-quatre oppida ignobilia arécomiques « attribués » à la cité de Nîmes (Christol 2010 : 140-144).

15Par ailleurs, ce vocable est lourdement connoté par l’usage qu’en a fait César dans ses Commentaires sur la Guerre des Gaules pour désigner commodément, dans un vocabulaire compris de ses lecteurs, les agglomérations des peuples gaulois, différenciées des vici, de moindre taille et de moindre éclat, et des aedificia, établissements ruraux dispersés (César, B.G., I, 5). Cette trilogie a nourri un modèle canonique du système de peuplement gaulois préromain. Ce point précisé, le seul usage littéraire de vicus dans un contexte rural est dû à Varron (Rust., 1, 16, 4 et 1, 20, 3), qui le mentionne justement aux côtés d’oppidum pour caractériser les différents types d’agglomérations offrant un marché aux produits de la villa (Tarpin 2002 : 18, n. 3). L’enquête littéraire de Michel Tarpin mérite une nuance : on ne voit pas où César situerait les quelque 400 vici incendiés par les Helvètes en 58 av. J.-C., en même temps que leur douzaine d’oppida et leurs privata aedificia, sinon dans les campagnes helvètes.

  • 6  Cf. les vici créés aux ve-vie siècles dont témoigne Grégoire de Tours: sur les 31 vici attestés a (...)

16C’est le texte du grammairien romain Festus, à la fin du iie siècle, qui a fondé la distinction adoptée par la tradition savante entre villa et vicus, agglomération rurale pourvue de magistrats : certains vici bénéficient de magistrats juridictionnels, d’autres non, et ils sont réputés être établis chez les peuples de l’Italie dépourvus, selon Festus, de villae, comme les Marses et les Péligniens (Fest., éd. Lindsay : 502, 508). Cette distinction est ruinée par les cartes de peuplement de l’Italie romaine (Tarpin 2002 : 55) et par le texte même de Varron qui articule villa et vicus dans un même système de peuplement. C’est donc avec cautèle que je me fierai à Festus, comme j’invite à la prudence dans le recours à la définition d’Isidore de Séville qui envisage dans un même énoncé les vici, les castella et les pagi : quel contexte de peuplement évoque cet auteur des vie-viie siècle ? Quand on aborde l’Antiquité tardive, le vicus existe, mais il faudrait garantir que son acception soit la même qu’au Haut-Empire, ce qui est douteux6.

17Les Romains ont manié un lexique mouvant dès la République (Tarpin 2002 : 72-86). Le vocable vicus n’apparaît que tardivement dans les textes législatifs romains et, de manière intéressante, dans l’emblématique Lex agraria de 111 av. J.-C., aux côtés d’urbs et d’oppidum puis dans la Lex Rubria d’époque césarienne. Cette apparition dans la typologie officielle de l’habitat a lieu quand s’estompent les mentions de fora et de conciliabula et quand s’affirme le recours aux catégories colonia, municipium, praefectura (Tarpin 2002 : 450, fig. 3). Les lois du ier siècle av. J.-C., Table d’Héraclée (Lex Iulia municipalis), Lex Mamilia Roscia Peducaea Alliena Fabia de limitibus et Lex Rubria, qui s’inscrivent plus ou moins nettement dans un contexte césarien, sont les seules à mêler les catégories anciennes de forum et de conciliabulum avec la nouvelle nomenclature. Au total, « tout se passe comme si les vici n’étaient pas des agglomérations, ou mieux, des communautés vernaculaires mais, au contraire, des structures établies par l’autorité romaine en des lieux précis, et destinées à des catégories de population précises ». C’est ce que montre de manière convaincante la géographie des agglomérations attestées comme vicus (Dondain-Payre 1999 :  133, 202-204 ; Tarpin 2002 : 463, 465-466, 469-470), et ce qu’illustre la politique impériale de création des vici en Gaule chevelue et en Germanie (Raepsaet-Charlier 1999 : Tarpin 2002 : 256-260). Les cartes témoignent d’une cohérence spatiale dans leur répartition, qu’on ne peut ignorer au prétexte des lacunes épigraphiques.

  • 7  «J’appelle ainsi collecteurs des concepts dont on charge à ce point le contenu qu’ils finissent p (...)

18L’enquête sémantique de Michel Tarpin prolonge heureusement celles conduites sur le vocable conciliabulum (Jacques 1991), abusivement retenu pour désigner les sanctuaires ruraux gallo-romains (Picard 1968-1969 ; 1969 ; 1984), et sur les catégories de forum, municipium et praefectura (Humbert 1978). Conciliabulum est une notion assurément anachronique à partir du Haut-Empire et son sort juridico-politique est scellé à la fin de la République. Le conciliabulum républicain italien est une collectivité locale fondée par l’autorité romaine, peuplée de citoyens romains et dotée d’institutions civiques spécifiques. L’homogénéisation de la municipalisation romaine de l’Italie à l’époque césarienne a contribué à dissoudre cette forme institutionnelle qu’on n’a pas à ressusciter en Gaule romaine. Les vocables empruntés au latin tendent à fonctionner comme des « concepts-collecteurs » (Chouquer 2007 : 117 sq. ; 2008a : 15 ; 2008b : 3687), surtout si, dans l’Antiquité elle-même, leur champ sémantique était large et variable dans la durée. La lecture de l’oppidum comme une agglomération protohistorique préceltique et celtique, fortifiée, généralement perchée, masque l’usage du mot latin par les Romains pour désigner une agglomération fondée rituellement et reconnue politiquement : l’oppidum est une catégorie politico-juridique qui assigne un rang à l’agglomération ainsi désignée, rang supérieur à celui du vicus, qui n’est pas fondé rituellement (Tarpin 2002 : 23-31).

19Je ne veux pas interdire l’usage de vocables latins, je demande qu’on respecte leur charge sémantique et leur contexte d’origine et qu’on ne substitue pas l’affirmation à l’hypothèse. Autrement dit, je recommande, dans l’approche des campagnes gallo-romaines, de réserver le mot de vicus aux vici avérés, comme on réserve la qualité de forum aux fora avérés, de colonia aux coloniae avérées, etc. De ce point de vue, le vicus n’a pas à être doté d’un capital d’ubiquité qu’on interdirait aux autres vocables juridico-politiques. Et je suggère de recourir aux très larges ressources du français contemporain pour désigner les objets précis qu’on évoque. On sera ainsi compris tant de nos étudiants que de nos compagnons de route, géographes, historiens peu familiers de l’archéologie, historiens du droit, sociologues, anthropologues, économistes, etc.

20Il existe en France une tradition de l’étude géographique de l’habitat rural qui a accompagné l’histoire agraire (Demangeon 1933 ; Meynier 1958 ; Tricart s.d. ; Lebeau 1969). Cette géographie s’est attachée à décrire « les principaux types d’un continuum qui va de la dispersion maximale (l’habitat ne comprenant que des maisons isolées) au parfait groupement (tous les habitants de la commune rassemblés en un seul village) en passant par un semi-groupement en hameaux, par un mélange de hameaux et de maisons isolées, et parfois par la coexistence de villages, de hameaux et de maisons isolées » (Moindrot 1983 : 449). Le premier niveau de groupement est le hameau, qui regroupe quelques fermes. Le second niveau est le village, qui rassemble plus d’unités d’habitat rural, dédiées à l’activité agropastorale sans exclure, éventuellement, des activités artisanales connexes. Le bourg assure la transition entre le complexe villageois et le complexe urbain : une petite agglomération rurale à caractère urbain qui se distingue, aujourd’hui, du village par la tenue périodique d’un marché, et la présence de boutiques et de services élémentaires (Brunet et al. 1992 : 68-69, 231, 461). Toutes ces formes d’habitat groupé font pleinement partie de l’habitat rural. Et leur lexique me paraît pouvoir être utilisé pour désigner les formes d’habitat antique identifiées par l’archéologie, qui informe sur la superficie de l’agglomération, sa composition en unités d’habitat, la complexité de son organisation, et les différentes activités de ses habitants. La riche matière des synthèses existantes, dans le domaine des habitats fouillés, autorise une approche diversifiée et largement ouverte des agglomérations rurales gallo-romaines.

Haut de page

Bibliographie

Bellet, M.-E., C. Cribellier, A. Ferdière & S. Krausz (dir.). 1999. Agglomérations secondaires antiques en région Centre. Tours (17e  suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France). 224 p.

Bénard, J., M. Mangin, R. Goguey & L. Roussel. 1994. Les agglomérations antiques de Côte-d’Or. Besançon, Annales littéraires de l’université de Besançon. 303 p.

Brunet, R., R. Ferras& H. Théry. 1992. Les mots de la géographie. Dictionnaire critique. Montpellier-Paris, GIS RECLUS-La Documentation Française. 518 p.

Chouquer, G. 2007. Quels scénarios pour l’histoire des paysages ? Orientations de recherche pour l’archéogéographie. Coimbra-Porto, Paris, CAUCP. 406 p.

Chouquer, G. 2008a. Traité d’archéogéographie. La crise des récits géohistoriques. Paris, Errance. 200 p.

Chouquer, G. 2008b. « Le privilège d’insularité. Libres réflexions sur l’espace et le temps de l’utopie et de la Modernité », in : G. Chouquer & J.-Cl. Daumas (dir.), Autour de Ledoux : architecture, ville et utopie. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté : 365-386.

Christol, M. 2010. Une histoire provinciale. La Gaule Narbonnaise de la fin du iie siècle av. J.-C. au iiie siècle ap. J.-C. Paris, Publications de la Sorbonne. 700 p.

Coudart, A. 1998. Architecture et société néolithique : l’unité et la variance de la maison danubienne. Paris, Maison des sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française, 67). 242 p.

Demangeon, A. 1933. « Une carte de l’habitat », Annales de Géographie, 42, 237 : 225-232.

Dondain-payre, M. 1999. « Magistratures et administration municipale dans les Trois Gaules », in : M. Dondain-Payre & M.-Th. Rapsaet-Charlier (dir.), Cités, Municipes, Colonies. Paris, Publications de la Sorbonne : 127-230.

Duby G. (dir.). 1980. Histoire de la France urbaine. I. La ville antique. Paris, Le Seuil, 640 p.

Durand-Dastès, F., J.-L. Fiches, H. Mathian, D. Pumain, Cl. Raynaud, L. Sanders & S. van der Leeuw. 1998. Archaeomedes. Des oppida aux métropoles, Archéologues et géographes en vallée du Rhône. Paris, Anthropos (coll. Villes), 188 p.

Favory, F. & Cl. Raynaud, coll. H. Mathian & L. Sanders. 1999. « Le territoire : un modèle de l’organisation de l’espace en archéologie rurale. Étude de cas dans la cité antique de Nîmes », in : L’Habitat, source d’interprétation de l’organisation et de la complexité sociales en archéologie. xixe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes 22-24 octobre 1998. Antibes, APDCA : 499-517.

Ferdière, A. 1988. Les Campagnes de la Gaule romaine, I-II. Paris, Errance (Hespérides), 284 p.

Ferdière, A. 2005. Les Gaules. iie s. av.-ve s. ap. J.-C. Paris, Armand Colin, 446 p.

Février, P.-A. 1980. « Le réseau urbain, d’Auguste au vie s. », in : G. Duby (dir.), Histoire de la France urbaine. I. La ville antique. Paris, Le Seuil : 101-123.

Fiches, J.-L. (dir.). 2002. Les agglomérations gallo-romaines en Lan--guedoc-Roussillon, 2 vol. Lattes, Publications de l’Umr 154 du Cnrs (Monographies d’Archéologie méditerranéenne, 13-14), 994 p.

Garmy, P. & Ph. Leveau (dir.). 2002. « Dossier villa et vicus en Gaule Narbonnaise », Revue archéologique de Narbonnaise, 35 : 1-317.

Garmy, P. 2002. « Villa-vicus : une question d’espace ? », Revue archéologique de Narbonnaise, 35 : 27-37.

Garmy, P. 2009. « Les villes de Nîmes : essai sur la hiérarchie et la structure du réseau urbain de la cité à la période julio-claudienne », in : Villes, réseaux et systèmes de villes : contribution de l’archéologie, II. Mémoire scientifique. Paris, HDR, Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne : 199-231.

Hanoune, R. (dir.). 2007. Les villes romaines du nord de la Gaule. 20 ans de recherche. Revue du Nord, hors série n° 10, 508 p.

Humbert, M. 1978. Municipium et civitas sine suffragio. Rome, École française de Rome, 457 p.

Jacques, F. 1991. « Statut et fonction des conciliabula d’après les sources latines », in : J.-L. Brunaux (dir.), Les sanctuaires celtiques et leurs rapports avec le monde méditerranéen. Colloque international. 1 (08/11/1990). Paris, Errance (Archéologie aujourd’hui, Dossiers de Protohistoire, 3) : 58-65.

Lebeau, R. 1969. Les grands types de structures agraires dans le monde. Paris, Masson, 119 p.

Le Roux, P. 1994. « Vicus et castellum en Lusitanie sous l’Empire », in : Actes du colloque « Les campagnes de Lusitanie romaine : occupation du sol et habitat ». Studia Historica. Historia antigua, X-XI, 1992-93 : 151-160.

Leroi-Gourhan, A. 1964. Le geste et la parole. Technique et langage. Paris, Albin Michel, 616 p.

Leveau, Ph. 1983. « La ville antique et l’organisation de l’espace rural : villa, ville, village », Ann. ESC, 38-4 : 920-942.

Leveau, Ph. 1987-1989. « La ville romaine et son espace rural. Contribution de l’archéologie à la réflexion sur la cité antique », OPVS, VI-VII : 87-100.

Leveau, Ph. 1993. « La ville romaine et son espace territorial », in : xive Congrés Internacional d’Arqueologia Clàssica, Tarragona : 273-284.

Leveau, Ph. 2002. « Introduction : les incertitudes du terme villa et la question du vicus en Gaule Narbonnaise », Revue archéologique de Narbonnaise, 35 : 5-26.

Leveau, Ph. & B. Rémy (dir.). 2005-2006. « Les agglomérations secondaires de la cité antique de Vienne », Revue archéologique de Narbonnaise, 38-39 : 7-169.

Mangin, M. & F. Tassaux 1992. « Les agglomérations secondaires de l’Aquitaine romaine », in : Villes et agglomérations urbaines antiques du Sud-Ouest de la Gaule. Histoire et archéologie : deuxième colloque Aquitania, Bordeaux, 13-15 septembre 1990. Bordeaux, Aquitania (Suppl. 6) : 461-496.

Mangin, M., B. Jacquet & J.-P. Jacob. 1986. Les agglomérations secondaires en Franche-Comté romaine. Besançon, Annales littéraires de l’université de Besançon, 262 p.

Meynier, A. 1958. Les paysages agraires. Paris, A. Colin, 199 p.

Moindrot, C. 1983. « Les systèmes agraires », in : A. Bailly, R. Ferras& D. Pumain (dir.), Encyclopédie de Géographie. Paris, Economica : 445-470.

Monteil, M. & L. Tranoy 2008. La France gallo-romaine. Paris, La Découverte (Archéologies de la France), 179 p.

Petit, J.-Ph. & M. Mangin (dir.), coll. Ph. Brunella. 1994a. Les agglomérations secondaires, Actes du colloque tenu à Bliesbruck-Reinheim et Bitche, 1992. Paris, Errance, 293 p.

Petit, J.-Ph. & M. Mangin (dir.), coll. Ph. Brunella. 1994b. Atlas des agglomérations secondaires, Gaule Belgique et Germanies. Paris, Errance. 294 p.

Picard, G.-Ch., 1968-1969. « Les théâtres ruraux de la Gaule », RA, III : 185-192.

Picard, G.-Ch. 1969. « À propos d’Argentomagus : les théâtres ruraux sacrés en Gaule », Archéologia, 28 : 68-77.

Picard, G. 1984. « L’influence néo-attique dans la Gaule de l’Ouest », CRAI, 128e année, n. 2 : 242-249.

Raepsaet-Charlier, M.-Th. 1999. « Les institutions municipales dans les Germanies sous le Haut-Empire : bilan et questions », in : M. Dondain-Payre & M.-Th. Rapsaet-Charlier (dir.), Cités, Municipes, Colonies. Paris, Publications de la Sorbonne : 271-352.

Raynaud, Cl. 2002. « De la conquête romaine au Moyen Âge », in : J.-L. Fiches (dir.), Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon, 2 vol. Lattes, Publications de l’Umr 154 du Cnrs (Monographies d’archéologie méditerranéenne, 13-14) : 39-53.

Sereni, E. 1967. « Villes et campagnes dans l’Italie préromaine », Ann. ESC, 1967, 1 : 23-49.

Tarpin, M. 2002. Vici et pagi dans l’Occident romain. Rome, École française de Rome, 2002, 485 p.

Tricart, J. s.d. Cours de Géographie humaine, I. L’habitat rural. Paris, Centre de documentation universitaire, 191 p.

VanderLeeuw, S., F. Favory & J.-L. Fiches (dir.). 2003. Archéologie et systèmes socio-environnementaux. Études multiscalaires sur la vallée du Rhône dans le programme. Archaeomedes, Paris, Cnrs Éditions, 403 p.

Zadora-Rio, E. (dir.). 2008. Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire. La formation des territoires. Tours, Feracf (34e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France), 304 p.

Haut de page

Notes

1  Le qualificatif d’agglomération secondaire, bien que discuté, reste toujours commode pour rassembler de manière simple toutes les formes d’habitat groupé en dehors des chefs-lieux de cité (Monteil & Tranoy 2008: 59).

2  Cette question de la «typologie des sites ruraux antiques, les questions de terminologie et de marqueurs de l’habitat» constitue la matière de l’un des trois ateliers de l’axe de recherche 2010-5 «Les établissements ruraux et l’organisation des campagnes durant l’Antiquité» de l’Inrap.

3  Le corpus, défini à partir de la synthèse sur les agglomérations gallo-romaines du Languedoc-Roussillon (Fiches 2002), retient 34 habitats groupés, tous qualifiés de «villes», ce qui doit se discuter pour une partie d’entre eux (cf. la classe 8: «Ville durable mais peu structurée et sous-équipée, relativement mal desservie par les voies de communications, dotée d’un rôle politique et administratif faible»: 225).

4   «La difficulté qu’ont les antiquisants à reconnaître la spécificité de l’habitat aggloméré est une constante.» (Leveau 2002: 9).

5  Le fragment d’Este (Bruns, Fontes Iuris Romani, n° 16), la Lex lulia municipalis (CIL, I2, 593) 130, comme Siculus Flaccus (Th 98, 13 = La 135, 2) omettent oppidum, vicus et castellum. Selon P. Le Roux (1994: 155, n. 13), cette omission souligne le caractère non exclusivement juridique des trois types de collectivités ainsi oubliées. Avis surprenant quand on replace la typologie énoncée dans son contexte législatif.

6  Cf. les vici créés aux ve-vie siècles dont témoigne Grégoire de Tours: sur les 31 vici attestés au vie siècle par cet auteur en Touraine, 19 n’ont, dans l’état actuel des connaissances, aucun antécédent gallo-romain (Zadora-Rio 2008: 74-75, 77-79).

7  «J’appelle ainsi collecteurs des concepts dont on charge à ce point le contenu qu’ils finissent par devenir hypertrophiés».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Favory, « La dure condition des agglomérations secondaires », Les nouvelles de l'archéologie, 127 | 2012, 40-44.

Référence électronique

François Favory, « La dure condition des agglomérations secondaires », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 127 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1340 ; DOI : 10.4000/nda.1340

Haut de page

Auteur

François Favory

Professeur d’histoire ancienne et d’archéologie, Université de Franche-Comté, Umr 6249 Chrono-environnement
francois.favory@mti.univ-fcomte.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org